Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 II. Les Groupes
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:09

Les Groupes en Jeu
Les Groupes en Jeu
Quel genre de timbré êtes-vous?



Veuillez trouver ci-dessous l'annexe des différents groupes du forum. Vous pouvez cliquer sur les raccourcis ci-dessous pour accéder directement au groupe qui vous intéresse :




_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Dim 18 Fév - 14:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:13

Gens du "peuple", inspirés par Vampyr ou par les milices locales pour faire la justice par eux-mêmes. Les mafieux, tueurs, voleurs font aussi partie du groupe; ce sont tous ceux qui luttent pour ou contre l'ordre, mais ces deux groupes antagonistes ont comme point commun d'être traqués par les flics! Certains sont simplement masqués ou cagoulés et usent d'armes à feu, d'autres sont des experts en arts martiaux ou en techniques d'auto-défense, mais tous ont un certain degré d'inconscience, une certaine forme de courage qu'on ne saurait leur retirer, et sont accros aux décharges d'adrénaline au moment de passer à l'acte.

Europolis est pourrie depuis des années. Le cancer de la criminalité la ronge depuis toujours, depuis ses fondations, mais c’est pire que tout depuis la fin de la guerre, les scandales pharmaceutiques, le retour des militaires, la corruption des élites et des flics. Vampyr fut le premier des Vigilante, des Defenders ou peu importe le nom qu’on leur donne. Il est apparu trois ans plus tôt, en costume sombre. Il a commencé par marquer au fer rouge les criminels attrapés dans les bas-fonds et les Ruches d’Europolis, les livrant à la police. Puis il s’est attaqué à la pègre, aux politiciens véreux, aux flics ripoux et enfin, au Docteur Brendt et à ses collègues. Le premier héros d’Europolis a fini par se faire détester par les institutions politiques, judiciaires, économiques et par tous les criminels, ce qui a conduit à sa disparition dans des circonstances troubles, tombé dans un guet-apens mené par les hommes de main des mafias de la grande cité.

Depuis, son action a été beaucoup décriée, et sa mémoire fut souillée par son statut de paria. Mais malgré cela, son action a permis un déclic. Aux citoyens d’une part, qui pour certains ont voulu mettre leurs compétences et/ou leur bonne volonté pour la protection des autres. Les flics ont interdit la chose et promis d’arrêter tous les « civils déguisés qui voudraient se faire justice eux-mêmes ». Pourtant, les journaux ont déjà fait des gros titres sur de nouveaux héros, photographiés en pleine bagarre ou en train de fuir les flics par les ruelles sombres de la ville. De plus en plus de braves gens enfilent un masque, mais tout le monde sent que les choses vont mal finir ; la mafia a déjà laissé de sanguinolents avertissements sur les murs de la ville. Cela a pu en décourager certains, mais pas les plus déterminés. Ceux-là continuent de patrouiller les rues, de surveiller les bas-fonds, et de chercher la bagarre avec les dealers et les cambrioleurs. Mal équipés, pas toujours bien entraînés, ce n’est pas à la force de leurs poings ou de leurs armes qu’on jugera ces héros, mais à la mesure de leurs idéaux, de leur détermination.

Plus encore qu’une génération de héros, Vampyr a surtout inspiré le crime, déjà bien présent. Pour défier les flics et la technologie, la surveillance généralisée, il faut une nouvelle génération de criminels. Ceux-ci ne font pas les choses comme avant ; ils ne dealent pas dans les rues, ils ne cherchent pas non plus à remplir un compte en banque, ou pas seulement. Ces gens-là forment un amalgame d’anarchistes, de sociopathes, de psychopathes, de criminels pathologiques divers, qui n’ont d’autre vocation que celle de s’élever dans la société par la Loi du Plus Fort. On dit d’ailleurs que la mort de Vampyr aurait été provoquée par les manipulations et  les complicités d’un obscur « Ogre », légende urbaine auquel on attribue toutes sortes de crimes. Ce serait aussi un nouveau criminel, « Lyssa », qui aurait provoqué l’évasion des pires dégénérés de l’histoire, internés au Danvers Federal Hospital.

Cette nouvelle race de criminels se démarque autant par la profondeur de sa folie, qui empêche d’anticiper ses raisonnements et objectifs, ou au contraire par une sagacité et une anticipation inhumaine. Les monstres ne sont pas toujours ceux que l’on croit. La plupart œuvre sous le couvert d’un masque, un maquillage épais ou une simple cagoule, et tous savent se montrer violents d’une façon ou d’une autre : c’est la société qui les a transformés et inspirés.
Heroes and Villains




Les Heroes and Villains sont un peu fêlés, c’est un fait. Tous, qu’ils se pensent bons ou mauvais. La majorité d’entre eux dispose ou d’un entraînement sportif intensif, ou d’une longue expérience de la violence. Dans tous les cas, ils sont prêts à se battre. Ils utilisent ou non des armes à feu, c’est selon leurs goûts. La plupart d’entre eux a obtenu son matériel auprès de surplus militaires, sur internet, ou ont conçu leurs propres armures dans des magasins d’équipement de chantier ou de sport.
Ils sont meilleurs que les citoyens ordinaires à mains nues ou à armes à feu, et disposent d’un peu de protection grâce à leurs « tenues de combat et de protection ». Assez polyvalents, ils sont toutefois plus faibles que les mecs qui ont fait la guerre pendant vingt ans, mais compensent par le propre de chaque héros/vilain ; une attaque « spéciale » reflétant l’enchaînement de la mort qui tue, l’utilisation de shurikens, un gaz hilarant, bref, la marque de fabrique de votre personnage !


Tout le monde les connaît, ils ont fait les gros titres avec Vampyr et l'émergence des nouveaux criminels.

Les alias et pseudonymes sont connus dès qu'ils entrent en activité.

En revanche, aucun n'a encore été démasqué.


_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Dim 18 Fév - 14:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:19

Les vétérans des troupes européennes envoyées en Afrique dans des conflits néo-coloniaux ou de "maintien de la paix", qui ont rétabli l'ordre en Asie, ou qui ont démantelé la Fédération Russe. Ces hommes sont souvent soumis au syndrome de stress post-traumatique ou aux stigmates physiques de leurs combats. Experts en armes et en combat rapproché, ils ont parfois monté des gangs extrêmement violents pour arrondir les fins de mois difficiles en braquant des banques, ou ont formé des milices locales pour se faire justice eux-mêmes. Ils sont aussi souvent recrutés par la pègre comme homme de mains. Les pires tueurs formés par l'Union sont les rescapés du "Bataillon Spécial", surnommés les "Fantômes", qui ont trempé dans tous les assassinats et opérations spéciales de l'Union contre les "Spéciaux". Les rares survivants de cette unité sont devenus fous, et sont souvent traqués par leurs anciennes cibles; sujets d'expérience, Soeurs de Bataille et Atlantes.

L’armée de l’Union Européenne a été officiellement fondée en 2020, après des décennies d’expérimentations. Les unités de toutes les armées européennes furent amalgamées, ou dissoutes. A noter qu’elle fut conçue dès le départ comme un havre d’intégration ; on acceptait tout le monde sans importance de religion, d’origine sociale ou ethnique, ou de sexe.
Les noms des unités furent tous anglicisés ; 1st Infantry Division, 132th Squadron etc. Toutefois, la totalité des unités, des divisions aux pelotons en passant par les régiments, conservant un nom de baptême ; la division d’infanterie des « Diables Rouges », le régiment de chars des « Cuirassiers », les parachutistes « Grüne Teufel » etc.
Au début, les troupes étaient constituées des soldats de métier de chaque pays ayant reconduit leur contrat au sein de l’Union, mais il apparut bien vite qu’il était indispensable de recruter plus d’hommes avec la multiplication des conflits en Afrique, en Asie et enfin en Europe de l’Est. Le volontariat fut le seul mode de recrutement, mais la propagande comme la pression sociale furent très fortes et des millions de recrues affluèrent. L’essentiel des engagés ne vit jamais les combats, car pour envoyer un soldat à l’étranger, il en faut entre trois et dix en logistique, transports, administration et soins. Au fur et à mesure que les combats s’intensifièrent, contre les chinois puis les russes, les unités connurent des combats de plus en plus durs et meurtriers, semblables à ceux de la seconde guerre mondiale, par leur intensité. Les vétérans sont donc considérés comme des gens loyaux et courageux, marqués par les pertes et les durs combats qui ont laissé leurs empreintes physiques et psychologiques sur eux.
En sus des forces conventionnelles, qui s’illustrèrent en contre-insurrection en Afrique parmi les troupes aéroportées, des troupes de marine et de terre qui mirent la Chine à genou, et des unités blindés qui gagnèrent leurs chevrons en Russie, il y avait les fameux « Fantômes », une unité spécifique, aéromobile, dont l’écusson était un crâne blanc sur fond noir et leur uniforme, aussi sombre que la nuit. L’unité fut créée sur le recrutement de profils spécifiques, chez des militaires exemplaires mais qui étaient tous identifiés comme de parfaits petits sociopathes, des personnalités dangereuses, instables dans le civil et peu sujets à la compassion ou aux remords. L’unité fut impliquée dans les « opérations noires » du gouvernement, de 2035 à 2044. Dans un premier temps, les Fantômes furent chargés de contre-insurrection en Afrique, en dehors du cadre légal d’intervention. Ils sécurisèrent sans montrer de pitié les gisements d’uranium, et furent chargés de l’extermination de milices dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Par la suite au Japon et en Chine, ils furent employés pour faciliter les débarquements en attaquant à revers les positions défensives des chinois, et à détruire les installations de clonage humain des armées de Pékin. Enfin en Russie, ils furent chargés de contre-attaquer à Minsk, alors que les Valkyries entamaient leur Dernière Chevauchée, au milieu des combats. Les « Fantômes » furent alors chargés d’aller éradiquer la menace et prirent d’assaut le temple montagnard de Gladsheim, en Norvège. Les « Fantômes » subirent de lourdes pertes mais éliminèrent toute opposition, avant d’atomiser l’endroit selon l’ordre « 66 » reçu par leurs supérieurs, concluant l’opération « Götterdämmerung » par l’atome.
Les survivants des « Fantômes » se sentent maudits depuis ce jour. Au moment de l’explosion, leur conscience fut brisée, et la folie éclata alors qu’ils étaient évacués par des hélicoptères. Ils avaient tué des dieux, et ils en avaient payé le prix. Violents et paranoïaques, les « Fantômes » échouèrent tous à retrouver une vie normale.
Lost and Damned



Les Lost and Damned sont souvent soumis à des troubles psychologiques ou physiques nés des blessures reçues pendant les guerres auxquelles ils ont participé, ce qui peut leur porter préjudice dans certaines circonstances.
Ils sont très compétents dans le maniement des armes, et ceux qui ont réussi à profiter du chaos de leur démobilisation ont pu récupérer leur fusil HK416, quelques munitions, leur pare-balles et leur casque. De toute manière, les surplus militaires sont énormes avec la guerre… Ils ont aussi été entraînés au corps à corps. Talentueux dans ces deux formes de combat, les Lost and Damned n’ont pas d’attaque spéciale faute de pouvoirs, et formatés selon la tradition de combat à l’européenne.


Tout le monde les connaît en tant que groupe, et beaucoup d'ex-soldats rentrés chez eux sont aussi l'objet de rumeurs.

Certains ex-Fantômes ont été traqués et identifiés par des Valkyries revanchardes.

Des groupes de survivants se sont formés, souvent dans le milieu du grand banditisme, et sont connus sous leurs Alias.

En revanche, aucun n'a encore été démasqué.

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Dim 18 Fév - 14:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:22

On les dit descendantes des dieux. Elles sont les Amazones et Valkyries des légendes, chargées depuis des millénaires de défendre leurs sanctuaires. La Troisième Guerre Mondiale les a laissées exsangues, les dernières représentantes de leurs vieux ordres guerriers arpentent le monde en quête de leurs dieux disparus, des derniers artefacts antiques qu'elles avaient juré de protéger et qui leur ont été enlevé. Elles sont rapides, agiles, et si elles sont mortelles, les Soeurs de Bataille sont toutefois les gardiennes non seulement d'un patrimoine ancien... Mais aussi de pouvoirs oubliés des hommes. Déterminées, aucune n’abandonnera jamais le combat. Quoiqu’il advienne.

Les Amazones et les Valkyries sont nées de la même façon. Descendantes d’aventures terrestres des anciens dieux du monde, elles sont les dépositaires d’un savoir ancien. Au fil du temps, leur histoire s’est transformée en légendes, les légendes en mythes. Elles se rappellent néanmoins toujours de leur fonction en ce monde, et des codes de conduite qui leur furent imposés à l’aube des temps.
Les Amazones furent organisées en tribus, chacune d’entre elles chargée de protéger un artefact donné par Zeus après la première guerre des dieux, lorsqu’il voulut les mettre à l’abri. Les Scythas devaient protéger l’Epée de Damoclès, les Cimmeras devaient garder la Boîte de Pandore hermétiquement close, les Sarmatas gardaient caché le Trident de Poséidon et enfin, les Oksanas gardaient sous scellés la Main de Midas. Chacune de ces quatre reliques, si elle devait échouer entre les mains des mortels, pouvait conduire à la fin du monde. Toute la vie des Amazones se structure autour de ces quatre reliques ; chaque tribu étant dirigée par une Reine et les Reines décident de concert les manœuvres, entraînements et ravitaillement des gardes en fonction sur leur île cachée de Thermodon. Lors du Déluge de Deucalion, une force inconnue constituée de monstres inhumains s’abat subitement sur l’île au beau milieu d’un ouragan et une à une, les positions des Amazones sont submergées et elles sont massacrées. Privée de ses artefacts et de la protection des dieux, l’île de Thermodon apparaît en Mer Egée et les hommes s’y rendent pour l’inspecter, ne découvrant qu’un monceau de corps, des traces de radioactivité et rien dans chacun des quatre temples sensés garder les reliques. Les seules Amazones à avoir survécu sont celles qui étaient à l’extérieur, faisant le guet sur les Îles-Sœurs de Thermodon ou celles qui étaient en recherche d’un partenaire d’accouplement. Les survivantes, esseulées, cherchent à retrouver les reliques, dans un monde qu’elles ont du mal à comprendre. Elles n’abandonneront pas leur devoir, et elles ramèneront les reliques dans leur temple d’origine pour refonder leur ordre, une fois la catastrophe réparée et l’ordre retrouvé.
Les Valkyries formaient un tout, sous la houlette de leurs Sœurs Supérieures. Chaque Valkyrie ayant survécu à dix affrontements en devenait une, et ces aînées faisaient parfois des prophéties salutaires pour l’ordre, prévenant des attaques ou des dangers qui pesaient sur la communauté. Leur existence était vouée à la protection des « Pierres d’Ames » de chacun des dieux nordiques, dont les âmes étaient enchâssées dans des pierres précieuses depuis des milliers d’années, en sommeil jusqu’à leur retour un jour prochain. Les Valkyries menaient une existence plus martiale encore que les Amazones, qui ne rencontraient que peu d’ennemis depuis deux millénaires. Dans les montagnes, les hommes s’aventuraient parfois et les Valkyries étaient éprouvées par des combats pour le contrôle des sommets, forcées à chaque fois d’exterminer les troupes humaines qui venaient à la recherche de richesses. Les montagnes qu’elles gardaient prirent la réputation de maudites au fil des siècles… En 2043, la totalité des Sœurs Supérieures fit la même vision une nuit d’Orage ; les dieux allaient être attaqués dans leur sommeil, et il fallait se rendre dans la plaine de Vigrid, à l’est. Lorsque l’Ordre tout entier y arriva à dos de chevaux ailés, les humains étaient engagés dans une lutte apocalyptique, courant l’horizon de monstres d’aciers crachant la mort, la plaine enneigée couverte et tapissée d’explosions et de cadavres. Se jetant dans la bataille, les Valkyries massacrèrent dans la confusion des combats et du blizzard un nombre ahurissant de soldats des deux camps, mais subirent de plein fouet la contre-attaque d’une tierce faction, des soldats en uniformes noirs, portés au combat dans des machines à hélices. Les Valkyries chargèrent. Leur dernière Chevauchée se terminait dans un bain de sang au milieu des explosions, des rafales de traçantes et des machines humaines abattues. Forcées de se replier, les Valkyries furent suivies par les humains, renseignés par Loki et Hela, qui avaient dû manipuler les rêves des Sœurs Supérieures. Les dernières guerrières furent abattues, avec toutes les Petites Sœurs et les Supérieures. Une arme des hommes fut placée dans la salle des « Pierres d’Ames » et dévasta l’endroit dans une déflagration de lumière. Les Valkyries survivantes, blessées à Vigrid ou surveillant les accès terrestres du temple, en contrebas des montagnes, ressentirent un cri psychique qui leur vrilla l’âme, des larmes de sang striant leurs joues. En leur sein, il n’y avait plus la présence rassurant des dieux ; elles ne les sentaient plus, ni en leur cœur, ni au-dessus de leur tête. Pour la première fois en des millénaires, les Valkyries étaient seules et toutes succombèrent à la folie en même temps. Désinhibées, elles sont violentes, sans pitié, solitaires quand elles furent autrefois grégaires, et sillonnent les terres des hommes. Certaines, les moins atteintes, dans l’espoir de retrouver leurs dieux, les autres pour abattre sans pitié les responsables du Ragnarok.
Valkyries et Amazones partagent des caractéristiques communes. Elles vivent plus longtemps que les hommes, avec une espérance de vie presque doublée. Leur musculature, plus mince, les taille pourtant pour une vitesse et une agilité accrue ; elles peuvent facilement esquiver ou occasionner de gros dégâts via des frappes précises. Elles ne connaissent pas la technologie, et se battent toujours à l’aide d’épées, d’arcs et de lances. Leurs montures étaient des chevaux pour les Amazones, pour patrouiller leur île, et des chevaux ailés pour les Valkyries, cachés des hommes sur les plus hautes cimes des montagnes sacrées. Dans les deux cas, toutes les montures ont été abattues pendant le Ragnarok et le Déluge. L’existence des deux ordres était fondée sur la guerre, et chaque jeune femme était versée dans cet Art, entraînée par une de ses aînées qui devenait sa sœur. Ce mode de compagnonnage dérivait parfois en partenariat  plus intime. Les hommes étaient dans les deux cas bannis de leurs retraites, et elles ne s’aventuraient qu’une fois tous les dix ans en terres mortelles pour y trouver et séduire un compagnon. Si l’enfant qui naissait était une fille, elle rejoignait l’ordre. Si c’était un garçon, il était abandonné sur le perron de maisons des régions avoisinantes. Seules les femmes étaient assez pures pour servir les dieux, et là où cela ne restait qu’un interdit de principe chez les Amazones, les confrontations constantes avec les expéditions humaines des Valkyries poussaient celles-ci à voir les hommes comme des menaces. Certaines, plus rares, n’hésitaient pas à s’accoupler de force pour accomplir leur devoir. Jamais les mortels n’étaient impliqués dans quoi que ce soit, sitôt l’accouplement fini ils ne voyaient plus jamais leur partenaire. Le sens de l’honneur exacerbé des Amazones et Valkyries ne s’appliquait pas aux mortels.
Elles sont toutefois différentes sur quelques aspects. Déjà, les Valkyries descendent des dieux scandinaves et sont souvent blondes comme le soleil, ou brunes comme la nuit. Les yeux bleus sont fréquents, chez elles. A la guerre, elles portaient des pièces d’armure d’or et d’acier, des casques ailés, qui étaient façonnés sur mesure pour chacune d’elles, lorsqu’elles atteignaient l’âge adulte. Cuirassées, armées le plus souvent d’épées, elles étaient des guerrières féroces, devenues frénétiques avec la folie. Elles se méfiaient grandement des humains, et tous aujourd’hui ont perdu leur raison de vivre ; leur lien psychique avec les dieux. Toutes sont dérangées, excessives. A l’inverse, les Amazones étaient plus calmes, plus sages. On les laissait se battre avec l’arme de leur choix, le plus souvent à dos de cheval, avec des armures légères de cuir. Elles sont de toutes les couleurs et de toutes les tailles, car leur position en méditerranée et les guerres du passé les ont liées à bien des peuples. Chez elles, nulle férocité dans le combat ; on ne tue jamais plus que nécessaire. Malgré le vol de leurs reliques, les Amazones sont restées unies quand elles ont su retrouver les leurs ; elles sont sœurs et en tant que telles, s’entraident pour essayer de remettre la main sur les Armes des Dieux et éviter la fin du monde.
Amazones ou Valkyrie possèdent une fausse identité humaine, leur permettant de se fondre dans les masses, mais s’appellent entre elles par leur véritable prénom, celui qui leur a été donné par leur mère.
Sisters of Battle



Amazones et Valkyries sont entraînées toute leur vie au maniement des armes. Si elles peuvent utiliser des armes à distance, mais archaïques. En revanche, l’utilisation de leur épée et de leurs protections les rend terrifiantes au corps à corps. C’est leur atout principal, ce sont de véritables déesses d’abattoirs. Elles sont aussi vives et rapides, très agiles, récupérant rapidement de leurs blessures. Mais elles ne sont pas immortelles, et les armes à feu les massacrent comme tout le monde. Les Valkyries sont plus brutales au corps à corps que les Amazones, mais depuis le Ragnarok elles peuvent virer dans la frénésie la plus totale et ressentir une grande soif de sang, que ne ressentent pas les Amazones.

Il n'y a qu'une poignée de personnes encore en vie qui connaît leur existence: politiciens déjà en poste pendant la guerre ou agents de renseignement durant cette période, ainsi que les soldats (surtout d'ex-Fantômes) impliqués dans la bataille de Minsk (La Chevauchée des Valkyries) et l'opération "Götterdämmerung" (Crépuscule des Dieux).

Les Sisters of Battle se connaissent entre elles (Amazones et Valkyries j'entends).

Elles sont connues des Sons of the Trident.

Aucune ne s'est encore impliquée dans le monde des hommes pour être connue, par une identité secrète ou non.


_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Dim 18 Fév - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:25

Les Atlantes n'étaient pas qu'une légende, mais ils ont été débusqués par la guerre sous-marine que se sont livrées les puissances durant la guerre. Gardant depuis toujours une porte fermée sur le Monde du Dessous, par-dessus laquelle ils ont bâti leur cité, les forces du mal bloquées de l'autre côté ont fini par faire irruption dans l'Atlantide à cause d'un traître dans leurs rangs. En contact discret depuis des décennies avec les américains, qui avaient découvert leur existence par accident, les Atlantes les appelèrent à l'aide... Et ceux-ci atomisèrent "par accident" ces hauts-fonds désolés perdus au milieu de l'Océan Atlantique. Ils avaient géré la menace, en exterminant un peuple tout entier. Les Atlantes survivants surveillaient le monde, infiltrés dans la société. Et nourrissent aujourd'hui un fort désir de revanche contre les Hommes, qui ont causé leur perte.  

Les Atlantes étaient un peuple qui vivait dans les Îles Canaries, il y a bien longtemps. Peuple belliqueux et conquérant, ils envahirent l’ancien monde et commencèrent à l’écraser sous leur joug. Leur morgue et leur fierté les mena à leur propre ruine. Oubliant leur histoire, les Atlantes furent surpris par l’arrivée des Démons du Dessous, qui jaillirent des portes du Tartare sous leurs îles. Le combat provoqua un bain de sang. Les dieux de l’ancien monde provoquèrent l’immersion de l’île d’Atlantide et de ses habitants, condamnés à une veille et une guerre éternelle contre les Démons du Dessous, faits de roches et de feu et moins à l’aise sous l’eau qu’à l’air libre. Après bien des sacrifices, la civilisation Atlante parvint à repousser les démons dans cette fosse océanique, et reparaissant à la surface, ils ne purent que constater que le monde avait continué de vivre sans eux, oubliant leur combat. Retournant sous mer, la civilisation Atlante connut un nouvel âge d’or de constructions lorsque les fonds océaniques furent sculptés, la population des abysses domestiquée et exploitée. Les sages Atlantes décryptèrent nombre des mystères du monde en étudiant les fonds marins, leur vie et leurs roches. Mais le caractère belliqueux des Atlantes fit vit péricliter cette véritable Renaissance. Seuls et privés d’influences et d’échanges extérieurs, les Atlantes se perdirent dans la chasse aux créatures et monstres sous-marins, les combats de gladiateurs, les luttes de pouvoir au sein de leur sénat. Leur société éclairée d’arts, de science et d’honneur martial déclina dans l’ambition, la violence et le sexe. Si bien que les âges passèrent et que le lustre d’antan de l’île engloutie fut oublié.
L’horreur revint il y a six ans, après des siècles de paix. Les sentinelles surveillant les Portes du Tartare faisaient écho d’une inversion de la pression exercée contre les portes, comme si les courants marins voulaient les faire céder pour libérer les horreurs enfermées sur le monde. La panique gagna le peuple, qui envoya des émissaires chez les Amazones, les Valkyries, le monde des hommes… Sans réponse. Personne ne voulait venir, ne voulait se sacrifier pour une menace intangible. Puis, sans crier gare, les Portes du Tartare se rouvrirent, et les démons assaillirent les temples et habitations immergées du peuple de la mer. Un traître, c’était la seule explication ! Les légions Atlantes opposèrent Scutum, Glaives et Tridents aux démons, qui les saignèrent petit à petit, prenant pied dans des quartiers entiers. La situation semblait de plus en plus désespérée, et des civils furent évacués en direction de l’Afrique. Un cri d’alerte, calqué sur les sons émis parfois par les vaisseaux humains, fut envoyé depuis le Pinacle Atlante, la plus haute tour de la civilisation immergée.
Le cri fut entendu… Par un sous-marin américain, dont les instruments identifièrent le cri comme le sonar d’un sous-marin nucléaire d’attaque chinois. Ordre fut donné de le pulvériser, mais plusieurs torpilles n’y suffisant pas, le sous-marin s’approcha et constata par caméras extérieures que des humanoïdes combattaient dans les rues d’une cité engloutie, luttant contre une invasion de créatures démoniaques jaillissant d’une énorme fosse océanique, illuminée par des coulées de lave qui durcissaient et formaient les flancs d’un mont sortant de la fosse, montant vers la surface. Un bombardier arriva deux jours plus tard, et envoya une munition nucléaire spéciale anti-abris sous-marins. Le gouvernement de la Côte Est Américaine avait exposé sa découverte au Chancelier de l’Union Européenne, qui avait partagé avec les américains le « protocole 66 ».
L’Atlantide fut rayée de la carte. Sa population disparue dans un éclair de lumière, ensevelie sous les gravats ou ébouillantée dans l’eau irradiée. La faille fut comblée par les gravats, le danger était écarté. Les survivants, colonnes de réfugiés filant vers la côte africaine ou portugaise, virent de loin la colonne d’eau vaporisée monter dans le ciel. Il plut pendant des semaines, tandis que les Atlantes jurèrent de châtier les coupables. Il fallut plusieurs semaines pour s’infiltrer à pas mesurés dans la société humaine, comme réfugiés de naufrages de navires en Atlantique lors de la catastrophe. le dernier consul, Perdiccas, décida d’abriter son peuple dans l’Union, le dernier peuple humain encore stable, pour chercher à comprendre ce qu’il s’était passé, à essayer de retrouver Amazones et Valkyries, et à se regrouper pour survivre. Cachés, mais provisoirement. Un jour ou l’autre, les Atlantes retourneront chez eux en force, avec des alliés ! En attendant, ils sont demandeurs d’asile, ayant pris de fausses identités de réfugiés, vivant de tâches ingrates et de petits boulots… La révolte gronde, chez les survivants.
Sons of the Trident



Les Atlantes savent se battre sous l’eau sans matériel. Ils peuvent aussi très bien voir au travers de l’eau qui n’est pas liquide, comme un rideau de pluie ou le brouillard. C’est leur principal avantage, mais pas le seul, loin de là. Ils sont très résistants, bien au-delà de l’endurance humaine. Capables dans leur milieu naturel de nager des jours durant, ils ne se fatiguent pas et peuvent encaisser de terribles dommages. Une fois leur corps immergé, les Atlantes peuvent également se soigner en quelques jours des blessures les plus graves, et ils ne connaissent pas la maladie. Ils sont familiers de la violence du monde des hommes, savent donc bien se battre à mains nues, mais sont totalement néophytes en matière d’armes à distance, qui n’existaient pas chez eux. Leurs avantages sont donc surtout physiques, ils ont une sacrée constitution !

Il n'y a que les Sisters of Battle qui connaissent les Sons of the Trident, pour le reste de l'Humanité ils ne sont qu'une légende en dehors de rares politiciens ayant eu des échanges avec les américains.

Aucun ne s'est encore impliqué dans le monde des hommes pour être connu, par une identité secrète ou non.

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Dim 18 Fév - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:28

La guerre a révélé des monstres, et pas qu'au sens figuré. Victimes d'expérimentations de nouveaux médicaments contre les épidémies qui sévissaient depuis les années 2020, mutations dues à l'exposition aux armements radioactifs, folie née de tests de drogues de combats ou de médicaments psychoactifs, la société moderne a accouché d'une génération de monstres "altérés" par les produits chimiques, les champs électromagnétiques, des expériences diverses et variées... Certains usent de leurs nouvelles capacités pour essayer de sauver les gens. Mais d'autres au contraire, rendus fous par leur "traitement" ou par ce qu'ils sont devenus ensuite, sont devenus des prédateurs pour leurs anciens congénères.

Attention, aucune de ces mutations n'est "spontanée"; ces gars-là ne sont pas le futur de l'Humanité, ils ne sont que l'illustration de ses errements, des dégâts collatéraux d'expériences ou d'un mode de vie destructeur. Il n'y a pas beaucoup de bonheur à être un de ces "monstres"; ils subissent tous de plein fouet les conséquences négatives de ces expérimentations.

Le XXIème siècle devait être celui de la victoire contre le SIDA, contre EBOLA, le SRAS, la grippe et toutes les vieilles maladies connues de l’Humanité. La guerre contre le cancer progressait à pas de géants, on savait tout opérer, tout guérir… Les équipes du Dr Brendt  de l’Institut Pasteur d’Europolis avaient découvert les premiers « vaccins universels », capables de neutraliser la quasi-totalité des maladies connues même lorsque l’hôte en restait porteur, les symptômes étaient neutralisés, ou considérablement amoindris. Une ère nouvelle s’ouvrait pour la science, qui devait régler tous les problèmes de l’Humanité.
Et comme toujours, la science se nourrit de la guerre. Chaque belligérant de la Troisième Guerre Mondiale développa ses propres techniques pour améliorer ses combattants. Les Russes exposèrent des soldats à des fréquences spécifiques de radiations, ce qui eut pour effet d’abattre des bataillons entiers sous le poids de cancers foudroyants ou d’irradiation chronique. Certains développèrent des capacités psychiques inédites, comme la télékinésie. La majorité des cobayes russes périt dans les bombardements des centres d’expérience par l’Union Européenne, qui purgea ces endroits maudits, anciens goulags de Sibérie, par le fer et le feu de bombes au Phosphore. Les Chinois voulurent développer des mutations à partir de thérapies géniques inédites dans l’histoire. Les expériences, surtout menées sur des prisonniers japonais, russes et coréens, et peu avant la fin de la guerre, parmi les équipages d’aéronefs ou les équipages de navires européens détruits, engendra un grand nombre de monstres qui prirent des formes inattendues ; peaux couvertes d’écailles dures comme l’acier, érection de crocs et d’ergots, membranes olfactives développées… Tout un tas d’altération physiques, plus ou moins grandes, qui provoquèrent la folie chez la majorité des cobayes. Les « Fantômes » européens furent chargés de les abattre lors de la « libération » de ces camps, mais certains ont pu s’enfuir. Les Américains et les Européens ont quant à eux tenté des méthodes par injections chimiques, pour neutraliser la peur, la douleur, pour favoriser l’accroissement musculaire, ou plus secret encore, pour neutraliser tout libre arbitre. La majorité de ces expériences ont donné lieu à quantité de légendes urbaines… Dont certaines ont un fond de vérité !
Ce furent surtout des environnements saturés de pollution atmosphérique, des endroits où l’eau avait été contaminée depuis des décennies par les produits chimiques, ou les perturbateurs endocriniens présents dans la nourriture depuis près d’un siècle, les tests médicamenteux à grande échelle, qui avaient généré l’éclosion d’une génération de fous, de déviants, de petites transformation physiques, de tolérances accrues à des phénomènes, à des évolutions de l’appareil digestif ou des différents sens de l’homme. La science ne permit pas de combattre les symptômes des personnes déjà touchées, et les « vaccins universels » se sont avérés être une vaste blague, un scandale sanitaire sans précédent… Combien de dizaines, de centaines de gens, ont subi des dégâts psychiques, des changements de leurs équilibres chimiques ou des altérations de leurs organes, de leurs fluides corporels ? Hôpitaux, cliniques et asiles se sont remplis des dégâts collatéraux de ces expériences et de ces personnes « soignées » qui rechutèrent plus gravement. Et un salopard a récemment fait s’évader les personnes internées au Danvers Federal Hospital….

Les sujets les plus dangereux, souvent issus d'expérimentations militaires, ont généralement été rendus incapables de procréer; le but étant de contrôler le mieux possible les "créations". De façon générale, quantité de traitements ont rendu incapables de procréer leurs victimes. Un petit nombre a su avoir des enfants, mais sans qu'ils ne semblent porteurs de ces transformations.
Freakshow



C’est le groupe le plus « compliqué » à jouer, car c’est le seul qui fait appel à des méthodes de combat qui sont totalement inhumaines et incontrôlables. De base, vous jouez un « humain » normal, mais avec quelques petites particularités… Lorsque vous vous lancez avec un personnage du Freakshow, vous devez choisir deux traits (et pas plus en début de jeu !) un positif, et un négatif, qui seront les dominants, ceux que votre personnage connaît déjà (cela pourra éventuellement évoluer en jeu) parmi les deux colonnes suivantes :
Positifs
Force surhumaine
Sixième Sens
Prescience
Télékinésie
Insensibilité au feu
Vision Nocturne
Endurance surhumaine
Peau écailleuse/plus dure
Absorption électrique/Champ électromagnétique
Absorption vitale
Altération de l’apparence
Sens décuplés
E-communication
Deshydratation
Régénération cellulaire
Emission d’énergie
Magnétisme
Camouflage optique
Membres élastiques
Manipulation des plantes
Escalade des murs
Manipulation des rêves
Instinct de prédateur
Persuasion
Précognition
Magnétisme social
Respiration sous-marine
Télépathie
Sang acide
Désoxygénation

Négatifs
Frénésie
Déformation
Folie (à définir)
Déficit neurocognitif
Emission de poison
Radioactivité
Rage primale
Sécrétion d’acide
Dépendance à un médicament (vaporisé, sécable etc)
Fièvre
Hémorragies internes/externes
Pertes de connaissance
Trous de mémoire
Impuissance
Peau inflammable
Troubles nerveux
Photosensibilité accrue
Ouïe sensible
Hemophilie
Handicap physique partiel
Hallucinations
Nymphomanie
Perte/altération d’un sens
Délire Paranoïaque
Schizophrénie

Vous avez une idée d’ajout ? Contactez un admin par mp !

Ils sont une légende urbaine, tout le monde sait qu'il y a une part de vérité derrière les rumeurs, mais sans en savoir plus... Sauf leurs victimes, choisies ou dommages collatéraux, qui sont de plus en plus nombreuses et véhiculent ces racontars.

Le personnel politique sait en partie la vérité car a eu accès aux rapports secrets sur le scandale Brendt. Différents journalistes/scientifiques/hommes de main peuvent savoir que certaines expérimentations ont tourné à l'horreur, sans connaître tous les détails.

Aucun "monstre" d'expérience n'a pour l'instant été dévoilé au grand jour.

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile


Dernière édition par Master of Chaos le Sam 9 Juin - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 1677
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   Dim 4 Fév - 14:30

Il s'agit de la population de la ville qui n'est pas directement impliquée dans la folie des bas-fonds. On compte quand même les flics dedans, car ils représentent, perpétuent et défendent l'ordre établi. C'est aussi le cas des journalistes, des juges, étudiants, de tous les gens qui vivent et travaillent en ville. Certains ont beaucoup souffert pendant les décennies de troubles qui viennent de se terminer, et tous regardaient le futur avec espoir. Jusqu'à ce que les scandales de corruption n'éclatent, que la nouvelle folie du monde se déverse des portes des asiles, des hôpitaux, des prisons et des laboratoires de la ville. Ceux qui connaissent des criminels ou des justiciers font profil bas, ou les cherchent, les provoquent. Tous au fond, savent qu'ils seront impliqués d'une façon ou d'une autre dans le cancer de violence qui ronge la ville. N'oubliez jamais toutefois, que personne n'est tout à fait innocent à Europolis...

Europolis a été fondée sur plusieurs villes européennes déjà construites, sur la côte Nord de l’Union. Très vite, on n’a gardé que quelques centres historiques préexistants tandis que la « ville du futur » fut construite à toute vitesse, par le gouvernement fédéral qui réquisitionnait ressources et entreprises. La construction se poursuivit pendant près de vingt ans et des quartiers entiers prirent la place des routes, ports et villes qui existaient là auparavant. Des ruines de l’ancien monde, on créait le nouveau, qui sortait de terre à vue d’œil. La perspective de bâtir la plus grande et moderne cité de l’Humanité stimulait aussi bien les idées que l’économie, et la ville vit bientôt affluer de la main d’œuvre de toutes origines, de tous les pays composant l’Union. Beaucoup de gens avaient perdu des proches dans les catastrophes environnementales et les épidémies destructrices des années 2020, aussi la nouvelle capitale apparut-elle comme un nouveau départ pour tout le monde, un endroit plein d’opportunités à saisir. L’avenir qui se déroulait, vivant, sous les yeux de tous.
Dans une seconde étape, la cité fut aussi le point de chute de beaucoup de soldats revenus du dernier conflit mondial, qui n’avaient plus forcément de famille et n’avaient pas non plus. Les épidémies étaient jugulées, des tonnes de réfugiés avaient fini par s’intégrer plus ou moins bien dans cette nouvelle société. La crise économie arrivée après la fin de la construction, par l’afflux de soldats peinant à retrouver un travail et par toute la main d’œuvre libérée par la construction. La pauvreté fit enfler le crime et les trafics, et l’on vit fleurir boîtes de striptease et maisons closes, commerces parallèles, tripots et autres lieux de clandestinité.
La matière grise, l’élite de la ville, était toujours occupée à sauver le naufrage politique du scandale de l’affaire du Dr Brendt, ou à résoudre les grands défis sociaux et environnementaux de notre temps. Mais les petites gens, eux, avaient du mal à trouver leur compte dans ce nouveau monde, où la violence gagnait sans cesse de la place. Une époque dure avait fait fusionner des peuples européens parfois très différents, mais avait aussi donné des armes certaines à une population qui avait survécu aux épidémies, au changement climatique et à la guerre. Finalement, c’était un peu le retour du chacun pour soi. Les politiques voulaient sauver leur peau après le scandale, les journalistes remuaient la carotte et se faisaient assassiner, les flics fermaient les yeux sur les trafics et empochaient des pots de vin contre l’assurance que la pègre reste tranquille, tandis que les citoyens fermaient les yeux sur les agressions dans le métro, les car-jackings ou les deals conclus en pleine rue. Certains s’élevaient contre ça ; il restait des frics intègres, des politiciens idéalistes, des étudiants plein de talents et promis à un bel avenir, des travailleurs besogneux… Mais le terreau était propice tant de vices, que lutter devenait difficile.
Les citoyens d’Europolis sont la cheville ouvrière de la ville ; ils sont sa colonne vertébrale car tout héros ou vilain est lié à eux d’une façon ou d’une autre. Cela les rend d’autant plus important ; un héros n’est rien sans ses soutiens, un simple citoyen peut amener à l’arrestation d’un méchant… Ou empêcher un max de blé en refusant de témoigner !
Actors and Prey



Les « simples citoyens » ne méritent pas ce nom. Cheville ouvrière du forum, ils n’ont pas de compétences particulières pour la baston ou par la défense. En revanche, leur participation à des intrigues est essentielle car leur protection ou leur agression rapport des points à l’Ordre ou au Chaos ! EN sus, la participation active des citoyens aux intrigues permet aussi de débloquer des avancées spécifiques ; dévoiler des identités secrètes, aider, soigner ou contribuer à la réussite des héros & vilains… Sans parler de leur poids dans le dénouement des scandales et des élections !

Ils forment de très loin les plus grosses cohortes de l'espèce humaine et sont donc "connus" de tous.

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: II. Les Groupes   

Revenir en haut Aller en bas
 
II. Les Groupes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Groupes de Luttes à mains nues
» groupes et races
» LES GROUPES.
» Revelasyon en tournée d’évangélisation aux États-Unis
» Le Figaro: Sous perfusion alimentaire, Haïti sombre dans le chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: