Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 Arthur Le Nen - Guerre & Histoire
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 15:25

Arthur Le Nen

Arthur Le Nen

«A genoux les hommes...»




Date de Naissance 17 novembre 2014
Ville et Pays de Naissance Paris, France
Groupe Actors & Prey
Statut d'Etat Civil Célibataire
Métier officiel Maître de conférence à l'université en Histoire Militaire
Orientation Hétérosexuel
Penchant Bon
Alias Aucun
Métier officieux Aucun hormis des associations caritatives, surtout auprès des anciens combattants
Crimes déjà commis Aucun
Est-ce que vous êtes déjà recherché? Non
Avatar Charlie Hunnam
Crédit Charlie HunnamFans


Généreux ♠️ Loyal ♦️ Mélancolique ♣️ Brave ♥️ Réfléchi • Solitaire

2014

Naissance à Paris dans une famille militaire. Son grand-père, Saint-Cyrien a participé à la bataille d'Alasaï en Afghanistan, avec le 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins avant de diriger le CPIS puis le Service Action de la DGSE. Son père, cyrard également, sort dans les premiers de la promotion Segrétain. Arthur est le cadet d'une fratrie de 3. Son père est alors au Mali avec le 8ème R.P.I.M.A au sein de l'opération Barkhane.

2014-2020

Ses frères et lui grandissent normalement, au gré des mutations fréquentes et reçoivent une éducation patriotique et pieuse. On le passionne pour l'histoire de France, son histoire militaire, on l'emmène sur des lieux de mémoire, aux monuments au mort. Son père l'emmène parfois sur la tombe d'un de ses amis du Prytanée, tombé en Afghanistan pendant une Shurah en 2011.

2020

Son père accueille le Traité de Strasbourg avec une certaine froideur, et une énorme raideur le projet d'armée européenne. A son époque, dans l'UE, seule la France a une armée opérationnelle, capable de faire de l'ouverture de théâtre. Il répète à l'envi, que la Bundeswehr est une blague ambulante, et il est vrai qu'à cette époque, on n'en est pas loin. L'expérimentation de la Brigade Franco-Allemande est selon lui et beaucoup d'officiers qui passent à l'Ecole de Guerre, un échec, les soldats ne s'aiment pas spécialement et l'interopérabilité est inexistante. Les Pays-Bas ont démembré les années précédentes leur armée, son père François, et Nicolas son grand-père en conviennent. Cette idée de tout fondre et de tout angliciser ne leur convient pas, si l'Europe a une armée, le leadership doit de fait être assuré par des Français.  

2020-2032

Ses frères et lui sont placés dans un collège et lycée militaire pour continuer de baigner dans un milieu qui convient à leurs parents. Ils souffrent ainsi beaucoup moins des mutations de leur père et des OPEX qu'il peut faire, soit en maintien de la paix soit pour prendre part à des conflits de basse intensité. Son grand-père Nicolas, est désormais appelé pour participer à l'organisation des services secrets Européens.

2032

Son père commande un régiment qui hérite des traditions des Bandes de Picardie du 1er R.I. Lui et ses "Picards" sont envoyés en tant que Casques Bleus en Amérique du Nord pour tenter de s'interposer dans la guerre civile. Il en revient marqué. Arthur entame sa deuxième année de classe préparatoire. Son frère aîné Charles sort pour sa part du Saint-Cyr européen et choisit l'arme blindée cavalerie. Le puîné Pierre, moins doué dans le scolaire a pris le corps des sous-officiers et a rejoint les troupes aéroportées.

2037

Arthur est sorti de sa formation en école d'officiers, puis de son école d'application. Il a opté pour l'infanterie. Quelques mois après son arrivée dans un régiment parachutiste des troupes de marine, il est envoyé en chef d'équipe d'un Groupement de Commandos Parachutistes en Afrique où il connaît de nombreuses actions de feu. Son père est désormais général de brigade. Charles commande bientôt un escadron de cuirassiers. Son autre frère Pierre, a réussi les tests d'un régiment des forces spéciales, spécialisé dans le rens' humain : "Comme le 13ème R.D.P" lui dit-il.

2040

Désormais chef d'un groupe GCP (équivalent de chef de section dans un tel cas) dans un autre régiment para des troupes de marine, il est envoyé au Japon puis en Chine pour y faire la guerre. La Section Commandement (SK) de sa Compagnie d'Eclairage et d'Appui (CEA) est partiellement décimée, dont le commandant d'unité et l'officier adjoint. C'est donc à lui d'en assumer le commandement, il a ainsi une centaine d'hommes sous ses ordres dont une section antichar (S.A.C), une section de tireurs d'élite (S.T.E) et son fameux G.C.P. La compagnie s'illustre par de nombreux faits d'armes. Et il finit par être promu Capitaine rapidement.

2042

Retour en Europe, la guerre lui offre quelques semaines pour être breveté de l'équivalent européen de l'Ecole de Guerre - ce qui met beaucoup plus de temps lorsque la situation est calme - et il retourne en unité. Commandant, il peut officier en chef-ops dans un régiment aéroporté. En termes d'opérations, il est le second du chef de corps, devant le lieutenant-colonel, la fonction prime sur le grade. Ce régiment correspond aux chasseurs parachutistes, l'infanterie parachutiste en somme. Charles est mobilisé à la frontière Est de l'Union en préparation d'une éventuelle guerre contre la Russie. Pierre donne très peu de nouvelles et celles-ci sont inquiétantes.

2043

Il est envoyé en Europe de l'Est avec son régiment. Il est parachuté avec son unité et le reste de la brigade derrière les lignes ennemies lors d'une opération et dirige son régiment pendant les opérations alors que son chef de corps est promu au Quartier Général de la brigade. L'armée européenne a de grosses lacunes en dans l'aéroportée si bien que la 11th Airborne Brigade, véritable corps d'élite est utilisée en GAOS, l'appui aux Opérations Spéciales. De fait son régiment se voit octroyer des missions de forces spéciales à haute valeur stratégique. Mêlant actions de feu extrêmes et réflexions tactiques tendus la mission est plus qu'harassante -totalement sanglante, mais il parvient à économiser la vie de beaucoup de ses hommes, comme la vieille doctrine française l'exige. Respectant le code du soldat français scrupuleusement, il épargne et soulage les populations civiles exsangues dès qu'il le peut. Mais ça ne sauve pas son frère, tué dans une de ces nombreuses batailles de chars qui parsèment la guerre à l'Est.  

2045

Arthur revient avec ses hommes et le grade de lieutenant-colonel, des petites cicatrices au torse après que des éclats de grenade se furent fichus dans son torse alors qu'il était sans gilet. Il pleure son frère aux côtés de la femme de ce-dernier et de ses enfants. Mais il doit également prier pour Pierre qui a disparu à Minsk avec une partie de son unité et dont il ne sait rien, si ce n'est qu'ils étaient des têtes brûlés - c'est le terme le plus doux qui lui a été rapporté.

2046

Arthur alterne entre son régiment et les échanges avec les différents centres de commandement et de doctrine de l'armée qui lui permettent d'écrire quelques papiers et commencer à bosser un doctorat d'Histoire. Il fait un focus sur l'armée Française de la fin du XXème et du début du XXIème siècle et son apport à la défense européenne. Malgré la démobilisation d'une grande part de l'armée européenne, Arthur et son régiment s'entraîne perpétuellement pour rester opérationnel.

2050

Son frère Pierre est officiellement reconnu comme mort par sa famille. Quand au colonel Arthur Le Nen, jeune docteur que certains imaginent prendre à terme le commandement d'une brigade voire d'un CFST puis viser plus haut ; s'il garde son grade dans son appellation et ses prédispositions au combat, il quitte l'institution pour devenir professeur à la fac. Il n'exclut pas de revenir si un conflit majeur apparaît, mais il estime devoir servir autrement.



Derrière l'écran

Derrière l'écran

Salut ! Moi c'est Loïc/span> mais appelez moi Loïc. J'ai connu le forum via via l'autre forum de votre fondateur et je pense que le contexte est original, et qu'il fait peur.
Sur une échelle de présence de 1 à 7, je pense être présent(e) 4/7.


Dernière édition par Arthur Le Nen le Lun 21 Mai - 16:53, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 15:26

Arthur Le Nen

Arthur Le Nen

«...debout les officiers.»





2037
- La 3ème compagnie est prise à parti, annonça à voix haut le radio de la section commandement, en sueur dans sa chemise Ubas. Arthur à côté de lui remit en place son gilet tactique au-dessus de sa frag, vérifia ses chargeurs, son HK et son glock dans le holster. Il partit plus loin, sous une bâche au milieu de leur coin de la F.O.B, le coin de leur compagnie. Le commandant d'unité parti au poste de commandement, revenait vers lui à ce moment. En venant à sa rencontre, avant qu'il ne put s'enquérir de quoi que ce soit, Arthur prit les devants.
- La 3ème a tiqué mon capitaine, lui fit-il. Les officiers s'installaient autour de la carte placée sur la table alors que le combiné s'était rapproché pour être collé à l'oreille du capitaine qui pouvait désormais écouter les rapports.
- Le Nen, c'est pour vous, fit le Commandant d'Unité (CDU). Il désigna un point surélevé, votre insertion se fera ici, par l'est pour desserrer l'emprise des insurgés sur la 3ème et lui permettre de se retirer en bon ordre. Dantec, dis au NH d'être prêt à décoller.
- Bien pris mon capitaine, répondirent son adjoint et Le Nen de concert.

Sans attendre, le jeune lieutenant partit vers son équipe. Il lui avait fallu peu de temps pour partir en opérations, par chance il s'était déjà familiarisé avec ses hommes et bien entraîné avec eux. Présents dans la Bande Sahélo-Saharienne pour la défense des intérêts stratégiques européens et la gestion des guerres civiles et affrontements inter-ethniques. Les interventions de ce type étaient nombreuses. Entrant dans le bâtiment en taule occupé par le Groupe de Commandos Parachutistes, Arthur fit un signe au chef Ben, son adjoint, de mettre en branle sa dizaine d'hommes. Lorsqu'ils furent prêts, il leur fit un petit briefing avec une carte.
- Bon, la 3 est prise à parti, ils sont bien accrochés aux alentours de ce village et peuvent pas se replier en bon ordre, les ennemis sont trop prêts pour un appui. Notre mission est de prendre position sur la ligne de crête à l'est du village pour les prendre en tenaille, les neutraliser et les forcer à lâcher leur position. Une fois que ce sera fait, les Tigres pourront venir fournir un appui. Pour les consignes d'ouverture du feu, les personnels dans la zone sont hostiles, donc feu sur les pax identifiés comme tels, inutile d'attendre que ça claque pour riposter.

Le membre opérationnel de soute les attendait, ce n'était pas la première fois qu'ils volaient avec cet équipage. Le Caïman, de son nom d'origine NH90, était d'un modèle développé pour les Forces Spéciales et qui avait été reversé dans l'aviation légère conventionnelle, pour que les GCP et GCM l'utilisent. Il avait une soute qui permettait de s'asseoir par terre, accroché, de s'installer sur les rebords, pieds dans le vide avec une sangle de sécurité et aussi de descendre en corde lisse. Ce coup-ci, l'hélicoptère allait se poser. Ses hommes montèrent, laissaient pendre leur pieds, Arthur veillait depuis la soute. Le voyage était long dans ces parties de l'Afrique, quelques années plus tôt son père avait survolé cette terre pour nettoyer l'Adrar des Ifoghas. Aujourd'hui c'était lui. Le jeune lieutenant profitait souvent des vols pour piquer un somme et se relâcher en écoutant de la musique, il ne savait pas trop s'il était autorisé à faire ça, mais il le fit. Une playlist hétéroclite mélangeant du rock aux chants militaires. La dernière qui passa fut le chant promotion de son père : Segrétain. Les mots résonnaient d'un ton particulier en lui. Seigneur garde moi, ce qui me fit Saint-Cyrien.

Dans un blizzard de poussière et de sable, l'hélicoptère se posa, avec des personnels ennemis face-trois heures que le M.O.S mit bien vite à terre avec la 12.7 pendant que les commandos descendaient par l'autre porte, à couvert. Profitant du relief caillouteux, les hommes se mirent à l'abris, et se déployèrent vite, en profitant de l'effet boule de feu procuré par le mitrailleur de l'hélicoptère, pour détruire les ennemis avant qu'ils ne relèvent la tête. De quelques signes clairs, Arthur fit partir Ben pour la manœuvre avec la moitié de l'équipe pendant qu'il restait avec l'autre moitié pour les appuyer. Les HK416 tiraient sporadiquement avec la Minimi. Un imprudent sortait trop sa tête, Arthur s'approcha du tireur de précision avec son HK417 et lui indiqua sa cible : «En direction de mon bras, 100 mètres, trouée entre rochers, un pax, une doublette, tu me le couches.» Son 1ère classe, un jeune gars, percuta vite, prit une inspiration et tira les deux cartouches. L'homme tomba en se tenant le cou. «REPORT DE TIR A GAUCHE !» cria le lieutenant en voyant le reste de l'équipe prête à détruire les derniers hommes. Le jeune officier rendit compte et reprit sa progression sur la crête.

L'équipe avançait en quinconce dans les rochers, pour maintenir un écart suffisant sans pour autant perdre la liaison. Le rens' n'était pas clair sur la présence ennemie sur leur objectif, ses hommes et lui étaient sur leurs gardes malgré une progression rapide. Sur leur gauche, plus bas, la 3 était toujours aux prises avec l'ennemi, les groupes étaient dispersés et parfois presque encerclés. Des explosions de mortiers de 81mm se firent entendre à leur niveau. Du bruit dans la radio, la tension était extrême : «..brzzz PICK AND RUN..... PICK AND RUN... je stabilise !....» Un terrible silence s'ensuivit. «Golf 2 à Sierra Unité, parlez.» «Sierra Unité, parlez», «Golf 2, le chef de groupe est mort.» Un jeune sergent venait de tomber. Par chance pour les autres, le lieutenant Le Nen identifia le départ de tir, enfoncé dans une grotte. La progression s'accéléra, et malgré leur barda, les hommes restèrent silencieux, le Tahitien, Teluuva'a montrait l'exemple. Un homme qu'il avait envoyé en éclairage revint en assurant que le mortier était tenu par deux servants. L'assaut fut court mais intense. L'éclair s'abattit surgit à coup de 5.56mm et de grenades. Ils essuyèrent une contre-attaque mais, bien retranché, ils la repoussèrent. Ainsi, plus bas, conscients qu'ils étaient en position de faiblesse après avoir perdu leur appui-feu et la maîtrise des hauteurs, les insurgés se replièrent en perdant un nombre conséquent d'hommes.

A leur descente, les GCP virent des combattants abattus moralement ; pour certains de ses hommes qui avaient servi en compagnie de combat, et même dans celle-ci avant de rejoindre l'élite des parachutistes, ce fut dur à encaisser. Un mort et deux blessés pour plusieurs dizaines d'insurgés hors de combat, c'était un bon résultat qu'on se le dise. La 3ème Compagnie avait magnifiquement combattu, superbement résisté, et le renfort avait bien manœuvré, mais pour une société occidentale moderne, la mort au combat était quelque chose de difficile à saisir. Les blessés attendaient avec des hommes l'arrivée d'une EVASAN par hélicoptère. Sur un brancard, recouvert d'une couverture de survie, gisait leur frère d'arme tombé, touché par un éclat de mortier. A l'ombre d'un VBMR, les soldats du groupe du défunt regardaient le sol en silence. Les yeux étaient rouges, la gorge nouée, les plus jeunes se laissèrent aller à pleurer et leurs caporaux, généralement si durs, venaient alors les consoler comme des grands frères. Certains des hommes de Le Nen y allèrent aussi. C'était la première mort d'un compatriote pour Arthur, la réalité du commandement vint alors le frapper durement, la cruauté de prendre des décisions capables de coûter la vie à un homme allait le hanter.

2040
Le C-130J vibrait, comme de longs ronronnements d'une machine qui tourne bien. Le lieutenant Le Nen voyait le visage crispé de ses gars, et les autres de la compagnie. Pour certains, Wallisiens, Tahitiens... survoler ce Pacifique à feu et à sang avait été douloureux. L'appel de leurs îles faisait parfois saigner leur coeur et couler leurs yeux. Il avait déjà entendu parler ses anciens de la mélancolie des îliens, leurs difficultés à revoir leur famille. Il suffisait d'entendre tous les chants militaires, héritées ds troupes coloniales, pour saisir l'ampleur du sacrifice de ces hommes. Chacun de ces chants soulevait l'âme, parlant des adieux à leur terre natale, à leur amour de jeunesse pour un idéal plus grand : la patrie. En cet instant, loin de l'Europe, il saisissait enfin leur souffrance. Mais déjà, les hommes se levèrent, harnachés, avec leurs gaines de chuteurs opérationnels. Ils allaient être parachutés de nuit au nord de Shanghai avant le débarquement et l'assaut amphibie, mais également avant la force aéromobile. La crainte était que ces unités de choc ne soient stoppées par les capacités A2/AD chinoises. Il fallait donc parachuter une partie de la 11th Airborne Brigade et des unités de forces spéciales au préalable pour détruire le potentiel antiaérien et logistique chinois. La brigade, dont le nom était un clin d'oeil à la 11ème Brigade Parachutiste française, qui au moment de la création de l'armée européenne était la seule composante aéroportée du continent avait gardé ses fonctions d'appui aux opérations spéciales en intégrant les meilleurs soldats conventionnels provenant de toute l'Europe. De par sa capacité de projection depuis la 3ème dimension et de la qualité de ses personnels, elle faisait partie de l'élite de la régulière, et ses régiments opéraient dans des situations parfois extrêmes, et sur des objectifs à haute valeur ajoutée. Leur compagnie était un peu spéciale puisqu'elle regroupait une section antichar, une section de tireurs d'élites et une section de commandos, et contrairement aux compagnies de combat traditionnelles, leurs sections étaient assez autonomes. Mais cette nuit, ils allaient devoir agir de concert.

Les portes latérales s'ouvrirent, un premier sac fut jeté de part et d'autre, puis les sticks sautèrent en bon ordre. Arthur ne voyait pas grand chose à cette hauteur. Les avions faisaient déjà demi-tour pour rentrer sans avoir éveillé de tirs ; l'air frappait le visage du lieutenant qui entrevoyait dans le manteau noir parsemé d'étoiles et de nuages qui l'entourait, quelques silhouettes. Ses pieds foulèrent enfin le sol herbeux et humide, ses genoux encaissèrent le coup sur ce sol moelleux. Sans attendre Arthur récupéra ses affaires, se mit en disposition de combat et retrouva ses hommes rapidement. La compagnie reçut l'ordre d'interdire une zone aux renforts ennemis, pendant que le reste du régiment détruisait des batteries antiaériennes protégeant l'accès à une usine pour laquelle ils n'eurent aucune info. Il était juste prévu que ce soit des forces spéciales qui s'en chargent, une unité un peu étrange sur laquelle pesait des rumeurs assez effrayantes. Des sortes de liquidateurs de l'extrême mais il n'en savait pas plus et il ne voulait pas croire les racontars sur le fait qu'elle était constituée de dégénérés. Ça ne pouvait être qu'une légende urbaine propagée par des jeunes soldats impressionnés par tout et n'importe quoi.

Tous munis de leurs JVN, la compagnie avait établi une position d'embuscade puis un dispositif défensif en profondeur. Des tireurs d'élite, surplombant la zone, avec leur calibre 12.7 neutralisèrent le véhicule de tête, une simple jeep sans blindage. Fendant la nuit, deux missiles MMP partirent ; le premier se logea dans un transport de troupe blindé, le deuxième dans un véhicule de queue. Ces lances-missiles permettaient des tirs en cloche et contournèrent ainsi les blindages latéraux et frontaux. Un énorme souffle accompagné d'une colonne de feu brisa la quiétude de la nuit, à peine dérangée par les vrombissements des moteurs. A moins de 100 mètres, la section de commandos, dirigée par Arthur, ne laissait aucune chance aux autres. Les minimis faisaient des boules de feu, les soldats avec leurs HK fauchaient les hommes les uns après les autres. Dans un fossé une grenade vint se ficher dans la boue, à côté d'un de ses hommes. Par un réflexe, étrange, Arthur, l'attrapa d'une main et le sortit de son trou. Un éclat de métal se planta dans la cuisse de son homme mais ça aurait pu être pire. Rejoint par un de ses tahitiens, Arthur fit un pick and run au blessé jusqu'à le mettre à l'abris où il fut pris en charge.
- Coyote à Papa Hotel, halte au feu je progresse, dit le lieutenant à la radio avant de se retourner vers se hommes, report de tir à droite.
Il partit seul, baissé vers un véhicule déchenillé mais dont la tourelle téléopérée était encore fonctionnelle. Il y avait encore des mecs dedans. Furtivement, le commando monta sur le véhicule, ouvrit une trappe et lâcha une grenade. Boum. Le reste de la nuit fut maîtrisé, quelques blessures, mais les ennemis ne passèrent pas, le reste du régiment avait détruit les batteries indiquées et le secteur était clair.

Les combats de Shanghai avaient été sanglants, c'était d'ailleurs le propre des affrontements en zone urbaine. Il fallait décider dans l'incertitude permanente, l'improvisation ou plutôt la souplesse du commandement était la norme à toutes les échelles décisionnelles. Le front y était flou et évoluait rapidement, sans qu'on ne saisit nécessairement les évolutions tactiques en temps réel. Les moyens de communication étaient souvent plus complexes, les liaisons entre personnels également. Et puis, les échanges de feu se faisaient à très courtes distances, ils étaient acharnés car chaque maison devenait un nouveau champ de bataille. Chaque trou dans un mur laissait entrevoir la mort. Les tireurs d'élite, avec leur double dotation, troquait leur fusil contre un fusil d'assaut, et prenait part aux progressions dans la ville. Tenir un carrefour pouvait se révéler d'une intensité aussi lessivante que débarquer pour une action commando. Il fallait se retrancher, jeter un dispositif à plusieurs échelles, tirer le meilleur parti des hommes, économiser les munitions. Le commandant d'unité sut trouver les mots pour aller chercher au fond de chacun un supplément d'âme. Arthur avait toujours trouvé la notion d'expérience surfaite. L'expérience conférant le courage, tout ça c'était des conneries. Le courage était une notion entre le capital et la tension, on n'est pas unanimement courageux. C'est à la fois quelque chose de remis en cause à chaque action mais également une donnée presque chiffrable qui à un moment, lorsqu'on l'a trop utilisée, disparaît - pour un temps plus ou moins long. Des jeunes pleurer, il en avait vu, des vieux accuser le coup aussi. En revanche, si quelque chose s'approchait de l'expérience - apportée par le temps à endurer l'adversité et la mort, c'était le sentiment de fraternité, l'appartenance à un corps qui avait affronté tout ça ensemble.

Le lieutenant passait entre ses hommes lorsque le calme s'installait, afin de veiller discrètement sur eux. Il était sûr d'une seule chose, il n'avait plus d'enfant dans sa compagnie. Quelques jours auparavant, alors que la Compagnie d'Eclairage et d'Appui avaient établi un PC dans un quartier de la ville, ils furent bombardés et la section de commandement fut sévèrement touchée. Le commandant d'unité et le premier officier adjoint furent tués. L'OA2 était blessé, et l'A.D.U ne pouvait assumer tout ça. Arthur abandonna le groupe de commandos à son adjoint et prit ainsi la tête de la compagnie. Sur ce carrefour, lui et ses hommes tinrent plusieurs jours face aux assauts des ennemis qui avaient besoin de ce point stratégique pour envelopper les forces européennes et tenter une contre-attaque en râteau mortelle. Lorsque la situation s'améliora et que la ville tomba, Le Nen était vidé. Pendant des nuits, il avait couru dans tous les sens pour donner des ordres, maintenir les liaisons avec les autres unités. La journée tombait lorsque les renforts vinrent à leur rencontre pour les relever. La ville était à eux, Arthur rassembla ses hommes, éreintés mais fiers. Ils se mirent d'eux-mêmes en rang pour écouter les noms des cinq hommes de leur compagnie qui avaient perdu la vie depuis le début de la bataille de Shanghai. Deux officiers, un sous-off, deux militaires du rang. Les gars restèrent silencieux et dignes. Arthur fit rompre les rangs après avoir indiqué la suite des événements, et ils quittèrent en bon ordre leur position. Les corps avec les blessés étaient déjà partis, pour leur part ils marchaient calmement en silence. Des paras d'autres compagnies montaient la garde devant des prisonniers, déjà des régiments du génie parachutiste s'affairaient à nettoyer les rues jonchées de gravats, ceux des transmissions mettaient en place des PC et centres de communication. Un groupe d'hommes attira son regard et lui fit ralentir momentanément le pas. Des hommes en noir inquiétants trônaient au premier étage d'une bâtiment éventré, et dont les gravats créaient une sorte de passerelle amenant jusqu'à la rue. Des forces spéciales de ce que certains disaient ; pas le genre de FS qui inspirait la sympathie d'Arthur. Il avait trop de respect pour les forces spéciales les assimiler à ces paons qui les toisaient. Des paons effrayants.

De cette masse sombre et lourdement armée, se détacha une silhouette qui avança vers lui en retirant sa cagoule. C'était son frère, Pierre. Son visage était plus creusé que la dernière fois qu'il l'avait vu, des cernes, une barbe, des yeux étrangement plus clairs... Il semblait marqué par la guerre, mais pas tellement par la dureté des combats, ce qui semblait vraiment jouer sur son allure c'était le poids de la mort sur ses épaules. Arthur devinait dans son regard, à mesure qu'il approchait de lui, que Pierre souffrait intérieurement, qu'un malaise l'habitait. Mais cela ne les empêcha pas de se sourire mutuellement, et de se donner une franche accolade. C'était leur éducation, assez viriliste. Pas de moments larmoyants entre eux, simplement une poignée de main ferme mais chargée d'amour.
- Mon frère, qu'est-ce que tu deviens ? s'enquit Pierre, en pressant la main de son cadet.
- Fatigué, on a été lâchés avec la 11ème et depuis quelques semaines, pas de repos, répondit Arthur. Et puis je viens de prendre le commandement de ma compagnie. On a perdu la SK. Et toi ?
- Je suis mort, Arthur.
- Fatigué ?
- Non, mort.
- Merde, Pierre, vous faîtes quoi avec vos mecs ? interrogea Arthur, inquiet.
- Tu comprendrais, pas... d'ailleurs moi non plus je comprends pas toujours, fit Pierre, le regard baissé avant de le tourner vers ses camarades qui l'appelaient. Bon, je vais devoir y aller, file moi ton patch.
Avec un sourire, Arthur retira le patch avec l'insigne des Commandos Para' sur son bras gauche, tandis que son frère lui en donnait un noir avec un animal dessus. C'était fréquent chez les soldats de faire ça, c'était un petit cadeau, le souvenir d'une unité, pour certains c'était le moyen d'enrichir une collection. Et c'est ainsi, sur un modeste cadeau de frères d'armes que ces frères de sang se virent pour la dernière fois.

Année de 2044
Le commandant Le Nen regardait tous les capitaines présents dans cette petite grange d'Europe de l'Est. Depuis la Chine, beaucoup de choses avaient changé. A son retour d'Asie, la 11ème fut mise en stand by pour que les effectifs soient recomplétés, que les mutations puissent être effectuées. Arthur put passer quelques brevets pour le commandement et, fut affecté à un autre régiment de parachutistes mais quitta les marsouins pour les biffins. Il put revoir un peu ses parents, mais son frère le plus âgé, Charles était déjà sur le front de l'Est à combattre avec son régiment de cuirassiers. Il écrivait parfois des lettres pour la famille, pour sa femme et ses enfants. Ses gosses voulaient déjà entrer dans l'armée alors qu'ils étaient à peine au collège. Il ne fallut pas attendre longtemps, après le retour en unité, pour que la brigade soit mobilisée pour chuter au dessus de la Russie. Encore une fois, sur une telle étendue de terre, elle servait d'appui aux forces spéciales. Les régiments non-conventionnels n'étaient pas assez denses pour une telle guerre et il leur fallait le soutien d'unités régulières d'élites aux savoirs-faire proches des leurs. Une fois de plus ils furent largués dans la profondeur du dispositif ennemi, pour mener une sorte de guerre asymétrique, à la fois de la confrontation pour gagner du terrain, et en même temps participer à des actions spéciales stratégiques - le stratégique regroupant les objectifs militaires et politiques d'un point de vue plus vaste que la dimension tactique ou opératique. Le but avait été très bien expliqué, derrière les lignes, ce vaste parachutage devait amener l'ennemi à réarticuler son dispositif et ainsi soulager le front des attaques qu'il subissait. Rapidement, ils avaient pu créer une poche assez ample pour permettre des posés et du renfort des hussards paras et de la cavalerie para', ce qui leur octroyait une puissance de feu considérable. Arthur participait aux combats personnellement, il fallait être un exemple, et puis tout homme était le bienvenu pour tenir le choc face aux assauts incessants des Russes. Lorsque son chef de corps fut déplacé au QG de la brigade qui avait élu domicile dans cette poche de résistance, ce fut à Arthur d'assurer la bonne marche du régiment. Il planifia avec les Patsas des forces spéciales, et en mettant à leur disposition les commandos parachutistes de son nouveau régiment, des opérations derrière les lignes ennemies pour désorganiser la logistique et le commandement.

Alors qu'il regardait ses officiers, Arthur se sentit fier, parce qu'après des semaines d'opérations, de chocs d'une violence inouïe, le reste de l'armée avait fini par grignoter l'ennemi et faisait la jonction avec leur brigade. Une vaste offensive mécanisée et blindée permettait de faire avancer le front de plusieurs centaines de kilomètres. C'était un petit repos de quelques jours qui les attendait, le commandant après avoir établi avec ses hommes les rapports sur le personnel, l'armement et le matériel les fit sortir avec une poignée d'ordre. Mais un homme restait à l'entrée, un sergent, sa tête et la lettre qu'il avait en main en disaient long.
- Mes respects mon commandant.
- Que voulez-vous sergent ?
- Une lettre pour vous mon commandant, répondit-il en baissant les yeux.
- Merci, vous pouvez sortir.
Il savait ce qu'il y avait dedans, un décès, mais il ne savait pas lequel. Assis devant son bureau de fortune, il ouvrit la lettre avec son tatoo, la mort dans l'âme. Une triste surprise l'attendait, Arthur avait suivi de loin les nouvelles à propos des innombrables pertes au sud du front. Mais lorsqu'il vit officiellement que son frère Charles était mort à la tête de son char et de son régiment, la solitude l'envahit. Il pensait déjà à sa pauvre famille sur laquelle il allait falloir veiller, afin qu'aucun ne manque de rien. Mais la lettre contenait autre chose, l'explosion de Minsk. Beaucoup plus au sud et plus enfoncés dans le territoire russe, l'événement avait indirectement marqué leurs combats, par les comptes-rendus de pertes qui leur parvenaient, les réorganisations, par les secousses, mais la guerre ne s'arrêtait pour personne. Et au milieu de ces gigantesques pertes, le corps de son frère n'avait pas été retrouvé.
Quelques jours plus tard, ils reprenaient la route vers Moscou.

2050
Promu lieutenant-colonel pendant la guerre, puis colonel après la fin de cette dernière alors que les effectifs de l'armée fondaient une fois l'armée revenue,  Arthur passait une dernière fois en revue ses hommes. La Marche des soldats de Robert Bruce retentissait mais c'était autre chose qui vibrait dans le cœur du colonel : l'écho de ses anciens et le soupir de ses morts. Une fierté mélancolique l'habitait. Il avait vécu en accord avec ses idéaux, il était fier d'avoir le plus possible épargné ses hommes, de les avoir couvert de gloire et de n'avoir rien à se reprocher à l'image du maréchal oublié De Castelnau. Mais à l'image de ce héros de la Grande Guerre, cette armée qu'il aimait tant, lui avait tant pris : deux frères, des amis, des fils - ses soldats. Il était temps pour lui de vivre en paix, non qu'il détesta désormais l'armée ; si la guerre revenait, il servirait à nouveau, d'autant qu'il comptait continuer de fréquenter les milieux militaires et de servir en réserviste si cela s'avérait possible, mais il méritait du repos. Aucune femme, aucune famille, tout cela avait été impossible durant toutes ces années, aucun répit non plus. Ses journées depuis le retour de la paix étaient marquées par l'armée, les visites à sa belle-soeur et ses enfants, celles au mémorial, les recherches modestes sur son frère disparu et considéré comme mort. Tout était fini pour Pierre, il fallait se rendre à l'évidence ; quant à Arthur, docteur en histoire, il voulait continuer de transmettre, mais surtout, il voulait commencer à vivre.

Contrairement à ce qui se passait chez certains, Arthur se réinséra plutôt bien. Son expérience du combat, ses coups d'éclats qui lui avaient valu des médailles, ainsi que ses diplômes lui permirent de devenir maître de conférence à l'université d'Europolis. C'était une bonne perspective pour lui. On pourrait être amené à penser que la simplicité de la reconversion professionnelle fut due au fait qu'il était officier dans les troupes conventionnelles et qu'il fut par conséquent moins choqué. La réalité c'est qu'à cette échelle, l'officier reste au cœur du combat, et que la 11ème en tant qu'unité d'élite des troupes conventionnelles fut confrontée à des actions de feu et des combats d'une violence inouïe et de la détresse humaine dans ses aspects les plus dégueulasses. Néanmoins Arthur a conservé une hygiène de vie centrée sur le sport comme la course, le T.I.O.R et le tir, l'enseignement et les activités militaires telles que des amicales d'anciens combattants - à 36 ans, l'aide aux blessés de guerre. Cela lui a permis de passer un cap beaucoup plus tranquillement. D'autant que, contrairement à beaucoup de pauvres bougres, il est resté dans l'armée après la guerre et a pu planifier l'après armée, là où d'autres se sont simplement retrouvés livrés à eux-mêmes du jour au lendemain.

Toutefois sa nouvelle vie ne fut pas entièrement rose non plus. En effet, le cadre de l'institution lui manqua un peu. Il eut une légère nostalgie et in fine, il se sentait plus transmetteur de savoirs et de valeurs lorsqu'il était officier, vis à vis de ses jeunes soldats, qu'une foie devenu professeur à l'égard de ses étudiants. Mais cela resta assez marginal. Quelque chose en revanche le marqua beaucoup plus durement, ce fut la violence de la société qu'il avait défendue aux quatre coins du monde. Lorsqu'il était dans l'armée, sans être un idiot, il vivait dans une bulle où la finalité était intrinsèquement belliqueuse, même une fois revenu à la paix. Tous les exercices, toutes les réflexions, tout l'esprit était tourné vers un but pragmatique d'efficacité opérationnelle, comment pénétrer un dispositif plus rapidement et de façon moins coûteuse en homme que ce qu'ils avaient vus en Russie ou en Chine, et Arthur se souciait peu de la vie dans la paix. Les scandales qui frappaient Europolis, la criminalité, c'était pas son soucis, mais une fois retourné à la vie civile et c'est un paradoxe de dire ça, il a été sorti de son cocon. Car, finalement, c'était une position confortable, défendre des gens sans les côtoyer, risquer sa vie loin d'eux. Mais lorsqu'il fut amené à se mêler à eux, sa vision du monde changea et il se convainquit qu'il fallait proposer une meilleure société pour les innocents, et qu'il devait continuer de les servir, mais différemment.


Ma célébrité
Code:
Charlie Hunnam <span class="Gp_Actors"> ♣ <a href="http://after-my-fate.forumactif.com/u56"><span class="Gp_Actors">Arthur Le Nen</span></a></span>
Mon métier officiel
Code:
Maître de conférence en histoire <span class="Gp_Actors"> ♣ <a href="http://after-my-fate.forumactif.com/u56"><span class="Gp_Actors">Arthur Le Nen</span></a></span>
Mon métier officieux
Code:
Aucun <span class="Gp_Actors"> ♣ <a href="http://after-my-fate.forumactif.com/u56"><span class="Gp_Actors"></span></a></span>

Mon Groupe
Code:
<a href="http://after-my-fate.forumactif.com/u56"><span class="Gp_Actors">Arthur Le Nen</span></a></span>


Pour obtenir les codes, merci de cliquer sur ce lien, de rentrer toutes les informations demandées, puis de copier-coller le code généré.



Dernière édition par Arthur Le Nen le Lun 21 Mai - 17:26, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean Raulne
Au revoir, à jamais
Messages : 6851
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 4
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 15:28

Officiellement bienvenue ici !

_________________





Oh, can't anybody see,
We've got a war to fight,
Never found our way,
Regardless of what they say.
How can it feel, this wrong,
From this moment,
How can it feel, this wrong.
Storm, In the morning light,
I feel, No more can I say,
Frozen to myself.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 19:21

Bienvenue again !

Bon courage pour ta fiche !!!

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 19:39

Bienvenue && bonne rédaction Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 20:12

Hello Arthur ! Bienvenue parmi nous Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 20:38

Officiellement bienvenue le Nem !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 21:52

Bienvenue Nem !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 22:10

Bienvenue Senseï ! Je suis étudiante en Histoire, spécialisée dans en Sciences de la guerre !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 22:23

Bienvenue par ici ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1736
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMer 16 Mai - 23:54

Bienvenue à toi ! Wink


_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyJeu 17 Mai - 0:13

Welcome !
Bonne chance pour ta fiche ! : )
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Pachkov
Neutral
Messages : 604
Célébrité : Willa Holland
Alias : Atlas
Métier officiel/officieux : Serveuse/hackeuse

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Neutral
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyJeu 17 Mai - 8:44

Bienvenue à toi !
Sympa comme boulot en tout cas ^^

_________________

 
 
Yesterday's just a memory, tomorrow is never what it's supposed to be...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Raulne
Au revoir, à jamais
Messages : 6851
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 4
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyVen 18 Mai - 14:42

Me voilà !


Quelques remarques:
- Tu peux oublier tous les acronymes français après 2030 au sein des unités, les noms sont anglicisés et les français ne forment plus le gros des contingents dix ans après le traité de strasbourg et un engagement global des armées européennes. Elles ne sont plus officiellement données et il n'y a que peu de chances que la structure reste 100% la même, de toute manière. Pareil pour les noms d'unités; tu as encore des noms de baptème, mais les noms à la française sont officiellement abandonnés au traité de strasbourg et disparaissent rapidement, car les unités sont de toute façon des amalgames d'unités d'une trentaine de pays avec un recrutement et une organisation fédérale. Les RPIMA disparaissent donc officiellement comme officieusement, même si certaines unités peuvent reprendre des "noms de baptème" issus des surnoms et histoires de ces unités du passé.
- J'aime beaucoup comment tu t'es intégré aux différents éléments de l'histoire Smile
- En revanche, si tu t'inscris '"intensément" dans la guerre, rien ou presque sur les années de paix? C'est quand même le but et le concept du forum xD, tu pourrais développer un peu cette partie?

_________________





Oh, can't anybody see,
We've got a war to fight,
Never found our way,
Regardless of what they say.
How can it feel, this wrong,
From this moment,
How can it feel, this wrong.
Storm, In the morning light,
I feel, No more can I say,
Frozen to myself.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyLun 21 Mai - 17:40

Félicitations!
Félicitations!
Tu es validé(e)
!


Pfiou, tu l'as finie, ta fiche, et c'était top!

Maintenant, tu peux te lancer dans le jeu. Pour le faire dans de bonnes conditions, nous te recommandons de suivre ces quelques liens:
♥️ Si tu commences le jeu en étant recherché, tu peux personnaliser ton avis de recherche !
♣️ Tu peux personnaliser ton profil avec un rang .
♠️ Si tu as déjà contacté des membres ou vu avec ceux-ci avant ta validation pour rejoindre un groupe , tu peux poster dans ce sujet pour nous le signaler.
♦️ Si tu veux proposer des pré-liens et scénarios liés à ton personnage, tu peux le faire dans ce sujet.
♥️ N'oublie pas aussi de faire un tour du côté des animations du forum , notamment la mission votes!

Pour vous intégrer pour de bon au forum, rien de plus facile! Vous avez plusieurs canaux à utiliser pour cela:
♣️ Les demandes de liens vous permettront de vite trouver des potes et des ennemis!
♠️ Les demandes de rp sont là pour vous permettre de trouver des partenaires de jeu et vous lancer dans quelques sujets pas piqués des hannetons !
♦️ Les téléphones et réseaux sociaux vous permettent de garder le contact, en jeu mais en dehors de rp, avec vos différents liens !
♥️ Enfin, si vous souhaitez développer des pans de votre histoire que vous n'avez pu intégrer à votre fiche ou développer en jeu, vous pouvez le faire dans votre futur journal intime.

♣️ Enfin, si tu as des questions, tu peux nous faire un mp ou bien nous contacter dans la section appropriée , on se fera un plaisir de te répondre!



Bon jeu, amigo !

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyLun 21 Mai - 17:41

Tu seras donc un Lost and Damned, toutefois, et pas un Actors and Prey Smile

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMar 22 Mai - 13:04

Merci !
Et j'en profite pour vous remercier pour cet accueil chaleureux !
Revenir en haut Aller en bas
Lily Bradbury
“La folie guerrière est un don des Dieux”
Messages : 1736
Célébrité : Gal Gadot
Alias : Liv (véritable prénom - Valkyrie)
Métier officiel/officieux : Coach self défense/combat

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 1
“La folie guerrière est un don des Dieux”
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyMar 22 Mai - 13:13

Il me tarde de voir ta fiche de liens apparaître pour que je puisse m'y précipiter. Arthur Le Nen - Guerre & Histoire 518115341

_________________




You and me
We're in this together now
None of them can stop us now
We will make it through somehow
You and me
If the world should break in two
Until the very end of me
Until the very end of you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire EmptyDim 30 Sep - 11:16

Je locke et déplace

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Arthur Le Nen - Guerre & Histoire   Arthur Le Nen - Guerre & Histoire Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Le Nen - Guerre & Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dwalín [Armurier]
» La guerre des gangs,problématique mal comprise à Cité Soleil
» Les Grandes Citations
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: