Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 Amnesia amnesia
avatar
Messages : 132
Célébrité : Bae Doona
Alias : White Tiger
Métier officiel/officieux : Serveuse dans une café // Combattante clandestine

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
MessageSujet: Amnesia amnesia   Sam 20 Oct - 9:02

Les gouttes de pluies dansaient dans le champ de vision de la jeune femme avant de venir s’écraser sur le bitume. Ses courts cheveux noirs se plaquaient sur son crâne, trempés, tandis que les larmes du ciel s’accrochaient à ses cils avant de tomber lourdement devant ses yeux pour dégouliner sur ses joues rondes.

Le regard perdu dans la vague, empreint d’une nostalgie qu’elle ne savait expliquer, elle se contentait de laisser filer de la fumée d’entre ses lèvres, contemplant la route qui s’étendait sous ses pieds. Elle entendait à peine le doux ronronnement des moteurs, se concentrait seulement sur le torrent de lumière qui filait dans la nuit, tous ses phares qui passaient si vite qu’ils ne formaient qu’un ensemble linéaire.

L’eau ruisselait sur ses épaules dénudées par le débardeur qu’elle portait et qui moulait sa poitrine quasi inexistantes. Sa tenue, complétée par un short, n’était pas adaptée au temps qu’il faisait cette nuit. Mais elle sentait qu’il y avait bien une raison pour laquelle elle la portait. Comme si elle revenait d’un événement. Impossible de savoir pour autant où, quand, quoi, pourquoi, comment. Tout était beaucoup trop flou.

Un filet de fumée s’enroulait lascivement au-dessus de la cigarette coincée entre ses doigts fins et calleux. De l’autre, elle agrippait compulsivement la rambarde du pont, comme pour s’y raccrocher. Les jointures de ses doigts blanchissaient à mesure qu’elle raffermissait sa prise et que ses larmes se mêlaient aux gouttes d’eau venues du ciel, dans une cascade qui ensevelissait ses joues.

Un cri rageur s’échappa de ses lèvres et elle abattit soudainement ses deux poings sur la rambarde à laquelle elle était accoudée auparavant.

La cigarette à moitié consumée s’envola et chuta. Impossible de distinguer ce qui lui était arrivé à cette distance. Elle devait reposer sur le bitume, écrasée par l’un des véhicules qui circulaient sous le regard de la jeune femme. Peut-être que pareil choc suffirait à remettre son cerveau en place à elle.

Elle les sentait, ses souvenirs. Mais ils étaient rapides, bien plus rapides qu’elle. Ils volaient dans son esprit et, dès qu’elle tendait la main pour s’en saisir, se dérobaient aussi sec. Leur présence bien perceptible la narguait, elle, incapable de perpétrer sa mémoire. Elle aurait aimé se souvenir de quelque chose, rien qu’une chose, à laquelle se raccrocher, au milieu de ce vide qui emplissait son cerveau.

Même pas un nom, un lieu, rien. Le néant total. Elle avait cette désagréable impression que ce n’était pas normal, mais en même temps, que cette sensation était familière, qu’elle la connaissait et côtoyait souvent cet oubli. Elle se sentait dérangée, mal envers elle-même, au lieu d’être en paix avec sa propre personne.

Ses doigts fouillèrent compulsivement ses poches. Un rectangle de métal qui s’allumait, objet dont elle savait se servir, elle en avait la certitude, mais qu’elle n’appréciait pas pour autant, comme s’il allait à l’encontre de sa nature profonde. Un paquet de cigarettes, aussi vide que son esprit. Un briquet dont la flamme dansa un moment devant ses yeux. Un billet de faible valeur, qu’elle froissa et rangea immédiatement.

Ce n’était pas d’argent dont elle avait besoin. Ce qu’on lui avait pris, ce qui lui manquait, la monnaie ne pourrait le lui rendre. Elle n’avait même pas la certitude qu’elle retrouverait un semblant de mémoire, ne pouvait se raccrocher à rien. Il n’y avait que le vide total, le flou, le néant. Elle n’était rien d’autre, aucun mot ne pouvait la définir.

Elle n’était rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 122
Célébrité : Jim Carrey
Alias : //
Métier officiel/officieux : Infirmier urgentiste et Volontaire au SAMU social / Confesseur laïc de l'Eglise catholique

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
MessageSujet: Re: Amnesia amnesia   Sam 10 Nov - 4:04

Amnesia Amnesia

Amnesia Amnesia

Coal District // fin février 2050





@Sarunas Semionis // @Mei Long



Comme chaque soir, des camionnettes et des utilitaires du SAMU social faisaient le plein de tout un tas de choses pour entamer des tournées hasardeuses à travers Europolis, et en particulier dans Coal District. Depuis la guerre, il faisait plus froid, et plus longtemps, et une bonne partie de ce qui était embarqué consistait en grands thermos de café et en couvertures propres. Les bénévoles faisaient un travail immense avec peu de moyens, car ils dépendaient essentiellement de maigres versements de l'Etat et de dons des plus aisés. Dans la mesure où la majeure partie du continent restait à reconstruire, il y avait peu de fonds disponibles pour aider les plus démunis. Europolis restait un endroit spécial, où les moyens restaient plus élevés qu'ailleurs, mais la vie y était déjà dure quand on n'avait pas eu la chance de rester dans les clous ou de garder son travail.

Sarunas avait embarqué avec deux autres bénévoles à l'avant de la vieille Renault qui leur servait d'arche. La vieille banquette était assez inconfortable et les places trop étroites, mais ça restait un bon moyen de transport et leurs trajets étaient relativement courts. Ils firent deux premiers arrêts tranquilles sur de petites places de Coal District. Les nécessiteux ne se bousculaient pas, ce soir, ce qui était à la fois curieux et plutôt reposant. Parfois, la foule pouvait être particulièrement difficile à gérer, surtout avec les problèmes de toxicomanie et d'alcoolisme persistant dans ces populations, et les gangs pouvaient se montrer compliqués à gérer s'ils s'ennuyaient et que le camion venait à rester trop longtemps en place, mais ce genre de soir permettait de relativiser et de sentir pleinement le Bien qui était fait ici.

C'est en route pour le troisième arrêt que Sarunas remarqua une silhouette en détresse au bord de la route. Ce n'était pas vraiment évident, pour ainsi dire, mais quand on avait vu tant de gens dans le besoin dans sa vie, il était assez facile de reconnaître quelqu'un allant mal, même dans de mauvaises conditions et au jugé. Dans ce milieu, ça pouvait être un gage de survie, occasionnellement, puisqu'il pouvait y avoir tant de gens potentiellement dangereux derrière leur attitude souffreteuse ... Toute personne ayant travaillé dans les services d'urgence pouvaient témoigner de la chose par des balafres occasionnelles, certaines laissant des séquelles parfois. Il était assez important de se protéger soi-même avant de protéger les autres, aussi les bénévoles hésitaient-ils à s'arrêter hors de l'itinéraire prévu et à accoster n'importe qui. Saru était assez confiant en ses capacités pour juger quand il pouvait se le permettre.

« On fait un arrêt, » lança-t-il avec son accent balte, que tant de personnes prenaient pour un accent slave en le jugeant du regard. « Cette personne a besoin d'aide. »

« C'est toi qui vois, Saru, » répondit le bénévole au volant en ralentissant. « Mais t'y vas seul. Sans rancune ? »

« Sans rancune, » acquiesça Saru en hochant compréhensivement de la tête. « Le prochain arrêt est à deux rues de là. Allez-y, je vous rejoins vite. »

« Sûr ? »

L'infirmier descendit sans attendre l'arrêt complet du véhicule en guise de seule réponse. Les deux équipiers haussèrent les épaules, habitués à ce genre d'initiatives, et poursuivirent leur route, tandis que Saru traversait prudemment pour rejoindre la jeune femme qui luttait manifestement contre elle-même. Il entendait déjà les remarques que les autres auraient fait : encore une toxico qui a trop abusé, laisse-la galérer, on la sauvera demain si elle se traîne jusqu'au rendez-vous. Mais ce n'était pas son genre. D'ailleurs, elle ne semblait pas droguée. Elle avait l'air de ces soldats qu'il avait vu parfois, dont la mémoire s'était temporairement bloquée et qui erraient en cherchant Dieu sait quoi avant d'être récupéré par des camarades ou, pour les malchanceux, par l'ennemi.

« C'est étrange comme rien n'a de sens, parfois, » tenta-t-il de lui lancer tandis qu'il approchait tranquillement. Il n'avait rien de bien menaçant : il portait sa tenue d'infirmier du SAMU social et une veste réfléchissante rouge qui ne le mettait pas en valeur, mais clamait en tout cas son appartenance à quelque service de soins. Il espérait que cette allure suffirait à la rassurer et à la pousser à demander son aide. Il ne pouvait pas vraiment la forcer à accepter son aide, aussi devait-elle reconnaître son trouble avant qu'il puisse chercher à aider.

_________________
Fiche ♣️ Liens ♣️ RP ♣️ Contact ♣️ Journal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 132
Célébrité : Bae Doona
Alias : White Tiger
Métier officiel/officieux : Serveuse dans une café // Combattante clandestine

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
MessageSujet: Re: Amnesia amnesia   Dim 11 Nov - 9:22

Au milieu du brouillard, il y a parfois quelque chose qui perce. Un geste, une voix, un regard. Même les brumes les plus épaisses peuvent être bravées par les plus courageux. Il suffit de ne pas avoir peur, de s'élever contre les langues cotonneuses pour les disperser un instant. Mais elles reviendront bien vite à la charge, s'enroulant une nouvelle fois autour des esprits vides pour les étreindre.

Ce soir-là, ce fut des mots raisonnants dans la rue, bravant l'obscurité de la soirée et le silence des âmes égarées, qui firent revenir la jeune femme à elle-même. Rien qu'une petite phrase, c'est étrange comme rien n'a de sens, parfois, qui pouvait raisonner dans son cœur encore un moment pour y trouver écho.

- Jamais rien n'a de sens.

Incapable de se souvenir de son propre nom, mais cette certitude-là, elle la taraudait. Elle était perdue, un être qui vagabondait, seule et l'esprit embrumé. Rien à l'horizon à quoi se raccrocher, juste le flou total, ces rues qu'elle devait connaitre, elle le sentait, mais qu'elle ne parvenait pas à retrouver dans sa mémoire volante. Les souvenirs filent dans son esprit, mais elle est bien incapable d'en attraper un, rien qu'un seul.

Elle finit par se retourner, les yeux hagards, pour dévisager la personne qui était venue vers elle. Ses yeux se posèrent sur le sigle ornant sa veste. Elle porta sa main à sa bouche, commença à se ronger un ongle, tout en fixant cette croix rouge. Elle aussi, elle aurait dû la connaître. Elle aurait dû pouvoir mettre les mots sur ce qu’elle représentait, sur ce que le port de cette image impliquait.

L’homme qui se trouvait devant elle n’avait rien de menaçant. Du moins, à première vue. Elle non plus, ne donnait pas une impression de danger. Mais elle se sentait tout à fait capable de sauter à la gorge du premier qui l’attaquerait. Ne jamais se fier aux apparences, chaque personne, chaque objet, tout est capable de tromperie. Tout.

- Vous êtes qui ? finit-elle par demander, en désespoir de cause.

Elle détestait ce qui la rongeait, à l’instant. Elle se sentait complètement démunie, à la merci de chacun. Elle ne savait rien, ne connaissait rien. Elle se sentait vide, complètement vide. Elle devait bien avoir un lieu d’habitation quelque part, mais elle était incapable de savoir où aller pour trouver un semblant de sécurité, si cela était encore possible dans ce monde fou.

- Vous voulez quoi ?

Surement pas ton bien, lui murmura une voix insidieuse qu’elle chassa aussitôt. Elle n’avait aucune raison de prendre la fuite, pour le moment. Elle devait faire taire cette méfiance qui habitait ses gestes pour tenter de trouver un semblant de calme et de stabilité.

Ses dents finirent par arrêter de grignoter son ongle et ses bras ses croisèrent sur sa poitrine. Un frisson parcourut son corps. Il faisait froid, beaucoup trop froid pour cette tenue. Qu’est-ce qui lui était passé par la tête pour enfiler ça ? Elle était sortie cette nuit dans l’idée de faire du sport ? C’était idiot, d’en faire la nuit. Il valait mieux courir, faire son petit jogging tranquillement la journée, dans un parc agréable.

Comme toutes les questions qui parcouraient son esprit, celle-ci devait avoir une réponse. Mais dans cet état-là, elle était bien incapable d’en trouver une de correcte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amnesia amnesia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amnesia amnesia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charlie ※ Amnesia : best remedy against love.
» Snickers? Kit-Kat ou Mars?!!
» [Tasogare Otome x Amnesia] Présentation
» amnesia (atom)
» I wish that i could wake up with Amnesia [pv Thomas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: