Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Dim 5 Aoû - 11:14

10 Février 2050

Ce soir-là, Kate ne travaillait pas au bar. Son patron s'était montré plutôt compréhensif vis à vis de sa démission. Il avait allégé ses plannings dès qu'il lui avait trouvé un remplaçant ce qui était allé assez vite. A la fin du mois, la brune ne retournerait au bar que pour boire un coup et aucunement pour en servir. Elle ne l'avait encore dit à personne excepté sa mère. Penchée sur ses bouquins, elle entendit Fallon l’interpeller. Cette dernière sortait de façon discrète comme à son habitude. L'étudiante se doutait qu'il s'agissait de la Crows League mais l'africaine ne lui donna pas de détails. Généralement, la jeune femme n’était pas briefé avant une opération … Par contre elle avait le débrief. Elle ne s’attendait pas à recroiser sa mère avant le lendemain matin. Perdue dans ses pensées, Kate revint à la réalité se plongeant de nouveau dans ses cours. Elle avait accès ses révisions du jour sur la physique et la chimie et plus particulièrement sur ce qui servait à l'analyse de traces de pneus. La visite qu'elle avait fait au sein de la PTS l'avait pas mal branché sur cette spécialité.

Au bout de près de deux heures, l’étudiante commença à déconnecter de ses cours. Elle avait dû réviser au moins huit heures aujourd’hui et méritait bien une petite pause. Il fallait qu’elle se fasse à manger, au moins de quoi grignoter. Attrapant son téléphone, il était dix heures passé. La belle se releva de sa chaise et se dirigea vers la cuisine. Ouvrant le frigo, elle se fit la réflexion qu’elle mangeait beaucoup sur le pouce ces derniers temps. La jeune femme ne prenait pas le temps de faire grand chose à part étudier. Elle se demandait même si elle allait réussir à tenir ce rythme éreintant jusqu’au bout. Il fallait qu’elle songe à trouver une solution pour se détendre. Ses pensées s’envolèrent immédiatement vers le bel écrivain qu’elle n’avait pas vu depuis quelques jours. Sans réfléchir, ses doigts pianotèrent sur son téléphone, proposant à Henry de passer la voir. Optant pour la simplicité, Kate commença à faire cuire des pâtes et sortit du coulis de tomate et du jambon. Son portable vibra annonçant un nouveau message. Le beau brun se mettait en chemin. Le coeur de la barmaid s’accéléra le temps de quelques secondes. Tel un enfant à Noël qui n’avait qu’une hâte c’était d’ouvrir ses cadeaux, la brune était presque en train de trépigner sur place à l’idée de revoir le garçon. Un détail retint l'attention de la jeune femme : Henry voulait rencontrer sa mère. Il faudrait tout de même qu'elle aborde ce sujet avec l'africaine avant.

Alors que l’eau commença à faire des petites bulles, la brune y trempa les spaghettis. Sur une autre plaque, elle versa le coulis de tomates dans une poêle pour le réchauffer tout doucement. Remuant de temps en temps les pâtes, elle se mit à couper le jambon en petits carrés afin de les ajouter au coulis. Après avoir mis un peu de sel, de poivre et de thym, la miss n’avait plus qu’à laisser le tout à feux doux en attendant la fin de la cuisson des pâtes. Une fois les spaghettis égouttées, elle les versa dans la poêle et remua doucement avant de couper le feu. Comme si tout avait été minuté et préparé à l’avance, on frappa à la porte à ce moment-là. La jeune femme alla ouvrir sans réfléchir une seule seconde à la tenue qu’elle portait. La brune aimait être vêtue confortablement à la maison aussi elle arborait un débardeur à fines bretelles et un mini short de sport, une tenue toute noire qui épousait bien les formes de son corps. Ouvrant la porte, son sourire s’étira largement lorsqu’elle aperçut Henry.

Salut … Je t’en prie entre.

S’écartant de l’ouverture de la porte pour le laisser entrer, Kate referma derrière lui la porte, oubliant de remettre le verrou. Elle lui fit alors face, détaillant ce visage angélique qui lui plaisait tant.

C’est gentil d’être passé et de m’avoir répondu aussi vite.

S’approchant du jeune homme, elle se hissa sur la pointe des pieds pour l’embrasser. Ses douces lèvres étaient toujours aussi savoureuses. La brune sentit tout son corps se relâcher petit à petit juste par la présence du beau brun et cette proximité qu’elle venait de mettre.

Est-ce que tu as mangé ? Tu as faim ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 16 Sep - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Dim 5 Aoû - 13:36

J'étais chez moi ce soir, espérant recevoir la visite de Kate. J'étais en train d'écrire, pensant à la belle brune alors que les mots défilaient tout seul. J'avais des idées, beaucoup trop, je tâchais de les organiser au maximum, de ne pas me disperser, de rester concentrer sur mon personnage et l'aventure qu'elle allait vivre dans ce roman. C'était encore plus amusant maintenant d'écrire en imaginant Kate vivre ces aventures, cela donnait un côté très réaliste, enfonçant encore un peu le côté humain du personnage qui avait tellement séduit. Comme toujours je donne à mes personnages annexes un côté humain dans leur caractère ou leur physique, souvent les deux. J'ai repris quelques contrats de chauffeur, pas tant pour l'argent que pour le plaisir de rouler que j'avais un peu délaissé ces derniers temps et puis il y avait eu la visite de la barmaid il y a quelques jours de ça. J'avais été enchanté de la voir arriver chez moi, de l'entendre sonner à la porte. Je crois que je ne pourrai jamais me lasser de sa présence à mes côtés, de son sourire et de sa tendresse. Je suis même de moins en moins timide, de plus en plus à mon aise et cela m'enchante d'autant plus que ça me permet d'être totalement à l'aise avec elle. Je m'attendais pas à avoir de ses nouvelles, elle m'avait dit qu'elle allait réviser toute la journée aujourd'hui. J'avais bien compris combien ce nouveau métier lui tenait à cœur, les efforts qu'elle mettait dans sa réussite et je lui avais promis de ne pas influer dans ses révisions sinon pour l'aider si elle avait besoin. Alors quand mon portable sonne et que c'est un SMS de sa part que je lis, une invitation à venir le rejoindre, je ne peux que sourire et répondre prestement que je n'allais pas tarder à arriver.

Tout en roulant dans ma voiture personnelle, celle que je n'utilise pas pour travailler, elle est beaucoup moins classe en apparence mais avec un bon petit moteur, une Saab 99 GT, je me surprends à penser à la dernière phrase du SMS de Kate. A croire qu'elle redoutait vraiment ma rencontre avec sa mère, elle semblait tout faire pour que ça n'arrive. Redoutait-elle à ce point le caractère de sa mère ? Aurai-je dû enfiler un gilet pare-balle avant de venir retrouver ma petite amie ? Ou était-ce en moi qu'elle manquait de confiance ? Etais-je le problème ? Cette question me turlupine, c'est un peu idiot quand même mais pourquoi Kate s'est-elle sentie de préciser que sa mère n'était pas là ? Cela voulait-il dire que je devrai avoir disparu avant son retour ? C'était assez confus mais en arrivant devant chez elle, me gardant adroitement dans un petit créneau rapide entre deux voitures beaucoup plus classes et récentes, je m'avance vers la porte et enfonce la sonnette. Converse, jean, chemise blanche à manche courte et une veste en cuir pour me protéger du froid. Une tenue simple, celle que je portais avant de décoller. Mes cheveux sont en chaos, comme bien souvent et après avoir toqué, je retire mes oreillettes, coupant la musique. Kate connaissant ma condition particulière, je lui fais confiance pour ne pas m'agresser les tympans. Elle est la seule avec qui je me débarrasse de mes oreillettes, en toute confiance envers elle. Ma première vision est ce visage magnifique et la seconde ce sourire envoûtant qui se dessine sur ses lèvres. J'entre à son invitation.

« Bonsoir, belle demoiselle. »

Je la trouve plus belle à chaque fois que je la revois, c'est à n'y rien comprendre. Sa tenue est pourtant très simple mais épouse parfaitement chacune de ses formes ce qui n'échappe pas à un regard rapide qui passe sur son corps de rêve.

« Tu avais douté que je vienne ? »

Je souris en disant ça, je crois qu'elle savait parfaitement qu'il aurait fallu un sacré contre-temps pour ne pas me voir arriver après son message. Un doux petit baiser se partage entre elle et moi, je ne résiste jamais à ce genre d'attention de sa part.

« C'est gentil, j'ai déjà mangé. »

Je défais les lacets de mes chaussures, les rangeant de côté pour ne pas qu'elle gêne dans l'entrée. J'ignore si Kate espère encore de la visite ou pas. C'est la première fois que je viens ici, je la suis donc sagement, ce qui n'est pas un difficile effort contrairement à celui de garder mon regard autour de moi plutôt que sur ses fesses … Ce genre de short aussi sexy et moulant devrait être interdit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Dim 5 Aoû - 15:46

10 Février 2050

Henry faisait son effet sur la jeune femme dès son arrivée. Son joli visage, son beau sourire et ses paroles à tomber la renverse sont trois éléments qui participaient grandement au charme incontestable de l’écrivain. A croire qu’il ne pouvait s’empêcher de lui faire des compliments. La remarque suivante étira le sourire de la brune. Après s'être embrassé, ils se déplacèrent, laissant l’entrée derrière eux pour s’installer dans le canapé. Repliant une jambe sous elle, Kate s’installa face à l’écrivain. Prenant ce petit sourire charmeur et taquin, elle s’approcha d’Henry et murmura :

Aurais-je une raison de douter de toi ?

L’étudiante profita de leur proximité pour déposer un doux baiser sur sa joue. Elle était tellement contente de le voir. Sa main attrapa celle du chauffeur, caressant le dos de sa main du bout des doigts. La jeune femme découvrait au fur et à mesure de leur rencontre le principe d’être un couple, cette envie voir ce besoin d’être avec l’autre, contre l’autre. Kate ressentait actuellement ce besoin de se blottir contre lui. A croire que la sensation procurée par sa présence physique pourrait résoudre tous les problèmes.

Qu’as-tu fait de beau aujourd’hui ? Ton livre avance ?

Maintenant qu’elle avait appris qu’elle avait été à l’origine de l’inspiration du premier livre, la brune s’inquiétait de la bonne évolution de la suite. Henry méritait de réussir et de connaître le bonheur. La barmaid, bientôt ex-barmaid, se demandait comment celui-ci allait réagir lorsqu’elle allait lui apprendre qu’elle avait posé sa démission. Le concours approchait à grand pas et la jeune femme voulait ne se préoccupait plus que de cela. Enfin, en réalité, elle voulait pouvoir avoir des moments pour souffler afin de ne pas être fatiguée pour le jour J. Si ces moments de break comme ce soir, pouvaient se passer avec le beau brun, il y avait peu de chances qu’elle dise non.

Tu comptes revenir au bar prochainement ?

Joueuse, Kate avait envie de le taquiner un peu. A vrai dire, ils passaient souvent leur temps à se chercher. A chaque fois qu’elle le revoyait, elle avait cette même impression, cette même sensation liée à ce qu’il s’était passé cette matinée là. Plus ils se voyaient, plus ils se touchaient et plus la brune en voulait. Cette chance qu’elle avait de partager ces moments avec l’écrivain, elle ne se l’expliquait toujours pas. En quoi méritait-elle le gentil et tendre beau brun ? Lorsqu’elle le touchait ou l’embrassait, la belle faisait toujours en sorte de s’appliquer, de peur de le salir, de le tâcher. Une fois qu’Henry eut répondu à sa question, réponse à laquelle elle s’attendait évidemment,

Tu devrais chercher un autre bar je pense. Etant donné que mon patron a embauché un mec pour me remplacer, tu ne pourras plus avoir de barmaid préférée dans cet établissement.

Un sourire à moitié désolé et à moitié moqueur s’affichait clairement sur le visage de l’étudiante. Elle profita du temps de réaction du garçon pour l’embrasser de nouveau. Ce baiser fut un peu plus appuyé et un peu plus long, profitant de la réflexion du beau brun. Lorsque Kate se recula, elle regretta à moitié ce baiser insistant qui réveillait des sensations bien moins sages. Elle en profita pour se lever afin d’aller chercher une bouteille de vin et deux verres. Lorsqu’elle revint s’asseoir sur le canapé, elle fit couler le liquide rouge dans les deux verres et en donna un à Henry. Après avoir trinqué, la jeune femme porta le verre à ses lèvres pour boire une gorgée. La brune reposa son verre sur la table basse et adressa un nouveau sourire au jeune homme, s’adossant au fond du canapé.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 16 Sep - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Lun 6 Aoû - 8:02

Je crois que je n'avais jamais roulé aussi vite juste pour moi. J'avais enfreint d’innombrables fois le code de la route pour d'autres, pour des contrats de chauffeur mais jamais pour moi. En tout cas jamais comme je l'avait fait ce soir pour venir voir Kate. Je savais très bien qu'elle me laisserait rester jusqu'à peu avant le retour de sa mère. Pour une raison qui m'échappait elle semblait vouloir tout faire pour que notre rencontre n'ait pas lieu. Je sais que je ne suis pas le plus bankable des petits copains mais cela me surprenait d'elle. Avait-elle peur de sa mère ? Ou redoutait-elle que je ne lui plaise pas ? En un baiser tout est oublié de ces doutes et je hausse les épaules à sa question, répondant innocement.

« Tu sais ce qu'on dit sur les hommes en couple. Ils sont dix fois plus intéressants que les célibataires aux yeux des femmes. »

Oh bien sûr à mon petit sourire taquin, je pense qu'elle comprendra qu'elle n'a pas besoin de sortir les crocs. Je pense, j'espère du moins pouvoir penser, qu'elle a bien compris que je n'ai de yeux que pour elle et que j'entends bien lui être parfaitement fidèle. Son petit baiser sur sa joue me fait sourire, je l'apprécie, la regardant dans les yeux, trouvant une fois encore que je n'ai rien à faire avec cette aussi belle jeune femme. Elle s'inquiète de mon roman et je me fais rassurant. Je parle rarement de mes écrits, tout du moins de leur contenu mais sur la progression, je peux la rassurer.

« J'ai travaillé sur mon roman. Ca avance mieux que je ne l'espérais, j'arrive à organiser toutes mes idées, j'ai fait un bon tri et j'ai commencé à écrire les premières pages. »

Ca avançait même nettement mieux que je ne l'avais pensé. Je redoutais mon fourmillement incessant d'idées et finalement j'arrivais à bien y faire le tri, à bien ordonner le sens de mes pensées pour permettre d'éviter un gloubi-boulga indigeste qui part en tout sens. La question sur ma présence au bar me surprend, c'est vrai que depuis que nous sommes ensembles, j'ai été un peu moins … fidèle au poste pour ainsi dire mais je ne pensais pas … Avais-je fait une erreur en venant un peu moins régulièrement que par le passé ? Aurai-je dû continuer sur cette lancée incessante d'une présence parfaitement régulière ? Oui ! Bien sûr que j'aurai dû faire cela ainsi, quel crétin.

« Je … oui, bien sûr. Je te promets que je serai de nouveau là tous les soirs. Tu ne dois pas croire que je ne veux plus venir te voir. »

Je me sens étrangement coupable soudainement, comme si j'avais fait quelque chose d'extrêmement mal mais les mots qui franchissent ensuite les lèvres de Kate provoquent un petit sourire idiot. Alors elle avait décidé d'arrêter pour se focaliser sur son examen et son futur métier. La vilaine. Me fait marcher comme ça. Elle interrompt le fil de mes baisers d'un agréable baiser mais quand celui-ci se rompt, une idée a traversé mon esprit. Certains disent que la vengeance est un plat qui se mange froid mais parfois … c'est mieux de ne pas laisser trop refroidir les choses. C'est donc très sérieux et naturel que je réponds.

« Ca ne devrait pas être un trop grand soucis, j'ai rencontré une charmante serveuse dans un café où je vais le matin. Le café est absolument affreux mais c'est comme pour les Cosmopolitan, je n'y viens pas pour la boisson mais pour le service. »

J'ai dit cela très sérieusement avant de finalement lui adresser un sourire joueur et de venir l'embrasser sur la joue, buvant une petite gorgée de vin.

« Je suis content d'apprendre que tu as choisi de donner la priorité totale à tes révisions désormais. Et ça te laissera du temps pour te reposer et te détendre un petit peu. »

Je pose mon verre de vin sur la table, m'approchant de la belle barmaid pour venir l'embrasser. Un baiser de plusieurs secondes mais pourtant porté par quelque chose de chaste autant que d'émotionnel. Je sais qu'il vaut mieux éviter d'autres baisers qui pourraient … pimenter la soirée. Je doute qu'elle m'ait fait venir pour cela. Du moins pas juste pour ça. Si elle avait passé la journée à étudier, elle devait avoir envie de se détendre et se relaxer un petit peu.

« Tu as eu une longue journée de révision si j'ai bien compris ? Si tu veux je suis pas mal comme masseur pour épaules et dos. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Lun 6 Aoû - 10:14

10 Février 2050

La remarque d’Henry la fit sourire. A croire que s’il se faisait aborder ça serait sa faute à elle d’être avec lui. Ca serait le monde à l’envers si cela fonctionnait ainsi. Et puis, c’était lui qui était venu la chercher, non pour lui déplaire évidemment. Mais la brune avait tenté de mettre le stop, de ne pas le mettre en danger. L’écrivain n’avait pas cherché une seconde à être raisonnable à ce moment-là. Etait-ce parce qu’il tenait vraiment à elle ? Etait-ce parce qu’il avait déjà trop perdu dans la vie et qu’il ne voulait plus passer à côté de quoi que ce soit ? Etait-ce un peu de tout ça ? Kate n’était pas dans sa tête, elle ne faisait qu’interpréter les éléments qu’elle récupérait. Mais il est vrai qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de se préoccuper de la Crows League et des dangers qu’elle lui faisait prendre. Elle était déjà terriblement inquiète pour sa mère en temps normal, cette nouvelle menace, cette décision qu’elles avaient pris de faire tomber la League planait telle une épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

J’ose espérer que cela sera l’effet inverse pour ma part. Mais donc dis moi, tu en es à combien de propositions alors ?

Elle lui adressa un sourire un peu provocateur. Ses paroles pouvaient être retournées facilement contre le beau brun. Après tout, l’étudiante était bien assez remarquée et draguée en temps normal sans en rajouter une couche du fait de la fin de son célibat. Henry lui parla ensuite de l’avancée de son bouquin. Il n’était jamais très éloquent sur son contenu mais ça se comprenait parfaitement. Il est vrai toutefois qu’elle se serait bien montrée un peu plus curieuse, ayant à présent fini son premier livre. Mais elle ne voulait pas se montrer intrusive auprès du garçon. La jeune femme cherchait juste à lui montrer qu’elle s’intéressait à ce qu’il faisait tout comme lui s’intéressait à ses études. La remarque de la belle concernant ses absences au bar eut l’effet escompté. Un faible sourire aux lèvres, elle se retenait franchement de rire. Comme si elle allait reprocher au chauffeur de ne pas être fidèle au poste tous les soirs. Il avait bien le droit de faire ce qu’il voulait après tout. Lui avouant la vérité, Kate vit un sourire se dessiner sur le visage du garçon. Elle ne s’attendait pas pour autant à ce qu’il surenchérisse aussi vite. La brune ne put se retenir de rire. C’est alors qu’il déposa un baiser sur sa joue. Toutes ses petites attentions qu’ils se donnaient l’un à l’autre, elle avait toujours trouvé ça un peu ridicule. Mais aujourd’hui, elle se rendait compte qu’elle le faisait elle aussi, instinctivement, et qu’elle appréciait les attentions de l’écrivain à son égard. Alors qu’elle allait répondre au beau brun concernant le fait de se reposer et se détendre. Ce dernier reposa son verre avant de se tourner vers elle pour l’embrasser. Il fut plus long que les précédents et d’une grande tendresse. Il rappela aussi à l’étudiante qu’elle voudrait plus, elle ne maîtrisait pas totalement cette envie qu’elle transmit partiellement sur la fin du baiser.

Oui je me suis dit qu’il était temps de lever le pied si je voulais être en forme pour le concours. Et puis … ça nous permettra peut être d’avoir un peu plus de temps ensemble aussi.

Kate pensait réellement ce qu’elle venait de dire. Pour autant, l’énoncer à haute voix l’avait presque gêné. Elle assumait bien mieux le fait d’être en couple avec l’écrivain. Mais apprenant petit à petit les rouages de la vie à deux, la brune avait toujours peur d’imposer des choses. Aussi elle rebondit rapidement sur la question du garçon.

A peu près huit heures de révisions sur la journée. J’avoue que je suis un peu vidée de mon énergie.

Le sourire d’Henry voulait tout dire. Après tout, s’il avait proposé cela, c’est que cela lui faisait plaisir de proposer cela. Aussi, l’étudiante s’installa dos à lui afin de laisser les mains de l’expert agir. Il est vrai que ses doigts de fée faisaient des miracles. Décontractant petit à petit ses épaules, sa nuque et son dos, la jeune femme s’apaisait petit à petit. Le bien et le soulagement qu’il lui procurait allèrent jusqu’à la faire échapper un faible gémissement.

Ca devrait être interdit de savoir faire du bien ainsi pour détendre les gens.

Kate ne se rendit pas réellement compte du double sens de sa phrase. Mais ce qui était sûre, c’est qu’elle était bien contente d’être entre les mains expertes de l’écrivain.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 16 Sep - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Lun 6 Aoû - 10:37

J'étais heureux d'être là, simplement en la présence de la belle brune, de ma petite amie. Quel mot étrange quand j'y réfléchis. Je n'avais pas pensé que cela m'arriverait à, nouveau et certainement pas comme ça avait le cas, de façon aussi inattendue. Après Sarah mon monde était devenu tellement noir, il s'était teinté de tellement d'obscurité et de ténèbres que j'aurai pu refuser de voir la lumière si elle avait été pile devant mon regard. Avec Kate tout avait été naturel, sans prévenir, sans que je ne sache, ni ne comprenne pourquoi ça arrivait. Ca arrivait, tout simplement. Je n'avais pas envie d'une autre, je n'avais pas envie de passer du temps à séduire et me laisser séduire, tout ce que je voulais c'était être avec Kate. Cela peut d'ailleurs ressemble étrangement à une addiction et je ne m'en cache pas, je connais de bien pires addictions que celle à une belle brune ravissante comme la barmaid. J'ignore son caractère, est-elle jalouse ? Est-ce dangereux de plaisanter sur d'autres éventuelles prétendantes ? Elle semble s'en amuser, ça me rassure, elle a même un sourire provocateur en me demandant à combien de propositions j'en suis.

« Oh je n'ai pas compté mais … au moins tout ça. »

Je dessine un chiffre 0 avec mes doigts. Je lui souris, tendrement.

« Je n'ai besoin que de toi pour être heureux. »

Avec elle tout semblait plus simple, tout semblait aller de l'avant, ma vie prenait un nouveau tournant, elle remettait de la lumière dans l'obscurité qui affectait mon existence depuis plus de deux années. J'appréciais cela, je ne l'appréciais elle que d'avantage encore. Je retrouvais avec bonheur, toutes ces petites choses que les couples partagent, les sourires tendres, les baisers délicats, le fait de simplement se sentir délicieusement bien côte à côte sans avoir le besoin de dire un seul mot. Elle me ramenait à une autre époque de ma vie tout en me laissant réaliser que je goûte une fois de plus au bonheur. Cette fois je ne ferai plus les erreurs faites avec Sarah. Bien sûr je n'avais rien pu faire contre ce qui était arrivé à ma fiancé, contre l'horrible fatalité qui avait pris sa vie mais ce drame me faisait comprendre une chose importante au près de Kate : ne pas laisser filer une chance d'être heureux. Plus important encore, ne pas laissez filer une seule chance de la rendre heureuse. Son emploi du temps lui permettait désormais de pleinement se consacrer à ses études mais aussi d'avoir plus de temps avec moi. Ces derniers mots provoquent un sourire tendre et enjoué que je n'arrive pas à réprimer, que je ne voudrai de toute façon pas réprimer.

« Je te l'ai dit, quand tu en as envie ma porte est toujours ouverte. Je ne voudrai pas empiéter dans tes révisions. »

La peur de la gêner et la déranger. Je peux être très discret, m'installer dans un coin avec mon ordinateur pour écrire tandis qu'elle révise mais je manque un peu de confiance en nous pour … disons rester sage. En tout cas j'étais heureux qu'elle m'inclue dans son emploi du temps comme elle le faisait. Comme ce soir également. Ou qu'elle me fasse suffisamment confiance pour se laisser masser, j'y gagne même un petit compliment.

« Je suis loin d'être doué mais merci du compliment. Est-ce que tu … permets ? »

Délicatement mes doigts chatouillent le bas de son haut, remontant doucement son débardeur. Elle ne semble y trouver à redire et je lui retire ce vêtement que je pose, soigneusement plié à côté d'elle. Rester sage. Je pose mes mains en haut de ses épaules, mes doigts écartent rapidement les bretelles de son soutien-gorge pour masser longuement ses épaules, la sentant se détendre. Je prends tout mon temps, agissant avec un mélange de tendresse et de fermeté pour que mes gestes soient doux et atteignent le but recherché de l'apaiser. Descendant un peu dans son dos, je me permets de dégrafer son soutien-gorge, sans le lui retirer pour pouvoir détendre sa colonne de bas en haut et de haut en bas sans entrave.

« Tu as la peau douce. »

Bien sûr je sentais les minuscules cicatrices, je ne pouvais y échapper mais mes doigts ne s'y attardaient jamais, ne sachant comment elle les vivait. Elle m'en parlerait un jour peut-être mais j'attendrai patiemment ce jour. Mon massage se précise, malgré moi, un peu moins sage à chaque mouvement mais pour l'heure je ne cherche toujours qu'à la détendre. Elle propose de s'allonger et je m'enlève du canapé, pour la laisse s'allonger.

« Ca serait plus facile pour moi et sans doute plus agréable pour toi si tu enlevais ton … »

Je ne finis pas ma phrase qu'elle s'est déjà excitée, posant le soutien-gorge à portée de main sur le dossier du canapé. Hésitant sur comment m'installer, je décide de m'agenouiller à côté du canapé, penché sur son dos où je reprends les massages plusieurs longues minutes. Tout son dos passe sous mes mains, je ne résiste pas à déposer un baiser de temps en temps, dans son cou ou sur son dos. Je m'attarde un peu en bas de son dos, finissant par demander.

« Ce tatouage, il est … effrayant et fascinant en même temps. Il représente quelque chose de … »

Un bruit me fait arrêter ma phrase. Celui d'une porte. Je retire mes mains, cherchant du regard le soutien-gorge qui a disparu, sans doute tombé quelque part, Dieu seul sait où désormais.

« Rhabille-toi. Je crois que ta mère est rentrée. »

Quoi qu'il en soit, nous ne sommes plus seuls ici, c'est évident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1321
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Jeu 9 Aoû - 9:19

Spoiler:
 

10 février 2050

Le dernier soupçon de vie quitte son regard, une main reste enlacé autour de la gorge, l’autre maintient encore l’arme du crime. Le regard sombre fixe le regard cristallin de sa victime, mort. Égorgé. Soloveï-Razboïnik n’est plus, un tueur à gages de moins dans ce monde pourrit. Quand il avait compris ce qu’elle était venue faire, il ne s’était pas laissé faire. Ils savaient qu’ils finiraient par se trahir, le fait est qu’elle l’a trahi la première. Aleksandr c’était merveilleusement bien défendu, un carnage, mais elle l’avait remporté. Par la ruse. “Tu vas être père.” Lui avait-elle balancé avant de profiter de son moment de surprise pour l’achever.

Il n’y a aucun honneur quand on assassine autrui, moins encore quand on fait face à un adversaire de sa trempe. Le fait est qu’il avait le dessus, sans ça, il l’aurait surement tué. Avant de tuer Kate. Oui, elle n’était pas passé loin d’être emporté par la faucheuse. Fallon avait eu un soupçon de regain, lui annonçant sa grossesse dans un souffle. Elle n’avait pas menti, du moins, elle espère qu’il s’agit d’une erreur qu’un second test va démystifier. Devenir mère à 44 ans, c’est impensable, impossible.

Allongée au sol, le souffle court, le corps endolori, avec des mains tremblantes, elle s’assoit à côté du cadavre, une clope entre ses doigts et un briquet dans l’autre main, la tueuse s’allume une clope. Le danger étant écarté, l’adrénaline redescend tandis qu’elle tourne des yeux larmoyants sur le corps. Son ami de longue date, son amant, malheureusement pour lui il s’approchait trop des limites et pour protéger sa fille elle est prête à tout. Mais c’est douloureux et pas seulement physiquement.

Une fois sa clope terminée, il est temps de faire disparaître le corps. Elle ne peut pas prendre le risque que la Crows League le retrouve, Aleksandr doit purement et simplement disparaître… C’était un combat acharné, un combat à mains nues, une mise à mort et franchement pas beau à voir. Elle regrette souvent que les scientifiques n’aient pas ajouté l’option guérison instantanée dans sa panoplie de monstre. Faire le moindre mouvement lui fait un mal de chien.

1 heure plus tard, elle sort de chez Aélia où ses doigts de fée ont encore une fois fait leur oeuvre. Avec plusieurs côtes fêlées, son buste est ceinturé par de larges bandes adhésives sous son tee shirt déchiré, l’auriculaire et l’annulaire de sa main gauche sont maintenus dans une attelle, des points de suture ont été nécessaire sur sa cuisse gauche et plusieurs endroits de son visage. L’un comme l’autre ne se sont pas épargné et Aélia n’a posé aucune question quant aux diverses blessures de sa patiente.

Malgré tout, c’est dans un état lamentable que la tueuse rentre chez elle. Si ses blessures ont été nettoyées pour recevoir les soins nécessaires, ses fringues et le reste de son corps sont couverts de sang, de fait elle prend garde à rester dans l’ombre pour ne pas attirer l’attention. Même si rouge sur noir il faut avoir un oeil de lynx pour le voir, le sang séché sur sa peau métissé reste visible sous les néons. Fallon est lessivée, émotionnellement et physiquement, elle n’a qu’une hâte retrouver sa fille et se planter devant un film avec elle.

Elle ne se doute pas que rien ne va se passer comme elle le voudrait. A hauteur de sa porte d’entrée, elle sort la clé de sa poche et ouvre la porte. Elle est témoin d’une scène qu’elle n’aurait jamais cru voir, sa fille a visiblement remis son tee shirt à la hâte, cheveux emmêlés, regard coupable. Mais le pire… Le pire, c’est qu’elle n’est pas seule. “C’est quoi ce bordel ? C’est qui ce tartampion ?”  Un inconnu chez elle et le soutif de sa fille au pied de l'autre côté du canapé. Ce salopard qui tripote sa fille ! Sur son canapé ? Chez elle visiblement ! Fallon voit rouge. “Putain de petit merdeux je vais t'émasculer…” D’un pas en avant, elle s’apprête à mettre sa menace à exécution. Le regard meurtrier tourné sur sa cible, sa main se glisse sous sa veste, dans son dos ou elle s’empare du manche d’un couteau.

_________________


Dernière édition par Fallon Ward le Mar 2 Oct - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Jeu 9 Aoû - 15:08

10 Février 2050

Le beau brun l'a fit rire lorsqu'il lui affirma avoir eu une montagne de proposition équivalente à zéro. Ses paroles suivantes furent réconfortantes mais aussi intenses. Un frisson parcourut le corps entier de l'étudiante. Comment faisait-il pour avoir un tel impact sur elle ? S'en rendait-il seulement compte ? Que faisait-elle de si particulier qui lui plaise et lui convienne ? Kate constata que le fait qu'elle ait quitté son job pour ses études mais aussi pour le voir un peu plus souvent ne laisser pas l'écrivain indifférent. Son sourire charmeur semblait satisfait.

Je pense qu'on essayera un jour mais je suis pas sûre de travailler efficacement si tu n'es pas loin.

La brune anticipait le fait d'être totalement perturbée par sa simple présence. En même temps, c'était toujours le cas. Elle était non seulement charmée mais aussi impressionnée par tant de gentillesse et de pureté. L'étudiante avait tout simplement peur de mal faire et de détruire cette chance avec lui qu'elle n'aurait jamais osé imaginer, même pas en rêve. Elle avait échangée avec sa mère à ce sujet. Kate était un peu perdue dans ce domaine qu'elle ne connaissait pas. Elle avait tenté de lui expliquer à quel point elle se sentait bien en présence d’Henry, si bien qu'ils avaient déjà franchi le pas après six ans sans relation physique avec un homme. La jeune femme avait été incapable d’expliquer le pourquoi du comment à l’africaine. Elle avait confiance en lui et aimait sa présence, sa façon d’être et de faire.

Alors que le beau brun la massait, détendant petit à petit les muscles de son cou, de ses épaules et de son dos, il lui suggéra de retirer son débardeur. Elle accepta sans rien dire se doutant que c'était plus simple. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il dégraffe son soutien-gorge dans la foulée. Ses caresses insistantes étaient très agréables. La jeune femme sentait une légère différence lorsqu'il passait sur les petites cicatrices qui se situaient un peu partout le long de son dos. D'un commun accord, elle finit par s'allonger sur le canapé, position plus confortable pour tous les deux. Son soutien gorge détachée était plus gênant qu'autre chose, elle le fit glisser de dessous elle afin de le déposer à portée de main. Les mains du garçon faisaient des merveilles. Elle se mit à gigoter très légèrement lorsqu'il s'approcha de ses hanches. Puis il déposa un baiser par ci par là sur son dos, générant quelques frissons. Kate aurait dû remettre son soutien gorge à ce moment là mais les soins d’Henry la détendait tellement qu'elle se laissa faire. Il commença à la questionner sur le tatouage qu'elle avait fait en hommage à Vyper et pour annoncer la relève de Venom. Sa remarque généra un pic de stress chez la jeune femme. Comment allait-elle lui dire la vérité sans révéler cette vérité ? Le beau brun arrêta sa question en plein milieu l'informant de l'arrivée de quelqu'un qu'il supposait être sa mère. Ne trouvant pas son soutien-gorge, la brune enfila rapidement son tee-shirt. Cela ne surprendrait peut être pas Fallon étant donné qu’il lui arrivait de dormir dans cette tenue.

Stressée à l’idée de la réaction de sa mère, Kate est incapable de sourire. Elle commençait à la connaître après tout et elle savait pertinemment qu’elle ne ferait pas confiance à Henry aussi rapidement qu’elle. Depuis qu’elles vivaient ensemble, la brune avait vu l’instinct de protection de l’africaine grandir de plus en plus à son égard. De la même manière qu’elle ne méritait pas la gentillesse de l’écrivain, elle ne méritait pas non plus autant de sollicitude de la part de sa sauveuse. Au vu des circonstances, la réaction de Fallon est exactement celle que la jeune femme redoutait. Le beau brun était pile dans sa trajectoire aussi, l’étudiante le dépassa de quelques pas pour s’interposer. La barmaid prit sa mère dans ses bras comme elle put pour essayer de la rassurer. Elle murmura à son oreille afin de l'apaiser et de ne pas en rajouter une couche pour le pauvre écrivain.

Du calme maman… C'est Henry…

Kate n'était pas certaine que lui préciser qu'il ne faisait que la masser soit judicieux. Ses mains passant dans le dos de sa mère, elle sentit qu'elle avait attrapé quelque chose. Fallon était très protectrice certes, mais elle s'était mise sur les nerfs bien plus vite qu'à son habitude. Son odeur et son attitude semblaient inhabituelles. Se décollant tout juste de l'africaine, elle constata que sa mère venait de remplir un nouveau contrat et qu'elle était bien amochée. Murmurant à son oreille encore plus bas en espérant que Henry ne l'entende pas, elle dit à sa mère :

Que s'est il passé ? Ça va toi au moins ?

Se redressant légèrement pour regarder sa mère dans les yeux, le regard de la brune était confus. Le stress était monté d'un cran supplémentaire. Qu'avait elle fait ce soir ? Pourquoi semblait-elle aller si mal ?[/color]

_________________

The Ward family

Vyper & Venom






Dernière édition par Kate Ward le Dim 16 Sep - 22:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Jeu 9 Aoû - 16:11

Tartampion ? Qui ça ? Moi ? Considérant le fait qu'il n'y ait que Kate, Fallon et moi dans la pièce, j'imagine que c'est bien de moi qu'il est question. Analysons un petit peu la situation. Je rencontre ma belle-mère sans vraiment avoir eu le temps de m'y préparer et alors que Kate semblait particulièrement inquiète à l'idée de cette rencontre. D'ailleurs le visage de ma petite amie marque à la fois une forme de culpabilité infantile, celle d'une enfant surprise en train de faire une bêtise par un parent, mais aussi de l'inquiétude. Fallon quand à elle semble avoir déjà fait son avis sur moi et je ne peux pas la blâmer pour être honnête. Trouver sa fille allongée sur le canapé à se faire masser par un inconnu, dos entièrement nu, les circonstances jouent contre moi. Et notre stupidité à Kate et moi également. Qu'est-ce que cela nous aurait coûté de nous enfermer dans sa chambre ? Je ne pense pas que ça ait eu un grand effet sur l'avis que semble s'être déjà fait la mère de Kate sur moi. Si nous avions été enfermés dans la chambre elle aurait sans doute été plus piquée encore qu'elle ne l'était en cet instant. Je n'avais plus vraiment l'habitude de réfléchir en terme de "chambre", cela faisait un moment que j'avais mon appartement, que j'avais partagé pendant un long moment avec Sarah. La chambre n'était finalement que l'endroit où nous dormions. La situation présente avec Kate aurait dû me faire réfléchir d'avantage, penser qu'il était logique que nous trouver dans le canapé à faire … probablement même rien que regarder un film enlacés, n'allait pas lui plaire. U

ne première rencontre se fait normalement de façon formelle, je sonne à la porte, Kate m'ouvre, nous présente l'un à l'autre, une poignée de main ou une bise selon l'indice de familiarité qu'on installe. Puis un café ou un repas en prenant grand soin de ne surtout pas avoir un geste pour l'autre que belle-maman pourrait mal prendre. Là on était dans un cas radicalement différent. Ce n'était pas seulement le contexte qui était différent mais les mots échangés. Enfin pour l'instant je n'ai encore rien osé dire, je n'en ai pas vraiment eu le temps. D'ailleurs la mère de Kate revient à la charge, beaucoup plus fort que la première fois. De toutes les insultes auxquelles j'avais pu avoir le droit au fil des années "Putain de petit merdeux" était une première, cette première rencontre était prodigieuse. Je n'avais encore absolument rien fait et j'arrivais déjà à m'aliéner ma belle-mère. La menace de ses mots glisse sur moi. Je n'arrive pas à douter qu'elle ne fera pas ce qu'elle vient de dire mais j'avais dit à Kate que je n'avais pas peur d'être avec elle et je n'avais pas menti. Avant que je n'ai le temps de dire quelque chose ou que Fallon ait le temps d'arriver jusqu'à moi, Kate intervient, s'interpose entre nous, elle l'enlace en lui murmurant quelques mots. Puis quelques autres mots, inquiets cela, ce qui se comprenait à la vue de la tenue et de "l'état" de la femme qu'elle tenait entre ses bras. Dois-je dire quelque chose ? Je me vois mal me présenter en tendant la main vers elle. Partir semblait une idée pire encore. En fait quoi que je puisse penser faire, rien ne semblait être une bonne solution. Je détestais cela.

« C'est entièrement de ma faute. »

L'honnêteté. Non pas que j'espérais qu'elle allait me sauver la vie mais je préférais être honnête et franche avec la mère de Kate.

« Je n'ai pas réfléchi en proposant un massage à Kate, pas surtout ici au milieu de votre salon. Ce qui me qualifie sans doute plutôt de putain de petit merdeux de tartampion. »

J'aurai dû y penser, un massage au milieu du salon … et sans débardeur ou soutien-gorge ! Si j'avais voulu prendre un plus mauvais départ je n'aurai pas pu.

« Pourtant je connais Kate bien moins que vous mais je suis sûr qu'elle n'oserait ramener chez vous ni un tartampion, ni un petit merdeux. »

Ma défense s'arrêterait là, dans la confiance que je porte à Kate et sa mère pour savoir qu'elle ne ferait pas quelque chose d'aussi stupide.

« Maintenant si mon émasculation peut attendre, est-ce que je peux faire quoi que ce soit pour vous ? »

Elle m'avait insultée puis menacer et pourtant dans ma voix s'entendait une véritable inquiétude pour elle, pour son état. Je ne savais pas trop ce que je pourrai faire, j'avais de vagues bases acquises par Sarah mais Sarah avait fait des études de thanatopraxie. Pourtant je proposais mon aide avec sincérité, inquiet pour cette femme que je pouvais aisément deviner dangereuse pour ma propre santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1321
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Mar 11 Sep - 18:29

10 février 2050

Ils sont peut-être rapide, mais elle a des yeux pour voir et une certaine perspicacité. Découvrir sa fille en compagnie d'un type, chez elles, en train de se faire bécoter par lui… Fallon ne s'était jamais imaginée qu'une telle chose puisse se produire. 6 ans, c'est le temps qu'elles vivent ensembles et à aucun moment l'une ou l'autre n'avait ramené de type chez elles. Leur appartement est leur sanctuaire, leur endroit bien à elles où personne ne vient les emmerder. Pourtant, depuis le 15 janvier quelque chose est venu troubler leur repère. D'une, la perquisition. De deux, Christopher, mais il se trouve être hors catégorie, il n'a jamais été question de tomber dans les bras l'un de l'autre, il s'agit seulement d'une comédie. De trois, ce petit merdeux qui pelote sa fille.

Henry. Sa fille lui a bien parlé de lui. Plus d’une fois. C’est donc lui le jeune homme qui la fait craquer ? Kate ne lui a rien caché de cette relation, ainsi que ses doutes et ses craintes vis-à-vis de lui alors que leurs vies sont menacées. Elle ignore quoi répondre à cela. Si elles sont en danger aujourd'hui, c'est bien à cause de Fallon, de son engagement au sein d'une organisation criminelle de la pire espèce et tant que celle-ci ne sera pas entièrement démantelé, Kate court un danger, par conséquent Henry aussi. Les émotions, les sentiments sont un moyen de pression, une faiblesse. Avec pragmatisme, Fallon enjoindrait sa fille à ne pas s'engager d'avantage avec lui, mais son amour pour elle, ne lui souhaite que le bonheur.

“Aleksandr est… parti.” Pour ne pas dire mort, assassiné, Kate comprendra le message subliminal. Elle comprendra que sa mère est bien plus troublée de ce qu'elle ressent, cette blessure intérieure quant à sa trahison, que de ses blessures physiques. Comment expliquer ce qu'elle ne comprend pas elle-même ? Cette sensation étrange d'avoir commis une erreur ? Pourtant, en sentant les bras de Kate autour d'elle, entendre sa voix emplie d'inquiétude, elle se persuade d'avoir fait ce qui est nécessaire. Aleksandr en savait trop, Kate passe avant tout le reste. Sa poigne se desserre de son couteau. Elle ne commettra pas la même erreur que sa génitrice, elle n'abandonnera jamais sa fille.

De même, Fallon ne peut pas permettre à Kate de se priver du bonheur. De ressentir des émotions, si elle tombe amoureuse d'un jeune homme, Fallon doit vivre avec, parce qu’elle n’empêchera pas sa fille de vivre ce qu’elle ressent. L’ex-espionne ne fera pas de sa protégée ce qu’elle est, mais elle butera le connard qui la fera souffrir sans la moindre hésitation. Henry se défend, du moins, il prend sur lui les accusations et prétexte que Kate n’emmènerait pas n’importe qui chez elles. Il parle trop ce gosse, Fallon se remet à peine de la scène alors qu’elle n’est même pas remise du meurtre qu’elle vient de commettre. Elle lâche un espèce de rire qui ressemble plus à un grognement quand il propose de faire quelque chose.

“Toi, tu gardes ce qu’il y a entre tes jambes dans ton pantalon.” Dit-elle à Henry. “Toi, tu te rhabilles convenablement.” Poursuit-elle pour Kate. “Moi… J’ai besoin d’une douche.” Sans un mot de plus, ni un regard, elle disparaît dans la salle de bain. Là, tout de suite, elle aurait largement préféré trouver Kate seule, passer le reste de la nuit avec elle, devant un film comme elles le font souvent. Il a fallu que son petit copain soit là… Ils n’auraient pas pu choisir pire soirée pour se rencontrer. Pour l’heure, Fallon a vraiment besoin de se débarrasser du sang sur sa peau et de ses vêtements poisseux. Aélia avait fait son travail, recousu ce qui devait l’être et nettoyé le reste pour éviter l’infection, mais en se regardant dans le miroir, l’ex-espionne grogne. Heureusement, résistante comme elle l’est, Fallon n’a rien de cassé, mais elle a vraiment une sale gueule.

La douche est rapide, elle ne s’éternise pas sachant sa fille à côté en compagnie de son petit copain. Elle se demande ce qu’elle va porter avant d’opter pour ce qu’elle aurait mis normalement, c’est à dire un pyjama. Pantalon en flanelle et débardeur sous un pull trop large pour son gabarit, mais hyper confortable et chaud. Elle est chez elle et ne compte pas faire le moindre effort vestimentaire. Maintenant que l’adrénaline est redescendu de son organisme, la douleur s’éveil partout dans son corps pendant qu’elle revient dans le salon.

“Ici, il y a quelques règles à suivre. Tu ne débarques certainement pas si tu n’y es pas invité, tu ne passes pas la nuit chez nous, et je ne veux pas de ‘ça’ sous mon toit.” Le ‘ça’ étant agrémenté d’un geste de la main passant de l’un à l’autre, mais le message sera compris elle n’en doute pas. Fallon ne veut pas retomber sur une scène quasi identique où ils seraient bien plus dévêtus l’un et l’autre. Kate en tout cas comprendra le message, elle connaît Fallon par coeur, il y a des limites à ce qu’elle peut supporter. Elle n’est pas habitué à devoir faire preuve d’autorité parentale, elle ne sait même pas si ce qu’elle dit est censé, mais elle sait ce qu’elle veut.

Fallon fixe ensuite Henry, elle s’interroge. Il a réagi étonnamment bien alors qu’une femme couverte de sang s’apprêtait à mettre une menace à l’oeuvre, n’importe qui se serait enfui pendant qu’elle prenait sa douche, prétextant une quelconque excuse pour échapper à cette folle ensanglantée. Du moins, c’est ce qu’elle pense. Quoi qu’il en soit, une réaction aussi calme lui paraît suspect. “Ce n’est pas judicieux.” Ajoute-t-elle à l’attention de sa fille. Le faire venir ici alors qu’elles sont probablement surveillées par les corbeaux, leur attention va se déporter sur le gosse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Mer 19 Sep - 7:51

10 Février 2050

Dans des circonstances différentes, la réaction d’Henry face aux propos de sa mère aurait pu la faire rire. Mais à cet instant, la brune n’avait absolument pas envie de rire. Que Fallon n’apprécie pas de la voir dans les bras d’un homme par inquiétude maternelle était une chose, cependant sa réaction était tout de même excessive, même pour l’africaine. Tous ses doutes refaisaient surface avec l’intervention de sa mère. Les mots qu’elle prononça n’arrangèrent rien. Sa cible de ce soir n’était autre que son compagnon d’arme sur certaines missions, celui qui aurait dû reprendre les entraînements de Kate. Faire cela n’avait pas dû être de tout repos ni de toute gaieté pour sa sauveuse. Au vu de son état, cela n’avait pas été facile d’avoir le dessus sur Aleksander. Mais surtout, elle se doutait que sa mère n’était pas ravie d’avoir dû faire ça, bien au contraire. La barmaid était persuadée qu’elle s’en voulait de sa trahison, probablement parce que ça lui rappelait la douleur qu’elle avait ressenti lorsque les Russes l’avaient trahi elle.

Mais malgré les tourments qui étaient en train de travailler sa mère, la jeune femme restait surprise de ses diverses réactions. Elle ne savait pas comment calmer ou rassurer Fallon. Elle savait encore moins comment arrêter ce flot de questions et de remise en cause qui s’était emparé de son esprit. C’était sa mère, il était donc logique qu’elle s’inquiète. Rester avec Henry était une preuve d’égoïsme. Elle se mettait encore plus en danger parce qu’elle le mettait en danger. Et par ricochet, cela augmentait les risques qu’encouraient sa sauveuse. C’était ainsi qu’elle la remerciait après toutes ces années ? Un sentiment de dégoût commença à grandir au fond de l’étudiante. Tel un robot, Fallon imposa la marche à suivre pour chacun d’entre eux avant de s’échapper pour aller se doucher. Une fois qu’elle eut quittée la pièce, Kate se tourna vers Henry, inexpressive. Le fait que sa sauveuse fasse ressortir cette cruelle vérité l’avait rendu un peu vide. Relevant son regard dans les prunelles noisettes du jeune homme, l’étudiante avait les yeux vitreux.

On a été bête … Enfin j’ai été stupide ... Tout cela était une bêtise ...

Sa dernière phrase pouvait englober beaucoup de choses, jusqu'à tous leurs moments ensembles à vrai dire. Elle commençait à se dire qu'elle avait fait une énorme erreur. Que devait-elle faire à présent ? Devait-elle arrêter de le voir ? Probablement. En avait-elle envie ? Pas vraiment … Trop de questions se bousculaient dans sa tête. La jeune femme se déplaça pour ramasser son soutien-gorge qui n’avait évidement pas échappé à Fallon. Elle continua son chemin en direction de sa chambre tout en disant à l’écrivain.

Je reviens.

Une fois entrée dans sa chambre, la barmaid se plaqua contre sa porte. Explosée, elle avait tout simplement envie de tout lâcher, de tout arrêter. Mais pour le moment elle devait se resaisir. Enlevant son haut elle remit son soutien-gorge avant d’enfiler le débardeur et d’attraper un gilet à capuche molletonné. La brune vira ensuite son short pour enfiler un legging avant de reprendre son courage à deux mains et de retourner dans le salon retrouver Henry qui n’avait pas franchement bougé. Ce dernier n’avait eu d’ailleurs aucun recul ni aucune surprise face au physique de sa mère recouvert de sang. Une personne normale aurait crié ou au moins fait remarquer le problème au lieu de proposer son aide. S’approchant de lui, elle garda tout de même une distance raisonnable, elle avait fait assez de dégâts ce soir sans en rajouter une couche. Ses prunelles vertes laissaient entrevoir ce soupçon de tristesse, de dégoût et de honte. Fallon avait déjà tant donné pour elle et la jeune femme avait merdé jusqu’au bout.

Je crois qu’il vaut mieux que t’y aille ...

Ses mots restèrent en suspens quelques secondes, temps qui parut être une éternité, avant qu’un bruit de porte ne rompe ce silence. Sa mère avait déjà fini, cela était assez surprenant. De toute évidence, elle ne souhaitait pas les laisser seuls. Fallon et Kate avaient toujours été franches l’une envers l’autre. C’était ce qui faisait si bien fonctionner leur duo. Mais aujourd’hui, la brune avait la sensation que sa sauveuse n’avait pas été honnête avec elle en ne lui donnant pas la totalité de son point de vue par rapport au garçon. Revenant parmi eux, la tueuse commença à s’adresser au jeune homme finissant par un ordre pour les deux qui avait semblé évident à l’étudiante. Pour autant, la position dans laquelle elle les avait trouvé ne correspondait pas du tout à cela. Rien ne se passait correctement ce soir là. S’éloignant d’Henry et de sa mère, la brune passa derrière l’ilôt central de la cuisine pour lancer la bouilloire et sortir le lait. Elle avait besoin de s’occuper les mains afin de calmer un peu son esprit qui cogitait. Les mots suivants de sa sauveuse eurent l’effet d’un coup de couteau dans le dos, comme pour l’achever. Non, ça n’était pas judicieux. Rien de ce qu’elle avait fait concernant Henry n’était judicieux à vrai dire. La brune avait laissé passer ses envies avant sa raison. Sa main se crispa légèrement sur la bouilloire dont elle venait de se saisir. Habituellement, elle n’avait aucun secret pour Fallon. Mais il y avait une chose qu’elle n’avait pas su lui dire, elle n’avait pas su réagir sur l’instant lorsque le garçon lui avait dit ses trois mots dont elle n’avait appris le sens réel que grâce à sa sauveuse. Et elle n’avait pas réussi à en parler à sa mère. Ce flot de questions constant l’empêchait de trouver rien qu’un semblant de réponse.

Je sais ...

Dos à eux, Kate se contenait tant bien que mal. Elle commençait doucement à se dire qu’elle avait commis faute sur faute en revoyant Henry, à cédant à cette envie. Elles n’avaient pas besoin de quelqu’un d’autre dans leur vie, elle n’avait pas le droit de le mettre en danger ainsi … La brune finit par se tourner de nouveau vers eux, levant son regard émeraude sur le beau brun. Son ton était plus penché du côté de l’ordre que de la suggestion. Elle les mettait en danger tous les deux avec ses agissements égoïstes. L’étudiante savait qu’elle exposait Henry en le côtoyant. De même, s’attachant à lui, elle risquait de faire prendre plus de risques à sa mère qui chercherait à la protéger quoi qu’il arrive. Et puis qui sait, peut-être que l’écrivain n’était écrivain que pour une quelconque couverture et qu’elle avait fait rentrer le diable dans leur vie. La jeune femme avait de gros doutes là-dessus mais d’un autre côté, elle ne possédait aucun rationalité lorsqu’il s’agissait du garçon.

Tu devrais y aller.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neutral
Messages : 221
Célébrité : Ansel Elgort
Alias : 404
Métier officiel/officieux : Ecrivain / Chauffeur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 0
Neutral
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Mer 26 Sep - 14:48

« Je suis désolé, je ne voulais pas créer de problèmes entre ta mère et toi. »

C'était pourtant le sentiment que j'avais, d'avoir crée des problèmes entre elles deux. En tout cas je prenais un départ catastrophique avec la mère de Kate, ça ressemblait beaucoup à un mauvais endroit mauvais moment mais en pire encore. Rien ne semblait vouloir aller correctement et je pouvais comprendre la réaction de sa mère. Il était facile, dans notre situation à Kate et moi, d'imaginer ce qui était en train de se passer ou ce qui aurait pu arriver, ça aurait pu sembler n'être qu'un quiproquo mais il était difficile de lui expliquer comme elle ne me laissait pas vraiment l'occasion de le faire et qu'elle s'absentait déjà après avoir distribué des consignes à mon attention et celle de Kate. Nous ne sommes pas longtemps seuls comme Kate me dit qu'elle va revenir.

« Ok. »

Que pouvais-je dire de plus de toute façon ? Ne sachant pas trop quoi faire ou même où me mettre, je décidais de rester où j'étais. Pas fixé comme un piquet mais je n'avais pas envie de me lancer à l'aventure dans la maison et de risquer de croiser la mère de Kate à la sortie de sa douche. Dans un réflexe familier je remets mes oreillettes en place, il y a quelque chose de rassurant dans ce geste, quand la musique envahit mes oreilles à un volume qu'un humain trouverait dérangeant tant il est faible, comme d'entendre quelque chose, un bruit distant et lointain. J'entends pourtant Kate revenir, je n'ai pas bougé, pas vraiment, j'ai juste mis les oreillettes dans mes oreilles quand elle me regarde. Ses yeux trahissent de la tristesse et d'autres choses que je ne vois pas vraiment. Ses mots sont parfaitement logiques et je le sais mais je n'ai aucune envie de les entendre. Pourtant je suis sur le point de hocher la tête quand nous sommes rejoints à nouveau par sa mère. J'ai bien compris que mon petit plaidoyer n'avait pas eu le moindre effet sur elle, mieux valait sans doute ne rien dire du tout cette fois. Je me contente donc d'écouter sans le moindre mot, respectant la distance mise en place par Kate. Les consignes sont très clairs et se résument très rapidement dans ma tête en un : pas touche à ma fille. Je comprends ce sentiment protecteur parfaitement. Je hoche la tête sans un mot, constatant que Kate n'est pas beaucoup plus loquace que moi pour le coup. Elle se dirige d'ailleurs vers la cuisine pour préparer un thé ou un chocolat, je ne sais pas vraiment et ne se contente de répondre à sa mère que lorsque celle-ci fait savoir que notre relation n'est pas judicieuse. Elle approuve les mots de sa mère, parlant de coup de poignard … Rajoutons à cela sa seconde invitation à m'en aller, sa fuite lorsque je lui avais parlée la dernière fois … Le message commençait à devenir étrangement clair dans mon esprit, ou peut-être n'était-ce que de l'inquiétude ?

« En danger … Pas judicieux … Une bêtise … »

Je répète doucement toutes ces choses que j'entends en boucle depuis que j'ai approché Kate, à me donner envie de fuir mais ce n'est certainement pas ce dont j'ai envie et je devine, je ressens que ce n'est pas non plus ce que Kate veut.

« Je crois, en effet, que je vais y aller. J'ai visiblement fait bien assez de mal. »

Je regarde Fallon d'abord.

« Pardon de ce qui est arrivé. Je ne vous importunerai plus. »

Je me tourne vers Kate sans m'approcher pour autant, je ne voudrai pas faire montre de "ça" puisque visiblement c'est une bêtise extrêmement dangereuse et en aucune cas judicieuse.

« Je n'ai rien à rajouter que mes derniers mots dans le cimetière. »

Mon regard passer rapidement de l'une à l'autre.

« Bonne soirée. »

J'attrape ma veste et l'enfile, m'éloignant jusqu'à la porte pour quitter la maison. Je referme la porte derrière moi et commence à marcher, je récupérerai ma voiture un autre jour. Une marche me ferait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1321
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Lun 1 Oct - 22:28

10 février 2050

Son retour est glacial, ok, elle n’est pas la plus chaleureuse non plus, mais elle ne s’attendait pas à ce que Kate éjecte son petit ami de la sorte. Fallon s’attendait à un minimum de protestations, du genre “nous sommes adultes et responsables.” mais rien. Kate leur tourne le dos et admet sa faute, Henry se fait une raison. Elle ne peut pas regretter ce qu’elle a dit, il est vrai qu’en côtoyant le jeune homme, elles le mettent indirectement en danger, dans le collimateur des corbeaux qui n’hésiteront pas à l’utiliser contre elles, si sa trahison vient à se savoir. Elle a beau prendre toutes les précautions, il vaut mieux ne pas tenter le diable. Celui-ci s’appel Raven.

Son visage est inexpressif, mais elle est bouleversée de faire subir ça à sa fille. Pourtant, elle est persuadée de faire ce qu’il faut, ce qui est nécessaire pour toutes les deux, même si elle en est la principale fautive. Dans tous les cas, elle protègera toujours Kate et ses sentiments la. Ce n’est pas pour rien qu’elle a dû agir contre Aleksandr, pour protéger Kate et c’est loin de la laisser indifférente. Elle a sentie quelque chose se briser en assénant le coup mortel, quand le regard de son amant s’est terni par la mort. Elle s’était battue pour survivre et elle regrettait désormais d’avoir survécue. Survécue sans lui.

Du coin de l’oeil, elle observe la réaction de Kate tandis que Henry baisse les bras. Qu’a-t-il bien pu lui dire dans le cimetière, elle l’ignore, mais ça bouleverse sa fille. Elle ne laisse pas paraître grand chose, mais dès que son petit ami lui a tourné le dos, les émotions paraissent très clair aux yeux de Fallon. Déception, tristesse, trahie… La colère revient à la charge, celle de voir un mec faire souffrir sa fille, au lieu de se battre pour elle. Au pas de charge, elle poursuit Henry en refermant la porte de l’appartement derrière elle.

“Hey, arrête-toi tu veux.” Pas une question, plutôt un ordre pendant qu’elle le rattrape dans le couloir. “Elle te protège, si t’es patient elle te reviendra. Si tu ne le fais pas, tu ne la mérites pas.” Fallon veut ce qu’il y a de mieux pour sa fille, même si elle n’est pas d’accord avec elle à ce sujet. Kate est adulte, elle doit voler de ses propres ailes, et visiblement elle en pince pour ce type. “Mais si tu continues de la voir, c’est elle que tu mets en danger.” Une mise en garde cette fois. A-t-elle conscience de ne pas être claire dans ses propos ? Absolument pas. Il n’y a qu’elle pour le mettre en garde, tout en lui laissant une chance de rester avec sa dulcinée. Mais plus tard. Lorsque le problème des corbeaux sera réglé, que Hart ne leur fera plus pression pour y mettre un terme.

Jusqu’à preuve du contraire, Henry reste un innocent aux yeux des Ward, ou ceux de Fallon. Même si la réaction très sereine à son arrivée ensanglantée le fait paraître plus suspicieux. Sur ces mots, elle fait demi-tour pour retrouver sa fille et s’adosse à la porte close. “Si tu estimes qu’il doit savoir, je ne t’en empêcherai pas, mais n’oublie pas ce que ça implique pour lui.” Le danger. Tout le monde n’a pas le même courage que Kate. "Ils ne reculeront devant rien."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Mer 3 Oct - 7:18

10 Février 2050

La dure réalité rattrapait cruellement la jeune femme. Elle s’était donnée l’illusion que cela serait possible mais sa mère avait raison : elle le mettait en danger et devenait une cible plus facile à son contact. Durant ces derniers jours, elle n’avait fait que se voiler la face, découvrant une autre façon de vivre sa vie qui pourrait lui donner en vie. Mais à l’heure actuelle, cela était stupide de sa part de vouloir essayer avec cette épée de Damoclès qui trônait au-dessus de leurs têtes. Elle entendant l’écrivain répéter certains mots, comme hypnotisé ou au pied du mur. La voix d’Henry est similaire à une lame qu’on lui planterait tout doucement, le plus lentement possible, juste pour faire durer le plaisir. Alors qu’il s’excuse auprès de l’africaine, Kate lève le regard sur lui, désolée, dégoutée. Après lui avoir demandé de venir pour le voir, elle le rejetait en bloc. Son envie et sa raison allaient dans deux directions opposées et la jeune femme ne savait plus sur quel pied dansé au point de se ranger à l’avis de sa sauveuse. Mais ses dernières paroles lui donnèrent lors de quelques secondes le goût amer du regret. La brune avait fui après ses derniers mots au cimetière et pourtant, l’écrivain ne semblait pas gêner de rappeler ce moment où il lui avait dit “Je t’aime”.

Le départ d’Henry accentua cet arrière goût amer au fond d’elle. La brune n’avait en aucun cas envie de le voir souffrir par sa faute que cela soit physiquement ou moralement. Mais elle savait déjà que c’était trop tard. Si elle avait souhaité le préserver de tout cela, la barmaid n’aurait tout simplement pas du l’approcher. Alors qu’il fit demi-tour afin d’attraper sa veste, elle ne put s’empêcher de baisser les yeux, les regrets sur tout ce qui s’était passé surgissant dans son esprit. C’est la réaction de Fallon qui l’a pris au dépourvu, elle qui emboîta le pas à l’écrivain, refermant la porte de l’appartement derrière elle. Malgré sa tentative d’écoute, elle ne comprit pas un traître mot de ce que l’africaine pouvait bien dire au beau brun. Cette situation désagréable la poussa à reprendre la confection du chocolat pour sa mère et d’un thé pour elle. Sa mère finit par revenir et ne dit pas un mot concernant cet échange avec l’écrivain que la barmaid est presque certaine qu’il était salé. Cependant, elle lui donna tout d emême l’autorisation de lui dire la vérité si cela permettait toutefois de le garder à distance. Mais cela, l’étudiante était persuadée que l’effet serait inverse. Le soir où elle était allée chez lui, elle avait été dur dans ses mots et lui avait déjà clairement fait comprendre les risque qu’il prenait avec elle, risque qu’elle ne pouvait lui imposer. Mais cela n’avait jamais fait reculé Henry qui semblait vouloir reprendre une vie normale aux côtés de la brune, à défaut de récupérer Sarah.

Tout lui dire aurait l’effet inverse du but recherché. Ca n’a pas d’intérêt.

Elle savait très bien que la Crows League ne reculerait devant rien s’ils se rendaient compte que l’africaine était en train de les trahir. Se saisissant de son sachet de thé elle l’amena jusqu’à la poubelle et le jeta, laissant son regard s’arrêter sur un objet qu’elle n’aurait jamais imaginé voir dans cette poubelle, encore moins ce soir là. Hésitante à le prendre, elle finit par jeter son sachet et refermait le couvercle. Etait-il positif ? Depuis combien de temps Fallon savait-elle qu’elle était enceinte sans lui dire ? Avec Henry, la jeune femme avait réellement eu faux sur tous les tableaux ou presque. Mais de toute évidence, l’erreur restait effectivement humaine car elle n’était pas la seule à en faire. Sa mère comptait-elle garder ça sous silence ? Ou alors ne savait-elle tout simplement pas comment lui dire qu’elle allait avoir un enfant, un enfant à elle ? Les émotions étaient en train de prendre le dessus et ça n’allait rien donner de bon. Reprenant sa respiration, elle souffla sur sa tasse de thé avant de reprendre la parole.

Tu te sens bien après ce que tu as du faire ce soir ? Pourquoi tu m’as pas dit que c’était ça que tu comptais faire avant de sortir ?

Des reproches, Kate était mal placée pour en faire. Mais ce test dans la poubelle la mettait mal à l’aise encore plus. Elle était assez perdue ce soir il faut dire. La brune avait voulu continuer avec l’écrivain pensant pouvoir cacher cette relation, mais ce n’était qu’illusion.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1321
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Jeu 4 Oct - 17:20

10 février 2050

La porte close, Fallon comprend l’urgence de mettre un terme à cette affaire le plus rapidement possible. Pour le bien de sa fille, son bonheur et ensuite s’assurer qu’elle le reste. Il va falloir qu’elle en parle sérieusement avec Hart la prochaine fois qu’il vient, ils doivent accélérer le mouvement, quitte à ce qu’elle envoie Kate ailleurs le temps de décimer l’organisation. Elle n’aura rien à perdre en sachant sa fille en sécurité, prête à tout, elle n’aura plus pitié de quiconque. Mais Fallon ne se donne pas la peine de suggérer l’idée, elle sait pertinemment que Kate n’acceptera jamais de partir. Sauf qu’une nouvelle idée surgit… Partirait-elle avec Henry ? Elle est prête à creuser de ce côté là s’il le faut.

Kate affirme qu’Henry aurait une réaction contraire à celle attendue, il s'enfuirait pas, il tenterait probablement d’aider sa petite amie. Et vu la façon dont ils se sont séparés, c’est plus qu’une relation de passage. Le comportement de sa fille est assez parlant, elle en pince clairement pour lui et réciproquement, mais quelque chose semble inassouvi entre eux. Analyser les situations, les réactions, et le regard fuyant de Kate ne lui dit rien qui vaille. Qu’a-t-il bien pu lui dire au cimetière ? “C’est toi qui voit, je te soutiens et te laisses gérer ton petit copain.”

Un autre comportement étrange, Kate semble se figer, le regard perdu dans la poubelle. En réaction de quoi Fallon se fige aussi, elle se rappel très bien de ce qu’elle a jeté dedans le matin même, avant de partir. La mère sait pertinemment ce qu’a vu la fille, elle s’attend même à ce qu’elle brandisse l’objet en réclamant des comptes. Étrangement, elle se contente de se détourner, mais le trouble reste visible sur son visage. Elle l’interroge sur les faits de la soirée en posant une tasse de chocolat chaud sur l’îlot de la cuisine.

“Ce n’était pas prévu… Je devais le faire avant de me dégonfler.” Avant de devoir aborder avec lui un sujet qui les impliquait tous deux. Dans la mesure où il est son seul amant masculin depuis quelques mois, il ne peut qu’être le père de qui pousse dans son ventre. C’est clairement imprévu, sérieusement, tomber enceinte à 40 ans, les chances sont très minimes, pourtant, il a fallu que ça lui tombe dessus. Epuisée, et le corps affreusement endolori, l’africaine s’assoit dans le canapé et invite sa fille à la rejoindre.

“Je sais que tu l’as vu. Il est positif.” Avoue-t-elle, non sans un certain malaise. “Tu m’as demandé il y a pas si longtemps que ça si j’avais déjà éprouvé des sentiments pour un homme… Je crois… Je crois que je l’aimais…” L’admettre à voix haute est encore plus difficile qu’elle ne le pensait, la blessure est trop fraîche. Elle n’a jamais ressentie cela après l’acte, cette souffrance encore plus forte que les douleurs physiques. Fallon ne réalisait pas qu’Aleksandr lui apportait un certain réconfort, la sensation d’être en sécurité, ils se sont mutuellement sauvé la peau. “Difficile à dire, mais c’est la première que ça me fait du mal de tuer quelqu’un.” Une douleur aussi insoutenable que celle d’avoir frappé sa propre fille.

“Mais je t’aime plus que tout Kate, ne comprend pas ma souffrance pour des regrets, tu passes avant tout le reste et il représentait une menace.” De cela elle en était sûre, Aleksandr aurait compris que Fallon se retournait contre l’organisation, mais elle ignore ce qu’il aurait fait de sa découverte et elle ne le saura jamais. Dans tous les cas, c’était un risque qu’elle n’aurait jamais pris et sa grossesse n’a fait que la renforcer dans sa décision. “Je ne veux pas que tu connaisses cette souffrance Kate, en éprouvant des sentiments pour Henry, s’il lui arrive quoi que ce soit, tu te sentiras responsable. Je veux te protéger de ça, tu comprends?”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Ven 5 Oct - 11:02

10 Février 2050

Abandonner sa mère en pleine bataille, c’était le chemin qu’elle avait commencé à prendre en voyant Henry. La jeune femme ne se pardonnera jamais cet écart. Elle qui devait tout à Fallon, elle avait été à deux doigts de tout rater. Ce qu’elle pouvait ressentir pour lui n’avait pas d’importance, rien n’en avait à côté de l’africaine. Les mots de sa sauveuse résonnent au fond de son esprit jusqu’à atteindre son âme. Il ne s’agit pas de son petit ami, elle ne peut pas. La brune aurait dû être réaliste. C’était la première fois qu’elle se voilait la face ainsi mais leur relation était vouée à l’échec. Kate n’allait faire que lui apporter des ennuis. Cela faisait six ans qu’elle poursuivait sa vie seule, esquivant tous les hommes qui croisaient sa route sans mal. Pourquoi avait-il fallu qu’elle croise la route d’Henry ? Pour le sortir de sa détresse suite à la mort de Sarah ? C’est ce que disait l’écrivain, qu’elle avait été sa bouée de sauvetage en quelque sorte. Est-ce que le repousser l’entraînerait à nouveau dans cette situation ? Impensable, la barmaid ne pouvait pas avoir ce genre d’impact sur le beau brun, elle n’était pas au même niveau que sa défunte fiancée.

Il ne sera pas mon petit copain comme tu dis. J’ai été stupide.

Et pourtant, les mots d’Henry au cimetière vinrent résonner dans son esprit, comme pour contredire ce qu’elle venait de dire. L’étudiante chassa ses pensées dirigées droit vers l’écrivain pour se concentrer sur ce qu’elle venait de voir au fond de la poubelle. Sa mère répond à ses questions. Fallon avait peur de se dégonfler. De quoi parlait-elle au juste ? Sans un mot, elle suivit sa mère sur le canapé, sa tasse de thé à la main, et la laissa reprendre. Voir l’africaine ainsi, mal à l’aise, tendue, n’était pas un spectacle que l’on pouvait voir tous les jours. Ce qu’elle lui avoua accentua cette sensation d’estomac noué qui lui donnait envie de se plier en quatre. Doucement, les pièces du puzzle se mettaient en place. Il est vrai qu’elle lui avait parlé de ses aventures avec son camarade de tuerie. Mais elle n’avait pas imaginé que sa mère le tuerait sans en avoir l’envie, émotionnellement parlant. L’africaine l’avait fait une fois de plus pour protéger sa fille adoptive du mal qui les guettait. Fallon finit même par avouer que le tuer lui faisait mal, ce qui paraissait logique, vu ce qu’elle avait dit précédemment.

Tu ne t’es pas demandé s’il pourrait prendre ton parti dans cette histoire ?

Sa mère avait fait un choix difficile. Mais l’option d’éviter Aleksandr n’avait jamais été envisageable au vu des circonstances. Fallon enchaîne sur le fait qu’elle ne voulait pas que l’étudiante souffre de ses sentiments pour Henry, dans le cas où il lui arriverait quelque chose.

C’était ridicule, je n’ai jamais eu besoin d’une autre personne que toi. Je n’ai aucune certitude d’avoir des sentiments à vrai dire donc l’écarter définitivement est la meilleure option. Mais tu sais, tu dois arrêter de me protéger. Tu ne seras pas toujours là.

Honteux mensonge qu’elle venait de dire même si elle voulait y croire. Kate n’avait jamais aimé de la sorte. Elle aimait Fallon, c’était indéniable. Mais pouvait-on comparer l’amour entre une fille et sa mère à celui d’un couple ? L’étudiante ne se rendait pas compte de ce qui l’attendait. Bloquer des sentiments, les ignorer jusqu’à ce qu’ils disparaissent n’était pas une tâche aisé, surtout lorsqu’il y avait plus qu’une simple attirance physique. Elle réussit à se débarrasser de cette pensée en se recentrant sur ce fameux test de grossesse positif. Que comptait faire l’africaine ? Avait-elle seulement le droit de lui poser ce genre de question très personnelle et si particulière ?

Comment ça va se passer maintenant qu’Aleksandr est mort ?

Concernant la Crows League mais aussi concernant cet enfant qui grandissait en elle et qui n’aura pas de père si jamais il venait au monde. Devaient-elles en informer le lieutenant Hart ? Pouvaient-elles compter sur lui dans le fond ?

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Folie : Désertion à l'intérieur
Messages : 1321
Célébrité : Zoé Saldana
Alias : Vyper
Métier officiel/officieux : Développeur web // Tueuse à gages // Ex-espionne Russe

Dossier Central
Equipe: The Crows League
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Folie : Désertion à l'intérieur
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Lun 22 Oct - 18:13

10 février 2050

“Tu n’es pas stupide, tu as grand coeur. C’est ta faiblesse autant que ta force.” Kate n’a jamais été brisé par les sévices de son passé, parce qu’elle y a cru, parce qu’elle a persévéré à ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Alors que Fallon avait abandonné depuis longtemps, formaté dès son plus jeune âge. Kate est la seule et unique personne à ne pas la voir comme une arme, mais comme une personne, douée de sentiments, bien que extrêmement retranchés en elle-même. Sa fille a la faculté d’éveiller le meilleur en sa mère. Elle n’a pas eu besoin de la mettre au monde pour la considérer comme telle aujourd’hui et ressentir une loyauté indéfectible à son égard.

“C’est…” Possible, rajoute-t-elle pour elle-même, du moins aimerait-elle y croire. “Un risque trop grand pour que je l’autorise. Soit il nous aidait, soit il signait notre arrêt de mort, 1 chance sur 2, ce n’était pas suffisant pour le sauver.”  Kate passera avant tout le reste, avant Fallon s’il le faut, si elle a la certitude que ça la sauvera, la tueuse à gages se sacrifierait sans hésitation, auquel cas, elle mourra en essayant. Ce qu’évidemment, Kate a du mal à avaler et n’accepte pas, mais elle en a conscience c’est déjà ça.

“Tant que je ne serais pas morte, je chercherai toujours à te protéger puce, et crois-moi s’il y a une vie après la mort, je serais toujours avec toi.” Elle sera probablement hantée par ses propres victimes, mais jamais elle n'abandonnera sa fille, quitte à survivre à mille enfers. Fallon peut être extrêmement inconstante et imprévisible sur certaines choses, mais lorsque ça concerne Kate elle sait exactement ce qu’elle veut et ce qu’il faut faire. La protéger, faire ce que d’autres n’ont pas fait pour elles.

“Je n’ai pas vraiment le choix, qu’est-ce qui en ressortirait ...” C’est tout vu, elle ne le gardera pas. Mettre au monde un monstre, c’est impensable. Ce n’est pas comme si elle pouvait être suivie par une sage femme sans que des analyses entrent en compte et voir son secret dévoilé par une tierce personne. Et au vu de toutes ses modifications génétique qu’elle a subi, elle imagine qu’il existe que très peu de chance que le bébé soit normal. Sans conteste, Fallon sait ce qu’elle doit faire. Avant qu’elle ne change d’avis.

“Pour ce qui est d’Alek, j’ai fais en sorte que son corps soit retrouvé avec ma signature. Je trouverai une explication pour Raven, ce ne sera pas vraiment une surprise pour elle, mais reste attentive quand même les prochains jours.” Nul ne sait quelle réaction aura Raven lorsqu’elle l’apprendra, elle pourrait aussi bien épargner Vyper, comme la punir, mais Fallon doute sérieusement que la commanditaire des corbeaux portent des soupçons plus poussés sur la vérité de son geste.

“Je suis fatiguée Kate, je suis désolée pour ce soir, quoi que tu décides pour Henry, je te soutiendrai. Toujours.” Une promesse profère-t-elle. La situation serait autre, elle laisserait sûrement les deux jeunes vaquer à leur amour, quoi qu’elle ruminerait assurément, mais elle comprendrait qu’il s’agit du bonheur de sa fille. Et puis, en envisageant les choses avec pragmatisme, il vaut mieux sacrifier Henry que Kate, même si cela ferait souffrir cette dernière.

Fallon termine son chocolat chaud avant d’embrasser sa fille sur le front et de se redresser, elle nettoie sa tasse avant de la ranger dans le lave-vaisselle. “Bonne nuit puce, ne te tracasse pas trop.” Peine perdue, bien sûr que sa fille se tracassera. Autant que Fallon sur sa grossesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 3797
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 2
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   Dim 28 Oct - 22:08

10 Février 2050

Les mots de sa mère faisaient mal, même si cela n’était pas le but. Son grand coeur, elle avait réussi à s’en préserver à peu près au cours des six dernières années. Mais de toute évidence, elle avait agi à l’inverse de ça, elle avait pris le risque de s’exposer avec l’écrivain en lui donnant sa chance. C’était aussi lui donner une chance de l’atteindre elle, physiquement et psychologiquement en abaissant ses barrières, en laissant sa curiosité prendre le pas sur sa raison jusqu’à laisser ses envies lui dicter sa conduite. Et c’était cela qui avait été réellement stupide, quoi qu’en dise Fallon. Elles n’étaient pas en position pour penser à autre chose que leur survie. Cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête n’était pas à prendre à la légère.

Ca me semble plus être une emmerde supplémentaire qu’autre chose à l’heure actuelle.

Cette façon de parler ressemblait peu à Kate. Pour le coup, cela révélait cependant pas mal de chose sur sa façon de prendre la chose et l’impact que Henry avait déjà eu dans sa vie. Ses mots, son “je t’aime”, résonnaient encore au fond de son coeur et de son âme. A y repenser, la signification de cette expression devenait un poison maintenant que la brune souhaitait mettre fin à tout ça. Mais elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Sa mère lui expliqua que le risque de garder Aleksandr en vie était trop grand. Dans sa voix, elle descella le fait que l’africaine ne disait pas totalement la vérité. La brune était persuadée qu’il y avait un risque potentiel mais probablement plus faible que ce que lui annonçait la tueuse. Cependant, avec les années, elle avait compris que lorsqu’elle rentrait en jeu dans l’équation, sa sauveuse acceptait de prendre absolument aucun risque la concernant. Sa mère adoptive finit par lui confirmer de vive voix au bout de quelques secondes à peine.

Je sais maman, mais tu sais très bien que je ferais pareil, que cela te plaise ou non.

Kate était prête à donner sa vie pour l’africaine s’il le fallait. Elle lui devait bien, peu importe ce qu’en pensait cette dernière. Sans elle, elle aurait fini morte assassinée, c’était une quasi-certitude. L’africaine semblait dépitée par la nouvelle de sa grossesse. Elle changea rapidement de discussion, expliquant les faits de la soirée. Sur ses gardes, la brune allait devoir l’être en permanence. Sa décision concernant Henry était une décision obligatoire concernant leur sécurité. Sa sauveuse voulut la soutenir mais ce n’est pas ce que l’étudiante recherchait. Elle avait besoin de passer autre chose, de l’oublier, de le laisser loin d’elle. Evidemment, c’était bien plus facile à dire qu’à faire et ça, la jeune femme ne s’en rendait pas encore compte. Perdue dans ses pensées, elle fut tirée de sa rêverie par le bruit que sa mère fit en se relevant. Un baiser sur le front, sa tasse dans le lave-vaisselle, une parole gentille et Fallon se dirigea vers sa chambre.

Bonne nuit maman, toi aussi te tracasse pas trop.

Pour sa fille, pour son futur enfant et pour elle-même. Evidemment Kate savait que ce n’était que des paroles d’encouragement et que l’une comme l’autre allait probablement tergiverser un bon moment sur ce qui préoccupait leur cerveau. Rangeant sa tasse à son tour, la belle alla se mettre en pyjama et se glissa sous les draps. La nuit fut courte tant la brune se retourna dans son lit, en proie à tous ces évènements qui généraient un stress monstrueux.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: |Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
|Livre I - Terminé| Boy, do you wish to die tonight ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: