Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Truth or Dare
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Lun 5 Nov - 16:07

J'aurai imaginé qu'en la côtoyant les choses allaient devenir beaucoup plus simples, que les choses seraient plus faciles. Elle allait se comporter comme une simple amie, peut-être même un peu hostile et mon cerveau finirait par comprendre qu'elle ne voulait plus d'aucune forme de proximité. Mon corps ainsi que mon cœur comprendraient également que quoi que fut notre relation, elle n'allait pas être à nouveau quelque chose de réel. Seulement voilà, pour chaque mot que me dit Kate pour nous éloigner elle semble chercher à se rapprocher, chaque fois qu'elle fait semblant de vouloir mettre de la distance je me rends compte qu'elle semble un peu plus proche. J'ai beau me dire que cela doit ne venir que de mon esprit amoureux mais ça ne semble pas être le cas. Si seulement j'étais un peu plus courageux, si seulement j'étais un peu moins inquiet de la perdre en faisant une bêtise il y a déjà plusieurs minutes que nos lèvres seraient scellées et que, peut-être, je serai fixé quand à savoir si elle et moi avions un avenir. Après tout le baiser de ce matin ne peut pas vouloir ne rien dire du tout, pas vrai ? Il doit bien y avoir un fond de réalité dans ce baiser, même une réalité maladroite ? Je ne savais plus trop quoi croire avec elle, ni quoi penser et nous semblions tous les deux attendre quelque chose. Quoi ? Si aucun de nous n'osait faire quelque chose nous allions devoir faire preuve d'une grande patience et nous en serions sans doute encore là dans cent ans.

« Très bonnes façons de se vider la tête et d'oublier les soucis. »

Je devrai l'inviter au cinéma. Je ne sais même pas ce qu'il y a actuellement dans les salles ! Et après ? On s'en moque bien, je suis sûr qu'elle ne serait pas capable de dire "non". Pourquoi en suis-je si sûr ? Je n'y comprends plus rien, si je suis vraiment si sûr de moi, si sûr qu'elle n'avait pas envie de rompre, que nous sommes fait pour nous retrouver pourquoi est-ce que je n'ose pas me rapprocher d'elle et l'embrasser ? Je risque quoi au pire ? Une gifle ? Me faire jeter dehors ? De toute façon cette seconde idée l'emballe déjà beaucoup … mouais mieux valait peut-être ne pas lui donner une vraie raison de le faire. J'ai promis être là en ami, pas en dragueur désireux de récupérer sa petite amie. Je ne sais même pas draguer. Par chance j'ai quelques réflexes, même le cerveau embrumé quelque peu par une nuit blanche et quand la jeune femme se prend les pieds dans la ceinture du peignoir, qu'elle se rattrape tantôt à l'îlot tantôt à moi, j'attrape ses hanches pour sécuriser sa position. Un bref instant je me dis que c'est le moment et puis … mes mains quittent ses hanches.

« Plus de peur que de mal, ce n'est pas grave, ne t'inquiète pas. »

Je souris, me faisant rassurant. Quittant mon tabouret je referme le peignoir de Kate, cette fois réalisant un nœud avec deux petits boucles.

« Pas très sexy mais au moins tu ne marcheras plus dessus. »

Rejoignant Kate près de l'évier où elle fait la vaisselle j'attrape un torchon, entamant de sécher la vaisselle qu'elle nettoyait. Je la pose sur l'îlot faute de savoir où la ranger, m'appliquant pour éviter de faire de la casse ce qui m'arrivait … bien trop souvent chez moi avec les verres. Rien que ma consommation personnelle de verres devait faire vivre un petit fabriquant.

« Tu l'auras sans doute deviné mais j'aime bien écouter de la musique. Heureusement d'ailleurs. Cela dit je me disais que je pourrai peut-être t'inviter au cinéma ? Je ne sais pas ce qui joué en ce moment mais ça te permettrait de prendre l'air. »

Ca ressemblait un peu à un rendez-vous mon truc, je sais bien mais … ce n'est pas … si c'est ce que j'aimerai que ça soit. Trop occupé à cette pensée plus qu'au mouvement de ma main pour attraper une assiette c'est le bras de Kate que je frôle et la réaction est immédiate. Elle retire son bras, comme brûlée une fois de plus par ce contact. L'assiette propre lui échappe et replonge dans l'évier par chance rempli d'eau, pas de casse, juste un joli "plouf".

« Kate je … je te demande pardon mais je … »

Je veux savoir quelque chose que je ne sais pas comment demander. Je m'approche d'elle, ce petit pas qui nous séparait n'est plus, nos corps sont proches, sans se toucher. Délicatement je prends cette main qui tenait l'assiette elle est mouillée mais je m'en moque bien, mes doigts se mêlent aux siens, mes lèvres se posent sur les siennes pour un baiser tendre, délicat, toujours aussi amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Lun 5 Nov - 16:45

1er Mars 2050

Alors qu’elle avait trébuché, la jeune femme s’était sentit des plus idiotes. Le beau brun l’avait rattrapé tendrement par les hanches, à croire qu’elle l’avait fait exprès et qu’elle avait calculé sa trajectoire pour tomber dans ses bras ou presque. La présence du garçon la perturbait tellement qu’elle en perdait ses moyens. Ce contact au niveau de sa taille avait réveillé des sensations auxquelles elle pensait avoir dit adieu en mettant un terme à leur relation. Heureusement, la panique et le stress qui s’étaient emparés d’elle repartir tranquillement lorsqu’il la relâcha. Mais ce fût de courte durée car déjà Henry se levait pour fermer à nouveau son peignoir d’un noeud  un peu plus solide. Cette proximité était étouffante, Kate avait l’impression de mourir de chaud tout à coup, à croire que la température de la pièce était montée de dix degrés en l’espace de quelques secondes. Reprenant la vaisselle, elle tenta une fuite, un éloignement vital en allant faire la vaisselle. Ce qu’elle pensait être un espace de survie, une bouffée d’air, une distance de sécurité entre l'écrivain et elle, se transforma rapidement en une douce torture dont elle ne pouvait s’échapper dans l’immédiat. Il avait fini par la rejoindre pour lui donner un coup de main, attrapant le torchon afin d’essuyer la vaisselle qu’elle l’avait. Kate était très minutieuse dans sa façon de transmettre la vaisselle propre, jonglant le plus discrètement possible pour éviter le moindre contact. La situation était plus que gênante et cela semblait l’être surtout pour elle.

Astiquant au mieux chaque élément, elle écouta le garçon qui lui avoua bien aimer écouter la musique. Il est vrai qu’avec ses écouteurs tout le temps dans ses oreilles, le contraire l’aurait étonné. Peut-être pourraient-ils combiner son activité et celle de l’ex-barmaid, la lecture ? Il enchaîna sur une proposition de cinéma qui la scotcha. Déjà la brune n’était vraiment pas fan du cinéma. A vrai dire, lorsqu’elle avait enfin un moment à elle, la jeune femme préférait généralement rester seule pour faire une des activités citées précédemment. Si cela devait se faire avec sa mère, c’était avec plaisir évidemment. Mais en aucun cas sortir dans la foule n’était une chose qui lui donnait envie. Mais surtout, elle eut cette étrange impression d’un rencard. Henry lui avait avoué être là par amitié, réduisant à néant les efforts de la belle pour le tenir éloigné d’elle. Mais était-ce tout ce qu’il voulait ? Etait-il prêt à lui pardonner son égoisme et sa cruauté ? Etait-il prêt à oublier cette rupture qu’elle n’avait provoqué qu’à contre-coeur ? Trop de questions se bousculaient dans sa tête l’éloignant totalement de la réalité et de ce contact fugace au niveau de son bras. La réaction est immédiate : sa main lâcha l’assiette, heureusement au-dessus de l’évier, et son bras s’éloigna vivement de la main de l’écrivain. Il fallait vraiment qu’elle arrête avec ses réactions à la noix. Son coeur bat à vive allure et la jeune femme tentait de se concentrer sur sa respiration pour calmer ça. Henry se met à s’excuser, chose qu’elle ne comprend pas. Levant un regard sur lui, elle le voit alors franchir le dernier pas qui les séparait. Il n’était alors plus question que son corps se calme. Le beau brun ne la touchait pas mais cette grande proximité faisait résonner son corps tout entier. Il finit par lui prendre la main dans un geste tendre, entremêlant leurs doigts. L’étudiante n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que les douces lèvres du garçon vinrent se poser sur les siennes dans un baiser rempli de tendresse. Ce contact amoureux provoqua une bouffée de chaleur dans tout son corps, générant des frissons par dizaine. Etait-ce vraiment possible de ressentir tout ceci uniquement grâce à une personne ? Avait-elle le même effet sur lui ? Pourquoi l’avait-il embrassé ? Déboussolée, elle ne l’empêcha pas de l’embrasser, bien au contraire. La brune n’était pas pressée de mettre un terme à ce délicieux échange qui la faisait vibrer. Comment avait-elle pu vouloir mettre un terme à ça ? Certes, elle avait de bonnes raisons mais n’empêche que maintenant qu’elle l’embrassait de nouveau, et pas brièvement comme au matin, la jeune femme ne se voyait pas arrêter tout ça de nouveau. Le baiser se termina finalement dans une expiration de la part de tous les deux, à bout de souffle. Le coeur battant la chamade, le corps tremblant de désir mais avec cette crainte au fond d’elle que cela ne soit qu’une vengeance ou qu’un rêve. Après tout, elle ne méritait pas ça, elle ne le méritait clairement pas. Fermant les yeux brièvement pour se recentrer, elle les rouvrit pour regarder Henry au fond de ses magnifiques prunelles noisettes.

Pourquoi ? Pourquoi as-tu fait ça ?

Il n’y avait aucun reproche dans sa voix, elle en était bien incapable mourant d’envie de goûter à ses lèvres depuis tout à l’heure. Elle était dans l’incompréhension la plus totale, la brune perdait pied ne trouvant aucun sens à ses agissements, aucune logique. Elle lui avait fait du mal et c’était tout. Il n’y avait rien à ajouter, il aurait dû être dégoûté, énervé contre elle.

Après ce que je t’ai fait … C’est impardonnable je le sais ...

Un début de sanglot dans sa voix qu’elle n’arrivait plus à contenir. Ses yeux commençaient à être embués, les larmes lui montant plus vite qu’elle n’arrivait à les contrôler. Elle ne pouvait plus maintenir ce douloureux contact visuel avec le beau brun qu’elle avait volontairement blessé.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Lun 5 Nov - 17:17

Ce baiser est un instant hors du temps. Je ne ressens plus rien du tout, ni sa main humide dans la mienne, ni la chaleur de son corps, je ne ressens plus rien du tout que ses lèvres contre les miennes. Comme une goutte d'eau qui tombe dans un lac une ondée se propage en moi, un bien être envoûtant, captivant, une sensation de vie brûlante qui envahit chaque parcelle de mon corps. Les sensations se multiplient, les émotions s'intensifient, cette semaine semble appartenir à un autre univers, à un autre espace-temps dans lequel nous sommes séparés mais pas à cet univers, pas à cet instant. Je n'aurai peut-être pas dû faire ça mais je n'arrive pas à y penser. J'aurai peut-être dû faire ça plus tôt mais je n'arrive pas non plus à y songer. Plus aucune pensée négative, plus aucune pensée positive, juste ce baiser, juste mes lèvres sur les siennes et de constater avec bonheur qu'elle ne me repousse pas, qu'elle répond à ce baiser. Sa main est toujours dans la mienne, elle ne fuit ni ce contact, ni celui de mes lèvres. Je ne sais pas combien de temps a duré ce baiser, je sais qu'il a été partagé avec le même plaisir des deux côtés, je sais que si c'était à refaire je le ferai à nouveau. Son souffle se mélange au mien quand, tous deux arrivés à bout de souffle, nous rompons ce tendre échange mais sans nous éloigner. Sa main reste où elle, ses doigts toujours entrelacés avec les miens et une question franchit ses lèvres. Elle la répète deux fois mais ce n'est qu'une seule et unique question. Avant que je ne puisse y répondre elle tente de justifier pourquoi je n'aurai pas dû faire ça. Je serre doucement sa main, cherchant du regard ses yeux qui me fuient trahissant la honte qu'elle ressent à ce qu'elle a fait. Ma main libre attrape une larme sur sa joue gauche, puis une autre sur sa joue droite.

« Ca ce n'est pas à toi d'en décider. Depuis le début tu ne cherches qu'à me protéger, tu veux me tenir à l'écart de ta vie, je ne sais pas dans quelle série s'inventer un petit copain permet à une fille de se débarrasser de son petit copain mais dans la vraie vie ce n'est pas si facile. »

Je lui souris, si son regard ne cherche plus à rencontrer le mien j'ai quand même l'impression qu'il lui arrive de regarder mes lèvres. Ca sera un petit quelque chose faute de mieux que de partager ce sourire.

« Quand j'ai lu ton SMS, ça a été douloureux, ça m'a fait l'effet d'un coup de batte dans l'estomac mais aussi étrange que ça puisse te sembler, une fois passée la jalousie et la colère de te savoir avec un autre, j'ai espéré qu'il saurait prendre soin de toi comme tu le mérites. Tu crois que tu ne mérites aucune attention de qui que ce soit mais même le cœur brisé par ton message tu étais encore mon inquiétude principale. Peut-être bien que je suis masochiste. »

Nouveau sourire puis un peu plus de sérieux, mes lèvres se posent avec délicatesse sur le haut de sa tête, j'inspire doucement le parfum de ses cheveux.

« J'ai perdu une femme que j'aimais sans rien pouvoir y faire, je n'ai pas envie d'en perdre une autre alors que je peux y faire quelque chose. »

Ma main libre caresse doucement son épaule, le pouce de ma main liée à la sienne caresse doucement le revers de sa main.

« Je ne suis pas le petit ami parfait pour toi, un super garde du corps capable de te protéger de tous les dangers qui t'entourent mais je serai là pour affronter ces dangers avec toi. Je ne suis pas le genre que Fallon pouvait espérer pour toi mais je ne suis ni soulagé, ni heureux de son absence et je ferai tout ce que je peux pour t'aider à la retrouver et l'aider à retrouver la mémoire. »

Trop de sérieux pour le coup, il fallait quelque chose pour alléger un peu ces mots, quelque chose de stupide.

« Même si la première chose qu'elle fera en ayant retrouvé la mémoire et en apprenant que j'ai dormi avec toi sera sûrement de m'énucléer … ou m'emasculer … peut-être bien les deux. Tu promets qu'on ne lui dira rien, hein ? »

Je souris à nouveau, me penche vers Kate pour déposer un baiser au coin de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Lun 5 Nov - 18:15

1er Mars 2050

Kate aurait dû lâcher la main de l’écrivain et se reculer, s’en aller. Mais elle n’en avait pas été capable. Alors que la brune songeait enfin à se reculer, à le fuir, à ne pas lui imposer sa présence indésirable, la main d’Henry se serra sur la sienne, cherchant à attirer son regard. Cela était impossible à l’heure actuelle pour elle de le regarder dans les yeux sans se haïr elle même et être honteuse. Son autre main vint caresser ses joues à tour de rôle, essuyant les larmes qui s’étaient échappées de ses yeux et qui avaient roulé jusqu’au bord de son visage. Ses mots sont durs, cruels, comme l’avaient été les siens une semaine auparavant par écrit. Son idée de petit copain remplaçant avait été stupide certes, mais elle n’avait pas eu meilleure idée sur le moment et elle restait persuadée qu’il n’aurait pas lâché l’affaire si elle n’avait pas eu une bonne raison. La seule cause de son retour dans la vie de l’ex-barmaid était son craquage chez Lily qui lui en avait fait part. Sans ça, cela aurait probablement marché, même si la jeune femme l’aurait amèrement regretté.

Redressant légèrement la tête, la brune aperçoit un sourire se dessiner sur les lèvres du chauffeur. Comment pouvait-il encore sourire, lui sourire ? L’entendre parler de la réception de ce message écrit cruel la fit frissonner. Elle avait sans doute autant souffert de l’écrire et de l’envoyer que lui de le lire et de comprendre les conséquences d’un tel message. Il lui parle de colère et de jalousie, enfin de jalousie et de colère, vis à vis de l’homme qui avait pris sa place. Henry tentait de laisser une place à l’humour dans une conversation où cela était impossible. Son inquiétude principale c’était elle même lorsqu’il avait le coeur brisé. Elle avait cette sensation qu’il sous-entendait l’inverse faux. Ce n’était pourtant pas de gaité de coeur qu’elle avait décidé de mettre fin à leur relation, c’était pour son bien à lui. Ses tendres caresses apaisèrent un peu les réflexions de la jeune femme. Comment pouvait-il avoir autant d’emprise sur elle ? Sa tête dans les cheveux de la brune était d’un réconfort inattendu. Lorsqu’il se met à parler de Sarah, l’étudiante ne peut s’empêcher de se tendre un peu. Elle avait l’impression que le garçon ne réfléchissait que de son point de vue sans chercher à comprendre le sien. Kate ne sait trop quoi penser. Le jeune homme jonglait entre tendre déclaration et humour mal placé qui lui donnait de quoi réfléchir. Elle ne put s’empêcher de lâcher sa main et de se reculer d’un pas, souhaitant penser plus posément, sans cette attraction qui émanait du beau brun. Ses prunelles émeraudes finirent par céder, se plongeant dans ce regard bienveillant qu’elle chérissait tant.

Je n’ai pas non plus envie de perdre quelqu’un que j’ai … j’apprécie. C’est pour ça que j’ai pris cette cruelle décision. Comment aurais-tu surmonté la mort de Sarah si tu en avais été responsable ? Je n’aurais peut-être pas dû prendre la décision à ta place c’est vrai. Mais … si je n’avais pas craqué à l’entraînement, nous ne serions pas là non plus.

Reprenant sa respiration tant bien que mal, elle n’avait pas envie de rire, elle n’avait pas non plus envie de hurler. Cette situation ne pouvait pas durer plus, surtout avec ce qu’il venait de se passer. L’éloigner d’elle une fois de plus était impensable. Henry ne le permettrait probablement pas. Et la vérité, c’est qu’elle ne le supporterait absolument pas. Sa présence lui permettait de garder la tête hors de l’eau et d’envisager la suite plus sereinement. Elle devait retrouver sa mère et même s’il ne serait peut-être pas d’une grande aide pour la trouver, sa présence, son soutien, ça pourrait grandement faire la différence. Non, ça ferait forcément la différence. Au point où ils en étaient maintenant, la rechute ne serait que plus grande … Et puis, même si elle avait réussi à ne pas échapper le mot, oui elle commençait à croire qu’elle l’aimait réellement.

Je … J’ai besoin de toi s’il te plait. Si tu es capable de me pardonner ... Enfin si on pouvait effacer ...

Sa voix était devenue une supplique. Elle avait besoin de lui, de sa gentillesse, sa tendresse, ses attentions. La brune voulait lui rendre tout ça, prendre soin de lui du mieux qu’elle le pourrait. Si elle avait une baguette magique qui ne les concernerait que tous les deux, elle souhaiterait effacer sa bêtise.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Lun 5 Nov - 18:43

Depuis le début de cette relation je devais lutter contre cette envie stupide que j'avais d'avancer plus rapidement, de me rapprocher de Kate et la façon que la barmaid avait de faire deux pas en avant puis un pas en arrière. Je n'ai jamais été un grand jongleur et sincèrement cette situation ne me plaisait pas des masses, ne me plaisait pas outre-mesure. J'avais l'impression d'être perdu entre mes envies et les siennes, je ne comprenais même pas ce qu'elle voulait si son désir était de s'éloigner ou de se rapprocher, de mettre de la distance ou de se coller. Alors ce matin, peut-être parce que j'étais fatigué ou simplement parce que j'en avais assez de ce monde d'incertitude, je prenais mon courage à deux mains. Au moins je serai fixé, définitivement fixé, soit elle montrait vouloir aller de l'avant avec moi qui m'inquiète pour elle, soit elle ne le voulait pas et il en serait ainsi fait qu'elle n'aurait plus à s'inquiéter de moi. De mon côté je n'arrêterai jamais de m'inquiéter d'elle, je suis fait comme ça, je m'inquiète pour les gens à qui je tiens et que cela lui plaise ou non, je m'inquiète pour elle.

« C'est vrai, nous n'en serions peut-être pas là si tu n'avais pas craqué seulement le monde n'est pas magique, on ne change pas ce qui arrive avec des "si" même si ça serait génial de pouvoir le faire. Je ne sais pas comment j'aurai surmonté la mort de Sarah si elle avait été de ma responsabilité mais là encore … avec des "si" on fait un monde parfait. »

Je comprenais sa position, son inquiétude mais le mal n'était-il pas déjà fait ? Si quelqu'un voulait s'en prendre à elle, ne parviendrait-il pas déjà à remonter jusqu'à moi ? Si vraiment son monde est si dangereux qu'elle le dit alors j'étais déjà en danger et, paradoxalement, m'éloigner pouvait être plus dangereux encore que de rester près d'elle. Qui plus est je n'avais aucune envie de m'éloigner d'elle, aucune envie de reprendre mes distances, je ne voulais pas. Cela allait forcément déplaire à sa mère, cette idée que je puisse vouloir rester près d'elle malgré le danger mais peu m'importe, c'est ma décision, mon choix, ne lui en déplaise et … qu'importe les risques. Je sais désormais quels risques je cours, si je suis prêt à le faire c'est moi que ça regarde. J'ai conduit des gens dangereux pendant mes années de chauffeur, même cette semaine, la vie m'a pris Sarah sans crier gare, la mort est partout, à tout moment, un chauffard ivre qui ne trouve plus le frein, une mère de famille au volant distraite par son enfant qui pleure, un psychopathe désireux de foncer sur une foule … Le danger est partout, à tout instant, la mort guette à toutes les heures. Je préférais mourir heureux d'avoir été aux côtés de Kate que de ne pas avoir tenté ma chance avec elle.

Les mots de Kate me surprennent le ton de sa voix transperce mon cœur avec la violence de pics à glaces, ce n'est pas une demande ou une requête mais une supplication qui m'écrase le cœur, le tord douloureusement.

« Kate … »

Comment répondre à ce qu'elle venait de dire, bien sûr que je lui pardonnais, bien sûr que j'étais prêt à oublier ce SMS, ce mensonge.

« Je te pardonne. »

J'avais le sentiment qu'elle avait vraiment besoin d'entendre ces mots aussi je les prononçais avec beaucoup de sérieux, mon sourire avait disparu, les traits d'humour vains et idiots également.

« C'est oublié, c'est promis. »

Je ne m'approchais pas, laissant cette distance qu'elle avait mis entre nous et qui semblait l'aider à rassembler ses esprits et mettre sa tête sur ses épaules.

« Je veux aller de l'avant avec toi, tirer un trait sur le passé et avancer main dans la main. A tes côtés. Parce que moi aussi j'ai besoin de toi. »

J'aimerai l'enlacer, l'embrasser, la serrer tout contre moi mais je m'interdis tous ces mouvements, je m'interdis tous ces gestes, préférant la laisser venir vers moi si elle en avait envie.

« Arrête de t'en vouloir s'il te plait. Qu'importe le mal que tu as pu me faire parce que tu ne fais que te torturer. Je suis là parce que tu le mérites, parce que je t'ai déjà pardonné de m'avoir fait mal et parce que je … tiens beaucoup à toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 6 Nov - 1:05

1er Mars 2050

La jeune femme était déboussolée. Après tout ce qu’elle avait fait, toute l’énergie qu’elle avait investi dans le fait d’éloigner Henry simplement et définitivement de sa vie, rien n’avait fonctionné comme elle l’avait désiré sur le moment. Ecoutant les mots du beau brun, ses derniers étaient durs mais réels. Avec des “si” on mettait Paris en bouteille selon la citation. Pour autant, les “si” permettaient de corriger le passé que virtuellement. Mais la prévoyance permettait d’éviter les catastrophes, comme elle avait cherché à le faire, même maladroitement. Cela ne réglait pas tout pour autant. Si une solution miracle existait, elle serait connue de tous tellement tout le monde l’utiliserait en permanence. L’écrivain avait raison à ce sujet, on pourrait créer de toutes pièces un monde parfait. Mais ce n’est pas ce qu’elle voulait. Tout ce que Kate demandait c’était sa mère … et Henry. Cette sensation lui parut très étrange. Elle se rendait compte qu’elle était presque prête à mettre le beau brun au niveau de sa mère. Evidemment, Fallon serait toujours la première, il était impossible que cela change, excepté lorsqu’elle ne ferait plus partie de ce monde.

Je sais bien ...

Mais voilà, la brune n’en pouvait plus. Sa respiration était encore un peu irrégulière, son coeur continuait de tambouriner dans sa poitrine et sa voix était totalement hasardeuse. Lorsqu’elle osa énoncer sa demande, sa supplication, le jeune femme ne maîtrisait pas totalement le timbre de sa voix. Elle n’était persuadée que d’une chose, elle voulait rester avec lui, être à ses côtés. Son prénom qui s’échappa des lèvres de son ex-amant était comme un poignard en plein coeur. C’était une longue et douloureuse agonie, se répétant dans sa tête que tout était fini. Mais il n’en fut rien. L’étudiante n’eut pas le temps de se morfondre d’avantages que les mots libérateurs sortirent des lèvres du beau brun. Etait-ce seulement possible ? Ses prunelles vertes étaient toujours plongées au fin fond du regard noisette qui virait au noir. Cette intensité et cette volonté qui se dégageaient d’Henry étaient impressionnantes. Le garçon réitéra la chose oralement, peut-être afin d’être sûr que tout irait bien. La distance qu’elle avait mis entre eux était toujours existante. Tous ses mots, toutes ses paroles semblaient sincères. Mais surtout, le beau brun prononça ces mots, les mêmes que ceux qu’elle avait employé précédemment. Elle constata à ce moment là que la seule chose dont elle avait besoin était lui, ses bras, son corps et n’importe quelle autre partie de son dos si elle dit de l’emmener sur une civière. Faisant un pas en avant, un pas vers lui, la jeune femme semblait perdue. Hésitante, fragile, elle porta l’une de ses mains au visage du garçon désireuse de l’avoir pour elle et de s’offrir à lui.

Reste avec moi je t’en supplie.

Sa voix n’était plus autant dans la supplication que précédemment. Mais la demoiselle était fragile, vulnérable. Kate n’attendait qu’une chose, pouvoir se blottir au creux des bras du garçon. Evidemment, cela était plus facile à dire qu’à faire. Cependant, elle ne demandait pas plus que l’écrivain contre elle. S’approchant d’un dernier pas, elle se retrouva contre le beau brun. Se hissant sur la pointe des pieds, elle vint coller ses lèvres contre ceux de son amant, cet homme qu’elle ne méritait pas mais qui avait tout son attention. Pendant qu’elle l’embrassait, le chauffeur finit par reculer suite aux interventions répétées et appuyées de la brune contre ses lèvres et son corps. L’écrivain se retrouva contre le frigo, la miss entre les mains. L’embrassant sans s’arrêter, la jeune femme laissa ses mains se balader sur les bras et dans le dos de son bien aimé. Tout contact entre eux était bon à prendre, de son point de vue. Malaxant ses avants-bras puis ses bras, les mains de l’ex-barmaid finirent par trouver le chemin de la nuque puis du dos du jeune homme. Ses mains cherchaient autant à la caresser, qu’à le masser, à le détendre pour le remercier.

Je t’aim … Tiens beaucoup à toi moi aussi.

Incapable encore de lui dire ce mot qu’elle connaissait peu et qui avait une grande symbolique à ses yeux, la jeune femme lui fit tout de même passer le message comme quoi tout allait bien. Appuyant son corps contre le sien, Kate aimait avant tout ce contact entre eux, cette chaleur et cette fièvre communicatives. Mais elle adorait également ce contact électrisant, cette sensation grisante et aussi ce besoin qu’elle avait de lui et qu’il avait d’elle. Si elle avait souhaité appartenir à quelqu’un et se tatouer son intial à l’intérieur de la cuisse, il y aurait eu fort à parier que la brune ait un H et non un K sur sa cuisse droite. Continuant de l’embrasser de façon plutôt désireuse, leur journée était en train de prendre une toute-autre direction.Une douce chaleur s’était répartie dans son corps tandis que ce dernier restait pressé contre celui du jeune homme, avide de toujours plus de contact avec ce dernier.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 6 Nov - 6:36

Avec suffisamment de si dans ce monde tous les habitants de cette Terre vivraient heureux jusqu'à la fin des temps mais les si ne sont pas magiques, ils ne perdent pas de refaire le monde autrement que dans l'imaginaire. Personne n'a le pouvoir de modifier tout ce qui ne lui est plait et c'est sans doute pour le mieux, quelqu'un qui aurait ce pouvoir serait vraiment dangereux et effrayant. Je n'aimerai pas avoir ce pouvoir malgré tout ce qu'il aurait pu me permettre de faire : me rapprocher plus aisément de Kate, avoir une belle-mère heureuse de savoir que sa fille a un copain, ma voiture ne serait pas en réparation. Définitivement ce pouvoir implique beaucoup trop de responsabilités pour le confier à un être humain et quand je vois ce monde et son état actuel je me dis que c'était même trop de responsabilité à confier à un Dieu. Kate en est bien consciente, elle me le fait savoir. Tout le monde est obligé de jouer avec les cartes qui lui sont données et le tirage de la vie, on peut toujours espérer telle carte ou telle carte il y aura parfois de la chance et parfois de la malchance. Aujourd'hui était un jour étrange pourtant, je ne savais pas trop quoi faire avec les cartes que j'avais, avec le tirage qui se déroulait alors j'y étais allé au bluff, en me rapprochant de Kate, en exprimant un sentiment très fort sans savoir où cela pourrait me mener, nous mener.

Plus Kate parlait, plus elle témoignait des émotions et plus je me disais que j'avais eu raison de venir l'embrasser il y a quelques minutes. Ou était-ce quelques secondes ? J'avais l'impression que ça faisait une éternité que nos lèvres ne s'étaient plus retrouvées, il allait falloir remédier à ça un moment ou un autre, enfin je l'espère. Lentement la jeune femme s'approche, prononçant quelques mots qui provoquent un sourire de bien-être, elle veut que je reste, bien sûr que je veux rester avec elle ! Je ne compte aller nul part, je compte veiller sur elle, prendre soin d'elle, pas l'abandonner seule.

« Tu n'as pas besoin de me supplier pour cela, Kate. Juste de me le dire. »

J'étais un peu gêné devant ses suppliques, cette fois dans sa phrase, la fois précédente dans son intonation suppliante. Elle n'avait pas besoin de s'abaisser à supplier, elle n'avait qu'à demander, elle n'avait même qu'à ne pas me dire de partir ! La suite est plus surprenante encore, Kate s'approche, m'embrasse intensément, s'appuyant contre moi de tout son poids, je recule jusqu'à rencontrer la porte du frigo qui m'arrêta. Kate se rapprocha entre d'avantage, ses mains parcourant mon corps avec un mélange de douceur et d'empressement des plus touchant. Je me laisse faire par ses soins, mes mains s'apprêtant à se poser sur ses hanches quand elle reprend la parole et me surprends d'avantage encore. Je ne m'attendais pas à entendre ces mots franchir ses lèvres, même si elle n'arrive pas à finir cette magique petite phrase, je sens mon cœur faire un bond brutal dans ma poitrine. J'avais justement évité ces mots pour ne pas la faire fuir et elle les prononçait, je me sentais soudainement un peu idiot et puis un nouveau baiser interrompt cette pensée, les mains de Kate sur mes bras, mes épaules me ramènent sur Terre.

Je réponds aux baisers de la brune, mes mains s'aventurent au nœud du peignoir pour l'ouvrir et permettre à mes mains de se glisser sous ce dernier et de se poser sur les hanches de la demoiselle. Je la serre doucement contre moi, sans l'empêcher de promener librement ses mains ou même de partager un baiser. Nous sommes sur une pente bien glissante en ce début de matinée mais je n'ai aucune envie de me raisonner, je n'y parviens pas et mes mains filent dans le dos de la jeune femme, caressant avec douceur sa peau sans prêter la moindre attention aux quelques marques ci et là. Je l'aime comme elle est, je lui ai déjà dis et je ne compte pas revenir sur cela. Nos lèvres se quittent uniquement le temps de reprendre une inspiration rapide avant de se trouver à nouveau. Je profite d'une de ces inspirations pour murmurer doucement.

« Pas ici. Une cuisine c'est tout sauf confortable. »

Or j'avais envie de passer un bon moment, j'avais envie de partager un moment tendre et doux pas juste intense et brûlant. Une cuisine ça peut être incroyablement pratique avec un peu d'imagination mais de toute façon :

« En plus je te dois toujours un massage. »

Une petite invitation à regagner sa chambre et lui proposer un massage. Contrairement à celui entamé un jour dans le canapé, je pouvais assurer que celui que j'avais aujourd'hui en tête ne demeurerait pas sage. Seulement … pour ça il allait falloir que Kate accepte de se laisser faire or elle semblait bien décidée à diriger ce moment entre nous alors … j'étais curieux de savoir ce que serait la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 6 Nov - 7:27

1er Mars 2050

Cela semblait trop facile. Pourquoi avait-elle le droit à tout cela ? Pourquoi avait-elle le droit de partager un tel moment avec cet homme si gentil et charmant ? La scientifique qu’elle était ne trouvait aucune logique aux derniers évènements. Et pourtant c’était ainsi. Elle était là, posée contre l’écrivain, l’embrassant plus que de raison, continuant encore et encore à en demander. Ses mains reproduisaient un parcours qu’elles avaient déjà cheminé, cherchant à se remémorer ces instants passés. Henry lui dit qu’elle n’avait pas besoin de supplier, mais après les erreurs qu’elle avait fait c’était quelque chose de normal pour elle, de nécessaire. Le fait qu’il ne la touchait pas semblait cependant étrange. Elle le remarqua d’autant plus lorsqu’elle se confia sur ses sentiments, confidence faite à demi-mots mais qui représentait déjà un challenge en soit pour l’ex-barmaid. La brune se demanda si elle n’avait tout bonnement pas fait bugué le chauffeur. Ces mots qu’il lui avait déjà confié à deux reprises, une fois oralement et une fois par écrit, n’étaient-ils plus les siens ?

Tout cela est très vite balayé par de nouveaux baisers plus intenses les uns que les autres. Si seulement elle pouvait régler tous ses problèmes ainsi. Henry semblait s’être réveillé, venant effleurer ses hanches sous ce peignoir qu’il lui avait semblé rapidement de trop. Elle ne put se retenir de sourire à l’idée qu’il s’était mis des bâtons dans les roues tout seul avec ce peignoir. Cet échange était à la fois délicat et passionné. La pression entre leur deux corps étaient aussi tendre que vital. Quelques frissons parcoururent l’échine de la belle lorsque les mains de l’écrivain passèrent dans son dos, sous son haut. A croire qu’en un geste, l’atmosphère avait changé du tout au tout. Peut-être ne s’en était-elle pas rendue compte plus que ça ? Et pourtant, sa respiration est toute aussi saccadée que celle du beau brun. Il en profita pour lui glisser un message parlant de confort. Ses yeux émeraudes commençaient à pétiller à la simple idée de ce qui risquait de suivre. Jouant avec ses doigts qui malaxaient les bras entiers, parcelle après parcelle, du jeune homme, ce dernier évoquait l’idée d’un massage. Penchant la tête sur le côté, la belle avait remis le cerveau en marche.

Au départ, elle n’avait songé qu’à l’embrasser et se noyer dans ses yeux et ses bras. Évidemment, leurs réactions à chacun les avaient bien vite conduit sur une autre pente. Henry avait-il une idée derrière la tête concernant tout cela ? Cette proposition de massage avait-elle un sens caché ? L’idée de faire quelque chose ici la dérangeait soudain. Sa mère avait été clair et elle comprenait bien le pourquoi. D’un autre côté, Fallon n’était pas là et ne semblait pas prête à revenir sans que sa fille ne vienne la chercher. Son hésitation s’était matérialisée par le fait qu’elle s’était légèrement reculée, ne maintenant un contact avec le beau brun qu’au niveau de ses bras et ses mains. La sensation qu’elle ressentit alors en se rendant compte de cela la déstabilisa quelque peu. Elle était mal à l’aise, elle ne se sentait pas bien, cet éloignement était presque écoeurant. A croire que le jeune homme était sa drogue et qu’elle ne pouvait s’en passer. Glissant sa main dans celle du garçon, ils se dirigèrent vers sa chambre dont la porte fut rapidement poussée. Abandonnant la main du garçon à contre-coeur, elle laissa glisser son peignoir, le rattrapant du bout des doigts avant de le remettre à sa place ne laissant plus que son pyjama comme vêtement. Son regard commençait à être fiévreux, désireux. L’étudiante avait simplement envie de se blottir contre lui, de l’embrasser sans s’arrêter, et de ne plus rien faire d’autre. S’approchant de lui docilement, gentiment, elle s’éleva sur la pointe des pieds pour embrasser la beau brun tendrement, passant ses mains dans la nuque du garçon et remontant légèrement dans ses cheveux. Tout contact qu'elle initiait était agréable, mais lorsque cela venait de lui, c'était électrisant.

Dis moi, qu’avais-tu en tête ?

Debout au pied du lit, tout était possible à présent. Elle ne désirait qu’une chose, s’abandonner auprès de lui. Plus rien n’avait d’importance à cet instant. A croire qu’il lui donnait des ailes, étant persuadée à présent qu’elle finirait par retrouver sa mère. Désireuse de profiter de ce moment au mieux, elle attendit de voir ce que le garçon souhaitait lui proposer, prête à obtempérer. Elle profita tout de même de cette position pour l’embrasser de temps en temps sur les lèvres mais aussi dans le cou : douce provocation ou simplement profitait-elle de son odeur et la douceur de sa peau, drogue à laquelle elle était déjà accro ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 6 Nov - 14:10

Il avait bon dos le confort quand même. Une cuisine ça peut être pratique et même confortable si on s'y prend assez bien, j'avais découvert ça par le passé. Cependant je n'étais pas à l'aise à l'idée de faire dans la cuisine, du moins pas ici, pas dans cette maison. C'était encore la maison de Fallon, même si il n'y avait pas trop à redouter qu'elle revienne prochainement (hélas), cela demeurait sa maison et y prendre des libertés avec Kate serait un manque de respect. J'avais déjà plusieurs torts aux yeux de la mère de Kate, je n'avais pas envie de rajouter encore des choses à ma conscience. Elle n'en saurait rien si nous le faisions maintenant, ici dans la cuisine mais je préférais ne pas me mettre cela en mémoire, dans un coin de ma tête parce que face à elle j'y songerai inévitablement. Alors l'excuse du confort est la première à venir même si j'ai l'impression que Kate souffre du même débat intérieur que moi : le respect vis-à-vis de Fallon. Elle reviendrait, je n'en doutais pas une seconde, si quelqu’un avait le pouvoir de faire en sorte que ça arrive c'est Kate et moi j'entendais bien m'assurer que Kate continue ses recherches.

Quand la belle barmaid se recule un doute me prend, aurai-je mieux faire de me taire ? Parler du massage avait peut-être été une mauvaise idée, ça avait dû lui réveiller un souvenir avec Fallon à n'en pas douter. Elle prend ma main, cela me rassure finalement, m'entrainant à sa suite vers sa chambre, je regrette d'avoir emmené ce peignoir, juste derrière elle d'un petit pas ma vue aurait été plus que radieuse. Je me laisse guider, refermant la porte derrière nous avant d'être taquiné par une Kate visiblement plus que joueuse. Quelques baisers sur mes lèvres, d'autres se perdent dans mon cou, sa question me fait sourire, j'y réfléchis un peu et de nombreuses idées me viennent. J'ai un peu de mal à réfléchir avec les baisers qui viennent interrompre le fil de mes réflexions, la jeune femme semble s'amuser à jouer avec moi. Finalement je l'embrasse, m'emparant délicatement de ses hanches, lui souriant en me perdant dans ses yeux où brille une petite lueur taquine.

« Toi. »

Je réponds avec le sourire, joueur, passant mes mains sous le tissu de son débardeur pour sentir sa peau contre la mienne.

« Je me disais que je n'ai pas eu la chance de te masser la dernière fois, que j'adore toucher ta peau et te sentir réagir sous mes doigts alors un petit massage. »

Je l'embrasse tendrement, nos corps l'un contre l'autre dans un contact bien peu sage et innocent.

« Attention, je parle d'un petit massage sans arrière-pensée, en tout bien tout honneur. »

Je m'appuie délicatement sur elle, la forçant à reculer, les jambes contre le lit, piégée entre son lit et moi désormais.

« Donc pour que ça soit sans arrière-pensée, voilà ce que j'avais en tête. Je pensais commencer là-haut délicatement. »

Mes mains montent sur ses épaules, caressant doucement ses épaules avant de descendre lentement le long de son dos, prenant tout mon temps, partageant des baisers.

« Ensuite je descendrai vers ces zones là. »

Je descends toujours, contournant habilement ses fesses en venant vers ses jambes. Je m’agenouille, continuant de laisser mes mains descendre sur ses mollets alors que mes lèvres se posent sur son ventre puis sa cuisse.

« Je remonterai ensuite lentement. »

Je me relève, mes mains glissent sur ses mollets, ses cuisses avant de se poser sur ses fesses tandis que je l'embrasse tendrement.

« Cette zone-là également et puis … »

Je l'embrase, m'avançant encore, l'accompagnant dans sa chute sur le lit, prenant garde de ne pas lui tomber dessus mais en restant au-dessus d'elle.

« … on continuera dans cette position mais je crois que ton imagination travaillera bien assez pour imaginer ce que je pourrai … masser … dans cette position. »

Je souris, viens l'embrasser, me lovant délicatement contre elle, déposant un baiser dans son cou.

« Mais bien sûr … Si tu as une autre idée … je me plie à tes envies. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mer 7 Nov - 0:12

1er Mars 2050

Alors que le beau brun lui répondit enfin un simple mot qui lui donna envie de rougir, ses mains s’étaient emparées de sa taille. La façon qu’il avait de poser ses mains sur les hanches de la belle faisait toujours ce petit effet de surprise et de tentation.Très vites les douces mains du garçon se faufilèrent sous le tissu de son débardeur, répandant leur chaleur et provoquant des frissons ainsi que la contraction de tout son buste. La douceur de son geste était une chose, mais il avait cette façon de faire, de l’attirer à lui, qui déroutait totalement Kate, un epu comme si chaque fois qu’il la prenait dans ses bras ou par la taille, il réalisait ce geste pour la toute première fois. Immobiles, ses mains généraient des frissons dans le corps de l’ex-barmaid en permanence. Mais l’écrivain avait beau avoir une tête d’ange, il ne savait pas être sage et se tenir en présence de l’étudiante, enfin, pas quand il savait qu’elle le désirait aussi. Le regard seul d’Henry semblait pouvoir la consumer de désir et de plaisir. Lorsqu’il reprit la parole, c’était un tout autre registre qui sortit de la bouche du chauffeur. La partie où il proposait de la masser pour rattraper ce qui n’avait pas été terminé la dernière fois lui semblait être une idée alléchante.

Mais la suite scotcha Kate durant quelques secondes, allant jusqu’à oublier de respirer. Comment cela était-il possible qu’il est autant d’impact que ça sur elle sans même la toucher ? Ses mots s’étaient insinués en elle telle une vague de chaleur qui la fit vibrer. Le baiser qu’il déposa à la suite de cela sur les lèvres de la brune n’avait rien de raisonnable, il était au contraire très charnel, faisant passer le message concernant le désir qui flamboyait au fond de son amant. Evidemment, il ne put s’empêcher de faire de l’humour, faisant échapper un rire à la jeune femme qui cessa rapidement, son espace vital étant envahi encore plus par le beau brun, jusqu’à ce qu’elle se retrouve dos à son lit avec Henry contre elle. Il se mit alors à décrire ce qu’il allait faire, faisant balader ses mains de part en part de l’ex-barmaid, joignant le geste à la parole. L’étudiante commençait à avoir sacrément chaud, son corps réagissait à la moindre des paroles et aux moindres des gestes de garçon, comme sous son emprise. Chaque baiser et chaque caresse étaient sources de désirs, de tentations et de délices. Lorsqu’il eut inspecté son corps sous toutes ses ficelles, il se pencha vers elle, l’incitant à tomber sur son lit, quasi-immédiatement suivi par le beau brun qui l’embrassa toujours avec ce même entrain avant de terminer sa proposition par une évocation plus que claire de ce qu’ils feraient dans cette position, plus tard. Il était littéralement en train de la craquer sous beaucoup d’angles.

Je dois dire que je ne serais jamais en mesure de riposter si je te laisse commencer.

Un sourire malicieux aux lèvres, elle ne put s’empêcher de se pincer la lèvre inférieure, réflexe qu’elle avait lorsqu’elle réfléchissait mais aussi quand elle était pas à l’aise ou encore quand Henry la regardait, tout simplement … Elle en achètait un peu partout. Les mains toujours autour de sa nuque, elle se releva un tout petit peu pour l’embrasser avant de le faire basculer sur le côté pour reprendre les rênes, se positionnant rapidement à califourchon sur lui.

Nos tenues ne sont pas très équitables Mr Watford.

Kate venait de réaliser qu’elle n’avait qu’un top et un shorty, absolument rien d’autre, tandis que le beau brun était totalement habillé. L’attirant à elle pour l’embrasser, elle en profita pour le ramener à une position plus assise le temps que ses doigts se glissent sous le tissu et explora à l’aveugle durant quelques secondes puis elle souleva son tee-shirt pour lui retirer rapidement. Une fois ce dernier jeté bien loin du lit, elle repoussa doucement le jeune homme et s’allongea de nouveau sur lui, pressant son buste contre celui d’Henry ainsi que ses lèvres contre celles raffinées de son amant. Puis elle se redressa pour lui indiquer d’enlever son pantalon et de se retourner afin qu’elle puisse le masser. Le but était simple, sur le ventre, il ne pourrait pas toucher grand chose, encore moins l’étudiante. Pour autant, il sentirait la présence de Kate et sentirait ses mains agiles sur sa peau brûlante. C’est ainsi qu’elle commença une lente et douloureuse torture, cuisinant aux petits oignons le beau brun. La jeune femme ne résistait pas à ses envies de lui déposer un baiser, de l’effleurer plutôt que de le masser parfois ou encore de laisser ses cheveux faire le job à sa place. Il y avait de rares moments où l’ex-barmaid se rapprochait de lui comme pour insister sur son massage et échappée une expiration chaude, désireuse et tortueuse. La brunette ne put s’empêcher de faire une remarque à Henry, amusée par la situation.

J’espère que ça te fait du bien en tout cas.

Elle profita du fait qu’elle s’était penchée pour murmurer à son oreille pour venir suçoter quelques secondes à peine le lob de son oreille. La peau de l’écrivain était si douce, si lisse, si parfaite.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mer 7 Nov - 22:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Jeu 8 Nov - 7:07

1er Mars 2050


_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Jeu 8 Nov - 21:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Ven 9 Nov - 7:36

1er Mars 2050


_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 27 Nov - 8:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Mar 27 Nov - 21:15

1er Mars 2050


_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 13:11

Elle dort. Etrangement paisible après ce début de matinée et ce qui venait d'arriver. Le souvenir brûlant de notre échange est encore présent dans mon esprit mais pas autant que les mots qui avaient échangé, ce qui s'était dit entre elle et moi. Je ne sais plus totalement où nous en sommes, apparemment à nouveau ensemble mais je redoutais qu'en se réveillant elle allait vouloir mettre à nouveau de la distance, qu'elle veuille à nouveau que nous nous séparions. Je serai curieux d'entendre l'excuse qu'elle allait invoquer cette fois pour tenter de me faire m'éloigner d'elle. Ou alors elle pourrait avoir finalement compris que je ne laisserai pas s'installer une distance entre nous sans une réelle raison. Difficile de savoir précisément de quoi il allait retourner à son réveil mais j'entendais faire en sorte que ça se passe du mieux possible. Quand je relève la tête vers la télé qu'elle a allumé pour regarder un film et se reposer un peu je me rends compte que je ne sais pas ce que nous sommes en train de regarder, que je n'ai rien regardé du film,je n'en connais même pas le titre. J'avais été trop occupé à réfléchir à ces retrouvailles, à la façon dont nous pourrions rechercher sa mère, si Kate avait raison qu'elle pouvait vraiment faire tout ce qu'elle avait dit, ça n'allait pas être chose aisée mais personne ne peut disparaître purement et simplement sans laisser de trace, qu'importe combien on pouvait être doué. En plus, qui mieux que Kate pour retrouver Fallon ? Elle la connait par cœur, si quelqu'un est capable de savoir où commencer à chercher et les personnes à qui parler c'est bien sa fille.

Seulement pour ça, Kate avait besoin de repos et sa respiration lourde témoignait autant de ce besoin de repos qu'elle avait que de la profondeur de son sommeil. Je dépose un baiser dans ses cheveux, sans aucune réaction de sa part, même quand je me détache délicatement d'elle, avec mille précautions pour ne pas la réveiller, elle ne semble se rendre compte de rien. Je la recouvre avant de m'habiller rapidement, ramassant au passage ses affaires que je plie et pose sur une chaise. Je m'aventure dans la cuisine, on est déjà au milieu de l'après-midi, Kate allait sans doute avoir faim en se réveillant d'ailleurs moi aussi. Ouvrant le réfrigérateur, je le découvre vide. Pas vide dans un sens absolu mais avec son contenu il paraissait difficile de préparer un repas, tout simplement. Refermant la porte je remarque un petit bloc-note magnétique sur lequel figure ce qui ressemble à une liste de courses. Deux écritures féminines s'y trouvent, pas bien difficile d'imaginer à qui ces écritures appartiennent. Je détache la première feuille avant de mettre mes chaussures et ma veste, rejoignant ma voiture avant de me rendre au supermarché le plus proche. En un peu moins d'une heure les courses sont faites et je suis de retour, utilisant la clef que j'ai emprunté, celle qui se trouvait sur la porte pour entrer dans la maison les bras chargés de courses. J'avais rajouté quelques articles depuis la liste de courses.

« Kate ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 18:52

1er Mars 2050

Henry était venu se caler contre elle. Après quelques minutes l'un contre l'autre à discuter, ils finirent par opter pour le fait de rester posés ainsi. La brune avait attrapé la télécommande et avant mis un film, le premier qui l'avait à peu près inspiré. Elle préférait grandement profiter de la présence de l'écrivain. Sa gentillesse et sa tendresse avaient un effet apaisant et relaxant incroyable. Sensation et odeur enivrante, à croire qu'elle ne pourrait plus jamais s'en passer. Bien vite, cette agréable sensation l'emmena au pays des songes. Elle se reposait d'un sommeil paisible, ne réalisant pas tout de suite que le beau brun avait quitté le lit, la laissant seule face à ses cauchemars. Très vite, l'absence du garçon permit à ses pires souvenirs de revenir. Son aspect extérieur paisible s’envola rapidement pour laisser place à une jeune femme perturbée, écœurée. Le souvenir des mains de son ex-client sur son corps ne cessait de revenir à son esprit, lui rappelant qu'elle pouvait très vite se retrouver dans la même situation que plus jeune. Se retournant frénétiquement dans son lit, l’étudiante finit par se réveiller en sueur, seule. Un frisson la parcourut tant l’atmosphère était fraîche. Le souvenir des gestes tendres d’Henry semblait être terni par les caresses immondes imposées par son ex-client.

Son coeur rata un battement, réalisant qu’il était parti. Nue sous sa couette, Kate savait pertinemment qu’elle n’avait pas rêvé. Et pourtant, cette cruelle réalité où son amant n’était plus là lui faisait réellement mal. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle l’avait fait souffrir, elle l’avait quitté d’une façon horrible. Déposant sa main à côté d’elle, à l’endroit où le beau brun aurait dû se trouver, elle sentit ses nerfs qui commençaient de nouveau à lâcher. Quelques larmes glissèrent le long de ses joues jusqu’à quitter son visage pour atterrir sur la couette un peu plus bas. Son autre main se serra de plus en plus fort sur la couette. L’étudiante commençait tout doucement à comprendre le mal qu’elle lui avait causé. C’était cruelle, l’atmosphère autour d’elle semblait l’asphyxier petit à petit tant l’air manquait à chaque respiration. Elle commença à se concentrer sur sa respiration pour se calmer un peu. Elle ne pouvait lui en vouloir de l’abandonner à son triste sort. Henry avait tout de même fait beaucoup au cours des dernières vingt-quatre heures. La jeune femme devait puiser dans cette force qu’il avait ravivé en elle. Son objectif prioritaire était de retrouver Fallon et elle allait se donner à fond. Elle avait du temps, tant pis pour son concours. Sa mère était bien plus importante que tout. Sortant de sous la couette, Kate attrapa une brassière et un corsaire de sport noir qu’elle enfila avant d’aller s’attacher les cheveux en une queue de cheval haute dans la salle de bain.

Il était temps que son entraînement reprenne correctement. Ainsi, elle pourra par la suite se lancer dans la recherche. Enveloppant ses mains dans des bandages, la brune fit coulisser une porte de son placard, laissant apparaître un sac de frappe. Face à celui-ci, imaginant la tête de celui qui l’avait humilié quelques jours auparavant, elle s’échauffa avant de commencer à frapper. Concentrée comme jamais, un tas d’idée fusa dans l’esprit de Kate. Aélia pouvait être une source d’information potentielle. Il allait falloir qu’elle la contacte rapidement. Par ailleurs, il fallait qu’elle améliore sa tenue de Venom pour partir à la recherche de l’africaine. Etant donné qu’elle semblait avoir oublié toute la période passée en sa compagnie, l’étudiante allait devoir se méfier. Il y avait fort à parier que l’ex-espionne soit bien entourée. Espionner la Crows League allait être très dangereux mais nécessaire. Plongée dans ses pensées, elle n’entendit pas le garçon l’appelait, son dissimulé par le bruit des coups donnés au sac. C’est uniquement lorsqu’elle fit une pause qu’elle entendit brasser dans la cuisine. S’élançant dans le couloir, le coeur battant autant suite à son entrainement qu’à l’adrénaline d’imaginer sa mère dans la cuisine, la brune fut à la fois déçue et heureuse. Henry était là avec des sacs de courses. Cela signifiait-il qu’il ne l’avait pas abandonné ?

Tu ne ...

Un peu déstabilisée, elle avait failli avouer une de ses nouvelles craintes. Mais mentir au garçon ne lui avait pas réussi jusque là. Elle n’aimait pas lui cacher la réalité. S’approchant de lui, un peu gênée mais également avec un petit sourire aux lèvres montrant sa joie de le voir ici, elle vint caresser son avant-bras, comme pour se rafraîchir la mémoire. La brune en profita pour déposer un baiser sur sa joue avant de se rendre compte qu’elle était dégoulinante de sueur.

Oh excuse moi pour la sueur. Je … J’ai cru que tu étais parti à vrai dire.

Ce n’était pas la totalité de la vérité, mais c’était déjà un début.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 9 Déc - 8:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 20:01

Maintenant que j'y pensais un petit peu, il serait grand temps de faire également des courses pour moi. Depuis notre rupture, enfin cette rupture unilatérale pour être plus précis, j'avais recommencé à vivre de la façon dont je vivais avant Kate, moins l'alcool. Je vivais pratiquement dans ma voiture, je mangeais rapidement dans des fast-food, j'enchainais les contrats de conduite à droite et à gauche, de temps en temps un contrat criminel. Rien qui ne sortait d'un ordinaire que je n'avais pas oublié, sur lequel je n'avais pas encore tiré un trait. De temps en temps le soir un petit joint pour me détendre avant de m'endormir, pour oublier cette rupture désagréable. Au moins Kate était vivante, au moins je pourrai la revoir, même si elle n'en avait pas envie, même si c'était le hasard. Ca avait été des moments durs, rêver qu'un autre pose ses mains sur elle et touche son corps, j'avais trouvé cela horriblement désagréable et c'est la façon que j'ai de rester poli en le disant. Alors les courses … Mon frigo était vide, plus encore que celui de Kate. Au moins dans celui de Kate il y avait de quoi grignoter dans le mien se battaient en duel trois citrons et deux piments, peut-être une conserve de sardines mais je n'en suis pas sûr. Pour l'heure j'avais fait les courses pour Kate, suivant la liste, rajoutant quelques articles selon mes envies.

Cependant, en revenant à la maison de Kate, je suis étonné de ne pas avoir de réponse de sa part quand je prononce son prénom. Je décide donc qu'elle doit être en train de dormir, elle était profondément endormie quand je suis parti, elle avait pas mal de sommeil en retard, dormir ne pouvait lui faire que du bien. Commençant à ranger les courses que j'avais ramené, je me permets d'ouvrir placards et tiroirs pour trouver où chaque élément est rangé. Lentement tout semble trouver sa place et je suis à la moitié du rangement quand j'entends les pas rapides de Kate qui apparaît dans l'encadrement de la porte et s'approche de moi sans ralentir. Elle commence une phrase qu'elle ne finira jamais et qui me fais secouer la tête comme je devine ce qu'elle avait pu penser. J'aurai dû lui laisser un mot, je suis un idiot, un ex qui vient, profite d'un dernier moment et file à l'anglaise avant le petit matin, pour ainsi dire, ce n'est pas aussi rare qu'on voudrait le croire. Je pensais pourtant que Kate se serait doutée que ça n'était pas franchement mon genre, je suis un peu … déçu pour le coup qu'elle puisse s'imaginer que ça serait mon genre de faire quelque chose comme ça. Elle s'excuse pour la sueur qui couvrait son corps, visiblement les dernières minutes avaient été très physiques pour elle, je lui souris, malgré ses derniers mots avant de désigner les sacs de course qui étaient à moitié vides désormais.

« Désolé de te décevoir, je ne suis qu'allé faire quelques courses. Ton frigo était plutôt … vide pour être optimiste. J'aurai dû te laisser un mot. »

J'aurai dû, j'aurai pu, c'est trop tard, pas bien grave finalement. Je prends une de ses mains dans la mienne, mêlant ses doigts aux miens.

« Tu sais, un jour il faudra que tu apprennes à me faire confiance. Tu penses vraiment que je suis le genre d'homme qui profite une dernière fois de son ex avant de la laisser seule entre ses draps ? »

M'approchant d'elle, ma main libre se pose dans son dos, juste au-dessus de ses fesses et l'attire contre moi pour l'embrasser tendrement.

« Je ne t'abandonnerai pas, Kate. Malheureusement pour toi je suis entêté comme une mauvaise herbe, je reviens toujours là où on ne voudrait pas me voir. »

Je l'embrasse à nouveau avant de me reculer pour revenir aux courses restantes.

« Si tu as une petite minute dans ton entrainement, je veux bien un coup de main pour finir de ranger, c'est que … la dernière fois que je suis venu a été écourté bien rapidement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 21:17

1er Mars 2050

Kate sentit un moment d’hésitation chez le jeune homme, comme un soupçon de déception. Pourquoi la vérité semblait le blesser presque autant que si elle avait menti ? Essayant de se mettre à sa place, la brune imagina plusieurs scénarios. Peut-être qu’il avait cru qu’elle était déçue qu’il soit de retour alors qu’elle croyait qu’il avait regagné son loft. Cela n’était pas franchement logique de son point de vue. Alors quoi ? Après tout, s’il l’avait abandonné, ça aurait été un juste retour des choses. La brune n’aurait pas pu se plaindre que le garçon ait laissé tomber au vu de la situation. La petite pointe d’humour acide dans sa réplique sembla confirmer que quelque chose n’allait pas. Et c’est là qu’elle eut un déclic, c’est là que les mots du beau brun firent tilt dans sa tête. C’était le fait qu’elle ait pu le croire du genre à revenir la voir pour l’abandonner par la suite qui l’avait blessé. Peut-être même qu’Henry était vexé qu’elle ait pu croire ça de lui. Il est vrai qu’avec toute la gentillesse et la tendresse dont il était capable, c’était impossible de penser ça. Mais l’étudiante n’avait réfléchi que depuis son point de vue. Une fois de plus elle l’avait blessé, même involontairement. Sur son visage se lisait une déception, presque le dégoût d’elle-même de continuer de blesser cet homme qui avait pris une part si importante dans sa vie en si peu de temps. La main de l’écrivain qui se posa dans le bas de son dos généra un électrochoc puissant tandis que ses lèvres se posèrent délicatement sur les siennes. La tentative d’humour du chauffeur réussit tout de même à décrocher un faible sourire au visage de l’ex-barmaid. Un second baiser, tout aussi savoureux que le premier, et voilà que son esprit resta focaliser sur sa main dans son dos alors qu’elle quitte cette position pour retourner au rangement des courses. Son ex-client avait posé sa main ainsi également. Clignant des yeux pour chasser cet horrible souvenir qui n’avait pas sa place ici, elle s’approcha du beau brun et se faufila par derrière. Sur la pointe des pieds pour atteindre son oreille elle murmura d’une voix sincère et douce, caressant ses bras doucement et se plaquant contre son dos :

Excuse-moi pour la maladresse. J’ai plus songé au fait que je l’avais mérité qu’au fait que cela ne pourrait en aucun cas te ressembler. Mais je suis plus que ravie que tu sois revenu.

Se décollant de lui tout en douceur, elle termina de le contourner pour se hâter de ranger les achats de l’écrivain. Son entraînement lui avait clairement fait du bien. Dormir lui avait été bénéfique également. Mais rien n’était comparable à l’effet qu’Henry avait sur elle. Tout semblait être lié à lui et l’aura qu’il étendait sur elle.

Que songeais-tu préparer pour ce soir ? Tu voudras un coup de main ?

Poursuivant le rangement, la brune s’amusa, en quelques sortes, à frôler le garçon à chaque fois qu’elle allait chercher un élément à mettre dans un placard. Mais bien trop vite, les courses furent totalement rangées et elle dût arrêter de jouer avec cette proximité qu’elle adorait avoir avec le beau brun. Kate posa ses deux bras sur l’îlot central pour s’appuyer dessus, face à l’écrivain. Jetant un regard à l’heure du four, le moment où ils allaient manger était encore dans un petit moment.

Vu l’heure je vais probablement opter pour une douche avant de t’aider en cuisine.

Elle se redressa et fit le tour pour se retrouver derrière lui afin de déposer un doux baiser dans son cou. Inspirant au passage l’odeur de sa peau, sans chercher à être discrète, Kate rigola intérieurement s’assimilant elle-même à une droguée. C’était peut-être bien le cas après tout. L’avantage était que sa drogue était en rien nocive pour sa santé. Le beau brun faisait apparaître chez elle tous les symptômes liés à une quelconque prise de drogues : apaisement, rêve, dépendance ... Peut-être que c'était cela, aimer quelqu'un. Lorsqu'elle y pensait un peu, l'étudiante retrouvait une certaine concordance dans sa relation avec Fallon, même si les sentiments pour l'un et pour l'autre n'étaient pas tout à fait dans la même catégorie.

Je suis vraiment contente que tu sois là. J’ai vraiment besoin de toi.

Sur ces mots elle partit en direction de sa chambre afin de ranger ses affaires et d’aller se glisser sous une douche bien chaude et bien méritée. Dans le fond, elle espérait un peu qu’il vienne la rejoindre. Mais très vite, ce furent plus des images de cauchemar qui lui revinrent en tête, des images de son ex-client faisant ce que bon lui semblait d’elle sous une pluie torrentielle. Ses poils se dressèrent sous les frissons d’horreur qui parcouraient son corps. Kate tentait de se raccrocher au bruit de l’eau pour sortir ces images de sa tête.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 9 Déc - 8:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 21:57

Etais-je un peu vexé que Kate ait pu s'imaginer que je puisse l'abandonner simplement comme ça après une petite aventure ensemble ? J'étais déçu qu'elle ait imaginé ça, peut-être ne lui avais-je pas donné les bons signaux finalement, peut-être que je n'avais pas réussi à lui faire oublier cette peur de l'abandon par ma gentillesse. J'imaginais mal comment je pourrai être plus gentil avec elle, ou plus tendre, ou plus attentionné. Je vais y réfléchir cependant, voir ce que je pourrai encore changer, lui laisser plus d'espace peut-être ? Me trouvait-elle trop collant ? Du genre à trop rester près d'elle pour mieux lui faire du mal ensuite ? J'écoute ce que me dit Kate en ayant un petit sourire et je réalise que je suis un idiot à imaginer le pire, exactement comme elle le fait, ce n'est pas mon genre en plus d'habitude de me comporter de la sorte. Je crois que ces dernières semaines m'ont plus secoué que je ne veux bien l'admettre. Ses derniers mots provoquent un sourire chaleureux, me voilà rassuré, elle est ravie que je sois revenue.

« Kate … Tu ne dois pas penser cela de toi. Ce que tu as fait … c'est du passé, c'est oublié, j'ai trop longtemps vécu dans le passé pour continuer à le faire. Je pense que tu auras compris ta leçon, que tu ne recommenceras plus sans que j'ai besoin de te le dire ou d'enfoncer le clou. Je suis là parce que j'ai envie d'être là, pas pour une autre raison. »

Encore une fois je lui disais que j'étais là parce que je le voulais, j'avais l'impression de radoter mais Kate semblait avoir de nombreux problèmes de confiance. Je pouvais commencer à la comprendre avec ce qu'elle m'avait dit sur elle, sur son passé, plus la disparition de Fallon qui devait la hanter jour et nuit. En tout cas les courses étaient une chose qu'elle n'aurait pas à faire puisque j'avais fait des courses … probablement pour une famille de quatre. Ne jamais faire de courses quand on a faim, je le savais pertinemment mais bon au moins Kate n'aurait pas d'excuses pour ne pas manger !

« Une salade. Cela dit en général celles que je fais ne sont pas très diététiques, mieux vaut te prévenir. J'aime bien cuisiner mais … c'est rarement light. »

La cuisine light c'était Sarah, moi j'aime bien les trucs un peu plus gras ou en tout cas beaucoup plus riche. Une salade verte toute seule c'est triste mais rajoutez un œuf poché, des lardons, une vinaigrette balsamique, des noix et on obtient une bonne salade parfaitement comestible ! Sauf que on perd un peu le côté léger de la salade. Chacun sa cuisine j'imagine.

« Si tu veux aider ça ne me dérange pas, je ne suis pas un dictateur qui se réserve la cuisine. Surtout quand ce n'est pas la mienne. »

Elle parle d'une douche avant de m'aider, je hoche la tête en souriant, il faudra que j'y passe également, je n'avais pas pris le temps de me doucher avant de venir et après notre petit moment de tout à l'heure, ça ferait du bien. Je regarde Kate s'éloigner, non sans me demander si je ne devrai pas la rejoindre, ce n'est pas franchement l'envie qui m'en manque mais … ça ne serait définitivement pas sage. Cela dit la sagesse n'est pas ce qui nous définit l'un ou l'autre. En tout cas pas très bien. Elle moins encore que moi. Ses derniers mots m'ont fait réfléchir sur le fait de la rejoindre ou pas, comme ce baiser dans mon cou, difficile de vouloir rester sage après ça, c'était comme une invitation mais je ne savais pas trop quoi croire. Une partie de moi se disait que rester sage serait une bonne chose à faire, le fait est qu'avec Kate, ce n'est pas franchement mon meilleur côté qui s'exprime le plus. En tout cas pas très souvent.

Finalement j'ai laissé la cuisine derrière moi et je me suis défait de mes vêtements pour rejoindre Kate. Ca ne fait que quelques minutes qu'elle est sous l'eau et elle semble terriblement pensive. Je n'ai pas cherché à être discret le moins du monde, juste pour l'entendre me dire "Non" si elle voulait être seule mais je réalisais à présent qu'elle ne m'avait même pas entendu. Doucement je pose une main sur son épaule.

« Kate … Ca va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 22:59

1er Mars 2050

Les remarques d’Henry sur sa façon de cuisiner la firent rire. Ils allaient pouvoir se compléter de toute évidence, pensant parfois trop aux biens nutritionnels au dépend des saveurs gustatives. Le fait de cuisiner ensemble pourrait donc être qu’une bonne chose. Et puis, le beau brun n’était pas à son service après tout. Il fallait qu’elle lui rende un peu la pareille. Depuis presque une journée entière, il n’avait fait que prendre soin d’elle sans rien avoir en retour. Pourtant, ce n’était pas faute de mériter que l’on prenne soin de lui, tel un ange, nombreuses seraient les personnes qui aimeraient partager des moments avec un tel homme. L’étudiante avait de la chance que cela soit elle qu’il est choisi, elle en était bien consciente. Malgré le fait qu’elle avait failli tout gâcher volontairement, elle avait pris sa décision en connaissance de cause. Kate avait seulement cherché à le protéger, lui qui semblait si fragile, si innocent, si pur … Elle était en train de l’attirer bon gré mal gré vers les bas fonds de la vie humaine. Même s’il semblait en savoir bien plus qu’elle ne l’aurait cru sur ce qui pouvait exister de pire dans ce bas monde, elle culpabilisait un peu d’entacher la vie d’un être aussi gentil et doux.

Mais ces pensées s’envolèrent bien vite lorsqu’elle se dirigea dans sa chambre. Une fois glissée sous l’eau chaude de sa douche à l’italienne, la brune ne put empêcher son dernier cauchemar de remonter à la surface, semblant plus vraie que la réalité elle-même. Dans son cauchemar, elle était avec son ex-client qui abusait d’elle sous une pluie torrentielle. Dans son souvenir, la pluie torrentielle n’avait pas mouillée son corps puis qu’ils avaient été à l’intérieur du bar. Par contre, ses mains à lui sur son corps après l’avoir à moitié assommée, elles avaient bien été réelles. S’immisçant dans des endroits qu’elle voulait réserver qu’à l’homme de son coeur, il s’était joué d’elle comme quelques années auparavant, caressant sa peau sous ses vêtements, se baladant dans des zones intimes qu’il n’avait pas le droit d’explorer … Le dégoût, de lui, d’elle-même … Un écoeurement total était en train de s’immiscer dans tout le corps de la jeune femme. Ce dur souvenir allait lui empoisonner l’existence pendant un certain temps.

Puis cette main, ce contact réel, la ramena bien violemment dans cette salle de bain, sous cette douche. Balayant brusquement cette main, cet intrus, Kate regretta rapidement son geste. Dans son regard, elle était passée du dégoût à la haine puis à la peur en quelques secondes. Faisant rapidement un nouveau mouvement en avant, elle ne voulait pas qu’il croit qu’elle puisse à nouveau le repousser, ça n’était pas contre lui, ça n’était sûrement pas pour lui. Un sentiment de honte était en train de s’emparer d’elle, nouant son estomac, scellant sa bouche, asséchant sa gorge et humidifiant ses yeux. La jeune femme l’avait volontairement blessé en lui laissant croire qu’il y en avait un autre. Mais cela n’avait jamais été une possibilité dans son esprit. Sauf qu’on lui avait pas demandé son avis, comme avant. La brune s’était bêtement laissée surprendr, perdant tout contrôle sur la situation. Fermant les yeux un instant, elle sentait ses moyens l’abandonner encore plus rapidement que la veille. Tout n’était pas sorti, tout cela n’était pas fini. Rouvrant ses yeux amplis de honte, ils trouvèrent bien vite le regard du beau brun, le suppliant.

Excuse-moi Henry ...

Des larmes commencèrent à couler, sa voix était en train de se briser alors qu’elle recula d’un pas, se retrouvant contre le mur. L’envie de tout lâcher, de se laisser tomber, était tentante. Mais pour autant, l’étudiante résista à l’envie de se laisser tomber voir de se faire mal en tombant. Ses bras vinrent se croiser attrapant l’avant-bras de l’autre côté pour se serrer, telle une protection qui n’avait évidemment aucune efficacité.

Je suis désolée … Je t’ai trahi … J’ai … Il m’a …

Haletante, honteuse, désenparée, Kate tenta de reprendre un peu sa respiration. Il avait le droit de savoir, il avait le droit de comprendre. L’écrivain avait même le droit de ne plus vouloir d’elle après ça. Son passé de prostituée était censée être loin derrière elle et ne plus jamais revenir et pourtant …

Il m’a pris par surprise … à la fermeture du bar … Un ancien client, il m’a à moitié assommé … Je n’ai pas réussi à l’empêcher … Ses mains ...

Sa voix s'éteignit, à bout de souffle. Les mots suivants restèrent coincés dans sa gorge tant il était difficile de poursuivre son explication. Ses doigts s’enfonçaient de plus en plus dans sa chair, serrant de plus en plus fort tant ça lui coûtait d’admettre son échec à l’homme qu’elle aimait. Il ne restait qu’un vague bleu comme trace de son agression sur le haut de son front. C’était déjà beaucoup par rapport à certaines qui se faisaient agresser encore plus violemment sans avoir aucune marque physique. Baissant le regard, la jeune femme n’arrivait plus à maintenir ce contact visuel, cette douceur qu’elle ne méritait pas, qu’elle était en train de traîner dans la boue. Elle n’aurait dû être qu’à lui, elle aurait voulu n’être qu’à lui ou à personne.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 9 Déc - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Sam 8 Déc - 23:47

Rien n'est jamais simple. C'est une raison pour laquelle j'aimais bien faire les courses. Quand on fait les courses, tout est toujours simple. Il suffit de suivre la liste et déambuler dans les rayons. Contrairement à la vie qu'on peut mener tous les jours, faire les courses est quelque chose de facile et de simple, c'est quelque chose qui est même relaxant quand on prend tranquillement le temps de faire. Dans la vie, le quotidien je veux dire, les choses sont souvent imprévisibles, surprenantes, pas toujours pour le meilleur d'ailleurs. Avec Kate les choses s'étaient compliquées parce qu'elle avait voulu compliquer les choses au maximum, mentir pour se débarrasser de moi, s'éloigner alors qu'elle avait justement besoin de moi, un vrai paradoxe quand on y réfléchit. Pas totalement illogique quand on connait un peu plus la vie de Kate et son passée. Seulement elle s'ouvrait lentement, maladroitement et je devais essayer de comprendre ce qu'elle dit, de lire entre les lignes pour reconstituer son passé. J'étais curieux de savoir comment les choses allaient évoluer dans le futur pour nous deux. J'espérais que ça serait pour le meilleur, sans en avoir la certitude, je m'attendais presque tout le temps à une surprise venant de la part de Kate. Un nouveau rebondissement. Comme si aspirer à une routine tranquille était impossible au contact de la barmaid. Comme si un masochisme me poussait à toujours lui revenir malgré les incertitudes qui l'entourent, malgré tout ce qui semble graviter autour d'elle et de sa mère.

Pourtant quand je rejoins l'étudiante sous la douche, j'oublie tout ça, tous ces détails la concernant, je ne pense qu'à elle, qu'à l'aimer et lui faire comprendre que je ne compte pas disparaître du jour au lendemain sans crier gare. Pas discret pour deux sous, je réalise combien elle doit s'être perdue dans ses pensées, je choisis donc un contact doux et délicat pour la ramener à la raison, ma main sur son épaule, qu'elle chasse vivement en s'éloignant de moi malgré des mots d'excuse. Aurai-je mal compris son invitation ? Avais-je mal lu dans ce baiser dans mon cou et les intonations de sa voix ? Je ne pouvais quand même pas être si rouillé que ça, si ? Je commençais soudainement à avoir un doute, il allait falloir que je réapprenne ce que c'est d'être en couple apparemment, moi qui pensais que ça serait justement un point positif pour moi !

« Non c'est moi, je t'ai vu perdue dans tes pensées, j'aurai dû faire un peu plus de bruit. »

Et puis … rapidement les choses deviennent étranges, encore une surprise, j'avance de surprise en surprise avec elle, sans cesse, ça en devient presque … fatiguant. J'aurai dû faire les courses plus longtemps ou je devrai y retourner, les melons n'ont pas de soucis, ne provoquent aucune surprise. Les mots de la jeune femme me font froncer les sourcils, trahi ? Veut-elle dire qu'elle a été avec un autre ? Le fameux nouveau petit copain n'était-il pas si imaginaire que ça ? Après tout nous n'étions plus vraiment ensembles, pas vrai ? Cela dit c'est quand même un peu … Je ne bouge pas, immobile comme un idiot, attendant que tombe le couperet douloureux de la vérité qui ne demande qu'à sauter des lèvres de Kate jusqu'à mes oreilles. J'écoute ce qu'elle dit attentivement, horrifié par ce que je comprends dans les propos de la belle brune. Délicatement je m'empare de ses doigts sans chercher à la faire décroiser les bras, juste pour ne pas qu'elle se fasse à serrer aussi fortement qu'elle le fait.

« Je … Je ne sais pas quoi te dire. Est-ce que tu sais qui a fait ça ? Tu as prévenu la police ? »

Que pouvais-je lui dire d'autre ? Je n'allais pas la rabaisser ou lui dire que c'était de sa faute car ça n'était pas le cas. Je serre doucement ses doigts dans les miens, lui offrant un regard rassurant.

« Tu … Il t'a violentée ? »

Je ne savais pas quoi dire d'autre. J'avais bien compris qu'il l'avait violée, du moins c'est ce qui semblait ressortir de ses mots mais l'avait-il également frappé ? L'avait-il violentée ? Je ne savais ni quoi dire, ni quoi faire de plus, sauf d'attendre la suite … sans aucune envie de la connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Truth or Dare   Hier à 8:49

1er Mars 2050

Les mots sortaient difficilement. Le discours de Kate était plutôt chaotique il faut avouer. Comment expliquer à l'homme qu'on aimait qu'un autre l'avait touché sans son consentement ? Il ne l'avait pas violé. Les réactions de l'ex-barmaid à ses caresses insistantes avaient dû le contenter. Elle s'était trouvée totalement impuissante après qu'il l'ait à moitié assommée. Allongée dans ses bras, il avait laissé ses mains arpenter son corps dans tous ses recoins, rappelant à son bon souvenir des images du passé. Mais le moindre contact entre eux avait été comme une brûlure, une déchirure. Aujourd'hui elle réalisait que cela sonnait comme une trahison à ses yeux, vis à vis de Henry, tandis que le sourire sadique de son ex-client se rappelait à son souvenir. Un regret amer était en train de s'installer dans son esprit. La jeune femme avait laissé son amant la toucher après que son corps ait été de nouveau bafoué. Et même si regretter ses instants passés ensemble lui était impossible, elle se haïssait pour les avoir laissé avoir lieu aussi facilement. Henry s’est rapproché de la belle, attrapant ses doigts avec délicatesse pour l’apaiser mais surtout pour éviter qu’elle arrache sa peau elle-même. Ce n’était pas l’envie qui en manquait. Prendre une brosse dur pour frotter tout son corps était une idée qui lui avait traversé l’esprit, comme si faire cela allait effacer le souvenir de ses mains crasseuses sur elle. Les questions de l’écrivain aient du sens, elles sont vides d’intérêt pour l’étudiante qui n’a jamais eu recours à leurs services. Elle souhaitait intégrer la police pour aider là où elle n’avait pu l’être lorsqu’elle en aurait eu besoin. La brune avait créé Venom pour cela également. Et même si sa mère lui avait appris à tuer, même s’il le méritait, serait-elle capable d’aller jusqu’au bout ? Très certainement si elle le retrouvait, mais il faudrait déjà qu’elle ait le dessus sur lui.

La police ne pourra pas faire grand chose si ce n’est rien ...

Le regard toujours fuyant, elle n’arrivait pas à affronter les prunelles noisettes du garçon. Son petit-ami, du moins elle pensait pouvoir à nouveau l’appeler ainsi, avait une réaction normale. Ses mains et ses doigts étaient d’une extrême douceur sur sa peau. Mais pourquoi était-elle allée lui dire ça ? Cela ne changerait rien. La brune repensa à ce que son ex-client lui avait dit le premier soir, les vidéos d’elle en action chez Keaton qui étaient toujours en circulation. Si Henry tombait là-dessus, ça serait la goutte d’eau. Alors que la question suivante lui fit comprendre que le beau brun n’avait peut être pas tout compris avec ses brides d’explication, elle reprit sa respiration, essayant tant bien que mal de se calmer et de chasser les horribles images et les horribles sensations qu’elle avait en tête.

Il m’a assommé contre le bar … Avant de laisser ses mains se baladaient … Il a fait le strict minimum pour … Me rappeler ce que j’étais … Ce que je suis …  Mais je n’aurais pas dû … Ça va passer il me faut juste du temps …

L’étudiante regrettait un peu dans avoir parlé à son homme. Cela n’allait rien changer à ce qui était arrivé. Cela n’allait pas la laver des mains dégueulasses qui l’avaient touché. Ca n’allait pas non plus lui ôter l’idée qu’elle allait ternir Henry de sa petite tête. Maintes et maintes fois, des hommes avaient fait ce qu’ils voulaient de son corps. Mais cela remontait à présent à six ans en arrière. La jeune femme n’imaginait pas que cela puisse être aussi douloureux, maintenant qu’elle n’était plus dans sa bulle, de revenir en arrière. Son amour propre, sa fierté en avaient clairement pris un coup. Mais le pire restait l’impact que ça allait avoir sur eux. A chaque seconde, elle se haïssait un peu plus d’être cette personne qui allait entâcher la vie de l’écrivain. La vérité était-elle toujours bonne à dire ?

Je suis désolée … Je n’aurais pas dû … Tu mérites pas tout ça ...

Kate se rendait compte du poids négatif de tout ce qu’elle pouvait lui apporter en ce moment. Posée contre le mur de la douche, l’eau coulait toujours dans le dos du beau brun, elle était perdue. Son ex-client avait voulu la détruire, la ramener plus bas que terre avec ses agissements, lui rappelait qu’elle était et qu’elle resterait toute sa vie une catin. Et il était en train de réussir. Avec la disparition et l’amnésie de sa mère, ses cours étaient totalement passés à la trappe. Il ne resterait plus qu’elle n’arrive pas à se rappeler à la mémoire de Fallon pour qu’elle tombe au fond du gouffre. C’était la seule chose qui la faisait tenir jusque là. Mais maintenant, il y avait Henry. Le beau brun était revenu dans sa vie et c’était à la fois une bonne et une mauvaise chose. Pour elle c’était une bonne chose, il l’apaisait, il voulait prendre soin d’elle. Mais pour lui, la brune restait persuadée qu’elle allait détruire sa vie à force de le côtoyer.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Truth or Dare   

Revenir en haut Aller en bas
 
Truth or Dare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Truth or dare ?#Skyeward (1)
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» R-Truth Vs Kane
» Little Jimmy Says...Cherchons des informations avec R-Truth!
» Dolph Ziggler & Tyson Kidd vs R-Truth & Sheamus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: