>[Livre I - Terminé] Truth or Dare - Page 3



 
Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 [Livre I - Terminé] Truth or Dare
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 31 Déc - 10:51

1er Mars 2050

Les mots quittèrent à peine les lèvres d’Henry qu’elle ne comprit pas ce qui arrivait. Elle n’arrivait pas à se détacher de cette image qui lui collait à la peau depuis plusieurs années. Il faut dire que Kate était la fille biologique d’une prostituée qui l’avait abandonné. Après ça, trimballée de foyer en foyer, la brune finit par se débrouiller comme elle pouvait, toute seule. Elle accepta un métier de serveuse qu’elle n’aurait jamais dû prendre. La jeune fille se retrouva prise dans les griffes de Keaton, servant les clients dans son club privé. Puis vint le jour où elle fut en âge d’être plus qu’une simple serveuse. A quinze ans, cela devenait acceptable de la faire passer pour une prostituée. Aussi, Keaton ne lui laissa pas franchement le choix. La brune n’avait jamais fait grand chose pour combattre ce qu’on lui imposait. D’un autre côté, elle savait pertinemment que seule la mort l’attendait si elle ne faisait pas ce qu’on lui demandait. La voix d’Henry résonnait sans cesse dans son esprit. Le garçon semblait blasé par cette information. Il semblait vouloir prendre soin d’elle, mettre en avant sa vivacité d’esprit. Mais une fois arrivée au moment fatidique, l’écrivain ne semblait pas aussi sûr que lui concernant son intervention. Son regard était incompréhensible. Ses paroles ne correspondaient pas avec sa façon d’être entière. Le beau brun reprit la parole, insistant de nouveau sur le fait qu’il ne pouvait pas agir sur le passé. C’est à ce moment là qu’elle eut enfin le déclic. Ecoutant à moitié les mots choisis par l’homme qui s’était emparé de son coeur, l’étudiante était totalement déboussolée. Incapable de répondre instinctivement, elle laissa le chauffeur reprendre la parole et reprendre le fil de sa pensée. Sauf qu’il n’avait absolument pas la même façon d’aborder la vie qu’elle. Kate n’aimait pas se retourner sur son passé. Mais elle avait cette sensation de ne pouvoir lui échapper. Henry poursuivit de plus bel et lui fit comprendre que tout était une question de point de vue, naguère comme aujourd’hui. Ses mots étaient tant réconfortants qu’agréables. Ignorer ses paroles n’était tout simplement pas possibles, pas pour Kate en tout cas. Mais elle était incapable de l’interrompre, tant la situation, ce qu’elle pensait et ce qu’elle entendait de sa part à lui l’atteignaient au plus profond d’elle. L’envie de changer de sujet, d’échapper à ce thème vital qu’il ne maîtrisait pas se ressentait complètement. D’un autre côté, il avait totalement raison sur le fait qu’elle ne pourrait plus rien y faire. Fallon lui avait déjà reproché plus d’une fois cette façon de voir les choses que la brune avait.

Nus sous la douche, l’écrivain était une fois de plus en train de la réconforter. Son sourire doux et chaleureux la réchauffa de l’intérieur, lui donnant envie par la même occasion d’arrêter tout ça et de sourire aussi. Sa mère avait besoin d’elle, elle devait devenir plus forte pour elle mais également pour Henry et pour elle-même. Elle leur devait bien ça, elle se devait bien ça … L’africaine n’aurait jamais apprécié qu’elle baisse les bras, qu’elle abandonne. La remarque d’Henry concernant le froid fit écho avec son corps qui frissonna intensément. Kate réagit immédiatement en modifiant la température de l’eau tout en écoutant les dernières paroles du garçon. Elle en profita pour se glisser entre ses bras tandis que l’eau se réchauffait progressivement. Il fallait qu’elle se ressaisisse dès à présent. Plus petite que le jeune homme, elle redressa la tête pour le regarder un instant pour admirer celui qui ne cessait d’être présent pour elle. Puis l’étudiante se hissa sur la pointe des pieds pour l’embrasser tendrement.

Merci Henry ...

Se blottissant contre lui, la brune n’aurait su dire combien de temps elle resta ainsi, contre cet homme qui voulait prendre soin d’elle. Ils finirent par se séparer afin de prendre réellement leur douche. Sous le jet d’eau chaude, alors qu’elle se savonnait les cheveux, Kate repensa à tout ce qui était arrivé depuis la veille. Elle était passée par tous les états possibles et imaginables. Et même si elle n’était pas encore au mieux de sa forme, il lui était possible de penser à présent que ça irait mieux par la suite. La jeune femme était prête à tout pour retrouver sa mère. Laissant le beau brun sortir de la salle de bain, elle se hâta de se sécher les cheveux pour pouvoir rapidement le rejoindre en cuisine. Une fois chose faite, elle ouvrit son armoire et y attrapa un shorty et un débardeur propres qu’elle enfila par au-dessus ses sous-vêtements avant de se rendre dans la pièce principale pour retrouver l’écrivain en action. Se faisant discrète, elle profita de ne pas s’être faite remarquée pour observer cet homme qu’elle avait fait souffrir par le passé, volontairement, et qui était encore là pour elle aujourd’hui. L’étudiante se rendit compte à quel point elle avait été stupide sur le coup. Elle oublia pour le coup qu’il ne savait encore pas tout d’elle. Rien n’allait venir ternir cette soirée qui devait lui permettre de se ressourcer avant de reprendre les recherches puis les révision. Les prunelles noisettes finirent par se poser sur elle. Instinctivement, son sourire s’étendit un peu alors qu’elle se mit en mouvement pour venir voir le chef qui travaillait sa pâte sur le plan de travail de l’ilôt central. Une fois arrivée derrière lui, elle se pencha pour déposer un doux baiser sur sa joue avant de lui murmurer à l’oreille :

Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider ?

Passant une main de chaque côté de sa taille sous son tee-shirt, elle ne put s’empêcher de le caresser très légèrement, cherchant à le chatouiller au passage. Un sourire taquin arpentait ses lèvres. Tous ses problèmes étaient loin d’être réglé, elle en aurait encore d’autres à l’avenir. Mais la présence d’Henry avait un effet apaisant sur elle qu’elle ne saurait décrire.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Ven 4 Jan - 10:42

Rassurer Kate. C'est marrant plus je la voyais dans le bar où elle travaillait et plus je trouvais qu'elle avait une confiance en elle absolument incroyable. Pourtant je découvrais que cette apparente confiance qu'elle mettait en avant lorsqu'elle repoussait ses avants, n'était qu'une apparence solide mais pas sans failles. Me rapprochant d'elle, j'avais pu entrevoir les craquelures dans son armure et désormais je les voyais clairement, je ne pouvais pas les ignorer, Kate était beaucoup plus fragile que je ne l'avais jamais imaginée. Je prenais cela comme un autre secret que la jeune femme taisait et se retrouvait contrainte de vivre avec, cette fragilité surprenante. Je doute sincèrement que quiconque ne connaissant pas la vie passée de Kate puisse la voir et s'imaginer sa fragilité réelle. Cela ne faisait que prouver qu'elle oeuvrait parfaitement pour cacher ses blessures et ce qui l'atteignait aux yeux du monde. Elle était peut-être un peu plus elle-même en ma présence, acceptant un peu plus de se dévoiler et de s'ouvrir. C'était une responsabilité sur mes épaules de parvenir à accepter ces fêlures et de l'aider à s'en préserver pour repartir de l'avant. C'est ce que je fais sous cette douche, ce que j'essaye de faire, la rassurer sur ma présence, la rassurer sur l'avenir. Je ne sais pas de quoi demain sera fait mais j'ai fait des promesses à la belle brune, je lui ai promis que je serai toujours là, je lui ai promis que nous affronterions la vie ensemble, que nous lutterions contre son passé main dans la main, que nous avancerions vers l'avenir côte à côte. Je ne changerai pas de cap, c'est que je peux être incroyablement têtu parfois et Kate semblait avoir un don pour accentuer cela, pour accentuer plus encore cet entêtement dont je faisais preuve à son égard. J'enserre délicatement la jeune femme contre moi quand elle vient se lover entre mes bras. L'eau regagne quelques degrés mais je préfère la chaleur de son corps contre le mien, la gardant plusieurs minutes entre mes bras. Je réponds à son remerciement d'un petit baiser dans ses cheveux, je ne voyais pas quoi rajouter de plus de toute façon. Je la laisse rester contre moi aussi longtemps qu'elle le souhaite, en silence, me contentant de légers mouvements de mes mains dans son dos pour la rassurer, la rappeler à ma présence.

Nous quittons finalement la douche, sans un mot de plus à échanger, j'ai toujours aimé pouvoir être avec quelqu'un sans rien avoir à se dire mais sans pour autant que ça soit un de ces silences bizarres et étranges où on pense devoir dire quelque chose sans savoir quoi. Ces petits silences agréables je les adore, ils prouvent une certaine confiance et un certain amour ? J'aime y croire en tout cas. Quittant la douche, je suis rapidement rhabillé, laissant à Kate tout confort de se sécher ses cheveux, c'est qu'elle en a un peu plus que moi, et de s'habiller. J'en profite pour commencer à préparer la pâte à pizza en attendant que l'étudiante ne me rejoigne ce qui ne tarde pas. Un sourire sur son visage est la première chose que je remarque, elle a un joli sourire mais je crois qu'ils seront rares dans les prochains temps alors je profite de chacun de ses sourires. Elle approche derrière moi et dépose un baiser sur ma joue avant de me demander ce qu'elle pouvait faire. Ses mains filent rapidement sous mon t-shirt pour caresser mes hanches, essayerait-elle de me chatouiller ?

« Mademoiselle, vous ne m'aidez absolument pas là. »

Je souris, abandonnant la pâte sur le plan de travail en me retournant vers elle pour venir l'embrasser.

« Le temps que la pâte repose on va s'occuper de la mousse au chocolat. Je vais donc te mettre en charge du plus important : le chocolat. »

J'avais rapidement noté la recette, du moins la quantité d'ingrédient sur un petit post-it. Elle pourra s'amuser à remarquer que pour un écrivain j'ai une écriture de médecin malgré mon application, le post-it demeurait lisible mais personne n'aimerait lire une recette complète avec mon écriture. Comme Kate était encore devant moi à laisser ses doigts courir sur mes hanches, mon sourire devient taquin.

« Un shorty et un petit débardeur tout simple et de couleur sombre. Tu sais, je vais finir par croire que tu portes uniquement du monochrome sans motifs … Attends, j'ai une idée pour changer un peu ça. »

Mes mains, enfarinées, se posent dans un geste nonchalant sur ses seins tandis que mon regard semble dire "De quoi ? Non je fais rien moi !" Je retire mes mains presque aussi rapidement que je les ai posées, laissant le dessin de mes mains blanches sur le débardeur bleu sombre ? Ou noir ? J'ai toujours détesté toutes ces nuances de couleurs sombres. Souriant, avant qu'elle ne puisse protester, je l'embrasse, posant une main, toujours enfarinée, sur ses fesses avant de la retirer et de prendre un accent snobinard, probablement massacré mais on s'en moque.

« Oui, voilà, beaucoup mieux, cette fois on tient quelque chose pour cette nouvelle collection. C'est … incroyablement … simpliste et en même temps tellement … Oui, c'est parfait. »

Je souris et reviens l'embrasser, très tendrement, délicatement amoureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Sam 5 Jan - 9:13

1er Mars 2050

S’il y avait bien une chose qui l’avait sauvé, qui lui avait permis de reprendre pied, c’était Henry. De part ses mots, sa présence, tout en fait chez le garçon réussissait à l’apaiser, la soulager. Dans tous les cas, son entrée en scène était des plus ratées. L’écrivain ne semblait pas enclin à céder face à ses chatouilles, ce qui était il fallait l’avouer, un peu décevant. Sa remarque la fit tout de même rire un peu. Sur le point de relâcher sa victime, un peu à contre coeur, elle s’apprêta à lui rendre son espace vital lorsque le beau brun pivota pour lui faire face afin de l’embrasser. Comment cela se faisait-il que chaque baiser de sa part était aussi enivrant ? Cela fut toutefois bien trop bref pour la jeune femme qui aimait tant embrasser son amant, chose qu’elle ne pensait pas arriver un jour. Elle s’était toujours dit qu’elle serait mieux sans aucun homme dans sa vie. Sa mère ne l’avait jamais induit dans un sens ou dans l’autre, préférant laisser sa fille prendre ses propres décisions. Mais il faut dire que son passé l’avait poussé à détester les relations de couples, principalement la partie physique de la relation. Elle avait grandement changé d’avis sur la question depuis que son chemin avait croisé celui de l’écrivain. Profitant de leur proximité, elle en profita pour glisser de nouveau ses mains sous son tee-shirt, afin de profiter de la douceur et de la chaleur de sa peau. Ce dernier lui avoua être prêt à lui confier la partie la plus importante de la mousse au chocolat, la partie chocolat. Kate ne put s’empêcher de rigoler avant de faire une mine un peu boudeuse et de dire :

J’étais persuadée que la partie la plus importante était les oeufs en neige. Mais le chocolat ça me va très bien.

Lui adressant un sourire charmé, elle n’était pas franchement pressée de s’écarter des bras d’Henry. Mais la réciproque semblait tout à fait vrai aussi. Suivant son regard, elle se demanda à quoi il pouvait bien penser et n’eut pas à attendre bien longtemps pour le découvrir. De toute évidence, son charmant petit-ami n’aimait pas sa garde-robe. Son visage illuminé n’indiquait rien dans ce sens mais ses mots étaient ponctués d’un soupçon de reproches. Seulement sans avoir le temps de réagir, ses mains se posèrent sur la poitrine de la belle, laissant deux belles marques blanches. Rusé, l’écrivain vint capturer ses lèvres avant qu’elle ne puisse dire le moindre mot, marquant son territoire également sur ses fesses au passage. Kate voulut jouer la femme sérieusement mécontente, mais il n’en fut rien tant l’accent pseudo-snobinard du beau brun la fit rire. Il l’embrassa de nouveau avant qu’elle ne puisse prendre la parole. Faisant la moue boudeuse, la brune fit semblant d’être offusquée.

Alors comme ça Monsieur n’aime pas mes vêtements de ce que j’ai compris. Bah tu sais quoi, c’est pas grave c’est tant pis pour toi c’est tout.

Faisant semblant d’être vexée, elle déposa un dernier baiser à la commissure des lèvres du beau brun avant de s’éloigner de lui pour aller chercher les tablettes de chocolat. Ramenant ses provisions sur l’îlot central à l’autre bout de l’écrivain, elle se pencha pour attraper le post-it et déchiffrer ce qui était marqué dessus.Un demi sourire sur les lèvres, toujours penchée en avant, elle releva son regard vers Henry.

Mais dis moi heureusement que les imprimantes existent, ton livre ne serait pas aussi célèbre sinon, il n’aurait quasiment pas été lu même.

Sous-entendu qu’il écrivait comme une chèvre évidemment. Se redressant finalement, la jeune femme se mit à peser le chocolat. Une fois la bonne quantité ajustée, elle adressa un beau sourire à l’écrivain avant de lui tourner le dos pour utiliser les plaques de cuisson. Il fallait qu’elle fasse fondre les carrés de chocolat au bain marie pendant que monsieur s’occupait des blancs en neige. Vint le moment où les deux parties allaient devoir être assemblées pour former la mousse au chocolat. Kate revint du côté du beau brun pour lui passer le chocolat fondu. Elle déposa la casserole à côté de lui sur un dessous de plat avant d’observer ce qu’il faisait par au-dessus son épaule, proche de lui, sans vraiment le toucher.

J’observe le chef en action.

Moqueuse, la brune commença à avoir une idée en tête pour se venger doucement. Après tout, ses vêtements propres qu’elle avait mis à la base pour dormir ce soir étaient déjà bons pour la machine à laver. Aussi, la jeune femme trempa son doigt dans le chocolat fondu et le porta à ses lèvres, léchant ce savoureux produit. Un coup d’oeil à Henry et elle trempa à nouveau son doigt dans la casserole cette fois pour lui faire goûter à lui. Sauf qu’elle esquiva sa bouche par mégarde, étalant le chocolat fondu sur la joue du garçon. Elle s’éloigna d’un pas, se retenant de rire, et termina de lécher son doigt.

Tu avais raison je crois, ça donne un certain style d’utiliser la nourriture pour agrémenter sa tenue.

Prise de quelques soubresauts, elle ne put se retenir de rire. Il ne l’avait pas volé après tout. Telle une enfant, elle s’éloigna de lui pour aller se positionner de l’autre côté de l‘îlot central. Avec l’écrivain, mieux valait-il se méfier des représailles.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Sam 5 Jan - 15:25

Kate semblait toujours avoir du mal avec le fait que je prenne soin d'elle et que je sois aussi attentif à ses besoins mais aussi à ma présence pour veiller sur elle. Je réalisais qu'elle n'avait pas l'habitude d'être en couple, qu'elle y connaissait peu de choses et cela ne me dérangeait pas même si ça me rajoutait une sorte de pression supplémentaire dont je me serai bien passé. Difficile d'être à la hauteur d'une belle jeune femme comme elle, ça promettait d'être plus difficile encore quand sa mère serait revenue. Je ne doutais pas qu'un jour elles seraient réunies à nouveau, qu'un jour elles seraient à nouveau côte à côte. Si quelqu'un était assez têtu et obstiné pour retrouver Fallon, c'était bien sa fille. J'avais découvert combien cette dernière pouvait être entêtée quand elle prenait une décision, elle semblait simplement avoir besoin d'une présence pour l'aider à commencer ses recherches, ensuite ça allait rouler tout seul. C'était un peu à l'image de cette journée, Kate avait eu besoin de ma présence pour se détendre un peu mais maintenant elle semblait se porter bien mieux, elle avait rattrapé du sommeil et mangé, sans doute correctement pour la première fois depuis un petit moment. Elle était même avec moi dans la cuisine pour préparer le repas de ce soir.

« Battre des blancs en neige c'est facile, faire fondre du chocolat sans le brûler … sans se brûler … ce n'est pas à la portée de tout le monde en revanche. »

Ca pouvait aller vite de brûler du chocolat en le faisant fondre dans une casserole. Risque qu'on pouvait éliminer en procédant au bain marie mais avec le risque d'oublier que le récipient allait être brûlant et de se brûler le bout des doigts. J'avais fait le deux, je parlais donc par expérience et aussi un peu par stupidité. Cela dit l'ambiance est tellement légère et agréable qu'il est difficile de ne pas sourire et s'amuser, d'ailleurs bien vite je lance ce qui pourrait bien finir en jeu idiot et stupide. Voir un sourire sur le visage de Kate, l'entendre rire, sont les plus belles réussites de ma journée je crois, une sorte de récompense pour mes efforts à lui permettre de s'évader un petit peu. Ecoutant ses remarques faites avec une petite moue boudeuse des plus adorables j'hésite un instant, rien qu'une demi-seconde, à arrêter ce petit jeu idiot mais en fin de compte j'oublie cette idée. D'autant que je vois mal Kate ne pas se venger tôt ou tard.

« Je n'ai rien du tout contre tes vêtements mais je trouve qu'il est important de les … personnaliser. En plus pour tout te dire j'espérais que tu allais proposer de ne rien porter … j'aurai essayé. »

Je la charrie, tirant la langue alors qu'elle ne tarde pas à devenir moqueuse à son tour. Il y a une raison pour laquelle j'écris sur un ordinateur et pas à la main. En plus de l'avantage évident à rédiger sur un support qu'on peut aisément effacer pour recommencer contrairement à tout ce qui est manuscrit ou même aux machines à écrire.

« Un peu comme mes premiers en fin de compte. »

Je souris lui laissant comprendre qu'elle avait parfaitement raison. J'ignorais si elle s'était renseignée ou non sur mes romans précédents. Tous des romans d'horreur, tous uniquement sur support électronique et aucun qui n'a été un succès quelconque. Au contraire de mes blancs qui sont montés en neige sous l'effet impitoyable du batteur. Un souvenir me traverse, la première mousse au chocolat au loft, les blancs montés à la main faute d'avoir un batteur électrique. Je chasse rapidement ce souvenir d'un souvenir quand je sens la présence de l'étudiante dans mon dos, perchée comme un petit ange sur mon épaule pour observer ce que je fais. Je prends le chocolat, parfaitement fondu et ajoute délicatement une partie des blancs, les mélangeant avec délicatesse pour que la mousse conserve sa légèreté. Kate profite d'ailleurs que mes mains soient prises et c'est bientôt un nouveau rire alors qu'elle fuit rapidement, fière de son œuvre.

« Je vois que tu as envie de jouer … C'est à tes risques et périls, j'ai déjà la moitié de mes peintures de guerre. »

Je souris, la défiant du regard. Je ne sais pas vraiment à quoi je pourrai la défier, est-elle du genre jeu de société ? J'ai comme un doute. Plutôt roulette russe sans doute. Terminant de mélanger les blancs et le chocolat je réfléchis à ce que je pourrai lui proposer.

« On pourrait régler ce duel au noble jeu d'échecs ? A moins que tu ne préfères l'impartial et impitoyable shifumi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Sam 5 Jan - 20:16

1er Mars 2050

Henry lui expliqua pourquoi il préférait répartir les différentes étapes de la mousse au chocolat ainsi. Il ne semblait pas avoir une grande confiance en lui sur le fait d’être apte à faire fondre du chocolat. C’était mignon en soit. Evidemment, la jeune femme ne put s’empêcher de bouder puis de rire à la remarque sur ses vêtements. Apparemment, un mec restait un mec peu importait la situation dans laquelle il était ou presque. Cela lui faisait vraiment du bien de passer ces moments avec lui. Kate se rendait compte qu’en vingt-quatre heures, elle avait vraiment bien récupéré. Elle avait mangé mais surtout elle avait pu se reposer. A croire que l’aura du beau brun éloignait d’elle tous ses soucis le temps de dormir. Pourquoi ? Comment ? Aucune idée, mais c’était un fait avéré. Elle lui tira à son tour la langue suite à sa remarque déplacée et se mit au travail. Lorsque le garçon lui répondit concernant son écriture, elle eut un blocage, durant une fraction de secondes, ayant peur d’avoir mal fait, de l’avoir blessé. Mais lorsque ses yeux bleus croisèrent les prunelles noisettes de l’écrivain, ses doutes s’envolèrent immédiatement. Il n’y avait pas une once d’émotions négatives chez son amant. Son sourire se réinstalla rapidement sur ses lèvres alors qu’ils cuisinaient chacun leur partie de leur côté. Une fois les deux parties en train d’être mélangées l’une à l’autre par Henry, la brunette craqua et mit du chocolat sur la joue du beau brun avant de filer se réfugier. La remarque de l’écrivain ne tarda pas. La jeune femme étira un peu plus encore son sourire, posant ses mains sur le plan de travail avant de les relever pour désigner du bout des doigts sa poitrine pleine de farine.

C’est moi qui ai envie de jouer alors que tu as commencé ?

Un grand regard amusé accompagné d’un beau sourire, la brune se sentait bien. Même si elle ne savait pas réellement ce qu’était une relation de couple ni comment cela fonctionnait, elle n’avait pas l’impression de mal faire. Ce qu’elle était sûre par contre, c’est qu’elle avait cessé de faire attention aux regards des hommes sur elle qui ne faisaient que la changer en objet, mais pas le sien. Plongée au fond de ses prunelles noisettes, elle avait la sensation d’être parfaite ou presque lorsqu’il la regardait, ce qui n’était absolument pas le cas. Mais comment pourrait-elle résister à un tel regard amoureux. Oui, Henry lui avait déjà avoué être amoureux d’elle. Avec le recul, cela ne faisait qu’un mois et demi qu’il se côtoyait et pourtant ses quelques mots à la fois magnifique et effrayant, il lui avait déjà dit et pas qu’une seule fois. Le beau brun reprit la parole pour lui proposer de régler leur duel aux échecs ou au shifumi. Malheureusement, Kate n’avait jamais joué aux échecs de sa vie, elle ne connaissait absolument pas les règles. Et concernant le shifumi, elle n’était pas fan des jeux de hasard.

Je dois avouer ne pas savoir jouer aux échecs. Et je n’ai pas envie de remettre une décision aussi importante entre les mains du hasard.

Penchant la tête sur sa droite, l’étudiante se mit à réfléchir à une autre possibilité. Ce n’est pas comme si la jeune femme avait joué à beaucoup de jeux différents dans sa vie. Elle connaissait quelques jeux de cartes mais cela restait des jeux a minima en lien avec le hasard des cartes distribuées au départ. Puis Kate se rappela de ses débuts avec Fallon ici. Elles avaient passé une soirée télé à boire en mangeant des pizzas, phénomène rare chez elles, de manger des pizzas, pas de picoler. Détendues par l’alcool, c’était devenu un des premiers soirs où elles avaient un minimum parlé d’elles grâce à un jeu tout con : action ou vérité. Généralement, ce jeu était employé par les adolescents. Mais il est vrai qu’en découvrir un peu plus sur Henry ne la dérangerait pas, bien au contraire. Un petit sourire de défi aux lèvres, se reposant ses avants-bras sur l’îlot central, le jeune femme lui dit sur un ton amusé :

Tu vas te moquer de moi. Le seul jeu qui me vienne à l’esprit c’est action ou vérité. L’avantage c’est que ça peut aller vite si l’un de nous abandonne rapidement.

Allait-il sincèrement se moquer d’elle ? Elle en doutait grandement, peut-être un peu mais pour la taquiner comme il aimait si bien le faire. Habituellement, elle avait besoin de boire un peu pour se lancer dans ce genre de jeux. D’un coup, elle songea à aller chercher une bouteille de vin rouge. Elle en avait trouvé un rapport qualité prix sympa et avait quelques bouteilles d’avance. Ça n’était pas le grand luxe mais ça n’avait rien d’étonnant venant de sa part. Kate restait fidèle à elle-même depuis toujours, malgré les embûches. La brune s’éclipsa dans le cellier pour en sortir un vin rouge puis lorsqu’elle revint, elle sortit de quoi déboucher la bouteille et deux verres pour se servir. Elle ouvrit la bouteille et ramena tout ça sur la table basse du salon avant de s’installer dans le canapé pour servir. La brune savait très bien qu'elle s'exposait à des questions personnelles. Mais c'était une chose qu'elle était prête à faire, enfin elle le croyait sur l'instant.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Sam 5 Jan - 20:36

Je souris à la remarque de Kate, effectivement c'est moi qui avait commencé ce petit jeu entre nous mais je n'allais quand même pas prendre toute les responsabilités pour toutes les bêtises que nous faisions, pas vrai ? Non pas que ça me dérangerait mais quand même, je ne peux pas être tout le temps coupable, qui avait commencé à essayer de me chatouiller d'ailleurs ? Si j'ai bonne mémoire c'était elle. Elle avait donc, bien involontairement, ouvert les hostilités, moi je n'avais fait que me défendre, c'était un cas très précis de légitime défense dirai-je même !

« C'est marrant mais on ne se souvient pas des choses de la même façon, tout a commencé quand quelqu'un, que je ne nommerai pas, a essayé de chatouiller un autre quelqu'un, en l'occurrence moi. Par conséquent je crois qu'avec un bon avocat, je devrai m'en tirer avec un cas de légitime défense alors que toi tu viens d'aggraver tes propres méfaits en revenant à l'assaut à grand renfort de chocolat. En plus tu as gaspillé du bon chocolat et ça … c'est un crime méritant la peine capitale : un baiser. »

Qu'est-ce qu'on irait pas inventer pour avoir un baiser quand même ! C'était n'importe quoi mais je crois que Kate en avait besoin et moi également. Ma vie reprenait un nouveau souffle avec la belle brune à mes côtés mais je me souvenais encore de ma vie passée au côté de Sarah, je me souvenais toujours de la douleur de l'avoir perdue. J'aimerai avoir une formule magique, connaître un sort pour oublier ce qui était avant mais tout ça est encore là. J'ai essayé de me délester du collier autour de mon cou où se trouve cette bague que j'avais offert à Sarah mais je me sentais comme Frodon devant la lave de la Montagne du Destin. J'étais incapable de m'en séparer, comme si elle faisait partie de moi, que je n'étais pas vraiment complet quand je ne portais pas cette bague autour de mon cou. C'était inexplicable et peut-être incroyablement facile à comprendre pour quelqu'un d'autre. Moi j'aimerai simplement pouvoir m'en éloigner, pour ne pas risquer de blesser Kate. Je prenais soin, chaque fois que nos vêtements se faisaient moins nombreux de la ranger dans une poche pour ne pas que Kate la voit, même s'il n'y avait aucun risque de concurrence entre les deux jeunes femmes j'avais déjà remarqué combien ma petite amie se comparait à Sarah que je décrivais peut-être trop souvent trop parfaitement.

« Le hasard ? Le shifumi est un jeu de hasard selon toi ? Non c'est un jeu de stratégie hautement avancé, c'est un jeu nécessitant une connaissance tactique incroyable, requérant des années d'expérience pour être maitrisé jusqu'à pouvoir anticiper la moindre décision de ton adversaire et … Ok pas d'échec, pas de shifumi. »

Je souris, écoutant sa proposition qui me surprend un peu. Action ou vérité ? Je ne m'attendais pas à ça, j'ai l'impression d'avoir 16 ans à nouveau, avec quelques amis et des bouteilles de bière. C'était aussi surprenant parce que cela voulait dire que Kate se mettait en danger de devoir répondre à une question à laquelle elle ne veut pas répondre. Ca me mettait aussi dans une situation délicate si elle optait pour la vérité : est-ce que j'oserai vraiment tout lui demander ? Ou lui demander ce que je pourrai avoir vraiment envie de demander ?

« Je crois que nous sommes deux jeunes gens assez entêtés pour que ça soit très drôle de jouer à ce jeu-là. Ca fait très longtemps que je n'ai plus joué à action ou vérité mais ça me convient. »

Kate décide d'accompagner ce jeu d'un peu de vin et tandis que je range la mousse au chocolat au frigo avant de nettoyer ma peinture de guerre au chocolat, elle nous sert deux verres dans le salon. Je la rejoins et m'installe, il allait falloir attendre un peu que la pâte lève, soudainement l'idée d'action ou vérité m'inquiétait un peu plus. Je n'avais pas envie de demander quelque chose qui la mettrait mal à l'aise.

« Je vais te laisser ouvrir le bal des questions en optant pour une vérité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 6 Jan - 11:16

1er Mars 2050

Cela se sentait parfois dans la façon de s’exprimer d’Henry qu’il était écrivain. Il amenait les choses d’une manière très conte. Kate ne put s’empêcher de rire à ses propos. Ils n’y en avaient pas un pour rattraper l’autre dans ces bêtises. D’ailleurs, le beau brun décida d’élever le niveau encore d’un cran en argumentant sur le grand jeu de stratégie qu’était le shifumi. Kate ne doutait pas qu’il pouvait y avoir certains éléments qui permettaient d’analyser l’autre, ses mimiques, afin d’anticiper son choix, voir de l’orienter via ce qu’on peut dire. Mais la manipulation n’avait jamais été son truc étant trop franche, trop entière, et ce malgré le milieu dans lequel elle avait grandi. Etait-ce pour lui faire plaisir ou était-ce sa façon d’être ? C’était peut-être bien les deux mais le jeune homme était rarement en contradiction avec l’étudiante, à part peut-être pour blaguer ou la taquiner. Le fait qu’il accepte aussi aisément ce vieux jeu l’amuse et la surprend. Son argument reste pour autant tout à fait valable. Aussi la jeune femme partit chercher une bouteille de vin, puis en attrapant le tire-bouchon et deux verres, elle déposa un doux baiser sur les lèvres de son amant, baiser réclamé un peu plus tôt. Puis la brune se déplaça au salon pour servir les verres. Elle fut rapidement rejointe par le chauffeur qui lui laissa le libre choix de commencer en lui annonçant choisir vérité.

Maintenant qu’elle y était, le choix de la question se révélait beaucoup moins évident et bien moins amusant que ce qu’elle avait pensé. Poser une question trop simple, c’était s’exposer à un retour de bâtons sur sa vie passée. D’un autre côté, si elle entrait dans le vif du sujet immédiatement, cela inciterait l’écrivain à en faire autant. Kate se pencha pour attraper les deux verres et en remit un dans les mains du beau brun avant de trinquer avec lui. Puis elle s’installa confortablement, enlevant ses chaussons, elle replia ses jambes sous elle, assise de côté dans le canapé pour faire face à Henry. Son bras gauche était appuyé sur le haut du canapé tandis que la jeune femme observait les alentours tout en réfléchissant à la question qu’elle aimerait lui poser sans trop se mouiller. Après tout, elle n’en était qu’à sa première gorgée et à sa première question.

Dis moi qu’envisages-tu pour l’avenir ?

C’était sorti tout seul. D’un côté, la brune était pas mécontente, il s’agissait d’une question à la fois très vaste mais aussi un minimum personnel. Henry devait être plus âgé qu’elle mais pas plus que cela probablement Il avait encore la vie devant lui et comme ils étaient partis pour se côtoyer plus qu’un minimum, cela pouvait être intéressant de voir ce qu’il souhaiterait avoir dans un avenir plus ou moins proche. Portant son verre à ses lèvres, Kate prit une bonne gorgée de ce rouge qu’elle appréciait. Parler avec le beau brun n’avait rien de compliqué en soit. Mais selon ce qui allait se dire dans cette conversation, elle savait parfaitement qu’elle pouvait se retrouver à lui confier certaines choses qui allaient lui mettre la pression. La brune commençait à se rendre compte qu’elle avait peur des réactions du beau brun, peur d’être abandonnée suite à un mauvais pas. Elle avait eu cette même étape à franchir avec Fallon. Elle se souvenait de cette fameuse soirée où certaines choses avaient commencé à être dite à l’aide de ce jeu. L’étudiante avait compris qu’elle pouvait faire confiance au garçon, jusqu’à quel point, elle ne pourrait le dire sans tester leurs limites. Une fois qu’il eut fini de lui répondre, ce fut le tour de l’ex-barmaid de faire son choix. Elle savait que ce jeu la mettait en danger, son ventre se nouait à l’idée de lui dévoiler une chose qui lui ferait prendre la fuite. Mais elle savait qu’elle lui dirait tout tôt ou tard. Et même si certaines choses à raconter ne lui étaient pas toujours agréables, il était en droit de savoir dans quoi il se lançait en voulant faire parti de sa vie.

Et bien je vais choisir vérité aussi.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 6 Jan - 11:57

Action ou vérité pouvait être un jeu extrêmement amusant comme il pouvait rapidement déraper vers des extrêmes avec des joueurs trop accrocs aux actions stupides et / ou dangereuses. Cependant il était facile d'oublier de voir combien la vérité pouvait faire mal, combien elle pouvait être dangereuse, combien c'était parfois plus difficile de répondre à une question gênante que de devoir finir sa bière en faisant un poirier sur une seule main et sans se casser de dents. En choisissant une vérité pour commencer, j'estimais lancer doucement le jeu, les actions pourraient être marrantes à utiliser si il s'avérait que les vérités devenaient trop lourdes et pénibles, si l'ambiance pesait à cause des réponses que nous apportions. Je voyais cela comme ça, d'autres préféraient bombarder d'actions et se servir de vérités pour ralentir le rythme et reprendre leur souffle. Après tout dépendrait également des actions parce que je n'avais aucune idée de quoi demander à Kate et je n'avais aucune idée de ce qu'elle pourrait me demander de faire. De la même façon, j'ignorais quelle serait sa première question puisque je la laissais ouvrir le bal du questionnement.

Elle semble réfléchir à sa demande, buvant une gorgée de vin tout en cherchant ce qu'elle pourrait me demander. J'espérais qu'elle n'entrerait pas dans le sujet de Sarah si cela devait l'amener à se comparer, mon point de vue sur ma défunte fiancée est sans doute bien trop brillant mais dire du mal des morts n'est pas une chose que j'aime faire. Pas surtout quand je l'ai aimée comme je l'ai fait. Cependant je jouerai franc jeu, me promettant de n'éluder aucune question, si douloureuse ou intrusive soit-elle. Non pas que j'avais peur d'un gage mais tout simplement que je voulais faire preuve d'honnêteté et de franchise, même si nous n'étions qu'en train de jouer à un petit jeu stupide pour étudiants. Ce qui n'est pas totalement absurde puisque Kate est elle-même étudiante ! Avec bientôt un concours à passer d'ailleurs ! J'espérais que tout se passerait bien pour elle. Un peu comme avec cette question qu'elle me pose finalement. Elle est très vague, je peux y dire beaucoup de choses comme très peu de choses.

« Une grande villa avec piscine intérieur, devenir professeur de lettre en université avec plus de 100 best-sellers à mon actif et la plus charmante des pin-up à mes côtés pour mes vieux jours … »

Je souris, tire la langue.

« Une vie simple. Ca peut paraître idiot mais je n'ai pas besoin … enfin pas envie d'avoir une grande maison avec tant de pièces que je ne sache quoi faire. Je préfère un petit chez-moi avec la personne que j'aime. Pouvoir vivre de l'écriture même si c'est en travaillant comme chauffeur à côté, rendre heureuse la personne qui partage ma vie et peut-être un enfant. Quoi que je sois loin de me sentir prêt à être père. Il paraît qu'on ne l'est jamais mais … si je peux vivre un peu d'abord, voyager, découvrir de nouveaux horizons ça serait mieux encore. Surtout si tu es à mes côtés. »

Une vie simple. Une réponse peut-être un peu stupide, un peu bateau mais je n'avais ni besoin d'une fortune immense, ni d'avoir dix serviteurs pour s'occuper de tout. Je ne voulais pas d'une vie indécente ou rythmée, je voulais une vie ordinaire avec juste ce qu'il faut d'imprévu pour ne pas tomber dans une routine déprimante. Evidemment je l'envisageais aux côtés de Kate, tant qu'à faire je préférais ça. Elle choisit une vérité à son tour et je prends le temps de réfléchir à une question, je décide de ne pas rentrer dans le trop personnel, du moins rien qui ne concerne sa vie affective.

« Pourquoi rejoindre la police scientifique ? »

Je laisse Kate répondre, curieux de savoir pourquoi elle avait choisi de rejoindre la police scientifique. Cela avait peut-être un rapport avec son passé. Etait-ce possible ? Je n'en étais pas sûr et si c'était le cas, j'espérais que Kate ne le prendrait pas mal. Quand à moi et bien après sa réponse, je continuais ce petit jeu.

« J'ai envie de voir tes talents d'interrogatrice alors je vais continuer sur vérité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 6 Jan - 14:10

1er Mars 2050

La réponse que Henry lui sortit la surprit complètement, au début. Très vite, voyant un sourire malin naître sur les lèvres de son amant, elle comprit qu’il était en train de se moquer d’elle. Lui tirant la langue à son tour, elle se retint de lui dire un “gros malin” qui n’aurait pas été volé pour écouter la véritable réponse. Par réflexe, elle faisait tourner son vin dans son verre. Ce geste pouvait paraître naturel mais pas chez Kate. Il était le signe de la naissance de sa nervosité. Ce n’était probablement que le début. Ainsi, assis tous les deux dans le canapé, ils étaient en train d’user d’un jeu vieux comme le monde pour se dévoiler pas à pas. Ce que le beau brun qualifiait de vie simple pour la miss, cela correspondait à une vie normale, loin des grands de ce monde, et de ses bassesses aussi. Lorsque vint le fait de parler d’un enfant, le coeur de la brune rata un battement. Elle n’avait jamais songé à être mère. A vrai dire, d’y penser à l’instant, elle se trouverait totalement irresponsable de devenir mère avec le futur auquel elle se destinait. Entre la police scientifique et son job nocturne, un enfant serait une faiblesse et souffrirait de la situation, un peu comme elle avec Fallon à la différence qu’elle était née dans les bas fonds, l’africaine ne l’y avait pas entraîné mais l’en avait sorti tant bien que mal.

Le fait que l’écrivain précise qu’il ne se sentait pas prêt d’être père la tortura un peu. Et si elle ne voulait jamais d’enfant, cela lui poserait-il problème ? Elle était encore bien jeune, elle avait donc le temps de changer d’avis. Mais à l’heure actuelle, cela n’avait jamais été dans ses projets de fonder une famille. Il y a peu, elle n’envisageait même pas de partager sa vie avec un homme alors des enfants … Tout ce que souhaitait son amant était beau et enviable. Mais les objectifs de l’étudiante étaient bien loin de tout cela. Comment une simple question, qui menait à une conversation des plus banales à la base, pouvait autant amener à réfléchir voir à se torturer l’esprit ? La scientifique qu’elle était, très terre à terre, s’était donnée deux buts dans la vie, un officiel et l’autre plus officieux. Elle avait l’impression qu’aucun de ces deux buts n’étaient compatibles avec les envies du garçon. Se positionnant deux secondes du point de vue du jeune homme, elle comprit rapidement que la célébrité était peut-être bien plus un fardeau qu’un honneur pour le grand timide qu’il était. La brune n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps que la question qui lui était destinée tomba. Des souvenirs remontant à pas si loin que ça lui revinrent en tête. Elle se voyait elle, dans une salle d’interrogatoire, aux côtés de sa mère et faisant face au lieutenant Hart. Christopher l’avait jugé trop vite, comme bien d’autres personnes avant lui. Rares étaient les personnes qui comprenaient sa façon d’être et de penser. La majorité des gens pensait que sa vie était régi par la haine. A juste titre ou non, mais il était vrai qu’elle avait un paquet de raisons d’être en colère. Pour autant, Kate n’avait pas choisi de haïr le monde dans lequel elle vivait mais d’aider à l’améliorer.

Je me suis demandée comment je pourrais aider à améliorer le monde dans lequel je vivais. Etre flic de terrain aurait probablement été le mieux. Mais je ne voulais pas exposer ma mère. Avocat, juge, politicien, tous ces métiers sont des jobs de façade, de celui ou celle qui aura le plus beau sourire au meilleur moment. J’avais besoin de trouver un poste qui conviendrait à mes capacités mais surtout qui me permettrait de me sentir utile. Et à force d’y réfléchir, j’ai songé à la police scientifique. Les personnes qui y travaillent peuvent être amené à aller sur le terrain mais sont surtout là pour faire parler les preuves et envoyer en prison ceux qui le méritent. Mais d’un autre côté, ça permet de rester dans l’ombre de l’EPD pour ne pas attirer l’attention.

Buvant une nouvelle gorgée, elle se sentit un peu ridicule, telle une enfant qui rêvait d’être princesse, en racontant son point de vue. Mais c’était la stricte vérité. La brune ne put s’empêcher de rire à la remarque de l’écrivain sur ses potentiels talents d’interrogatrice. Lui tirant la langue pour sa moquerie, elle commenta :

Il s’agit de talents qui ne seront jamais utilisés en dehors de ce jeu.

Réfléchissant à la question suivante, la jeune femme finit par retourner sa question à l’expéditeur. Elle sentait le stress monter un petit peu et souhaitait calmer le jeu discrètement.

Et toi, pourquoi avoir choisi les métiers d’écrivain et de chauffeur ? Qu'est-ce qui te plait là dedans ? Qu'est-ce qu'ils t'apportent tous deux ?

Elle prit une nouvelle gorgée de son verre tout en écoutant Henry répondre à sa question, ses questions même. Puis vint son tour de devoir choisir à nouveau.

Je vais continuer du côté des vérités également.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 6 Jan - 20:24

Je plaisantais sur une première réponse, ne pouvant m'empêcher de remarquer que Kate semblait y croire un peu plus dur qu'elle ne devrait vraiment le faire. Mon sourire joueur semble la rassurer, elle répond en me tirant la langue elle aussi mais je m'attendais presque à une remarque qui ne vint jamais. A la place c'était tout simplement la réponse réelle à sa question et c'était l'aspiration à une vie d'une grande simplicité en fin de compte. Beaucoup de gens rêvaient la grande vie, cette vie de richesse, de promiscuité, d'indécence, moi je voulais une vie à deux, peut-être trois, dans une simple petite maison avec juste assez de place pour se sentir bien sans avoir l'impression de se perdre entre la salle de bain et la chambre. Sans que les plats ne refroidissent entre la cuisine et le salon. On pourrait me blâmer d'un manque d'ambition à n'aspirer qu'à cette vie là, surtout quand les droits de mon livre étaient en négociation pour un futur film, que la suite commençait à se rédiger lentement mais sûrement et que ça avait tout le potentiel pour offrir à mon héroïne une nouvelle belle place dans les ventes mondiales. Malgré ça, je préférais toujours la simplicité, la vie ordinaire, c'était un choix personnel et ça me convenait mieux, je ne m'imagine pas porter des chemises et des chaussures en cuir soigneusement polies tous les jours. Je n'aurai pas la patience de les polir.

En entendant Kate choisir une vérité c'était presque un poids sur mes épaules, quelle question allais-je pouvoir poser pour ne pas mettre la jeune femme trop mal à l'aise ? Rien de trop personnel, par exemple son futur métier ! Après tout une décision comme celle d'un métier n'était pas toujours lié au hasard, parfois c'était le fruit d'une véritable réflexion, d'une volonté pure et dure qui ne dépendait que de la personne. Seulement même ce choix était réfléchi par rapport à sa situation personnelle puisqu'elle choisissait de se tenir loin du terrain pour ne pas mettre en avant sa situation et donc potentiellement celle de sa mère. Je n'aurai jamais imaginé que Kate soit rêveuse d'une façon ou d'une autre et pourtant je ne peux m'empêcher de trouver du rêve dans sa réponse. Si seulement c'était aussi simple de condamner un coupable et de le faire envoyer en prison. Elle a raison, il faut pour cela se battre contre une armée d'avocats et juges prêt à sauter sur la moindre petite erreur d'un membre de la scientifique. Un zip pas assez bien refermé, un mot pas assez bien choisi, un résultat qu'on peut exploiter d'une autre façon, pour une autre justification. C'était un choix finalement logique qu'elle faisait, aider la justice en restant en arrière-plan. Je trouvais ça un peu dommage, je suis sûr qu'elle aurait été une super policière sur le terrain. Quel chauffard ne se serait pas arrêté si elle le poursuivait rien que pour pouvoir passer quelques secondes avec elle ? D'accord, d'accord, mon point de vue est tout sauf objectif mais quand même !

Bien que ça soit à Kate de poser une question, s'amusant d'ailleurs de ma remarque sur ses talents d'interrogatrice, je la sens très nerveuse, du moins de plus en plus nerveuse. Je préfère ne rien dire pour l'instant sur les quelques petites marques de stress qu'elle laisse apercevoir. Elle me retourne une question professionnelle, s'intéressant à mes deux métiers.

« Je n'ai jamais vraiment voulu être écrivain ou chauffeur. Quand je suis arrivé à Europolis il y avait une place de chauffeur de libre, pour débutant, j'ai toujours aimé rouler je me suis dit que j'allais essayer, les clients m'ont adoré, j'aimais conduire, ça permettait de gagner de l'argent. Quand à l'écriture et bien j'ai toujours eu une imagination débordante et j'ai commencé un jour à la mettre sur papiers. Avec le temps les mots ont fait des lignes, les lignes des pages, les pages des romans … Il m'aura fallu l'inspiration provoquée par une belle barmaid pour réussir à sortir des romans d'horreur et me créer une héroïne et un univers pour percer. Faudra peut-être que j'améliore mon histoire rapport à l'écriture si un fan me pose la question un jour parce que : ce n'est pas moi qui choisi l'écriture, c'est l'écriture qui m'a choisi ça casse un peu le rêve de devenir écrivain pour n'importe qui. »

Je souris et bois une gorgée de vin, me levant pour contourner la table et m'installer à côté d'elle, déposant au passage un baiser sur sa joue. Je ne dis rien, me contentant de rester près d'elle, réfléchissant à une question à lui poser, prenant sa main libre dans la mienne et la serrant doucement.

« Est-ce que tu crois que j'ai une chance, si infime soit-elle, de parvenir à amadouer Fallon un jour ? »

La laissant répondre et pour un peu plus de légèreté, je décide d'opter pour un peu de changement, quelque chose qui peut être amusant.

« Je vais partir pour une petite action histoire de changer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 7 Jan - 16:41

1er Mars 2050

Cette soirée s’annonçait bien. Pour autant, la crainte d’un mauvais pas supplémentaire était en train de mettre la pression à la jeune femme. Stupide réaction me direz-vous mais ce n’est pas comme si elle avait choisi. Kate était ce genre de personne à passer pour une fille sûre d’elle, peut-être même trop. Dans le fond, cela n’était absolument pas le cas. Mais en présence du beau brun, elle semblait être plus perdue et déboussolée qu’autre chose. Aucun de ses repères habituels ne semblaient être effectif. Entre désorientation et apaisement, ses nerfs et son coeur étaient mis à rude épreuve. Et leur petit jeu semblait faire pencher la balance du côté de la surprise. Henry n’avait jamais voulu être ni écrivain ni chauffeur. Qu’il est trouvé simplement le métier de chauffeur ne la surprit guère. Cependant, on ne s’improvisait pas romancier. Evidemment, lorsqu’il expliqua qu’il lui avait fallu une belle barmaid pour l’inspirer, chose qu’il lui avait avoué lors de leur premier rendez-vous, la brune ne put s’empêcher de sourire et de rougir un peu. Elle porta son verre à ses lèvres tentant de dissimuler sa gêne qui était réelle. A quelle moment une ex-prostituée se retrouvait à inspirer la naissance d’une héroïne aussi somptueuse et forte que l’était celle du roman du garçon ? Heureusement, elle savait que seul son physique avait joué dans la conception du personnage. L’étudiante ne put s’empêcher de rire au commentaire du jeune homme sur sa façon de raconter sa propre histoire.

Je ne t’imagine pas vraiment être le genre à habiller la mariée. Et puis dire que l’écriture t’as choisi, je trouve cela plutôt beau en plus d’être vrai de ce que tu dis.

La brune le vit alors se lever pour venir à côté d’elle sur le canapé, venant embrasser sa joue et attrapant sa main libre en haut du canapé. Ces simples gestes firent redescendre drastiquement la pression chez la jeune femme. Plongeant son regard dans celui du garçon, sa présence avait tellement tout changé depuis la veille. Il avait tant fait pour elle, surtout après le mal qu’elle lui avait fait. Et il continuait encore à être présent, à la soutenir. Instinctivement, Kate se mit à lui caresser le dos de la main lorsqu’il posa enfin sa question. Heureusement qu’elle n’était pas en train de boire, cela aurait vraiment pu mal finir. L’étudiante ne put se retenir de rire. Leur rencontre s’était vraiment mal passée mais en plus elle connaissait l’africaine et son instinct de protection. Reposant son verre sur la table, elle reporta son attention sur Henry avant de lui répondre, un grand sourire aux lèvres :
L’amadouer carrément. Tu mets la barre haute je pense que tu le sais. Mais avec le temps, il se pourrait qu’elle te tolère.

Elle ponctua la fin de sa phrase d’un clin d’oeil avant de s’approcher de lui pour lui déposer à son tour un baiser sur la joue. Puis la belle brune attrapa la bouteille de vin pour les resservir tout en entendant l’écrivain opter pour une action cette fois afin de changer. Se redressant et reprenant son verre en main elle lui répondit :

Tu ne me rends pas la tâche facile. Faut que je trouve quelque chose de sympa mais pas trop dur à faire pour la première action.

Portant son verre à ses lèvres, l’ex-barmaid se mit à réfléchir. Son regard s’orienta par réflexe au plafond, cherchant une idée pour embêter un peu le beau brun sans être trop vilaine dans sa demande. Ce qui les différenciaient le plus c’était … tout. En y pensant, Kate se rendit compte qu’ils n’avaient pas franchement de points communs. Il est vrai qu’elle était loin de tout savoir au sujet du jeune écrivain. Lui aimait conduire et écrire pendant qu’elle s’entraînait à se battre et révisait ses cours de sciences. Il y avait bien un point qu’ils semblaient avoir en commun, c’était la cuisine. Autant la science ne se prêtait pas franchement à une action, autant le combat c’était autre chose … Un petit sourire naquit sur ses belles lèvres alors qu’elle commença à se mordiller la lèvre inférieure, reportant son attention sur le visage angélique d’Henry.

Ton action sera de me montrer tes compétences au combat de manière tout à fait sérieuse.

Voyant le garçon accepter, un peu sur la réserve, Kate posa son verre sur la table basse avant de s’éloigner un peu de cette dernière pour se mettre dans un endroit avec un peu plus d’espace. Le but n’était pas ni de se faire mal ni de casser quoi que ce soit après tout. Une fois en position, voyant qu’Henry n’osait pas, la jeune femme initia une attaque pour l’encourager. Elle n’avait pas eu tort en pensant mieux se débrouiller que lui à ce niveau là. Pour autant, il se débrouillait bien mieux que la majorité des personnes. Pour avoir dépanné Lily pour certains cours, elle s’était rendue compte de son propre niveau. Cela ne dura pas longtemps, quelques minutes tout au plus. Ils purent retourner s’installer dans le canapé lorsque la brune lui signifia qu’elle était satisfaite de sa démonstration. S’entraîner avec lui en l’absence de Fallon pourrait peut-être être une idée, qu’elle mit de côté pour le moment. Attrapant son verre, elle but une bonne gorgée avant de lui dire :

A toi d’être embêtée pour trouver une action maintenant.

Le sourire aux lèvres, Kate était fière d’elle, juste parce qu’elle avait l’impression de l’avoir sorti un peu de sa zone de confort. D’avoir un peu bougé, cela l’avait encore plus détendu. Elle vint chercher de nouveau la main du garçon sur le dessus du canapé, par réflexe ou par envie, sûrement les deux, attendant que le verdict tombe.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Mar 8 Jan - 15:27

« Je trouvais au contraire que je m'en étais plutôt bien sorti dans mon dernier roman. Si tu veux me voir à mon "pire" du cru dans ma plume je te conseille mon second roman. Apparemment les scènes étaient trop crues et choquaient les gens. »

J'avais appris à être moins direct dans mon approche depuis, à utiliser plus d'images et moins de textes qui allaient choquer. A l'époque je n'avais même pas conscience que mes écrits semblaient aussi francs et qu'ils allaient gêner les gens par la précision des détails. Je me documente souvent quand j'écris pour me rapprocher au maximum de la vérité, avec mon second roman, particulièrement horrible et gore, j'avais voulu aller plus loin, rapprocher le lecteur de la vérité de l'horreur d'un corps dépecé par mes descriptions. Je ne réalisais pas à l'époque que les gens ne cherchent pas cette cruauté dans un roman, ce qu'ils cherchent c'est l'évasion. Horrible oui mais mignon dans le même temps. Le soldat peut être décapité sans soucis, tout au pire sa tête peut orner une lance pour effrayer les ennemis mais en aucun cas il ne faut aller dans trop de précisions sanglantes et des détails sur la déformation de la tête provoqués par le passage de la lance. J'avais fini par comprendre cela en continuant de lire même les auteurs d'horreur que j'aimais et en écoutant sagement les commentaires sur mon ouvrage.

« Me tolérer ? Je m'en contenterai … au moins au début. Je n'ai pas envie d'être "le gigolo à Kate" dans sa tête. »

Ni dans la tête de qui que ce soit mais franchement ? Regardez-là, regardez-moi … On fait un peu couple disparate non ? Une belle brune au sourire ravageur et à l'esprit vif qui vie à cent à l'heure en se dopant à l'adrénaline à côté de moi … un mec lambda, presque trop ordinaire pour être honnête, souvent dans la lune à rêver d'une petite vie sans histoire. C'est stable comme du plutonium un mélange pareil.

« Un truc sympa mais pas trop dur pour ma première action ? Je pourrai t'embrasser, non ? C'est sympa et pas trop dur. »

Curieusement je doute que ça sera le choix de Kate, je la vois plutôt profiter un peu de cette action pour … bah quoi au juste ? En fait je n'ai aucune idée de ce qu'elle va me demander. Je la sens réfléchir d'ailleurs très sérieusement à cette question ce qui est surprenant, normalement action ou vérité n'est pas un jeu où l'on réfléchir de trop. D'ailleurs elle finit par trouver et je lève les yeux au ciel.

« Mes compétences de combat ? Tu risques d'être surprise. »

Soit elle estimait mes compétences au niveau zéro de l'existence sur Terre et elle sera surprise positivement en se rendant compte que je sais contrer les pichenettes et autres éternuements. Soit elle estime que je dois savoir me défendre et elle sera surprise négativement en se rendant compte que j'ai des bases … assez vagues, juste assez pour survivre dans un bar si l'autre a bu et / ou est en colère et ne réfléchit pas. Ce qui devient un mini-combat ou je n'ose pas vraiment frapper pourrait se transformer bien vite en ridicule si elle le voulait, la différence de niveau entre nous est assez flagrante. Je suis assez content qu'on en finisse avec ça et que je n'ai pas, involontairement, réussi à frapper l'étudiante en trébuchant sur elle. Je suis heureux également qu'elle ne commente pas mes performances même si je sais m'en amuser moi-même quand je reprends place dans le canapé à côté d'elle.

« Et encore là je n'étais pas échauffé, je n'ai pas eu le temps de rassembler mon chi. »

Je souris, l'écoutant dire qu'elle souhaite une action et à peine sa phrase terminée j'étais debout sur mes pieds, mon lecteur en main, regardant Kate en tendant une main vers elle.

« Une valse. »

Rapidement je cherche une valse parfaite pour ce moment. La règle est simple : plus elle est longue et mieux c'est. Si en prime c'est un rythme de valse sans en être une dans la musicalité c'est encore mieux et je sais exactement ce que je veux. Glissant une oreillette dans mon oreille, je tends l'autre à Kate tout en lançant la chanson. Les minutes défilent, trop vite, au rythme de la chanson, la valse se clôt d'un petit baiser avant de revenir sur le canapé, côte à côte.

« Je crois qu'une vérité, pour se remettre de ces émotions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Jeu 10 Jan - 19:39

1er Mars 2050

Je t'avoue ne pas avoir touché ton livre depuis un petit moment.

Et elle s'en voulait un peu dans le fond. Mais entre ses révisions, ce qui était arrivée à sa mère, elle n'avait pas franchement eu le temps. Il fallait dire ce qui était aussi, elle n'en avait pas eu envie. Le jour où elle avait rompu avec Henry, la brune avait mis le livre dans sa table de chevet, le dissimulant tant sa vue lui faisait mal au cœur et lui rappelait la cruelle décision qu'elle avait prise. Sa réaction à la réponse que l'étudiante lui avait donné à sa question vérité était à double tranchant. Elle avait dû mal à comprendre sa façon de voir leur couple. Était-ce pour cela que le beau brun avait accepté leur séparation ? Elle se rappela de ses mots lui disant qu'on ne se débarassait pas si facilement d'un petit ami, pas avec un autre homme imaginaire. Pensait-il comme elle qu'il ne la méritait pas ? Un homme aussi doux et généreux que lui pouvait tellement trouver mieux qu'une ex-prostituée qui souhaitait arpenter les rues la nuit pour combattre les vilains. Gardant cette pensée dans un coin de sa tête, elle se mit à réfléchir à une action, souriant à la suggestion très intéressante mais trop gentille de l'écrivain. A la fin de sa démonstration de combat, qui révélait quelques connaissances, le garçon la rassura sur son absence de concentration ce qui ne manqua pas de faire sourire la belle. Elle savait pertinemment qu'il se moquait de lui-même. C'est alors qu'il trouva tout de suite l'action à lui faire faire. La jeune femme n'était pas très à l'aise pour danser en couple mais cela lui rappela un bon souvenir. Ils avaient tous les deux dansé le premier soir au bar, lorsqu'ils avaient discuté réellement pour la première fois. Gêné, Henry était reparti après avoir déposé un doux baiser sur sa joue.

Se levant du canapé, Kate s'approcha du beau brun et attrapa l’écouteur qu’il lui tendit. S’en suivit plusieurs minutes d’apaisement, comme s’ils se trouvaient seuls au monde. Pas franchement à l’aise dans ce genre d’exercice, elle se laissa une fois de plus guider par l’écrivain qui semblait bien plus dans son élément que lors de leur petit combat. Ils étaient différents, c’était indéniable. Cela les rendaient-ils incompatibles pour autant ? Elle ne s’était jamais arrêtée sur ce détail, n’ayant jamais eu ce genre de relation. Etait-ce important ? A ses yeux non, les points communs ne devaient pas tout faire dans un couple. Les dernières mesures de la musique retentirent dans leur oreille alors qu’Henry déposa un baiser sur ses lèvres, court, tendre et plein de douceur. Tout comme ce moment qu’ils venaient de passer à danser. Alors qu’ils reprirent place sur le canapé, le garçon décida d’opter pour une vérité en faisant une petite remarque qui fit rire la jeune femme.

Au moins tout ça.

Réfléchissant à sa question, elle récupéra son verre pour boire un peu. Les questions sérieuses mais non intrusives, elle semblait les avoir déjà épuisée. Il y avait d’autres questions, moins agréables potentiellement, qui la taraudaient. L’écrivain lui avait déjà dit plus d’une fois qu’elle pouvait tout lui dire. Pouvait-elle aussi tout lui demander ? La brune partait du principe que oui mais surtout, la question qui lui trottait dans la tête lui tenait vraiment à coeur. La réponse allait très certainement lui faire du mal, mais elle avait besoin de comprendre. Plantant ses prunelles émeraudes au fond des yeux noisettes d’Henry, elle lui avoua :

Tu sais que j’ai envie d’en savoir plus sur toi mais surtout … J’ai besoin de comprendre ta façon de penser. Je … Je voudrais savoir à quel point je t’ai fait mal et pourquoi tu es toujours là avec moi.

Reprenant son verre, elle but une bonne gorgée, comme pour lui donner du courage. Sa réaction était évidemment ridicule mais qui sur cette Terre pouvait clamer haut et fort qu’il n’avait fait de choses stupides, dingues. Se rendant compte de son oubli, tandis que le beau brun semblait un peu surpris de son questionnement, elle ajouta :

Soyons bien d’accord, je ne me plains pas de cette chance que tu me laisses.

La question était loin d’être évidente. Kate ne savait trop si elle craignait la réponse ou la question qui allait suivre. Parce que oui, elle comptait bien choisir une vérité une fois qu’il lui aurait répondu. Après tout, cela devait marcher dans les deux sens et même si elle lui avait déjà confié beaucoup de choses, la jeune femme avait encore pas mal de secrets. Les mots de Fallon lui disant qu’elle lui faisait confiance concernant justement la confiance qu’elle accorderait à l’écrivain résonnaient dans sa tête. Demain, elle allait retourner ciel et terre pour trouver une piste qui la mènerait jusqu’à sa mère. Mais ce soir, s’ils devaient réellement se remettre ensemble, la brune devait avoir certaines réponses et probablement en donner également.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 13 Jan - 18:15

« J'imagine oui. Priorité à la recherche de ta mère et à tes études c'est évident. »

Elle ne devait pas s'en vouloir, un roman est là pour distraire, c'est une façon de s'évader, de vivre une aventure, de changer un peu de son quotidien mais en ce moment elle avait besoin d'une routine. Pour assurer au mieux ses révisions qu'elle avait sûrement prévu avec énormément de méthode, pour planifier des recherches efficaces afin de retrouver sa mère amnésique. Alors un roman, ça devait bien être le dernier de ses soucis et franchement c'était tant mieux et je ne lui en voulais aucunement. Pour autant elle avait trouvé le temps de s'imaginer un petit ami pour que nous nous séparions, j'ignore si cela rentrait dans le cadre du plan de ses études ou du plan de sa recherche de sa mère mais elle avait tenté sa chance avec le résultat que nous constations ce soir. Comme quoi je pouvais être plutôt têtu et obstiné moi-même en fin de compte.

D'ailleurs comme la jeune femme avait proposé un combat pour ma première action, je décidais de proposer une valse. Je ne lui donne pas véritablement le choix en réalité de refuser, tendant déjà une main vers elle pour l'entrainer. C'est amusant de voir Kate si habile pour se battre et pourtant en légère difficulté au moment de danser. Elle n'a pas grand chose à faire, juste à suivre le rythme de mes pas mais elle semble inutilement plus concentrée que nécessaire pour une simple danse. Tout se passe bien évidemment, sentir la présence de Kate contre moi est extrêmement agréable et c'est beaucoup trop rapidement que la danse s'arrête. Je ne peux m'empêcher un regard sur ma belle partenaire et un baiser avant que nous ne reprenions place sur le canapé. Je fais le choix d'une vérité pour récupérer de nos émotions bien qu'il semblait presque difficile de nommer "échauffement" l'effort physique réalisé jusque là.

Cependant je n'étais pas franchement prêt à la question qui allait tomber. Je la regarde en réfléchissant très sérieusement à ce qu'elle venait de me demander. Je n'étais pas encore totalement convaincu que je ne préférerai pas un gage que de répondre à cette question-là. Je la regarde dans les yeux, réfléchissant toujours à la réponse à apporter. Je commence par gagner un peu de temps en faisant remarquer une petite chose.

« J'entends deux questions dans ta phrase, du coup est-ce que ça veut dire que tu subiras le premier gage ? »

Cependant je n'espérais pas me dérober à ses demandes et après une gorgée de vin, je réponds déjà à sa première question.

« Difficile d'évaluer à quel point tu m'as fait mal sur une échelle rationnelle mais disons que ça a été loin d'être agréable. Ce n'était pas juste le fait que tu me quittes mais le fait qu'il y ait un autre, imaginer que je n'étais pas à la hauteur pour toi. Je ne peux pas te dire exactement combien douloureux ça a été mais j'espère que tu pourras te satisfaire de ce que je viens de dire. »

J'avais donc répondu à sa première question, sans pouvoir comparer précisément la douleur que j'avais ressenti à quelque chose de véritablement tangible. Ce n'était pas comme une brûlure ou une coupure, impossible de véritablement quantifier une douleur personnelle, émotionnelle.

« Quand à pourquoi je suis toujours là et bien je te l'ai déjà dit. Je pourrai te faire un long discours, un développement en thèse, antithèse, synthèse mais je vais me contenter de cette dernière : Je t'aime. »

Kate choisissait alors une vérité à son tour, elle semblait avoir beaucoup de questions à poser c'est donc également sur une vérité que j'allais reporter mon choix quand à ma question :

« Que signifie le tatouage au bas de ton dos ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 13 Jan - 19:51

1er Mars 2050

Lorsqu’elle entendit la remarque d’Henry, la brune eut un pincement au coeur. Il n’avait pas tort dans sa réflexion. Cela aurait été plus juste si ça avait été les raisons premières mais ça n’avait pas été le cas. Elle ne supportait pas la simple idée d’avoir fait du mal à l’écrivain, même si c’était pour le protéger. Elle s’était résolue à agir ainsi pensant protéger au mieux le beau brun et sa mère. Les dommages collatéraux étaient bien trop vite arrivés. Seulement, au final, dissimuler le bouquin n’avait servi qu’à penser un tout petit peu moins à sa décision et à ce qu’elle avait fait au chauffeur. Mais c’était resté en permanence dans un coin de son esprit, la rongeant à longueur de journée au même titre que la disparition de sa mère. Kate n’avait jamais cru qu’un jour elle serait capable d’aimer quelqu’un d’autre que sa sauveuse. Elle devait tout à Fallon, sa liberté, sa vie. Et c’est pour ça qu’elle comptait bien la retrouver où qu’elle puisse être. La jeune femme allait arpenter les rues d’Europolis chaque nuit sous son alias jusqu’à ce qu’elle trouve la moindre trace du passage de l’africaine et qu’elle puisse remonter sa piste. Elle devait la ramener à la maison coûte que coûte. Sortant de ses pensées, l’écrivain lui demandait si elle allait subir en premier un gage ayant posé deux questions en un seul tour.

Je dois être bonne joueuse et j’avoue avoir commis une erreur donc de toute évidence oui.

Attrapant son verre, tout comme le beau brun, l’étudiante but son verre tandis qu’il commença à répondre à sa première question. Le ventre nouait, Kate avait l’impression qu’il cherchait à l’épargner. Longtemps elle avait pensé qu’elle ne voudrait partager sa vie avec personne parce qu’elle rencontrerait personne qui ne lui convienne. Mais ça n’avait pas été le cas. Elle l’avait rencontré lui et Henry était bien le seul homme avec qui elle souhaitait passer autant de temps. Alors qu’il lui demanda si elle pourrait se satisfaire de cette réponse évasive, elle hocha de la tête. Cela ne servait à rien d’insister. Elle lui avait fait mal c’était un fait, il ne pourrait pas lui expliquer plus précisément ce sentiment qu’il avait ressenti lorsqu’il avait lu son message. Après tout, retranscrire un sentiment avec des mots n’avait rien d’évident. C’est alors que le jeune homme passa à la seconde partie de sa question. Évidemment entendre à nouveau ces trois petits mots ne pouvait pas laisser l’étudiante indifférente. Le beau brun ne semblait pas avoir changé d’avis depuis la dernière fois, malgré tout ce qu’il s’était passé. Etait-ce normal qu’il continue d’éprouver ces sentiments pour elle ? Kate n’en avait aucune idée mais ce qui était sûr, c’est qu’elle allait s’accrocher à ses sentiments et à lui. Il était une bouffé d’air dans la noyade, les rayons du soleil sur une plage qui viennent réchauffer la surface de sa peau … Reposant son verre sur la table basse, elle se décala sur le canapé pour se rapprocher du beau brun, déposant ses mains derrière sa nuque et lui donnant un baiser empli d’amour, de tendresse, de passion et d’honnêteté. La jeune femme aurait pu poursuivre longtemps ainsi mais il fallut mettre un terme à cet échange au bout d’un moment, tandis qu’ils étaient tous les deux un peu à bout de souffle.

Désolée mais j’en avais vraiment envie.

Attrapant de nouveau son verre, elle resta à proximité de l’écrivain jusqu’à ce qu’il lui pose sa question. La surprise se lut clairement sur le visage de l’étudiante. Cela faisait à présent deux ans qu’elle avait fait faire ce tatouage, un qu’elle avait choisi contrairement au vulgaire K qui était gravé à l’intérieur de sa cuisse droite. Elle savait qu’Henry avait compris la symbolique de ce premier tatouage. Il lui avait tout simplement dit la veille au soir, même si elle ne savait toujours pas comment il avait pu apprendre le prénom de Keaton. Son second tatouage, au creux de ses reins, représentait une vipère enroulée autour de deux V, le premier pour Vyper, sa sauveuse, son modèle, et le second pour Venom, le nom qu’elle empruntait le soir depuis quelques semaines maintenant. Ce pseudonyme n’était pas encore réellement connu dans les rues, il commençait tout juste à être chuchoté. Mais elle comptait bien lui donner une réputation digne de Vyper. Elle s’éloigna de nouveau du beau brun, rien qu’un petit peu. Elle avait besoin de réfléchir pour savoir par quel bout elle pouvait expliquer la chose. Relevant son regard émeraude en direction du garçon, elle le plongea dans les prunelles noisettes de ce dernier avant de commencer à lui répondre.

Connais-tu le nom de Vyper ?

L’étudiante n’attendait qu’un oui ou un non même si elle se doutait bien que la réponse serait négative. Sa mère était connue sous ce nom dans les bas fonds d’Europolis et à l’EPD. Tout le monde n’en avait entendu, pas comme Vampyr. Et même si Fallon continuait de tuer, elle avait progressé dans sa façon d’intervenir et cela était dû au fait que malgré ses propres croyances, l’africaine avait un bon fond. Sa fille en était la preuve vivante. Elle l’avait arraché des griffes de Keaton, lui avait offert un toit, une nouvelle chance, alors que personne ne se souciait d’elle.

Vyper est le nom d’emprunt de ma mère, le nom avec lequel elle signe ses actes de tueuse à gage. Il apparaît en bas du message qu’elle laisse avec les preuves de la culpabilités de la cible. C’est pourquoi j’ai accompagné le tatouage d’une vipère enroulée. Et ...

Reprenant sa respiration, Kate en profita pour terminer son verre de vin avant de reporter son attention sur Henry qui devait se douter que cela n’était pas terminé déjà parce qu’elle avait laissé sa phrase en suspens, mais aussi parce que son tatouage comportait deux V. Prenant son courage à deux mains, elle s’était jurée de faire preuve d’honnêteté jusqu’au bout.

Le second V est pour moi. Mon nom d’emprunt est Venom. Mais cela ne fait pas très longtemps que je l’utilise.

Retenant sa respiration, la belle brune attendait le moindre signe de la part de l’écrivain pour savoir s’il prenait ses jambes à son cou maintenant ou pas. Même si cette aveu devait le faire fuir, elle savait qu’il ne dirait rien. Elle en était persuadée. Une fois que le choc de la nouvelle fut digéré ou presque, l’étudiante attrapa la bouteille pour remplir leur verre respectif avant de lui demander :

Comment connais-tu le nom de Keaton ?

Elle se rappelait qu’il en avait parlé la veille. Hors ce nom n’était pas franchement connu de tout le monde. Ca serait une sacrée coincidence que Henry est entendu parler du maque de la jeune femme par un autre biais. Par la suite elle le laissa lui donner son gage ainsi que lui poser une autre vérité.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 13 Jan - 20:39

« J'aurai mieux fait de me taire. Voilà qu'il faut que je te trouve un gage à présent … Me voilà bien avancé. »

J'avais pensé que Kate ne prendrait pas le parti du gage, me voilà désormais à devoir trouver un gage pour l'étudiante et franchement j'avais moins encore d'idées que lorsque j'improvisais des questions lorsqu'elle choisissait vérité. J'allais devoir cogiter à cela mais je préférais d'abord apporter réponses à ses questions, jouant le jeu de répondre aux deux même si finalement la réponse à la première est assez évasive. Pas facile de comparer la douleur que j'avais vécu avec une douleur physique et il devenait difficile alors d'expliquer clairement ce que j'avais ressenti. Je ne me voyais pas vraiment comparer ce que j'avais ressenti à ce qu'elle avait dû subir quand Fallon lui avait tourné le dos, je ne pouvais pas imaginer ce qu'on ressentait à la "trahison" d'un parent. Elles ne partageaient pas de lien de sang mais il était évident que leur lien transcendait cela pour faire d'elles une mère et sa fille. L'amour évident que porte Kate pour Fallon en est une preuve, la réaction épidermique de Fallon à ma présence, au contact de sa fille en était une autre. L'amour qui régnait entre elles était beau, je ne pouvais passer à côté. Je n'étais pas là pour arracher Kate à Fallon et je n'étais pas là pour remplacer Fallon dans la vie de Kate. Seulement j'avais compris que trouver ma place quelque part aux côtés des deux femmes allait être un sport d'endurance et d'intensité, un jeu dangereux façon roulette russe de tous les instants. Cependant il y avait ces baisers, ces moments tendres et parfois brûlants avec Kate qui me faisaient oublier complètement ces doutes sur ma capacité à trouver ma place. Par exemple il y a ce baiser incroyable qu'elle partage avec moi, un baiser d'une prodigieuse tendresse, sa façon peut-être de me dire ses sentiments sans oser les exprimer par la voix.

« Tu as le droit d'avoir envie autant que tu le souhaites. »

Je souris, taquin mais totalement partant pour qu'elle ait ce genre d'envies de temps à autres, je crois que je parviendrai à y survivre. Je suis même sûr que je parviendrai à y survivre. Au moment de choisir une vérité, je décide de m'interroger sur ce tatouage qui me laissait perplexe, celui dans le bas de son dos, les deux serpents, les deux V qui viennent se rencontrer. Deux comme elle et Fallon, du moins je l'imaginais mais pourquoi les serpents ? Et pourquoi les V ? Des questions auxquelles Kate commence à apporter réponse en commençant par une question. Je secoue la tête, voilà un nom qui ne me disait rien, je n'avais encore jamais travaillé avec une personne usant de ce pseudonyme. Je me souvenais généralement bien des noms d'emprunt de ceux que je conduisais, que ça soit Joe le Gorille qui collecte des dettes à travers la ville dans des commerces ou Hemoglobinsky le tueur à gages à l'accent slave. Cependant le nom de Vyper ne me disait rien. Avec les explications de Kate il devient évident que je ne pouvais connaître ce surnom, je me souviendrai avoir travaillé pour Fallon et elle se serait souvenue que j'ai joué au chauffeur pour elle, ça aurait sans doute empiré mon cas d'ailleurs.

Les explications s'enchainent rapidement sur sa mère et sa méthode de travail, sur elle, laissant sous-entendre qu'elle entend bien faire tomber des têtes. Même si cela ne fait pas longtemps qu'elle l'utilise, comme une façon de tenter de me rassurer. J'étais plus que satisfait de ses explications, quoi que trouvant encore un peu surréaliste que ma belle-mère soit en fait une tueuse à gages et ma petite amie une future policière de la scientifique qui elle aussi aura un pseudonyme pour le cas où elle décide de prendre des vies pour gagner de l'argent.

« Vyper et Venom … J'adore. »

Et je suis honnête en disant cela, ça fait noms d'héroïnes … enfin d'anti-héroïnes dans le cas présent puisque apparemment il y a un code moral qui n'est de ne tuer que des coupables. De vraies justicières donc dans la droite lignée de Rorschach. En plus sexy cela dit.

La question de Kate est logique, elle devait avoir envie de savoir mais la réponse risquait bien de la surprendre.

« Tu parles en dormant parfois. Tu as prononcé son nom une nuit, tu lui demandais de ne pas faire quelque chose avant de crier nos prénoms à Fallon et moi. Quand j'ai vu le K tatoué sur ta cuisse j'ai compris. »

C'était la réponse honnête, je doutais qu'elle sache parler dans son sommeil sinon c'était le cas désormais. Quand à moi je devais lui poser une nouvelle question et cogiter sur un gage.

« Et si on gardait les gages pour après notre jeu ? Ca me permettra d'y réfléchir. »

Ce qui ne résolvait pas la question de la vérité que j'allais lui demander pour l'instant. Je regarde le vin dans mon verre, faisant tourner habilement le verre tout en réfléchissant.

« Est-ce que tu envisages de devenir tueuse à gage en dehors de tes heures à la scientifique ? »

Je dois l'avouer j'étais quand même curieux de savoir si ma petite amie espérait poursuivre dans les pas de sa mère. Juste pour … et bien me préparer mentalement à passer de mauvaises nuits les soirs où elle sera de sortie pour le "travail".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 14 Jan - 19:32

1er Mars 2050

Kate ne put s’empêcher de rire rapidement à la remarque du beau brun concernant le gage. Le but d’un gage était de forcer une personne à faire ou à dire quelque chose qu’elle n’aurait pas fait ou dit en temps normal. Evidemment, cela restait généralement dans la limite du raisonnable. Mais c’était une chose que beaucoup aimait de donner des gages. De toute évidence, ça n’était pas le cas d’Henry qui rencontrait des difficultés pour trouver une idée. En même temps, à bien y réfléchir, elle ne saurait pas quoi lui donner comme gage. Avec ce petit jeu qui leur permettait de poser des questions un peu plus facilement, jeu stupide mais utile, elle ne voyait pas très bien ce qu’elle pourrait lui demander à part peut-être un massage ou un petit déjeuner au lit ou une bêtise dans le genre … Enfin ça, ça sera possible que quand elle aura du temps à perdre une fois que sa mère sera rentrée et que ses examens seront terminés. Un sourire aux lèvres, elle se demandait bien ce qu’il allait pouvoir lui sortir comme idée. Lorsqu’il lui répondit qu’il l’aimait, cela fut plus fort qu’elle, la brune ne put s’empêcher de partager un baiser empli de tendresse, d’amour, ne sachant quoi dire mais ne pouvant rester sans aucune réaction face à ses mots. La réaction de l’écrivain la fit sourire de plus belle. Telle une promesse, elle lui dit d’une voix amusée :

Je m’en souviendrais alors.

La jeune femme fut un peu moins amusée par la question suivante, redevenant rapidement très sérieuse. La veille, elle avait compris que le garçon connaissait la signification de son petit tatouage à l’intérieur de la cuisse droite. Mais son sens de l’observation et son esprit d’analyse n’avaient pas réussi à décortiquer son second tatouage qui se situait au creux de ses reins. Cela n’avait rien d’étonnant à vrai dire. Personne à part sa mère et elle ne pouvait comprendre le sens de son tatouage et pourtant, il avait une signification bien précise. Jouant le jeu jusqu’au bout, Kate lui raconta tout. Elle voulait des réponses et c’était normal d’en donner aussi en retour. Si Henry voulait réellement faire partie de sa vie, il devait savoir à quoi il s’exposait. Très clairement, la brune s’attendait à ce que le jeu s’arrête là et qu’il ait une conversation plus poussée sur le sujet. Mais surtout, elle pensait que le beau brun réagirait, rien qu’un peu. Sauf qu’à part être fan de leur nom de code, il ne semblait pas du tout perturbé par ce qu’il venait d’apprendre. Hors, les seules personnes qui n’étaient pas surprises par cela trempaient généralement là-dedans. La jeune femme n’était pas stupide. La majorité des gens, malgré ce qu’elle lui avait déjà dit, aurait été horrifié, scandalisé ou terrorisé. Ils ne se seraient pas amusés ou émerveillés devant leur pseudonyme. Mais tout d’abord une autre question s’était rappelé à la mémoire de la belle. La veille, l’écrivain avait parlé de Keaton, son maque dont il était rien censé savoir. Avec un bon esprit d’analyse, on pouvait déduire que le K à l’intérieur de sa cuisse était une marque comme l’on marquait le bétail au fer rouge. Cela ne permettait pas de déduire le nom complet de celui qui s’était approprié sa personne pendant près de quatre ans. Lorsque la réponse tomba, la jeune femme ne put dissimuler sa surprise. Elle parlait en dormant mais elle n’en savait rien. En même temps, elle n’avait jamais passé une nuit avec quelqu’un d’autre que le beau brun. Le reste de son explication ne la surprit pas. Des cauchemars elle en faisait malheureusement régulièrement. Quand à son tatouage, la déduction qu’il avait fait été assez logique pour elle. Lorsque Henry demanda à repousser les gages à la fin du jeu, l’étudiante sourit de nouveau.

Si tu veux. Quelle tâche complexe que de me trouver un gage en même temps.

Amusée, elle cherchait à son tour à taquiner Henry. Cela permettait de faire passer le temps et de détendre l’atmosphère avant qu’une nouvelle question tombe. Evidemment, lorsque le garçon eut fini de prononcer son interrogation, elle fut une fois de plus surprise. Il en parlait comme si c’était un métier comme un autre, comme si elle avait annoncé vouloir être coiffeuse ou mannequin ou n’importe quoi d’autre. Portant son verre à ses lèvres une nouvelle fois, elle eut à peine terminé de boire le liquide rouge dans sa bouche qu’elle répondit :

Non je ne compte pas être tueuse à gage.

Marquant un temps d’arrêt, la brune se montra bien plus attentive aux réactions du jeune homme. Elle avait l’impression que quelque chose clochait, que cela n’était pas logique. Aussi elle reprit sa réponse au bout de quelques instants de pause, observant chaque signe visible chez l’écrivain.

Une tueuse à gage est non seulement payée. Mais elle tue ses cibles comme le titre l’indique. Je ne tuerais que si je n’ai pas d’autres choix. Je pense qu’il faut arrêter ceux qui font leur loi dans la rue, de manière officielle ou officieuse. Je pensais plus livrer les coupables à la police, preuve à l’appui, sans pour autant me montrer cela va de soi.

Concentrée sur l’attitude et la réaction d’Henry, l’étudiante continua de siroter son verre par la même occasion. Elle espérait voir un signe qui lui indiquerait qu’elle avait raison d’émettre des doutes. Alors que le jeu se poursuivait, la jeune femme dût lui poser une nouvelle question et pour le coup, elle en avait une toute trouvée. Prenant du recul dans le canapé, le verre toujours à la main, ses prunelles émeraudes plongées au fond des yeux noisettes du garçon, elle reprit la parole :

Comment cela se fait …. Euh pardon je vais éviter de prendre un second gage je reformule. Que me caches-tu qui justifierait ton absence totale de surprise par rapport à tout ce que je viens de te dire ?

Kate était redevenue assez sérieuse. Il n’y avait pas de logique là-dedans, pas avec les éléments qu’elle avait en sa possession. Aussi elle se devait d’éclaircir ce point qui l’aurait déjà inquiétait s’il n’avait pas s’agit de l’écrivain.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 14 Jan - 20:35

« En voilà une belle promesse, je t'y rappellerai peut-être de temps en temps. »

Visiblement après ce petit moment très intime, ce délicat baiser échangé, ma question semble provoquer un peu de gêne. Je ne sais pas si la question était mauvaise ou dérangeante mais Kate ne semble pas totalement à l'aise au moment d'y répondre, ce qu'elle fait pourtant. Elle m'explique ce que veulent dire les deux V qui se mélangent, clarifiant par la même occasion, bien que indirectement, les serpents qui décorent ce tatouage. C'était donc en raison du pseudonyme de sa mère et d'un hommage qu'elle choisissait de lui rendre qu'elle portait ces deux V qui se dessinent avec des serpents. C'était à la fois charmant et touchant mais aussi une profonde marque de respect envers Fallon. Je me rendais bien compte de la proximité qui régnait entre les deux femmes et ce tatouage venait encore confirmer d'avantage cette idée. Au moins maintenant, si je ne l'étais pas encore, j'étais définitivement fixé sur le métier de la mère de Kate mais aussi sur la proximité qui existe entre elles. Cela dit ça voulait dire qu'il me serait plus difficile encore de trouver ma place à leurs côtés. Je ne perdais pas espoir, j'étais sûr que ça pouvait marcher, même avec Fallon.

Réfléchissant à un gage mais sans parvenir à en trouver un, je décide d'attendre un peu plus tard. La vérité était un peu différente, je n'avais surtout pas envie de contraindre Kate à quelque chose qu'elle n'aurait pas envie de faire. Je réfléchissais donc à quelque chose qu'elle pourrait avoir envie de faire et qui nous amuserait, plairait à tous les deux. Pas évident pour le coup mais je suis sûr que je trouverai et, au moins, j'avais trouvé une question à laquelle j'avais envie d'une réponse, pour savoir à quoi ressemblerait mes nuits quand Kate sortirait faire "son truc". Sa première réponse me soulage, la suite en revanche attaque un peu mon sourire mais je comprends parfaitement son besoin de justice après ce qu'a été sa vie. Sans compter sa vie aux côtés de Fallon et ce qui semblait être un désir inhérent de faire le bien. Je hoche la tête sans rien dire, tâchant de laisser mon souvenir revenir sur mes lèvres, je ne suis pas franchement enchanté mais je comprenais parfaitement. J'espérais, sans le dire, que ses sorties se fassent accompagner de Fallon mais de toute évidence elles voyaient les choses très différemment. L'une ne voulait pas tuer, l'autre s'encombrait beaucoup moins de cela. Tuer c'est mal bien sûr mais garder vivant ça peut être très dangereux … Si ça permettait à Kate de rentrer bien vivante et indemne je pourrai fermer les yeux et ne rien dire. De toute façon je ne comptais pas m'opposer à son désir.

« Mon absence de réaction … Je ne te cache rien … enfin je t'ai déjà dit que j'étais moins innocent que tu te plaisais à le croire et je n'ai pas menti. Chauffeur est un métier … correct dans une entreprise mais c'est encore plus rentable dans les cercles plus sombres. Je ne conduisais pas que des riches personnes qui ne voulaient pas s'encombrer de rouler, j'ai conduit des gens bien plus dangereux. Des tueurs à gage qui faisaient le tour de la ville, des collecteurs de dettes ou de loyers, des mafieux accrochés à des mallettes au contenu obscur. J'ai même acquis une petite notoriété dans ce milieu même si je suis devenu bien plus sélectif depuis que tu es entrée dans ma vie. »

Je refusais ce qui pouvait devenir vraiment dangereux. Bien sûr un tueur à gage ou un collecteur faisant le tour de la ville pouvait devenir dangereux, ça l'était toujours moins qu'un braquage de banques ou de bijouterie, voir une sortie forcée de prison. Maintenant toutefois j'étais curieux de savoir comment Kate allait réagir à ce que je venais de dire. Quand à moi et bien je relance avec une question puisqu'elle choisissait une vérité à nouveau.

« C'est Fallon qui t'as sauvé de ta vie de … d'avant ? »

Je n'avais pas eu envie d'utiliser un mot qui aurait pu lui faire du mal mais je voulais comprendre son histoire un peu mieux. Quand à moi je repartirai sur une vérité à nouveau pour profiter de cet échange qui permettait à chacun de découvrir l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Mar 15 Jan - 20:05

1er Mars 2050

L’ex-barmaid rigola doucement lorsque le jeune homme lui promit en retour de lui rappeler cette pseudo-promesse de l’embrasser ainsi plus souvent. Il est clair que ni l’un ni l’autre ne regrettait ce genre d’échange. A l’heure actuelle, les deux tourtereaux étaient dans cette phase de passion qui donne l’impression qu’être enfermé avec l’autre des jours entiers ne poserait aucun problème tant le besoin émotionnel et physique pouvait être intense. Kate était assez désorientée à ce sujet, n’ayant jamais connu cela avant. La brune ne savait pas ce qu’était une relation amoureuse. Elle ne connaissait pas les basiques, les habitudes, les choses normales et celles qui ne l’étaient pas. Non seulement elle n’avait jamais connu un autre homme que Henry mais en plus de cela, avant de croiser sa route, elle pensait réellement ne jamais en arriver là. Avec son lourd passé, l’étudiante ne pensait attirer que des hommes stupides, ne voyant que son physique. Mais le beau brun n’était ni l’un ni l’autre. C’est bien ce qui l’avait fait craquer à accepter ce premier rendez-vous en dehors de son lieu de travail. Elle avait beau savoir que ça n’était pas raisonnable, avoir l’attention d’un homme qui ne voyait pas que son physique de prostituée l’avait surprise, titillé, charmé … Elle s’était laissée prendre au jeu de l’innocence et la naïveté que son amant affichait au premier regard.

Sauf qu’elle commençait à soupçonner quelques cachoteries potentielles du côté du garçon. Le fait qu’elle lui annonce que sa mère adoptive était une tueuse à gage et qu’elle allait suivre plus ou moins ses pas ne semblait pas le déranger. A vrai dire, il n’avait pas l’impression de ciller plus que le minimum syndical. Il était impossible pour l’étudiante de ne pas bloquer sur ce genre de situation. Combien de personnes sur cette terre entendaient la personne qu’elles aimaient leur dire qu’elle allait combattre le crime la nuit, potentiellement tuer ? Qu’il puisse accepter une telle chose à terme, elle l’avait envisagé. Après tout, elle ne lui aurait pas tout déballer sinon, craignant pour sa mère et elle. Mais le beau brun semblait prendre la nouvelle avec autant d’importance et de surprise que si la jeune femme lui avait annoncé avoir mangé une pomme la veille. Et ça, c’était pas normal du tout. Aussi, sautant sur l’opportunité de ce jeu qui permettait aisément d’en savoir plus sur l’autre, elle lui demanda en toute honnêteté ce qu’il pouvait cacher pour ne pas être choqué par une telle nouvelle. La réponse qui s’en suivit prit au dépourvu Kate. Elle pensait que l’écrivain lui disait connaître son milieu pour lui faire plaisir, la rassurer. Mais malgré sa gueule d’ange, le chauffeur trempait déjà bel et bien dans son monde. Surprise, elle n’en laissa pour autant rien paraître, trouvant sa réponse logique vis à vis de la réaction qu'il avait eu à ses aveux. Sa dernière remarque généra un petit frisson dans la colonne vertébrale de la jeune femme. La curiosité s’empara d’elle en une fraction de seconde.

Pourquoi depuis que ...

La jeune femme s’arrêta en plein milieu de sa phrase. Ce n’était pas son tour de poser une question et elle allait déjà récolter un gage, il valait mieux qu’elle ne lui donne pas une autre occasion de se rire d’elle. Adressant un sourire cachotier, elle ajouta à l’attention de l’écrivain.

Excuse-moi, je vais la garder en réserve pour plus tard.

Portant son verre à ses lèvres, la brune se fit attentive à la prochaine question de son amant. L’hésitation du jeune homme en plein milieu de la phrase laissa présentir une certaine gêne. Henry lui avait pourtant répété maintes et maintes fois que son passé ne le dérangeait. Qu’est-ce qui faisait qu’aujourd’hui il se mettait à balbutier à ce sujet ? Cela ne semblait pourtant pas être son genre de mentir. La seule fois où il n’avait pas été honnête avec elle jusque là était la veille au soir. Mais avec le recul, Kate comprenait parfaitement pourquoi il avait fait ça et elle ne pouvait décemment pas lui en vouloir. Le beau brun n’avait agit que dans le but de l’aider et rien d’autre. Sans réfléchir réellement, la jeune femme se lança dans sa réponse, connaissant l’histoire par coeur même si personne d’autre que sa mère et elle étaient au courant, une fois de plus. Elle aurait très bien pu répondre par un simple oui, mais ce n’était pas ce dont elle avait envie, pas avec lui.

Tout à fait. Ma mère a eu un contrat à remplir sur la tête d’un de mes clients. C’est comme ça qu’on s’est rencontré. Derrière, son contrat s’est étendu à bien plus de monde dans l’organisation. Je l’ai aidé à remplir son objectif et elle m’a emmené avec elle.

Au tout début, il n’y avait pas eu réellement d’attache, pas du côté de Fallon en tout cas. C’était sa fille qui lui avait fait comprendre qu’en elle aussi il y avait une humaine avec des sentiments bien réels. Buvant une nouvelle gorgée, Kate sentait l’alcool commencer doucement à faire effet. Elle reposa son verre sur la table basse avant de plonger ses yeux dans le doux regard du beau brun.

Comptes-tu rester plus sélectif concernant tes courses de chauffeur maintenant que tu connais mon travail de nuit ?

La jeune femme voulait également savoir pourquoi il était devenu sélectif, mais elle comptait bien lui poser la question par la suite.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Sam 19 Jan - 15:31

Je n'avais jamais menti à Kate, du moins pas avant la veille où j'avais dit des choses absolument abjectes que je ne pensais pas. Mais sur mon métier je n'avais jamais menti. Je suis un écrivain, je suis un chauffeur. Elle n'a jamais cherché à comprendre, avant aujourd'hui, pourquoi ce qu'elle me disait sur elle ne me faisait pas plus peur que cela, ce soir elle profitait d'un jeu pour avoir la vérité. Je réponds sans détour, après tout c'est le principe même de ce jeu, non ? Apprendre des vérités sur l'autre ou s'amuser à lui faire faire une action absolument stupide. A moins qu'on ne préfère une action permettant d'en apprendre plus sur l'autre. Imaginons que je ne sache pas cuisiner et qu'elle me demande de le faire parce qu'elle ignorait que j'en suis incapable, elle aurait découvert que je suis mauvais cuisinier et qu'il lui faudra cuisiner si elle ne veut pas souffrir d'intoxications alimentaires. Alors que je viens de répondre, Kate se laisse porter par la curiosité, entamant une question supplémentaire qu'elle tait avant de la terminer. Je comprends sa curiosité mais la question que je pensais deviner n'était certainement pas la plus intéressante, ni même une question à laquelle elle n'était pas capable de répondre seule. Pourquoi aurai-je diminué mon nombre de contrats pour devenir bien plus sélectif depuis qu'elle est entrée dans ma vie ? La réponse est assez évidente et je lui ai déjà dit plusieurs fois mais elle semblait toujours avoir cette même difficulté à se croire digne que les autres fassent des choses pour elle, rien que pour elle. Elle me dit finalement qu'elle va garder cette question pour plus tard et je souris.

« C'est gentil, déjà que je suis bien incapable de trouver un gage alors deux … Réfléchis-y quand même parce que je crois que tu connais la réponse. »

Du moins si elle était sur le point de me demander ce que je pensais. D'autant plus que c'était désormais à elle de répondre à une question. Je pensais avoir la réponse mais j'étais curieux de l'entendre de la bouche de la belle brune, savoir comment exactement les choses s'étaient passées entre Fallon et elle. Après tout, sa mère ne semblait pas de première douceur, pas franchement du genre à s'attacher au premier qui vient, pas même à une jeune femme en détresse. Du moins pas sans une raison et c'est ce que Kate semble expliquer, me laissant croire qu'elles avaient travaillé main dans la main pour faire tomber l'organisation qui la détenait. A partir de là il était logique qu'un lien se soit créée entre les deux femmes, et voilà comment Kate était fille et apparemment padawan de Fallon. Ce n'était pas une histoire ordinaire mais rien ne l'était autour de Kate, je le découvrais à chaque fois que nous avions ce genre de discussion et pourtant elle semblait toujours vouloir croire que ça allait m'effrayer ou me faire fuir.

« Déjà maline et courageuse à ce moment-là, ça ne me surprend même pas venant de toi. »

Sans compter qu'elle avait réussi à percer ce qui semblait être un cœur de glace ou de pierre pour trouver sa place aux côtés de Fallon, c'était plutôt épatant, une belle performance. Je n'avais désormais qu'envie d'en savoir plus sur le passé de Kate, ce jeu d'action ou vérité semblait devenir un jeu de vérité ou vérité et quelque part ça me convenait parfaitement.

« Pour être totalement honnête je ne compte pas rester aussi sélectif, je compte bien arrêter et vivre une vie dans le droit chemin. Mais en attendant de sauter le pas, oui, j'entends bien rester très sélectif et ne pas jouer avec ma vie. Pas quand j'ai quelqu'un vers qui revenir. »

Cela devait même répondre à son autre question, si elle n'y avait pas encore répondu seule. Quand à moi et bien je continuais dans la direction du passé de Kate.

« Comment t'es-tu retrouvée dans cette organisation dont Fallon t'as sauvée ? »

Je regarde mon verre de vin, constatant avoir pris un retard considérable sur Kate de ce point de vue, voilà encore une chose qu'elle ignorait sur moi, serait-ce au menu de cette soirée ? Peut-être si nous continuons sur le chemin des vérités que je choisis d'arpenter encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 20 Jan - 13:57

1er Mars 2050

La remarque d’Henry la fit sourire et lui confirma ce qu’elle pensait sans trop de certitudes. Alors qu’elle comptait sortir la nuit pour arrêter les criminels, lui préférait prendre moins de risques pour elle. Elle savait que ça la rassurerait de savoir ça, et elle avait envie de le remercier pour ça. Mais d’un autre côté, la brune avait l’impression d’être égoïste de vouloir poursuivre son objectif malgré les choix de l’écrivain. Chassant cette pensée, Kate se concentra de nouveau sur sa propre réponse concernant le fait que Fallon l’avait tiré de sa condition de prostituée. Rien ne semblait pouvoir perturber le beau brun ce soir là depuis qu’ils avaient commencé à échanger. Sa vie n’avait rien de normal et pourtant il ne semblait pas réagir plus que nécessaire à tout ce qu’elle lui confiait. Au contraire même, il arrivait à lui faire des compliments là où elle ne l’aurait jamais imaginé. Un sourire un peu gênée sur les lèvres, l’étudiante se demandait toujours comment elle avait fait pour voir entrer un tel homme dans sa vie. Ne sachant pas trop quoi dire, elle porta son verre à ses lèvres puis le reposa sur la table, se rendant compte un peu honteuse qu’elle buvait bien plus vite que son petit ami. Posant à son tour une question au beau brun, ce dernier lui répondit sincèrement et de manière touchante. Est-ce qu’elle avait chaud à force de boire ou bien était-ce la remarque du garçon qui mit un peu de rouge sur ses pommettes ? A l’écoute de la question qu’il lui posa, elle s’adossa dans l’angle du canapé, repliant ses genoux contre sa poitrine. Elle aperçut tout juste la gêne que le chauffeur semblait avoir vis à vis de son verre avant de se plonger dans ses souvenirs. Le regard dans le vague, elle commença depuis le tout début.

Ma mère m’a abandonné à peine quelques jours après ma naissance. J’ai été recueilli dans un orphelinat qui m’a gardé jusqu’à mes cinq ans. Après ça, on a tenté de me trouver une famille. Mais on était beaucoup alors trouver une place pour chaque enfant n’était pas le plus évident. C’est comme ça que j’ai fini à dix ans en famille d’accueil temporaire, celles qui récupèrent plusieurs enfants pour avoir les aides et qui fournissent le minimum syndical.

Marquant une pause dans son récit, la brune se mordilla la lèvre inférieure, réfléchissant à comment elle allait raconter la suite à son petit ami. Le regard perdu, elle avait instinctivement enroulé ses bras autour de ses genoux durant sa première explication sur le comment elle en était arrivée à devenir une prostituée, la propriété de Keaton.

A l’âge de treize ans, j’ai été abordé à la sortie de l’école par un homme qui m’a proposé de me faire un peu d’argent de poche en jouant les serveuses. J’étais trop jeune pour me rendre compte de la bêtise que j’étais sur le point de faire. Il faut dire qu’étant un numéro au sein de la famille d’accueil, j’avais besoin de trouver de quoi m’occuper et si je pouvais gagner un peu d’argent au passage, c’était sympa. Le fait que le travail soit dans un club qui offrait des services particuliers ne m’a jamais dérangé en soit, parce que je pensais rester une simple serveuse. Et puis lorsque j’ai eu quinze ans, Keaton m’a fait comprendre qu’il était temps que je passe à autre chose, que je réponde à ses attentes dans un autre domaine. Je me suis bêtement laissée coincer par un con. Un mois plus tard, vu mes débuts florissants comme il aimait le dire, il m’a fait tatouer ce “K”. Ca a duré deux bonnes années avant que Fallon ne les tue tous.

Terminant son récit, la jeune femme se reconnecta petit à petit avec la réalité. Elle finit par relever son regard de jade dans les prunelles noisettes du beau brun, craignant toujours cette volte-face, ce changement d’avis qu’il pourrait avoir vis-à-vis de son passé immonde. Kate oubliait qu’ils étaient en train de faire un jeu au départ. Elle avait envie d’en connaître plus sur l’écrivain qui partageait à présent sa vie. C’est aussi pour cela qu’elle répondait à ses questions sur des sujets sensibles, délicats. L’étudiante allait en aborder un de particulièrement douloureux concernant le jeune homme.

Comment as-tu vécu la perte de Sarah ?

La brune se doutait bien que cela avait été douloureux. Peut-être que le lien qui les unit, Fallon et elle, n’est pas le même. Mais elle se verrait probablement mourir si sa mère disparaissait, si elle n’arrivait pas à la ramener à la maison comme elle comptait réessayer de faire dès le lendemain. L’africaine lui avait offert sa liberté, sa vie entière. Elle était une bonne personne, même si sa sauveuse en doutait. Kate restait résolue à la retrouver, la ramener, tout faire pour se rappeler à sa mémoire et à terme, trouver une solution concernant ses pertes de contrôle. Le "jeu" devait continuer mais la jeune femme comptait bien poursuivre dans sa lancée. Un faible sourire aux lèvres, elle attrapa son verre pour prendre une bonne gorgée suite à sa question et le reposa avant d'ajouter à l'attention d'Henry, avant même qu'il n'ait répondu à sa vérité.

Tu peux partir du principe que je prendrais des vérités tant que je ne te dirais rien.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 20 Jan - 14:52

C'était un jeu qui commençait à devenir un jeu où chacun découvrait l'autre de vérité en vérité. Il apparaissait de plus en plus évident qu'aucun de nous n'avait envie de sortir des vérités pour pouvoir en apprendre d'avantage l'un sur l'autre. Ce n'est pas facile de s'ouvrir à l'autre, sous l'excuse d'un jeu ça semble tellement plus facile. Bien sûr il fallait quand même jouer le jeu de l'honnêteté qui peut en déranger certains mais pour ce qui était désormais bien plus qu'un jeu, Kate et moi répondions avec franchise. Du moins je le faisais et je doutais que l'étudiante ne s'amuse à s'inventer des histoires pour le seul plaisir de se créer une vie et un passé douloureux. Avec ce que je savais déjà sur elle et sa mère, il ne lui restait plus grand chose à cacher, je doutais qu'il y ait encore des choses qu'elle pourrait ne pas vouloir partager avec moi. Cela facilitait aussi le jeu de poser des questions puisque nous savions pouvoir tout demander. Aussi quand je lui demande comment elle s'est retrouvée entre les griffes de Keaton je sais qu'elle va me dire la vérité et je sais que je serai capable d'écouter ce qu'elle va dire. Poser une question dont on ne veut pas la réponse peut être dangereux mais je ne doutais pas une seconde des questions que je posais, du moins de vouloir connaître la réponse.

C'est beaucoup plus encore de l'histoire de la jeune femme que je découvre lorsqu'elle me répond. Elle commence son récit par le début, ses débuts dans un orphelinat après avoir été abandonnée par ses parents, son enfance dans l'orphelinat puis le début de son adolescence de famille d'accueil en famille d'accueil où elle était juste une excuse pour toucher des aides. La façon dont elle a été abordée, presque innocemment, en lui offrant de l'argent contre un boulot de serveuse puis le cercle dans lequel elle s'est retrouvée prisonnière. Un pièce malin qui s'était refermé petit à petit sur elle, comme un lapin glissant sa tête dans un collet sans s'en rendre compte. Ensuite vient l'histoire de son tatouage quand elle avait été jugée "qualitative" par son "employeur" pour utiliser des termes certainement peu appropriés. L'horreur de l'esclavage qui n'existe plus dans les pays civilisés, le trafic de la chair humaine. Un jeu pervers et horrible où elle s'est fait voler sa vie pendant deux années avant que Fallon ne vienne la libérer. Cela expliquait aisément la force du lien qui l'unissait à sa mère mais aussi pourquoi elle redoutait tant que son passé allait me dégoûter d'elle. Pourtant si la vie m'avait finalement appris une chose c'est qu'on ne peut rien faire. Quoi que l'on fasse le passé est gravé, on ne peut pas le changer si horrible soit-il. La question de Kate ne pourrait tomber dans un meilleur timing. Si je pouvais le faire, est-ce que je changerai encore mon passé aujourd'hui ? Avant de la rencontrer j'aurai tout donné de ma vie pour changer mon passé et sauver Sarah, pour prendre sa place même mais aujourd'hui ? Voilà pourquoi le passé de Kate ne provoquait pas de dégoût, parce que la vie m'avait déjà appris cette leçon importante : le passé est un intouchable contre lequel on ne peut rien faire. Ca ne le rendait ni plus doux, ni moins horrible, ça ne finissait pas par atténuer les souffrances passées mais ça forçait à se faire une raison, ce qui a été ne changera plus.

« Je suis passé par les cinq étapes du deuil sans en rater aucune. D'abord le choc et le déni, c'était impossible pour moi, ça ne pouvait pas être arrivé, même en voyant le corps, même à l'enterrement. Aujourd'hui encore il reste du déni et je me dis parfois qu'elle passera la porte du loft, qu'elle reviendra même si aujourd'hui ça serait assez compliqué. »

Je la regarde, un sourire maladroit sur le visage pour lui faire comprendre qu'elle ou Sarah … Je ne serai pas capable de choisir.

« Ensuite il y a eu la colère, j'en voulais au monde entier, au chauffard, à l'injustice, à moi-même et bien sûr l'énervement ne donnait rien alors il y a eu la phase de négociation. Je n'ai jamais été un homme de foi et pourtant j'ai fréquenté l'église plus souvent qu'à mon tour, proposant de prendre sa place, d'échanger celui qui l'avait tué contre elle car ça serait la vraie justice. Ces trois étapes sont passées très vites en quelques semaines et ensuite ça a été deux années de dépression. »

L'étape dont Kate m'avait tirée pour m'amener sur le chemin de l'acceptation. Pourtant comme je l'avais dit une partie de moi attend encore le retour de ma défunte fiancée.

« C'est là que j'ai commencé à travailler dans les cercles plus sombres, il n'y avait pas une nuit où je ne me couchais pas ivre ou sous l'effet d'herbes peu légales … souvent les deux. Je n'ai jamais trouvé de réponse au fond des verres et bouteilles que je buvais ni dans le brouillard de la fumée des joints que je fumais mais j'ai cherché deux ans. La première fois que je t'ai rencontrée j'étais là pour me saouler bien au-delà de la morale. Dans mon monde de brumes d'herbes et d'effluves d'alcool tu es apparue comme un ange auréolé de lumière. J'ai compris quelques jours plus tard que ce n'était que le sport derrière toi qui avait donné cette impression mais les choses changeaient déjà dans ma vie. Tu as apporté un changement dans ma vie dont tu n'as même pas idée, tu m'as ramené sur le droit chemin, sorti des bouteilles dans lesquelles j'avais élu domicile, tu m'as aidée à passer outre la dépression pour commencer à accepter que mon passé ne changerait pas, que je devais repartir de l'avant. »

Voilà comment j'avais vécu le décès de Sarah, voilà comment il m'avait fallu Kate pour repartir finalement de l'avant. Comment nous nous retrouvions à jouer à ce jeu normalement si enfantin mais si adulte dans notre façon de jouer.

« Que des vérités, ça me convient aussi. »

Je réfléchis donc à une question et regarde l'heure, cela faisait près d'une heure que nous étions sur ce petit jeu.

« Celle-là sera un peu plus facile que les autres : ananas sur la pizza ou pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Dim 20 Jan - 21:32

1er Mars 2050

Lorsque cela fut son tour, Henry se plia à l’exercice, au fait d’évoquer un souvenir passé difficile, blessant. Leurs expériences respectives n’avaient rien de comparables, mais aucune d’entre elles n’étaient enviables. Les mots du beau brun sont forts, emplis de sentiments et d’émotions. Dire que cela ne fit pas mal à la brune était absurde. Non pas qu’elle souhaiterait être choisie à la place de Sarah, si la question devait se poser ce qui n’arrivera pas. Mais le fait qu’il espérait encore la voir franchir le seuil de la porte parfois avait quelque chose de douloureux. La brune était incapable de lui reprocher. Mais elle ne pouvait rester insensible à une telle déclaration. Elle restait persuadée au fond d’elle de ne pas mériter le jeune homme. La tentative de sourire du garçon passa aux oubliettes tant elle était concentrée sur son récit. Sauf qu’elle ne s’attendait pas du tout à ça la petite étudiante. Le fait qu’il est passé une à une les étapes du deuil ne la surprenait guère. Par contre, imaginer l’écrivain complètement ivre et défoncé, c’était une autre histoire. Alors son métier de l’ombre n’était pas récent, il avait commencé bien avant de la connaître. Apprendre que le premier soir dans son bar aurait dû être comme n’importe quel soir dans un bar : avec de l’alcool à outrance, lui fit bizarre. Avait-elle réellement pu avoir un tel impact sur le garçon juste de par sa présence ? Le rouge de ses joues s’accentua grandement au fur et à mesure qu’il continuait d’évoquer leur première rencontre, si toutefois on pouvait appeler ça une rencontre. La façon dont il la décrivait lui donna des frissons, n’ayant absolument pas ce genre d’image d’elle-même.

Accusant plus ou moins le coup, surprise par cette réponse si franche et si perturbante, Kate entendit tout juste le beau brun accepter le fait qu’ils ne fassent plus que des vérités. Perdue dans ses pensées, elle n’arrivait pas à concevoir que ce qu’il venait de lui raconter soit vrai, qu’elle ait pu jouer un tel rôle dans sa vie, dans sa sortie de l’enfer. Mais d’un autre côté, elle était incapable de le remettre en question. Ils avaient joué franc jeu depuis le début. Mais surtout, Henry ne lui avait jamais menti jusque là. Il avait toujours été sincère avec elle alors pourquoi commencerait-il à mentir aujourd’hui ? Ca n’aurait aucun sens. S’il avait été le genre d’homme à se satisfaire d’une nuit avant de s’éclipser, la rupture que la jeune femme avait provoqué l’aurait arrangé plus qu’autre chose. Mais l’écrivain était toujours là, à ses côtés. Désorientée par les aveux du garçon, elle fut plus que surprise par cette question si anodine et peu sérieuse par rapport aux sujets précédents. Aussi cela fut nerveux et incontrôlé mais la belle brune partit en fou rire. Le chauffeur allait très certainement pas comprendre ce qui était en train de se passer mais elle ne pouvait pas s’arrêter de rire, blottie dans l’angle du canapé. Au bout de quelques secondes voir minutes à se concentrer sur sa respiration, l’ex-barmaid finit par se calmer. Relevant la tête, elle observa son interlocuteur qui semblait à la fois choqué et amusé. Laquelle des deux était la bonne réaction ? La brune n’en avait pas la moindre idée.

Excuse-moi. Le changement de degré dans notre conversation m’a fait craquer je crois.

Se levant du canapé, elle laissa toutes les émotions qu’elle avait ressenti au cours de la dernière heure s’échapper dans le baiser qu’elle offrit à Henry avant de l’entraîner avec elle dans la cuisine. Regardant l’heure indiquée sur le four, il avait eu raison de lui faire la remarque, il était temps de faire à manger. Le vin avait commencé à lui monter à la tête avec tout ce qu’elle avait bu. Se retournant, elle se blottit à nouveau dans les bras de son petit ami pour l’embrasser. Oui ce qu’il venait de lui avouer lui avait fait du mal. Mais ses paroles l’avaient aussi réconforté avec le fait qu’il la voulait vraiment elle. La brune était à présent incapable de remettre ses dires en doute. Ce nouveau baiser se fit un peu plus insistant que l’autre, sûrement à cause de l’alcool qui faisait de plus en plus effet.

Personnellement, j’aime beaucoup les ananas mais après c’est comme tu veux.

Attrapant la pâte à pizza qui avait bien levé, elle commença à l’étaler avec un rouleau à pâtisser sur une feuille de papier sulfurisé qui allait faciliter le transfert sur la grille du four. Le beau brun était déjà en train de chercher les ingrédients dans le frigo. Ils n’avaient pas grand chose à faire en soit. Une fois la pâte étalée, ils allaient mettre les ingrédients dessus et enfourner la pizza au four. Kate programma le four pour le faire préchauffer. Le garçon en profita pour prendre la place qu’elle occupait quelques secondes avant afin de mettre les ingrédients sur la pâte. Elle ne put s’empêcher de le prendre dans ses bras, collée à son dos.

Vu que j’ai eu une question facile, je t’en fais une facile aussi. Enfin je pense qu’elle l’est. Préfères-tu continuer de discuter ou bien souhaites-tu regarder un film ou une série ?

La belle brune n’en avait que faire de la suite du programme. Actuellement, tant qu’elle restait à proximité de l’écrivain, elle avait l’impression qu’elle pourrait tout surmonter : retrouver sa mère, avoir son concours, l'avoir lui … Une fois tous les ingrédients mis sur la pâte, Kate fit glisser la pizza crue sur la grille du four et enfourna pour les douze prochaines minutes. Un beau sourire aux lèvres, elle revint se lover contre son petit ami et lui dit :

Après tu avais peut être une autre idée pour la suite de la soirée. On fera ce que tu veux.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 1110
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 21 Jan - 20:08

Parler de ma défunte fiancée à Kate ne faisasit pas parti des choses que j'aimais faire, en fait j'essayais même d'éviter ce sujet. Seulement dans ce petit jeu auquel nous étions en train de jouer, je n'avais pas vraiment le choix. Je pouvais toujours répondre vaguement, de façon abstraite, je préférais la vérité telle qu'elle est, la vérité telle qu'elle se doit d'être exprimée pour que Kate comprenne exactement ce dont il retournait. Les étapes du deuil que j'avais eu du mal à franchir, surtout pour la dernière dont elle avait été ma porte de sortie. Je parlais aussi de ce sentiment idiot mais dont je n'arrivais pas à me défaire, celui qui me faisait croire qu'elle rentrerait bientôt, qu'elle allait passer la porte un jour ou l'autre et revenir vers moi. C'était idiot, je le savais parfaitement mais je n'arrivais pas à passer outre ce sentiment, comme un espoir absurde ou une habitude trop tenace. Dans le canapé il m'arrivait parfois d'avoir l'impression d'entendre le bruit de ses clés,de ce porte-clef en métal qui buttait contre la porte en métal, toujours trois fois avant qu'elle n'ait ouvert la porte. Je tournais la tête, à chaque fois mais bien sûr il n'y avait jamais personne derrière la porte qui ne s'ouvrait pas. Sarah ne reviendrait pas, elle ne franchirait plus jamais la porte de notre loft, cela empêchait-il cet espoir fou qui m'habitait ? Comment pouvais-je savoir pertinemment que ça ne pouvait pas arriver et continuer de l'espérer malgré tout ? C'était idiot et absurde dans le même temps mais comme un tatouage que je regretterai je n'arrivais pas à m'en défaire, c'était toujours là aussi stupide que ça soit. J'espérais simplement que ça ne blessait pas trop Kate, j'aurai pu taire cela mais je voulais être honnête avec elle et je l'avais été, répondant à sa question jusqu'au bout.

Après ces discussions sérieuses, ma question sur la pizza et l'ananas est bien légère, extrêmement anodine et visiblement … hilarante ? Aurai-je dit quelque chose de si crétin que ça en devenait stupide ? Etait-elle de ces gens totalement opposés à l'idée de mettre de l'ananas sur une pizza ou, au contraire, était-elle une fanatique de cette préparation ? Je la regarde, un sourire nait sur mes lèvres, je réalise soudain que je l'entends rarement rire ainsi et qu'elle a un rire absolument charmant auquel il est bien difficile de résister. Son visage illuminé d'un grand sourire entre quelques rires qu'elle tente d'apaiser. Elle parvient finalement à se calmer et s'excuse, expliquant que c'était le changement brutal dans notre conversation qui avait provoqué ce fou rire. Visiblement elle ne s'était pas attendue à cette légèreté soudaine mais étrangement j'avais le sentiment que ça allait nous faire énormément de bien à tous les deux. Nous avions parlé de choses très personnelles, très intimes, des choses qui faisaient notre vie avant l'autre, un peu de légèreté ne pourrait donc pas faire de mal.

« Ne t'excuse pas, tu as un rire charmant. »

Venant se lover contre moi, elle m'embrasse tendrement, des baisers charmants auxquels je répondais amoureusement en oubliant presque ma question à laquelle elle apporte une réponse.

« Dans ce cas, va pour de l'ananas. »

S'occupant de la pâte, Kate me laisse soin de choisir ce qu'il y aura sur la pizza. Je coupe un poivron, du jambon et l'ananas que je dispose sur la pâte soigneusement étalée et sur laquelle s'étalait une fine couche de sauce tomate. Kate collée contre moi, accrochée dans mon dos et me posant une question également bien plus facile que les précédentes.

« Choix difficile mais si on regarde un film et que tu viens te lover contre moi je crois qu'il n'y a pas de choix. Ca sera un film mais à condition que ça soit ton préféré. »

Etant assez cinéphile et très bon public je ne m'inquiétais pas trop de parvenir à le regarder jusqu'au bout. Mes bras enserrent la belle étudiante qui vient d'enfourner la pizza et qui s'en est revenue vers moi. Elle semble d'humeur coquine, à moins que ça ne soit mon côté masculin.

« Ce que je veux ? Tu devrais te méfier, j'ai une imagination sans limite … et ton gage pourrait bien devenir un gage coquin … A tes risques et périls. »

Je souris et viens l'embrasser avec toute la tendresse dont je suis capable, prolongeant longuement ce baiser, en venant presque à regretter que nous ayons enfourné cette pizza juste à l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 5195
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   Lun 21 Jan - 22:17

1er Mars 2050

Henry était tellement facile à vivre. La seule erreur qu’elle avait commise, et non des moindres, était d’avoir voulu l’exclure de sa vie. Seulement à cet instant, elle avait l’impression que quoi qu’elle fasse, le garçon allait apprécier sa façon de voir les choses, de dire sa pensée. Ils préparèrent tranquillement la pizza et la brune ne put s’empêcher d’avoir ce contact avec l’écrivain qui l’apaisait et la faisait se sentir vraiment bien. A croire que cette semaine loin de lui, à imaginer qu’elle ne le reverrait jamais, qu’elle ne profiterait plus de sa tendresse, de ses caresses, de sa gentillesse … Le beau brun avoua préférer regarder un film si cela lui permettait de la garder dans ses bras, chose qu’elle ne pourrait absolument pas lui refuser, tant elle aimait ça aussi. Seulement voilà, elle avait beau avoir fait un bon nombre de soirée films avec sa mère adoptive, la jeune femme était incapable de dire quel était le film qui lui plaisait le plus. Mais elle se rendit compte que ça n’avait pas d’importance. Le choix du film ne pouvait pas influencer le reste de la soirée, elle n’y croyait pas une seconde. Aussi, plutôt que tergiverser trop longtemps sur ce genre de questions, l’étudiante préféra se rabattre sur un choix déjà tout fait, le film préféré de sa mère :

Et bah écoute j’ai bien envie de te proposer Piège de Cristal, le Die Hard numéro un.

On a parlé de la fille Ward. Ni la mère ni la fille ne sont romantiques au point de regarder des films à l’eau de rose. Mais Kate aimait regarder cette trilogie aux côtés de l’africaine. Non seulement il y avait de l’action mais aussi quelques scènes bien marrantes. Elle espérait toutefois que cela ne dérange pas le beau brun. Enfournant la pizza dans le four, ce dernier l’enlaça dès qu’elle eut terminée de mettre à cuire leur repas. Sa remarque la fait à la fois rire et un peu rougir. S’approchant tranquillement de lui, se mordant légèrement la lèvre inférieure, l’étudiante déposa un baiser au coin des lèvres du garçon, à la fois douce et provocatrice. Plongeant son regard émeraude dans les yeux noisettes d’Henry, elle lui dit :

Oui ce que tu veux. J’espère bien qu’en tant qu’écrivain tu as une imagination débordante. Cette soirée est la tienne donc tu fais ce que tu veux.

Elle aurait pu ajouter qu’il faisait ce qu’il voulait d’elle que cela ne changeait pas grand chose. La brune l’avait bien trop fait souffrir ces derniers jours pour lui refuser quoi que ce soit, dans la limite du raisonnable évidemment. Mais cette limite du raisonnable n’était probablement pas la même pour le beau brun et l’étudiante. Aussi, la jeune femme avait envie de faire plaisir à son petit ami après plus de vingt-quatre heures à prendre soin d’elle. Elle lui attrapa la main et le ramena au salon, lui indiquant de s’installer comme il voulait dans le canapé puis elle se tourna vers le meuble télé pour sortir le coffret Blue-ray de Die Hard et inséra le premier CD dans la fente du lecteur. Une fois sur le menu, elle lança le film et posa la télécommande sur la table basse avant de rejoindre Henry sur le canapé, s’installant dans ses bras. Les premières minutes passèrent assez vite jusqu’à ce que Kate ait besoin de se relever pour aller chercher la pizza. Elle ramena cette dernière cuite et découpée sur la table du salon et en prit une part, attendant que le garçon se serve avant de croquer dans son morceau.

As-tu rien qu’une petite idée du gage que tu vas me donner ou bien je peux commencer à me réjouir à l’idée que tu ne trouves rien ?

Un petit sourire aux lèvres, la brune s’amusait à le provoquer juste pour rire. Elle se doutait bien que même si le gage était simplet, elle en aurait tout de même un à faire. Après sa seconde part, n’ayant plus très fin, elle s’installa de nouveau contre l’écrivain. La soirée était bien avancée, et la jeune femme se colla un peu plus contre son petit ami, ayant la flemme d’aller chercher de quoi la couvrir. La chaleur du corps d’Henry était cent fois plus appréciable qu’un plaid ou une couverture. Suivant le film, elle glissa dans un murmure au beau brun :

Quand on aura terminé de manger, je te propose qu’on aille se poser dans ma chambre pour être plus tranquille.

Il faut dire qu’elle avait encore du sommeil à rattraper et que le canapé était loin d’avoir le confort de son lit. Après, il est vrai aussi que rejoindre un lit confortable risquait de l’attirer dans les bras de Morphée plutôt qu’elle ne profite de cette soirée avec le garçon.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Truth or Dare   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] Truth or Dare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]
» Montre-moi, apprends-moi, contrôle-moi...! [Livre II - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: