Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 22:55

Katherine Oppenheimer

   
Katherine Oppenheimer

   
Je suis un militant au quotidien de l'inhumanité.

   

   

   
Date de Naissance Le 8 Mars 2010
   Ville et Pays de Naissance Munich, Allemagne
   Groupe Lost and Damned
   Statut d'Etat Civil Double divorcée
   Métier officiel Agent de sécurité d'un centre commercial
   Orientation Hétérosexuelle
   Penchant Mauvais
   Alias Dark Fox
   Métier officieux Braqueuse de banques et de fourgons blindés
   Crimes déjà commis Attaques à mains armées
   Est-ce que vous êtes déjà recherché? Oui, sous son alias
   Avatar Charlize Théron
   Crédit Lux Aeternam

   

   
Brutale ♠️ Aimante ♦️ Infidèle (aux hommes) ♣️ Loyale (sa famille, son unité) ♥️ Protectrice • Violente

   
Février 2010

   
Naissance de Kat dans une famille modeste d'Allemagne. Mère alcoolique qui avait la main leste et père autoritaire au possible. Kat a un frère plus jeune, préféré de ses parents. Elle a très vite tenté de s'imposer physiquement pour se créer une place dans cette famille de tarés.

   
Juin 2028

   
Ayant tout juste le Baccalauréat, Kat devient serveuse dans un bar pour travailler et gagner sa vie. Elle a souvent des ennuis avec la clientèle qu'elle n'hésite pas à tabasser quand elle est trop entreprenante. Elle perd ainsi plusieurs emplois et va de petits contrats en petits contrats.

   
Septembre 2032

   
Kat entend parler de recrutements dans l'armée qui manque d'hommes avec les troubles qui se déclenchent de par le monde. Elle rejoint les rangs en tant que simple soldat. La discipline nécessaire lui plait et elle fait rapidement ses preuves auprès de ses supérieurs. Elle est ainsi envoyée en Lybie afin de participer à des opérations anti-terroristes. Elle devient une experte dans l'art de torturer les prisonniers et impressionne autant qu'elle effraye ses supérieurs.

   
Février 2035

   
S'étant démarquée par sa rare violence et sa détermination, elle est envoyée auprès du lieutenant Raulne et devient sergent-chef dans le groupe des "Fantômes". Elle fait régner une discipline de fer parmi les hommes et s'assure que les ordres soient parfaitement suivis.

   
2036-2038

   
Opération au Niger pour éliminer les rats de labo d'Areva. Kat n'a aucun scrupule à les éliminer mais commence à faire des cauchemars la nuit.

   
Mars 2040

   
Kat se marie une première fois avec Jeremy, un garçon rencontré en permission. Elle ne lui confie naturellement pas les détails de ce qu'elle fait et lui fait croire qu'elle est analyste pour l'armée. Dans la foulée, quelques mois plus tard, les Fantômes partent pour le Japon. Ca barde en Asie.

   
2041-2042

   
Intervention en Chine. Leur hélico est détruit et Raulne blessé. Elle le tire inconscient de la carcasse et lui sauve la vie. Kat se distingue pendant les combats de l'usine de clonage Yang-Tsé mais est gravement blessé. Elle restera plusieurs mois à l'hosto et garde encore des séquelles pulmonaires notamment.

   
Novembre 2042

   
Kat retourne chez elle et découvre un mari particulièrement jaloux de sa proximité avec Jean. Elle ne peut lui dire précisément ce qu'elle fait, aussi cela se solde par un divorce. Kat touche le fond car le divorce la plombe mais également les énormes pertes qu'ont subi les Fantômes en Asie. Elle découvre qu'elle est enceinte et accouche d'un petit garçon, Rafael. Elle part ensuite en guerre contre les Russes.

   
Juillet 2043

   
Le Crépuscule des Dieux. Elle est envoyée avec les Fantômes à Minsk, en Biélorussie, contre les russes. Mais au beau milieu des combats, les Valkyries interviennent. Raulne et elle interviennent tandis que les Fantômes se font décimer et posent des bombes dans leurs temples avant de tout faire péter. Et là... Kat devient littéralement folle et est passée à deux doigts de se mutiler elle-même. Il lui faudra six longs mois avant de retrouver un semblant de raison. Devenue de plus en plus violente, elle n'accepte le contact que de ses anciens camarades de combat.

   
2048-2049

   
La vie civile. Ou du moins ce qu'il en reste. Kat trouve un boulot de responsable de sécurité dans un centre commercial. Mortel à pleurer. Elle va se battre dans les sous-sols d'Europolis pour retrouver un peu l'adrénaline des débuts. Mariage avec Gregory, rencontré dans une boîte de nuit. Le mariage dure à peine un an et explose en raison des secrets qu'elle finit par lui révéler et qui l'horrifie.

   
Décembre 2049

   
Reformation des Mad Foxes, alias les Fantômes. Kat a appris que son fils est atteint d'une maladie incurable. Seul traitement : un produit au coût exorbitant. Effondrée, refusant de perdre l'être qui compte le plus pour elle, elle contacte Jean et implore son aide. Ils reforment ainsi le groupe et se mettent à braquer des fourgons blindés. Ils vont leur faire payer à ces fils de putes. Et ils vont reprendre ce qui leur appartient...



   
Derrière l'écran

   
Derrière l'écran

   
Salut ! Moi c'est Judith mais appelez moi Juju. J'ai connu le forum via son fondateur diabolique et je pense que je vais m'éclater avec ce scénario parmi vous Smile.
   Sur une échelle de présence de 1 à 7, je pense être présent(e) 5/7.


Dernière édition par Katerine Oppenheimer le Lun 23 Avr - 21:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 22:55

Katherine Oppenheimer

Dark Fox

Avec un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles




Septembre 2033 – Allemagne

Je ne sais pas pourquoi je me lance là-dedans. Peut-être une connerie mais je n’ai jamais été très à l’aise avec les sentiments. Pas mon truc. Alors, je commence un journal de bord. Pourquoi maintenant ? Mon entrée dans l’armée a été une révélation. Enfin j’ai le sentiment d’être à ma place. A ma vraie place. De faire ce pour quoi je suis faite. Ouais, je sais, c’est pas très beau ce que je fais. Mais ça me va. J’ai rejoint l’armée il y a un an maintenant et à aucun moment je ne le regrette. Pour ce que je laisse derrière moi… Une mère qui cognait sévère, surtout lorsqu’elle avait bu un peu trop. Un père absent mais qui, lorsqu’il était présent, vous faisait marcher à la baguette sinon vous vous la preniez dans la gueule, la baguette. Alors oui, j’ai appris très vite à survivre. Obéir aux ordres, contrainte et forcée. Lorsque mon frère est né, il n’a pas été mieux loti que moi. Ok, c’était un garçon. Et dans l’esprit de mon père, ça changeait beaucoup de choses. Peut-être que j’ai fait tout ça pour lui prouver qu’une femme pouvait également cogner dur, être forte. La psycho, c’est pas mon truc. Le monde est un foutoir sans nom, pourquoi je chercherai un sens à tout ça ? Il y a eu les catastrophes naturelles à tire-larigot. Les tensions politiques en ont rapidement découlé. Et notre chère vieille Europe a cherché à faire la police. La Lybie. Je m’en souviendrai toujours. Ma première virée loin du continent…

Je me souviens des cris surtout. Des hurlements de terreur et de douleurs des prisonniers. Je sais parfaitement les faire chanter. Et les chansons qu’ils me murmurent à l’oreille sont du plus haut intérêt pour mes supérieurs. C’est tellement facile. Je sais exactement où il faut taper, ce qu’il faut dire ou ce qu’il faut sous-entendre pour qu’ils craquent. Parfois, les mots sont encore plus efficaces que les poings. Et puis, il faut bien que quelqu’un fasse le sale boulot. Tous les soldats ne sont pas des fervents défenseurs de la liberté, avides de donner leur vie pour leurs compatriotes. J’ai toujours voulu voir du pays, on peut dire que j’ai été servie. A ramper dans la boue et la merde, à penser que j’allais me faire tuer au moins milles fois. On arrête de compter. Et on croit qu’on est un survivant. C’est ce que je suis. Et je sais que j’ai une belle carrière devant moi. Je suis fière de ce que je fais.

Juin 2037 – Niger

Je crois que je perds la tête. C’est dur mais je dois tenir. J’ai bien fait mon boulot toutes ces années et les gens de la haute m’ont donné un susucre. De l’avancement comme ils disent. En fait, ils cherchaient tout bonnement à se débarasser de moi à bons frais. Certes, j’étais efficace mais je devenais aussi embarassante. J’ai rejoint un groupe d’unité d’élite appelé les Fantômes. Le nom claquait bien. Le boss aussi. Un sacré mec, Raulne. Un soldat compétent et pour qui j’ai tout de suite ressenti un profond respect. Je me souviens de la première rencontre entre nous. Il a cherché direct à me mater. Te la raconte pas avec moi, fillette. Je connais tes états de service. Je respecte tes compétences mais si tu fous la merde parmi mes hommes, je ferai en sorte qu’il te reste plus de dents pour ne serait-ce que bouffer une putain de laitue. Je m’étais contentée de rester au garde-à-vous et de répondre, oui chef, que j’avais compris. Il n’eut jamais l’occasion de se plaindre de moi, pour autant que je sache. J’ai rapidement vu qu’on était tous tarés dans cette bande. Des mecs aussi allumés que moi. Je me suis plu rapidement. Ca ne m’a pas empêché de défoncer à coup de poing la gueule d’un collègue qui avait été plus qu’insistant. Jean n’avait rien dit. Il fallait que je me fasse respecter. J’étais une nana. Et j’étais devenue sergent-chef. Son second, son bras droit. Je devais faire en sorte que ses ordres soient suivis. Qui m’écouterait si je n’asseyais pas mon autorité comme lui l’avait fait avec moi ?

Les premières missions arrivèrent, direction le Niger. Les grandes compagnies avaient du mal à sécuriser les sites d’extraction de l’uranium. Alors on a été largué là-bas. Mais notre réelle mission n’était pas d’encadrer des employés qui allaient au boulot, non. Pour ça, il y avait déjà l’armée régulière là-bas. Nous, on était les Fantômes. On avait une autre tâche. Areva avait tripoté quelques gosses au niveau génétique. Et les cobayes s’étaient enfuis. A nous de les retrouver et de les récupérer avant que ça se sache. Trois semaines, ça nous a pris. Certains ont été abattus, d’autres se sont rendus. Et puis, la fin de la mission. Je me souviens encore de Raulne nous apportant le numéro de l’ordre qu’il avait reçu pour nous. L’ordre 66. Eliminer jusqu’aux dernières traces de l’ennemi. L’ordre pour lequel les Fantômes étaient renommés dans certains cercles. Les cris, je m’en souviens. Eliminer les documents, brûler tout. J’avais poursuivi des gamins qui s’enfuyaient devant moi, je leur avais collé une balle dans la tête sans sourciller. Mais lorsque je coinçais ce jeune homme, il se retourna et me fit face, me regardant droit dans les yeux. Il avait les yeux de mon frère… Même couleur, même expression apeurée mais déterminée que lorsque mon père s’apprêtait à lui en coller une. Mon cœur rata un battement mais je sentis ma gorge se serrer lorsque le bruit d’explosion m’indiqua que je l’avais abattu de sang froid. Depuis, toutes les nuits, il hante mes rêves, ou plutôt mes cauchemars… Le Niger m’a rendu encore moins humaine que je ne l’étais déjà…

Décembre 2041 – Chine

Je revois le sol arriver à toute allure. Le choc violent qui me remue les tripes. Ma tête cogne contre l’armature métallique de l’hélico et je suis sonnée. Je vois les flammes commencer à dévorer l’hélicoptère. C’est flou. Mais ce qui est très net pour moi à cet instant, malgré les étoiles qui dansent devant mes yeux, c’est le corps de Jean qui est à plusieurs mètres de moi, inconscient. Je secoue ma tête. Putain, mais réagis !! Je refuse de le voir mourir sous mes yeux, pas lui. A grand peine, je prends appui sur mes mains pour redresser mon buste et je me remets sur mes jambes. Ca tangue sévère mais ma volonté va au-delà des limites de mon corps. Moitié marchant, moitié rampant, je me traine vers le corps de Jean. Réflexe, je vérifie la jugulaire en une fraction de seconde. Un pouls. Il est vivant. Je sens un énorme soulagement. En pestant contre son poids mort, je l’extraie péniblement de la cabine de l’hélico. Il fait une chaleur à crever. Le brasier est infernal et ça ne va pas tarder à péter. Je le tire au sol, peu importe si je dois lui démettre l’épaule pour lui sauver la vie. Je suis à peine dans une zone plus sécurisée que le reste de l’hélico explose. Je gueule aux Fantômes de m’aider à sortir notre chef de là et que s’ils ne se bougent pas le cul, c’est moi qui leur bougerait.

La Chine a été un vrai merdier. Les combats autour de l’usine de clonage à Yang-Tsé ont failli avoir ma peau. Une mine m’a explosé à la gueule. Ces fumiers avaient balisé le terrain. J’ai reçu un éclat qui m’a transpercé le poumon et un autre qui a frôlé mon cœur, traversant la veine cave. J’ai bien failli crever. Six mois dans un hôpital militaire de Pékin. Infernal d’être clouée au lit tandis que mes camarades étaient libres de leurs mouvements. Mon mari m’écrivait. Jeremy. Un garçon gentil. Mais je ne pouvais strictement rien lui dire. Il pensait que j’étais analyste informatique pour l’armée. La raison officielle de mon retard de six mois étaient des troubles graves dans l’Est de l’Europe. Les mensonges allaient finir par nous bouffer, je le sais. Mais avoir un mec bien entre ses cuisses en permission, ça vous faisait oublier les horreurs que vous faisiez…

Juillet 2043 – Minsk

Cette fois, on y est. La fin du monde est pour aujourd’hui. Et c’est aux Renards de l’empêcher. Pour une fois qu’on a le beau rôle. Jeremy, c’était de l’histoire ancienne. J’étais seule à présent. Enfin, pas tout à fait… J’avais mes camarades, ceux qui étaient réellement ma famille et j’avais Rafael. Mon fils. Je n’ai découvert que j’étais enceinte qu’après le divorce avec Jeremy. Ca a été une panique totale. Mais j’ai décidé de le garder, aussi improbable que cela paraisse. Et je ne l’ai jamais regretté. Même si j’ai dû repartir vite au combat contre les Russes cette fois. Mais aujourd’hui, tout est différent. Les légendes prennent vie. Au départ, je n’y ai pas cru. J’ai sacrément rigolé quand on m’a parlé de Valkyries, de légendes nordiques. Mais comme c’est Jean qui nous a briefé, je n’ai rien dit. Je sauterai dans le feu pour lui, je taillerai une pipe à mon 8 mm s’il me le demandait. Alors, on a filé sans discuter à Minsk. De Pologne, on a fait la route en hélico par un temps de merde. La neige bouffait le ciel, on n’y voyait rien. La mission était d’éliminer les Russes une fois pour toutes. Je fais un clin d’œil à Jean, comme pour le rassurer même si je sais pertinemment qu’il n’en a pas besoin. Le vent souffle en rafales et l’hélico fait parfois des embardées brutales. Et soudain, le chaos total. On entend des hurlements, des chevaux volants percutent les hélicos, des balles fusent de toutes parts, des roquettes également. Masque à gaz vissé sur la tête, je saute à terre dès que notre hélico se pose. Les femmes hurlent et attaquent encore et encore, transperçant les chairs de leurs lances et de leurs épées aussi facilement que si les hommes ne portaient aucune protection.

Un signe de Jean et je hurle aux Fantômes de se rassembler derrière nous. Il fonce en courant, éliminant tous les ennemis à sa portée et je lui emboîte le pas. Le sang nous éclabousse, la chair de l’ennemi et la nôtre ne font plus qu’une dans une gadoue de neige fondue et de boue. Je tire en rafale, fauchant les Valkyries les unes après les autres. J’en désarme une d’un violent coup de poing et la finis au couteau. La victoire est âpre. Nombre de camarades sont tombés. Je ne sais plus pourquoi tout ceci. Pourquoi les éliminer elles ? Que faisaient-elles ici ? Mais il sera bien temps d’y penser plus tard. Remontés dans les hélicos, on était descendu au-delà de la Suède. L’ordre 66, encore lui. Un temple se dressait là-bas. Je n’ai jamais été croyante mais lorsque j’y suis entrée, j’ai senti mes tripes se nouer. La peur, la vraie. J’ai éliminé les résistantes, quelques vieilles femmes et jeunettes. Et puis, on a posé la bombe et on s’est barré. Et c’est là que tout a éclaté. Mon cœur en même temps que le temple qui volait en éclats. Comment décrire cette sensation ? L’impression que l’on tombe dans un précipice béant et sombre, que votre raison s’effrite tandis que vous essayez vainement de la retenir. Je ne me souviens que peu de ce que j’ai fait dans les heures qui ont suivi. Il paraît que j’ai raconté des choses complètement incohérentes. Certains Fantômes se sont suicidés par la suite. J’ai essayé trois fois mais Jean m’en a empêché, parfois en m’en collant de belle. Suivi psychologique, période de décontamination. Les Fantômes, déjà bien allumés, avaient définitivement virés tarés.

Décembre 2049 – Europolis

Ce soir c’était chez Anders. Je n’étais plus la même. Personne n’était le même. La vie civile n’avait jamais été faite pour nous. La soirée le démontrait une fois encore. J’avais salué froidement Jenna qui ne m’aimait pas beaucoup, rapport à la proximité que j’entretenais toujours avec Jean. Il ne fallait pas me chercher en ce moment. Rafael était malade. Le genre de maladie dont on ne guérit pas. Sauf avec le bon traitement. Et ce traitement coûtait un bras. J’avais vu Jean plus tôt dans la journée et je m’étais écroulé. Je sais que me voir ainsi l’avait choqué. Mais il avait promis de m’aider. J’étais seule sans mon fils. Je m’étais bien remariée mais cette fois j’avais voulu être honnête avec mon mari. Résultat, un autre divorce. Il avait fui la femme complètement folle que j’étais. J’avais trouvé tant bien que mal un boulot de responsable de la sécurité d’un centre commercial. Je me faisais chier mais ça payait les factures. Ca ne payerait jamais le traitement de Rafael, même si je travaillais milles ans. Pour me défouler, je me battais dans les sous-sols d’Europolis, des fight clubs illégaux qui fleurissaient.

L’ambiance avait été tendu et Jenna avait balancé une remarque bien sentie aux Fantômes concernant leur guerre et le fait qu’ils les faisaient chier avec ça. Un silence de mort avait plané alors. Jean avait sorti sa femme manu militari de la pièce. Et lorsqu’ils l’avaient rejoint dehors, elle était déjà partie. Ils avaient bu, avaient ri ensemble de leurs vieux souvenirs de guerre et là, Jean avait formé les Mad Foxes. Pour elle. Pour son fils. Ils s’étaient tous donné une accolade virile. Les Fantômes étaient de retour. Ils allaient prendre ce qui leur revenait de droit…



Codes de validation

Codes de validation


Ma célébrité
Code:
Charlize Théron <span class="Gp_Lost"> ♦ <a href="/u40"><span class="Gp_Lost">Katherine Oppenheimer</span></a></span>
Mon métier officiel
Code:
Agent de sécurité d'un centre commercial <span class="Gp_Lost"> ♦ <a href="/u40"><span class="Gp_Lost">Katherine Oppenheimer</span></a></span>
Mon métier officieux
Code:
Braqueuse de banques et de fourgons blindés <span class="Gp_Lost"> ♦ <a href="/u40"><span class="Gp_Lost">Dark Fox</span></a></span>
Mon Alias
Code:
Dark Fox <span class="Gp_Lost"> ♦ <a href="/u40"><span class="Gp_Lost">Katherine Oppenheimer</span></a></span> (<a href="Ne rien mettre ici. L ajout se fera par les modos du forum">Avis de recherche</a></span>
Mon Groupe
Code:
<a href="/u40"><span class="Gp_Lost">Katherine Oppenheimer</span></a></span>



Dernière édition par Katerine Oppenheimer le Lun 23 Avr - 21:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean Raulne
Au revoir, à jamais
Messages : 6851
Célébrité : Christian Bale
Alias : Black Fox
Métier officiel/officieux : Market Analyst / Braqueur

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 4
Au revoir, à jamais
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 22:57

Rebienvenue parmi nous !

_________________





Oh, can't anybody see,
We've got a war to fight,
Never found our way,
Regardless of what they say.
How can it feel, this wrong,
From this moment,
How can it feel, this wrong.
Storm, In the morning light,
I feel, No more can I say,
Frozen to myself.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-crown.forumactif.org/
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 23:00

Merci beau brun ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 23:34

Bienvenue par ici ! Smile

Excellent choix de scéna Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] 3930837780
Revenir en haut Aller en bas
Riley Wilson
“On peut tuer avec des mots” ... Mais avec une arme c'est plus rapide !
Messages : 1181
Célébrité : Jessica Lucas
Alias : Bloody Fox
Métier officiel/officieux : Propriétaire du Seven Keys (Danseuse & Strip-teaseuse) / Braqueuse

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1 + Bonus sortie de prison
“On peut tuer avec des mots” ... Mais avec une arme c'est plus rapide !
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 16 Avr - 23:36

La femme de ma vie Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] 771325839

Re-bienvenue à toi !

_________________





Murder has its sexual side
“Même la mort la plus violente est douce :
Elle nous délivre de l'insupportable pensée de la mort.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kate Ward
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 6118
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Etudiante/Justicière

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7+1
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyMar 17 Avr - 0:05

Bienvenue !

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyMar 17 Avr - 8:30

Re-bienvenue Ju What a Face Bon courage pour cette nouvelle fichounette, j'espère qu'elle te conviendra mieux Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] 805311031
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyMar 17 Avr - 19:04

On s'est croisée sur la CB mais, bienvenue officiellement !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyMer 18 Avr - 20:26

REbienvenue !

Bon courage pour ta fiche Razz
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Pachkov
Neutral
Messages : 604
Célébrité : Willa Holland
Alias : Atlas
Métier officiel/officieux : Serveuse/hackeuse

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Neutral
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyJeu 19 Avr - 15:33

Bienvenue ! Ou rebienvenue plutôt !
Bon courage pour ta fiche ^^.

_________________

 
 
Yesterday's just a memory, tomorrow is never what it's supposed to be...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopeia Fontaine
N'aies pas peur pauvre âme en perdition, décides-toi, fais ton choix !
Messages : 549
Célébrité : Amber Heard
Alias : Ariel
Métier officiel/officieux : Officiellement enquêtrice pour Interpol. Actionnaire principale de Fontaine's Corp, grande industrie de la musique. // Officieusement tueuse

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
N'aies pas peur pauvre âme en perdition, décides-toi, fais ton choix !
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyJeu 19 Avr - 20:02

Bienvenue sur le forum !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vetrragnarok.forumactif.org/
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyVen 20 Avr - 19:59

Bienvenue sur le fo' ! J'espère que tu  t'y plairas Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] 504794640
Charlize Theron est badass à 200%, y'a pas photo c'est un excellent choix d'avatar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyVen 20 Avr - 23:04

Merci à tous pour ce super accueil !

Je préviens juste que j'ai bien avancé sur l'histoire mais je pars demain pour le week end, je m'y remets dès lundi (dimanche soir si j'ai le courage ^^)

Bisouxx
Revenir en haut Aller en bas
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyDim 22 Avr - 18:20

D'accord! Tu sauras finir dans les temps?

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyDim 22 Avr - 19:01

J'ai avancé en rentrant de mon week end, je finis donc demain soir ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Master of Chaos
Admin
Messages : 2217
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] EmptyLun 23 Avr - 23:47

Félicitations!
Félicitations!
Tu es validé(e)
!


Pfiou, tu l'as finie, ta fiche, et c'était top!

Maintenant, tu peux te lancer dans le jeu. Pour le faire dans de bonnes conditions, nous te recommandons de suivre ces quelques liens:
♥️ Si tu commences le jeu en étant recherché, tu peux personnaliser ton avis de recherche !
♣️ Tu peux personnaliser ton profil avec un rang .
♠️ Si tu as déjà contacté des membres ou vu avec ceux-ci avant ta validation pour rejoindre un groupe , tu peux poster dans ce sujet pour nous le signaler.
♦️ Si tu veux proposer des pré-liens et scénarios liés à ton personnage, tu peux le faire dans ce sujet.
♥️ N'oublie pas aussi de faire un tour du côté des animations du forum , notamment la mission votes!

Pour vous intégrer pour de bon au forum, rien de plus facile! Vous avez plusieurs canaux à utiliser pour cela:
♣️ Les demandes de liens vous permettront de vite trouver des potes et des ennemis!
♠️ Les demandes de rp sont là pour vous permettre de trouver des partenaires de jeu et vous lancer dans quelques sujets pas piqués des hannetons !
♦️ Les téléphones et réseaux sociaux vous permettent de garder le contact, en jeu mais en dehors de rp, avec vos différents liens !
♥️ Enfin, si vous souhaitez développer des pans de votre histoire que vous n'avez pu intégrer à votre fiche ou développer en jeu, vous pouvez le faire dans votre futur journal intime.

♣️ Enfin, si tu as des questions, tu peux nous faire un mp ou bien nous contacter dans la section appropriée , on se fera un plaisir de te répondre!



Bon jeu, amigo !

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]   Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Katherine Oppenheimer - Serre-moi encore, étouffe-moi si tu peux [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gestion de l'eau : le service public serre les poings
» Katherine Pierce
» Prends une éponge et nettoies ou je t'étouffe avec. ft. Charlie l'abrutiiii
» À quoi nous serre la gourde?
» Heartbreaker version girl [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: