Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 La vie est un rêve dont la mort nous réveille
Fallon Ward
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1460
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Mar 8 Jan - 17:29

16 mars 2050




Son sommeil est agité. Par la violence, le sang, la mort. La sensation d’être elle, mais pas tout à fait. Elle voit des choses qu’elle ne reconnaît pas. Des lieux, des visages, des objets. Du sang, beaucoup de sang. Et la douleur. Cette douleur si détestable. Si récurrente. Familière. Les yeux s’ouvrent, une vision trouble s’ouvre sur une pièce, mais il lui faut cligner plusieurs fois des paupières pour pouvoir éclaircir sa vue. Elle réalise qu’elle est dans sa chambre, dans son lit douillet et confortable, mais putain ce qu’elle a mal. Sur son chevet, elle trouve un verre d’eau et des anti-douleurs, du moins suppose-t-elle que c’est ça. Figée sur son matelas, elle fait le point sur ses douleurs.

Cuisse gauche. La plus cuisante, précise et virulente. La plus profonde. Le reste, c’est diffus un peu partout. Elle s’est pris une sacrée raclée. Le problème, c’est qu’elle n’a aucune idée de comment, ni pourquoi. Tout ce dont elle se souvient, c’est de s’être réveillée dans le bureau de Raven, et dans un état pire que le sien, son cadavre sous les yeux. Était-elle responsable de son meurtre ? Pourquoi ? Elle n’avait pas pu s'appesantir longtemps sur ses interrogations, il fallait agir. Alliant l’action à la pensée, elle avait récupéré un morceau de tissu pour se faire un garrot à la cuisse et mis en place ce qu’elle avait rapidement conclu. Contactant un allié, le seul dont elle pensait pouvoir se fier à l’heure actuelle, elle lui avait demandé de se débarrasser du corps chez les flics. Il ne l’aura pas eu vivante, mais il l’aura morte, et elles ne risqueront plus rien.

Pendant ce temps, elle avait parcourue la totalité du bureau, jusqu’à l’épuisement. Elle était rentrée, mais c’était écroulée dans l’inconscience dès qu’elle avait aperçu sa fille. Kate allait bien, c’était la seule chose qui importait. Voilà ses derniers souvenirs, avant ça, rien. Avant ça, elle était prise dans la tempête à zeeland islands. Et depuis ? Combien de temps s’est écoulée ? Lâchant un soupir, elle regarde résolument le plafond sans prendre d’anti-douleur. “Kate ?” Appelle-t-elle, sa voix est rauque, faible, trop sans doute pour que sa fille l’entende.

Fallon a toujours été une très mauvaise patiente, rester couché, c’est procrastiner et elle a horreur de ça. Elle veut voir sa fille, parler avec elle jusqu’à pas d’heure, après quoi, elle se mettra au travail parce qu’elle doit sûrement en avoir. Bouger le moindre muscle lui fait atrocement mal, sa peau est tiraillé à certains endroit, sans doute des points de suture. Son visage ne s’en sort pas mieux, un de ses yeux ne s’ouvre pas totalement et un coin de lèvres supérieur semble bien gonflé. Elle doit être belle à voir.

Voyons ce que ça donne de se lever. L’une de ses jambes tient le coup, l’autre est flageolante, mais tient le coup si elle ne reste pas longtemps appuyé dessus. Quant à la douleur, elle peut faire avec. Mieux vaut ça que rester immobilisée dans un lit. Habituée à faire le moins de bruit possible, c’est clopin clopant qu’elle sort de sa chambre assombrie pour rejoindre la pièce à vivre. Elle entend du bruit dans la cuisine. “Kate ?” Elle ne sait pas l’heure qu’il est, ni quelle jour on est, par la fenêtre elle voit que le soleil commence à décliner doucement.

“Qu’est-ce que tu fous dans ma cuisine ?!” S’exclame-t-elle virulente. Elle aurait dû s’en douter, ce n’est pas Kate qui aurait laissé sur son chevet des anti-douleurs, elle sait les effets que ça provoque. Se shooter ce n’est vraiment pas l’idée du siècle pour Fallon, ça a tendance à lui faire perdre le contrôle de son épiderme. Entre elles ce n’est pas vraiment le problème, mais si elles reçoivent de la visite… Disons que Fallon s’est habituée à subir, sans artifices.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 247
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Mer 9 Jan - 13:37

Voilà quelques temps déjà que j'avais commencé à vivre avec Kate, chez elle ou plutôt chez sa mère mais en l'absence de Fallon les choses avaient été très différentes entre Kate et moi Nous avions été plus proches qu'auparavant, également en raison de cette fausse rupture provoquée par l'étudiante. Nous étions finalement à nouveau ensemble et le temps avait filé très rapidement. Entre ses révisions et la recherche de Fallon, les jours avaient défilé, je veillais à ce que Kate continue de bien réviser et ne consacre pas tout son temps à rechercher sa mère. Elle avait passé tellement de temps à travailler pour réussir son examen que je ne voulais pas qu'elle oublie son avenir, même si ce dernier lui semblait sombre depuis quelques temps. J'étais conscient des consignes très précises qu'avait donné Fallon concernant ma présence mais voilà près d'un mois que ces consignes n'avaient pas été respectées. Pas par manque de respect pour elle mais parce que Kate avait besoin que je sois à ses côtés, du moins c'est l'impression que j'en avais et il était logique que Kate reste ici, au cas où Fallon devait rentrer.

Aujourd'hui était un jour un peu particulier pour Kate et cela pour deux grandes raisons. La seconde et la moins importante étant son examen qui allait avoir lieu aujourd'hui, en soit elle était prête même extrêmement prête mais un élément pouvait rendre ce moment délicat pour elle. Et c'était la première grande raison qui rendait cette journée particulière pour Kate : le retour de Fallon. Elle était rentrée la veille au soir, en piteux états, très piteux états, elle s'était effondrée dans les bras de Kate et nous l'avions porté jusqu'à son lit. Afin de permettre à Kate de dormir un peu pour être en forme pour son examen j'avais proposé de veiller Fallon pendant son sommeil mais aussi de la veiller pendant qu'elle passerait son examen. Evidemment il fallait que je la prévienne en cas du moindre changement de l'état de Fallon. C'est avec quelques derniers mots d'encouragement pour rassurer Kate sur ses capacités qu'elle était partie, me laissant seul avec Fallon toujours endormie, une grande première, surtout si Fallon venait à se réveiller, de quoi stresser un petit peu quand même, elle n'avait pas mâché ses mots lors de notre première rencontre. Cela dit Kate et moi n'avions pas franchement géré la première rencontre entre Fallon et moi.

Je me retrouvais donc dans la cuisine puisque nous étions déjà au milieu de l'après-midi et que je prévoyais pour ce soir quelque chose qui allait avoir besoin d'un minimum de cuisson, tout du moins pour l'améliorer car c'était déjà prêt mais c'est toujours meilleur avec un peu plus de cuisson comme tout ce qui est mijoté. Alors que j'avais ajouté les derniers ingrédients il y a seulement quelques minutes, musique dans les oreilles et mon ordinateur sur lequel je venais d'écrire quelques lignes que j'allais probablement effacer. J'espérais que tout se passe bien pour Kate pendant son examen ce qui ne m'aidait pas à me concentrer, ni même l'inquiétude envers Fallon. Même si cette dernière m'avait menacée et qu'elle me rejoint dans la cuisine de façon agressive alors que je viens de lui servir une assiette.

« Du borsch. »

Je réponds très simplement à sa question avant d'expliquer immédiatement l'absence de Kate.

« Kate est en train de passer son examen pour entrer dans la police scientifique. Elle m'a demandée de rester pour veiller sur vous et la prévenir si votre état change. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fallon Ward
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1460
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Mer 9 Jan - 18:26

16 mars 2050




Elle s’attendait à trouver sa fille, pas lui. La dernière fois, elle l’avait éjecté de leur appartement et Kate avait beau ne rien montrer, Fallon voyait les regrets. Au vu de son passé, elle savait bien que sa fille n’était pas prête pour une relation tout en sachant qu’elle ne finirait pas nonne. Un jour ou l’autre, elle aurait eu à faire avec ce genre de situation et rencontrer le petit ami de sa fille adoptive. Mais elle ne s’y est jamais préparé. C’est d’autant moins évident que sa deuxième rencontre avec lui est aussi inattendu que la première.

La question est légitime, avec toute l’amabilité dont elle est capable, qu’est-ce qu’il fout dans sa cuisine ? Chez elle tout court même. Son regard et son oreille cherchent sa fille, silence. Il lui répond qu’il cuisine du bortsch, comme si c’était évident. Pas pour elle. Elle baisse les yeux sur le potage rouge que dépose le jeune homme sur la table de la cuisine. Elle hausse un sourcil, du moins en avait-elle l’intention avant de ressentir un tressaillement douloureux et de se rétracter. Borstch, spécialité Russe, sait-il d’où elle vient ?

“Me prend pas pour une imbécile, il reste encore 1 mois avant qu’elle passe ses examens.” Lâche-t-elle en prenant place à table. D’une, parce qu’elle douille, de deux, parce qu’elle a faim. Le journal quotidien est posé sur la table, elle sait qu’aucune mention de Raven ne sera faite, le corps a été déposé après l’impression de cette édition, mais demain peut-être. Elle parcourt rapidement les gros titres de la première page, avant de tomber sur la date. “C’est quoi ce bordel ? Mais … Non, la dernière fois on était le 20 février et tu me dis qu’…” Ils sont le 16 mars ! “Elle est en train de passer son examen.” Ce n’est pas une question, juste une constatation, tandis que son regard se perd dans le potage sous ses yeux. Sa fille passe le plus gros examen de sa vie et elle était absente…

Décidément, elle foire tout depuis le début de l’année. Elle en oublie son appétit, elle en oublie la présence du petit ami de sa fille et son visage se décompose. Sidérée. Attristée. Elle blanchie. “3 semaines. J’ai été dans les vappes 3 semaines ?” Seule explication logique. Hier, ou il y a 3 semaines, elle n’a pas regardé l’heure ou la date lorsqu’elle s’était réveillée à proximité du cadavre encore chaud de Raven. Si c’était bien il y a 3 semaines, ça explique aussi pourquoi elle ne trouvera aucune information au sujet du crime de cette nuit.

Sa fille passe son examen, tout en s’inquiétant pour elle. Le premier réflexe de Fallon est de chercher son téléphone, pour lui envoyer un message, mais elle réalise bien vite qu’elle ne l’a plus. Quand elle avait voulue l’appeler hier, elle n’avait rien trouvé sur elle. “A quelle heure ça se termine ?” Demande-t-elle à Henry avant de tourner son regard vers lui. “On y va. On va la chercher.” Fallon veut la voir, elle braverait la tempête pour retrouver sa fille, là, maintenant, dans son état actuel, elle s’en contrefout. Si le soleil décline, ça laisse présager la fin de la journée, la fin des examens de Kate.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 247
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Ven 11 Jan - 15:21

Je répondais honnêtement aux questions de Fallon, sans détour même quand elle demandait ce que je faisais dans sa cuisine et que ma réponse n'était certainement pas celle qu'elle attendait. Je précise ensuite où se trouve Kate actuellement, comme une façon de lui faire comprendre qu'après son arrivée fracassante, elle ne voulait pas la laisser seule évanouie dans le lit. J'ignorais ce dont elle pouvait se souvenir même si la veille avait prouvé qu'elle se souvenait de sa fille, d'après ses mots et son attitude elle se souvenait de moi également. C'était déjà plutôt pas mal quand on y réfléchit bien. Ca évitait qu'elle me tombe dessus avec violence, quoi que dans son état j'en doutais énormément. Elle semblait sortir d'un sale moment, j'ignore ce qu'elle a vécu mais son état semblait mettre en avant des moments durs et pénibles. Sans oublier notre rencontre pendant laquelle j'avais été son chauffeur à travers la ville. Nous avions visité plusieurs adresses au fur et à mesure de la soirée. J'en avais parlé à Kate sans que cela nous aide, sauf à savoir que Fallon allait bien. Et nous voilà à peine quelques jours plus tard avec visiblement une Fallon qui avait oublié des choses en se souvenant d'autres. Comme par exemple la date. Je ne dis rien, la laissant constater par elle-même que je ne mentais pas.

« On est le 16 mars, jour de son examen effectivement. »

Je confirmais ce qu'elle avait déjà affirmé, juste pour lui faire comprendre que ce n'était pas une farce stupide. De toue façon elle devait se douter que je ne ferai pas ça et Kate non plus, moins encore maintenant qu'elle réalisait qu'elle avait disparu pendant près d'un mois. A sa question suivante je secoue doucement la tête en expliquant.

« Non, vous n'étiez pas dans les vappes. Je ne crois pas être le mieux placé pour vous parler de ce qui est arrivé. Kate vous expliquera à son retour. »

Enfin peut-être pas tant que ça à son retour puisque Fallon voulait que nous allions la chercher. Je comprends son envie de revoir sa fille le plus rapidement possible mais cela semblait être une très mauvaise idée.

« Non, ce n'est pas une bonne idée. »

Refuser quelque chose à sa belle-mère tueuse à gages, ce n'était pas forcément la meilleure des idées mais je ne disais pas ça n'importe comment.

« Je ne crois pas sage de sortir dans votre état, les policiers ont la fâcheuse habitude de remarquer les personnes dans un sale état. Qui plus est vous semblez avoir besoin de repos plus que de vous aventurer en ville. Enfin si Kate rentre et que nous ne sommes pas là, elle va probablement me tuer. »

J'espérais que ces explications suffirait à la décourager de quitter l'appartement et de sagement attendre le retour de sa fille qui n'allait probablement plus trop tarder. Enfin je l'espérais. Pas que j'avais peur de Fallon mais rester en tête à tête avec elle n'était pas la plus enthousiasmante idée.

« Vous devriez manger et vous reposer, Kate préférera vous voir un peu plus en forme que de vous voir tituber devant l'entrée du lieu d'examen. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fallon Ward
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1460
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Mar 15 Jan - 17:32

16 mars 2050




Elle réalise, que si l’assassinat de Raven s’est bien produit il y a 3 semaines, comment expliquer ses blessures ? Bien sûr, une cicatrisation c’est long, mais là, elle sait que ses blessures sont fraîches. Elle a reçu son lot de blessures graves pour savoir reconnaître l’évolution d’une cicatrisation, non, celles-ci sont encore bien récentes, donc c’est bien dans la nuit qu’elle est rentrée, mais comment expliquer ses 3 semaines de trou noir ? Ce n’est pas possible, elle a perdu la mémoire. Les questions se bousculent dans sa tête. 3 semaines d’absence, que s’est-il passé ? Était-elle elle-même au cours de ces 3 dernières semaines ? C’est bien la première fois qu’elle perd la mémoire et la première fois qu’elle s’inquiète pour ce qu’elle a dans son ventre. Le bébé ?

Henry ne lui répond pas, du moins il estime que c’est à Kate de lui parler. Le regard qu’elle pose sur lui est criant de détresse, mais c’est bref avant qu’elle ne reprenne le contrôle. Hors de question de montrer ses faiblesses à un inconnu, et c’est bien ce qu’il est. Il est peut-être le petit ami de sa fille, elle ignore tout de lui. Il poursuit et a le culot de lui refuser d’aller voir Kate. “Hé tu te calmes gamin, ne me dis pas ce que je dois faire.”

Il s’explique. Enfin un peu de bon sens dans sa petite tête. Manger et se reposer, c’est secondaire. Pour l’instant, tout ce qui l’intéresse c’est de revoir sa fille, vite, mais il n’a pas tort. Kate a déjà vu sa mère tituber, ce n’est pas le problème, mais que des gens la voit est plus problématique et attirera de fait l’attention sur sa fille. Ça ne lui plait pas pour autant de devoir attendre qu’elle rentre et lui explique ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Elle doit bien le savoir, du moins espère-t-elle encore qu’il s’agit d’un simple trouble de mémoire et que les souvenirs des 3 dernières semaines lui reviendront.

Mais n’est-elle pas une pro du camouflage ? Elle peut aller n’importe où sans se faire remarquer et c’est dans cet état d’esprit sans se soucier du jeune homme qu’elle se relève de table. L’ex-espionne peut être têtue quand elle le décide. Elle se fiche de l’avis d’Henry, mais force est d’admettre que son corps la trahit alors que sa jambe ne la soutient pas. C’est en essayant de rester digne qu’elle se rattrape à la table en étouffant un gémissement de pure souffrance. “Fait chier.” Lâche-t-elle en restant sur ses appuies.

Elle aime pas ça. Elle n’aime pas se retrouver dans cette situation. Et encore moins avec un trou de mémoire. Pas quand on est comme elle. Un monstre. Elle se rend dans le salon, délaissant son assiette de bortsh sur la table de la cuisine, son regard croise plusieurs choses qui n’ont pas leur place ici. “Henry ?” Appelle-t-elle en prenant place avec douceur dans le canapé avant de refermer un plaid sur ses jambes. Elle allume la télévision et change de chaines pour suivre les dernières actualités.

Pour la première fois, elle n’ose pas croiser le regard, parce qu’elle a vraiment peur de ce qu’elle pourrait y voir. Fallon fait genre qu’elle est concentrée sur les informations, mais elle est toute attentive à la présence du jeune homme. “Est-ce que je lui ai fais du mal ?” Sa crainte la plus terrible, c’est déjà arrivé lors d’une perte de contrôle, alors que c’est-il passé cette fois ci ? “Ne me ménage pas, balance tout ce que tu sais, elle ne me dira pas tout.”

Elle connaît parfaitement sa fille, elle avait minimiser les dégâts la première fois qu’elle s’en est pris une et elle en fera autant aujourd’hui.


Action : Si réussite, Fallon est toujours enceinte. Si échec, elle a perdu le bébé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Mar 15 Jan - 17:32

Le membre 'Fallon Ward' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Action' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Henry Watford
Neutral
Messages : 247
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Ven 18 Jan - 15:26

Dans la famille Ward un trait commun apparaît soudainement quand Fallon répond à mon refus de l'emmener chercher Kate : on n'aime pas s'entendre dire quoi faire. Kate n'aime pas vraiment qu'on lui dise quoi faire non plus, un trait qu'elle partageait en commun avec sa mère, seulement si l'étudiante prenait des pincettes pour me le faire remarquer, sa mère n'hésitait pas à me faire entendre clairement qu'elle n'avait pas apprécié ma réponse négative. La motivation que j'avais apporté ne semblait aucunement changer quelque chose à la situation. Je veux dire elle est une tueuse à gages, j'ai conduit pour elle quelques jours auparavant et elle n'était pas dans l'état où elle est actuellement, c'était un coup à se faire remarquer très facilement par la police et c'était une attention dont elle ne devait pas avoir envie après avoir oublié l'intégralité des dernières semaines. Tout ce que je pouvais lui restituer étaient deux heures, le temps d'une petite ronde à travers la ville d'adresse en adresse et c'est tout. Cependant je ne savais pas s'il était sage de parler de ça avec elle en l'absence de Kate. Avoir un gendre semblait avoir été un choc pour elle, avoir un gendre chauffeur pour tueurs à gages risquait d'en être un autre.

Je préfère ne pas répondre à sa remarque, je doutais que ça ne soit une bonne idée, m'inquiétant pour Fallon quand elle tente de se redresser mais que son corps proteste contre cet effort soudain. Je fais un pas vers elle, pas plus, je m'arrête en l'entendant grogner un juron. Encore une fois je me dis que venir l'aider est une mauvaise idée, Kate n'aime pas être en situation de faiblesse et quelque chose me dit que ce trait de caractère là fait aussi parti de l'héritage de la famille Ward, inutile d'empirer encore d'avantage ce qui avait déjà été un mauvais départ. Oreillettes dans les oreilles, musique diffusée, je continue la vaisselle tout en entendant Fallon s'éloigner et se rendre dans le salon. Quelques instants plus tard sa voix qui m'appelle, à ma surprise. Je termine de rincer la cuillère, sèche mes mains et je me rends dans le salon.

« Oui ? »

Je ne sais pas vraiment comment me comporter, un peu gêné mais tâchant de rester bien droit, présentable au mieux que je peux le faire. La question qui tombe provoque une moue que je regrette immédiatement, je n'ai pas envie de répondre à ça mais elle insiste déjà en me disant qu'elle ne veut pas être ménagée parce qu'elle sait déjà que Kate ne lui dira pas tout, qu'elle cherchera à l'épargner, c'est ce qu'on fait avec ceux qu'on aime.

« Oui. »

Si Kate a souvent tendance à se montrer curieuse quand je réponds d'une monosyllabe à une question longue et appelant un développement, j'imagine déjà que Fallon va vouloir bien plus de détails que ce que je viens de ne pas lui donner.

« Je ne crois pas, du moins je ne sais pas exactement, si vous l'avez frappée physiquement au port, le jour où vous êtes devenue amnésique mais votre absence lui a fait énormément de mal. »

Enormément de mal c'est un peu vague encore, n'est-ce pas ? Je ne doute pas qu'elle en voudra d'avantage et puis elle avait demandé de ne pas l'épargner.

« La semaine après votre disparation elle a tout laissé tomber pour vous retrouver, elle a oublié ses études, sa vie, elle m'a quittée. C'est une connaissance commune qui m'a dit sa détresse une semaine plus tard, depuis j'ai fait tout ce que je pus pour qu'elle reprenne ses études et termine sa préparation du concours, pour qu'elle ne se laisse pas aller à la tristesse. Mais ne vous inquiétez pas, je disparaitrai si tôt qu'elle sera rentrée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fallon Ward
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1460
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Ven 18 Jan - 19:24

16 mars 2050




Il semble bien au fait de son amnésie. Elle ne sait pas vraiment si elle peut définir ça d’amnésie d’ailleurs. En réalité, elle s’est toujours dit que la folie la guette. Une certitude qu’elle ne saurait expliquer, mais l’on ne prend pas plaisir à tuer si l’on n’est pas sain d’esprit de base. Encore que plaisir est un grand mot, elle n’en retire pas vraiment une grande satisfaction, c’est juste incontrôlable. Une pulsion qui s’empare d’elle et ne maîtrise pas. Une chance que Kate n’en ait jamais été victime. Jusqu’à quand ? C’est la hantise de Fallon, alors que sa fille refuse de voir le pire. Jamais, elle ne la laisserait partir malgré les dangers. Ce que sa mère a bien du mal à comprendre.

“Elle était au port ?” La parole d’Henry lui brise le coeur, elle souffre d’être la cause des malheurs de sa fille. Kate est pourtant une jeune femme maintenant, intelligente, indépendante, forte, elle peut être fière d’elle, mais elle refuse de voir cette réalité. Se raccrochant encore à cette liberté qu’elle est persuadée que Fallon lui a offert. Redevable à vie, ou trop attachée à sa mère. La réciproque est vraie. Kate l’a sauvée. Mais elle est toujours une source de danger à elle seule. Preuve en est, cette perte de mémoire aussi longue ne présage rien de bon. Même si le problème Raven est réglé, involontairement, elle espère que Hart tiendra parole même si elle n’a pas tenue les termes de leurs accord à la lettre.

Le problème, c’est qu’elle ignore comment elle en est arrivé à l’abattre. Il est indéniable qu’il y a eu confrontation, pourquoi ? Que s’est-il passé au cours des 3 dernières semaines pour en arriver la ? En tout cas, elle n’était pas auprès de Kate, c’est une certitude au vu des propos de son petit ami. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Le port, représente son dernier souvenir, pendant qu’elle coulait sous les vagues acharnés de la mer démontée. Et ce qui l’avait emmené ici, les voix. “Tu as bien fait.” Dit-elle en relevant un regard qui domine ses émotions vers lui.

Elle ne relève pas le fait qu’il disparaîtra. A vrai dire, elle n’espère rien de mieux que son départ, mais secrètement, il était là quand elle ne l’était pas. Jalousie. Culpabilité. Elle lui en veut alors qu’elle n’a pas à lui en vouloir. L’amour n’a pas de logique. Elle échoue, alors qu’il se fait une place de plus en plus assuré dans la vie de sa fille. “Je constate que tu t’es installé ici pendant mon “absence”. Tu vas rester.” Décide-t-elle. Si l’un des deux doit partir, ce n’est pas lui, elle en a conscience même si ça ne lui plait pas. Pour le bien de Kate c’est nécessaire et elle aura probablement besoin de lui pour le faire comprendre à sa fille.

“J’imagine qu’elle n’a pas laissé tomber ses recherches pour autant, vous avez découvert quelque chose ?” Le remercier pour le soutien qu’il a été, et sera, est au dessus de ses forces. Ce serait reconnaître son propre échec, tant qu’elle n’a pas démêlé cette histoire d’amnésie, elle ne peut rester auprès de sa fille. Qui sait ce qu’il s’est passé pendant ce temps, qui sait combien d’ennemi elle est capable de récolter ? Son départ est imminent, pour aller à l’hôtel sûrement. Quoi qu’il en soit, elle ne peut rester ici et partager sa vie avec un inconnu qui pourrait découvrir ce qu’elle est vraiment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Watford
Neutral
Messages : 247
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   Ven 18 Jan - 21:07

Je hoche la tête à la question posée par Fallon, oui elle était au port et là pour le coup c'était entièrement de ma faute. Elle n'aurait pas dû être là, du moins elle n'y aurait pas été si ça n'avait pas été pour moi, à cause de cette voix, à cause de ce qui était arrivé ce jour-là, cet appel à la violence et à la haine. Qu'est-ce que cela aurait changé si je n'avais pas écouté ces voix ? Si, plutôt que de venir sur le port avec Kate, j'avais décidé d'une balade main dans la main à un autre endroit, d'un café à l'autre bout de la ville ou même d'une visite dans un zoo ou dans un musée ? Avec des "si" il est facile de refaire le monde. Aujourd'hui la question ne se posait plus, je n'ai pas de Delorean pour changer ce que j'avais décidé.

« Nous y étions … par ma faute. C'est moi qui avait insisté pour faire une balade au port ce jour-là. »

Inutile de lui parler des voix qui m'avaient poussé à prendre cette décision ou, tout au moins, qui avaient suggéré cette idée avec une insistance peu commune. Avec tout ce qui était arrivé ensuite, j'étais heureux que les choses ne se soient pas passées autrement, avec les événements de ce 20 février, c'est moi qui aurai pu m'en prendre à Kate.

« Quand tout est allé à vau l'eau, que les agressions se sont multipliés et que la mer s'est déchainée plus encore j'ai dit à Kate de fuir. Nous avons été séparés et si j'ai bien compris elle n'a pas pu quitter les lieux et vos chemins se sont croisés mais … c'est à elle qu'il faudra poser la question. »

Je ne connaissais pas le détail exact de leur rencontre, de ce qui était arrivé, de la raison qui avait poussé Kate à rester sur la jetée. J'imagine aisément que voir sa mère présente sur les lieux avait pu être un facteur mais était-ce vraiment ça ? Les gens étaient aussi déchainés que la mer, difficile de savoir avec précision sans demander à la principale intéressée.

« En tout cas j'espère avoir fait ce qu'il fallait. »

Si j'avais bien fait était une autre histoire, Kate et moi avions violé toutes les règles qu'elle avait édicté ces dernières semaines. Hochant la tête à son constat, je suis surpris de sa conclusion, elle veut que je reste ? Dois-je dire que je ne veux pas m'imposer ? Que ce n'était pas mon objectif ? Que ce soir et les prochains jours Kate aura bien plus besoin de se rassurer avec la présence de sa mère que la mienne ? Je préfère le silence, de toute façon ce n'était pas une question qu'elle venait de poser, à l'inverse de celle sur les recherches menées par Kate.

« Non, les recherches n'ont rien donné et ce n'est pas faute d'avoir mené un vrai travail de détective. Je comprends les raisons qui poussent Kate à préférer être dans la police scientifique mais elle aurait été une talentueuse inspectrice. »

Bon … maintenant était peut-être le moment de lui dire que nous nous sommes rencontrés elle et moi, trois jours auparavant. Dans la nuit du 13 au 14 mars pour des raisons professionnelles.

« En revanche vous et moi nous sommes croi … nous avons travaillé ensemble, plutôt j'ai travaillé pour vous dans la nuit du 13 au 14. Je ne suis pas que chauffeur pour de riches personnages, il m'arrive de prendre des contrats différents, moins légaux même si j'ai arrêté depuis ma rencontre avec Kate. Seulement pour nos recherches et compte-tenu de votre emploi j'ai lorgné les contrats pour des "balades" à travers la ville. Nous avons visité huit adresses avant de nous séparer, je n'ai servi que de chauffeur, j'ignore ce que vous avez fait mais vous n'aviez pas de blessure à ce moment-là et tout s'est très bien passé … pour ainsi dire. »

Cela dit ce qu'elle avait fait, aux vues de son métier, laissait peu de place à l'imagination ou au doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La vie est un rêve dont la mort nous réveille   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie est un rêve dont la mort nous réveille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vie est un rêve dont la mort nous réveille. Veux-tu que je t'aide à te réveiller ? [ END ]
» Peu importe que les étoiles dont la lumière nous parvient soit mourante ...
» La danse est un poème dont chaque mouvement est un mot
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» Lucas | Les amis c'est une famille dont on choisit les membres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: