Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Visite surprise !
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Visite surprise !   Mar 4 Sep - 10:43

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
La journée avait été des plus calmes... Du moins elle n'avait pas été aussi fatigante que les dernières et j'étais encore en forme lorsque mon dernier cours prit fin. Il était donc hors de question que je rentre me coucher directement. Tout en mettant mes dossiers élèves à jour je cherchais quelque chose à faire et espérais obtenir une réponse. N'ayant toujours pas trouvé une fois ma tâche terminée je décidais de prendre une douche sur place. J'étais ainsi certaine que la coiffeuse d'à côté serait rentrée et qu'elle ne chercherait pas à discuter de sujets qui ne m'intéressaient pas vraiment durant des heures. Une fois douchée et n'ayant rien trouvé de précis à faire je me décidais à aller faire un tour du côté de la boutique de Kára. Son absence de réponse depuis mon retour commençait sérieusement à m’inquiéter. Je la savais occupée mais tout de même… tous mes sms étaient restés sans réponse.
Après hésitation je décidais de laisser ma moto sur place et de m’y rendre à pied. Bien sûr, vu le quartier, je rentrais mon moyen de transport dans la salle de sport afin de ne pas attirer les voleurs. Lorsque ce fut chose faite j'attachais mes cheveux en une simple queue de cheval et rabattais la capuche sur mon visage pour éviter la bruine qui aurait pu être rafraîchissante en été. Je ne la trouvais pas froide mais une simple humaine ne se promènerait sûrement pas sans se couvrir et je tenais à mon anonymat. Une fois prête à partir je vérifiais que la salle était bien fermée.

Mes pas étaient justement dosés même si j'aurais pu marcher beaucoup plus rapidement que cela et ainsi retrouver Kára plus vite. Mais une fois de plus je tenais à rester discrète. Mon secret ne devait pas être percé à jour car cela me mettrait en danger. Ce fait serait également réciproque pour d'autres personnes telles que Jean, ma sœur, Fran et aussi Shawn. Je ne voulais pas que ces derniers soient en danger par ma faute. Je ne me le pardonnerais jamais et cela était déjà le cas concernant la destruction de mon Grand Temple et de mes sœurs. J'eus un léger soupir à cette pensée mais cela ne m'empêcha pas de me stopper devant la boutique fermée de la Valkyrie. Je me figeais car j’avais un mauvais pressentiment. Cette impression ne s’arrangea pas lorsque je constatais que ma sœur n’était pas chez elle non plus.
Je savais qu’elle avait des soucis avec un type à qui elle devait de l’argent mais je ne savais rien de lui et puis elle se mettait clairement en danger en traquant les Fantômes. Et si…



- Non…


Se pouvait-il qu’elle les ait trouvés et qu’il lui soit arrivé malheur ? Après tout j’avais prévenu Jean qu’une de mes sœurs les traquais lui et ses acolytes. L’avaient-ils capturée ? Tuée ? Je m’adossais à la porte close pour me calmer et reprendre mes esprits. Je récupérais mon téléphone pour constater que Jean n’avait jamais répondu à mon avertissement. Pourquoi ? Parce qu’il avait déjà mis la main sur Kára à ce moment là ! J’espérais me tromper. Mais ni une ni deux je filais dans une direction qui m’était familière. Victory District !
Malgré mon allure soutenue pour arrivée devant la maison de ville que j’avais tant observée à une époque qui me semblait si lointaine je n’étais pas essoufflée et je tapais à la porte sans ménagement. Je me fichais du fait d’être trempée à cause de la pluie qui s’était mise à tomber sous forme d’averse. Personne ! J’aurais dû m’en douter puisque tout semblait éteint. Après un coup d’œil aux alentours je forçais la porte assez discrètement. Pas d’alarme ! J’aurais pensé le contraire ce qui me fit hausser les épaules. J’entrais et fermais la porte sans plus pouvoir complètement le faire. J’en connais un qui n’allait pas être ravi ! Je n’étais pas enchantée de le faire mais je fouillais l’entrée. A coup sûr une ou des armes étaient planquées et je ne voulais pas me prendre une balle… en espérant d’ailleurs qu’il ne soit pas armé à son retour.

Bingo ! Je trouvais un flingue que je gardais en main après m’être débarrassé de ma veste et mon pull trempés. Je les posais sur la rambarde de l’escalier et m’asseyais sur la quatrième marche de ce dernier en fixant la porte d’entrée sans savoir à quelle heure Jean allait rentré et s’il allait le faire.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 4 Sep - 21:14

Ils sont là. Partout autour de moi. Ils m’entourent. Me serrent dans leur étreinte. Me font suffoquer quand je les inhale. Ils tournent tout autour de ma position. Et je frissonne tout du long. J’en ai ma claque. Je me réveille avec les dents qui grincent, avec le visage baigné de sueur et de larmes, la gorge enrouée comme si j’avais gueulé. Je me rappelais cet instant précis, vécu en boucle, où la détonation nucléaire se reflète à l’intérieur de l’habitacle de l’hélico, quand le flash illumine tout et nous rend aveugle quelques secondes. Je me souviens de Steiner qui gueule et qui tombe, sa main a lâché la poignée. Son corps s’écroule des centaines de mètres plus bas. Je le vois tomber au ralenti. Je vois Anders qui sort son P9 et qui se le pointe sur le genoux. On réagit assez rapidement mais on n’arrive à rien, il se tire dans la jambe en gueulant d’une voix sifflante et suraigue entre ses dents serrées. La vague de chaleur m’atteint et je me rappelle de mon cœur qui se fige dans ma poitrine, qui devient un poids mort. Et que je cogne contre la paroi comme un forcené. Un autre homme appelle à l’aide. Un autre veut qu’on l’aide à sortir. Nous devenons fou alors que derrière nous, le monde s’embrase dans un fracas de fin du monde.


Je sursaute. Je me suis encore endormi, putain de merde. Je sens immédiatement que je suis décoiffé, que j’ai dormi la joue sur ma main vu comment les deux sont raides… Mais tant pis. On me parle. Une main sur mon épaule. J’ai mis au moins quatre ou cinq secondes à la sentir. Je bondis d’instinct, me levant aussi rapidement qu’une bête qui attaque. Sa main est retournée, coincée sur la table… La pointe d’un couteau pressant contre son poignet. Si c’est une menace, elle ne pourra plus jamais utiliser sa main correctement ; je la cloue sur place. Mais non. Son cri horrifié me rappelle à la réalité. Je suis dans un bar. Tant de lumière, ça m’aveugle. Tout le monde me regarde. Des mecs, que j’identifie à leur dégaine comme des vétérans, se lèvent de leurs sièges en se remontant les manches. Je lève les mains en guise d’apaisement. Relâche la serveuse avec un « désolé » un peu rauque. J’avais trop bu. Tout le monde le voit bien à mes tempes poivre et sel, à mes réflexes, et à ma manière de tenir le couteau, que je dois être un détraqué de la guerre. Je range mon arme. Et m’esquive en vitesse dans la gêne générale, les gens ne sachant pas trop comment réagir. Dix contre un que dans le lot de fumiers, y’en a un qui a appelé les flics. Je m’éloigne.


J’écrase la cigarette que j’allais fumer. Je dois arrêter cette merde. C’est dangereux. Ca se voit de loin. Depuis la mafia, je sors armé. Qu’importe si je me fais contrôler, je n’ai pas de permis mais une longue liste de médailles et de citations. Les flics sont pour beaucoup d’anciens soldats, de nos jours. Ca ne se passerait probablement pas mal. Encore moins si le mec a un jour déjà croisé l’une de nos tenues noires… Je rentre chez moi, mal réveillé et encore engourdi par l’alcool ingurgité. J’avale quelques pastilles à la menthe forte pour chasser la goût de l’alcool fort en cours de digestion, avant d’arriver près de chez moi. Encore un bar où j’étais grillé, putain de merde. Mais en arrivant, quelque chose n’allait pas. Petit truc qu’on m’avait appris à l’armée, toujours vérifier que « la base est fermée ». L’allumette coincée dans le bas de la porte n’y était plus. Et elle était en retrait par rapport à la rue, je le voyais bien. Enfoncée. J’étouffe un juron. Ressors mon couteau de combat, mon fidèle crève-cœur, que je tiens pointe en bas, contre mon avant-bras. Bras gauche levé pour me protéger. Le droit tenu plus près de mon torse, pour frapper quand je verrais une ouverture. La porte grince quand je la pousse du pied. Personne. Manteau sur la rambarde. Pieds. Je reconnais ce manteau. Je soupire.



| Putain de merde Liv, tu veux que je te bute ? Tu pouvais pas m’appeler avant de venir ? |


Je range le couteau sous mon blouson de cuir, poche intérieure. Avant de me débarrasser du blouson, et de reclaquer la porte d’un coup de pied. Je me tourne vers elle.


| Qu’est ce que tu fais chez moi ? |


Chez moi, c’était chez moi. Y’avait trop de gens qui s’y invitaient à mon goût, ces derniers temps.

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 4 Sep - 23:44

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Curieuse, je retournais l’arme que j’avais trouvée et l’observais dans la pénombre. Son contact était aussi froid que l’acier d’une lame mais je le trouvais beaucoup plus désagréable ! Pourtant je savais à quel point une telle arme pouvait être utile, efficace même… j’en avais fait les frais. Bien sûr l’arme qui m’avait blessé à l’époque était un plus gros calibre… Je ne savais même pas ce que cela voulait dire ! C’était une histoire en rapport avec la taille des balles ou un truc dans le genre. Pensive, j’ôtais le cran de sureté, comme je l’avais vu faire dans une série policière un jour où j’étais en compagnie d’Isa. Mais très vite je le remettais. Je n’avais jamais tiré avec une arme à feu et je ne voulais pas me blesser moi-même en étant trop curieuse. Surtout ici ! Si je tenais ce flingue entre mes mains c’était uniquement une mesure de sécurité. Jean n’aimait pas l’insécurité et il se sentirait en danger dès qu’il verrait que j’avais enfoncé sa porte d’entrée. Ôtant ne pas tenter le diable !
Je ne voulais pas pousser sa paranoïa au maximum et c’est pourquoi j’avais choisi de rester dans l’entrée en m’installant sur les marche de l’escalier. J’avais même mis ma veste en évidence sur la rambarde et n’avais touché à rien…



- Sauf ça…


J’avais murmuré ces quelques mots en passant mon index sur le canon de l’arme alors que j’observais autour de moi. Mes yeux s’étaient habitués à la pénombre et je distinguais mieux ce qui m’entourait. A présent je parvenais à reconnaître les personnes sur les photos. Ses filles, sa femme et lui aussi… Sa famille ! Je soupirais et regrettais de n’avoir que des souvenirs immatériaux de ma vie passée. J’aurais tellement voulu avoir des clichés de mes sœurs, du Grand Temple. Heureusement, j’avais Kára et j’avais d’ailleurs une photo d’elle.
Mon angoisse, la même qui m’avait conduite ici, refit surface. Contrôlant ma respiration pour ne pas imaginer le pire, je fermais les yeux avant de les rouvrir sur cette décoration qui n’était sûrement que de la poudre aux yeux. Les femmes qui vivaient ici avaient quittés les lieux, pourtant tout ce que je voyais donnait l’impression du contraire.

Puis ma réflexion se stoppa. Des pas ? C’est ce qu’il m’avait semblé. Je tendais l’oreille et j’eus l’impression d’entendre un marmonnement de mécontentement. Réflexe étrange, ma main resserra le flingue que je ne savais absolument pas utiliser alors que je portais ma dague, dissimulée dans ma botte droite. J’étais tendue ! Et si ce n’était pas lui mais quelqu’un ayant vue la porte enfoncée ? Non ! De la rue ce n’était pas possible de le remarquer… je pense.
J’allais très vite avoir ma réponse puisque la porte s’ouvrait… J’observais l’homme entrer et constatais que c’était bel et bien lui. Au moins il était vivant, même s’il n’avait pas l’air en grande forme. Mais gueule de travers ou pas, Jean m’avait reconnu. Je haussais les épaules en le fixant après avoir entendu les mots qu’il prononçait.



- Non merci Jean ! Mais tu seras le premier à le savoir si l’envie de mourir me prend, dis-je en me relevant. Après c’est vrai… j’aurais pu t’appeler ou t’écrire, avouais-je.  Mais je n’étais pas certaine que tu répondes.


Bah oui ! Le message que je lui avais envoyé en arrivant en France méritait tout de même une réponse ! Je me demandais d’ailleurs s’il avait remarqué mon absence de quatre jours. Puis je chassais cette pensée de mon esprit. Il n’avait pas dû s’en rendre compte ! Bizarrement cette hypothèse m’agaçait sans que je ne sache pourquoi.
Observatrice, je m’approchais de l’homme. Sa tenue laissait légèrement à désirer par rapport à la dernière fois où je l’avais vu et il sentait un mélange de tabac, d’alcool et de menthe. La dernière odeur me fit froncer le nez… J’avais un peu de mal avec la menthe ces derniers temps.



- Je venais voir si tu étais toujours en vie ! déclarais-je sans détour. Même si t’as une sale mine c’est visiblement le cas, rajoutais-je avec une pointe d’humour. Puis je me taisais, pensive. Comme je n’ai pas eu de réponse à mon dernier message je m’étais dit que tu avais peut-être rencontré des soucis. … … Cela a été le cas ? demandais-je en le fixant.


Était-il responsable de la disparition de Kára ? C’était ce que je voulais savoir tout en craignant la réponse.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mer 5 Sep - 13:12

La Valkyrie est bien là. Ce n’est pas un rêve ou une hallucination. Pas du tout. Elle a la même moue un peu innocente, mais que je sais cacher une férocité sans égale. Elle se bat durement, quand elle y est forcée. Et elle ne rechigne pas à la bagarre, loin de là... Belle en tout cas. Comme toujours. Athlétique, mais féminine. Son pantalon met ses hanches en valeurs, la galbe de ses cuisses. Son haut lui, cache tout mais le suggère. Je retiens son aspect. Elle me dit qu’elle ne veut pas que je la bute mais qu’elle me le fera savoir si elle change d’avis. Mince sourire qui trône au coin de mes lèvres, bien timidement, mais présent malgré tout. Elle convient Liv, qu’elle aurait pu m’écrire ou m’appeler. Mais qu’elle n’était pas certaine que je réponde. J’ai un regard d’excuses... Et me rends compte qu’il y a partout des cadres photos de mes filles et de ma femme. Cela faisait trois mois qu’elles s’étaient tirées, maintenant. Et qu’une fille que j’avais rencontrée dans l’intervalle... C’était peu élégant pour tout le monde. Plus gênant encore compte tenu du fait qu’il y avait eu cette soirée dans le bar, où nous avions dansé ensemble... Et ca n’avait rien eu d’anodin. Pas non plus nos ébats qui avaient suivis. Je n’avais jamais rencontré de femme comme Liv mais tout nous opposait ; nos natures, nos histoire et nos aspirations. J’avais donc pris tellement de distance qu’il fallait sans doute un pont pour pouvoir franchir pareille longueur. Je me reprenais. Inutile de repenser à tout ça.


| Ah euh... Oui. Désolé. J’aurais pu répondre. Il parlait de quoi déjà ? |


D’habitude je loupais peu d’informations, mais je me retrouvais maintenant à devoir parfois repêcher des infos dans ma mémoire perturbée par la folie et la consommation d’alcool ou de médicaments beaucoup trop importante. Elle avait l’air agacée, maintenant. Mais sans que je sache trop pourquoi. Ca avait été clair la dernière fois, que l’on ne devait pas recommencer ? Je le pensais bien. Et elle ne venait pas vraiment d’un univers où l’on vivait d’amour et d’eau fraîche, de relations étroites et passionnées... Je devais quand même prendre garde. Elle se rapproche, et elle semble me jauger physiquement. Et ca ne semble pas lui plaisir. Liv me dit alors qu’elle était venue voir si j’étais toujours en vie, et que j’avais sale mine. Elle me demande si j’ai des problèmes...


| Non. Juste plus de boulot que d’habitude. |


Ce qui était loin d’être un mensonge, mais qui se trouvait être malgré tout une omission presque parfaite de l’essentiel. Je soupire, me frottant les yeux, repassant une main dans mes cheveux pour me redonner un rien de contenance.


| Toujours en vie, oui. Pour le moment. Tu sais quelles sont mes activités. Des hauts et des bas. Tu as peut être vu ce que ça avait donné, dans les journaux. |


Je parlais bien sûr du casino... Avant d’entrer dans le salon, de me diriger vers le bar qui le séparait de la cuisine et d’en sortir une bouteille de vieux rhum, et deux verres.


| T’en prends ? |


J’étais déjà en train de remplir les deux verres, et lui désigne l’un des tabourets de bar. Et même encore aviné et éreinté, j’étais un ancien spécialiste en interrogatoire... Je savais déduire des choses de ce qu’on me disait.


| Pourquoi tu pensais que j’étais en danger ? |

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Ven 7 Sep - 0:23

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Je n’étais pas morte et c’était une bonne chose. Il aurait été dommage que ma visite surprise se solde par un départ précipité de ce monde, de cette vie… ou pas ! Allez savoir. Mais ne nous égarons pas comme le faisait le regard de Jean sur ma personne. Il me détaillait comme il le faisait souvent lors de nos rencontres, aussi rares avaient-elles été. Si habituellement je me cachais du regard des hommes je me rendais compte que celui de Jean ne me gênait pas, au contraire. Il me donnait l’impression d’être attirante ! Non… Il me prouvait que j’étais attirante.
Lui aussi était plaisant à regarder même si ce soir il avait l’air éreinté. En devenait-il ainsi moins attirant ? Pas vraiment puisque j’aurais presque eu envie de me blottir contre lui afin de goûter à nouveau à ses lèvres. Du moins c’était vrai avant que je ne sente l’odeur de la menthe mélangée à celui de l’alcool. Cet écœurement passager me remit les idées en place. Je voyais alors dans son regard qu’il avait ‘oublié’ de me répondre. Vraiment ? Était-il sous l’effet de l’alcool quand il avait reçu mon message ? J’aurais tendance à répondre oui puisqu’il me demandait à présent ce qu’il contenait. J’entrouvrais la bouche de surprise. Écrire l’information n’avait pas été difficile mais la lui dire à voix haute c’était différent.



- Il parlait de… Non ! Tu n’as pas pu oublier. Tu ne l’as peut-être pas reçu, mentis-je. Je vais vérifier ! continuais-je en sortant mon téléphone portable. C’était en rapport avec une de mes sœurs, lui rappelais-je tout de même.


Je faisais mine de fouiller dans mon téléphone qui ne comptait, en réalité, que quelques sms sans importance et sans danger. Les autres je les effaçais au fur et à mesure ! C’était d’ailleurs ce que j’avais fait avec celui que j’avais envoyé à Jean.
Je délaissais l’appareil pour reporter mon attention sur Jean lorsqu’il parla du fait qu’il avait plus de boulot. Il parlait du quel ? Le légal ou illégal ? Je penchais pour le deuxième mais je ne disais rien. Ce sujet ne devait pas être abordé entre nous puisque j’aspirais à éliminer la vermine de cette ville. Pour Jean et les siens c’était différent car la vie d’un enfant était en jeu. *Peut-être que les victimes avaient aussi des enfants, une famille… C’est même sûr !* Je chassais cette pensée de mon esprit. J’acquiesçais d’un signe de tête à la suite de ses nouvelles paroles.



- Les véhicules ne rapportaient pas assez ! murmurais-je dans un soupir. Il me semble que cette option laissait plus de possibilités de fuite… Enfin, qu’est-ce que j’y connais moi, terminais-je avec un haussement d’épaule avant de suivre Jean dans le salon tout en rangeant mon téléphone.


Je remarquais alors que je tenais toujours le flingue qui lui appartenait et constatais que je m’habituais à ce ‘contact’. Comme me l’indiquait mon amant je prenais place sur un des tabourets sans avoir le temps de refuser le verre.
Je ne le faisais pas d’ailleurs. Je fixais Jean droit dans les yeux suite à sa question. Je prenais une légère inspiration pour me motiver et…



- Je t'envoie ce message pour te prévenir d'être prudent et de faire attention aux tiens ! L'une de mes sœurs est à votre recherche. Elle pense avoir des pistes... Sois vigilant ! Je me taisais. C’est le message que je t’ai envoyé et comme tu ne m’as jamais répondu…


Je laissais ma phrase en suspens et ne disais rien au sujet de cette fameuse sœur dont j’étais à présent sans nouvelle.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Ven 7 Sep - 21:33

J’aurais pu lui tirer dessus. J’aurais peut être dû, d’ailleurs. Mais rien n’était jamais facile avec Liv. Elle avait cette faculté extraordinaire de tantôt m’agacer, tantôt m’attirer. Dans tous les cas, je pouvais facilement avouer la désirer. Elle était magnifique, très affûtée, et capable d’encaisser à peu près tout. Mais si je faisais facilement n’importe quoi, ce qui m’avait progressivement éloigné de tous mes proches du civil, je n’entendais pas succomber si facilement à ces pulsions. Car je n’oubliais pas deux choses primordiales. La première étant que j’avais massacré son peuple. Déchiqueté à l’arme automatique sur un champ de bataille enneigé de Biélorussie. Ravagé par le feu nucléaire, déchainé dans les allées de leur domaine isolé. La seconde, c’était qu’elle avait facilement de l’emprise sur moi. Sa naiveté et sa candeur la rendaient aussi innocente qu’une enfant, sur bien des points. Sans protection, elle se ferait dévorer par ce monde. Je n’avais jamais été un protecteur, même jamais vraiment avec mes hommes, hormis quand il s’agissait de les protéger d’eux-mêmes. Mais je ne sais pas. Liv me rappelait à une forme d’humanité depuis longtemps perdue. Qui me désarçonnait, et qui m’éloignait de mes Fantômes au moins autant que de ma mission. Je me frottais la barbe mal rasée.


Putain de merde. C’était pas le moment de faire des conneries avec le grand chambardement qui se profilait.


La jeune Valkyrie s’agace du fait que je ne me rappelle pas de son message. Elle me dit qu’il s’agissait d’une de ses sœurs. Je fronçais les sourcils. Là, ça puait le danger.



| Comment ? Tu n’es pas la seule survivante ? |


J’étais bien placé pour savoir qu’il pouvait y avoir des survivants à un génocide. On avait été trop rapides, mais éliminer tout le monde n’avait pas fait partie de la mission, et on n’avait pas eu tous les moyens nécessaires dans le temps. Le contrecoup psychique de leur extermination à l’arme atomique nous avait tous fichus en vrac et il était clair qu’en un seul coup, l’armée de l’Union s’était privée des seuls soldats à avoir su combattre ces créatures à visage humain.  Liv ne réagit pas quand j’évoque le boulot. Ah, c’est un troisième point qui nous sépare, d’ailleurs. Elle voulait chasser le crime. Alors que de mon côté, je le représentais plutôt bien.


| Les véhicules ? De quoi tu parles ? |


Je n’avais aucune idée de ce qu’elle voulait dire par là. A mettre sur le point de sa méconnaissance du monde, ou de mon alcoolisation avancée ? La valkyrie s’installe auprès de moi. Et elle m’explique alors que je trempe mes lèvres dans le verre, qu’elle avait voulu me prévenir d’un danger imminent. Je ne me rappelais pas du tout de ce message, et m’injuriais intérieurement pour ma négligence alcoolique, même si je ne reposais pas mon verre et que je me l’enfilais d’un trait avant de m’en resservir un. Aussitôt, la chaleur me donna une impression de confort et de satiété que je pouvais presque toucher du bout des doigts. Je lui lance un regard dur.


| J’ai mes sécurités. Ici ou près des miens. Si elle s’approche, je la tuerais. Tu le sais bien. C’est elle que tu devrais prévenir. Qu’elle suive ton exemple, et qu’elle évite pour de bon l’extermination de votre … Euh… Peuple ? Espèce ? Je sais pas. Peu importe. Profil bas. Et qu’elle profite de cette bonne vieille ville pour refaire sa vie. La guerre est derrière nous. Elle a fait de nous tous des Fantômes. Elle nous a pris pleins de gens à qui on tenait, et elle s’est barrée avec mon âme et mon équilibre mental en même temps. Si je la vois et la reconnais pour ce qu’elle est, je la ruine. Et ça ne fera pas revenir vos disparues ni les miens. |


Je soupire.


| Pourquoi tu m’as prévenu, Liv ? |

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Lun 10 Sep - 23:29

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Je n’arrivais pas à savoir si le comportement de Jean vis-à-vis de mon message sans réponse était une bonne chose. Voulait-il éviter le sujet ? Si c’était le cas cela voulait peut-être dire que lui ou l’un de ses hommes avaient croisé la route de Kára et qu’elle n’était plus de ce monde. Cette idée me fit frissonner légèrement et je me frottais les bras sans m’en rendre compte.
Il y avait aussi l’hypothèse qu’il avait réellement oublié ce que je lui avais écrit ou qu’il ne l’avait pas vraiment lu. Il aurait suffit pour ça qu’il soit sous l’effet de l’alcool comme ce soir. Dans un tel cas je venais de remettre la présence de ma sœur sur le tapis et c’était stupide. Ou pas ! Je n’arrivais plus à réfléchir correctement et avec logique. En règle générale je me fichais des fantômes, sauf peut-être la nana qui tentait de sauver son môme ! Mais je ne voulais pas perdre Kára, même si ça semblait être le cas pour le moment et je ne voulais pas que Jean soit tué. Qu’il était beau de rêver ! J’aurais dû le tuer… point final. Peu importait que je portais à présent son enfant.
Embrouillée, je me pinçais l’arrête du nez avant de le fixer avec des yeux ronds. Il n’avait donc rien fait à la Valkyrie vengeresse.



- C’est moi qui suis censée être la plus naïve de nous deux je te rappelle ! Vous étiez peut-être des assassins hors-pair mais ne serait-ce pas de la vantardise de croire que j’étais la seule survivante ? Je me taisais. Je te le dis depuis notre première rencontre que je cherche mes sœurs. Mes recherches ont porté leur fruit…


Malheureusement j’en revenais à présent au point de départ. Je n’avais plus aucune nouvelle de celle que j’avais retrouvée ! J’avais épluché les articles de journaux en vain, son surnom n’était mentionné nulle part. Elle avait comme disparu aussi soudainement qu’elle était réapparu dans ma vie. Cela créait un manque que je n’appréciais pas le moins du monde… il me rappelait douloureusement mon passé.
Voilà pourquoi je n’hésitais pas à changer de sujet en disant à Jean à ma façon que le braquage des fourgons me semblait moins dangereux que celui d’un casino. Jean ne semblait pas comprendre. Je haussais les épaules !



- Laisse tomber ! Je voulais simplement dire qu’il est plus facile de fuir quand on se trouve déjà à l’extérieur… Mais je parle visiblement pour ne rien dire, continuais-je avec l’ombre d’un sourire d’excuse.


Et puis il faisait ce qu’il voulait… même si l’idée qu’il se mette en danger ne me plaisait pas ! Chose qui n’aurait pas dû arriver. Bref ! Je me décidais à lui rappeler le message oublié alors que je venais de m’installer près de lui. Je fixais mon verre sans y toucher durant les premières secondes. L’alcool était interdit dans mon état ! Mais un verre ne me tuerait pas, ni l’enfant ! J’attrapais donc le contenant pour en boire une gorgée mais je stoppais mon geste alors que le liquide avait à peine effleuré mes lèvres.
Sans lâcher l’homme du regard je reposais mon verre.



- Je ne doute pas une seule seconde que tu la tuerais… mais encore faudrait-il que tu la vois approcher ! déclarais-je comme une évidence. Il t’a fallu un certain temps pour me remarquer lorsque je te suivais, lui rappelais-je. Ma sœur ne te cherche pas pour t’observer. Je marquais une pause. Pour ma part je lui ai dit qu’il était préférable que l’on retrouve d’autres Valkyries ainsi que nos Pierres d’Âmes… elle avait l’air assez d’accord avec ça.


Une fois de plus je taisais le fait que Kára avait disparu et je passais pensivement mon index sur le bord de mon verre lorsque Jean me demanda pourquoi je l’avais prévenu. Dans un premier temps j’évitais soigneusement son regard en fixant le Rhum dont je me languissais puis j’observais à nouveau l’homme.


- Parce que je ne veux pas que tu meures Jean… surtout pas à cause d’une vengeance qui, comme tu l’as dit, ne ramènera pas nos proches. Et parce que…


Non ! Je ne devais rien dire. Je buvais donc une très légère gorgée que j’appréciais…

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 11 Sep - 13:36

J’étais fatigué. La tête pleine de souci et embrumé par l’alcool. Je me trouvais dans une drôle de position. Ici, avec une jeunesse que j’avais sautée sans vergogne alors qu’elle était une ennemie mortelle. Quoi, dix ans d’écart ? Quinze ? Allez savoir avec ces créatures. Tout ce qu’on avait fait était immoral, et je n’avais pas encore divorcé de ma femme. Mais il y avait quelque chose. C’était n’importe quoi. Et je n’avais pas la tête à ce genre de choses avec le nouveau coup qui se préparait. C’était compliqué, et c’était dangereux. Je n’avais pas besoin de distractions, et Liv avait été très clair l’autre fois. Elle tenait avec ce flic. Avec ce poulet qui chassait le crime. Elle voulait faire régner la Loi et l’Ordre et mettre les criminels hors d’état de nuire. Nous allions être ennemis. A nouveau. Ennemis après avoir été amants. Et pourtant, j’avais presque envie de lui demander de ne pas sortir la semaine prochaine. D’ici quelques jours à peine. De faire profil bas. Mais elle voudra savoir. Elle veut toujours savoir. Je sentais qu’elle aimait cette fille. Qu’elle tenait à elle en tout cas. Et elle avait raison, fondamentalement parlant. Si elle avait survécu, d’autres en avaient peut-être été capables.


| Je suis content pour toi. Pour vous. Vraiment. Je sais ce que c’est de perdre des frères. Vous devriez rassembler vos moyens et partir loin d’ici, avant que votre présence n’interpelle quelqu’un, et que des gens comme moi ne reviennent finir le boulot. |


Elles n’avaient eu aucune chance en se préparant pour la guerre, ce n’était pas aujourd’hui à deux et sans équipement qu’elles pouvaient espérer l’emporter. Je savais que la quête de Liv la contentait autant qu’elle la faisait souffrir. C’était comme ça. On n’y pouvait pas grand-chose ; on pouvait lutter autant qu’on voulait contre nos instincts, contre la marche du destin mais à la toute fin rien n’y faisait. On devait se lancer dans nos propres croisades avec toute l’énergie que nous avions, sous peine de perdre totalement pied et de devenir totalement fous. Je ne comprenais toujours pas vraiment où elle voulait en venir, mais j’étais la tête en vrac, complètement retourné. Je ne pouvais pas prétendre être plus intelligent que d’habitude, c’était même plutôt tout l’inverse. Elle ne boit pas. Elle hésite. Est-ce qu’elle a peur de re-perdre les pédales, Liv ?


| Bois. Tu risques rien avec moi, ce soir. |


Nous étions trop différents, trop opposés, et j’étais dans un trop sale état. J’avais toujours envie d’elle, oui. Mais je ne voulais plus perdre le contrôle au point de la dernière fois. Et j’aurais pu mettre ma main à couper qu’elle ne le voulait pas non plus. Elle but une lichette, mais pas beaucoup plus. Je lève les yeux au ciel en me resservant quand elle me rappelle qu’elle a pu m’approcher un bon moment sans se faire remarquer. Je soupire. Me frotte les cheveux en pagaille, passant une main sur mon cuir chevelu comme pour masquer ma gêne. Mais la fatigue et la lassitude me font quand même parler et je finis par lâcher à Liv ce que je pensais.


| On les a atomisées, vos « Pierres d’Ames ». J’étais là. Je l’ai vu. Atomisées. Avec une charge nucléaire qui a détruit la montagne et provoqué un tremblement de terre dans la région. Pfiout. Envolées. On nous a tous niqués dans cette affaire, mais c’est trop tard pour avoir des regrets. |


Je ne voulais pas briser ses rêves, mais je ne voulais pas pour autant regarder Liv poursuivre des chimères. Elle avait déjà assez souffert comme ça par notre faute sans qu’on en rajoute inutilement. Toute la différence entre un sociopathe et un psychopathe ; je n’aurais aucun regret de la tuer si j’en avais besoin, et même si ce besoin pourrait être discuté le ressentir me suffirait. En revanche, je ne lui ferais pas gratuitement de mal. Capable des pires extrêmités et atrocités sans doute, mais pas de toutes les horreurs du monde non plus. Elle continue de fuir mon regard. Et regarde son rhum. Je fronce les sourcils. Elle me dit qu’elle ne veut pas que je meure. Je soupire. Qu’est ce qui lui pesait autant ? Ma main glisse, un rien tremblante à cause de l’arrêt des médicaments, de la fatigue et de l’alcool.


| Parce que quoi, Liv ? De quoi tu as peur ? On meurt tous un jour. Et j’aurais déjà dû mourir mille fois. |

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 11 Sep - 14:54

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Nos rencontres étaient si surprenantes, si originales, que cela n’était plus vraiment une surprise au final. Il y avait toujours ces mêmes questions qui me revenaient à l’esprit concernant Jean. Allait-il s’en prendre à moi ? Était-il sincère ? Je ne pouvais avoir aucune réponse à ces interrogations car Jean était un excellent menteur ! Si cela n’avait pas été le cas il serait déjà mort.
Cependant, il y avait tout de même une différence à mon arrivée. L’anxiété… la peur même ! Les fantômes avaient-ils tués Kára ? J’aurais aimé lui poser la question de manière directe mais je n’en faisais rien. Cette façon d’agir fit que la réponse vint d’elle-même. L’étonnement de Jean quant à l’existence d’autres survivantes semblait réelle. Il ne pouvait donc pas avoir mis fin à ses jours s’il ignorait qu’une autre Valkyrie se trouvait en ville.
Sans m’en rendre compte je poussais un très léger soupir de soulagement alors que mon amant reprenait la parole. Je fronçais les sourcils en entendant les mots qu’il prononçait… Fallait-il vraiment que je parte ? Que je quitte la ville définitivement ! Il était la deuxième personne à me le conseiller alors que lui ne savait même pas que j’étais enceinte.



- Merci ! dis-je pensive concernant ses premiers mots. Tu pense vraiment que fuir Europolis est la meilleure solution ? Pourquoi ce serait différent ailleurs ? La peur de l’inconnu est une généralité chez les Hommes… Ou que j’aille je serais en danger. Du moins, c’est ce que je pense, rectifiais-je.


Jean avait parcouru le monde. Peut-être savait-il que je me trompais ! L’homme connaissait peut-être un lieu, une sorte de sanctuaire où je serais en sécurité. Mais je secouais la tête à cette idée. Elle était complètement ridicule. Un peu comme toute cette situation en réalité ! Jamais je n’aurais dû être ici, jamais je n’aurais dû tomber enceinte de cet homme et pourtant… Ma vie déjà compliquée partait totalement en vrille et je me sentais impuissante, incapable de reprendre un cap correct malgré mes bonnes intentions.
Sans m’en rendre compte je jouais avec le verre servi qui me donnait tant envie d’y goûter. Mais j’hésitais ! Cette légère déconnexion fit que je sursautais lorsque Jean s’adressa à moi et je failli renverser ma boisson interdite. J’adressais alors à Jean un charmant sourire…



- Alors si je ne risque rien… Santé ! Au bordel qui régit nos vie..., dis-je en levant mon verre avant de gorge une gorgée plus importante que la précédente mais de façon mesurée.


Je ne vidais pas mon verre comme j’avais pu le faire lorsque j’avais fait la connaissance du Rhum et pourtant j’aurais aimé pouvoir le faire.
Le liquide réchauffa mon palais, ma gorge et j’aimais ça. Je l’appréciais avant de revenir sur un sujet important ! Jean ne releva que l’histoire de ma recherche des Pierres d’Âmes et déclara qu’elles n’existaient plus. J’arquais un sourcil et le dévisageais.



- Je ne te parle pas de simples cailloux tu sais ! Ces Pierres contenaient l’essence même de nos Dieux et je suis persuadée qu’elles existent encore… je le sens ! L’explosion les a peut-être disséminées… ou un truc comme ça. Mais elles sont encore là, quelque part, expliquais-je avec conviction. Ce n’est pas grave si tu ne me crois pas, je sais ce que je ressens, ajoutais-je en fixant Jean.


Puis je regardais à nouveau mon verre comme pour y trouver une réponse. En réalité je savais que je l’avais prévenu parce que je ne voulais pas qu’il meure et je le lui disais… mais il y avait autre chose. L’enfant que je portais ? Sûrement ! Mais c’était plus que ça. Quelque chose de plus complexe m’avait poussé à l’avertir.
Je frissonnais légèrement quand la main de mon amant glissa sur la mienne…



- On meurt tous un jour ! répétais-je. Mais le plus tard sera le mieux non ? demandais-je en regardant Jean dans les yeux. Mes doigts entrelacèrent ceux de l’homme sans que je ne m’en rende compte. J’ai peur que tu finisses par me détester… je crois, ajoutais-je en détournant le regard.


C’est pourtant ce qui allait arriver quand il saurait… Notre proximité n’aurait jamais du se produire et l’enfant que je portais était la preuve de notre… ‘trahison’ ? Oui, on peut dire ça. Il était la preuve de nos trahisons respectives envers nos proches.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 11 Sep - 21:00

Il se passait quelque chose. Liv semblait plus solide que la dernière fois. Moins naïve, moins candide. Ca faisait quoi ? Deux semaines ? Plus ? Je perdais toute notion du temps depuis mon retour de Russie,des années plus tôt. J’avais l’impression qu’une vie s’était écoulée depuis la dernière fois où j’avais simplement profité d’un instant fugace où ni la guerre ni les démons ne passaient leur temps à me harceler. Je ne savais plus vraiment. Mais je n’avais plus la même Liv sous les yeux. Je la voyais plus humaine. Plus simple. Le fait qu’elle manifeste de l’inquiétude à plusieurs sujets comptait sans aucun doute pour beaucoup ; d’habitude elle ne s’inquiétait vraiment de rien si ce n’était de sa solitude. De ses manquements passés. Aujourd’hui il n’y avait plus rien de tout ça. Mais quoi concrètement, j’avais encore un peu de mal à l’estimer correctement. Je la poussais à partir pendant qu’il était encore temps. Avant que le chancre de cette ville ne finisse par la contaminer. Par la pousser dans ses retranchements. Elle était déjà folle. Mais ça pouvait empirer. Je hoche la tête quand elle me demande si je pensais vraiment que fuir était la solution.


| Tu l’es plus ici. Les hommes causent des problèmes partout où ils vont. Partout où ils vivent. Pas d’hommes, pas de problèmes. Le calcul est simple. Tire-toi loin de cette Humanité qui a signé l’ordre de génocide de ta race sans le moindre scrupule. |


Mais elle avait raison, fondamentalement parlant.Elle serait toujours en danger en compagnie des Hommes. Où qu’elle aille. Alors, il fallait encaisser. Mais pour ça il fallait aussi en avoir la force. Du coup, je me retrouvais à trinquer avec une Valkyrie dans ma cuisine. Un an plus tôt, mes gamines se seraient chamaillées pour la tablette de l’autre, pour le mec qui avait répondu à l’une ou pas à l’autre, ce genre de conneries, et j’aurais embrassé ma femme au coin des lèvres en rentrant du boulot. Et là, je partageais un verre de whisky en compagnie d’une nana plus forte que moi, qui allait à la guerre en armure et à dos de cheval ailé. On nageait en plein délire. D’autant que cette nana et moi, nous étions allés plus loin que le sens de l’histoire, qui nous avait mis sur de drôles de rails. Nous trinquons et nous buvons. Mince sourire, qui fend ma barbe mal rasée.


| Au bordel, ouais. |


(i]Et je vide mon second verre. Elle ne l’enquille pas, elle le boit de façon plus empruntée. Sans doute parce qu’elle veut plus le savourer que la dernière fois où ivre, elle m’avait embrassé. Le doigt mis dans l’engrenage. Nous nous étions oubliés, l’un avec l’autre. Jusqu’à perdre totalement pied. Elle n’en démord pas, toutefois, que son peuple et son héritage n’auraient pas disparu. Je n’y crois qu’à moitié. S’il y avait peut être eu des Sœurs de Bataille qui avaient survécu à Minsk, ce n’était sans doute pas le cas de tout ce qui se trouvait dans ce temple… Mais elle était libre de ne pas me croire, de ne pas accorder de crédit aux paroles d’un mortel débarqué en hélico avec ses copains habillés en noir pour tuer tout le monde. Je mesure quand même qu’elle me fait étrangement assez confiance pour me raconter ce que sont ces fichus trésors qu’il avait fallu atomiser. Et qu’elle sentait toujours leur présence. Je hausse les épaules.[/i]


| Crois ce que tu veux. T’as bien le droit de te raccrocher à tout ce que tu veux, ce n’est certainement pas moi qui vais te faire la leçon. |


Elle voulait vivre. Et je compris, alors. J’en avais le souffle coupé, et ça m’avait aussi fermé le clapet. Vivre le plus longtemps possible. Ses doigts qui cherchent les miens, qui s’entrouvrent pour la laisser faire. Qui serrent sa main. Et sa phrase… Je soupire, je détourne le regard, gêné. Je n’avais pas voulu qu’on en arrive là, mais il était clair aux yeux de tout le monde qu’il se passait quelque chose, vous ne pensez pas ?


| Je n’arrive pas à te détester. Tu sais ce qui a fait mon succès, pendant toutes ces années de carnage ? Je m’en fichais. Peu importait qui était l’ennemi. Je n’arrivais pas à le haïr. Pas vraiment. Haïr tout le monde, est-ce vraiment encore de la haine ? Et toi, tu es… Je ne sais pas. T’es spéciale. T’es pas une ennemie. Je fais peut être une connerie mais je suis sûr de moi. On m’a utilisé, et j’en ai assez aujourd’hui. Je suis fatigué. Je suis marié, Liv, et tu veux chasser d’Europolis tout ce qui fait ce que je suis aujourd’hui. Nous serons amenés à nous entredéchirer. Encore. Mais pas ce soir. |


J’attire sa main vers moi. La guide doucement vers moi, lui faisant contourner le bar. Je passe ma main libre au creux de ses reins. Me plonge dans ces yeux si sombres, si pleins de ténèbres, de violence, mais d’un furieux désir de vivre, semblable au mien. Je finis mon verre, et mon autre main ainsi libérée vient caresser sa joue du bout des doigts.


| Je suis peut être bourré, mais je me sens vieux et fatigué. J’en ai marre de tout ce bordel. Je ne saurais pas y renoncer. Pas maintenant que je me noie dans la situation que j’ai moi-même provoquée. Et je suis né pour ça. Mais je ne veux pas qu’on s’écharpe. Je veux que tu restes, ce soir. |


Je savais ce que je venais de faire. Je venais de laisser entrer cette femme dans ma vie. Et je l’embrassais, fermant les yeux, et même si je devais avoir l’haleine chargée en bourbon, j’étais sincère. Je n’avais aucune envie d’anticiper comment mes hommes prendraient la chose, comment je pourrais leur cacher, mais je faisais en sorte de m’en foutre. Je crèverais peut être la semaine prochaine, mais j’aurais au moins passé un peu de temps avec cette fille qui me comprenait au moins un peu, qui ne me faisait pas me sentir si monstrueux, si différent. Je l’embrassais plus fort.

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mer 12 Sep - 0:26

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Dire que tout ici me plaisant serait un mensonge et je n’aimais pas mentir inutilement. Je n’étais pas arrivée à Europolis parce que j’en avais envie, ce n’était que le fruit d’une traque. J’aimais trop les grands espaces sans aucune construction pour que cela soit le cas ! J’adorais sentir le vent frais sur mon visage, me baigner dans une rivière si l’envie m’en prenait, ou courir au milieu des arbres peuplant mon ancienne mon montagne. J’aimais la nature ! Elle m’attirait plus que ces gratte-ciels et je m’en étais rendue compte en partant en France. J’aurais pu vivre heureuse là-bas ! Mais le destin et ma cible de l’époque m’avait conduit ici, dans cette ville immense où le crime devenait de plus en plus présent. A l’époque je m’étais dit que je ne m’éterniserais pas dans le coin. Mais tout avait changé parce que je n’avais pas accompli ma vengeance. Non ! Ma curiosité m’avait rattrapé en voulant savoir pourquoi il m’avait épargné et c’est elle qui m’avait fait croiser la route de Jean avant que je ne le tue sans qu’il ne comprenne d’où venait le coup fatal et qui lui avait assené.
Quelle ironie ! J’étais venue ici pour avoir des explications puis le tuer et à présent je restais ici parce qu’il m’attirait comme un aimant. C’était puissant mais surtout inexplicable ! Alors que devais-je faire si lui aussi me conseillais de quitter la ville ? Je n’en savais rien. D’autant plus que son conseil suite à mes paroles était de fuir les Hommes et pas uniquement cette ville. Me trouver un endroit paisible et éloigné de la civilisation qui perdait toujours un peu plus son humanité. Je soupirais ! Je me voyais parfaitement vivre ce genre de vie… et pourquoi pas voir grandir mon enfant. Mais j’en étais incapable.



- Tu me connais Jean ! Je suis incapable de croire que l’Humanité nous a exterminées… Une poignée d’hommes bien placée a pris cette décision et l’a fait accomplir par d’autres. Je me taisais. Si je pars, ces quelques hommes m’auront vaincu une fois de plus et je ne veux pas que cela arrive.


Cela n’était pas un mensonge, mais une petite partie seulement de la vérité. Le reste, tel un iceberg, restait dissimuler aux yeux de tous, y compris de celui qui me connaissait le mieux. Mais il ne pouvait pas en être autrement puisqu’il était concerné de trop près. Alors je me taisais pour ne pas rendre sa vie déjà houleuse encore plus chaotique ! Pourtant, il arriverait un moment ou un autre où il saurait… à moins que je ne fasse comme ma sœur et que je disparaisse ! C’était une idée au final. Car j’avais de plus en plus l’impression que Kára s’en était allée de son plein gré. La question était de savoir pourquoi !?
Pensive je trinquais au bordel qui régissait nos vies et cela sembla amuser Jean en quelques sortes. Ses sourires, souvent discrets et éphémères, me plaisaient. Il venait de m’en offrir un avant de vider son deuxième verre et le mien fut plus franc, bien que tout aussi bref.
Je ne reprenais la parole que pour rappeler les croyances qui étaient les miennes à Jean. Je ne le faisais pas de manière brutale comme cela avait été le cas la première. Je me contentais d’énoncer un fait et d’ensuite hocher la tête à la réponse de mon amant.



- Il est impossible de rester en vie lorsque l’on a plus de but… Je m’en suis fixé difficile et dangereux contrairement à la moyenne des personnes qui compose ce monde.


Beaucoup avaient pour objectif d’avoir un bon job, une famille et une maison… Une sorte de rêve américain comme ils appelaient ça sans que je ne comprenne ! Pour ma part il m’était impossible de penser de la sorte puisque mon éducation n’avait pas été faite pour avoir ce genre de désir. Cependant, tout ce que je savais et pensais savoir sur ce monde ne collait pas. Ma simple présence ici ne collait pas. Que ce soit dans cette ville ou dans cette demeure ! Pourtant, ce soir, je me sentais vivante et c’était d’autant plus le cas maintenant que l’anxiété avait disparu. La peur, elle, était toujours présente et je savais qu’elle ne disparaitrait pas… elle avait trop de forme différente. La crainte du futur, celle de voir celui qui me faisait face me détester et ce fut cette version que je lui donnais alors que mes doigts enlaçaient les siens sans que Jean ne s’y oppose.
Puis je l’écoutais me dire ce que je représentais pour lui sans être certaine de comprendre. Mais je ne m’y attardais pas car la fin de ses paroles me fit réfléchir… Je le fixais ! *Pas ce soir, ni jamais… Je te l’ai promis.* Je ne contentais pas revenir sur ma promesse mais je ne lui disais pas.

Non ! Je me taisais et laissais Jean me guider vers lui, abandonnant ainsi le flingue et mon verre. Mon regard plongé dans le sien j’y lisais ce que le mien me renvoyait parfois dans le miroir, souvent même. Puis je frissonnais légèrement lorsque sa main se posa sur le creux de mes reins… La légère caresse de ses doigts sur ma joue réchauffa tout mon être et je fermais brièvement les yeux pour apprécier ce contact avant de fixer à nouveau l’homme.
Je n’eus pas le temps de lui répondre avant que ses lèvres ne capturent les miennes. Ma réponse fut physique et non verbale… Je ne voulais absolument pas partir d’ici. Ma main se posa sur la sienne avant de glisser sur son bras jusqu’à sa nuque. Mes doigts parcouraient ses cheveux déjà décoiffés lorsque Jean intensifia notre baiser. Me blottissant un peu plus contre lui ma langue vint effleurer ses lèvres avant de rechercher la sienne.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mer 12 Sep - 23:01

Comme d’habitude, les choses dérapent avec Liv. Pas parce que nous nous rapprochons immédiatement et sans réserve, loin de là. Mais parce qu’il y a une honnêteté et une franchise incroyables dans notre dialogue. Je ne saurais dire pourquoi nous en arrivions souvent à ce genre de situation. Peut être parce que nos routes avaient été parallèles pendant un bon moment ? Allez savoir. Je ne voulais pas être responsable de comment tout ça se finirait. C’était elle finalement, qui s’accrochait autant. Nous étions pourtant si opposés… Elle avait grandi dans un temple, loin de tout. Elle avait été très proche de la nature et de ses congénères, quand j’étais de mon côté un gamin des rues, un sale gosse bercé par la violence d’une cour d’école et l’exemple d’un monde qui partait en ruines. Elle avait grandi dans le respect de précieuses reliques et dans l’entraînement à la perfection guerrière. Et moi, j’étais devenu homme dans la conviction que seule la loi du plus fort prévaut sur tout le reste, et j’avais achevé de m’épanouir dans la glorification du combat le plus brutal qui soit, la recherche du meurtre le plus rapide et le plus net possible. Nos vies avaient été opposées en tout, mais s’étaient retrouvées embringuées l’une dans l’autre par le hasard du destin et par la volonté d’une poignée. Je secouais encore la tête.


| Non, Liv. Certains ont décidé. Mais tout le monde a suivi. Aujourd’hui tout le monde jouerait officiellement les offusqués. Mais personne n’en a rien à foutre. On vit sur ce continent de ce que les multinationales produisent partout où l’armée a vaincu et conquis, et ça ne pose de cas de conscience à personne. |


L’homme était un loup pour l’homme de tout temps, et personne n’avait jamais été épargné par ça. Il n’y avait jamais eu de distinction de lieu ou de moment, de race ou de religion. A un moment ou à un autre, un type voit une pierre par terre et se demande ce que ça lui ferait d’éclater la tête de son voisin avec. C’était inscrit au plus profond de nos gênes. Elle avait toutefois raison sur une autre constante de l’Humanité ; peu importait les épreuves, il y avait toujours des survivants aux pires horreurs. Par sentimentalisme, par incompétence, ou tout simplement par manque de chance. Par loi mathématique. Je hoche la tête, et lève mon verre à la force de sa résolution.


| Et bien, ce verre-là, on va le dédier à l’obstination. C’est bien dans la vie, l’obstination. |



_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Jeu 13 Sep - 1:54

Visite surprise ! × feat Jean Raulne
Pourquoi étais-je venue ? Pourquoi avais-je fracturer la porte d’entrée de cet homme qui hantait un peu trop mes pensées alors que j’aurais simplement pu le prévenir de ma visite ? Je n’en savais rien. En présence de Jean j’oubliais beaucoup de chose mais sans que cela ne me fasse peur… Notre passif commun ne m’effrayait pas car il faisait tout la différence. Grace au drame que nous avions vécu je n’avais pas besoin de jouer un jeu, de mentir et paraître inoffensive… j’avais encore moins besoin de faire comme si je savais tout de ce monde, comme si je le connaissais. En présence de Jean je pouvais être moi, la vraie moi ! Aussi forte que naïve concernant ces Hommes qui peuplaient le monde. Ce fait était réciproque ! Le Fantôme n’avait pas besoin de se cacher car je savais parfaitement de quoi il était capable, ce qu’il avait fait et ce qu’il faisait encore… tout ce qui ferait fuir le commun des mortels s’il l’apprenait. Ces mêmes personnes qui voudraient aussi me voir morte ! Lui et moi étions dans le même bateau malgré nos passés qui devaient être si différents.
Peu importe ! Il y avait quelque chose entre nous… une attirance intense mais si dangereuse. Elle l’était à un point que j’aurais dû fuir puisque le tuer m’était impossible. Mais je restais et j’étais là, chez lui… à peine à quelques centimètres de l’homme que j’avais tant cherché. Il représentait beaucoup de chose pour moi, un peu trop sûrement. Mon passé, mon présent et mon futur si l’on prenait en compte le petit être qui grandissait en moi alors que le père lui-même l’ignorait.

Je fronçais légèrement les sourcils en oubliant mes divagations lorsque Jean m’expliqua que le monde entier avait ‘accepté’ le génocide que j’avais subi… et que les Amazones et Atlantes avaient également connu. Avait-il raison ? Je ne voulais pas le croire. Nos Dieux protégeaient les Hommes… pourquoi l’auraient-ils fait si ces derniers étaient aussi vils que ce que me disait mon amant ? Je n’en savais rien, c’était tellement incompréhensible que je secouais la tête de manière négative, comme un enfant qui ne veut pas croire ce qu’on lui dit.
Mais je comprenais mieux les paroles que prononçaient parfois des aînées qui revenaient du monde des hommes et cette révélation me fit boire une nouvelle gorgée de la boisson servie par Jean. Une légère gorgée mais elle eut le don de me réchauffer.



- C'est une terre de beauté et d'émerveillement, qui mérite d'être chérie de toutes les manières. Mais plus vous vous rapprochez, plus vous voyez la grande obscurité mijoter à l'intérieur, dis-je en fixant mon verre. C’est ainsi que l’une de mes aînées m’a un jour décrit le monde des Hommes, continuais-je en fixant Jean. J’ai toujours espérer qu’elle avait menti mais…


Tout ce qu’elle avait raconté était vrai si je prenais en compte ce que Jean venait de me dire… Le problème de ce monde n’était autre que… l’Humanité ?! Non. Impossible. Cela ne pouvait pas être vrai ! Sinon à quoi bon rechercher les Pierres d’Âmes ? Pour faire revenir des Dieux qui voulaient protéger ceux-là même qui les avaient réduits à néant… presque réduits à néant.
Non, il y avait encore de l’espoir. Les gens n’étaient pas tous mauvais et in intéressés ou trop intéressés. Je le voyais tous les jours. Peu importe si cela passait pour de la naïveté, de mon point de vu c’était… oui ! De l’obstination ! J’esquissais un sourire, récupérais mon verre et trinquais avec celui que Jean tenait. Je buvais une petite gorgée avant de répondre…



- Faisons cela… A l’obstination de la Valkyrie que je suis !




code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Dim 16 Sep - 14:59

Je sens toujours cette proximité avec Liv. Cette collusion. Nos histoires nous ont rendu complices d’un grand bain de sang au regard de l’histoire, et même si elle en fut plus victime que moi, j’avais tellement perdu lors de l’événement que la souffrance et la haine nous avaient rapprochés l’un de l’autre. La puissance de la haine, du désir de vengeance. Le rapprochement de la folie, qui attire et nous unit, est à l’œuvre ce soir. Je sens bien ce qu’est venue faire Liv, même si elle ne le dit pas. Elle n’est pas venue pour sa sœur. Pas seulement. Elle est avant tout venue pour moi. Elle est venue parce qu’elle s’accroche. Malgré mes mises en garde. Malgré la raison qui la pousserait à lâcher l’affaire. A se casser pour de bon. J’essaie de la convaincre que l’Humanité ne mérite pas une seule seconde ses inquiétudes. Qu’elle ne mérite pas plus son engagement. L’Humanité pue la merde et la fange qui l’ont vue naître et mourir, et elle ne devrait pas s’abaisser à son niveau en rejoignant le combat dans cette bouillasse épaisse. J’ai un mince sourire amusé quand elle vante la Terre et le fait qu’elle devait être chérie.


| On la chérit tellement, cette bonne vieille humanité, qu’on l’explose et qu’on la balafre avec du feu et de l’acier. En permanence. Ca dure depuis toujours. Et tant qu’il y a des hommes ici, il n’y aura pas de paix. |


De cela j’étais certain. Tant qu’il y aurait des Hommes il y en aurait des comme moi, et tant qu’il y en aurait des comme moi, on se retrouverait sans le moindre doute avec des bains de sang réguliers sur les bras. C’était comme ça. Elle trinque. Elle boit.


Et voilà c’est parti. Encore une fois je perds pied avec la réalité, avec mes objectifs, avec ma nature même, celle du soldat. Ne reste que l’homme, le fou, qui est incapable de se comporter avec raison plus de quelques instants. Il y a forcément une explication à mon comportement. Mais pas d’excuses. Maintenant c’est trop tard, je sais que je suis fichu dès que mes lèvres s’emparent avec possessivité de celles de la guerrière. Je me damne alors, sans regrets et sans un seul regard en arrière. Cette maison pue la défaite et les disputes, mais le goût des lèvres de Liv lui donne une toute autre atmosphère. Je suis prêt à m’enivrer d’elle, avec elle. J’abdique tout espoir de m’échapper de tout ça un jour ou l’autre, quand je me noie dans les yeux de Liv.



_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Dim 16 Sep - 20:49

Visite surprise ! × feat Jean Raulne

J’esquissais un sourire aux paroles de Jean. Je ne lui avais pas réellement parlé de l’Humanité, pas du tout même ! J’avais évoqué la Terre, cette planète qui les accueillait, qui nous donnait un endroit pour vivre. C’était elle qui était belle et qu’il fallait chérir. Les Valkyries, les Amazones et les Altantes le savaient… même les animaux le comprenaient ! Mais les Hommes… Ils étaient destructeurs. C’était ce qui amenaient certaines de mes sœurs à penser que nos Dieux n’auraient jamais du les protéger. Ils ne le méritaient pas, ils ne nous méritaient pas. Ce n’était pas tant une folie de penser de la sorte quand on voyait ce qu’ils avaient fait à mon peuple ! Mon sourire s’estompa légèrement mais ne disparut pas complètement alors que je fixais Jean.
Je haussais les épaules, presque rêveuse avant de reprendre la parole.



- La perfection n’hésite pas… et il semblerait que le principal défaut de la Terre ce soit donc vous, les Hommes ! Je me taisais. Vous êtes l’incohérence même… Capables de créer l’émerveillement comme l’atrocité.


J’aurais pu encore donner mon avis sur ce sujet durant de longues minutes mais je me taisais malgré tout. Je me rendais compte que je n’avais pas envie de parler rien qu’en observant l’homme chez qui je m’étais ‘invitée’. La raison de ma venue, même si j’avais réellement craint pour la vie de Jean et celle de ma sœur, n’était pas celle que j’imaginais. Je devais le reconnaître car si je ne le faisais pas cela voudrait dire que je me mentais à moi-même. Ce genre de chose n’était pas une bonne idée, loin de là. J’étais venue ici pour le voir, pour sentir son corps contre le mien, pour goûter à nouveau à ses lèvres.
Mais n’y avait-il pas autre chose ? L’enfant ! Ne devais-je pas lui en parler ? Jean était le père… Impossible qu’il en soit autrement puisque je n’avais pas eu d’autre amant. J’hésitais… Je craignais sa réaction ! C’est pourquoi je choisissais de me taire alors qu’il m’attirait vers lui. Ce qui était sur le point de se passer effaça mes craintes et mes pensées. Le baiser intense me le confirma…





code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Dim 16 Sep - 22:06



_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Dim 16 Sep - 23:35

Visite surprise ! × feat Jean Raulne


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Lun 17 Sep - 0:10

Mais d’eau. Je me relève péniblement, courbaturé de partout. J’attrape une bouteille que j’ouvre et j’en engloutis avidement plusieurs gorgées avant de tendre la bouteille à Liv.


| Je me rappelle pas d’avoir fait ça ici, tiens, avant ce soir. C’est pas si mal. Mais un lit, c’est mieux. |


_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 18 Sep - 12:51

Visite surprise ! × feat Jean Raulne




- Ce ne serait pas si terrible comme mort si on y réfléchit bien… non ? demandais-je pensive. Bien sûr ce n’est pas ce que je souhaite, précisais-je en le regardant se lever péniblement.


Il est vrai que moi aussi j’avais soif ! Je profitais du temps qu’il récupère une bouteille pour me lever avec grâce et rapidité afin de récupérer mon seul sous-vêtement fait de tissu satiné et de dentelle. Je l’enfilais et prenais la bouteille que mon amant me tendait.


- Merci !


J’avalais quelques gorgées avant de regarder autour de nous. Je n’avais pas besoin de préciser que c’était aussi une première pour moi que de faire ça dans une cuisine puisque Jean connaissait mon histoire.


- Pas si mal, répétais-je. J’ai adoré ! Mais il est vrai qu’un lit est plus confortable qu’un meuble, continuais-je avec un sourire malicieux.


Mais au même moment mon regard se posa sur le bandage tâché de sang et mon sourire disparut. Ma main effleura le tissu avant que je ne plonge mon regard dans celui de Jean… puis je me souvenais ! Pas de question.
Mon regard se détourna alors de l’homme afin que je ne parle pas sans le vouloir et se posa sur le frigo. Je me rendais compte que j’avais faim mais je ne disais rien.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Lun 24 Sep - 21:22

L’ébat n’avait pas été plus calme que la dernière fois. Moins dangereux sans doute, mais jamais je n’aurais pu faire tout ça, aussi fort et sans la moindre retenue, à Jana. Une fois ou deux avec elle, j’avais fini par me laisser m’emporter par le désir, par la pression, par ces habitudes violentes qui transpiraient chacun de mes actes aujourd’hui. Je ne savais pas pourquoi je me laissais autant aller avec Liv, pourquoi je lui laissais autant de prise sur moi, pourquoi je m’abandonnais autant. Nous étions ennemis et si peu semblables finalement. Deux guerriers oui, mais elle avait un sens de l’honneur que je n’aurais jamais. Si l’étouffer dans son sommeil pouvait m’être d’une quelconque utilité ou d’un secours déterminant, je le ferais. Sans hésiter même, pourrais-je ajouter. Le bruit qu’elle fait pendant le sexe résonne encore à mes oreilles, et son souffle si chaud me fait perdre la raison au moment fatidique, quand j’ai l’impression d’enfin parvenir à arriver à bout d’une créature diablement résistante, qui me laisse en sueur, pantelant. Elle n’avait définitivement pas grand-chose d’humain en dehors de son apparence. J’entends encore le ton qu’elle avait, déterminé mais presque suppliant, quand elle m’appelait par mon prénom. Je reprenais difficilement le contrôle de mon souffle, et j’avais l’impression d’avoir pris dix ans d’un coup vu comment mon corps tout entier était meurtri, endolori.


Elle me remercie quand je lui donne de l’eau. Des affaires, il y en avait partout. Nous avions vraiment fait les sagouins. Je me frottais la barbe rêche d’un revers de la main, l’autre posée sur ma poitrine pour sentir ce corps qui cognait contre ma poitrine comme pour se rebeller de l’effort que je lui avais infligé.



| On meurt tous un jour | répondis-je simplement


Elle convenait que ça avait été bien. Et qu’elle avait adoré. Et que le lit c’était plus confort que le mobilier de ma cuisine. Je riais en me frottant les cheveux, trempés de sueur.


| Tu peux rester ici cette nuit, si tu veux. Ce n’est pas comme si cette maison n’avait pas assez de lits pour une invitée, et je crois qu’on a passé le stade à ce que tu rentres chez toi, non ? |

_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Mar 25 Sep - 11:07

Visite surprise ! × feat Jean Raulne

Le sexe était-il toujours aussi torride, pour ne pas dire violent ? D’après le peu d’expérience que j’avais à ce sujet la réponse était oui mais j’avais des doutes. Ces derniers prenaient naissance dans de vieux souvenirs que j’avais. Je me rappelais parfaitement de ce que mes sœurs disaient au sujet de ce qu’elles avaient vécu durant leurs ébats mais ces ragots étaient rares. En tout cas, la douceur, le romantisme n’étaient pas fort de Jean. Pas du tout même ! Est-ce que je m’en plaignais ? Non. Comment aurais-je pu alors que je ne connaissais pas ce genre de rapport ? Ce qui nous est inconnu ne peut pas nous manquer. Bien sûr cela peut nous faire envie ! Était-ce mon cas ? Avais-je envie de douceur et de tendresse ? J’observais mon amant encore en sueur après ce que nous venions de vivre. Je n’arrivais pas à savoir si j’aurais voulu que ce rapport soit différent. Ce manque de réponse me laissa penser que non. J’avais aimé ! Il n’y avait rien à rajouter à cela. Même le support à nos ébat ne m’avait pas déranger le moins du monde… ce qui n’était pas forcément le cas de Jean.
Cette pensée me fit sourire mais je ne disais rien. Les hommes pouvaient se montrer susceptibles quand on leur rappelait leurs limites et agacer Jean était bien la dernière chose que je voulais. Je buvais de l’eau à petites gorgées lorsque mon amant déclara qu’on devait tous mourir un jour. J’avalais une dernière gorgée et le fixais… Même sans parler de mort violente, de maladie ou autre, si seule la faucheuse venait nous chercher une fois l’heure venue, Jean serait le premier. Pas seulement parce qu’il était plus âgé que moi mais aussi qu’il n’était un simple Homme.



- C’est vrai, dis-je en tentant d’oublier cette pensée morbide.


Parler du lieu de notre ébat me fit oublier le souci de la vie très brève, trop courte même, des hommes et mes paroles semblèrent amusé Jean que je parvenais à faire rire. Ce son échappé de ses lèvres fut agréable à mes oreilles et me fit sourire alors que je le fixais. Une invitation à dormir chez lui ! Était-ce une bonne idée ? Rien n’était sûr mais je ne voulais même pas me poser la question. Je hochais donc la tête de haut en bas pour accepter sans lâcher le regard de mon amant.  


- Je ne suis pas contre le fait de rester ici mais...  Puis je me mordillais la lèvre inférieure alors que mon regard se posait brièvement sur le frigo. Ça t’embête si… si je me sers !? demandais-je en indiquant le réfrigérateur.


En temps normal j’avais toujours su résister à la faim… mais ces derniers temps cela était plus compliqué ! Encore plus surprenant je mangeais des choses que je n’aurais jamais goûtées avant. Puis, sans attendre une réponse claire de mon amant je me décidais à aller ouvrir le frigidaire. Ma faim se transforma en envie de cornichons lorsque je les voyais… Ni une, ni deux je récupérais le bocal. Et là, alors que j’allais refermer la porte du frigo quasiment vide je remarquais un pot de confiture que j’attrapais aussi.


- Désolée ! Je n’ai pas mangé… m’excusais-je alors que je croquais dans un des condiments sur lequel j’avais mis de la confiture.


Cette association improbable me plaisait… et pourtant, chose que j’ignorais, elle aurait fait fuir beaucoup de monde.


code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Ven 28 Sep - 22:35

Forcément qu’on avait dépassé ce stade. Déjà, c’était la quoi. Troisième fois que nous couchions ensemble ? La deuxième fois en tant qu’étape, la première fois nous l’avions fait deux fois, et ça nous avait beaucoup coûté à tous les deux compte tenu de nos natures, de nos folies et des circonstances qui nous avaient réunies la fois passée. Je ne cherchais plus à lutter, il y avait visiblement un contexte qui nous était propre, à Liv et à moi. Qui serais-je pour essayer d’aller à l’encontre de cette chose qui nous ramenait l’un vers l’autre ? Je ne parlais pas d’amour. Pour moi, ce genre de sentiment, c’était bon pour un parent envers ses gosses. Homme et femme, ou entre le même sexe, ce n’était sans doute qu’une passion mutuelle, plus forte quand elle était accordée. Rien de plus. Si le véritable amour existait, Jana l’avait jeté aux orties en se barrant et en me traitant d’homme dangereux, à même de lui faire du mal, à elle et à nos filles. C’était comme ça, et je n’avais pas les munitions nécessaires pour lutter dans ce genre de domaine, opposé à ce type d’adversité. Je devais garder ce que j’avais en main pour essayer de peser là où je le pouvais vraiment. Autrement, les choses deviendraient bien vite trop compliquées et je perdrais sur tous les fronts en même temps.


La Valkyrie semble contente de vivre, ce soir. Difficile de dire si c’est à cause de l’orgasme qu’elle semble avoir eu ou par le fait que je ne la repoussais pas, que je ne le jetais pas dehors. Et elle convenait de ce que je disais, tout en hochant la tête et en buvant de l’eau. Son regard ne me quittait pas et je constatais qu’évidemment, elle cherchait à me jauger, à voir si j’étais sérieux. Et je n’en démordais pas. J’étais convaincu qu’un jour ou l’autre, nous allions en venir à nouveau aux mains. Sérieusement cette fois. Peut être jusqu’à la mort, comme il aurait dû en être depuis le tout début de nos retrouvailles. Mais pas ce soir. Ce soir j’étais fatigué et une dure épreuve m’attendait la semaine prochaine. Elle se mordille les lèvres dans cette attitude si innocente, et si séduisante aussi.



| Oui ? | Je l’invitais à poursuivre, interrogatif, sourcil arqué.


Et elle me demande si elle a le droit de se servir. L’espace d’un court instant, je ne comprends pas vraiment où elle veut en venir. Et elle s’excuse, après avoir désigné le frigo. Se servant… Des cornichons et de la confiture ! Je grimace


| Mais ça va pas ? Je dis pas que j’ai plein de trucs dans le frigo mais quand même… Me dis pas que vous bouffiez ce genre de trucs, par chez toi ? |


Je m’étends, nu comme un verre, et fais craquer mon dos.


| Je vais monter, je pense. J’ai trop bu et tu m’as démoli. Si ça ne te fait rien… Tu peux me rejoindre dans la grande chambre. Sinon j’avais gardé le lit de mes filles, juste au cas où. |


Juste au cas où quoi ? Jamais elles ne reviendraient.


| Viens dans mon lit, quand t’auras fini. | dis-je, plus assuré.


Jana aussi ne reviendrait plus.


_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Jeu 4 Oct - 15:03

Visite surprise ! × feat Jean Raulne

Auprès de Jean j’observais l’intérieur de la demeure… Je n’avais jamais réussi à me l’imaginer lorsque je guettais mon ‘ennemi’ depuis l’extérieur ! Mais comment cela aurait-il pu être possible alors que je ne savais même pas comment vivait une famille. Je remarquais qu’il y avait de la décoration, des photos, des notes écrites à la main dont je ne saurais dire par qui elles avaient été écrites. Sa femme et ses filles ne vivaient peut-être plus ici mais cela ne changeait rien au fait que le logement de Jean semblait plus vivant que le mien !
Je n’avais rien contre mon petit appartement ; il était douillet, accueillant mais aussi impersonnel. Il n’y avait pas de télé, de radio ou autre appareil technologique ! Comme décoration murale je n’avais qu’un dessin que j’avais moi-même réalisé d’Epona ainsi qu’une grande mappemonde. Mon chez moi ressemblait aux images publicitaires que les magasins de meubles envoyaient. Je me promettais de changer cela… Je pourrais par exemple accrocher des photos prises en France. Cette idée me plut mais le fil de mes pensées fut interrompu par… la faim !

Après hésitation je demandais à mon amant l’autorisation de me servir dans son frigo. Sur le coup je remarquais qu’il ne saisissait pas ce dont je lui parlais mais la compréhension viendrait lorsqu’il me verrait ouvrir son garde manger ! Mal élevée ? Non, j’avais seulement faim et puis mon éducation n’était pas celle de Hommes.
Je constatais que le contenu du frigo n’était pas des plus merveilleux mais il y avait tout de même deux trois trucs qui semblaient intéressants. Alors pourquoi est-ce que je choisissais les cornichons et la confiture ? Bonne question ! J’en avais vraiment, vraiment envie.
Je comprenais vite que mon mélange n’était pas courant en voyant la tête de mon amant. Et même si je le regardais cela ne m’empêcha pas de sursauter à ces premières paroles en prononçant un simple
« Quoi ? » totalement innocent.
J’arquais un sourcil à la suite des propos et me retenais de rire. J’avalais une autre bouchée avant de répondre.



- Non mais franchement… tu nous imagine entre deux séances de combats en train de faire des… comment ça s’appelle déjà ? … Des conserves ? demandais-je amusée. On ne mangeait que des fruits, légumes et viandes ! Je grignotais un autre cornichon-confiture. Et je ne sais pas pourquoi j’ai pris ça ! J’en ai eu envie… c’est tout !


Je me penchais en avant pour regarder mon amant alors qu’il s’étendait, visiblement exténué. Je hochais la tête à ses paroles mais je le fixais, curieuse, lorsqu’il me parla de la chambre de ses filles. Il voulait que je dorme chez lui mais pas avec lui ? Je n’étais pas certaine de comprendre. Pourtant je ne posais pas de question, exactement comme je l’avais fait concernant le bandage qu’il portait.
Mon regard se posa d’ailleurs sur ce dernier. Qu’avait-il fait ? Est-ce que la ou les blessures provenaient de ses activités extra-professionnelles ? Sûrement. Mais déjà je fixais l’homme et entendant les nouveau mots qu’il prononça.



- Je te rejoins.


Je le regardais partir et me retrouver seule ici me sembla étrange, déplaisant… Cela ne m’empêcha pas de grignoter encore deux trois morceaux. Je rangeais le tout une fois rassasiée et buvais de l’eau pour me rincer la bouche. Je ramassais les vêtements qui traînaient et les déposais sur le dossier d’une chaise… Je montais ensuite l’escalier vêtue d’une simple culotte de satin et dentelle noire. Je trouvais la chambre sans trop de mal puisque la lumière y était allumée… je marquais pourtant un temps d’arrêt à la porte d’entrée le temps d’observer la pièce et mon amant.
Je me dirigeais ensuite vers la fenêtre pour observer la vue sans me montrer et lorsque je me retournais je constatais la présence de bouteilles de Whisky. Originale la déco ! J’aurais aisément pu faire le tour du lit mais je choisissais de passer par-dessus mon amant en m’arrêtant en chemin… me retrouvant ainsi à califourchon sur son intimité sans totalement prendre appui. Je le fixais en me rendant compte que je pourrais parfaitement le dominer en cet instant ; mais pas forcément pour le tuer. J’esquissais alors un sourire avant d’effleurer ses lèvres de ma langue et d’y déposer un baiser.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Au revoir, à jamais
Messages : 4137
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: The Mad Foxes
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 8
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Sam 6 Oct - 17:50

Viens dans mon lit. Ca sonnait bête, comme invitation. Mais en fait, c’était mon instinct qui me le soufflait, et pas sans raisons. Je ne voulais pas qu’elle dorme ailleurs, tout d’abord parce que c’était foncièrement stupide. Ensuite, je ne voulais pas non plus qu’au réveil, je la retrouve dans le lit d’une de mes filles. Leurs chambres étaient restées telles qu’elles l’étaient en partant de la maison avec leur mère et ça me dérangerait d’y retrouver quelqu’un d’autre. Sans compter que je me retrouvais aussi à envisager de faire dormir une maîtresse, une femme que j’avais corrompue et que j’avais baisée sans vergogne, chez moi. Dans le lit d’une de mes filles, ça sonnerait comme assez pernicieux, et même si j’étais un homme cruel et violent, je n’en étais pas pour autant dénué de principes. Ca me semblerait vraiment trop déplacé. Alors je lui proposais de dormir ici, parce que ça me semblait normal et parce que nous avions clairement dépassé un stade, mais aussi parce que j’en avais envie. Je me sentais seul depuis trois mois. Seul au milieu de mes Fantômes… Fantômes au sens figuré, comme au sens littéral.


La jeune Valkyrie se fait l’innocence même quand je rebondis sur l’étrange mélange qu’elle souhaite ingurgiter. Pouah. Déjà que je raffolais peu des cornichons mais alors là… c’était vraiment du vice. Ce que Lily me dit ensuite faisait sens à mes yeux, mais il n’en restait pas moins que c’était étrange, et que je ne m’y faisais pas, ni à la tronche, ni à l’aspect « gustatif » de la chose. Je haussias les épaules, et je montais donc, alors qu’elle me disait qu’elle allait me rejoindre. Je monte éreinté, peinant à grimper avec mal aux cuisses et aux adducteurs. Je finis par maugréer dans la chambre, virant du pied une bouteille de whisky sous le lit et en prenant la suivante sur la tablette de ma femme, qui me servait d’espace de stockage improvisé. Je débouche la bouteille avec les dents. Crache le bouchon. M’enfile une bonne lampée, et repose ensuite la bouteille. La tête tourne de fatigue. Je me laisse affaler sur le lit, ni comme un verre. Sans tirer couettes ou draps. Liv arrive finalement. Elle me regarde avec un drôle d’air. Passe au-dessus mais reste à califourchon. Léger sourire.


Sa langue passe sur mes lèvres et je frémis.



| Tu n’en as pas eu assez, tout à l’heure ? |



_________________





I've become impossible holding on to when
When everything seemed to matter more
The two of us
All used and beaten up
Watching fate as it flow down the path
We have chose
You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1327
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Visite surprise !   Sam 6 Oct - 23:55

Visite surprise ! × feat Jean Raulne

Tout en rangeant ce qui traînait je réfléchissais à ce que j’aurais fait si Jean avait véritablement voulu que je ne dorme pas avec lui. La réponse était simple… Je serais partie ou peut-être aurais-je dormi sur le canapé. Il semblait confortable ! Mais jamais je n’aurais pu dormir dans la chambre d’une de ses filles. Pourquoi ? Je n’en savais rien. Cela me semblait déplacé et rien que l’idée me gênait mais j’étais incapable de savoir pourquoi… D’autant plus que je n’étais pas certaine qu’il soit plus correct de dormir dans le lit d’un couple marié ! Car Jean l’était encore me semblait-il. Je n’en étais pas certaine puisque je ne m’amuserais jamais à lui poser la question mais il portait cette bague à l’annulaire… son alliance ! Elle symbolisait son mariage et le fait qu’il la porte encore voulait dire qu’il n’avait pas divorcé. Les femmes de sa vie s’étaient juste barrées.
Juste ça ? Je secouais la tête en passant devant une photo… Ils avaient l’air si heureux. Mais je ne m’attardais pas et me décidais à rejoindre mon amant dans la chambre qui était éclairée. Cela ne m’empêcha pas de jeter un coup d’œil rapide aux endroits où ses filles dormaient. C’était étonnant ! Rien ne laissait supposé que celles qui rendaient ces lieux vivants avaient quitté cette maison. C’était triste en y pensant mais je chassais ces pensées de mon esprit. Cela fut d’autant plus facile alors que je rentrais dans la chambre de mon amant.

Mon regard se posa sur lui, toujours complètement nu et toujours aussi attirant. Je ne savais pas ce qui me poussait à aller vers lui mais cette force était très puissante. Curieuse, je prenais tout de même le temps d’observer la pièce et la vue de celle-ci. Je reconnaissais même un des endroits où il m’arrivait de me cacher quand j’espionnais Jean. Tout cela me semblait tellement lointain ! A présent, j’étais ici, dans cette demeure que j’avais tant observée. Mais qu’importe, ce qui m’intéressait le plus était la personne présente dans le lit… celle-là même qui me faisait me sentir en vie.
Alors sans demander la permission au principal intéressé je m’installais sur Jean. En même temps je savais que l’homme avait assez de caractère pour mettre un terme à tout cela s’il ne le désirait pas. Mon désir pour lui était à nouveau présent et ma langue passant sur ses lèvres lui prouverait sûrement. J’esquissais alors un sourire à ses paroles !



- Je vérifie ta théorie sur le fait qu’un lit est plus confortable…





code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Visite surprise !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite surprise !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» Visite surprise [PV les locataires de la chambre]
» Visite surprise (Pv Bruno)
» Visite surprise | Lilianna et Trystan
» Une petite visite surprise. [Seth et Emeraude]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: