Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMar 8 Jan - 17:29

16 mars 2050




Son sommeil est agité. Par la violence, le sang, la mort. La sensation d’être elle, mais pas tout à fait. Elle voit des choses qu’elle ne reconnaît pas. Des lieux, des visages, des objets. Du sang, beaucoup de sang. Et la douleur. Cette douleur si détestable. Si récurrente. Familière. Les yeux s’ouvrent, une vision trouble s’ouvre sur une pièce, mais il lui faut cligner plusieurs fois des paupières pour pouvoir éclaircir sa vue. Elle réalise qu’elle est dans sa chambre, dans son lit douillet et confortable, mais putain ce qu’elle a mal. Sur son chevet, elle trouve un verre d’eau et des anti-douleurs, du moins suppose-t-elle que c’est ça. Figée sur son matelas, elle fait le point sur ses douleurs.

Cuisse gauche. La plus cuisante, précise et virulente. La plus profonde. Le reste, c’est diffus un peu partout. Elle s’est pris une sacrée raclée. Le problème, c’est qu’elle n’a aucune idée de comment, ni pourquoi. Tout ce dont elle se souvient, c’est de s’être réveillée dans le bureau de Raven, et dans un état pire que le sien, son cadavre sous les yeux. Était-elle responsable de son meurtre ? Pourquoi ? Elle n’avait pas pu s'appesantir longtemps sur ses interrogations, il fallait agir. Alliant l’action à la pensée, elle avait récupéré un morceau de tissu pour se faire un garrot à la cuisse et mis en place ce qu’elle avait rapidement conclu. Contactant un allié, le seul dont elle pensait pouvoir se fier à l’heure actuelle, elle lui avait demandé de se débarrasser du corps chez les flics. Il ne l’aura pas eu vivante, mais il l’aura morte, et elles ne risqueront plus rien.

Pendant ce temps, elle avait parcourue la totalité du bureau, jusqu’à l’épuisement. Elle était rentrée, mais c’était écroulée dans l’inconscience dès qu’elle avait aperçu sa fille. Kate allait bien, c’était la seule chose qui importait. Voilà ses derniers souvenirs, avant ça, rien. Avant ça, elle était prise dans la tempête à zeeland islands. Et depuis ? Combien de temps s’est écoulée ? Lâchant un soupir, elle regarde résolument le plafond sans prendre d’anti-douleur. “Kate ?” Appelle-t-elle, sa voix est rauque, faible, trop sans doute pour que sa fille l’entende.

Fallon a toujours été une très mauvaise patiente, rester couché, c’est procrastiner et elle a horreur de ça. Elle veut voir sa fille, parler avec elle jusqu’à pas d’heure, après quoi, elle se mettra au travail parce qu’elle doit sûrement en avoir. Bouger le moindre muscle lui fait atrocement mal, sa peau est tiraillé à certains endroit, sans doute des points de suture. Son visage ne s’en sort pas mieux, un de ses yeux ne s’ouvre pas totalement et un coin de lèvres supérieur semble bien gonflé. Elle doit être belle à voir.

Voyons ce que ça donne de se lever. L’une de ses jambes tient le coup, l’autre est flageolante, mais tient le coup si elle ne reste pas longtemps appuyé dessus. Quant à la douleur, elle peut faire avec. Mieux vaut ça que rester immobilisée dans un lit. Habituée à faire le moins de bruit possible, c’est clopin clopant qu’elle sort de sa chambre assombrie pour rejoindre la pièce à vivre. Elle entend du bruit dans la cuisine. “Kate ?” Elle ne sait pas l’heure qu’il est, ni quelle jour on est, par la fenêtre elle voit que le soleil commence à décliner doucement.

“Qu’est-ce que tu fous dans ma cuisine ?!” S’exclame-t-elle virulente. Elle aurait dû s’en douter, ce n’est pas Kate qui aurait laissé sur son chevet des anti-douleurs, elle sait les effets que ça provoque. Se shooter ce n’est vraiment pas l’idée du siècle pour Fallon, ça a tendance à lui faire perdre le contrôle de son épiderme. Entre elles ce n’est pas vraiment le problème, mais si elles reçoivent de la visite… Disons que Fallon s’est habituée à subir, sans artifices.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMer 9 Jan - 13:37

Voilà quelques temps déjà que j'avais commencé à vivre avec Kate, chez elle ou plutôt chez sa mère mais en l'absence de Fallon les choses avaient été très différentes entre Kate et moi Nous avions été plus proches qu'auparavant, également en raison de cette fausse rupture provoquée par l'étudiante. Nous étions finalement à nouveau ensemble et le temps avait filé très rapidement. Entre ses révisions et la recherche de Fallon, les jours avaient défilé, je veillais à ce que Kate continue de bien réviser et ne consacre pas tout son temps à rechercher sa mère. Elle avait passé tellement de temps à travailler pour réussir son examen que je ne voulais pas qu'elle oublie son avenir, même si ce dernier lui semblait sombre depuis quelques temps. J'étais conscient des consignes très précises qu'avait donné Fallon concernant ma présence mais voilà près d'un mois que ces consignes n'avaient pas été respectées. Pas par manque de respect pour elle mais parce que Kate avait besoin que je sois à ses côtés, du moins c'est l'impression que j'en avais et il était logique que Kate reste ici, au cas où Fallon devait rentrer.

Aujourd'hui était un jour un peu particulier pour Kate et cela pour deux grandes raisons. La seconde et la moins importante étant son examen qui allait avoir lieu aujourd'hui, en soit elle était prête même extrêmement prête mais un élément pouvait rendre ce moment délicat pour elle. Et c'était la première grande raison qui rendait cette journée particulière pour Kate : le retour de Fallon. Elle était rentrée la veille au soir, en piteux états, très piteux états, elle s'était effondrée dans les bras de Kate et nous l'avions porté jusqu'à son lit. Afin de permettre à Kate de dormir un peu pour être en forme pour son examen j'avais proposé de veiller Fallon pendant son sommeil mais aussi de la veiller pendant qu'elle passerait son examen. Evidemment il fallait que je la prévienne en cas du moindre changement de l'état de Fallon. C'est avec quelques derniers mots d'encouragement pour rassurer Kate sur ses capacités qu'elle était partie, me laissant seul avec Fallon toujours endormie, une grande première, surtout si Fallon venait à se réveiller, de quoi stresser un petit peu quand même, elle n'avait pas mâché ses mots lors de notre première rencontre. Cela dit Kate et moi n'avions pas franchement géré la première rencontre entre Fallon et moi.

Je me retrouvais donc dans la cuisine puisque nous étions déjà au milieu de l'après-midi et que je prévoyais pour ce soir quelque chose qui allait avoir besoin d'un minimum de cuisson, tout du moins pour l'améliorer car c'était déjà prêt mais c'est toujours meilleur avec un peu plus de cuisson comme tout ce qui est mijoté. Alors que j'avais ajouté les derniers ingrédients il y a seulement quelques minutes, musique dans les oreilles et mon ordinateur sur lequel je venais d'écrire quelques lignes que j'allais probablement effacer. J'espérais que tout se passe bien pour Kate pendant son examen ce qui ne m'aidait pas à me concentrer, ni même l'inquiétude envers Fallon. Même si cette dernière m'avait menacée et qu'elle me rejoint dans la cuisine de façon agressive alors que je viens de lui servir une assiette.

« Du borsch. »

Je réponds très simplement à sa question avant d'expliquer immédiatement l'absence de Kate.

« Kate est en train de passer son examen pour entrer dans la police scientifique. Elle m'a demandée de rester pour veiller sur vous et la prévenir si votre état change. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMer 9 Jan - 18:26

16 mars 2050




Elle s’attendait à trouver sa fille, pas lui. La dernière fois, elle l’avait éjecté de leur appartement et Kate avait beau ne rien montrer, Fallon voyait les regrets. Au vu de son passé, elle savait bien que sa fille n’était pas prête pour une relation tout en sachant qu’elle ne finirait pas nonne. Un jour ou l’autre, elle aurait eu à faire avec ce genre de situation et rencontrer le petit ami de sa fille adoptive. Mais elle ne s’y est jamais préparé. C’est d’autant moins évident que sa deuxième rencontre avec lui est aussi inattendu que la première.

La question est légitime, avec toute l’amabilité dont elle est capable, qu’est-ce qu’il fout dans sa cuisine ? Chez elle tout court même. Son regard et son oreille cherchent sa fille, silence. Il lui répond qu’il cuisine du bortsch, comme si c’était évident. Pas pour elle. Elle baisse les yeux sur le potage rouge que dépose le jeune homme sur la table de la cuisine. Elle hausse un sourcil, du moins en avait-elle l’intention avant de ressentir un tressaillement douloureux et de se rétracter. Borstch, spécialité Russe, sait-il d’où elle vient ?

“Me prend pas pour une imbécile, il reste encore 1 mois avant qu’elle passe ses examens.” Lâche-t-elle en prenant place à table. D’une, parce qu’elle douille, de deux, parce qu’elle a faim. Le journal quotidien est posé sur la table, elle sait qu’aucune mention de Raven ne sera faite, le corps a été déposé après l’impression de cette édition, mais demain peut-être. Elle parcourt rapidement les gros titres de la première page, avant de tomber sur la date. “C’est quoi ce bordel ? Mais … Non, la dernière fois on était le 20 février et tu me dis qu’…” Ils sont le 16 mars ! “Elle est en train de passer son examen.” Ce n’est pas une question, juste une constatation, tandis que son regard se perd dans le potage sous ses yeux. Sa fille passe le plus gros examen de sa vie et elle était absente…

Décidément, elle foire tout depuis le début de l’année. Elle en oublie son appétit, elle en oublie la présence du petit ami de sa fille et son visage se décompose. Sidérée. Attristée. Elle blanchie. “3 semaines. J’ai été dans les vappes 3 semaines ?” Seule explication logique. Hier, ou il y a 3 semaines, elle n’a pas regardé l’heure ou la date lorsqu’elle s’était réveillée à proximité du cadavre encore chaud de Raven. Si c’était bien il y a 3 semaines, ça explique aussi pourquoi elle ne trouvera aucune information au sujet du crime de cette nuit.

Sa fille passe son examen, tout en s’inquiétant pour elle. Le premier réflexe de Fallon est de chercher son téléphone, pour lui envoyer un message, mais elle réalise bien vite qu’elle ne l’a plus. Quand elle avait voulue l’appeler hier, elle n’avait rien trouvé sur elle. “A quelle heure ça se termine ?” Demande-t-elle à Henry avant de tourner son regard vers lui. “On y va. On va la chercher.” Fallon veut la voir, elle braverait la tempête pour retrouver sa fille, là, maintenant, dans son état actuel, elle s’en contrefout. Si le soleil décline, ça laisse présager la fin de la journée, la fin des examens de Kate.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyVen 11 Jan - 15:21

Je répondais honnêtement aux questions de Fallon, sans détour même quand elle demandait ce que je faisais dans sa cuisine et que ma réponse n'était certainement pas celle qu'elle attendait. Je précise ensuite où se trouve Kate actuellement, comme une façon de lui faire comprendre qu'après son arrivée fracassante, elle ne voulait pas la laisser seule évanouie dans le lit. J'ignorais ce dont elle pouvait se souvenir même si la veille avait prouvé qu'elle se souvenait de sa fille, d'après ses mots et son attitude elle se souvenait de moi également. C'était déjà plutôt pas mal quand on y réfléchit bien. Ca évitait qu'elle me tombe dessus avec violence, quoi que dans son état j'en doutais énormément. Elle semblait sortir d'un sale moment, j'ignore ce qu'elle a vécu mais son état semblait mettre en avant des moments durs et pénibles. Sans oublier notre rencontre pendant laquelle j'avais été son chauffeur à travers la ville. Nous avions visité plusieurs adresses au fur et à mesure de la soirée. J'en avais parlé à Kate sans que cela nous aide, sauf à savoir que Fallon allait bien. Et nous voilà à peine quelques jours plus tard avec visiblement une Fallon qui avait oublié des choses en se souvenant d'autres. Comme par exemple la date. Je ne dis rien, la laissant constater par elle-même que je ne mentais pas.

« On est le 16 mars, jour de son examen effectivement. »

Je confirmais ce qu'elle avait déjà affirmé, juste pour lui faire comprendre que ce n'était pas une farce stupide. De toue façon elle devait se douter que je ne ferai pas ça et Kate non plus, moins encore maintenant qu'elle réalisait qu'elle avait disparu pendant près d'un mois. A sa question suivante je secoue doucement la tête en expliquant.

« Non, vous n'étiez pas dans les vappes. Je ne crois pas être le mieux placé pour vous parler de ce qui est arrivé. Kate vous expliquera à son retour. »

Enfin peut-être pas tant que ça à son retour puisque Fallon voulait que nous allions la chercher. Je comprends son envie de revoir sa fille le plus rapidement possible mais cela semblait être une très mauvaise idée.

« Non, ce n'est pas une bonne idée. »

Refuser quelque chose à sa belle-mère tueuse à gages, ce n'était pas forcément la meilleure des idées mais je ne disais pas ça n'importe comment.

« Je ne crois pas sage de sortir dans votre état, les policiers ont la fâcheuse habitude de remarquer les personnes dans un sale état. Qui plus est vous semblez avoir besoin de repos plus que de vous aventurer en ville. Enfin si Kate rentre et que nous ne sommes pas là, elle va probablement me tuer. »

J'espérais que ces explications suffirait à la décourager de quitter l'appartement et de sagement attendre le retour de sa fille qui n'allait probablement plus trop tarder. Enfin je l'espérais. Pas que j'avais peur de Fallon mais rester en tête à tête avec elle n'était pas la plus enthousiasmante idée.

« Vous devriez manger et vous reposer, Kate préférera vous voir un peu plus en forme que de vous voir tituber devant l'entrée du lieu d'examen. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMar 15 Jan - 17:32

16 mars 2050




Elle réalise, que si l’assassinat de Raven s’est bien produit il y a 3 semaines, comment expliquer ses blessures ? Bien sûr, une cicatrisation c’est long, mais là, elle sait que ses blessures sont fraîches. Elle a reçu son lot de blessures graves pour savoir reconnaître l’évolution d’une cicatrisation, non, celles-ci sont encore bien récentes, donc c’est bien dans la nuit qu’elle est rentrée, mais comment expliquer ses 3 semaines de trou noir ? Ce n’est pas possible, elle a perdu la mémoire. Les questions se bousculent dans sa tête. 3 semaines d’absence, que s’est-il passé ? Était-elle elle-même au cours de ces 3 dernières semaines ? C’est bien la première fois qu’elle perd la mémoire et la première fois qu’elle s’inquiète pour ce qu’elle a dans son ventre. Le bébé ?

Henry ne lui répond pas, du moins il estime que c’est à Kate de lui parler. Le regard qu’elle pose sur lui est criant de détresse, mais c’est bref avant qu’elle ne reprenne le contrôle. Hors de question de montrer ses faiblesses à un inconnu, et c’est bien ce qu’il est. Il est peut-être le petit ami de sa fille, elle ignore tout de lui. Il poursuit et a le culot de lui refuser d’aller voir Kate. “Hé tu te calmes gamin, ne me dis pas ce que je dois faire.”

Il s’explique. Enfin un peu de bon sens dans sa petite tête. Manger et se reposer, c’est secondaire. Pour l’instant, tout ce qui l’intéresse c’est de revoir sa fille, vite, mais il n’a pas tort. Kate a déjà vu sa mère tituber, ce n’est pas le problème, mais que des gens la voit est plus problématique et attirera de fait l’attention sur sa fille. Ça ne lui plait pas pour autant de devoir attendre qu’elle rentre et lui explique ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Elle doit bien le savoir, du moins espère-t-elle encore qu’il s’agit d’un simple trouble de mémoire et que les souvenirs des 3 dernières semaines lui reviendront.

Mais n’est-elle pas une pro du camouflage ? Elle peut aller n’importe où sans se faire remarquer et c’est dans cet état d’esprit sans se soucier du jeune homme qu’elle se relève de table. L’ex-espionne peut être têtue quand elle le décide. Elle se fiche de l’avis d’Henry, mais force est d’admettre que son corps la trahit alors que sa jambe ne la soutient pas. C’est en essayant de rester digne qu’elle se rattrape à la table en étouffant un gémissement de pure souffrance. “Fait chier.” Lâche-t-elle en restant sur ses appuies.

Elle aime pas ça. Elle n’aime pas se retrouver dans cette situation. Et encore moins avec un trou de mémoire. Pas quand on est comme elle. Un monstre. Elle se rend dans le salon, délaissant son assiette de bortsh sur la table de la cuisine, son regard croise plusieurs choses qui n’ont pas leur place ici. “Henry ?” Appelle-t-elle en prenant place avec douceur dans le canapé avant de refermer un plaid sur ses jambes. Elle allume la télévision et change de chaines pour suivre les dernières actualités.

Pour la première fois, elle n’ose pas croiser le regard, parce qu’elle a vraiment peur de ce qu’elle pourrait y voir. Fallon fait genre qu’elle est concentrée sur les informations, mais elle est toute attentive à la présence du jeune homme. “Est-ce que je lui ai fais du mal ?” Sa crainte la plus terrible, c’est déjà arrivé lors d’une perte de contrôle, alors que c’est-il passé cette fois ci ? “Ne me ménage pas, balance tout ce que tu sais, elle ne me dira pas tout.”

Elle connaît parfaitement sa fille, elle avait minimiser les dégâts la première fois qu’elle s’en est pris une et elle en fera autant aujourd’hui.


Action : Si réussite, Fallon est toujours enceinte. Si échec, elle a perdu le bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMar 15 Jan - 17:32

Le membre 'Fallon Ward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Action' :
[Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille Action11

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyVen 18 Jan - 15:26

Dans la famille Ward un trait commun apparaît soudainement quand Fallon répond à mon refus de l'emmener chercher Kate : on n'aime pas s'entendre dire quoi faire. Kate n'aime pas vraiment qu'on lui dise quoi faire non plus, un trait qu'elle partageait en commun avec sa mère, seulement si l'étudiante prenait des pincettes pour me le faire remarquer, sa mère n'hésitait pas à me faire entendre clairement qu'elle n'avait pas apprécié ma réponse négative. La motivation que j'avais apporté ne semblait aucunement changer quelque chose à la situation. Je veux dire elle est une tueuse à gages, j'ai conduit pour elle quelques jours auparavant et elle n'était pas dans l'état où elle est actuellement, c'était un coup à se faire remarquer très facilement par la police et c'était une attention dont elle ne devait pas avoir envie après avoir oublié l'intégralité des dernières semaines. Tout ce que je pouvais lui restituer étaient deux heures, le temps d'une petite ronde à travers la ville d'adresse en adresse et c'est tout. Cependant je ne savais pas s'il était sage de parler de ça avec elle en l'absence de Kate. Avoir un gendre semblait avoir été un choc pour elle, avoir un gendre chauffeur pour tueurs à gages risquait d'en être un autre.

Je préfère ne pas répondre à sa remarque, je doutais que ça ne soit une bonne idée, m'inquiétant pour Fallon quand elle tente de se redresser mais que son corps proteste contre cet effort soudain. Je fais un pas vers elle, pas plus, je m'arrête en l'entendant grogner un juron. Encore une fois je me dis que venir l'aider est une mauvaise idée, Kate n'aime pas être en situation de faiblesse et quelque chose me dit que ce trait de caractère là fait aussi parti de l'héritage de la famille Ward, inutile d'empirer encore d'avantage ce qui avait déjà été un mauvais départ. Oreillettes dans les oreilles, musique diffusée, je continue la vaisselle tout en entendant Fallon s'éloigner et se rendre dans le salon. Quelques instants plus tard sa voix qui m'appelle, à ma surprise. Je termine de rincer la cuillère, sèche mes mains et je me rends dans le salon.

« Oui ? »

Je ne sais pas vraiment comment me comporter, un peu gêné mais tâchant de rester bien droit, présentable au mieux que je peux le faire. La question qui tombe provoque une moue que je regrette immédiatement, je n'ai pas envie de répondre à ça mais elle insiste déjà en me disant qu'elle ne veut pas être ménagée parce qu'elle sait déjà que Kate ne lui dira pas tout, qu'elle cherchera à l'épargner, c'est ce qu'on fait avec ceux qu'on aime.

« Oui. »

Si Kate a souvent tendance à se montrer curieuse quand je réponds d'une monosyllabe à une question longue et appelant un développement, j'imagine déjà que Fallon va vouloir bien plus de détails que ce que je viens de ne pas lui donner.

« Je ne crois pas, du moins je ne sais pas exactement, si vous l'avez frappée physiquement au port, le jour où vous êtes devenue amnésique mais votre absence lui a fait énormément de mal. »

Enormément de mal c'est un peu vague encore, n'est-ce pas ? Je ne doute pas qu'elle en voudra d'avantage et puis elle avait demandé de ne pas l'épargner.

« La semaine après votre disparation elle a tout laissé tomber pour vous retrouver, elle a oublié ses études, sa vie, elle m'a quittée. C'est une connaissance commune qui m'a dit sa détresse une semaine plus tard, depuis j'ai fait tout ce que je pus pour qu'elle reprenne ses études et termine sa préparation du concours, pour qu'elle ne se laisse pas aller à la tristesse. Mais ne vous inquiétez pas, je disparaitrai si tôt qu'elle sera rentrée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyVen 18 Jan - 19:24

16 mars 2050




Il semble bien au fait de son amnésie. Elle ne sait pas vraiment si elle peut définir ça d’amnésie d’ailleurs. En réalité, elle s’est toujours dit que la folie la guette. Une certitude qu’elle ne saurait expliquer, mais l’on ne prend pas plaisir à tuer si l’on n’est pas sain d’esprit de base. Encore que plaisir est un grand mot, elle n’en retire pas vraiment une grande satisfaction, c’est juste incontrôlable. Une pulsion qui s’empare d’elle et ne maîtrise pas. Une chance que Kate n’en ait jamais été victime. Jusqu’à quand ? C’est la hantise de Fallon, alors que sa fille refuse de voir le pire. Jamais, elle ne la laisserait partir malgré les dangers. Ce que sa mère a bien du mal à comprendre.

“Elle était au port ?” La parole d’Henry lui brise le coeur, elle souffre d’être la cause des malheurs de sa fille. Kate est pourtant une jeune femme maintenant, intelligente, indépendante, forte, elle peut être fière d’elle, mais elle refuse de voir cette réalité. Se raccrochant encore à cette liberté qu’elle est persuadée que Fallon lui a offert. Redevable à vie, ou trop attachée à sa mère. La réciproque est vraie. Kate l’a sauvée. Mais elle est toujours une source de danger à elle seule. Preuve en est, cette perte de mémoire aussi longue ne présage rien de bon. Même si le problème Raven est réglé, involontairement, elle espère que Hart tiendra parole même si elle n’a pas tenue les termes de leurs accord à la lettre.

Le problème, c’est qu’elle ignore comment elle en est arrivé à l’abattre. Il est indéniable qu’il y a eu confrontation, pourquoi ? Que s’est-il passé au cours des 3 dernières semaines pour en arriver la ? En tout cas, elle n’était pas auprès de Kate, c’est une certitude au vu des propos de son petit ami. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Le port, représente son dernier souvenir, pendant qu’elle coulait sous les vagues acharnés de la mer démontée. Et ce qui l’avait emmené ici, les voix. “Tu as bien fait.” Dit-elle en relevant un regard qui domine ses émotions vers lui.

Elle ne relève pas le fait qu’il disparaîtra. A vrai dire, elle n’espère rien de mieux que son départ, mais secrètement, il était là quand elle ne l’était pas. Jalousie. Culpabilité. Elle lui en veut alors qu’elle n’a pas à lui en vouloir. L’amour n’a pas de logique. Elle échoue, alors qu’il se fait une place de plus en plus assuré dans la vie de sa fille. “Je constate que tu t’es installé ici pendant mon “absence”. Tu vas rester.” Décide-t-elle. Si l’un des deux doit partir, ce n’est pas lui, elle en a conscience même si ça ne lui plait pas. Pour le bien de Kate c’est nécessaire et elle aura probablement besoin de lui pour le faire comprendre à sa fille.

“J’imagine qu’elle n’a pas laissé tomber ses recherches pour autant, vous avez découvert quelque chose ?” Le remercier pour le soutien qu’il a été, et sera, est au dessus de ses forces. Ce serait reconnaître son propre échec, tant qu’elle n’a pas démêlé cette histoire d’amnésie, elle ne peut rester auprès de sa fille. Qui sait ce qu’il s’est passé pendant ce temps, qui sait combien d’ennemi elle est capable de récolter ? Son départ est imminent, pour aller à l’hôtel sûrement. Quoi qu’il en soit, elle ne peut rester ici et partager sa vie avec un inconnu qui pourrait découvrir ce qu’elle est vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyVen 18 Jan - 21:07

Je hoche la tête à la question posée par Fallon, oui elle était au port et là pour le coup c'était entièrement de ma faute. Elle n'aurait pas dû être là, du moins elle n'y aurait pas été si ça n'avait pas été pour moi, à cause de cette voix, à cause de ce qui était arrivé ce jour-là, cet appel à la violence et à la haine. Qu'est-ce que cela aurait changé si je n'avais pas écouté ces voix ? Si, plutôt que de venir sur le port avec Kate, j'avais décidé d'une balade main dans la main à un autre endroit, d'un café à l'autre bout de la ville ou même d'une visite dans un zoo ou dans un musée ? Avec des "si" il est facile de refaire le monde. Aujourd'hui la question ne se posait plus, je n'ai pas de Delorean pour changer ce que j'avais décidé.

« Nous y étions … par ma faute. C'est moi qui avait insisté pour faire une balade au port ce jour-là. »

Inutile de lui parler des voix qui m'avaient poussé à prendre cette décision ou, tout au moins, qui avaient suggéré cette idée avec une insistance peu commune. Avec tout ce qui était arrivé ensuite, j'étais heureux que les choses ne se soient pas passées autrement, avec les événements de ce 20 février, c'est moi qui aurai pu m'en prendre à Kate.

« Quand tout est allé à vau l'eau, que les agressions se sont multipliés et que la mer s'est déchainée plus encore j'ai dit à Kate de fuir. Nous avons été séparés et si j'ai bien compris elle n'a pas pu quitter les lieux et vos chemins se sont croisés mais … c'est à elle qu'il faudra poser la question. »

Je ne connaissais pas le détail exact de leur rencontre, de ce qui était arrivé, de la raison qui avait poussé Kate à rester sur la jetée. J'imagine aisément que voir sa mère présente sur les lieux avait pu être un facteur mais était-ce vraiment ça ? Les gens étaient aussi déchainés que la mer, difficile de savoir avec précision sans demander à la principale intéressée.

« En tout cas j'espère avoir fait ce qu'il fallait. »

Si j'avais bien fait était une autre histoire, Kate et moi avions violé toutes les règles qu'elle avait édicté ces dernières semaines. Hochant la tête à son constat, je suis surpris de sa conclusion, elle veut que je reste ? Dois-je dire que je ne veux pas m'imposer ? Que ce n'était pas mon objectif ? Que ce soir et les prochains jours Kate aura bien plus besoin de se rassurer avec la présence de sa mère que la mienne ? Je préfère le silence, de toute façon ce n'était pas une question qu'elle venait de poser, à l'inverse de celle sur les recherches menées par Kate.

« Non, les recherches n'ont rien donné et ce n'est pas faute d'avoir mené un vrai travail de détective. Je comprends les raisons qui poussent Kate à préférer être dans la police scientifique mais elle aurait été une talentueuse inspectrice. »

Bon … maintenant était peut-être le moment de lui dire que nous nous sommes rencontrés elle et moi, trois jours auparavant. Dans la nuit du 13 au 14 mars pour des raisons professionnelles.

« En revanche vous et moi nous sommes croi … nous avons travaillé ensemble, plutôt j'ai travaillé pour vous dans la nuit du 13 au 14. Je ne suis pas que chauffeur pour de riches personnages, il m'arrive de prendre des contrats différents, moins légaux même si j'ai arrêté depuis ma rencontre avec Kate. Seulement pour nos recherches et compte-tenu de votre emploi j'ai lorgné les contrats pour des "balades" à travers la ville. Nous avons visité huit adresses avant de nous séparer, je n'ai servi que de chauffeur, j'ignore ce que vous avez fait mais vous n'aviez pas de blessure à ce moment-là et tout s'est très bien passé … pour ainsi dire. »

Cela dit ce qu'elle avait fait, aux vues de son métier, laissait peu de place à l'imagination ou au doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMer 30 Jan - 16:44

16 mars 2050




“Il faisait un temps pourri, avec une mer démontée et toi tu te dis, allons faire une balade au bord de mer ? J’ai bien envie de me manger une vague dans la gueule.” Et il entraîne sa fille dans son délire. Ca pourrait être drôle, si Fallon n’avait pas l’air si sérieuse. Qui s’amuse à vouloir se promener à quelques pas d’une tempête en pleine mer ? Elle se souvient, qu’il y avait beaucoup de monde ce soir là. Pas tous des travailleurs. Des curieux ? Fallon avait perçu quelque chose d’étrange, pour certains, ils semblaient tous attendre quelque chose. D’autres se demandaient ce qu’ils foutaient là, le regard hagard.

Et le Destroyer s’était écrasé. Préférant mettre un enfant qui n’avait rien à faire là à l’abri, elle avait été emporté par le retour de vague du choc. A partir de là, c’est le trou noir, jusqu’à la veille. Henry lui apprend que Kate l’a croisé, mais elle n’en a aucun souvenir. Si elle l’avait vu, elle le saurait, elle ne l'oublierai pas. Du moins, elle ne l’a pas vu avant de tomber à la flotte. Elle avait reçu un choc, ça elle se rappel, sans doute la cause de son amnésie. Quant à savoir comment elle s’est tiré de l’eau, c’est un mystère, quelqu’un l’a-t-il sauvé de la noyade ?

Fallon remontera ses propres traces pour découvrir ce qu’elle a fait au cours des dernières semaines, elle ne peut rester dans le flou. Au vu de son passif, du contrôle permanent qu’elle a exercé depuis sa désertion, il suffit de tellement peu pour attirer l’attention des services de renseignements russes sur Europolis, sur elle. Parce qu’elle ne doute pas que leur attention est déjà sur cette capitale européenne. S’ils entendent parler d’une femme dont la peau change, ils seront capable de tout pour lui remettre la main dessus et lui faire regretter ses actes passés.

Il espère avoir fait ce qu’il fallait. Kate passe ses examens, il ne peut que se féliciter de l’avoir garder sur le bon chemin, mais qu’il ne compte pas sur Fallon pour l’encourager. “Quand elle veut quelque chose, elle l’obtient.” C’est une jeune femme déterminée quand elle veut, mais dès lors que le doute s’empare d’elle, Kate est capable de tout abandonner.  Parce qu’elle a traversé son lot d’épreuves, dans le fond, elle n’aspire qu’à vivre paisiblement et Fallon s’est efforcée de lui offrir de la stabilité ces dernières années. Seulement, depuis janvier, tout part dans tous les sens. Appelez ça le revers de la médaille. Si Fallon perd le contrôle d’elle-même, elle perd le contrôle de leur existence à elles deux.

Henry lui apprend qu’ils se sont croisés 2 nuits plus tôt. Mouvement du visage, elle tic. Son emploi ? “Compte-tenu de mon emploi ? Qu’est-ce que tu connais de mon emploi ?” Elle apprend par la même qu’il est chauffeur, plus ou moins illégalement. Ca, Kate ne lui a pas dit. Elle l’avait seulement présenté comme un romancier, non sans lui donner le livre en question qui lui avait valu son succès. Il est quelque part dans sa chambre, et n’a même pas lu le résumé. Avec les emmerdes que leur valait l’accord avec Hart, et la menace Raven, elle était loin de passer son temps à lire.

“Jamais t’enlève tes écouteurs ? J’ai l’impression de parler dans le vide.” Ce ne serait pas elle si elle n’a pas quelques mots désagréable dans cette conversation. Puis sérieusement, c’est mal élevé d’écouter de la musique pendant une conversation on ne peut plus sérieuse. “Quelles adresses ? Je t’ai semblé… Moi-même?” Pas évident comme question, puisqu’ils ne se sont vu qu’une fois auparavant. Enfin deux, si on compte la deuxième fois, mais elle n’en a aucun souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMer 30 Jan - 18:58

La balade le long de la jetée. Effectivement j'aurai pu choisir n'importe quel autre endroit mais j'avais choisi celui-là, avec le résultat qui en découlait désormais et que je ne pouvais que regretter. Si je n'avais pas cédé à l'appel des voix que j'entendais depuis la veille les choses auraient pu se passer très différemment, ces dernières semaines auraient pu être très différentes. Ce jour-là j'avais fait une erreur stupide mais je retenais ma leçon, ne plus jamais écouter ce que disent des petites voix dans ma tête. Etrangement ça sonne comme un très bon conseil à toujours appliquer alors pourquoi ne l'avais-je pas fait ce jour-là ? Parce que les voix m'ont imposées ce choix ? Parce que j'ai été incapable de rejeter cet appel ?

« L'idée m'est venue la veille, je lui ai donné rendez-vous sur place même si je reconnais avec le recul que ça n'a définitivement pas été mon meilleur choix. »

Inutile de lui dire que c'étaient des voix qui m'avaient soufflé conseil de me rendre sur place, elle allait appeler de gentils messieurs en blouses blanches. Autant ne pas lui donner une façon trop facile de se débarrasser de moi et de m'éloigner de Kate par la même occasion. Finalement notre point commun demeure notre amour pour Kate, même si il s'agit de deux amours très différents. Je hoche la tête à sa remarque sur Kate.

« Elle s'en donne toujours les moyens. »

Je n'avais jamais été studieux mais Kate était à un autre niveau quand elle étudiait, même la plus studieuse des étudiantes dans un domaine qui la fascinait n'arriverait pas à la cheville de Kate. Sa détermination était à toute épreuve, elle en était allée jusqu'à me quitter en s'imaginant un petit ami tant elle voulait m'éloigner pour se consacrer à la recherche de Fallon. Sans doute aussi pour protéger son cœur d'une nouvelle douleur qui la mettrait en grande difficulté.

Expliquant à Fallon notre rencontre du 13 au 14 mars et ses questions suivantes sont précisément celles auxquelles je m'attendais. Qu'est-ce que je sais sur son emploi ? La conclusion s'était faite facilement dans mon esprit, je sais pourquoi les gens m'engagent quand ils le font, même si ça passe par un intermédiaire. Ce n'est pas la même paye pour conduire un collecteur de dettes qu'un tueur à gage.

« Vous êtes une tueuse à gages. »

Dire cela à sa belle-mère pourrait être hilarant dans certaines circonstances, si par exemple il s'agit d'une femme qui s'effraie aisément mais vient de tuer une araignée. Quand c'est véritablement le métier de la femme qui est la mère de sa petite amie ça l'est beaucoup moins pour … d'évidentes raisons. Je préférais lui répondre franchement et directement, elle semblait préférer ce genre de réponses. Une remarque sur mes écouteurs, je finis souvent par y avoir le droit.

« Je les enlève rarement. Mes tympans sont perpétuellement hyper-actifs, un peu comme si j'avais une super-ouïe mais sans choisir quand l'utiliser ou la désactiver. La musique me permet de réduire les sons parasites, de diminuer le volume général du monde et d'éviter d'avoir le sentiment que tout le monde hurle à m'en déchirer les tympans. »

Je lui donnais de suite l'explication qui allait avec les écouteurs que je décide, pour le coup dans un geste de confiance, de retirer.

« Vous étiez une cliente ordinaire. Silencieuse entre les adresses, sur ce que vous faisiez, extrêmement calme et mesurée. Vous étiez aussi en parfaite santé, vous ne portiez aucune marque de coups et aucune blessure. »

Tout en parlant je m'étais approché, lui tendant un petit papier sur lequel j'avais noté les adresses quelques jours plus tôt pour Kate. Je désigne un fauteuil à côté du canapé de la main.

« Je peux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyDim 10 Fév - 20:55

16 mars 2050




Il aurait simplement pu annuler, ou choisir un autre endroit, ou… Peu importe. Ce n’est pas comme si elle pouvait faire une leçon de moral au jeune garçon puisqu’elle se trouvait aussi du côté du port. Pourquoi ? Parce que des voix lui susurraient de s’y rendre. C’est stupide réalise-t-elle, ce qui a sans doute causé son amnésie en plus du coup sur la tête. Clairement, elle se demande si elle n’est pas en train de devenir folle tout simplement. Cette amnésie n’augure rien de bon, elle craint le pire, sans oser y croire. Elle refuse d’y croire pour l’instant.

Tous les deux sont d’accord sur la meilleure qualité de Kate, sa détermination. Il n’y a pas à débattre dessus et franchement, parler d’elle à son petit ami ne la met pas très à l’aise. Plus surprenant, Henry lui apprend qu’il sait. Il sait qu’elle est une tueuse à gages. Putain. Il annonce ça comme si elle n'était qu’une boulangère, pas comme si elle prenait de l’argent pour buter des gens. Un sacré paquet d’argent d’ailleurs. Ce qui n’est pas évident à savoir étant donné qu’elles vivent dans un taudis des hutches, plutôt que dans un quartier huppé. Elle peut se le permettre.

Elle fixe son regard sur le jeune homme, la manière dont il l’énonce est vraiment dérangeant. Stoïque. Il ne craint pas qu’elle lui colle une balle entre les deux yeux, ou il est très bon comédien. “Et c’est en me baladant à travers la ville que tu l’as découvert ?” Ou au cours de son amnésie elle s’est amusée à balancer à qui veut l’entendre qu’elle est tueuse à gages ? Si c’est le cas ça présage de grosses emmerdes, mais si ça l’était vraiment, sa fille l’aurait retrouvée. Or, ça ne semble pas être le cas même si elle ne s’en rappellerait pas.

Il lui explique la raison de ses écouteur sans cesse visser à ses oreilles, après quoi il les retire. “Depuis quand ? Ta naissance ?” Demande-t-elle en baissant le timbre de sa voix pour n’en faire qu’un murmure. De sa position il ne pourrait pas l’entendre s’il n’avait pas une ouïe aussi hyper-active comme il dit, mais elle s’intéresse à tout ce qui sort du commun, le commun n’est pas intéressant, ce qui ne l’est pas peut être comme elle, ou juste extraordinaire. Dans les faits, une ouïe surdéveloppée n’est pas forcément le fruit d’une expérience ou du vaccin universel.

Il reprend la conversation comme si elle ne l’avait pas coupé pour cette histoire d’écouteurs et lui donne un papier au passage. Elle ne se reconnaît pas tellement dans son explication, silencieuse et mesurée oui, mais plusieurs adresses ? Aucune blessure ? Ça implique plusieurs contrats au cours d’une soirée, et sans doute des exécutions à distance. Henry lui demande s’il peut. “T’es sérieux ? Tu m’as demandé la permission avant de t’installer ici ? Mais tu me demandes celle de t’asseoir.” Fait-elle remarquer pince sans rire. “Ramène moi mon pc portable avant s’il te plait. Tu dois bien savoir où est mon bureau.”

En attendant qu’il revienne avec son ordinateur, elle jette un coup d’oeil sur les adresses. Elle en reconnait 3, mais les autres... Raven était-elle derrière tout ça ? Elle sait parfaitement quel type de contrat prend Fallon, elle n’aurait donc jamais du lui donner d’autres types d’exécutions et encore moins plusieurs le même soir. Quand Henry revient avec son pc, elle le remercie et se plonge immédiatement dedans. “Quand Kate doit rentrer ?” S’enquit-elle avant de lancer ses recherches sur les adresses. Elle cherche principalement des articles de presse, s’il y a eu une série de meurtre ça apparaîtra forcément quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyDim 10 Fév - 21:43

C'est marrant j'aurai pensé que ce moment en tête à tête avec la mère de Kate serait plus difficile. Après notre première rencontre, où je n'avais pas franchement été à mon avantage stupide jeunesse oblige, je pouvais difficilement faire pire. Toutefois cette seconde rencontre semblait améliorer un petit peu les choses. Avoir aidé Kate en son absence semblait m'avoir fait marquer des points au près de l'africaine. Je m'interrogeai encore sur la meilleure façon d'abord ma relation avec Kate avec Fallon. Devais-je simplement être sincère et honnête ? Devais-je lui dire quelque chose de beau pour lui faire comprendre mon amour pour Kate ? Je doute que lui dire que j'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas à sa fille ne parvienne à émouvoir son cœur. Je ne doutais pas qu'elle en ait un. Elle avait pris Kate comme fille, elle l'avait prise sous son aile, l'avait protégée et sauvée. Non lui parler de ça serait une mauvaise idée et je crois que pour l'instant mieux valait la laisser diriger la conversation. Qui plus est, parler de ma relation avec Kate avec elle, en l'absence de sa fille en prime, serait sans doute une très mauvaise manœuvre. Et puis pour lui dire quoi ? Que je l'aime ? Je crois que ces dernières semaines avait prouvé mon amour. Kate lui expliquerait peut-être … ou peut-être pas. Peu importait. Ces dernières semaines j'avais compris l'amour que je lui portais, c'était là le plus important.

« J'ai décidé de tirer un trait sur cette vie hors des lois, je n'ai accepté ce contrat que parce que je savais ce que vous faisiez. Parce que Kate me l'a dit en me racontant comment vous l'avez sauvée. »

Honnêteté et franchise, cela valait mieux avec elle je crois. Envelopper mes propos de chocolat n'aiderait pas avec Fallon. Je fais de même lorsqu'elle me parle de mes écouteurs, surpris par ce la façon dont elle parle ensuite, un test peut-être … Oui ce devait être ça, je doutais qu'elle fasse ça en craignant de me percer les tympans en parlant normalement.

« Non, ça fait quelques années, depuis mes 19 ans. »

Désignant un fauteuil du salon, je lui demande si je peux m'y asseoir. Façon polie de lui dire que si elle préférait être seule je le comprendrai parfaitement. Sa réponse me surprend et une moue gênée passe sur mon visage. Elle avait été très claire sur le fait d'avoir "ça" sous son toit et "ça" désignait alors très clairement la relation entre Kate et moi. Toutefois avant que j'ai le temps de m'excuser ou de parler, elle me demande de lui ramener son ordinateur portable d'abord. Je hoche la tête, terminant d'abord d'écrire les adresses qu'elle m'avait demandée avant de m'absenter quelques instants pour revenir avec son ordinateur. Je n'avais jamais mis les pieds dans son bureau auparavant, je ne voyais pas vraiment ce que j'aurai eu à y faire de toute façon. Donnant l'ordinateur à Fallon, je m'assois dans le fauteuil que j'avais désigné un peu plus tôt en écoutant sa question.

« Et bien elle a dû terminer il y a un peu plus d'une demi-heure donc elle ne devrait plus … »

Ma tête se penche légèrement sur mon épaule.

« … elle est devant la porte. »

Je termine ma phrase au moment où j'entends la clef glisser dans la serrure. Je me lève pour l'accueillir alors qu'elle passe le seuil de la porte. J'hésite un instant et décide qu'un smack ne pourrait pas faire de mal.

« Ne t'en fais pas, elle va bien. Je vais vous laisser vous retrouver et faire du thé. »

Une façon de m'absenter quelques minutes, de leurs offrir un petit peu d'intimité. Je me rends dans la cuisine, laissant mère et fille se retrouver, tandis que je mets de l'eau à chauffer, avisant à nouveau mes oreillettes, augmentant le volume un peu plus qu'à mon habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyLun 11 Fév - 19:37

16 Mars 2050

Henry lui avait envoyé un message pour la prévenir que sa mère s’était finalement réveillée. Evidemment, avec son concours, le téléphone n’était même pas en silencieux mais bel et bien muet. Aussi la brune n’avait pas regardé toutes les trentes secondes s’il y avait du nouveau discutant avec une lieutenante blonde un peu farouche. Elle avait appris que les effectifs dédiés au concours avaient été revu à la baisse des suites des récents événements. Cela n’avait rien d’étonnant. Entre le massacre du port et l’arrestation du dirigeant des Max Fox, le commissariat devait être en ébullition. Le député Storeberg qui avait été la cible de l’attentat où Kate s’était faite arrêtée avait fait une déclaration publique quelques jours après l’arrestation. Les paroles de l’eurodéputé avait été clair, il ne céderait pas face aux menaces et ne laisseraient pas les hauts placés qui abusaient de leur position sans sortir ainsi. La brune comprenait mieux pourquoi Christopher plaçait autant d’espoir en lui. Il avait beau être un politique, il semblait se rendre compte de la réalité des choses et des changements à mettre en place.

Le matin, elle avait croisé la surveillante dans la cour et lui avait demandé concernant la réunion de toutes les spécialités pour le passage des examens en commun. En fin d’après-midi, alors qu’elle avait terminé l’épreuve physique de base comportant des exercices tels que des abdos, de la course et autres trucs très classiques, la blonde était venue lui parler pour la rassurer. La jeune femme avait apprécié le but même s’il y en avait pas besoin. Elle se doutait bien que tous les candidats n’allaient pas être évalués sur les mêmes bases. Seulement, lorsqu’une de ses collègues était passée et lui avait demandé de ne pas terroriser tout de suite les nouvelles recrue, confirmant au passage qu’ils avaient besoin de bras, la brune s’était étonnée. Amarice n’avait rien de méchant ou agressif aux premiers abords. Après, il faut dire que l’étudiante n’aimait pas juger les gens sans apprendre à les connaître. A chacun son caractère après tout et ça n’était pas parce qu’elle pouvait être moins avenante qu’une autre personne qu’elle ne pouvait pas être sympa et intéressante comme personne à connaître. Seulement voilà, elle finit par regarder son téléphone et se rendre compte que cela faisait presque dix minutes que Henry lui avait envoyé un message pour la prévenir du réveil de sa mère. S’excusant auprès de son interlocutrice, Kate n’avait jamais été aussi ravie d’avoir conservé ses baskets. La jeune femme se mit à taper un sprint. En marchant, elle en avait pour presque trois quart d’heure. Avec le bus, elle mettait en général une demi heure ayant une partie à faire à pied. C’était la première fois qu’elle ne mit que vingt minutes à rejoindre le domicile familial. Montant les marches trois par trois, la brune arriva à bout de souffle sur le palier. Cherchant ses clés, elle finit par prendre la bonne en main afin d’ouvrir la porte de l’appartement et croiser Henry dès son entrée. Il n’avait plus ses écouteurs ce qui expliquait qu’il avait dû l’entendre. Il l’embrasse très brièvement et la rassure avant de s’éclipser pour leur donner un peu de temps.

Merci Henry ...

Elle déposa son sac juste à l’entrée et enleva rapidement ses baskets pour s’approcher de Fallon, un peu dégoulinante des suites de sa course pour arriver ici au plus vite. Evidemment ses blessures ne s’étaient pas volatilisées mais elle était là, assise sur la canapé du salon comme si rien n’était anormal dans cette scène. Kate sentit les larmes monter mais elle était bien incapable de les contenir tant retrouver l’africaine avec ses souvenirs étaient une joie, un véritable soulagement. Se laissant tomber à genoux sur le canapé, juste à côté de la blessée, elle la prit dans ses bras tout en laissant les larmes coulées sur ses joues. L’étudiante en avait réellement rien à faire que la tueuse est un ordinateur sur les genoux. Cela faisait bien trop longtemps qu’elles étaient séparées l’une de l’autre. Ce contact mère-fille semblait vital depuis le temps. Au bout de plusieurs secondes et même minutes, la brune finit par relâcher l’ex-espionne et à s’installer dans l’angle du canapé, face à elle, assise en tailleur. Essuyant rapidement les larmes qui avaient coulé, elle lui demanda :

Comment te sens-tu ?

Inspectant Fallon, elle la regarda de la tête aux pieds plusieurs fois d’affilées mais rien n’avait changé depuis la veille. Elle se mit à lui caresser les cheveux comme pour vérifier que l’africaine était bien là en chair et en os et que tout ça n’était pas un simple rêve dont le réveil pourrait être fort douloureux. Ses plaies étaient en train de se refermer tout doucement. Il allait falloir qu’elle lui nettoie une fois de plus lorsqu’elle changerait les pansements après sa douche.

De quoi te rappelles-tu au juste maman ?

Cela faisait tellement bien de lui parler et de la toucher. Son coeur s’était tellement allégé la veille lorsqu’elle avait eu la tueuse à gage qui s’était effondrée dans ses bras mais ça n’était rien par rapport au plaisir de la retrouver vivante, consciente et avec ses souvenirs des moments qu’elles avaient passé à deux.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyMer 13 Fév - 22:13

16 mars 2050





Henry lui explique de but en blanc que sa fille s’est confiée, pas seulement sur sa petite personne, mais sur sa mère adoptive. Il sait donc que Fallon est une tueuse à gages, que Kate est une ancienne prostituée, mais que Vyper l’avait tiré de ce taudis. Que lui a-t-elle dit d’autre ? Jusqu’où va la confiance de sa fille envers son petit ami ? Elle n’a pas de limite apparemment, puisqu’elle confie le travail officieux de Fallon… Qu’est-ce qu’il a de plus ce jeune type pour obtenir une confiance aussi aveugle de Kate ?

En soit, ça ne change rien, Kate lui fait confiance, point. On ne peut pas vraiment dire que Fallon en fera autant, mais elle respecte le choix de sa fille. Elle ne s’amuserait pas à confier une chose pareille si elle avait le moindre doute qu’il la trahirait. Henry doit bien être la première personne, autre que Fallon, a qui elle confie sa confiance, sa vie. Etrangement, la mère comprend que leur histoire ira loin, qu’il ne s’agit plus que d’une histoire de passage. Autrement dit, elle va devoir s’adapter à la présence régulière du chauffeur.

Ca n’a pas l’air de l’inquiéter plus que ça de savoir qu’elle assassine des gens pour de l’argent, soit il aime vraiment Kate pour l’accepter, soit il cache quelque chose. Une part insidieuse en elle lui souffle que la deuxième théorie est la plus logique, mais une autre souhaite vraiment croire que Kate a trouvé l’amour et qu’elle ne brisera pas cela.

Décidant de ne pas relever la confidence de Kate, elle s’interroge plutôt sur l'ouïe du jeune homme. Dans un murmure elle l’interroge et il répond. “Vaccin universel ?” S’enquit-elle comme si de rien n’était, comme si cette question ne recelait pas une évidence s’il s’agit d’un oui. Le scandale du vaccin Brendt l’avait alerté, elle avait même rencontré une de ses créatures et étant elle-même le résultat d’expériences scientifiques, elle imagine sans mal que ce fameux vaccin universel puisse faire des ravages. Bien évidemment, elle est bien loin de se douter que sa fille à révéler cet autre secret sur sa mère à son petit ami.

Dès qu’elle a son pc sur le genoux, elle lance une recherche sur les adresses. Quand Henry lui précise que Kate est là, peu de temps avant que la clé s’insère dans la serrure et que la porte s’ouvre. Elle serait impressionnée si elle n’était pas aussi hâtive de retrouver sa fille. Du fait de ses blessures, Fallon est lente à écarter son ordinateur pendant que Kate la rejoint tout juste déchaussé, mais les larmes qu’elle aperçoit dans son regard lui brise le coeur tandis qu’elle referme doucement ses bras autour de sa fille.

Si sa conscience ne le ressent pas vraiment, elle a vraiment l’impression qu’il s’est passé une éternité depuis la dernière fois qu’elle l’a vu. Ses doigts filent dans la longue chevelure de Kate, chose rare Fallon est émue, sa fille a toujours eu cette capacité d’éveiller en elle des émotions depuis longtemps refoulés, oubliés et sa peau commence à changer de couleur. Brièvement, avant qu’elle ne se reprenne à cause de la présence d’Henry, même s’il est dans la cuisine et semble leur laisser de l’intimité.

Elle l’interroge tout en prenant place à côté d’elle sur le canapé. Fallon n’est pas la plus affective des femmes, mais pour l’instant elle est incapable de perdre le contact avec Kate et pose une main sur son genoux. “Je survis, comme toujours. Il en faut bien plus pour venir à bout de moi.” Ce n’est pas la première fois que Fallon rentre dans un état pitoyable, dernière en date lorsqu’elle avait tué Aleksandr. Il y a bien des années maintenant que l’ex-espionne supporte la douleur suite aux confrontations et elle ne se plaint pas, rarement.

Bien sûr, vient la fatidique question qui la fait soupirer. Elle hésite brièvement, à cause de la présence d’Henry, mais aussi de son ouïe surdéveloppée. Finalement, elle décide d’être franche, comme toujours avec Kate. “Des voix. Je suis allé au port des îles zeelands, c’est là qu’elles m’appelaient et c’était déjà le bordel quand je suis arrivée. Il y avait cet enfant, au milieu de nulle part, je l’ai mis en sécurité et… Une vague m’a emporté, je me souviens d’avoir eu mal et plus rien. Jusqu’à hier soir, dans le bureau de Raven. Elle était morte et je pense… Que c’est moi qui l’ai tué, mais je n’en ai aucun souvenir. Le reste, c’est Henry qui m’en a parlé, tu étais aussi là bas avec lui, tu les entendais aussi ? Les voix ? Ou je suis assurément devenu folle à lier ?”
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyJeu 14 Fév - 6:06

Est-ce que je devrai faire semblant pour rendre plus simple à accepter le fait que j'ai également une vie en dehors de la loi ? Faire semblant d'avoir peur quand je lui dis qu'elle est une tueuse à gages ? Cela ne me faisait pas peur, étrangement ce qui me faisait le plus peur dans la vie, en dehors d'un cri soudain ou d'un son violent et inattendu, c'est la peur provoquée par ma timidité. Je n'avais jamais eu peur dans mon travail, un vrai professionnel, ce que j'avais été en présence de Fallon quelques soirs plus tôt. Ce que j'étais aussi un peu dans ce salon, j'avais quelque peu du mal à être moi-même, il faut dire que notre première rencontre s'est passée … comme elle s'est passée. Il n'y avait pas eu que du bon. En fait quand j'y réfléchis, le bon côté était d'être reparti vivant sans avoir été transformé en eunuque. Et de ne pas avoir eu un ordre formel, sec et menaçant de ne plus jamais approcher Kate. En fin de compte cette première rencontre s'était peut-être très bien passée compte-tenu de ce tout ce qui aurait pu arriver. La question de Fallon provoque un léger hochement de tête, visiblement la tueuse savait également que ce vaccin avait eu le don de modifier les gens, de les rendre différents, elle allait donc rapidement tirer une conclusion sur moi. Je savais maintenant de qui Kate tenait son esprit affûté, je ne devrai pas en être surpris, Fallon était son modèle, son avatar, et elle marchait dans ses pas. La mort en moins.

« Parfois je me dis que j'aurai dû me casser une jambe plutôt que d'y aller. »

Je désigne d'un doigt mon oreille, comme une évidence du rapport entre le vaccin universel et mon problème d'audition. Je ne disais rien sur les révélations de Kate sur les modifications génétiques qu'elle avait elle-même subis. Je laissais Kate décider si elle voulait lui parler spontanément de mon cas, dans le cas contraire, je m'en occuperai moi-même. Pour l'instant pourtant, il était temps pour moi de m'éclipser. Kate était devant la porte, ses clefs tintaient et je l'indiquais à sa mère avant de me lever pour accueillir brièvement ma petite amie et trouver une excuse pour leurs donner un peu d'intimité. Quoi qu'en ait dit Fallon, il fallait que je disparaisse ce soir, elles allaient avoir besoin de la soirée pour se retrouver, Kate surtout.

Dans la cuisine, je remets mes oreillettes à leur place, je résiste à la tentation d'écouter ce qui se dit à côté dans le salon, je monte le son de la musique pour m'isoler totalement, pour leurs laisser véritablement de l'intimité. Je mets de l'eau à chauffer dans une casserole, à feu doux. Cela me laisse le temps de me rendre sans bruit dans la chambre de Kate et d'y récupérer mes affaires que je range dans le sac que j'avais pris pour m'installer aux côtés de l'étudiante en attendant que ne revienne sa mère. Elle était revenue et il était temps pour moi de disparaître, même si ça allait être franchement difficile de trouver le sommeil ce soir. Mes affaires rassemblées, je pose mon sac à l'entrée de la chambre et retourne dans la cuisine pour finir de préparer le thé. Je prépare un plateau, toujours en prenant un temps aussi long que possible.

Deux tasses, du sucre, du lait, la théière. Je reprends la direction du salon, mes oreillettes toujours dans mes oreilles, le son de la musique est très désagréable dans mes oreilles. Dans un moment de silence les deux femmes pourraient entendre quelques notes de musique, si cela pouvait ne rien vouloir dire pour Fallon, Kate comprendrait que je m'étais vraiment isolé pour leurs laisser de l'intimité comme je l'avais promis quand elle était rentrée. Je pose le plateau sur la table basse. Ne voyant aucune lèvre bouger, je retire une oreillette ce qui ne manque pas de faire entendre des notes de musique, témoignage du volume excessif de ce que j'écoutais pour mes oreilles et pour m'isoler de leurs discussions.

« Thé noir, tout ce qu'il y a de plus classique. »

Toujours debout je regarde les deux femmes, l'une puis l'autre. Les larmes sur les joues de Kate, même séchées et chassées se devinent encore me confortent dans ma décision.

« Je crois sage de vous laissez vous retrouver toutes les deux. »

J'offre à Kate un petit sourire, un peu penaud mais aussi tendre.

« Je te fais confiance. Avec tout ce que tu sais. »

Puis je regarde Fallon, très sérieux cette fois, sans sourire et honnête.

« Je sais ce que vous avez dit avant et j'imagine que vous n'avez pas l'habitude qu'on vous dise "non" mais vous … Kate en tout cas a vraiment besoin d'être avec vous. Et pour ce soir je crois que je serai de trop. »

Et si personne ne me retenait, mon sac était déjà prêt et je serai bien vite parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyJeu 14 Fév - 7:26

16 Mars 2050

Retrouver sa mère était un réel soulagement. Les émotions l’avaient totalement submergée à partir du moment où elle avait franchi la porte d’entrée de l’appartement et que son regard s’était posé sur celle qui avait été absente pendant près d’un mois. Aussi, les larmes sortent instantanément sans que la brune ne puisse rien y faire. Fallon était de retour, en vie et pas en trop mauvais état. Le fait que sa mère lui confirme qu’elle survivait comme toujours ne la fit pas franchement sourire. Se rendait-elle compte de la durée de son absence ? Avait-elle le moindre souvenir de ce mois qui s’était écoulé sans que Kate n’ait de nouvelles de l’africaine ? Heureusement qu’il en fallait plus pour venir à bout d’elle mais la jeune femme aurait préféré récupérer sa sauveuse plus vite. L’étudiante vint déposer une main sur celle de la tueuse. Elle était tellement heureuse de la retrouver. Puis la réponse tombe concernant ce dont elle se souvient et la brune ne put cacher son étonnement. Elle avait elle aussi entendu les voix. L’étudiante avait bien envie de se lever pour faire les cent pas et réfléchir à tous les éléments que sa mère allait pouvoir lui donner. Mais elle se retint, restant à côté de celle qui lui avait tant manqué et enregistrant tout ce qu’elle pouvait lui dire comme le fait que la dirigeant de la Crows League était morte de ses mains.

C’est à ce moment là que le garçon leur amène le thé sur un plateau. La brune fut surprise de l’intensité de sa musique. Il devait souffrir le martyr pour supporter une telle puissance avec son ouïe. Elle adressa à son petit ami un regard d’incompréhension tandis que celui-ci leur précisait qu’il s’agissait de thé noir. Puis il avoua son intention de partir de l’appartement. Devait-elle le retenir ? Evidemment qu’elle en avait envie mais elle ne voulait pas non plus brusquer sa mère qui venait tout juste de rentrer. Sa confiance lui faisait plaisir et la jeune femme devinait ses intentions. Henry devait se douter qu’elle allait parler de pas mal de chose si ce n’est de tout à Fallon. Mais les paroles qu’il adressa à la tueuse la surprirent. Qu’avait-elle bien pu dire à l’écrivain avant qu’elle n’arrive à l’appartement ? Elle ne savait pas réellement si elle pouvait empêcher de partir d’ici le soir, mais il n’était pas le moment que le beau brun s’en aille. Au vue de la conversation, il devait rester pour entendre ce qui allait être dit. Sa mère avait parlé de ses voix sans se méfier de si le garçon l'entendait ou pas de toute évidence. Aussi s’adressa-t-elle à son petit ami l’invitant à prendre une place.

Reste pour l’instant s’il te plait. Tu es concerné après tout. Et baisse ta musique, tu vas te faire mal avec ton ouïe.

Le ton de sa voix avait baissé par réflexe étant donné que le jeune homme avait enlevé l’un de ses écouteurs. Elle se tourna alors vers sa mère à qui elle adressa un demi-sourire. S’ils avaient parlé en son absence, Fallon avait déjà dû se rendre compte que le garçon était plus informé sur elle que ce à quoi elle aurait pu s’attendre. Caressant le dos de la main de sa mère, montrant à quel point elle était heureuse de pouvoir la toucher et la revoir, Kate reprit à son intention :

Je n’ai pas entendu ses voix maman mais tu n’es pas folle pour autant. Je ne suis tout simplement pas comme vous.

Un petit sourire qui cherchait à être rassurant et la jeune femme jeta un regard en direction de l’écrivain avant de reprendre la parole.

Te souviens-tu si ses voix t’ont poussé à la violence une fois arrivée sur les lieux ?

Laissant tranquillement sa mère répondre elle se pencha simplement pour verser le thé dans les tasses que Henry leur avait ramené. Voyant qu’il manquait une tasse, elle se leva pour aller en chercher une troisième et revint rapidement pour la remplir et la pousser en direction du garçon. Toujours attentive à ce que sa mère lui racontait, elle dispersa les tasses et se réinstalla au fond du canapé, récupérant la main de Fallon dans la sienne et les reposant sur son genou.

Je pense que l’Ogre et Lyssa ont tenté de manipuler les personnes génétiquement modifiées, ou peut-être le gouvernement vu que l’armée s’est emmêlé. Ce ne sont que des suppositions pour le moment mais une quantité incroyable de personnes est devenue agressive avec son entourage sans raison apparente. Henry ne connaissait pas les effets secondaires indésirables et permanents que le vaccin pouvait engendrer jusqu’à il n’y a pas si longtemps. Il faudrait que je puisse analyser vos deux sangs pour voir les modifications génétiques que vous avez subi. Il s’est passé beaucoup de choses ce soir là qui ne s’expliquent pas en l’état. Mais je pense que l’Ogre et Lyssa sont comme vous. La résistance de cet homme est irréaliste. Et j’ai cru comprendre que cette femme a une force de frappe incroyable.

Reprenant son souffle, elle observa à tour de rôle fallon et Henry en espérant qu’ils aient réussi à suivre ce qu’elle avait dit. Cela était moins dur pour le garçon qui avait déjà été mis au courant. La brune reporta son attention sur sa mère avant d’ajouter une petite question qui avait toute son importance. Si Fallon ne se souvenait pas de l’avoir croisé ce soir là, elle ne se souviendrait pas non plus de s’être rangée du côté de l’Ogre et encore moins d’avoir attaqué sa fille. Elle allait devoir choisir ses mots pour lui apprendre certaines choses sans réveiller la totalité des souvenirs et se retrouver avec sa sauveuse cherchant à partir de nouveau parce qu’elle l’avait frappé une nouvelle fois, la faisant tomber à l’eau.

Tu ne te souviens vraiment de rien après avoir été englouti par la mer ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyJeu 14 Fév - 10:19

16 mars 2050





Le jeune homme lui confirme avoir reçu le vaccin universel, s’accordant ainsi toute l’attention de sa belle-mère, mais il y a d’autres choses à régler. Elle aura tout le temps de l’interroger plus tard, sur ce qu’a causé le vaccin à son corps. D’autant plus que sa fille vient de rentrer et tout le reste s’éclipse pour se concentrer uniquement sur cette jeune femme si chère à l’africaine. Les questions se bousculent, que ce soit de la part de sa fille, comme d’elle-même par rapport aux derniers événements.

Étant de nature ordonnée, elle garde ses questions sur les examens de Kate pour plus tard et répond à ses questions. Sa fille a vraiment dû se ronger les sangs pendant l’absence de Fallon, elle a donc besoin de réponses et l’intéressée y répond avec sa franchise habituelle à son égard. Kate est bien la seule qui peut se vanter de tout savoir sur l’africaine. Absolument tout. Cette confiance absolue est indescriptible.

La jeune fille n’a guère le temps de lui répondre lorsque Henry décide qu’il est temps pour lui de les laisser. La musique qui s’échappe de son oreillette fait même grimacer la convalescente, même une personne à l'ouïe normal. Kate baisse le ton, ce qui a le don d’attirer l’attention de sa mère sur le timbre bas de sa voix, comme si elle savait. Elle demande a son petit ami de rester et s’explique,

“Elles voulaient… Ce n’était que des murmures sans logique, une langue que je ne connais même pas, mais plus je m’approchais, plus c’était intense et explicite. Ca a commencé la veille, j’en ai pas dormi de la nuit, j’ai épluché tout mon répertoire de langues pour tenter de découvrir ce que ça disait.” Persuadé qu’elle devenait folle, elle n’en avait pas parlé à Kate, pour ne pas l’inquiéter. Pas tant que Fallon n’aurait pas déterminé ce dont il s’agissait. “Le lendemain, c’est devenu plus… compréhensible à mesure que je m’approchais du port. Je me souviens des mots et je savais le traduire, mais j’ignorais comment c’était possible.”

Fallon a une bonne mémoire, on la formaté pour que ce soit le cas. Elle ne s’explique vraiment pas cette amnésie, si ce n’est à cause du choc reçu. “Ca disait de s’en prendre à ceux qui nous font vivre en paria, de s’attaquer aux porcs qui nous traitent de monstres. Je l’aurai sûrement fait si je n’étais pas déjà sous la flotte.” Elle ne craint pas de raconter ce qu’elle sait, ce qu’elle a vécu, dans la mesure où elle identifie désormais Henry comme un... Monstre, faute d’un terme moins excessif. Kate dépose une tasse de thé dans sa main et reprend la parole.

Elle explique l’implication de l’Ogre et Lyssa, puis confirme être informé de ce que subit Henry suite au vaccin universel. Fallon constate qu’ils ont eu une conversation à coeur ouvert, ils semblent n’avoir aucun secret l’un pour l’autre. Mais qu’a-t-elle raconté d’autre à son petit ami au sujet de sa mère ? Lui a-t-elle parlé de ce qu’elle a subi enfant ? Etant donné la manière dont elle en parle aussi librement, Fallon ne peut que supposer qu’il sait tout.

Son regard se fixe sur le jeune homme. Kate lui fait confiance visiblement, mais peut-elle en faire autant ? Alors qu’il sait désormais tout, ou presque. Peut-elle courir le risque qu’il les trahisse ? Sa confiance, elle a vraiment du mal à l’accorder depuis que les Russes l’ont trahi, même avant cela on lui avait appris à faire cavalier seul, à n’obéir qu’aux ordres, collaborer avec ceux qu’on pointait du doigt, c’était un parfait petit soldat. Toute son intelligence rivé sur son objectif, elle laissait la logistique à ses patrons.

Kate lui a appris beaucoup de choses, mais ça c’était fait avec le temps. Hors, du temps face à Henry elle n’a pas eu l’occasion d’en avoir, elle se retrouve devant le fait accompli et ça ne l’enchante pas. On peut dire que seule Kate permet à Henry d’être encore en vie. “Tu ne peux pas comparer ce qu’ils m’ont fait, aux effets du vaccin.” Fait-elle remarquer en reportant son attention sur Kate qui doit se douter de ce qui se trame dans sa tête.

“Et tu n’as pas de laboratoire privée, je ne prendrais pas le risque que quelqu’un d’extérieur découvre ce que nous sommes.” Nous. Oui. Henry est une victime du vaccin universel, elle a beau ne pas l’apprécier pour l’instant, elle ne prendra aucun risque concernant ses capacités. Fallon ne laissera personne mettre la main sur les personnes hors norme, pas si elle peut l’en empêcher. De même qu’elle l’avait fait avec cette créature des égouts. Quand Kate lui demande si elle ne se souvient vraiment de rien, elle secoue simplement la tête. “Toi par contre, tu sais plus de choses que tu n’en dis.”
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyJeu 14 Fév - 14:46

J'ai baissé la musique, comme ça m'a été demandé de le faire par Kate et je me suis assis dans un fauteuil, mettant une table basse d'écart entre mère, fille et moi. Je ne redoutais pas Fallon, du moins pas en présence de Kate, je me doutais que l'histoire ne serait pas la même si je me retrouvais en tête à tête avec la tueuse trop longtemps. J'avais quand même le sentiment que nous avions fait de petits progrès pendant l'absence de l'étudiante. Des pas de bébé, il ne fallait sans doute pas en vouloir plus pour l'instant.

« J'ai mis la musique pour ne pas entendre, pour vous laissez un maximum d'intimité. »

Quelque part j'enviais un peu Kate de retrouver Fallon. Le bonheur sur son visage, malgré la difficulté de la discussion, était enchanteur. Elle avait retrouvé celle qu'elle aimait, elle lui était revenue et elle pouvait la toucher à nouveau, sentir son parfum. Une chance que je n'avais pas eu et que je jalousais malgré moi. Non je ne reviendrai pas en arrière, aujourd'hui mes sentiments pour la brune étaient plus que clairs mais si je pouvais avoir la chance de revoir Sarah une seule fois, de la prendre entre mes bras quelques secondes … Je ne pourrai pas résister à le faire. Ecoutant ce que dit Fallon je hoche la tête, ne pouvant que confirmer ce qu'elle venait d'expliquer. Kate le savait déjà mais cela pouvait faire du bien à Fallon de l'entendre de la bouche d'une autre personne … D'avantage comme elle.

« Ca s'est passé de la même façon pour moi. J'ai eu la chance de parvenir à m'éloigner de Kate et du port assez rapidement pour ne blesser personne, même si … j'ai essayé. »

Finalement tout avait été au mieux, j'avais réussi à m'éloigner rapidement pour ne blesser personne, à croire que parfois ne pas avoir un courage héroïque pouvait sauver une vie. La mienne ou celle d'un autre. J'étais surtout heureux d'avoir réussi à m'éloigner de Kate sans m'en prendre à elle, déçu de ne pas avoir remarqué les risques qu'elle prenait et ce qui lui est arrivé mais comment aurai-je pu l'aider si j'avais cédé moi aussi et que je l'avais agressée ? Non, tout s'était passé de la meilleure façon possible finalement.

Le regarde que porte Fallon sur moi est assez évident de sens, elle aimerait savoir ce que je sais seulement … Je ne crois pas que ça soit à moi de lui dire mais bien à Kate. Sa remarque sur la différence entre nous devrait me faire hocher la tête mais je préfère une expression neutre pour ne pas mettre Kate en situation trop difficile. Clairement Fallon n'est pas heureuse de tout ce que je sais sur elle à cause des décisions de sa fille. La remarque de la tueuse sur le laboratoire privé me fait plutôt plaisir, je n'étais pas emballé à l'idée que Kate veuille profiter du matériel de son futur lieu de travail. Je n'avais pas besoin de précognition ou de vision du futur pour ne pas douter une seconde que Kate réussisse ses examens d'entrée et soit prise.

La dernière réponse apportée à la question de Kate risque bien de lui déplaire. L'étudiante m'avait racontée ce qui était arrivé quand elle avait tenté de raisonner sa mère sur la jetée. Expliquer à sa mère qu'elle l'avait frappée, à nouveau, risquait bien de lui déplaire. J'aimerai avoir un truc intelligent à dire, avoir quelque chose qui aiderait Kate à dire la vérité mais rien de bien intelligent ne me vient, rien qui ne soit malin en tout cas. Je préfère le silence, en espérant que Kate trouve les bons mots pour rassurer sa mère tout en lui expliquant la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyVen 15 Fév - 22:20

16 Mars 2050

L’africaine était aux aguets. La jeune femme reconnaissait bien la tueuse à gage en action. Elle semblait épier la moindre chose que Kate ou Henry pouvaient faire ou dire. Evidemment, l’attitude n’était pas tout à fait la même selon lequel des deux elle observait. L’étudiante se rendit compte qu’elle avait fait du chemin au cours du dernier mois avec le beau brun et qu’il y avait de quoi déboussoler sa mère. Fallon avait-elle compris que le garçon vivait ici depuis plusieurs semaines pour veiller sur elle en attendant qu’elle retrouve la moindre trace de sa mère adoptive ? Allait-elle lui en vouloir ? Il est vrai que la brune s’était énormément livrée à son petit ami, consciemment mais si facilement aussi. L’écrivain n’avait fléchi sur aucun point à part lorsque cela l’avait concerné lui. Mais rien de ce qu’elle avait pu lui dire sur l’ex-espionne ou elle-même ne lui avait donné envie de partir en courant. Avait-elle tort de lui faire autant confiance ? Si elle avait pensé ça à un moment, elle ne lui aurait jamais confié autant de choses. Le fait est qu’elle avait parlé des personnes génétiquement modifiées avec Lily mais uniquement parce que la coach avait amené le sujet. Elle avait commis l’erreur de mentionner Henry comme étant potentiellement l’un d’eux sans réellement savoir. Avec le recul, la jeune femme se rendait compte qu’elle avait certainement cherché à rassurer la Valkyrie concernant son secret qu’elle avait découvert.

La convalescente commença ses explications concernant ses voix ques les deux avaient entendu au port. Sa mère avait cru qu’elle était folle mais le fait qu’elle ait entendu également ces voix donnait plus envie à Kate de croire en la tentative de contrôle sur les gens ayant subi une modification génétique. Evidemment lorsque l’africaine arriva sur la fin de son récit, la brune se rendit bien compte qu’il manquait une grosse partie de la soirée. Elle ne semblait se rappeler ni du fait qu’elles s’étaient croisées, ni du fait que l’Ogre l’avait emmené avec lui dans sa fuite. C’était une chance en soit que la tueuse ne se rappelait pas avoir mis sa fille à l’eau. Etant donné la réaction qu’elle avait eu la dernière fois qu’elle avait touché à un cheveux de Kate, elle se serait encore retrouvée séparée de sa mère pendant une bonne semaine. Se reconcentrant sur le sujet qui était ces fameuses voix, l’étudiante s’orienta en direction du beau brun et prit la parole.

Je crois que ça rejoint un peu ce que tu m’avais dit. Je suis de plus en plus persuadée que le but de ces voix était de vous manipuler, de vous contrôler. La grande question c’est : Comment ont-ils pu arriver à un tel résultat ?

Au fur et à mesure que la jeune femme s’exprimait sur le sujet de l’Ogre et de Lyssa, elle sentait le regard de l’africaine se faire de plus en plus pesant sur elle mais également sur l’écrivain. Fallon semblait comprendre petit à petit à quel point elle s’était entichée du garçon mais également à quel point ils avaient dû avoir de vraies conversations. Il faut dire qu’au cours des dernières semaines Henry et elle avaient beaucoup parlé, de beaucoup de sujets divers et variés. Le beau brun avait réellement été d’une grande aide, un véritable pilier pour l’étudiante qui touchait plus bas que terre suite à leur rupture. C’était elle qui avait cherché cette situation étant à l’origine de cette décision. Alors qu’elle finissait ses explications, sa mère sauta sur l’occasion pour lui faire une remarque qui en montrait long sur le questionnement de la tueuse à gage et son raisonnement. Elle semblait de toute évidence bien plus concentrée sur ce que sa fille avait pu dire à son petit ami que sur la conversation qui était pour autant des plus importantes. Soupirant légèrement comme pour faire comprendre à celle qu’elle aimait par dessus tout qu’elle risquait de faire ou dire une bêtise en agissant de la sorte, elle lui répondit :

Je lui ai dit que tu avais subi des expériences pour modifier ton code génétique.

Si sa mère était encore sa mère, elle comprendrait que cela sous-entendait que oui, Henry savait qu’elle n’avait pas subi ce changement à cause du vaccin mais que non il n’en savait pas plus que ce qu’elle venait de dire. C’est alors que Fallon mit le doigt sur ce qui gênait le plus l’étudiante. Faire les tests dans les laboratoires de la PTS restait un risque il était vrai. Par contre, la jeune femme reconnut bien là l’africaine lorsqu’elle prit soin d’inclure l’écrivain dans ses propos. Personne ne méritait d’être traité tel un cobaye, la tueuse le savait mieux que quiconque avec son passé.

Je sais qu’il y a un risque. Mais sans analyse sanguine, je ne pourrais jamais avancer sur vos cas ...

La brune arrêta sa phrase d’une manière qui semblait dire qu’elle n’était pas finie. Pour autant la suite de cette dernière était assez évidente. L’étudiante souhaitait leur trouver des solutions à ces handicaps qui leur pourrissaient la vie à tous les deux. Mais elle n’eut pas le temps de songer plus en profondeur à ce problème car déjà un autre se soulevait. Mentir à sa mère n’était pas une chose qu’elle aimait faire aussi Kate avait pris l’habitude de ne pas le faire. Elles avaient chacune confiance en l’autre et se disait tout. Seulement cette fois était différente. La jeune femme n’allait pas prendre le risque de voir l’africaine partir en courant pour une vérité qui avait plus d’un mois et qui ne rimait à rien aujourd’hui, qui n’avait plus d’impact dans le présent. Aussi, comme toutes les fois où mentir lui avait paru naturel, elle reprit la parole pour énoncer une vérité autre, détournant l’attention de manière fort habile, juste après avoir soupiré, comme résignée à tout lui raconter.

Tu étais au côté de l’Ogre le soir de la tempête, au port. J’avais compris que tu avais perdu la mémoire étant donné que tu ne m’avais pas reconnu. Tu t’es rangée à ses côtés pendant qu’on était plusieurs à se battre contre lui et à la fin, il est parti en t’emportant.

Kate attendait patiemment la réaction de sa mère. Peut-être que d’avoir invité l’écrivain à rester pour cette conversation qui à ses yeux le concernait n’était finalement pas une bonne idée. Elle devait s’expliquer sur certains points à présent avec l’africaine. La brune sentait que cette dernière avait besoin de réponses mais qu’elle ne posait pas les questions adéquates. Etait-elle gênée par la présence de l’écrivain ou sa complicité avec sa fille ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptySam 16 Fév - 21:42

16 mars 2050





Henry confirme avoir vécu la même chose, vécu les mêmes effets de cet appel. Il n’a blessé personne, mais ça explique sa présence sur les lieux. Qu’il venait de lui mentir également, accessoirement. Par omission, mais elle ne peut pas lui en vouloir puisqu’elle n’aurait pas davantage eu l’intention de se vendre comme un monstre de foire.

Il semblerait que sa fille ne s’est pas contenté de rechercher sa mère, elle a aussi mené une enquête approfondie sur les événements du 20 février et découvert certaines choses. L’ogre lui saute rapidement à la mémoire, sa première apparition était survenu le soir de leur arrestation en janvier. Elle s’en serait préoccuper si Hart les avait laissé tranquilles, mais les choses ne se passent jamais comme on le voudrait. Fallon avait dû mener un double jeu auprès de la Crows League, mais surtout de Raven qui avait des yeux et des oreilles partout. Cependant, Lyssa ne lui dit rien, du moins, rien qui lui permette de faire le lien entre les deux.

“Une autre question c'est : quand vont ils recommencer ?” S'ils ont réussi une fois, en partie, ils recommenceront jusqu'à la réussite complète du phénomène. Que cherchent-ils ? Le contrôle des personnes affectés par le vaccin de Brendt ? Non, si c'était uniquement cela elle n'aurait pas été touché par l'appel. “Pour ce qui est de nous manipuler… Je ne sais pas trop, pourquoi utiliser une langue inconnue ? Je pense qu'ils n’ont pas pleinement le contrôle de ce qu'ils utilisent, alors nous contrôler nous… On est peut-être que des cobayes. Plus réceptifs à leur truc parce qu'on est différent, ça ne veut pas dire qu'on est la cible.” Elle n'aurait pas été une bonne espionne si elle n'envisageait pas toutes les possibilités. Il faut voir large et réduire le champ au fur et à mesure que l’on découvre les éléments.

Kate admet qu'elle a parlé à Henry de ce qu'elle avait subi, modification de son code génétique, ca ferait rire Fallon s'il y avait vraiment de quoi en rire. Elle s'est montré très succincte sur la réalité visiblement. Ils ne s'étaient pas contenté de lui injecter une quantité phénoménale de produits, elle avait eu le droit à de nombreuses greffes de la peau pour la rendre parfaite. Selon eux. Les injections d'ADN ne lui avaient permis que de survivre à ces transplantations. Son cas, n'a vraiment rien à voir avec le vaccin universel.

“Ce n'est pas négociable Kate, je ne remet pas en cause tes compétences et ta prudence, mais le risque est trop grand pour toi, aussi bien que nous.” Et quand il s'agit de risques, Fallon n'en laisse passer aucun si elle n'en a pas le contrôle. De la même façon il avait fallu éliminer Aleksandr parce qu'elle ne contrôlait pas le libre arbitre du tueur qui en savait bien trop. “Si tu te fais prendre à effectuer des analyses avec un matériel qui ne t’appartient pas, d'une, ca soulèvera trop de questions, de deux, tu seras radié de la profession. Tu as travaillé trop dur pour que je le permette. Henry sera sans doute d'accord avec moi ?”

A deux, ils seront plus fort contre une. C'est pourquoi elle l'implique dans cette décision. Il n'y a pas de “cas”, faire des recherches dans quel but ? Kate cherchera sûrement un antidote, ça pourrait fonctionner pour Henry peut-être, mais pas elle. Son problème à elle est plus psychologique, que physique. Sa fille part d’une bonne intention, et sa mère n’a rien contre l’idée de la laisser essayer, mais elle n’acceptera plus jamais qu’on la traite comme un “cas”, un cobaye ou appelez ça comme vous voulez. Pas plus qu’elle ne laissera quiconque toucher à Henry s’il ne le souhaite pas, mais s’il veut laisser Kate lui trouver un antidote elle ne se mettra en travers de leur chemin que si sa fille prend de trop gros risques.

Fallon lui demande tout ce qu’elle sait, elle lui apprend que Fallon s’est rangé du côté de l’Ogre pendant un combat contre plusieurs individus et qu’il l’a emporté on ne sait où. Kate a été témoin de cela, elle reconnaît même s’être douté de quelque chose puisqu’elle ne la pas reconnu. Que lui a-t-il fait ce connard ? Rien, de toute évidence puisqu’elle est toujours en vie, mais qu’a-t-il obtenu d’elle en échange ? “Est-ce que je t’ai fais du mal à toi ? Je t’ai… ?” Demande-t-elle de but en blanc, le regard rivé sur sa fille. Elle n'a pas besoin de préciser si elle l'a frappé, Kate comprendra.

Sa réponse n’est clairement pas satisfaisante, Kate est capable de mentir lorsque c’est nécessaire, et elle est douée pour détourner la vérité, mais Fallon a toujours su lorsqu’elle lui mentait ou ne disait pas tout. C’était son métier. Pendant que sa fille lui répond en biaisant, Fallon pose ses doigts sur son poignée et mesure sa fréquence cardiaque avant qu’elle n’ait le temps de comprendre ce qu’elle fait… Son coeur s’emballe…

Sa réaction est immédiate, les larmes lui montent aux yeux, mais elle cligne des paupières pour les retenir. Kate lui ment, ce qui signifie qu’elle lui a encore fait du mal. La tueuse ne comprend pas, l’espoir qui ronge sa fille est insensé, au point d’accepter que sa mère s’emporte contre elle, mais l’inverse n’est pas réciproque. “Et donc Henry, qu’est-ce que le vaccin a fait de toi ?” S’enquit-elle, incapable de garder son regard verrouillé à celui de sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Watford
Neutral
Messages : 1503
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6+1
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptySam 16 Fév - 23:28

Je me sentais de trop, exactement comme je le pensais. Mère et fille devraient avoir ce moment bien à elles pour se retrouver, pour discuter et échanger, pour se rassurer l'une et l'autre. Seulement moi j'étais là. Parce que Kate n'avait pas voulu que je parte, qu'elle me l'avait demandée et pourtant je me sentais de trop dans ce moment intime. Etrangement intime. D'un côté elles semblaient vouloir se prendre dans les bras l'une de l'autre, de l'autre il y avait une retenue curieuse, comme si elles n'osaient pas s'approcher l'une de l'autre et se toucher. Cela pouvait expliquer des choses concernant Kate et notre relation, notamment sa difficulté à accepter mes compliments et ces moments où je suis parfois un peu collant. J'en suis conscient mais c'est ainsi que j'aime et j'espérais que cela n'allait pas la déranger ou l'ennuyer. Je tâcherai de faire des efforts.

Par chance la conversation prend la discussion de nos pouvoirs à Fallon et moi. Visiblement elle se pose des questions se rapprochant des miennes. Pourquoi vouloir manipuler ceux qui ont des pouvoirs ? Vont-ils recommencer ? Comment ont-ils fait ? De nombreuses questions qui restaient sans réponses et qui auraient besoin d'en trouver un jour ou l'autre.

« Dans quel but veulent-ils nous contrôler ? Se constituer leur propre petite armée privée de mutants ? »

Je préférais mutant à monstre personnellement mais on restait dans une idée que je n'appréciais que très peu. L'idée d'être un monstre, une "chose" à part, ça ne me tente pas vraiment. Je n'avais pas vraiment le choix, je n'avais pas demandé à avoir ce que j'avais, je n'avais même pas su que quelque chose allait m'arriver après le vaccin et je ne le découvrais que maintenant grâce à Kate et sa mère. Lorsque Fallon parle de la volonté de Kate de faire des études sur nos sangs, je ne peux que la soutenir, Kate connait mon point de vue sur ces études qu'elle voulait mener. Si j'avais été moins catégorique que sa mère, le refus absolu de sa mère me plaisait énormément. Je hoche la tête quand elle demande mon avis, cherchant clairement un soutien.

« Je te l'ai dit, je ne suis pas emballé à l'idée que tu fasses ça et je rejoins l'avis de Fallon. Tu t'es donnée trop de mal pour arriver à avoir ce que tu voulais pour le perdre ainsi. »

Je ne m'opposais pas à ce qu'elle fasse des analyses si elle le désirait mais pas avec son matériel professionnel. Je n'aimais pas non plus l'idée de devenir un cas même selon les mots de ma petite amie.

Cependant je n'aimerai pas être dans le cas de Kate quand Fallon lui demande ce qui est arrivé sur le port entre elles. Je connais la réponse, Kate me l'avait dit et je savais que la réponse ne plairait pas à sa mère. Kate tente de contourner la question, je ne crois pas que ça va prendre avec sa mère, même moi je n'y croirai pas. Ca n'a pas pris, je baisse les yeux pour essayer de ne pas les déranger, elles devraient être dans un moment de discussion et d'échange mais il n'y a que le silence et personne ne dit rien. Les sentiments et les émotions, ce n'est clairement pas leur domaine. Je suis même surpris de devenir un échappatoire à ce moment gênant quand Fallon demande ce que le vaccin a fait de moi.

« Il m'a donné cette ouïe stupidement hyper-active et … autre chose. Je ne sais pas trop ce que c'est, en fait avant que nous nous entrainions avec Kate, je n'avais jamais réalisé que j'étais capable de … J'en sais rien … Anticiper … Ca sera peut-être plus facile si on vous montre. »

Je me lève en réfléchissant à la meilleure façon de faire. Je repense à un petit truc auquel j'avais réfléchis, ça n'a jamais été testé mais ça peut fonctionner, éventuellement. Je m'absente un bref instant, revenant avec mon sac dans lequel je récupère trois balles de tennis que j'avais acheté juste pour cette occasion et un t-shirt.

« On n'a jamais testé mais je pense que ça peut marcher. Kate tu veux bien ? »

Je lui tends les balles, m'éloignant à l'autre bout de la pièce, transformant le t-shirt en bandeau pour mes yeux. Je tâche de me concentrer au maximum, je repense à l'entrainement, j'inspire, j'expire, si ça pouvait marcher ça serait top.

« Ok … On peut essayer … Ne ménage pas tes lancers, tu sais que mon pouvoir a besoin … d'encouragements. »

Concentré sur mon instinct, sur ce que me dit mon corps, ce que je ressens. Je me laisse porter par ce que je ressens et uniquement ça. Je me décale légèrement vers la droite, une balle rebondit contre le mur juste après, je m'accroupis pour en entendre une autre rebondir au-dessus de ma tête. Un pincement dans ma poitrine quand je me relève, ma main vient s'y placer et la balle s'y loge. J'enlève le t-shirt, plutôt heureux que ça ait fonctionné.

« Voilà ce que ça a fait de moi. »


Dernière édition par Henry Watford le Sam 16 Fév - 23:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptySam 16 Fév - 23:28

Le membre 'Henry Watford' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Action' :
[Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille Action11

--------------------------------

#2 'Action' :
[Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille Action10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyDim 17 Fév - 20:23

16 Mars 2050

La question que soulève sa mère ne l’étonne guère. Fallon est bien du genre à raisonner ainsi. Mais en soit, elle n’avait pas tort. S’ils l’avaient fait une première fois, peu importe qui se cachait derrière ce phénomène, ils allaient sûrement recommencer. Les remarques de sa mère sont pertinentes mais ne la rassure pas pour autant. Elle ne rejoint pas son point de vue concernant le fait qu’ils n’en soient pas forcément la cible, la brune était plus du même avis que son petit ami ou encore que de Lily. La jeune femme détestait l’idée qu’on veuille manipuler ses proches, comme pour se les approprier. L’africaine avait déjà connu ça dans sa vie, elle aussi et clairement, elle ne le souhaitait à personne, surtout pas à Henry. Et elle ne voulait pas non plus que Fallon regoûte une nouvelle fois à cet enfer. Par ailleurs, cette histoire de langue inconnue était pour le moins étrange. Etait-ce produit par une machine ou par une personne ? Cela pouvait être autant une création de quelconques scientifiques barrés qui avaient trouvé une fréquence, un son ou quoi que ce soit d’autres pour agir sur les gens génétiquement modifiés ou bien cela pouvait peut-être aussi être une personne qui avait le don de pouvoir tous les contacter. Cette personne pouvait autant agir sous la menace qu’être complice des agissements de ceux qui souhaitaient potentiellement monter une armée. Mais dans quel but ? Cela pouvait être aussi bien pour réduire la population à l’état d’esclavage que pour renverser le gouvernement, mettre la ville à feu et à sang ou n’importe quoi d’autre. Les possibilités étaient infinies, Kate n’avait pas assez d’éléments en sa possession aujourd’hui pour élaborer des hypothèses plausibles.

On ne peut que faire des suppositions à ce stade. On a trop peu d’éléments pour pouvoir statuer sur les objectifs cachés des événements qui se sont déroulés au port.

Cela ne voulait pas dire pour autant qu’elle ne comptait pas se pencher dessus, enquêter pour essayer d’en savoir plus. La brune n’allait pas lâcher l’affaire ainsi. C’est alors que l’africaine l’avertit qu’il était hors de question qu’elle fasse des tests dans les laboratoires de la PTS. Elle n’avait pas tort dans le fond, cela s’était bien passé avec Christopher mais cela pouvait n’être que le fruit du hasard. Mais d’un autre côté, sans cela, elle ne pourrait jamais avancer. Trouver une solution à l’ouïe d’Henry et à la folie meurtrière de Fallon, c’est tout ce qu’il l’intéressait. Cette dernière ne cessait de lui redire qu’elle était dangereuse pour sa fille et l’étudiante en avait marre. Si elle avait accepté de se faire adopter, même adulte lorsque cela n’était plus nécessaire, c’était bien parce que ce lien qui l’unissait à sa sauveuse lui tenait à coeur. Le risque concernant sa future profession qui n’était pas encore certaine, elle s’en moquait clairement. Kate souhaitait rejoindre la PTS pour aider à faire régner la justice. Mais elle ne comptait pas délaisser sa mère pour autant. Elle passerait toujours avant les autres, quoiqu'elle en dise. Le dernier point mais non des moindres eut pour conséquence une réelle surprise chez l’ex-barmaid. C’était son choix si elle mettait sa carrière en jeu et non le leur. Sauf que la tueuse se comportait comme d’habitude, à vouloir le dernier mot. Mais surtout, cerise sur le gâteau, elle chercha l’appui de l’écrivain qu’elle obtint avec une facilité déconcertante. Regardant l’un puis l’autre, elle ne put s’empêcher de commenter, conservant son calme habituel, une pointe d’ironie en prime :

Vous savez tout de même que je suis une grande fille et que je peux prendre ce genre de décisions seule techniquement.

Même si le choix des mots de Kate est parfois maladroit, ses intentions restaient inchangées. Elle voulait les protéger et elle ne laisserait pas sa sauveuse se sacrifier à sa place indéfiniment. Etrangement, même si elle leur en voulait de se liguer contre elle, la jeune femme était également un tantinet contente de voir que Fallon n’avait pas mis le chauffeur à la porte dès son réveil. Ils avaient probablement même échangé et elle pouvait peut-être même espérer que cela se soit pas si mal passé. Il est vrai qu’elle allait avoir beaucoup de choses à raconter à sa mère concernant sa période d’absence et les aveux qu’elle avait fait au beau brun. Puis vint le moment où l’africaine lui demanda plus de précisions concernant les événements qui s’étaient déroulés au port. Elle avait raconté les faits sans réellement mentir. La jeune femme avait omis certains détails. Elle ne voulait pas que l’ex-espionne prenne de nouveau la porte alors qu’elles venaient de se retrouver. Mais son récit ne suffit pas à la tueuse qui lui demanda plus précisément si elle s’en était prise à sa fille. Mentir elle savait faire après tout même si elle n’aimait juste pas ça, surtout avec sa mère. Alors se concentrant, l’étudiante reprit la parole pour compléter ses explications, le regard rivé dans celui de sa mère.

Je t’ai simplement interpellé quand je t’ai vu Fallon. tu m’as demandé qui était Fallon et donc j’en ai déduis que tu avais perdu la mémoire.

L’étudiante ne s’était pas méfiée une seule seconde du geste de sa mère et elle comprit bien trop tard ce qu’elle était en train de faire. Il était aisé de mentir en gardant son calme et son aplomb habituels. Mais il était bien plus difficile de maîtriser les réactions de son corps et en particulier celles de son coeur. Par contre, les larmes qui montèrent aux yeux de l’africaine n’échappèrent pas à Kate qui fit le lien et s’en voulut immédiatement. Elle n’avait qu’une envie et c’était la prendre dans ses bras pour lui faire comprendre qu’elle allait trouver une solution et qu’elle l’aimait. Seulement sa mère orienta la conversation sur son petit ami tandis qu’elle fuyait le regard de la jeune femme abattue. Celle-ci sentait déjà les larmes lui montaient aussi aux yeux mais fit tout pour les retenir. Elle ne supportait pas de lire cette souffrance au fond des prunelles de sa sauveuse. Malgré les années, la brune continuait de lui créer du soucis pendant qu’elle était incapable de l’aider ou de la soutenir. Le garçon expliqua comme il pouvait ce que le vaccin avait engendré comme changement chez lui. C’était encore très récent pour lui cette découverte, cette révélation. Puis il se leva et l’étudiante en profita pour essayer de capter le regard de sa mère, caressant sa main sans cesse pour essayer de l’apaiser, de lui faire comprendre qu’il n’y avait rien de grave. Henry revint et lui tendit trois balles de tennis. Se levant un peu à contre coeur du canapé, la brune attrapa les trois balles et vit le garçon repartir loin d’elle avant de se bander les yeux.

Ok j’y vais.

La belle n’aimait pas franchement le principe mais c’était toujours mieux que de se battre avec lui alors qu’il avait les yeux bandés. Aussi se concentra-t-elle pour lancer les trois balles à tour de rôle à trois endroits différents. Evidemment, Kate avait fait en sorte de viser des endroits où elle ferait mouche, où elle aurait dû toucher. Sauf que le garçon anticipa toutes les balles sans même les voir. Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme qui était ravie de ne pas avoir touché Henry. Ce dernier récupéra les balles et la brune en profita pour s’installer à nouveau sur le canapé à côté de sa mère et lui fit un bref câlin tout en déposant un bisou sur sa joue et lui murmura, même en sachant que ça n’empêcherait pas l’écrivain de l’entendre :

Je t’assure qu’il n’y a rien de grave et on en reparlera. Tu m’as juste fait prendre la douche parce que je me suis laissée déconcentrer par l’Ogre.

Un sourire sur les lèvres, l’étudiante était sincère. Elle ne l’avait pas réellement blessé. Attrapant son thé préparé par l’écrivain, elle but quelques gorgées avant de reposer sa tasse et de reprendre la main de Fallon dans la sienne. Reprenant la parole, la jeune femme s’adressait à sa mère.

Tu ne sais ni ce qui a causé ta perte de mémoire ni ce qui te l’a rendu si j’ai bien compris. C’est quand même étrange. Absolument rien ne te revient pour le moment sur cette période d’amnésie ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille EmptyJeu 14 Mar - 10:17

16 mars 2050





Comme elle l’espérait, Henry l’appuie, mais il semble même qu’ils aient déjà eu cette conversation et qu’il n’était pas super emballé. Kate argue qu’elle peut prendre ses propres décisions. Tout à fait, ils ne disent pas le contraire. “Tu peux. Mais ne nous implique pas dans cette décision, tu veux bien faire, mais on ne veut pas être en partie responsable.” Et ils seront impliqué puisqu’il s’agit bien de ponctionner de leur sang et d’en faire des analyses. Quoique concernant Fallon c’est bien plus que son sang qu’elle devrait analyser. Par ailleurs, elle ne peut pas s’improviser psychologue puisque Fallon est persuadée que son problème vient de là, au même titre que son frère, et non de ses expériences.

Apprendre qu’elle s’est rangé du côté de l’Ogre, mais qu’en plus il l’avait emporté, ça n’enchante clairement pas l’africaine. Elle a dû passer un certain moment avec lui, peut-être même les dernières semaines et elle n’en a aucun souvenir. Qu’ont-ils fait ? Elle a soudain envie d’observer son corps sous toutes les coutures pour s’assurer qu’il ne l’a pas marqué, ou torturé, ou pire. Passer des années en captivité ça laisse des traces psychologique dont elle ne se séparera jamais. L’a-t-il gardé prisonnière, fait d’elle on ne sait quoi, ou l’a-t-il libéré ?

Plus elle découvre les choses, moins ça lui plait. Comme si se réveiller à côté du cadavre de Raven n’était pas suffisant, sa fille lui fait des révélations inquiétantes. Quoique dans l’immédiat, Fallon s’inquiète surtout de lui avoir fait du mal et c’est douloureux de comprendre que sa fille édulcore la vérité, de sentir sous ses doigts les battements de son coeur qui ne ment pas. Fallon ne supporte simplement pas de la mettre dans cette position, de ne pas valoir mieux que ses anciens bourreaux.

Elle deteste rarement ce qu’elle est, mais ne souhaite rien de plus que crever quand elle devient un danger pour Kate. La tueuse à gages s’était juré que plus personne ne ferait de mal à sa fille, bien avant de l’adopter officiellement, dès lors qu’elle l’avait recueillie. Elle voulait la protéger envers et contre tout. Sans envisager d’être elle-même la source de son malheur. Impossible de supporter le regard de Kate, pas quand elle lui fait du mal et qu’elle lui reste indéfectiblement fidèle. Fallon supporte vraiment un mal être vis à vis de ça, c’est pire lorsque Kate lui ment, sachant pertinemment ce qu’en pense sa mère. Dans ces moments là, elle enrage contre la loyauté de sa fille, contre le fait qu’elle ne la laissera pas partir si facilement malgré ce qu’elle cause.

Ce n’est pas le moment d’avoir cette conversation, pas alors qu’elle se sent si vulnérable en comprenant que Kate lui cache quelque chose et encore moins en présence de son petit ami. Qu’elle utilise d’ailleurs pour diriger la conversation ailleurs, vers ses capacités. Il lui propose de lui en faire une démonstration et demande à Kate d’être son assistante. Curieuse, bien que cynique, elle retient ses pensées pour elle heureusement. Les yeux bandés, il évite toutes les balles, sauf la dernière, mais il sait exactement où elle va se loger.

Le visage légèrement penché, elle se perd dans ses pensées pendant que sa fille reprend sa place et lui assure que rien de grave n’est arrivé. A penser à plusieurs choses à la fois, elle ressent une grande fatigue lui tomber dessus. L’Ogre, Lyssa, les révélations de sa fille à Henry, le vaccin de ce dernier et ses capacités… Le pire ce sont bien les souffrances de son corps qu’elle refuse d’amoindrir avec des cachetons.

“Si tu viens de le découvrir, tu en mesurera l’ampleur qu’en t'entraînant. Si tu ne le fais pas, je ne peux que te dire de prendre la porte, j’en ai vu devenir victimes de leurs mutations au lieu de les contrôler.” Elle pense qu’il n’a pas plus envie qu’elle de faire du mal à Kate, s’il n’y a que ça pour le motiver à se bouger le cul, Fallon appuiera là où ça fait mal aussi longtemps qu’il faudra. De la même façon qu’elle va devoir trouver une solution pour que ses assauts sur sa fille n’atteignent pas le chiffre 3.

“Soit c’est dû au coup que j’ai reçu dans la flotte, soit l’intensité de l’appel m’a retourné le cerveau, dans tous les cas je me renseignerai sur les amnésies. Tout ce qu’on se dit est étrange, et ça restera un cas étrange pour ce soir faute de réponses concrètes. Tu le sauras si quoique ce soit me revient. Maintenant, raconte nous cette première journée d’examen.” Cela a dû être particulièrement stressant pour Kate, elle a travaillé si dure ces dernières années pour faire quelque chose de juste dans sa vie et pour son avenir. Pour l’instant, qu’importe leurs théories sur l’Ogre, ce n’est pas ce soir qu’ils trouveront toutes les réponses, sa fille doit rester concentré sur ses examens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille   [Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] La vie est un rêve dont la mort nous réveille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Fais moi rentrer... S'il te plait. [Livre I - Terminé]
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» Don't you know I had no choice ? [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: