Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 When the pain seizes a soul ...
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 4352
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 5
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: When the pain seizes a soul ...   Mar 30 Oct - 21:15

28 Février 2050

Cela faisait déjà plus d’une semaine que Kate vivait seule, une semaine entière de souffrance psychologique. N’ayant pu dire ce qu’elle aurait dû dire à Henry ce fameux soir où la mer était déchaînée, elle avait fini par lui envoyer un simple message pour tenter de se libérer de ce fardeau qui pesait en plus sur son âme en peine. Évidemment, se détacher du garçon ne fut pas aussi évident que cela. Déjà parce qu'il ne s'arrêta pas à son message mais il finit par lui répondre tout ce qu'elle aurait probablement aimé entendre de sa part, en d'autres circonstances. Mais parce que la jeune femme n’avait pas du tout envie de se détacher de lui. Elle ne le faisait que par nécessité. La brune savait que c'était mieux pour lui, pour eux deux. Elle venait déjà de perdre sa mère pour une durée inconnue et la douleur que ça lui provoquait était déjà bien trop dur à supporter. Mais justement, n'ayant plus Fallon à ses côtés, la séparation était d'autant plus déchirante et douloureuse. Elle était allée jusqu’à lui mentir en inventant un autre homme dans sa vie pour être certaine qu’il lâche prise. A sa place, imaginer Henry avec une autre la blesserait tellement qu’elle ne voudrait probablement plus le revoir. Elle se doutait qu’elle allait le sortir de sa vie définitivement par cet acte. Mais elle ne pouvait pas lui imposer sa vie et ses dangers, il ne méritait pas ça. Ce dont elle ne se rendait pas compte, c’est qu’elle ne lui laissait pas le choix, elle lui imposait la chose. Même si c’était dans son intérêt à lui de base, l’étudiante ne se rendait pas compte qu’elle agissait mal en lui ôtant sa décision, un peu égoïstement. De plus, elle s’était faite une promesse de ne jamais le voir blessé ni physiquement ni sentimentalement. Et pourtant, c’était ce qu’elle avait fait. La disparition de sa mère l’avait poussé à accélérer leur rupture, la rendant plus brutale, avant qu’elle ne change d’avis en l’absence du soutien de Fallon. Elle aurait pu appeler Lauren ou Nora pour en parler mais cela n’aurait rien changé à ce qu’elle devait faire. Henry ne pouvait être mêlé à leurs histoires, il ne méritait pas ça.

Kate avait enfin terminé son job de barmaid. Évidemment ses derniers jours auraient pu être beaucoup plus simple si Damian n'était pas revenu dans les parages. Rien que de le voir, les images d'eux durant leurs ébats quelques années plus tôt avaient repris leur place dans son esprit. Et ces potentielles vidéos qui circulaient à son sujet lui nouaient l'estomac, lui donnant envie de vomir. Mais le pire, c'est que toutes ces histoires et toutes ses préoccupations lui avaient fait baisser sa garde et son ex-client en avait profité pour l'assommer à moitié alors qu'elle allait fermer le bar et qu'ils étaient plus que tous les deux. Ses mains sur son corps lui avaient tellement rappelé de mauvais souvenirs, ramenant des images passées dans son esprit comme si ces dernières étaient toujours d'actualité. Il l'avait laissé seule dans le bar après avoir abusé de sa position se riant de l'ex prostituée qu'elle était et lui faisant comprendre qu'elle ne serait jamais bonne à autre chose que ça. Après cela, le peu d’heures que la brune réussissait à dormir s’étaient envolées. Son esprit ne cessait de tourner en rond, elle tombait de sommeil mais se réveiller aussi vite sous le joug des cauchemars.

Avec tout ça, la brune était dans un état pitoyable depuis plus d'une semaine. Si elle avait croisé des gens qu'elle connaissait ils l'auraient trouvé vraiment mollassonne. Il était facile de faire croire que c'était à cause de la fatigue mais cela était surtout dû aux pensées qui traversaient son esprit en permanence. Elle avait une certaine hargne, une agressivité qu’on ne lui connaissait pas, qui ne lui ressemblait pas. Malgré le fait que sa coach n'était pas disponible, l'entraînement ne pouvait être négligé. Déjà que ses révisions en vu du concours avançaient au ralenti. Seulement son entraînement allait directement impacter le fait de ramener sa mère, la motivation était donc encore plus grande. Elle devait la battre à son propre jeu pour stimuler sa mémoire. L'étudiante n'avait pas trouvé d'autres solutions. Aussi, elle avait poursuivi les entraînements sans Lily, elle avait même augmenté leur nombre. La brune s'était même mise au jogging. Elle quitta donc son appartement en milieu d’après-midi, mettant la musique dans les oreilles pour se rendre à la salle à pied et finissait par relire le dernier message d’Henry, celui qui faisait si mal et qui la poussait à continuer de se battre. Jamais elle ne mériterait un homme comme lui, mais ce qu'elle avait eu de lui était déjà beaucoup. Ça lui faisait aussi mal que ça lui donnait la rage de vaincre. Mais relire ce message restait une douloureuse vérité, celle où elle avait mis un terme à une relation tout juste commencée alors que le bonheur semblait à portée de bras. Arrivée à la salle, Kate enleva son manteau et son écharpe. Constatant rapidement l'absence de sa coach, elle installa ses bandages à ses mains prête à s'échauffer. Si elle n’en avait pas vraiment besoin lors de ses entraînements en tête à tête avec Lily, elle avait pris l’habitude de frapper un peu dans un sac chez elle et comptait bien réitérer la chose ici pour se défouler. Lorsque l'amazone pointa le bout de son nez, elle s’approcha de sa coach et lui fit la bise :

Salut Lily, que fait-on aujourd’hui ?

Droit au but, la jeune femme habituellement enjouée avait laissé la place à une personne assez froide et distante, quelqu’un qui se maîtrisait tout juste en permanence pour ne pas exploser en plein vol.

***************
Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 02 Bonus de Marave à cramer.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Mer 14 Nov - 21:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1564
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Mar 13 Nov - 11:26

When the pain seizes a soul... × feat Kate Ward


La nuit avait été agitée mais cela n’avait rien de surprenant… Mon sommeil devenu calme depuis presque un mois s’était à nouveau fait chaotique cette dernière semaine. L’enfer que nous avions connu sur les quais n’avait pas seulement laissé des marques physiques… non ! Il avait fait remonter à la surface d’anciens cauchemars et en avaient créé de nouveau. Voilà pourquoi je me redressais soudainement dans le lit en sueur, tenant fermement ma dague et observant tout autour de moi. Rien ! Pas le moindre ennemi. Je soupirais, la main posée sur mon ventre et je me décidais à me lever. Il était tôt mais traîner au lit ne serait pas une bonne idée. Je venais d’avoir ma dose de cauchemars !
De plus je ne pouvais pas continuer à annuler mes cours, du moins pas tous. Ceux de ce matin étaient maintenus ; j’avais prévenu mes élèves. Je devais donc me préparer mais cela allait prendre plus de temps que d’ordinaire. Je guérissais très vite en temps normal mais les brûlures que m’avait infligée cette mystérieuse boîte semblaient plus ‘graves’ que de simples brûlures ordinaires. Je devais donc les soigner chaque matin. Cela me prenait du temps et m’agaçait mais je le faisais. Il ne fallait pas que ça empire et que je fasse une infection ou un truc dans le genre. Me rendre à l’hôpital m’était impossible et je ne voulais pas prendre de risque inutile qui pourrait me mettre en danger ! Je devais rester en forme pour que ma grossesse se passe bien.

Ce fut avec plaisir que je retrouvais mes élèves. Je commençais par répondre à leurs questions et il n’était pas étonnant qu’il y en ait quand on voyait mon état. Mes débardeurs de sport ne cachaient pas mes bras et ne dissimulaient donc pas les bandes qui maintenaient les compresses stériles grasses. Je leur expliquais que je me trouvais sur les quais avec une amie lorsque la tempête avait frappée et que je ne me souvenais pas de la suite si ce n’était que du chaos. Après cela les entraînements commencèrent et je ne faisais que quelques démonstrations sans réellement participer. Mes élèves pratiquaient et je corrigeais leur erreurs !
Cela me rappela qu’il serait préférable que j’annule mon entraînement de l’après-midi avec Kate. Elle était de plus en plus douée et un cours théorique ne l’aiderait en rien. Cela ne serait qu’une perte de temps pour elle. Je lui écrivais donc un message rapide en lui expliquant que j’étais désolée mais que je n’étais pas en forme pour assurer un cours digne de ce nom. Sur ces entrefaites une élève vint me régler ce qu’elle me devait et le deuxième cours commença.

Après avoir mangé un morceau je m’endormais sur le canapé installé dans le bureau sans même m’en rendre compte. La reprise avait été épuisante ! J’ouvrais un œil et me figeais en entendant du bruit dans la salle… quelqu’un utilisait le sac de frappe. Je me levais en silence et m’approchais de la porte entrouverte pour découvrir la présence de Kate. Je fronçais les sourcils en récupérant mon téléphone et c’est là que je constatais que je n’avais pas appuyé sur ‘‘envoi’’. Je soupirais et observais mon reflet… J’étais plus pâle que d’ordinaire et j’avais des cernes que mon correcteur n’avait pas réussi à camoufler. Je ne pouvais plus rien y faire maintenant et je me décidais à rejoindre la brune.
Elle m’accueillit en me faisant la bise et me demanda ce qu’on allait faire aujourd’hui. Alors que j’allais lui dire que je préférais annuler je fronçais les sourcils. Quelque chose clochait. Kate n’était pas… Kate ! Oubliant la mine épouvantable que j’avais, je m’inquiétais.



- Kate ? Tu vas bien ? Tu as l’air étrange…


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 4352
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 5
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Mer 14 Nov - 21:17

28 Février 2050

Ne voyant pas Lily arriver, la brune ne s'inquiétait pas plus que ça se doutant qu'elle n'allait pas tarder et qu'elle n'était occupée que par un léger contre-temps. Cela faisait une semaine qu'elle ne s'était pas entraînée après tout et cela devenait nécessaire pour l'étudiante. Elle s'était même mise à courir pour essayer d'évacuer tous ses sentiments qui la rongeaient. Mais cela restait impossible d'oublier rien qu'un instant que sa mère, amnésique, traînait quelque part loin d'elle. Elle se retrouvait totalement seule ayant fait sortir Henry de sa vie à contre cœur. Malgré le fait qu'elle ne travaillait plus, enfin, elle restait dans le flou, incapable de retrouver la trace de l'africaine, le cœur déchiré à l'idée qu'il lui arrive quelque chose. Impuissante, elle avait cette rage grandissante qui s’emparait petit à petit de tout son être. Frappant le sac, enchaînant les coups, elle imagina rapidement la tête de son ancien client qui l'avait prise par surprise et qui avait réussi à lui faire mal psychologiquement bien plus qu'elle ne voulait se l'avouer. C'est à ce moment là qu'elle vit Lily s'approchait. A voir sa tête, la coach n'était vraiment pas en forme en plus d'être blessée. Cela expliquait le fait qu'elle n'avait pas pu venir s'entraîner avec elle depuis une semaine. La remarque de la jeune femme en disait long sur sa propre apparence. Lily ne l’avait même pas salué, il fallait croire que son reflet était bien piteux, à l’image de ce qui avait à l’intérieur. Il allait donc falloir qu’elle sorte les rames à présent.

Ouais ne t’inquiète pas. J’ai enfin fini mon travail et je pense que j’ai accumulé beaucoup trop de fatigue.

Observant l’amazone de bas en haut et de haut en bas, celle-ci était dans un piteux état. Elle comprenait mieux pourquoi elle avait annulé leurs précédents cours. Arrivait-elle à faire tourner sa salle comme d’habitude ou bien avait-elle annulé tous les cours durant la dernière semaine ? Au vue de son physique, elle n’avait pas l’air apte à donner un cours. La brune donnait l’impression d’être limite inapte à la position debout à vrai dire. Malgré son état déjà bien dégradé, la jeune femme ressentit de la compassion pour Lily qu’elle commençait sérieusement à apprécier. Elle ne put s’empêcher de questionner son mentor concernant les faits passés mais aussi à venir.

Tu m’expliques un peu ce qu’il t’est arrivé ? Tu es sûre que ça va le faire pour aujourd’hui ?

Déçue, elle risquait de l’être. De toute évidence, sa coach n’était pas du tout en état. Mais vu son état, il fallait être honnête. Elle ne se voyait pas tenter d’attaquer l’amazone qui était déjà bien amochée. La frustration commença à monter petit à petit. L’ex-barmaid se rendait compte qu’elle s’était reposée sur le fait qu’elle allait pouvoir se donner lors de son entraînement. Elle avait transformé son cours en besoin quasi-vital. L’éloignement volontaire et horrible d’Henry, la disparition volontaire de sa mère à cause de son amnésie et cet homme qui l’avait à moitié assommé puis touché lui rappelant à quel point sa personne était sale et détestable. Un frisson la parcourut tant le souvenir était douloureux. Jetant un oeil au sac, elle se rendit compte qu’elle allait devoir probablement soulager ses maux intérieurs avec un simple sac de boxe. Reportant son attention sur son professeur, elle eut une idée, un peu folle, mais qui pourrait peut-être leur convenir à toutes les deux :

Tu as besoin d’aide pour gérer ici ?

Les yeux dans les yeux, l’étudiante attendit patiemment, avec toute la patience dont elle était capable dans son état actuel, afin d’écouter ce que l’amazone avait à lui dire. Légèrement tremblotante, elle n’était pas très posée, pas très calme. Elle espérait au moins que l’entraîneuse la laisse utiliser son matériel pour se surpasser encore plus que d’habitude, malgré le peu de forces qu’elle avait au vu de son train de vie actuel. Elle se nourrissait peu et dormait peu, signe d’un surmenage qui n’était en rien lié à son travail à présent inexistant.

***************
Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 02 Bonus de Marave à cramer.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1564
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Lun 10 Déc - 0:52

hrp:
 

When the pain seizes a soul... × feat Kate Ward


Cela faisait plus d’une semaine que je n’avais pas coachée et je n’étais pas reposée pour autant. La matinée m’avait fatiguée ! Pour ne pas dire épuisée puisque je ne m’étais même pas rendu compte que le message destiné à Kate n’avait pas été envoyé. Je le comprenais en constatant la présent de la jeune femme et avant même de vérifier mon téléphone. Kate était têtue, c’était un fait, mais je ne pensais pas qu’elle se serait tout de même pointée ici si elle avait reçue mon message. Alors malgré ma mine de déterrée je me décidais à aller la voir… Je ne me sentais pas en état de l’entraîner mais je pourrais toujours lui filer quelques conseils supplémentaires et il n’y avait aucun souci pour qu’elle utilise les appareils de musculation. J’en avais d’ailleurs rajouté deux !
J’allais le lui dire quand je fus surprise par son comportement et je l’interrogeais immédiatement après un léger froncement de sourcils. Elle avait fini son travail ? Je ne saisissais pas ce qu’elle venait de dire et ma fatigue n’arrangeait rien. Je hochais la tête pour ce qui était de la fatigue… J’étais dans le même cas et ma grossesse n’arrangeait rien car c’était également une des causes de mon épuisement.



- Tu en as fini avec ton travail ? Comment ça ? demandais-je. Et puis qu’est-ce que je suis à l’ouest… je ne te demande même pas comment ça va et je ne t’ai même pas salué ! ajoutais-je en secouant la tête. Faut dire que je m’étais assoupie…


En bref, je me réveillais. Habituellement j’étais parfaitement d’attaque en moins de cinq minutes ! Mais depuis les quais il me fallait un peu plus de temps… Heureusement qu’Amarice prenait soin de moi car je n’étais pas certaine du fait que j’aurais pu le faire moi-même. Après tout je n’aurais jamais pu fuir si la blonde n’avait pas été là. Je soupirais ensuite en entendant les questions de la brune. Non pas parce que la jeune femme m’importunait mais parce que je ne savais pas quoi répondre. C’est alors que je la fixais droit dans les yeux en me rappelant qu’elle aussi était présente.
Est-ce que je devais évoquer ces faits ? Pourquoi je ne le ferais pas ? Il n’y avait pas que moi de présente après tout… J’hésitais et je choisissais de répondre à la seconde question pour commencer. Une mine légèrement confuse, je reprenais la parole.



- A vrai dire je voulais encore reporter ta séance… mais j’ai oublié d’appuyer sur ‘envoi’ une fois que j’ai eu terminé d’écrire le message qui t’étais destiné, avouais-je. Mais maintenant que tu es là rien ne t’empêche d’utiliser le matériel… j’ai deux nouveaux appareils d’ailleurs. Puis je me taisais, hésitant à nouveau. Pour ce qui m’est arrivé… J’étais au mauvais endroit, au mauvais moment. Et pour être sincère je ne suis pas certaine d’avoir compris ce qui s’est passé, précisais-je pensive mais honnête.


Je me demandais encore qui était cette femme et d’où lui venait cette force ? Elle ne semblait pas être une Amazone ou une des mes sœurs mais une chose était certaine… Elle n’était pas qu’une simple humaine ! Et cette boîte alors ?! Que contenait-elle ? Comment se faisait-il qu’elle avait réussi à me mettre KO ? Lorsque cette question me vint à l’esprit j’observais mon bras portant encore des marques de brûlure comme plusieurs autres endroits de mon corps… Les plus sérieuses étaient encore couvertes de compresses.
C’est alors que je relevais la tête pour observer Kate. Je n’étais pas certaine d’avoir bien compris sa question… enfin, si ! Mais c’était inespéré…



- Tu me propose de l’aide ? demandais-je hésitante. Parce que ce si c’est le cas j’aurais envie de répondre immédiatement oui mais… mais je ne pense pas que je pourrais te payer ! avouais-je. Enfin, je veux dire par là pas un salaire complet.


En même temps je ne savais même pas ce qu’elle avait voulu dire par besoin d’un coup de main… Est-ce qu’elle comptait venir tous les jours ? Seulement de temps en temps mais plus qu’à l’ordinaire ? J’allais vite le savoir.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 4352
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 5
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Jeu 13 Déc - 17:03

28 Février 2050

Les entraînements seules lui pesaient. La brune n’avait pas l’impression de se dépenser autant que lors de ses entraînements avec sa mère ou Lily. Elle s’était mise au jogging, pensant trouver dans cette activité l’épuisement physique qui lui était nécessaire, mais cela ne semblait pas suffisant non plus. La jeune femme n’arrivait pas à compenser l’épuisement psychologique qu’elle subissait au quotidien. Il faut dire qu’elle avait déjà un rythme de vie éreintant avant que tout ne déraille. Entre son travail et ses études, ses journées étaient plus que remplies. En ajoutant à ça les entraînements harassants de sa mère, tout le monde n’était pas capable de faire une journée type comme les siennes. Et pourtant, c’était une battante qui ne lâchait rien. C’était … Aujourd’hui, Kate était de moins en moins reconnaissable. Elle n’avait pas ouvert un bouquin  depuis plus d’une semaine, s’entraînant et recherchant sa mère sans relâche. Elle tentait au maximum de fuir ses problèmes. Lily réussit à décrocher un semblant de sourire sur le visage de l’ex-barmaid lorsqu’elle lui expliqua qu’elle était à l’ouest complet.

Ne t’inquiète pas pour ça. Tu sais que je suis encore dans les études. Je viens de quitter mon travail de barmaid pour la dernière ligne droite avant mon concours. J’avais besoin de plus de temps pour réviser et me reposer afin d’être en forme pour les épreuves. Les deux dernières semaines de travail ont été assez intense et éprouvante. Mais c’est fini ça y est.

Le travail mais aussi tout ce qui était autour en somme avait rétamé l’étudiante.. Elle avait plus subi qu’autre chose au cours des derniers jours. La seule chose qu’elle avait déclenché d’elle-même était sa rupture avec Henry, douloureuse mais nécessaire après réflexion. Elle vivait dans un monde dangereux. Le fait d’intégrer la police et en même temps de se lancer dans ses interventions nocturnes n’allaient en rien arranger cette situation. Venom était son objectif, son but dans la vie. Bien que Fallon était contre, aujourd’hui elle en avait d’autant plus besoin qu’elle devait remettre la main sur l’africaine qui l’avait totalement oublié, effaçant ainsi six ans de leurs vies à chacune, six années de vie commune au cours desquelles il y avait eu des rires, des moments plus sérieux, du partage et une adoption officielle. Lorsque sa coach lui expliqua qu’elle avait voulu annuler sa séance, la déception pouvait se lire sur son visage. Evidemment, elle n’en voulait pas à Lily, cela se voyait qu’elle n’était pas en état. Son invitation à se servir des appareils était gentille, elle comptait bien profiter de cette dernière. Mais cela restait insuffisant par rapport à un vrai combat qui lui aurait permis de se dérouiller un peu. La remarque de son entraîneuse lui fit penser à la semaine précédente, lorsqu’elle s’était retrouvée à affronter sa mère au lieu de l’Ogre : mauvais endroit et mauvais moment.

Je comprends. Mais j’avoue que j’ai bien besoin d’une bonne séance donc vu que tu le proposes, je pense la faire ici. Tu étais sur les quais toi aussi ?

S’était-elle blessée là-bas ? Kate s’en était bien sortie par rapport à beaucoup d’autres. Il y avait eu des morts, beaucoup trop de victimes collatérales à son goût. Lily faisait-elle partie de ses personnes malheureusement ? La brune ne se souvenait pas de l’avoir aperçu. En même temps, avec le monde qu’il y avait eu, cela n’avait rien de surprenant. Instinctivement, elle avait proposé dans la foulée de donner un coup de main à son entraîneuse. Elle n’était pas coach sportive mais avec ce qu’elle savait, elle pourrait peut-être la dépanner un peu. La réponse de la jeune femme la désarçonna et lui arracha un second sourire. Son entraîneuse était vraiment une personne avec un bon fond, elle avait appris à la découvrir lors de ses cours particuliers.

Je ne pensais pas me faire rémunérer. Après si tu m’offres quelques séances, le temps que je t’aide je vais pas dire non. Mais je sais pas ce que je peux faire pour t’aider. Je n’ai jamais donné de cours.

Ni en sport, ni en combat, ni dans aucun autre domaine, la brune n’avait jamais enseigné. Lily allait probablement pouvoir la guider à ce niveau là. Se déplaçant dans la salle, la jeune femme commença à charger une machine. Rien ne l’empêchait de travailler et de discuter avec sa coach en même temps. Le besoin de se vider, d’extérioriser se faisait de plus en plus ressentir. La brune ne se doutait pas que cela pouvait avoir encore plus d’impact sur sa façon d’être et d’agir. Mais surtout, elle ne se rendait pas compte de ses propres limites qui étaient actuellement largement dépassées. Elle était seule et surtout elle était à bout. S'asseyant sur le banc de musculation, la coach vint la rejoindre alors qu'elle commençait à travailler ses bras. Suite à quelques sorties, la jeune femme s'était rendue compte qu'elle manquait de force dans les bras, en particulier lorsqu'il fallait déplacer le corps d'une personne. Le regard de l'étudiante en profita pour observer les bras de sa coach, qui n'était pas plus épais que les siens. Pourtant, elle était prête à parier que sous ses bandages se cacher une force plus grande que la sienne. Ce qui était sûr, c'est qu'elle semblait réellement blessée au vu la quantité de bandes qui recouvrait ses bras. Ses yeux dérivèrent sur son ventre qui était légèrement bombé. Lily était une femme svelte, qui était probablement enviée par toutes les autres femmes pour sa ligne parfaite. Son interlocutrice reprit la parole et l'attention de Kate se focalisa sur son exercice et les dires de son professeur.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1564
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Lun 14 Jan - 22:21

When the pain seizes a soul... × feat Kate Ward


Je comprenais à présent ce que voulait dire Isa quand elle déclarait qu’elle avait l’impression d’être complètement rouillée. Chaque matin depuis cette fameuse nuit j’avais l’impression d’être totalement bloquée et cela était aussi le cas lorsqu’il m’arrivait de m’assoupir en journée. Heureusement cela n’était pas le cas en cet instant alors que je me rendais compte, après m’être endormie, que je n’avais pas envoyé le message que j’avais rédigé à l’attention de Kate ! Donc forcément elle était là.
Je me remarquais également que j’étais assez contente de la voir même si j’étais gênée de ne pas pouvoir assurer son cours une fois de plus. Encore dans les vapes je tentais de lancer une conversation mais je m’excusais aussitôt de ne pas avoir salué la brune. Je notais également dans un coin de mon esprit que les siestes au boulot étaient à bannir. La question était de savoir pendant combien de temps je pourrais assurer mes cours !
Je me concentrais donc sur les paroles de Kate tandis que mon esprit s’éclaircissait. Mais oui, son boulot de barmaid et j’avais complètement zappé que son concours se rapprochait rapidement. Mais j’étais persuadée que la jeune femme le réussirait. Elle était volontaire et travailleuse ! Cela ne faisait aucun doute quand on l’observait et son principal défaut était peut-être son impulsivité. Enfin, difficile de juger ce point précis lorsque l’on croise la personne principalement pour des séances de combats.



- J’imagine que cumuler autant de choses ne doit pas être de tout repos… mais je suis certaine que tu es assez douée pour atteindre les objectifs que tu t’es fixée, déclarais-je en toute honnêteté. Si tu es aussi appliquée et perfectionniste dans les études que tu l’es lors de mes cours je ne me fais aucun soucis.


Pour ma part je n’avais aucune idée du déroulement des études dans le monde des hommes. Lorsque le Grand Temple existait encore j’y avais étudié et j’avais appris énormément de choses. Cependant cela ne changeait rien au fait que je ne savais pas ce que faisaient les enfants, les adolescents et les jeunes adultes lorsqu’ils étudiaient. J’avais quelques notions mais tout cela restait flou. Bien entendu je n’avais jamais posé de question à ce sujet pour ne pas passer pour une idiote mais peut-être qu’Amarice aurait des réponses. Je lui demanderais ce soir !
En attendant je proposais à Kate d’utiliser les machines que j’avais récemment acheté pour la salle et qui était, même pour moi, un moyen agréable de faire du sport autrement qu’en combattant quelqu’un d’autre. Cela évitait les coups mal placés. D’ailleurs, en parlant de blessures, je n’entrais pas dans les détails concernant ce qui m’était arrivé.
Avec un sourire j’indiquais l’une des machines à Kate.



- Je te conseille de commencer par celle-ci puisque tu t’es visiblement déjà échauffée. Puis je me faisais plus sérieuse, plus pensive même. Apparemment mon élève m’avait peut-être aperçu sur les quais. Oui, j’étais sur les quais, reconnus-je, d’ailleurs je t’ai vu. Il me semble que tu n’étais pas seule, continuais-je en fouillant dans le souvenir de cette nuit brouillonne à mon esprit. Tu étais avec un jeune homme que je connais… je crois. A vrai dire j’ai un peu de mal à me souvenir de tout ce qui s’est passé…


Oui ! Il me semblait l’avoir vu de façon très éphémère avec Henry. Mais je n’étais sûre de rien ! Pour le moment les souvenirs restaient flous mais je savais qu’ils reviendraient dès que j’aurais retrouvé complètement la forme. Car ce n’était pas encore le cas ! J’avais repris le boulot uniquement parce que je devais m’occuper et que je n’aimais pas faire fond bond à mes élèves.
Cependant, la proposition de Kate me fit réagir immédiatement. Avoir de l’aide serait vraiment génial… même si je ne pourrais pas lui offrir une véritable paie aux vus de mes derniers investissements et de la perte de revenus dus à mon absence.



- Seulement des séances gratuites ? répétais-je avec un sourire. Comment pourrais-je refuser ! déclarais-je. Et je suis certaine que tu pourras m’être d’une grande aide. Je dois me ménager et je n’étais même pas censée reprendre… alors tu pourrais mettre en application mes cours. Je serais la théorie et tu seras la pratique pour que les élèves visionnent bien mes explications. Qu’est-ce que tu en pense ? Et puis si ça marche on pourra réitérer ça quand… si jamais il m’arrive de ne pas pouvoir assurer mes cours une autre fois, rectifiais-je.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 4352
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 5
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Mar 15 Jan - 23:36

28 Février 2050

Lily semblait à la fois compatissante et encourageante avec l’étudiante. Il est vrai que depuis qu’elle avait commencé les cours avec sa coach, la brune avait passé pas mal de temps avec elle. Même si elles échangeaient peu sur les autres sujets que le combat et l’auto-défense, elles avaient déjà passé quelques heures ensemble à raison de deux à trois heures de cours particuliers par semaine. Il faut dire que cela lui avait un peu manqué ces cours de combat où Kate pouvait se défouler comme elle voulait et sortir de son quotidien. Elle aurait bien eu besoin de ça au cours de la dernière semaine écoulée avec tout ce qu’elle avait vécu. Rien qu’à cette pensée, la jeune femme eut un pincement au coeur à l’idée de ne jamais retrouver sa mère. L’africaine était son pilier, sa référence. Elle était celle qui la soutenait sans condition et en toutes circonstances. Fallon croyait en elle et l’avait poussé à en arriver là. Elle était si proche d’y arriver et en même temps si proche de tout rater tant l’absence de sa sauveuse avait un impact sur sa vie. Mais malgré son état déplorable, les mots de sa coach l’atteignirent et lui firent du bien. Sentir que quelqu’un la jugeait méritante, à sa place, lui faisait du bien au moral, elle qui avait difficilement confiance en elle, contrairement aux apparences. C’était bête mais malgré son état apparent, Lily gardait sa joie de vivre, son sourire. Se voulant rassurante, Kate lui adressa un sourire qui n’était pas des plus convaincants.

J’ai survécu ne t’inquiète pas. Ecoute il ne reste plus beaucoup de temps avant que l’on sache le fin mot de l’histoire. Les examens du concours d’entrée commencent dans deux semaines.

Lily lui conseilla donc une première machine que la brune régla pour elle avant de s’installer pour commencer à travailler. Elle avait commencé directement par une charge un peu supérieure à ce qu’elle faisait d’ordinaire. Son besoin de se vider, de lâcher prise était toujours présent. Elle sentait cette anxiété, cette nervosité grandir en elle. La jeune femme restait concentrée en permanence pour maîtriser ses pulsions naturelles qui avaient tantôt envie de lui faire cogner dans un mur tantôt de frapper dans un sac jusqu’à ce qu’elle s’écroule au sol. Ses nuits étaient plus qu’agitées. Enchaînant les répétitions, l’étudiante écouta attentivement son professeur sur les conseils qu’elle pouvait lui donner. Elle ne s’arrêta pas franchement sur le fait que Lily l’avait aperçu sur les quais. Mais la remarque qui suit déconcentra quelque peu Kate, passant à deux doigts de faire un faux mouvement tant sa concentration était fébrile.

Merde … Quelle idiote.

Reprenant son rythme, répétant de nouveau le bon mouvement, elle revint sur ce que sa coach lui avait dit. Arquant un sourcil, la brune était assez inquiète d’apprendre que Lily avait des soucis de mémoire. Sa mère n’aurait pas été la seule à être touché. Cela voulait-il dire qu’elles auraient vécu la même chose ? Ou bien était-ce une simple coïncidence sans aucune corrélation d’aucune sorte ? Suspicieuse, l’étudiante se décida à poser la question.

Tu ne te souviens pas de tout ce qui s’est passé ce soir là ?

Modifiant légèrement son mouvement pour travailler d’une autre manière, Kate sentait les muscles de ses bras qui commençaient à chauffer sérieusement. Elle sentait également qu’elle manquait de force, d’énergie. Mais une bonne séance ne lui avait jamais fait de mal alors ,concentrée sur sa respiration , la brune continuait de s’exercer et de forcer sur les muscles de ses bras.

C’est le médecin qui t’as conseillé de te ménager suite à tes blessures ? Avant de songer à me prendre régulièrement pour te remplacer, voyons déjà ce que ça va donner.

Sincère, elle resta tout de même bloquée sur l’allusion non assumée au fait qu’elle aurait probablement besoin d’elle prochainement. Poursuivant ses mouvements répétitifs, son regard se perdit dans le vide jusqu’à ce qu’il se pose sur une chose qui lui faisait toujours face, le ventre gonflé de l’Amazone. Cherchant à faire une mini pause, la jeune femme attrapa sa bouteille d’eau pour boire avant de poursuivre son entraînement, debout dos à la machine afin de chopper les bouts des cordes et de soulever les poids à l’aide des muscles du dos principalement.

Dis moi comme tu voudrais qu’on s’organise. Quelles sont les horaires où tu aurais besoin de moi ?

Fallon, Henry, Damian … Toutes ces histoires ne cessaient de tourner en rond dans sa tête, grignotant le peu de temps libre qu’elle avait. Le bon point entre guillemet c’est qu’elle n’avait pas besoin de partager son temps entre Fallon, Henry, les révisions et les entraînements.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1564
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   Hier à 23:24

When the pain seizes a soul... × feat Kate Ward


Je ne savais pas d’où me venait cette impression étrange vis-à-vis de Kate. Je ressentais de l’inquiétude pour elle alors qu’elle semblait aller parfaitement bien ! Était-ce parce que je l’avais vue sur les quais et que de mon côté j’en étais sortie salement amochée ? Peut-être… Pas sûre ! J’avais l’impression que la jeune femme n’était pas vraiment là, comme si quelque chose la préoccupait. Je l’aurais bien questionnée mais toutes ces impressions m’étaient dictées par mon instinct. De plus si je me trompais complètement Kate risquerait de me prendre pour une cinglée ! Alors je me taisais ou tout du moins je ne l’interrogeais pas directement.
Je prenais de ses nouvelles avant de me montrer des plus honnêtes concernant ses capacités. J’étais persuadée que la jeune femme allait réussir ce qu’elle avait entreprit. C’était une battante cela ne faisait aucun doute et c’était avec franchise que je le lui rappelais.
J’écoutais ensuite la jeune femme avec attention même si je me dirigeais vers l’entrée pour récupérer une bouteille d’eau. Je buvais quelques petites gorgées tout en revenant vers la jeune femme. Je hochais la tête.



- Dans deux semaines ! Déjà ? déclarais-je. Je n’ai pas vu filer le temps… J’ai l’impression que tu m’as parlé de ce fameux concours pour la première fois hier. C’est fou !


Puis je me montrais un peu plus professionnelle en indiquant à mon élève la machine qu’elle pouvait utiliser en premier. Cette dernière était assez fonctionnelle et Kate pourrait travailler la plupart de ses muscles dessus. Bien sûr je commençais à connaître assez la jeune femme pour savoir qu’elle aurait sûrement préféré un combat mais je ne me sentais vraiment pas apte à le faire. Pourtant j’aurais réellement aimé pouvoir assurer pour un duel contre elle.
Ne pouvant pas bouger comme je le voulais je comblais mon manque d’activité par du bavardage. Une vraie fille ! Cependant j’oubliais une chose… ne pas déconcentrer une personne faisant du sport. Je notais le faux mouvement de Kate avant qu’elle ne jure. Était-ce moi qui l’avais déconcentrée ? Je n’en savais rien. J’étais juste en train de lui dire que je l’avais vu avec un jeune homme et que tout était flou dans mon esprit concernant cette fameuse nuit. Rien de bien surprenant ! Si ? De mon point de vue ça ne l’était pas.



- Ça va ? demandais-je.


Mais déjà la jeune femme reprenait son entrainement avec sérieux. J’esquissais un léger sourire et m’adossais à la deuxième machine pour observer mon élève. Elle n’aurait bientôt plus besoin de mes conseils mais je me gardais bien de lui faire cette remarque. Kate faisait partie de mes élèves préférées et cela m’agaçait déjà assez de ne pas pouvoir combattre à nouveau contre elle.
La question de cette dernière me sortit de mes pensées. Je passais ma main derrière ma nuque en haussant les épaules.



- Non, je ne me souviens pas de la façon dont je me suis retrouvée en vie et loin des quais. C’est l’amie avec qui j’étais qui m’a tout raconté ! J’ai été brûlée après avoir reçu une sorte de choc d’un objet ressemblant à une caisse étrange, ça je m’en souviens. Et ensuite c’est le néant ! Mais il faut dire que juste avant ça j’étais tombée sur une folle qui distribuait de sacrés coups. Je me demande ce qu’elle est devenue, dis-je pensive. Et toi ? Tu as fui comment ?


Elle ne semblait pas avoir été blessée mais peut-être avait-elle pu quitter les lieux avant que tout ne dégénère réellement.
D’ailleurs je devais faire de la peine à voir puisque la brune me proposa de l’aide pour mes cours. Immédiatement j’acceptais mais c’était sans me douter que cela allait engendrer des questions auxquelles je ne saurais pas forcément quoi répondre. Je n’avais pas été voir de médecin pour la simple et bonne raison qu’il me demanderait peut-être de faire un test sanguin ce qui était impossible. Je me contentais de suivre les conseils d’Amarice.
Pourtant je hochais la tête de manière positive à la question de Kate.



- Je suis sûre qu’on va former un duo de choc, dis-je en souriant. Et oui, je dois me ménager suite à mes blessures et surtout au coup que j’ai pris sur la tête. Faut dire que j’aie été sacrément sonné mais ça va mieux de jour en jour, précisais-je avec un clin d’œil.


Pourquoi étais-je aussi ravie ? Parce que j’avais peut-être trouvé le moyen de ne pas complètement fermer ma salle de sport pendant la fin de ma grossesse. Ok ! Les horaires seraient peut-être différents mais c’était mieux que rien. Le truc était que j’allais peut-être devoir annoncer à Kate que j’étais enceinte… Je ne savais pas comment aborder le sujet et je préférais ne pas le faire de suite. Bien sûr le temps m’était compté puisque mon ventre avait légèrement commencé à s’arrondir. J’eus d’ailleurs l’impression que la brune observait cette partie de mon corps !
Mais je ne prêtais pas plus attention à cela et lui répondais.



- Je pense que le mieux serait que tu puisses venir pour les cours collectifs. Ce sont les plus intenses et surtout ceux qui me permettent de vivre. Pour les cours individuels je verrais comment faire plus tard, dis-je en oubliant que je parlais d’une soit disant éventuelle aide dans le futur.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: When the pain seizes a soul ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
When the pain seizes a soul ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» La Cascade de Pain : Illustration
» !! ..: Poor Soul :.. !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: