Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mar 5 Juin - 22:13

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

La journée du 15 janvier avait été particulièrement éprouvante pour le lieutenant de police, présent à l’attentat de Coal District et presque miraculé. Il lui avait fallu plusieurs jours de repos pour recouvrer ses forces et ses capacités de raisonnement, qu’il avait aussitôt mis à profit pour honorer ses engagements. Après toutes les épreuves qu’il avait traversées récemment, toutes les erreurs qu’il avait commises, il avait grand besoin de renouer avec des valeurs positives de bienveillance et de justice. De quitter la mer boueuse et fétide où il s’était empêtré pour naviguer à nouveau sur les eaux pures d’un clair océan.

Malgré la pluie battante qui laminait son corps et le froid cinglant qui mordait ses chairs, le policier avalait les trottoirs chargés d’immondices avec la vigueur d’un lion. Pas de fébrilité, pas de juron sur la météo exécrable. L’homme avançait en ligne droite avec la démarche calme et assuré de l’homme qui sait où il va et pourquoi.

À l’image de son alias Stubborn, Christopher fléchissait, tombait, subissait parfois la défaite, encaissait même de sévères dérouillées. C’était un homme avec ses défauts et ses faiblesses, loin du héros lisse et victorieux des ouvrages de fiction malgré ses motivations semblables. Mais le flic revenait toujours au combat avec une énergie renouvelée. Une énergie qu’il puisait en lui-même, dans les souvenirs des êtres qu’il avait aimés et parfois dans la prière. Il n’avait plus personne pour le soutenir et tenait à l’écart ceux qui le pourraient.

Une situation comparable à Lily, qui se croyait la seule (ou possiblement seule) Valkyrie survivante d’un cataclysme – la seule membre de sa secte d’origine, aux yeux du policier. En tout cas, elle n’avait pas d’amis intimes à part cet homme dont elle lui avait parlé et l’envahissante coiffeuse d’à côté (Chris avait oublié son nom).
Le lieutenant avait mis les bouchées doubles pour trouver le moyen d’effectuer le test ADN de Lily dans la plus totale discrétion. Sans la mettre en danger, il lui prouverait ainsi sa nature de « simple » mutante parmi d’autres, très éloignée des guerrières issues de la mythologie nordique dont elle s’imaginait la descendante. Kate Ward et une bonne connaissance des labos d’ingénierie génétique de la police scientifique lui fourniraient ce moyen. Les résultats des analyses constitueraient une première étape vers la guérison psychique de Lily et son bien-être.

C’est donc avec une démarche résolue et un visage rafraîchi que l’élève franchit la porte du gymnase pour son rendez-vous hebdomadaire, faisant tinter la petite cloche en bronze dont il appréciait le timbre classique (bien plus agréable que les sonorités artificielles des alarmes modernes).

— Lily ! s’écria-t-il avec enthousiasme. Nous sommes bien seuls ? Car j’ai une surprise pour vous… euh toi ! se souvint-il.

L’avantage d’être le seul élève masculin (et l’un des plus exigeants) de la coach, c’est qu’ils avaient la salle pour eux seuls, sans regards baladeurs et oreilles indiscrètes. Mais Christopher préférait s’assurer de l’absence de témoins avant de déballer le kit de prélèvement ADN qu’il dissimulait dans son sac de sport.
Il profita de l’occasion pour quérir des nouvelles de l’entraîneuse.

— Il s’en est passé des choses depuis la semaine dernière. Tout va bien de ton côté ?

Lily avait su très bien se débrouiller depuis son arrivée à Europolis, et Christopher la savait capable de se protéger malgré sa méconnaissance de la société moderne et son esprit… perturbé.
Mais les événements du 15 janvier avaient eu un impact considérable sur la capitale. Le lieutenant ignorait comment une personne comme Lily avait pu y réagir, surtout si elle avait assisté à l’un d’entre eux.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mer 6 Juin - 12:11

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
Les choses commençaient à bouger et m’empêchaient de sombrer dans la folie du désespoir. Car oui, après plus de cinq longues années sans aucun résultat j’avais commencé à me dire que j’étais folle, que Jean avait raison. J’étais peut-être bel et bien la dernière survivante de mon peuple ! Sinon pourquoi n’avais-je encore jamais croisé la moindre sœur ou même une Amazone ? Ma foi déjà fortement touchée depuis la disparition des Pierres s’effritait un peu plus chaque jour jusqu’à ce que je croise Fran, puis Shawn et enfin Diana. J’avais l’impression que mes Dieux, ceux-là même qui avaient disparus, avaient mis ces survivants sur ma route pour que je ne cesse pas d’y croire. Même sans aucune piste j’étais encore plus déterminée à retrouver les Pierres d’Âmes ! Il fallait que je ramène nos Dieux… Les hommes devenaient trop dangereux et peut-être que cette folie seraient stoppée avec le retour des divinités que j’avais tenté de protéger.
M’étirant sur ma chaise je refermais le journal après avoir terminé l’article parlant de l’arrivée de nouveaux objets exposés dans la galerie TILANDEAT. Je me promettais d’aller faire un tour mais n’avais pas trop d’espoir à ce sujet. Shawn ne m’aurait-il pas prévenu si ces nouvelles pièces étaient en rapport avec le peuple des Valkyrie ? Sûrement ! Mais encore fallait-il qu’il sache à quoi ressemblait des Pierres d’Âmes ou simplement des fragments de ces dernières.

Après avoir bu en troisième café je filais dans la salle pour m’entraîner. J’avais un mal fou à me réveiller aujourd’hui et je ne savais pas pourquoi ! Je n’avais pas plus mal dormi que d’habitude et j’avais d’ailleurs sombré dans un sommeil sans rêve ni cauchemar avant même de m’en rendre compte. J’aurais donc du être en plaine forme ce qui n’était pas le cas !
Mes échauffements ni changèrent rien et je décidais d’aller me préparer un encas. Je me préparais un jus d’orange pressé et un assortiment de quelques fruits secs.
C’est à ce moment là que la voix enthousiaste de Christopher se fit entendre après l’agréable tintement de ma clochette. Je sortais de la petite pièce avec mon encas en hochant la tête de manière positive. Avant même de le saluer je le regardais avec curiosité ! Une surprise pour moi ? C’était bien ce qu’il avait dit non ?!



- Bonjour Christopher ! Oui, nous sommes seuls, continuais-je en m’approchant de lui. J’observais l’homme, curieuse. Quelle est donc cette surprise ?


Mais déjà mon élève me posait une nouvelle question. J’avais vécu tellement de choses ces derniers temps qu’il me serait impossible de tout expliqué en une seule phrase ! Puis je me souvenais de sa réticence à croire en ma nature… Je n’allais donc pas lui dire que j’avais trouvé d’autres survivants ; d’autant plus que l’un d’eux était recherché. ‘Death Angel’ était considérée comme une tueuse mais ce n’était pas le cas ! Bien sûr je ne prendrais pas le risque d’exposer ma sœur.
Aussi je haussais les épaules en soupirant. La soirée du 15 me revenait en mémoire. Je fixais Christopher !



- Je me suis rendue à la Tour Musquet le soir du 15… J’étais obligée d’y aller car les images qui avaient été diffusées dans l’après-midi montraient la destruction de la montagne qui abritait le Grand Temple, expliquais-je. Mais comme tu dois le savoir Musquet à été tué par l’Ogre avant de parler et les données ont été volées… Cet homme savait réellement quelque chose sur nous tu sais. Il était condamné pour ça ! Je marquais une pause ! Je suis certaine que si l’Ogre n’était pas intervenu, les hommes postés sur les toits auraient fait taire l’inventeur avant qu’il ne parle. J’observais mon élève. Et de ton côté ?


***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mer 6 Juin - 19:41

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

L’entraîneuse n’affichait pas la forme insolente de leurs rencontres précédentes, ce qui confortait Christopher dans son hypothèse : les événements récents avaient affecté la rescapée de secte d’une manière ou d’une autre. Une baisse de forme somme toute relative, car le policier savait que même fragilisée, Lily restait capable d’infliger une cuisante défaite à un groupe d’hommes entraînés.
Si elle était perturbée, au moins son humeur ne semblait guère en pâtir. Plus accueillante que la dernière fois – où le policier avait été accueilli par une clé de bras dans le dos, porte verrouillée comme un animal pris au piège – elle ingurgitait un mélange de sportif que lui-même se préparait régulièrement. Malgré leurs différences pléthoriques, la coach et l’élève se rejoignaient sur le terrain du sport et de la diététique (sauf que lui devait se montrer plus strict et assidu pour des résultats nettement inférieurs).

— Excellents choix pour se donner un coup de fouet, dit-il en désignant le verre de jus et les fruits secs. (Chris se souvient que certaines expressions échappent à la compréhension de Lily, et préfère éviter une interprétation sadomasochiste.) Euh… pour se donner du tonus, je veux dire.

Elle le regardait avec une curiosité neutre, les mains chargées de victuailles. Une vision que Christopher accueillit avec le sourire, car pour lui, cela signifiait qu’elle ne craignait plus de le voir sortir de son sac de sport une arme ou un quelconque objet capable de nuire.
La confiance était un lien précieux, rarissime et souvent trahie dans l’entourage du policier. Ses progrès avec Lily le réjouissaient et il espérait continuer sur cette lancée. Chris n’était pas du genre à changer de coach tous les 36 du mois ; le sportif n’en trouverait jamais de meilleure et de surcroît, il éprouvait un immense plaisir à apporter son aide (même modeste) à travers leurs discussions.

— J’ai apporté ce qu’il faut pour le prélèvement ADN dont je t’avais parlé. Mais on verra ça avant de partir, il faudra attendre un peu après que tu aies fini de manger et te rincer la bouche.

La prétendue Valkyrie lui décrivit alors son expérience à la Tour Musquet. Le policier avait visionné la rediffusion sur une chaîne d’actualités, se disant justement que les images (évidemment un montage créé par ordinateur, comme les effets spéciaux au cinéma !) ressemblaient curieusement à la description que Lily avait faite de son lieu d’origine.

— J’ignore ce que monsieur Musquet savait ou croyait savoir, mais je regrette sincèrement ce qui s’est produit. C’était un inventeur de génie, un grand homme qui a apporté une immense contribution à l’humanité. En tant qu’officier de police et citoyen d’Europolis, je crois aussi à la vérité et au droit de la population d’y avoir accès.
Je ne travaille pas sur cette affaire, mais j’ai vu les images et entendu des collègues en parler. Manifestement, il y a eu du grabuge et pas mal d’arrestations hasardeuses… Comment as-tu réagi ? L’action des policiers t’a-t-elle indignée ? Ou peut-être as-tu voulu leur prêter main-forte ?


Plus que les enjeux de ce rassemblement qui le dépassaient, le policier était curieux de connaître les impressions de Lily. À la fin de leur dernier rendez-vous, Chris se réjouissait de l’engagement de sa coach en faveur de la justice, mais les forces de l’ordre ne s’étaient pas montrées sous leur meilleur jour au moment du chaos à Eden Park. Par expérience, le lieutenant savait que gérer sans anicroche une foule paniquée tenait du miracle, même si les ordres reçus et les compétences de l’officier commandant jouaient un rôle essentiel.

Christopher soupira à son tour avant d’évoquer sa propre journée du 15 janvier, gardant sous silence son dénouement et le pacte secret qui l’unissait à Fallon et Kate Ward.

— Je faisais partie de l’équipe chargée de la sécurité du député Storeberg, durant l’hommage à Coal District. Comme tu l’as sûrement vu aux informations ou dans la presse, il y a eu une émeute suivie d’un attentat à la bombe. Plusieurs morts et de nombreux blessés. D’ailleurs, je ferais certainement partie des victimes si je n’avais pas échangé ma place avec un collègue, quelques minutes à peine avant l’explosion…

Le visage du policier se rembrunit.
Sa bonne humeur matinale en prenait un coup, mais le pire était à présent derrière lui. Grâce aux Ward, il était sur une piste sérieuse pour coincer les responsables. Et cette fois il ne s’agissait pas seulement de vengeance, mais aussi de justice, de rédemption.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mer 6 Juin - 20:53

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
J’avais pensé à Christopher après le 15, je m’étais demandé s’il était lui aussi venu à la Tour Musquet, s’il avait vu les images ! J’avais aussi craint qu’il ait été blessé… J’avais voulu lui écrire mais je n’avais pas franchi le cap car je n’oubliais pas qu’il ne me croyait pas. Il voulait m’aider, c’était une certitude ; mais il le faisait dans l’unique but de me prouver que je n’étais pas celle que je prétendais être. C’était assez vexant comme situation mais pas au point de le faire tuer par Jean. Je fixais le lieutenant, ne cachant pas le moins du monde mon observation. Non ! Il ne méritait pas de mourir. De l’aide ! Voilà ce qu’il lui fallait à lui aussi. Et c’était ce que j’allais faire pour lui et toute la police de cette ville.
Pensive, je jetais un coup d’œil à mon encas après qu’il ait parlé d’un coup de fouet. Je ne voyais pas le rapport mais je n’eus pas besoin de demander des explications à Christopher. Je souriais à l’homme avant de boire une gorgée. Il avait visiblement capté mes problèmes de compréhension de certaines expressions bizarres ! Du moins elles l’étaient selon mon point de vue.



- Quel intérêt d’être polyglotte si je ne comprends pas les expressions les plus connues de chaque langue, déclarais-je sans me rendre compte que je venais de donner une nouvelle information au lieutenant. Un coup de fouet… ça fait mal ! Et ça, dis-je en montrant mon encas, c’est pour me mettre en forme. Je soupirais. Vos expressions sont vraiment tordues, ajoutais-je avec un léger sourire.


Christopher attisa ensuite ma curiosité avec une surprise qu’il avait pour moi. Je ne voyais pas du tout de quoi il pouvait parler et à première vue il n’avait rien dans les mains. Intriguée, je lui demandais de quoi il s’agissait !
Je posais mon verre et l’observais alors qu’il m’expliquait qu’il avait ce qu’il fallait pour réaliser un test ADN. Pensive, je jouais avec un cerneau de noix avant de reporter mon attention sur l’homme.



- Tu ne me crois toujours pas… dis-je déçue. Pourquoi faut-il toujours des preuves ? La parole, la mienne dans le cas présent, ne vaut-elle rien ? demandais-je. Puis je me rendais compte que ce que je disais pouvait laisser croire que j’avais changé d’avis. Pas grave… Tu me devras des excuses bientôt ! Quand on aura les résultats et que tu verras que je ne t’ai pas menti.


Oui, il devrait s’excuser de m’avoir prise pour une espèce de mutante et pire, pour une simple humaine complètement dérangée.
Bref, je ne m’attardais pas sur le sujet et ne lui racontais pas non plus que j’avais croisé la route d’autres survivants. Je lui parlais juste de ma présence à la Tour Musquet. J’écoutais ensuite la réponse du lieutenant qui se voulait toujours aussi réticente concernant l’existence des Amazones, Atlantes et Valkyries. Pourtant c’était bien de ça dont il était question. Je haussais les épaules à ses questions. La réaction des policiers m’avait énervée, pas de suite mais cela avait été le cas lorsque mon élève Aélia avait été prise à parti.



- Dans un premier temps j’ai voulu fuir… mais je ne l’ai pas fait ! J’ai décidé de tenter de rattraper l’Ogre quand bien même des policiers s’en prenaient à une innocente, une élève à moi, dis-je contrariée. Je m’étais rappelé tes paroles ! Mais je n’ai pas réussi à suivre le meurtrier à cause d’un mouvement de foule. Je suis donc revenue sur mes pas pour aider mon élève. Je soupirais. Maintenant ce fou a des données concernant mon peuple ainsi que les autres et je ne sais pas ce qu’il va en faire.


Les détruire ? Les utiliser pour traquer les survivants ? Il y avait tant des possibilités et aucune réponse.
Je ne me creusais pas la tête plus longtemps et fixais l’homme lorsqu’il parlait de ce qu’il avait vécu. Oui, j’en avais entendu parler et cela m’avait attristée. C’était aussi une des raisons qui m’avaient poussée à prendre la proposition de Christopher en considération.



- Je suis désolée pour ton collègue, dis-je sincère en posant ma main sur son épaule. Tu sais qui a fait ça ? Est-ce que tout est lié ? Je me taisais. Quoi que… Tu n’as peut-être pas le droit d’en parler.


L’un des événements n’avait rien à voir puisque c’était Jean et ses Fantômes qui avaient braqué le casino. Je le savais, cependant je gardais le silence. Mais pour le reste ? Je n’en savais rien.



***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Jeu 7 Juin - 13:39

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu, pensa Christopher lorsque Lily se proclama polyglotte. Elle avait déjà du mal à comprendre certaines expressions courantes de l’anglais d’Europolis, alors le russe ou le japonais… Cela dit, les membres de sa secte d’origine parlaient sans doute une autre langue. Peut-être le norvégien, ou le vieux norrois pour ces femmes qui se croyaient les descendantes des Valkyries.
Heureusement, la vérité éclaterait bientôt grâce au test ADN que Lily auquel acceptait de se soumettre. L’aplomb de la jeune femme confirmait d’ailleurs sa folie : seuls les véritables déments ne nourrissent aucun doute sur l’univers imaginaire qu’ils se sont créés dans leur esprit malade.
C’est donc avec un sourire amusé qu’il accepta le défi de son entraîneuse.

— Compte sur moi pour te présenter des excuses si les résultats te donnent raison. Note que je ne t’accuse pas de mentir, simplement de te tromper. Cela arrive à tout le monde, n’est-ce pas ?

Bien sûr, dans le cas présent, Christopher n’envisageait même pas la possibilité que ce fut lui qui se trompait. Il appréciait les fables mythologiques et les œuvres d’art qu’elles avaient inspirées, mais ce domaine restait cloisonné aux légendes, à l’imaginaire.
Les mutants, quant à eux, étaient bien réels. Produits de la science, victimes d’un vaccin universel aux effets secondaires imprévisibles, leur existence ne devait rien aux délires de prêtres païens ingérant des champignons hallucinogènes pour dialoguer avec une kyrielle de divinités fantoches.

Une idée traversa soudain l’esprit du policier – plus audacieux qu’à l’accoutumée après un repos salutaire de plusieurs jours.

— Je te propose même un marché. Si j’ai tort, je te devrai même un service, ce que tu voudras ! À condition que tu en fasses de même avec moi lorsque (j’aurai la preuve que tu délires)… si tu n’es pas celle que tu crois. Tu marches ? (Flûte, elle va croire que je lui demande d’avancer sur ses deux jambes…) Je veux dire… tu es d’accord ?

Convaincu de ne prendre aucun risque, Christopher s’imaginait déjà abattre ce joker pour envoyer Lily suivre une psychothérapie auprès d’une praticienne ouverte et fiable. La coach semblait une femme de parole et le flic (rusé comme un renard !) comptait utiliser cette merveilleuse qualité pour la contraindre à recevoir une aide que seule une professionnelle pourrait lui apporter.

Le policier écouta ensuite attentivement les explications de Lily sur la soirée à la Tour Musquet, le regard fixé sur son interlocutrice.

— C’est très courageux de ta part d’avoir voulu intervenir. Je me dis aussi que ton échec à rattraper l’Ogre a pu te sauver la vie. Ses hommes paraissaient aguerris, armés jusqu’aux dents et tu n’es pas à l’épreuve des balles. Nous autres policiers portons des gilets de protection et surtout, nous agissons en équipe pour mener ce genre d’action. La frontière entre courage et témérité est souvent ténue ; quand on franchit la ligne, on n’en revient pas toujours…
Tu as quand même eu la sagesse de renoncer et porter secours à ton élève, c’est très bien. Elle n’a pas été blessée, au moins ? As-tu ressenti une joie particulière en lui apportant ton aide ? Car si tel est le cas, attends-toi à y prendre goût… c’est une excellente source de motivation pour s’impliquer auprès des autres.


Le sourire de Christopher s’élargit. Certes, il voyait bien que Lily était davantage préoccupée par ses délires de peuple mythique que la mort d’un grand homme ou la population d’Europolis. Mais si elle se sentait concernée par le sort d’autrui, si elle se tournait davantage vers l’extérieur, alors ses difficultés à intégrer la société s’estomperaient d’elles-mêmes avec le temps. Le problème de ses capacités physiques hors du commun subsisterait, mais le flic pariait que la population (et par conséquent les élus) se montrerait plus tolérante à l’avenir.

— Au nom de mes collègues, je m’excuse pour les excès dont tu as été témoin. Je n’étais pas sur place et me garderais de juger, mais il est très difficile de contenir une foule dans les situations de ce genre. Je sais aussi que certains agents manient la matraque avec zèle… malheureusement, la méchanceté et la violence abusive gangrènent aussi les forces de l’ordre. Si tu assistes à ce genre de comportement un jour, n’hésite pas à me contacter pour aider la victime à porter plainte. C’est en dénonçant les mauvais éléments qu’on pourra les recadrer ou les traduire en justice, sinon ils continueront à sévir en toute impunité.

L’élève tressaillit lorsqu’elle posa une main sur son épaule, geste réflexe en réaction à un témoignage de compassion auquel il n’était plus habitué. Bien que Lily fut son entraîneuse, elle n’en restait pas moins une femme. Depuis la mort de Lauren, Christopher se privait délibérément de leur douceur, substituant les avalanches de coups qui meurtrissaient son corps aux agréables contacts charnels.
À certains égards, Christopher se comportait de façon analogue aux flagelleurs du Moyen-Âge, ces croyants qui s’infligeaient sévices et souffrances afin d’expier leurs péchés et trouver grâce aux yeux du Seigneur.

— Merci, Lily. Je suis effectivement tenu au secret de l’enquête.
Je suis agréablement surpris de ton geste de compassion sur un membre de la gent masculine, tu fais visiblement beaucoup de progrès !
(Christopher retire délicatement la main de Lily de son épaule, comme un poids trop lourd à porter.) J’imagine que tout va bien avec ton… (Chris ne sait pas comment décrire cet homme qui tient une place prépondérante dans la vie de Lily : compagnon ? sex-friend ? maître Jedi ? Il opte pour un terme générique : ) ami intime ?

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Ven 8 Juin - 23:41

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
Que mes Dieux m’en soient témoins ce regard allait me tuer. Christopher ne me croyait absolument pas lorsque je lui disais que je comprenais toutes les langues… Je n’étais pas stupide au point de ne pas m’en rendre compte ! Alors je soupirais, lasse et déçue par ce manque de confiance, par cette obstination qui le poussait à me croire folle alors qu’il avait juste à me demander des preuves. Je secouais la tête mais ne relançais pas le sujet. C’était inutile car cela ne nous mènerait nulle part !
Je trouvais même une idée pour rendre la situation un peu plus amusante maintenant que j’avais accepté de passer le test ADN. Lorsque Christopher se retrouverait les bras ballants face à la Valkyrie que j’étais il me devrait des excuses. C’était mon souhait et je lui en faisais part. Je souris lorsqu’il accepta et je riais même d’un rire franc et spontané à ses derniers mots.



- On dit que l’erreur est humaine et je ne le suis pas, déclarais-je. Bien sûr, il m’arrive de commettre des erreurs, admettais-je avant de précisais avec un sourire amusé, mais dans le cas présent c’est toi qui te trompe et pas qu’un peu.


Je me demandais quelle tête il ferait en apprenant que j’étais bien celle que je prétendais être… *Et s’il se mettait à me craindre ? Ou s’il voulait finalement me dénoncer à un quelconque laboratoire ?* Soudain inquiète, j’observais l’homme ! Il était serein et de bonne humeur car il était persuadé que je n’étais qu’une simple folle ou dans le meilleur des cas ou le pire, un monstre évadé d’un laboratoire.
Je n’eus pas le temps de divaguer plus longtemps puisque l’homme reprit la parole pour me proposer un marché. Certaine d’avoir raison et donc gagné je hochais la tête de manière positive. La carte « le lieutenant me doit un service » pouvait être très intéressante. Amusée, je répondais…



- Je sais ce que ça veut dire ! Donc, ça marche. Je réfléchissais quelques secondes. Par contre je ne sais pas du tout ce que je vais te demander comme service. Enfin… je verrais ça le moment venu et quand tu te seras remis de ton erreur. Puis je me taisais et reprenais avec plus de calme. D’ailleurs, quand tu auras la preuve que je ne suis ni folle ni génétiquement modifiée… tu ne me trahiras pas ? N’est-ce pas ?


La discussion devint ensuite tout aussi sérieuse puisqu’elle concernait les attentats qu’il y avait eu le soir du 15. Je connaissais les personnes ayant braquées le Casino ! Du moins je connaissais l’une d’elles et voyais parfaitement qui étaient les autres. Ma volonté d’aider le lieutenant ainsi que la police aurait du me pousser à parler mais cela ne m’effleura même pas l’esprit. Jamais je ne causerais du tort à Jean… cela m’était impossible.
Puis très vite, je me concentrais sur les paroles de mon élève concernant ma réaction après le meurtre commis par l’Ogre. Je n’avais pas pensé de cette façon, voilà pourquoi je fronçais les sourcils.



- Je n’avais pas vu les choses de cette façon, reconnus-je. Et en réalité je n’ai pas renoncé ! Je voulais vraiment le rattraper. J’ai toujours été douée à la traque mais je me suis rendue compte que les milieux urbains masquent plus facilement et rapidement les traces.  Je me taisais. Tout ça pour dire que sur le coup je me fichais que cela puisse être dangereux ! Je voulais savoir pourquoi l’Ogre avait fait ça… Pour protéger les Valkyries ainsi que les autres ou pour les utiliser ?


Puis je me remémorais ce que j’avais ressenti en voyant Aélia et Henry frappés sans raison. Je secouais la tête !


- J’étais angoissée quand j’ai vu qu’ils s’en prenaient à elle… Mais quand nous avons fui je n’ai pas ressenti de la joie, déclarais-je en rajoutant, parce que ce que je venais de faire c’était juste… normal ?


Aélia avait besoin d’aide et j’avais les capacités de lui apporter. Je n’avais donc pas réfléchi ! C’était visiblement une bonne chose. Le sourire de Christopher me donnait cette impression et je devais reconnaître que j’aimais assez car cela me donnait envie de continuer.
J’écoutais ensuite les excuses de l’homme pour ses collègues agressifs. Je ne comprenais pas ! Pourquoi s’excuser pour les fautes de personnes qu’il ne connaissait pas forcément ? Je ne lui demandais pas mais je confirmais ses paroles.



- Il est vrai que dans certains quartiers la police est aussi mauvaise que les malfrats. J’ai déjà vu des flics se servir en drogue et argent avant d’arrêter les types ! Je secouais la tête. Mais je ne peux rien dire ! Avoir de mauvais flics sur le dos me mettrait en danger…


Suite aux révélations de Christopher sur sa soirée du 15 j’eus un réflexe que je n’avais encore jamais eu à l’égard d’un homme si ce n’est peut-être envers Henry ! Je posais ma main sur l’épaule de Christopher pour le réconforter mais je doutais au moment où je le faisais. L’homme sembla se crisper ? Le fait qu’il me complimente sur ce que je venais de faire me fit douter davantage…


- Je suis désolée, déclarais-je quand il ôta ma main de son épaule. Vraiment… précisais-je en reculant même d’un pas. Puis je me taisais en attendant de connaître la fin de sa question. Mon ami intime ? répétais-je sans comprendre. Mais très vite je réalisais qu’il parlait de Jean. Oh ! Oui, ça va. Il va bien ! dis-je simplement sans être certaine d’avoir compris la question.



***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Sam 9 Juin - 15:38

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

Si Lily avait donné l’impression de ne pas être dans son assiette à l’arrivée de son élève, elle manifestait à présent des traits d’humour aussi surprenants que bienvenus.
Pour Christopher, cette légèreté signifiait qu’elle n’était pas trop perturbée, que son adaptation à la société allait bon train. L’humour a toujours été un important facteur d’intégration sociale, d’aucuns diraient le propre de l’humain – bien qu’elle ne se considérait pas humaine, comme elle le rappela une fois encore.

— Parfait ! Et ne t’inquiète pas pour moi, j’ai dû me remettre d’erreurs aux conséquences bien plus graves.

Chris usait d’euphémisme pour ne pas casser l’ambiance. Plus que graves, ses erreurs avaient brisé des vies – trop de vies – et fichu irrémédiablement la sienne en l’air.
Lily s’inquiétait que sa méprise poussât le policier à la trahir. Une préoccupation logique quand on se mettait à la place de la prétendue Valkyrie. Christopher balaya la question d’un revers de la main.

— Que tu sois une mutante, une extra-terrestre, une voyageuse du futur ou une Valkyrie, pourquoi te jetterai-je en pâture à qui que ce soit ? Tu as certes un côté bizarre et des capacités physiques hors du commun, mais ce sont tes actes qui te définissent. Je ne te trahirai jamais pour tes origines, mais tu seras mon ennemie si tu empruntes la voie du mal. Comme n’importe quelle criminelle.
Oui, je sais, ça fait pompeux et fables pour enfants ces histoires de combattre les méchants. Pourtant c’est mon boulot, c’est ce que je fais en tant que flic pour que les gens puissent vivre heureux et en sécurité.


Christopher se frotta la barbe, marquant une petite pause avant de continuer.

— Je ne sais pas si on t’a enseigné notre histoire, mais au siècle dernier on dénonçait et on traquait les personnes qui n’avaient pas les bonnes origines, la bonne couleur de peau, la bonne religion et d’autres motifs idiots du même acabit. Aujourd’hui, heureusement, on n’en est plus là. Il est vrai que les personnes comme toi peuvent inspirer la peur pour de bonnes raisons, car une force surnaturelle ou une capacité à déclencher un incendie par la pensée… cela vous rend très dangereux ! Mais pas davantage qu’un homme avec un fusil automatique ou un gosse avec un briquet.
Au final, on en revient toujours au même point : seuls les actes importent vraiment. Les gens continueront de craindre les mutants qui emploient leurs pouvoirs à mauvais escient et ils ont parfaitement raison. Quant aux autres, les inoffensifs et les gentils, je pense que la plupart des gens les trouveront cools, tout simplement !
En ce qui te concerne, il faudrait être un connard fini pour dénoncer une bonne citoyenne avec un métier socialement utile. Malheureusement, les connards finis existent… J’espère que nos lois évolueront rapidement pour protéger les personnes spéciales comme toi.


Celle qui assista à l’événement d’Eden Park détrompa ensuite le policier sur son renoncement à poursuivre de l’Ogre. Comment une combattante pouvait-elle se montrer aussi insouciante, alors que sa chair portait encore les stigmates d’armes à feu ?

— Il est vrai que tu as l’avantage de te fondre facilement parmi la population. Tu ne ressembles pas à une flic et tu ne portes pas d’arme. Je ne cherche pas à te dissuader de faire ce que tu crois devoir faire, juste de réfléchir aux risques que tu as pris. Ces types t’auraient descendue sans sommation s’ils t’avaient repérée. Ignorer le danger, ce n’est pas du courage mais de l’inconscience. Je suis certain que ton instructrice t’a transmis quelques enseignements à ce sujet. Ou alors vous êtes toutes des têtes brûlées (non, pas des visages passés au chalumeau !)… des fonceuses dénuées de stratégie.
Après, concernant l’Ogre et son groupe, j’imagine qu’on entendra à nouveau parler d’eux tôt ou tard… et qu’ils dévoileront alors leurs intentions.


La coach déclara ensuite qu’elle trouvait simplement « normal » de secourir son élève au milieu du chaos.
Ce n’était pas la réponse que Christopher espérait, mais il l’accueillit avec pragmatisme et une sincère satisfaction.

— Ah, ma pauvre Lily ! Si seulement un quart de la population trouvait « normal » de porter secours aux autres, on vivrait beaucoup mieux à Europolis ! Comme je disais tout à l’heure, au final ce sont les actes qui importent.

L’entraîneuse à la génétique hors norme expliqua ensuite sa position prudente vis-à-vis des policiers corrompus.
Christopher sembla hésiter un instant sur sa réponse. Il ouvrit la bouche puis la referma avant de se lancer.

— Nous sommes peut-être en désaccord sur tes origines, mais je comprends que tu cherches à te protéger de ces ripoux.
Est-ce que tu sais te servir de la caméra de ton téléphone ? Quand tu assistes à un délit de ce genre, tu peux essayer de filmer ou prendre discrètement des photos… Envoie-les-moi directement et je pourrais les exploiter, ou les transmettre à des personnes qui pourront agir. Bien sûr, personne ne saura d’où proviennent les images. Tous les officiers de police se servent d’indics anonymes pour collecter des infos.


Qu’il s’agisse d’ouvrir une enquête pour corruption ou transmettre les données à un blogueur comme Ratatosk, aucune preuve ne restait jamais inutile. Un bon réseau d’indics était la meilleure arme du policier. Un outil puissant pour faire éclater la vérité.

Le policier se contenta ensuite d’opiner du chef lorsque Lily réitéra son message de compassion et reprit sa place – à distance.
De toute évidence, malgré sa priorité sur des sujets irrationnels comme son peuple mythique, elle n’avait rien d’une psychopathe dénuée d’empathie.
En outre, elle confirma que tout allait bien avec son ami intime. Christopher s’en réjouit, voyant d’un très bon œil cette relation qui aiderait la rescapée de secte à s’adapter au monde.

— Parfait ! Je suis vraiment heureux pour vous.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mar 12 Juin - 9:59

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
Christopher avait tout de l’homme sûr de lui et une fois de plus il semblait l’être… seulement il avait tort ! Je ne cessais de lui répéter mais il faisait celui qui n’entendait pas. Il tomberait bientôt de haut en apprenant que je ne lui avais pas menti et peut-être même qu’il voudrait en savoir plus au sujet de mon peuple. Il avait dit apprécier ses légendes mais que cela n’était, de son point de vue, que des histoires inventées par les hommes. Sa réflexion était cohérente puisque l’homme avait une imagination des plus débordantes qui avait offert une queue de poisson aux Atlantes et des ailes aux Valkyries sur certaines représentations. J’esquissais un sourire à cette pensée… Pourvoir voler devait-être quelque chose de merveilleux mais niveau discrétion ça n’aurait pas été le top.
Observant mon élève je haussais les épaules après ses paroles.



- Je ne m’inquiète pas… Il me tarde juste de voir ta tête lorsque tu devras me dire que tu avais tort.


Je cherchais ensuite à être certaine que lorsque le lieutenant saurait la vérité il ne chercherait pas à me trahir. Jean pensait que certaines personnes n’hésiteraient pas une seule seconde à m’abattre ou à me faire enfermée dans un laboratoire. Il n’était pas le seul à penser de cette manière mais cela ne faisait rien ! Je voulais faire confiance à Christopher et je priais juste mes Dieux disparus pour que cette décision n’accélérerait pas ma fin.
Je souriais en entendant la première question de l’homme. Et c’était moi que l’on traitait de naïve ? Pour le coup je l’étais moins que lui. Je l’écoutais cependant jusqu’à la fin avant de lui répondre en toute honnêteté.



- J’aime les contes pour enfants, dis-je simplement. C’est joli mais trop beau pour être réaliste ! Ce monde n’existe plus et je ne suis pas certaine qui ait déjà existé. Je fixais ensuite l’homme. Pourquoi tu me dénoncerais ? Pour l’appât du gain principalement. Certains seraient prêt à payer cher pour pouvoir ‘m’examiner’ et percer les secrets de ma force, de ma facilité à guérir…


J’écoutais ensuite l’officier me parler de l’Histoire des hommes. On ne me l’avait pas enseigné mais ma curiosité m’avait poussé à en apprendre plus sur ce monde, sur ces personnes qui vivaient tout autour de moi. Les nombreuses découvertes faites concernant la médecine ou l’univers m’avaient impressionnée mais elles avaient vite été supplantées par les guerres, les génocides et autres abominations dont seul l’homme était capable.
Je soupirais et hochais la tête.



- J’ai étudié votre Histoire mais cela ne m’aide pas à croire que tu as raison. L’homme a commis des abominations durant des siècles et n’a pas appris de ses erreurs. Il continue encore ! Heureusement, comme tu le dis, certaines personnes pourraient m’accepter telle que je suis. Mais la vraie question est de savoir combien serait capable de le faire ? L’inconnu effraie l’être humain et si j’ai bien compris une chose le concernant c’est qu’il devient dangereux lorsqu’il a peur, qu’il se sent en danger. C’est un réflexe naturel à toute espèce mais ce réflexe pourrait me mettre en danger.


Et en parlant de danger Christopher me faisait comprendre que mon comportement le soir du 15 avait été risqué. Poursuivre l’Ogre m’avait semblé être une bonne idée mais il était vrai que je n’avais fixé mon attention que sur lui. Je n’avais pas pris en compte la présence de ses sbires armés !
Je fronçais les sourcils, presque agacée, en entendant l’homme parler de mon aînée. Son apprentissage avait été l’un des meilleurs mais elle n’avait pas su me préparer au monde des hommes.



- Mon enseignement a été parfait pour que je devienne une excellente Valkyrie. Et je te l’ai dit, notre rôle était de protéger nos Dieux et le savoir des hommes. Je marquais une pause et effleurais mon bras qui portait une cicatrice. Avant de combattre les hommes nous ne savions rien des armes qu’ils utilisaient, c’est ce qui a jouer contre nous d’ailleurs… Enfin ! Tu as raison. Il est vrai que je n’ai pas tenu compte de la présence des hommes armés de l’Ogre lorsque je l’ai poursuivi. J’y réfléchirais à deux fois lorsque je croiserais à nouveau sa route.


Concernant mon intervention auprès d’Aélia et le fait que tout le monde ne pensait pas de la même façon que moi je me contentais de hausser les épaules. Je ne faisais pas ma vie en fonction des autres et je gardais le silence. Je reprenais la parole pour confirmer au lieutenant que la police ne comptait pas que des bons flics… J’en avais eu la preuve à plusieurs reprises mais je n’avais jamais rien fait contre eux afin de préserver mon secret. Tout en écoutant Christopher je posais le petit bol que j’avais terminé et buvais une gorgée de jus de fruits avant de saisir mon téléphone et de le tendre à l’homme. Je savais téléphoner et envoyer des sms, pour enregistrer un contact c’était un peu plus laborieux… alors pour le reste !  


- Non, je ne sais pas comment faire ça, avouais-je. Je peine déjà à enregistrer un contact dans le répertoire… Mais tu peux m’expliquer comment l’appareil photo fonctionne et la manière de t’envoyer le document.


Mon téléphone m’était inconnu… Je n’avais jamais fouillé dans le menu et la preuve en était que la sonnerie était toujours celle par défaut ainsi que le fond d’écran. Je parvenais à passer l’appareil de sonnerie à silencieux uniquement parce qu’Isa m’avait montré comment faire… c’est elle aussi qui m’avait aidé à changer le code du téléphone.


- Oh ! C’est… C’est gentil.


Christopher avait parlé de Jean et moi d’une façon qui donnait à croire que nous étions réellement intimes ce qui n’était pas le cas. Ma relation avec l’homme qui m’avait sauvé la vie était complexe et inexplicable… voilà pourquoi je ne contredisais pas les paroles du lieutenant.



***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mer 13 Juin - 13:52

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

Une partie de Lily craignait toujours que Christopher la dénonce pour en tirer profit. Inconcevable aux yeux de l’Anglais qui avait traversé une période de précarité après la mort de son père, sans pour autant chercher à se procurer de l’argent de vile manière. Tant que ses besoins de base étaient comblés, le digne héritier des Hart ne se détournerait jamais de ses valeurs et principes pour une valise remplie de billets.
La méfiance de la prétendue Valkyrie était pourtant légitime, salutaire – qui ne serait pas inquiet à sa place ? L’avenir lui prouverait que le lieutenant de police appartenait à la classe des incorruptibles.

Christopher opina de la tête lorsque Lily se livra à une analyse pertinente de l’Histoire à laquelle il s’intéressait beaucoup. Ses conclusions pourraient alimenter un long débat pour lequel ce n’était ni le lieu ni le moment.
Il croisa les bras sur sa poitrine avant de nuancer les propos de la jeune femme et d’ajouter sa propre vision de l’avenir, plus optimiste que durant ses phases dépressives.

— J’approuve globalement ce que tu dis, malheureusement. Je continue néanmoins de penser que notre société a réalisé maints progrès. Insuffisants, certes, mais bien réels. Les mentalités changent lentement, mais une fois le basculement effectué il n’y a plus de retour en arrière possible. Pense aux sorcières et autres « hérétiques » brûlés en place publique au cours du Moyen-Âge, à l’esclavage et aux camps de travail, aux discriminations pour des motifs ethniques ou d’orientation sexuelle. Ces pratiques abjectes ont été réduites à néant de façon irréversible, au moins en Europe.
Tu as raison pour les réactions à l’encontre des personnes extraordinaires comme toi, dont l’existence n’a été révélée que trop récemment. Mais grâce à Internet, aux journalistes et aux citoyens engagés qui diffusent la vérité, parfois au péril de leur vie, l’information circule beaucoup plus vite et je suis sûr que la population s’adaptera rapidement.
En fait, je pense que cela dépendra beaucoup des choix que feront les mutants. S’ils s’illustrent par leurs activités criminelles, les gens vous associeront à ces malfrats. S’ils suivent les traces de Vampyr ou se comportent en citoyens modèles, Europolis vous acceptera et vous protègera comme n’importe qui.


L’entraineuse se justifia ensuite sur la poursuite audacieuse de l’Ogre qu’elle avait entreprise, conditionnée par son entraînement inadapté au monde moderne.
Christopher poussa un soupir de soulagement lorsqu’elle intégra le risque que représentait une légion de mercenaires équipés d’armes semi-automatiques.

— Une bonne combattante doit s’adapter aux forces et aux faiblesses de l’ennemi, n’est-ce pas ? Je suis ravi que tu apprennes vite de tes expériences. Tu possèdes des capacités physiques hors du commun, mais en dehors des confrontations directes, ta tête reste la meilleure arme à ta disposition.

Après la proposition du policier sur la saisie de clichés ou vidéos face à des comportements illicites, notamment de policiers véreux, Lily manifesta une bonne volonté qui enchantait son élève.
Europolis venait de gagner une paire d’yeux pour lutter contre le crime et la corruption, et pas des moindres !
À un détail près… la jeune femme maîtrisait son téléphone aussi bien que la voisine de palier de Christopher, une mamie de 89 ans qui prenait le plus grand soin de sa collection de disques vinyle.
Le désir d’apprendre distinguait néanmoins Lily de la quasi nonagénaire. Heureux de pouvoir aider, Christopher s’empara du téléphone qu’elle lui tendait et il commença par se familiariser avec l’interface… sans difficulté, puisqu’il s’agit d’un modèle standard avec tous les réglages par défaut. Même les gosses de six ans changeaient régulièrement de fond d’écran  !

Le policier était loin d’être un maniaque de ces petits appareils bien pratiques, mais il en maîtrisait quand même toutes les fonctions utiles.
Il compléta son propre profil dans les contacts, oblitérant sa curiosité de flic afin de respecter la vie privée de son entraîneuse. Ainsi, il ne releva aucun nom parmi ses élèves et autres connaissances – Chris aurait pu y reconnaître un certain nombre.
Ensuite, il créa sur l’écran d’accueil un raccourci pour accéder à l’appareil photo ainsi qu’un autre pour la capture vidéo.
Lorsqu’il eût terminé, il se plaça juste à côté de sa coach, maintint le téléphone en l’air de sorte que l’écran soit positionné à la verticale, face aux yeux de Lily, la porte d’entrée du gymnase en ligne de mire.

— Voilà ! Pour prendre une photo, il suffit de toucher l’icône « appareil photo » que voici, puis de cadrer l’image que tu souhaites prendre. (Christopher bouge le téléphone pour montrer le changement en temps réel sur l’écran.) Tu peux zoomer ou dézoomer en pinçant comme ça avec deux doigts et quand l’image affichée te convient, appuie ici pour l’immortaliser ! (Chris associe à chaque fois le geste à la parole.) Il y a plein de réglages de qualité, mais tout est réglé sur automatique afin que tu n’aies pas à t’en préoccuper. Le but est que ce soit lisible, pas de remporter un concours de photo. (De toute façon, avec ton capteur bas de gamme, ça ne risque pas d’arriver, s’abstient-il d’ajouter.)
Ensuite, appuie longuement comme ceci sur l’image pour afficher le menu qui va bien, choisis « envoyer » et sélectionne mon nom dans ta liste de contacts. C’est tout ! Pense à « supprimer » les photos compromettantes à partir du même menu, ainsi on ne pourra pas te suspecter en cas de contrôle.
Le plus important est de rester discrète. Si tu pointes ton téléphone en direction d’un suspect, il va se douter de quelque chose ! Mais après cinq ans à te cacher dans cette ville, je ne me fais pas de souci pour toi là-dessus.


Christopher laissa la novice expérimenter par elle-même, répondant patiemment à ses questions et la guidant du mieux qu’il pouvait. Malgré ses bonnes intentions, le policier n’était pas un grand pédagogue. Heureusement pour lui, son élève (pour une fois, les rôles s’inversaient !) était une personne intelligente ; ses lacunes provenaient d’une éducation déphasée du monde moderne et non d’un déficit intellectuel.

— Pour la capture vidéo, c’est le même principe ! Tu peux même t’en servir pour enregistrer des conversations audios recevables comme preuves lors d’un procès.

Le policier lui montra comment procéder de la même manière, puis la laissa encore une fois effectuer quelques essais.

— Grâce à ce petit bijou de technologie, tu as ce qu’il faut pour jouer à l’apprentie espionne et faire tomber les puissants ! Bon, j’exagère, mais je t’assure que ces preuves audios et vidéos sont cruciales dans nos enquêtes. Je comprends que ton éducation t’amenait à penser que la parole donnée fait force de loi. J’adorerais vivre dans un tel monde, où chacun dit la vérité et assume ses responsabilités. Mais tu as pu constater qu’ici, les gens mentent à tort et à travers et notre justice a besoin d’éléments objectifs pour accuser ou disculper des suspects.

Christopher soupira, ajoutant une dernière remarque à voix basse.

— Et parfois, cela ne suffit pas pour d’obscurs vices de procédure, à cause d’un magistrat véreux ou d’un jury corrompu.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Ven 15 Juin - 23:23

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
Alors que la discussion allait de bon train avec le lieutenant je me souvenais de ma conversation avec Diana. Elle avait été choquée d’apprendre qu’un représentant de la loi ou tout simplement un homme était au courant de mon secret. J’avais compris la réaction de ma sœur et moi-même j’avais craint pour ma sécurité durant la semaine qui avait séparée les deux cours de Christopher. Mais depuis cela allait mieux ! Bien sûr la crainte de la dénonciation revenait parfois à mon esprit et je cherchais à être certaine que l’homme avec qui je discutais ne dirait rien. Une nouvelle fois il me le confirma et j’avais beau le regarder droit dans les yeux, je n’y voyais pas la trace d’un quelconque mensonge. Cela me rassura car l’homme en règle générale se faisait le roi de la duperie et de la manipulation. Je priais donc mes Dieux disparus pour ne pas être, en ce moment même, une victime de ce genre de comportement. Évidemment, si cela était le cas, Christopher devrait se montrer futé car je ne permettrais pas une trahison.
J’écoutais ensuite Christopher me parler de l’histoire des hommes, de l’évolution de cette dernière et je suivais avec intérêt son avis sur l’intégration des ‘mutants’. En entendant ses paroles je souriais et retenais un léger rire ! J’étais certaine qu’en théorie beaucoup de gens diraient la même chose que lui mais en pratique cela m’étonnerait beaucoup. Je secouais la tête presque déçue…



- Christopher je te rappelle que c’est moi qui suis censée être naïve… déclarais-je amusée. Je ne pense que tout se passera aussi bien le jour où l’existence des non-humains et, ou des mutants sera dévoilée. Je soupirais. Les gens jugent trop facilement. Il suffira qu’un seul mutant se comporte dangereusement pour que tous les autres soient jugés aussi et vus comme potentiellement dangereux. Je souriais à nouveau à mon élève. Enfin… C’est l’impression que j’ai mais j’espère me tromper bien évidemment.


Sans être obligée de le faire j’avouais ensuite ne pas avoir pensé aux hommes armés qui entouraient l’Ogre lorsque je l’avais suivi. Je me rendais compte que cela n’avait pas été très intelligent de ma part. J’avais beau être très rapide et agile il n’empêchait pas que les armes à feu humaines l’étaient tout autant.
J’esquissais un sourire assez fier à la suite des propos de l’homme. J’avais toujours appris très vite et sans que l’on me répète les choses plusieurs fois.



- J’ai toujours appris très vite et ce, depuis que j’étais enfant ! Visiblement c’est toujours le cas, dis-je avant de me souvenir de la dernière phrase de mon élève. Ma tête reste ma meilleure arme… C’est ce que disait mon aînée quand j’avais tendance à foncer tête baissée sans réfléchir. Elle t’aurait sûrement apprécié… même si tu es un homme !


Arriva ensuite un cours improvisé d’utilisation de mon téléphone portable. Je me rendais très vite compte que j’étais véritablement larguée dans ce domaine et qu’il allait falloir que je fasse des efforts ! Je me concentrais donc et étais attentive à chaque explication que Christopher me donnait. Je suivais le moindre de ses mouvements pour être certaine de pouvoir refaire la même chose par la suite.
Lorsque je prenais à nouveau mon téléphone pour tenter de prendre une photo de mon élève je remarquais une touche qu’il ne m’avait pas expliqué. J’appuyais dessus et voyais mon visage apparaître sur l’écran. Je fronçais les sourcils…



- Quel est l’intérêt de se prendre soi-même en photo ? demandais-je en haussant les épaules avant de remettre l’appareil de l’autre manière pour viser Christopher. Un petit sourire Monsieur Hart… vous n’êtes coupable d’aucun crime ! continuais-je amusée en prenant la photo. Ensuite j’appuie comme ça… et… je te l’envoie !


Chose dite, chose faite. Pour les photos, c’était ok et j’étais surprise de voir à quel point c’était simple… J’en venais à me demander s’il en était de même pour les ordinateurs, internet et le reste mais je devais à nouveau me concentrer pour suivre l’explication concernant les vidéos. Du moins c’était ce que je pensais mais Christopher m’expliqua que le principe était le même sauf pour la touche… tout en me précisant que l’enregistrement audio était aussi une preuve recevable. Je fronçais les sourcils…


- Mais comment prouver que telle voix appartient bien à telle personne ? Il arrive parfois que certaines personnes aient des voix presque similaires ! dis-je en repensant à la coiffeuse d’à côté et sa cousine que j’avais rencontré une fois.


Je faisais un tour sur moi-même en filmant ma salle de sport ainsi que Christopher au passage et éteignais le tout lorsque ce dernier reprit la parole. Je haussais les épaules !


- Sur ce point je ne vais pas te contredire… Il est triste de voir à quel point les gens peuvent mentir, y compris pour des petites choses insignifiantes. Lorsque c’est pour assurer sa survie je peux le comprendre mais pour le reste j’ai encore du mal. Mais je tiquais sur les dernières paroles du lieutenant. Attends ! Tu veux dire que certains malfrats arrivent à s’en sortir malgré tout un tas de preuves ? Mais qui fait enfermer ces juges corrompus alors ? Qui les empêche de nuire à la justice ?


J’étais perdue ! Christopher me demandait d’aider la Justice alors que cette dernière avait des failles au sein même de son fonctionnement.



***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Sam 16 Juin - 13:48

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

Lily ne démordait pas de son pessimisme sur la réaction de la population quand l’existence des humains aux capacités spéciales serait révélée – ou plutôt confirmée, puisque les rumeurs allaient déjà bon train.
Au final, personne ne pouvait prédire avec exactitude le comportement que les citoyens d’Europolis allaient adopter. Capable du meilleur comme du pire, l’humain se caractérisait par son caractère imprévisible, par sa capacité à surprendre en bien comme en mal.

— Bah ! Nous serons bientôt fixés. Il a fallu à peine sept ans pour que les travaux du Dr Brendt et leurs conséquences soient révélés au grand public. Grâce à Vampyr, tout le monde sait déjà qu’il y a eu altérations génétiques et physiques, des programmes expérimentaux sur certains soldats et réfugiés pendant la guerre. C’est une question de mois ou de quelques années avant qu’Europolis et le reste du monde soient informés du reste de l’histoire.

Christopher opina de la tête avec satisfaction lorsque sa coach loua sa capacité à apprendre et la prévalence de l’intelligence sur les muscles.
En revanche, il resta de marbre au compliment de Lily. Une partie de lui se sentait mal à l’aise que « l’aînée » de Lily, sans doute une personne de rang élevée dans sa secte d’origine, eût apprécié un homme comme lui. Toutefois, si l’on mettait de côté leurs croyances absurdes, le policier devait reconnaître qu’il partageait un grand nombre de valeurs avec ces femmes au sens aigu de la justice.

La petite leçon sur les fonctions photo et caméra du smartphone les entraîna heureusement sur un terrain dépourvu d’ambiguïté.
Qu’il était agréable d’apporter son aide, sans la pression habituelle du métier de flic ! Nulle question de vie ou de mort, de destins scellés après une décision incertaine. Changer une ampoule dans l’appartement de sa voisine âgée, encadrer un groupe d’enfants de sa paroisse, assister à un joli spectacle ouvrant les portes du merveilleux, Christopher appréciait ces moments simples où les sourires spontanés et les rires cristallins chassaient les nuages noirs d’une morne existence.
L’enthousiasme et la jovialité de l’entraîneuse contrastaient avec la rudesse de sa profession d’une manière rafraîchissante. Une main gênée derrière le crâne, le policier sourit maladroitement lorsque Lily le cible avec son téléphone afin de lui tirer le portrait.
Lorsqu’elle s’interrogea sur la raison de se prendre soi-même en photo, Christopher haussa également les épaules en reflet de son attitude.

— Souvent, c’est pour partager un moment de vie avec des proches, ou des « amis » sur les réseaux sociaux. Cela permet aussi d’immortaliser un instant particulier, afin de pouvoir s’en rappeler des années plus tard.

Le policier se garda de mentionner les myriades d’autres applications, certaines plutôt embarrassantes, d’autres carrément scabreuses.

Lily posa ensuite une question pertinente sur le moyen d’associer une voix à une personne de façon certaine.

— Tout est dans le « presque » ! (Chris lève son index gauche et le soumet au regard de la coach.) La police utilise les empreintes digitales pour identifier les criminels depuis la fin du XIXe siècle, pourtant elles sont difficiles à distinguer à l’œil nu ! Aujourd’hui, grâce à des capteurs sophistiqués, on les utilise pour verrouiller son téléphone ou filtrer l’accès à des lieux sécurisés.
C’est le même principe pour la voix, mais en plus complexe. Les technologies actuelles permettent d’analyser un enregistrement et identifier formellement la voix d’une personne. Lorsque le son est de mauvaise qualité ou fortement parasité, les experts peuvent généralement établir une corrélation avec une marge d’erreur acceptable qui ajoute du poids à l’accusation.


Le sujet était vaste et si le policier énumérait toutes les possibilités qu’offrait la science moderne, Lily risquait d’aller se réfugier au fond d’une grotte pour échapper aux caméras de surveillance, aux archives des opérateurs téléphoniques, aux historiques de paiement et autres traces exploitables.

Christopher approuva ostensiblement la vision affligée de Lily sur le mensonge. Bien sûr, lui-même mentait comme n’importe quel être humain, quoique moins souvent.
Mais dans son esprit, ce mot restait spontanément associé aux tromperies de Lauren, son ex-fiancée morte depuis trois ans et six mois. Aujourd’hui encore, un maelström de tristesse, de colère et d’incompréhension l’emportait chaque fois qu’il songeait à elle.

Le problème de justice imparfaite que soulignait la jeune femme ébranlait quant à lui les fondements mêmes de la mirifique société européenne, phare du monde contemporain. Nul n’était dupe : la corruption gangrénait la justice d’Europolis comme un abcès putride. Combien de temps avant que la maladie se propage comme un cancer ?
Malgré sa bonne humeur du jour, le policier répondit sans optimisme, s’exprimant d’une voix neutre entre deux soupirs.

— Il y a plusieurs garde-fous pour contrôler les organes du pouvoir et de la justice, comme la brigade des « affaires internes » à la police. Pour répondre à ta question, on arrête les juges corrompus de la même façon que les autres criminels : avec une enquête approfondie, avec un dossier chargé de preuves solides. C’est compliqué, très compliqué, d’autant que les personnes de pouvoir ont tendance à se serrer les coudes pour éviter que l’inculpation d’un des leurs n’éclabousse les autres à leur tour.
Mais on y arrive. Quand je dis « on », je parle de certains collègues, de magistrats honnêtes, de la presse, de citoyens engagés et autres moyens de contre-pouvoir. D’où l’intérêt de collecter un maximum d’éléments de preuve. C’est un combat sans fin qui peut sembler désespéré, pourtant il faut le mener.
(Chris écarte les bras, puis les rabat sur ses cuisses avec résignation.) Il y aura toujours des gens malhonnêtes, comme il y aura toujours des tueurs, des violeurs et crapules en tout genre. Je citerai néanmoins Edmund Burke qui résume magnifiquement le sens de notre engagement : « Ce qui permet au mal de progresser est l'inaction des hommes de bien. »

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1200
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 3
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Mer 20 Juin - 22:55

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3) × feat Christopher Hart
Je ne rajoutais rien aux paroles de l’homme concernant la réaction qu’aurait le peuple des humains s’il apprenait mon existence ou celle de Diana, ainsi que Fran ou Shawn. Mon avis ne changerait pas ! Il était préférable que nous restions cachés et que nous agissions dans l’ombre si nous ne voulions pas être traqués. Mon envie de protéger les survivants était telle que je ne parlais pas à Christopher de mes découvertes ! Il ignorait le fait que j’avais retrouvé d’autres survivants et je préférais qu’il en soit ainsi. Cela n’avait rien à voir avec un quelconque manque de confiance ! Je pensais simplement que cela ne le regardait pas. Aussi, je hochais la tête silencieusement pour clore le sujet.

La suite me demanda plus de concentration puisque mon élève décida de faire de moi une apprentie espionne en m’expliquant comment faire fonctionner l’appareil photo de mon téléphone ainsi que le mode vidéo. Je m’étonnais de constater à quel point cela était simple et je me prenais à vouloir en apprendre plus ! Les ordinateurs facilitaient la vie et ils possédaient des applications pour gérer et surtout créer des plannings, ou des répertoires. Cela me faciliterait la vie pour gérer mon emploi ? Peut-être, même si je me débrouillais très bien sans. Mon téléphone vibra entre mes mains et un message de réception apparu. Comme je n’avais entendu aucune sonnerie j’en déduisais que le téléphone de mon élève devait être sur le mode silencieux ou vibreur.



- Je crois que tu as reçu la photo, déclarais-je en tournant mon téléphone vers Christopher pour qu’il voit l’accusé de réception. C’est fou comme c’est simple à utiliser, continuais-je. Je te remercie de m’avoir montré comment faire. C’est toujours un réel plaisir de découvrir et d’apprendre de nouvelle chose, expliquais-je sincère.


J’écoutais ensuite le lieutenant m’expliquer l’intérêt de faire des photos de soi-même. Je ne comprenais toujours pas le principe des réseaux sociaux qu’il évoquait.


- Je ne sais rien des réseaux sociaux, avouais-je. Je ne sais même pas comment cela fonctionne ! Puis je devenais nostalgique. J’aurais aimé avoir des photos du Grand Temple, de mes sœurs mais aussi d’Epona. Je soupirais ! J’aurais aimé avoir des souvenirs de ce que les hommes m’ont volé, dis-je attristée. Avec le temps j’ai parfois l’impression que mes souvenirs deviennent flous, inexacts et je déteste ça. J’esquissais un léger sourire. Et j’aurais pu te montrer Epona. Elle était magnifique !


J’avais réalisé une peinture de ma monture mais même si elle était magnifique, elle n’était pas aussi réaliste qu’une photo. Cela étant, je me disais que je pourrais tout de même montrer mon œuvre à l’homme… un jour !

En attendant il me donnait de nouvelles informations sur les technologies des hommes. J’étais impressionnée d’apprendre que des machines pouvaient reconnaître une voix à partir d’un enregistrement. Je tournais ensuite mes mains paumes vers le haut pour observer le bout de mes doigts. Je comprenais mieux pourquoi les malfrats se baladaient aussi souvent avec des gants… Ils limitaient les risques ! Je hochais la tête, concentrée et intéressée.



- Tu pense que nos empreintes digitales à nous les Valkyries sont les mêmes que les vôtres ? Bien que j’ai compris qu’elles soient uniques pour chaque personne, précisais-je. D’ailleurs, c’est pour ça que les malfrats portent souvent des gants ? C’est pour ne pas laisser leurs empreintes sur les lieux de leurs méfaits ?


Oui, c’était sûrement pour ça ! Mais il y avait d’autres moyens de les coincer et tout cela m’intéressait réellement. Je ne l’aurais pourtant jamais cru possible. Mais très vite je notais un problème déplaisant concernant la justice des hommes ! Comment pouvait-elle fonctionner correctement si certaines personnes en son sein étaient mauvaises ? Je n’hésitais pas à poser la question car je ne voulais pas aider ceux qui ne le méritait pas, Jean et ses acolytes étaient une exception ! La seule.
J’écoutais alors Christopher avec la plus grande attention mais d’autres questions me venaient à l’esprit et je devais avoir des réponses. Cependant, je n’eus pas besoin d’interroger le lieutenant car il m’apporta la réponse de lui-même. Il y avait des bons et des mauvais de partout… la justice ne faisait pas exception ! Mais des hommes intègres se chargeaient de faire en sorte qu’elle ne sombre pas. Cela me rassura et je hochais la tête. Puis avec un sourire je répondais…



- Et bien je vais empêcher le mal de progresser en cessant d’être inactive ! Puis je finissais mon jus de fruit et regardais en direction du sac que je pointais du doigt. On fait ce test avant ou après ? Il ne faudrait pas que tu perdes un entraînement en bavardage… mais si cette discussion m’intéresse beaucoup.




***************

Il me reste 08 Points de Baston avant de tourner de l’œil.
J’ai encore 01 Bonus de Marave à cramer.



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________


You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   Jeu 21 Juin - 19:52

La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)

Christopher ϟ StubbornLily ϟ Liv

La profane en matière de technologies lui montra avec une satisfaction non dissimulée l’accusé de réception sur son téléphone. Sa joie d’apprendre paraissait sincère et Lily serait à présent en mesure de saisir des preuves utiles, lorsqu’elle déciderait de troquer les vêtements de sport contre une tenue discrète de justicière.
Le policier avait donc toutes les raisons de se réjouir à son tour.

— Je verrai la photo en rentrant, expliqua-t-il. Je ne suis pas en service et mon téléphone est resté à la maison.

Loin d’être accro au petit écran (à tous les écrans, d’ailleurs), Christopher aimait pouvoir se concentrer pleinement lors des séances de sport. Sa montre intelligente suffisait à le notifier des appels urgents si l’un de ses contacts avait besoin de lui.

Lily lui expliqua ensuite sa méconnaissance des réseaux sociaux, son regret de ne posséder aucune photo de son fichu Grand Temple et sa fantaisiste jument ailée, fruit d’une imagination qu’un endoctrinement sectaire avait polluée.

— Bien sûr, commenta-t-il avec un rictus.

Le policier masquait sa dérision du mieux qu’il pouvait.
Bientôt, il apporterait à Lily la preuve incontestable de son erreur – de sa folie. Pour l’heure, argumenter avec elle s’avèrerait aussi utile qu’un bidon de Javel versé dans les égouts.

Les explications de Christopher sur les empreintes digitales et autres ficelles technologiques à disposition des enquêteurs révélèrent (sans surprise) que Lily n’était pas une amatrice de fictions policières.
Le lieutenant acquiesça néanmoins aux justes déductions de l’entraîneuse. Un pédagogue maladroit comme lui (et pas toujours patient) appréciait qu’on interprète correctement ses paroles.

— Oui, tu as bien compris. Pour éviter d’être identifié, les gants sont presque aussi importants qu’une cagoule ou un masque ! Et les empreintes de personnes comme toi n’ont aucune raison d’être différentes. Les mutants recouverts d’écailles ou dotés de mains palmées, peut-être…

L’humeur volontaire de Christopher se renforça lorsque Lily renouvela son intention d’agir pour le bien d’Europolis.
Après une première moitié de janvier comparable aux récents désastres climatiques, les rencontres de ce genre chassaient les épais nuages noirs d’un avenir sans espoir, chargés de pluies lourdes et acides.

— Finissons-en maintenant ! répondit-il avec enthousiasme lorsque Lily s’enquit du test ADN.

Christopher s’accroupit devant son sac de sport, tira la fermeture éclair d’un coup sec et fouilla à l’intérieur.
Sans changer de position, il sortit une bouteille en bioplastique et tendit un bras résolu vers l’entraîneuse.

— Tiens, bois d’abord un peu d’eau en rinçant bien l’intérieur de la bouche. C’est pour chasser les résidus alimentaires ; on ne voudrait pas confondre ton ADN avec celui des noix que tu viens de manger.

Pendant que Lily faisait le ménage à l’intérieur de sa bouche vorace, le policier récupéra le kit de prélèvement et entreprit une dernière fois la lecture des indications.  Ce genre d’activité reposait habituellement sur les collègues de la scientifique. La procédure était certes d’une simplicité enfantine, mais le policier ne voulait surtout pas gâcher l’échantillon.
Sa crédibilité envers Lily, qui lui témoignait sa confiance malgré quelques réserves, était en jeu. Par ailleurs, de façon plus concrète, le lieutenant prenait déjà des risques en réalisant cette analyse ADN clandestine dans les labos de la PTS. Il ne se voyait guère recommencer, d’autant que la jeune Kate serait la complice ignorante (et pareillement coupable) de cette opération.

Le sportif se redressa d’un bond. Une veine traversait son front comme un épais conduit sous-cutané effectuant la liaison entre le cerveau et le reste du corps.

— Très bien, dit-il en retirant soigneusement la brossette stérile de son emballage. Je vais devoir frotter l’intérieur de tes joues avec ça pendant une trentaine de secondes, de façon à récupérer suffisamment de salive et de cellules. Ouvre grand la bouche et si tu as envie de bailler, eh bien retiens-toi !

Christopher se rapprocha de la jeune femme, plissa le front et inséra l’écouvillon entre ses lèvres ouvertes. Il n’avait jamais dévisagé la prétendue Valkyrie d’aussi près, mais l’absence de défauts sur sa peau et l’état impeccable de ses dents lui sautèrent aux yeux. Outre sa force et ses réflexes hors norme, sa mutation génétique semblait la protéger des agresseurs invisibles du quotidien, ces légions de bactéries et autres virus qui guettaient la moindre faiblesse dans nos défenses pour nous pourrir la vie.
Lily respirait la santé comme aucune autre personne de sa connaissance.

Avec application, il colla la brossette sur la face intérieure de la joue droite puis effectua un mouvement de haut en bas pendant une quinzaine de secondes, avant de répéter le même geste du côté gauche. Le frottement n’avait rien de douloureux, même pour une personne nettement plus douillette que la combattante.

— Et voilà ! dit-il en retirant l’instrument médical avec fierté. C’est fini.

En réalité, ce n’était qu’un commencement.
Le lieutenant de police ne réalisait pas qu’il tenait entre ses doigts la preuve d’un secret parmi les mieux gardés de l’Union européenne.

Il attendit un peu que l’écouvillon sèche, puis confina celui-ci dans son fourreau plastique.
Un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres tandis qu’il rangeait le tout dans son sac de sport.

— Je te contacterai quand j’aurai les résultats. Discrétion sur toute la ligne, tu ne sauras donc rien de plus sur la façon dont je vais m’y prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé ] La vérité se trouve dans les gènes (ép. 1/3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Job de rue Baby [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: