AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 5 Avr - 15:57


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
« Le quartier Hollandais ». Cet endroit je le connaissais comme le fond de ma poche tant j'y avais passé du temps. Après avoir déposé les armes et fais le choix de quitter l'armée, ma réinsertion dans la vie réelle n'avait pas été rose bien au contraire. J'avais donc arpenté cette rue tous les soirs pendant plusieurs mois, accompagné par une vielle barbe mal rasée et mon style très négligé. Le parfait cliché du gars ivrogne au fond du trou. Cela faisait à présent une année que je n'avais pas daigné revenir dans l'un de ces pièges à fou par peu de retomber dans mes tourments et mon addiction à l'alcool. Entre temps, j'avais gagné beaucoup d'argent, suffisamment pour me refaire une garde robe digne de ce nom. J'avais aussi repris la musculation, la musique... ces choses qui m'avaient permis de me relever socialement après une longue carrière dans le commerce de la mort. Mes années en tant que sniper m'avaient forgées un mental, mais elle m'avait aussi détruites plus que nécessaire. Souhaitant tirer un trait sur cette période sombre de ma vie, je décidais de revenir sur mes pas et m'arrêter dans l'un des bars que j'avais le plus fréquenté. J'avais l'habitude de traîner dans le coin pour quelques échanges pas très légaux, mais je n'avais plus poussé la porte d'un établissement du coin depuis longtemps. Alors que j'étais l'un des fidèles consommateur quelques mois auparavant, je passais désormais au stade de client lambda qui souhaite boire un café en pleine journée. L'envie d'un whisky n'était pas très loin et rodait dans mon esprit, mais je faisais barrage tant bien que mal.
Vêtu d'un jean foncé, d'une chemise blanche sur laquelle j'avais ôté deux boutons au col pour donner un style plus décontracté, une paire de chaussure cirée noire et une montre pour la petite touche en plus, je m'avançais en direction de mon bar favori.

Ce choix n'était pas le simple fruit du hasard, j'avais gardé un excellent souvenir de la serveuse et souhaitait savoir si elle y travaillait toujours. Je ne connaissais même pas son prénom, peut-être me l'avait-elle dit un soir ou l'alcool coulait à flot dans mon sang... si c'était le cas, j'allais très probablement passer pour un imbécile. Pilier de bar à mes heures perdues, je l'avais contempler sans relâche en lui adressant parfois quelques vannes lourdes digne d'un gros « beauf »  comme elle avait l'habitude de voir défiler à longueur de journées et de soirées... Une si belle femme ne méritait pas d'être traitée de la sorte, j'allais donc tenter de me faire pardonner avec un peu plus de classe cette fois-ci. Je poussais la porte du bar et pénétrait à l'intérieur, il était 14h et la pièce était assez vide. Dans le fond se trouvait quelques têtes que je reconnaissais sans mal, mes potes ivrognes de l'époque. Je leur adressais un signe de la main en guise de bonjour, mais préférais ne pas m'attarder sur eux.

Le comptoir était vide et j'eus la déception ne pas retrouver la jeune femme. Par acquis de conscience, je pris place sur une petite table libre prêt de la vitre et m'y installais en attendant que quelqu'un se présente. Scrutant les moindres détails de la salle, des flash-back de moments passés ici me revinrent en tête de manière furtive. Un mince sourire s'afficha sur mon visage, par reflex.
Il ne me restait à présent plus qu'à prendre mon mal en patience, après tout, je n'avais rien de plus palpitant à faire que de flâner dans le coin avant un rendez-vous en milieu d'après-midi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 5 Avr - 23:39

5 Janvier 2050

Kate commençait à être perdue en quelque sorte. Cela faisait plusieurs jours qu’elle n’avait pas vu sa mère. Une séparation aussi longue n’était jamais survenue au cours des six dernières années sans une très bonne raison. Les derniers faits étaient loin d’être une bonne raison aux yeux de la brune. Fallon était partie parce qu’elle l’avait frappé. Même si l’africaine n’avait jamais énoncé cette crainte à haute voix, la jeune femme se doutait que l’amour et la confiance qu’elle lui portait pourraient amener d’autres problèmes. Cependant, elle ne pensait pas que cela leur pèserait à ce point à toutes les deux. Les réponses de sa mère à ses textos étaient brèves, sans aucun détail. Kate avait un peu l’impression d’être une mission. Sauf que même si elle n’a jamais compris pourquoi, elle était sûre d’une chose au bout de six ans, sa mère tenait à elle plus que tout. Après tout elle l’avait choisi et, indirectement, la barmaid s’était convaincue que ce qu’il y avait entre elles deux était bien plus fort que les liens du sang.

Comme les jours précédents, si ce n’était pire, affronter la journée fut un défi en soi. Kate se réveilla avec une fois de plus l’envie de rester sous la couette toute la journée. Son moral était au plus bas sans Fallon. Une douche froide lui permit de se motiver un peu plus. Révision ménage, cuisine, la jeune femme faisait en sorte de coller au plus à son quotidien habituel avec l’africaine. Elle souhaitait que sa mère ne sente pas, ou tout du moins le moins possible, la différence entre avant et après son départ. Une fois tout son programme rempli, la brune se prépara à aller au travail. Elle prit la peine de se maquiller, une fois n’est pas coutume, afin de dissimuler les restes d’œil au beurre noir qu’elle avait.

Une fois chose faite, Kate enfila sa paire d’escarpins, mit ses écouteurs dans les oreilles et ferma à clé la porte d’entrée de leur appartement. En quelques minutes, elle se retrouva au travail. Les clients n’étaient pas très nombreux à l’ouverture, ce qui n’était guère étonnant. Elle ne savait pas du tout comment allait évoluer le reste de la journée et encore moins la soirée. Une heure après avoir pris son service, la barmaid était dans l’arrière salle en train de noter à son patron les différents réapprovisionnements qu’il allait falloir prévoir. Ce dernier n’était pas difficile à ce niveau-là, ayant une confiance aveugle en ses employés au nombre de deux, ils leur suffisaient de noter la chose manquant pour l’obtenir deux jours plus tard au maximum.

Ressortant de l’arrière-boutique, la brune observa l’ensemble de la salle pour repérer les nouveaux venus. C’est ainsi qu’elle vit Ethan dont elle connaissait le prénom après quelques soirées arrosées où le jeune homme lui avait donné sans trop hésité. Après s’être remémorée les différents soirs où elle avait vu le garçon bien amoché, la barmaid se fit la remarque comme quoi cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Avait-il pris des habitudes ailleurs ? S’approchant de sa table pour prendre sa commande, Kate se fit la remarque qu’il était différent. Tant visuellement qu’au niveau aura, Ethan semblait métamorphoser. Son style vestimentaire avait changé du tout au tout. Lui habituellement vêtu d’habits décontractés ou plutôt simples, aujourd’hui monsieur arborait une chemise blanche avec des chaussures en cuir cirées. De toute évidence, sa vie avait pris un tournant. La brune fit tout de même comme si de rien n’était à ce niveau-là en arrivant à sa hauteur :

Bonjour, que puis-je vous servir ?

Le sourire aux lèvres, la brune jouait son rôle comme quelqu’un qui occupait ce même poste depuis six ans. Les rares clients qui se plaignaient d’elle ne pouvaient faire des reproches que sur le fait de s’être fait retoqués par ses soins. Kate avait pris l’habitude de rejeter toutes les invitations depuis le temps. Seul Henry était passé à travers, mais ce dernier semblait si particulier, si différent du commun des mortels.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Sam 7 Avr - 22:38


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
Les yeux rivés sur les petites aiguilles de ma montre, j'étais sur le point de renoncer à mon idée de retrouver la jolie brune lorsque celle-ci fit son apparition derrière son comptoir. Elle n'avait donc pas quitté son travail et ses nerfs semblaient plus solides que je ne l'aurais pensé. Elle était la cible de nombreux hommes et cela rendait l'approche encore plus délicate, surtout après tant de soirée passées à souiller son comptoir par mes lamentations de mec ivre. Se racheter une image après de tel agissements n'était pas une chose aisée. Elle s'approcha de moi avec son sourire habituel, un sourire qui semblait collé en permanence sur son visage pour tous ses clients. Même les plus ragoutants. Je décidais de la laisser arriver en faisant mine de rien pour ne pas lui sauter dessus comme un chacal et relevais le regard seulement au moment où elle s'adressa à moi pour prendre ma commande.

« Un café s'il te plaît  »

Ma phrase était accompagnée d'un regard amusé et d'un mince sourire l'air de dire «  Et non, aujourd'hui je ne vais pas vomir ! ». Par instinct, je l'avais tutoyé et espérais qu'elle ne s’offense pas pour ça, c'était un peu maladroit et pas très gentleman, mais briser la glace avec des « vous » c'était comme essayé de couper à steak trop cuit avec une cuillère... compliqué. Je n'étais pas ici pour la draguer bien qu'elle soit extrêmement charmante, elle était bien trop inaccessible pour moi, mais j'avais pour objectif de me racheter une image aux yeux de quelques personnes et cette barmaid faisait partie de ma liste. Pourquoi ? Je n'en avais pas la moindre idée, pour ma conscience personnelle certainement. Aborder les femmes n'avaient pas toujours été facile pour moi, j'avais d'ailleurs essuyé un tas de râteaux plus jeunes, mais ils étaient moins nombreux depuis quelques années (l'effet barbe ! ). En revanche, j'optais souvent pour la facilité : Un ou deux verre, le soir, les soirées, l'euphorie... et je me rendais compte que c'était bien plus compliqué en pleine journée.

«  Tu reste au comptoir ? Je peux venir m'y installer ? Ça va me remémorer deux ou trois souvenirs je pense ! »

Sans attendre sa réponse, je me levais de ma chaise pour la suivre jusqu'à son terrain de jeu. Si je lui avais laissé le temps de répondre elle aurait pu me chasser directement et toutes mes chances de discuter auraient été ruinées, si j'étais resté à ma table elle ne m'aurait jamais rejoint. J'avais eu de nombreuses occasions de la voir refouler la gente masculine, avec classe et fermeté. Je devais la jouer plus finement car mes intentions n'étaient pas mauvaises comme elles avaient pu l'être à un moment sombre de ma vie. Je pris donc place sur les hauts tabourets dissimulés sous le comptoir et m'y installais avant de remonter mes manches. Mes bras étaient tatoués dans leurs intégralités, une partie de mon dos aussi. Des noms de soldats perdus, des passages symboliques de ma vie, le prénom de mon frère, de ma fille... tous étaient encrés dans ma chair, Ad vitam æternam. Pour la vie eternelle. Accoudé sur le rebord, je me lançais dans la gueule du loup, façon de parler !

«  Si je peux me permettre, tu n'as pas l'air très en forme. Pourquoi es-tu triste ? Je t'ai déjà vue plus joyeuse...  »

Si il y avait bien une chose dans laquelle j'étais excellent c'était ma faculté à remarquer des détails. Son sourire ce jour-là n'était qu'une façade et même si elle venait à le nier, j'étais persuadé à 98% qu'elle n'allait pas aussi bien qu'elle le laissait paraître. Dix ans de service comme tireur d'élite, une reconversion diabolique dans l'argent et la fraude ; les détails étaient les fondations de ma vie toute entière. Une histoire d'amour, un drame personnel... quelque chose clochait...

_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Lun 9 Avr - 22:02

5 Janvier 2050

Kate fut surprise de la commande du jeune homme. Aussi loin qu’elle se souvenait, ses habitudes étaient un peu plus alcoolisées et un peu moins raisonnable, même en plein milieu de l’après-midi. Ethan avait quelque chose de changer, c’était certain. Son attitude tout entière ne ressemblait en rien à celle qu’il avait quelques mois auparavant lorsqu’il finissait ivre sur le comptoir du bar. Il fallait noter qu’il n’avait jamais été lourd ou agressif. Son ivresse avait quelque chose de triste qui donnait un peu pitié. Mais de toute évidence, le beau brun était lui-même conscient de ce changement au vu de sa réaction. Cela était remarquable à son sourire, son regard un peu pétillant et ce tutoiement qui marquait un certain rapprochement. Sa réplique suivante prit la barmaid au dépourvue. Il s’installait de lui-même au bar habituellement, pourquoi Ethan avait-il décidé de lui demander l’autorisation aujourd’hui ? La phrase qui fit buter le plus la brune était son interrogation sur le fait qu’elle allait ou non rester au bar. Lorsqu’il y avait peu de monde, Kate passait une grande partie de son service derrière le bar à faire la vaisselle, ranger, anticiper la journée suivante. Elle opta donc pour un simple sourire voyant le jeune homme déjà en train de se lever de sa chaise. Le fait est qu’il était client donc assimilé à un roi selon le dicton. Il faisait donc ce qu’il voulait dans le respect des règles. De plus, même ivre mort, sa présence ne l’avait jamais dérangé. La brune n’avait donc aucune objection à ce qu’il prenne son café au comptoir. Cela allait même lui éviter de faire un aller-retour.

Arrivée derrière le bar, la jeune femme commença par préparer le café qu’Ethan lui avait demandé. Alors que la machine finissait de faire couler le liquide quasiment noir et fumant qui était une drogue pour maintes personnes, elle entendit le beau brun lui faire une remarque à laquelle elle ne se serait jamais attendue venant de sa part. La barmaid profita d’être de dos pour respirer tranquillement. Il était vrai que Kate avait déjà été plus joyeuse qu’aujourd’hui mais visuellement parlant, son attitude semblait comme celle de tous les jours. Cependant, intérieurement, la brune était rongée par l’absence de sa mère due à sa propre bêtise. Le café venait de finir de couler, elle ne pouvait rester de dos plus longtemps. La jeune femme décida d’afficher un beau sourire sur ses lèvres en se saisissant de la tasse et se retourna afin de la déposer devant son interlocuteur.

Tenez ! Je reconnais ne pas avoir très bien dormie peut-être que cela se ressent sur mon attitude. Désolée si je vous ai laissé croire qu’il y avait un quelconque souci.

Kate reprit la vaisselle qui attendait dans le bac de l’évier. Certains verres à la forme particulière nécessitaient qu’ils soient lavés à la main et non dans le lave-vaisselle. Alors qu’elle s’affairait, la barmaid décida de poursuivre la conversation de façon tout à fait naturelle.

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas vu par ici. Vous aviez trouvé un autre lieu pour vos sorties ?

Alors qu’elle continuait son petit train-train quotidien. Les yeux de Kate commencèrent à lorgner sur les bras du beau brun. Elle aperçut des noms divers. De toute évidence, Ethan avait des manchettes, potentiellement complètes mais elle ne pouvait les voir en entier. La jeune femme n’avait jamais été fan des tatouages. Cela lui rappelait le tatouage que Keaton s’était mis en tête de faire à toutes les filles du night-club afin d’apposer physiquement sa marque. Cela avait été une des rares fois où elle avait tenu tête à ce dernier, il était hors de question que son corps soit marqué définitivement.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Mar 10 Avr - 11:40


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
De retour au bar, la barmaid se mit à faire couler mon café. Elle avait toujours été très soucieuse de prendre soin de ses clients qu’elle considérait surement comme sa priorité. C’était son attitude qui contribuait en partie à la notoriété du lieu, beaucoup des clients habitués appréciaient sa sympathie en toutes circonstances.

«  Y-a-t ’il une raison particulière à ce sommeil agité ? Rassure toi, tu es toujours aussi souriante… disons que… j’ai un instinct plus développé que la moyenne, suffisamment développé pour sentir que tu n’es pas dans ton assiette. Famille, amour, travail ? » lui demandais-je pour creuser un peu plus.

Je n’avais jamais parlé de mon passé, même dans les pires états, mon cerveau faisait blocus sur toutes les horreurs que j’avais vues et commises. Je jugeais préférable d’éviter le sujet pour ne pas la faire fuir dès les premières minutes, un genre d’assassin n’avait rien de séduisant bien au contraire. A ma grande surprise, la jolie brune reprit la parole d’elle-même. Elle n’était pas retissante à bavarder un peu.

«  Figures toi que non ! J’ai repris ma vie en main… Je n’allais pas servir de pilier de bar toute ma vie, quel gâchis. Une petite pause sur l’alcool ne pouvait pas me faire de mal, aujourd’hui je bois avec modération… et je bois des cafés en journée ! C’est pas mal non ? »

Je lui adressais un sourire pour lui montrer le plaisir que j’avais à réussir à discuter avec elle avec des phrases pleines et dénuées de mon ancienne haleine de chacal ivre. C’était une petite victoire personnelle de revenir ici sans me laisser submerger par une vague de pensées négatives, la preuve que j’avais évolué. Je ne savais pas si je devais être fière de cette évolution puisque j’étais désormais recherché par la police pour le meurtre un homme, mais, ma conscience était seine et l’instant agréable. C’était le principal !

« Merci pour le café ! »

M’emparant de la petite tasse blanche qu’elle avait déposée devant moi, je portais la boisson chaude à mes lèvres. Mes journées étaient rythmés par des dizaines de café, un remède pour me tenir éveiller et forme assez longtemps. D’un point de vue hygiène de vie, le constat était différent car mon cœur s’emballait sous l’effet de la caféine. La boisson ne fit pas long feu, en quelques gorgés la tasse était de nouveau vide.

«  Tu fumes ? »

J’étais peu convaincu, elle prenait soin de son corps, cela se voyait comme le nez au milieu du visage, mais compte tenu du peu de personne dans l’établissement elle avait bien le droit de prendre l’air  minutes. Dehors, elle ne serait pas obnubilée par toutes ses tâches ménagères et j’aurais donc sa peine attention pour moi seul. Ce n’était pas gagné ! Elle était réputée pour refuser beaucoup d’invitations… Qui ne tente rien n’a rien. Alors que le tutoiement s’était ancré dans ma façon de s’adresser à elle, je n’avais toujours pas connaissance de son prénom et devais trouver un moyen subtil de le lui demander. Le problème ? Sans alcool, je faisais un bond dans mon adolescence, une période de ma vie où j’étais assez mauvais avec la gente féminine. Qui l’auraient cru ? Le caractère affirmé de la brunette aurait-il eu raison de l'assurance de l’orgueilleux Ethan Becker ?


_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 12 Avr - 0:41

5 Janvier 2050

Alors qu’elle s’occupait de son quotidien de barmaid, Ethan poursuivit son questionnement sur l’état d’esprit de la brune. Elle se demandait bien pourquoi il s’intéressait autant à son « sommeil agité ». Qu’est-ce qui lui permettait de dire qu’il avait un instinct plus développé que les autres ? Après tout, d’autres clients avaient pu le remarquer mais ils ne s’étaient peut-être pas permis de faire la remarque pour ne pas se mêler de ce qui ne les regardaient pas ? Le changement brutal de comportement du beau brun était presque perturbant. Kate opta pour une vérité incomplète. Cela permettrait sûrement d’éviter les prochaines questions, quoi que … Dans tous les cas, ce n’étaient pas comme si elle allait parler de sa vie au premier venu. Bon nombre de personnes avait déjà tenté de connaître un tant soit peu sa vie sans y arriver rien qu’un peu. La jeune femme avait des secrets, beaucoup de secrets en elle. Certains la concernaient personnellement tandis que d’autres l’impliquaient indirectement. Peu importait le cas concerné, la confiance de la barmaid dans le genre humain était assez limité au vu de son passé. Fallon était passée à travers … Non … Sa mère n’avait pas eu besoin car ses actes, depuis le début de leur rencontre, avaient montré cette évidence, simple mais sincère : elles feraient en sorte d’être un roc pour l’autre jusqu’au bout.

J’ai tout simplement un emploi du temps assez chargé.

Il n’y avait absolument aucun mensonge là-dedans. Entre ses révisions, son travail, les tâches ménagères à l’appartement et maintenant les entraînements avec Lily qui allaient se rajouter, la jeune femme ne chaumait guère. Toutes ses occupations l’épuisaient petit à petit et cela seraient, tôt ou tard, un facteur réel de son état de fatigue. Durant un bref instant, elle songea à Henry et au fait qu’elle avait accepté de le revoir en dehors de son travail. Il allait falloir caser cela dans l’emploi du temps, encore une fois. Le sujet s’orienta un peu plus sur le beau brun, au plus grand plaisir de Kate qui ne souhaitait pas s’étaler sur sa propre vie. Aux paroles du jeune homme, la barmaid échappa un peu rire. Un pilier de bar, oui, c’était un peu ce qu’il faisait lorsqu’il venait ici auparavant. Il n’avait donc pas pris d’habitude ailleurs, il avait changé ses habitudes. Effectivement, cela était mieux pour lui, de toute évidence. Enfin, le plus important était que sa situation lui convenait à lui plutôt qu’à quiconque d’autre. Fallon avait sans cesse répété à la brune qu’elle devait faire ses propres choix pour elle-même maintenant qu’elle avait une nouvelle vie.

Cela m’arrive parfois. Mais pourquoi me demandez-vous cela ?

Malgré les nombreuses raisons qui pouvaient la pousser à penser à autre chose, elle était ici à l’heure actuelle et devait faire son travail. Aussi fût-elle interpellée par un autre client qui l’appelait par son prénom afin de commander. La brune fit un signe de la tête, comme une excuse, avant de se diriger vers le client en question. Ce dernier souhaitait avoir un autre whisky, double dose. C’était l’un de ceux qui n’avait pas d’heures pour boire un coup. La barmaid passa rapidement de l’autre côté du comptoir afin de lui préparer son verre. Lorsqu’elle lui amena, elle le fit payer et reprit sa place derrière le bar. Entre deux verres lavés, Kate se rendit compte qu’il avait bu son café d’une traite. Sans pousser à la consommation, elle ne voulait pas paraître absente dans son métier.

Souhaitez-vous un autre café ?

La brune termina de laver son dernier verre. Enfin ça, c’était pour le moment. Aussi elle s’accouda sur le bar, en face d’Ethan attendant de savoir si elle lançait à nouveau la machine à expresso. La boutique était plutôt calme en ce milieu d’après-midi. Les clients se faisaient rares ces derniers temps. Les soirées étaient bien plus remplies. Kate commençait à se demander si son patron ne devrait pas fermer les après-midis afin d’ouvrir qu’en début de soirée.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 12 Avr - 18:42


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
La réponse que la jeune femme venait de me donner n'était que partiellement convaincante. Je connaissais le rythme des serveurs et serveuses de ce coin de la ville, tous étaient soumis à une cadence effrénée une fois la nuit tombée. Les ruelles se mettaient à grouiller dès la sortie du travail aux alentours de 19h et en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, les tables allaient se remplir à une vitesse grand V. Toutefois, je restais intimement convaincu que cela n'était pas la seule raison sur sa fatigue actuelle, mais je décidais de ravaler ma curiosité pour ne pas paraître trop insistant. D'un rapide geste, je glissais ma main dans la poche de mon pantalon pour en sortir un paquet de cigarette.

«  Je t'en offre une ? Tu mérites bien une petite pause avant le grand rush ! »

La jeune femme fut de suite interpellée par un autre homme dans la salle, l'un des hommes que j'avais repéré à mon arrivé. Je le connaissais et son état à lui ne s'était visiblement pas arrangé. Je pouvais au moins lui trouver une qualité : il avait appelé la barmaid par son prénom ! Kate. Voilà comment se nommait la jolie brune, mes souvenirs revinrent en vrac dans mon esprit et effectivement, elle me l'avait déjà eu dit lors d'une soirée. Je soufflais, heureux de ne pas lui avoir demander de nouveau car cette question m'aurait tiré une balle dans le pied. Souhaitez-vous un autre café ? Me demanda t-elle. Outch, mon envie aurait donné un oui franc et affirmé, mais ma conscience me rappela à l'ordre me murmurant que ce serait celui de trop qui allait m'empêcher de dormir cette nuit. Je refusais poliment son offre tout en la regardant avec insistance pour maintenir ma proposition d'aller prendre l'air un instant dehors.

«  Non merci, je suis assez énergique pour le moment ! Le café a un effet redoutable sur moi... je risquerais de ne pas réussir à dormir et revenir roder sur cette chaise toute la soirée. Toi et moi savons que ça ne me réussi pas vraiment... » Dis-je amusé.

Je jetais un coup d'oeil sur une horloge accrochée au mur, car j'avais un compte à rebour qui s'enclenchait pour un rendez-vous important. Le genre de rendez-vous que je préférais ne pas ébruiter tant il allait me faire rapporter gros. J'avais plus d'argent que nécessaire, mais ne m'en lassait jamais. Mon nouvel objectif était clair : retrouver la mère de ma fille pour récupérer la petite et lui offrir la vie de princesse qu'elle méritait. A ce moment là, et seulement celui-là, je mettrais un terme à tout mon business noir pour me racheter une véritable image. Si ce n'était pas trop tard pour ça. Kate était accoudée sur le comptoir, je lui adressais un agréable sourire avant de saisir ma veste et mon paquet pour combler cette irrépressible envie de nicotine. J'étais sur le départ, je n'attendais plus que son feu vert car si elle refusait, elle serait étonnée de me voir de nouveau planter mes affaires sur place. En attendant son éventuelle approbation, je cherchais à connaître davantage cette jeune femme mystérieuse.

«  Alors, à quoi occupe tu ton temps libre pour avoir un planning si chargé ? Il est temps que tu sortes tes mains de la vaisselle, tu as bientôt les mains d'une petite vielle à force de les baigner dans l'eau ! »

Je rebondissais sur sa précédente intervention pour creuser un peu sous sa carapace presque incassable. La compagnie de la demoiselle avait toujours été appréciable, mais je ne savais rien à son sujet et peut-être pouvait-elle s'avérer dangereuse pour mon propre alibi. Je devais m'assurer de sa fiabilité et jauger les risques que je prenais à discuter avec elle. Je n'avais clairement pas envie de couler et finir ma vie en prison pour les beaux yeux d'une femme. Aussi belle soit-elle. Lire dans les intentions des gens n'était en principe pas bien compliqué ; des gestes, des regards fuyants, des plaques qui apparaissent sur leurs peaux... des tas de signaux qui ne trompent pas. Kate était différente, elle semblait n'avoir que son sourire aux lèvres et c'était d'autant plus déroutant, qu'angoissant, que flippant... tout à la fois. Personne à Europolis n'avait une vie totalement normale, tout le monde gardait bien au chaud ses petits secrets...


_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Ven 13 Avr - 22:56

5 Janvier 2050

Kate était partie prendre la commande d’un autre client juste après que le jeune homme lui ait proposé d’aller fumer une cigarette. Elle n’avait jamais pris le temps de faire ce genre de pause. Après tout, il y avait bien assez de boulot pour occuper l’intégralité des heures de travail qu’elle réalisait dans ce bar. D’un autre côté, la soirée de la veille l’avait détendu sur le moment. Discuter avec Henry était assez plaisant. Il insufflait cette impression que, quoi qu’elle dise ou fasse, cela ne pourrait être un faux pas. C’était une sensation presque nouvelle. D’un côté, sa mère adoptive avait déjà eu cette confiance là en elle, mais cela n’avait jamais émané d’un homme.

De retour derrière son comptoir, Ethan venait de décliner le second café. Sa remarque fit légèrement rire la barmaid. Il est vrai que la jeune femme oubliait rapidement que le café avait un réel effet sur certaines personnes. Elle faisait partie de ces gens qui pouvaient boire la cafetière entière sans que cela ne l’empêche de dormir. Mais il était vrai que la caféine était un excitant plutôt puissant pour la plupart des gens. Finissant de faire sa vaisselle, le beau brun était en train de récupérer ses affaires. Il lui fit la remarque que ses mains n’allaient plus être très fraîches vu le temps qu’elle passait dans l’eau savonneuse avec.

Et bien je fais des études à côté ce qui me prend pas mal de temps libre.

Kate regarda la pendule. Il n’était pas encore l’heure que le beau monde sortit du travail n’arrivent. Enfin, il est vrai que cette expression ne correspond pas franchement vu la clientèle habituelle du bar. Le jeune homme semblait bien plus causant que les fois précédentes. En plus d’être parlant, il était aussi d’une curiosité à la limite de l’intrusion. La brune sentait qu’elle allait devoir mettre un stop rapidement. Indirectement, elle s’en voulait de ne pas l’avoir fait avec Henry la veille même si les raisons étaient différentes … Elle prit le temps de s’essuyer les mains puis fit le tour des rares tables occupées pour vérifier que chaque client avait tout ce dont il avait besoin. Une fois chose faite, la jeune femme revint vers le beau brun.

Je suis partante pour une unique cigarette en espérant qu’elle ne me mette pas à plat pour le reste du service.

La jeune femme fit signe à Ethan de la suivre. Elle préférait sortir fumer par derrière, des fois que son patron arrive, cela lui donnerait potentiellement un temps de répit et cela éviterait qu’il lui dise qu’elle donnait une mauvaise image en étant devant l’établissement. Il avait déjà fait la remarque à son collègue qui était un fumeur régulier. En passant dans l’arrière-boutique, Kate attrapa sa veste en cuir. Cela n’était pas le moment d’attraper froid après tout. Tout en poussant la porte qui donnait accès à une petite cour intérieure, elle enfila la dite veste. Le beau brun lui tendit alors une cigarette et un briquet. La barmaid prit les deux et alluma sa clope avant de rendre son feu au jeune homme. Elle tira une taffe et eut l’impression d’une bouffée d’air. Le fait même de fumer était pourtant censé avoir l’effet inverse. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas tirer une latte dans cet état de stress et de flou.

Je vous remercie, ça faisait longtemps.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Lun 16 Avr - 10:48


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
Barmaid et étudiante ? La jeune femme avait beaucoup de courage pour réussir à combiner ces deux profils. Changer de casquette de cette manière et avec son professionnalisme ne devait pas être simple à gérer. Sa fatigue était de ce fait beaucoup plus compréhensible à mes yeux !  A son retour au comptoir, Kate me fit signe de la suivre, sans doute pour sortir par l’arrière de l’établissement. Elle avait accepté ma proposition pour prendre une petite pause, une première victoire à mes yeux. Toutefois, elle ne manqua pas de préciser que cette cigarette serait l’unique de sa journée, sa méfiance était toujours de mise et gagner la confiance de la demoiselle n’était pas chose facile ! Heureusement, les défis ne me faisaient pas peur, bien au contraire. En règle générale, je n’avais pas de mal à me faire apprécier de la gente féminine, entre celles qui appréciaient l’argent et celles qui aimaient mon côté bad boy tatoué, les mettre dans ma poche – ou dans mon lit – le jeu était assez simple. Avec Kate, je n’avais pas ces intentions-là, simplement l’envie de sympathiser avec elle, plus que lors de mes passages alcoolisés et inconscient. Je la suivais donc sans dire un mot jusqu’à l’extérieur et lui tendis la fameuse clope ainsi que mon briquet pour honorer ma proposition.


« Quel type d’étude du coup ? Je comprends mieux le manque de sommeil, ça ne doit pas être évident de jongler avec un travail éprouvant et des études à côté ! Un planning bien chargé.  »


La jeune femme avait un profil commercial intéressant, elle était avenante et avait un sens du contact avec sa clientèle très développé. Pour autant, les possibilités étaient nombreuses et j’attendais sa réponse avec impatience. Tout comme elle, je portais une cigarette à mes lèvres pour combler ce manque de nicotine qui commençait à être omniprésent dans mon esprit. Les premières lattes de fumée (toxique, cancérigène.. blablabla) firent redescendre mon stress de deux crans en dessous et m’apaisèrent presque instantanément. Kate aussi semblait apprécier de pouvoir souffler un instant de sa cadence effrénée !

«  Fumer une cigarette avec la fameuse Kate, c’est presque un privilège ! » dis-je, pour la taquiner.

Beaucoup d’hommes s’étaient risqués à l’exercice avant moi et s’étaient pris une porte, avec politesse, mais une porte quand-même ! Ne souhaitant pas la braquer avec de nouvelles questions façon interrogatoire de police, je la laissais souffler et profiter de sa pause sans m’immiscer de nouveau dans les détails de sa vie.
En agissant ainsi, je m’évitais aussi les questions retour, car si nous avions bien un point en commun c’était bien le fait de ne pas apprécier parler de nous. Pour ma part, il y avait beaucoup de zones d’ombres dans ma vie qu’il était préférable qu’elle ne sache pas si je voulais garder une chance de pouvoir discuter avec la sulfureuse brunette. Elle savait que j’étais militaire et se doutait donc forcément que je n’étais pas tout rose. Pour le reste, peu de personnes étaient informées.

«  Et sinon, dans cet emplois du temps, tu arrives à caler d’autres choses ? Du sport, des loisirs ? »

J’étais bien placé pour savoir qu’il fallait réussir à s’octroyer du temps pour soit pour ne pas péter un plomb sous la pression. Aussi, je ne comptais pas mes heures de travail, mais je continuais à me rendre à la salle de sport ou à jouer deux, trois chansonnettes à la guitare pour me vider la tête le soir. Un genre d’échappatoire qui me permettait de laver ma conscience, enfin, le peu qu’il me restait !



_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Mar 17 Avr - 22:47

5 Janvier 2050

Continuant de tirer sur sa cigarette, chaque latte lui faisait l’effet d’un anti-stress. Alors que la brune cherchait désespérément à se sortir de la tête ce qu’il s’était passé au cours des soixante-douze dernières heures, Ethan continuait de la questionner. Sa réponse précédente avait permis d’éluder les autres questions liées à ses occupations, enfin pour le moment … Ne connaissant pas l’homme qui lui faisait face plus que ses habituelles fins de soirées au bar ivre mort où le brun parlait du fait qu’il avait été militaire et qu’aujourd’hui il ne savait plus vraiment quoi faire, Kate ne se voyait pas lui déballer sa vie entière. Le fait de vouloir rejoindre la police était très mal vu dans ce quartier. Aussi, la jeune femme avait toujours nuancé ses propos concernant ses études. Pensant à cela, elle eut un blocage sur le fait qu’elle n’avait pas menti à Henry sur ce point. Mais que lui était-il passé par la tête ce soir-là ?

Pour faire simple, dans tout ce qui est analyse biologique donc biologie cellulaire et moléculaire. Il est vrai que mon emploi du temps est plutôt rempli.

En soit, c’était la vérité, ou du moins une partie de la vérité. Présenté ainsi, son futur métier semblait ennuyant. Kate ne se serait jamais vue en rat de laboratoire à expérimenter uniquement pour chercher et avec, potentiellement, une trouvaille à la clé. Et puis, à la PTS, elle allait explorer bien d’autres milieux que les analyses biologiques : informatique, balistique, comportementaliste … Il y en avait pour tous les goûts en soit. La brune repensa aux paroles du lieutenant Hart. Ce dernier la voyait comme un exemple que les autres habitants de Coal pourraient suivre. Mais elle ne s’imaginait pas du tout dans ce rôle. Qui aimerait être prostituée à l’âge de 15 ans pour finir par rencontrer son sauveur qui l’éclaboussera avec le sang de son client à l’âge de 17 ans ? Enfin, Christopher ne connaissait pas cette partie de l’histoire il faut dire. Il ne la voyait que comme la petite barmaid qui travaillait d’arrache-pied pour avoir un meilleur job sans penser une seconde qu’elle venait de bien plus bas que ça. La remarque que le brun lui fit eut l’effet de jeter un froid. Etait-ce du rentre-dedans ou une simple blague ? La jeune femme n’était pas sûre de la posture à adopter. Elle hésitait franchement à écraser sa clope et à rentrer à l’intérieur immédiatement. Mais cette cigarette était son premier souffle depuis quelques jours. Enfin pas tout à fait, le premier avait été la fin de soirée aux côtés d’Henry. Mais depuis que ce moment avait eu lieu, elle ne savait plus trop ce qu’elle devait en penser. Kate voulut tirer une nouvelle taffe sur sa cigarette au moment où Ethan reprit la parole. Sa façon de s’exprimer lui fit penser que le jeune homme avait tout simplement cherché à détendre l’atmosphère ou, en tout cas, à se détendre lui-même. Ce qui était dommage, c’est que ça avait plus eut l’effet d’un flop qu’autre chose. Malheureusement son unique clope était déjà terminée. Déçue, la brune l’écrasa dans le cendrier prévu à cet effet avant de répondre au garçon tout naturellement.

Je reconnais ne pas avoir beaucoup de temps à moi pour le moment. Je fais juste un peu de sport quand je peux mais ce n’est pas très régulier.

Regardant par la petite fenêtre de la porte arrière, Kate eut l’impression qu’on la cherchait. Elle se tourna vers Ethan qui n’avait fumé que la moitié de sa cigarette et lui adressa un faible sourire.

Je crois que le devoir m’appelle. Je reviens.

S’engouffrant à l’intérieur du bar, la jeune femme s’activa de nouveau. Elle débarrassa deux tables et en servit trois, tout ça assez rapidement. Elle préféra laisser la vaisselle pour plus tard. Après tout, elle avait dit qu’elle reviendrait. Aussi, environ cinq minutes plus tard, la brune fit irruption dehors aux côtés d’Ethan.

Et vous alors, que faites-vous maintenant ? Vous m’avez dit plus tôt avoir repris votre vie en mains, je suis curieuse de savoir comment.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 19 Avr - 10:49


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
La biologie était un domaine très vaste et Kate, comme à son habitude, restait la plus vague possible sur les détails de sa vie personnelle. Cette première discussion ne me mènerait pas loin car visiblement, je n'avais pas le tact nécessaire pour la détendre suffisamment et l'amener à se livrer davantage. Soit, je perdais une bataille, mais pas la guerre. Ce proverbe avait dicté dix années de ma vie, j'étais rodé ! Ma seconde remarque, une simple blague visant à faire sourire la demoiselle n'eut pas l'effet escompté, au contraire. L'attitude de la brune changea en moins d'une seconde, elle se renferma sur elle-même comme une huître... l'avais-je vexé ?

«  Désolé, je disais cela pour rire. Je ne voulais pas t’offenser... »

Les femmes avaient toujours été un mystère à mes yeux, si tuer, frauder, viser étaient des choses d'une simplicité évidente pour moi, comprendre la gente féminine relevait du miracle. A croire qu'hommes et femmes n'étions pas sur les mêmes canaux de communication. J'en avais fais les frais plus jeune, jusqu'à me prendre des claques en plein visage pour ne pas avoir su décoder des sous-entendus soit disant très explicites. Bordel, si vous avez quelque chose à dire, dites le clairement ! Je détournais le regard, ne sachant pas trop comment sauver la situation. A peine sa cigarette terminée, Kate s'engouffra à l’intérieur du bar pour s'occuper de ses clients. Je l'attendais donc patiemment, accoudé sur le mur de l'établissement, jetant un coup d'oeil à ma montre tout en continuant de consumer la cigarette sur le bord de mes lèvres. La journée était paisible, cette petite pause au frais me faisait un bien fou et me changeait un peu les idées. Le retour des beaux jours imminent rendait les affaires nombreuses et fructueuses, je devais donc rester en permanence concentré et disponible pour ne pas tout faire foire, au risque que l'on explose ma cervelle avec une balle tout droit tirée entre les deux yeux. Les hommes avec qui je menais mes petites opérations étaient des hommes riches, tout comme moi, ils n'étaient jamais rassasiés de l'argent et les hommes riches avaient tous en commun une même compétence : la capacité de faire disparaître quelqu'un sans que personne n'en parle. La plupart étant de mèche avec de hauts politicien, une erreur et je partais rejoindre mon père six pieds sous terre. Alors que mon esprit était plongé dans mes rêveries, Kate refit surface cinq petites minutes à peine. Elle était sur tous les fronts ! Et s'en sortais plutôt bien malgré un manque de personnel évident. Les chefs de restaurants étaient tous les mêmes, à abuser au maximum de leurs employés et à les user jusqu'à la moelle. Le turn-over était si important dans ce milieu, qu'ils en profitaient tous sans le moindre remord.

«  Sympa, quel type de sport fais-tu ? Rassure toi, je ne te flic pas... je m’intéresse aux gens en général... c'est toujours plus agréable de discuter avec quelqu'un que l'on connais un peu. »


La question suivante ne fut pas une surprise, elle était la suite logique à tout l'interrogatoire que j'avais mené auprès de la jolie brune, toutefois, elle me mit dans l'embarras. Révéler mon métier c'était aussi prendre le risque d'amener sur le tapis l'affaire Balkhog car tous les médias s'étaient rués sur l'entreprise depuis un bon mois déjà. Avec le même calme et la même confiance que celle que j'affichais fièrement lors des entretiens avec les policiers, je répondais avec prudence.

«  Je travaille dans une grande entreprise boursière. J'y occupe un poste de trader, comme mon père avant qu'il nous quitte. J'ai toujours eu des facilités avec les chiffres et il était temps que je me reprenne en main après l'armé. Pour moi et... mon entourage. »

« Mon entourage » ou plutôt pour Maria. Ma fille. Celle que je recherchais désespérément tous les jours. Malheureusement, le monde était vaste et sa mère intelligente, les deux filles devaient sans doute évoluer sous de faux noms avec un style bien différent de celui de l'époque, c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. En attendant, je plaçais un maximum d'argent de côté pour être en mesure de lui offrir une future vie de princesse...



_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Sam 21 Avr - 20:07

5 Janvier 2050

Kate était revenue auprès de jeune homme. Faire son métier était une chose facile, enfin, la plupart du temps. La brune savait parfaitement qu’elle avait un physique plus qu’avantageux. Enfin ça, c’était l’avis de la gente masculine en règle générale. Pour elle, depuis que Fallon l’avait sorti de son trou où son physique était tout ce qu’elle avait aux yeux de son mac, ce dernier était plus une tare qu’autre chose. Les gens étaient tellement surpris d’apprendre qu’elle avait un cerveau lui permettant de faire des études que cela en était très souvent écoeurant. Il était déjà arrivé à la jeune femme de songer qu’elle serait plus heureuse et confiante avec les gens si son physique n’entrait pas à ce point en ligne de compte.

Ethan lui avait confirmé à travers ses excuses qu’il n’avait pas pensé à mal lorsqu’il avait fait sa remarque. Il est vrai que souvent le message que l’on veut transmettre n’est pas interprété comme on le souhaitait. La barmaid préféra donc laisser le bénéfice du doute à son interlocuteur poursuivant ainsi la conversation. A son retour en extérieur, elle écoutait d’une oreille le gentleman tout en songeant qu’elle préférait cent fois être épuisée physiquement que mentalement comme elle l’était actuellement. Il s’était passé beaucoup trop de choses ses derniers jours qui avait pompé l’énergie de la jeune femme. Pour le coup, la cigarette qu’il lui avait proposé lui avait fait du bien il fallait le reconnaître. Le seul hic, c’est qu’une clope appelait très souvent une nouvelle clope.

Principalement de la musculation et du fitness, rien d’extraordinaire en soit. Mais ça me permet d’avoir une vraie fatigue physique lorsque j’ai fait une bonne journée d’étude.

La brune écouta alors Ethan lui expliquait en quoi consistait sa vie maintenant. De toute évidence, il avait réellement réussi à rebondir et à repartir de plus belle. Les belles affaires qu’il portait n’était pas juste la pour la frime. La barmaid imaginait bien que le milieu des affaires nécessitait un minimum d’élégance, de prestance. Les apparences jouaient tellement, elle le savait que trop bien. La transformation du jeune homme restait incroyablement surprenante. La façon dont il s’était laissé aller quelques mois en arrière aurait repoussé n’importe quelle personne. Aujourd’hui, le beau brun avait tout un attirail à sa disposition pour séduire la première venue et briser des coeurs. Enfin, peut-être qu’il séduisait plutôt la gente masculine qui sait.

De toute évidence c’est une réussite, vous êtes très élégant ainsi. Le costume de trader vous va à merveille.

Dans un sens, Kate était contente de voir que tous les ivrognes qu’elle croisait dans son travail, les personnes dont la vie était détruite, ne finissaient pas en coma éthylique, ruinés ou tout simplement morts à cause des conneries qu’ils pouvaient dire sous l’emprise de l’alcool. Cette pensée réveilla de nouveau l’envie de nicotyne. Pourquoi fallait-il que tout le monde fasse reposer leur espoir sur la jeune femme ? Le Lieutenant Hart espérait qu’elle intègre la police scientifique afin de créer un nouvel espoir et d’être un exemple à suivre pour les jeunes de Coal District. De son côté, sa mère lui met la pression pour l’empêcher de réaliser son objectif caché : combattre le crime en souterrain. Et depuis quelques jours, elle avait rencontré Henry sous un autre jour. Ce client récurrent et discret qui lui avait fait tant de surprises et de révélations en à peine une soirée. Mais ce beau brun attendait bien trop de la barmaid. Elle était incapable d’effacer son passé afin de ne pas entacher cet être si innocent.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Lun 23 Avr - 20:09


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
La retenue de Kate commençait à s'estomper. Petit à petit l'oiseau fait son nid, n'est-ce pas ? C'est ce que j’espérais croire en tout cas, histoire de ne pas me fermer toutes les portes d'entrée de jeu. Une question subsistait toutefois dans mon esprit : avait elle un homme dans sa vie ? Ou bien un femme ? A force de refouler toute la gente masculine, la question pouvait se poser. Le fait d'être une belle femme, féminine et séduisante pouvait être trompeur. La preuve en image avec mon ancienne compatriote de combat, la jolie Riley Wilson. Apprendre que cette demoiselle, l'une des rares femmes sur les terrains de guerre appréciait uniquement les femmes avait été la source de nombreuses désillusions pour mes camarades et moi-même. Visiblement, nous avions un point commun : le sport. L'armée m'avait forgé au fil du temps un physique plutôt correct pour mon âge et, contrairement à tous les hommes en premières lignes, mon corps n'était pas parsemé de blessures et mon poste de sniper m'avait épargné bien des séquelles. Physiquement parlant du moins.

«  Peut-être aurions-nous l'occasion de nous entraîner ensemble un jour. J'ai un aménagé un coin vraiment sympa pour s’entraîner ! J'ai horreur des ambiances des salles de sport bondées. »

A mi-chemin avec une invitation, faire du sport n'avait rien de très sexy. Deux corps rougis et transpirants, on avait connu mieux ! C'était donc plus une invitation amicale qu'une véritable tentative de rapprochements. A un détail prêt qui m'avait échappé : Agrat ! Depuis moins de 72h, je ne vivais plus seul et devais raisonner différemment avant de proposer à des invités de venir au domicile désormais plus entièrement mien... Surtout après le discours, digne d'une leçon de morale que j'avais tenu à la brunette le soir de son arrivée. Pas d'invités, pas d'hommes ni de femmes à la maison et cela, pour nous deux. Quelle stupidité. Je m'en mordais déjà les doigts et ma petite routine bien ficelé en prenait un coup. Naturellement, je sortais de nouveau le paquet de cigarettes niché au fond de la poche de mon pantalon et tendis le paquet ouvert à Kate afin de savoir si elle désirait prolonger ou non notre petite pause. L'affluence du soir n'étant pas encore arrivée, elle n'était plus à ça prêt et si ce petit temps bonus devait me coûter quelques râleries futures, j'étais prêt à prendre le risque.

«  Merci ! L'habit ne fait pas le moine, mais pourtant, dans certains domaines c'est un argument de vente très efficace ! »

Elle devait bien le savoir, elle qui était toujours apprétée à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Mes longues soirées passées à la table des alcooliques m'avaient appris que certains clients étaient fidèles à ce bar uniquement pour elle. Son professionnalisme entrait fatalement en jeu, mais son physique l'aidait aussi. Un « compliment » parfois difficile à entendre pour une femme, car malgré l'évolution des mentalités, les hommes gardaient tous en eux une part de machisme plus ou moins affirmée.

«  Bon, et sinon, avec tous ces guignoles qui viennent te tenir la grappe à longueur de temps, tu as quelqu'un dans ta vie ? Enfin... ne le prend pas mal, c'est assez intrusif comme question. »

Avec son caractère bien affirmé, je me préparais à prendre une bourrasque dans la tête, mais, j'aimais bien la provoquer un peu et la faire sortir de sa petite zone de confort. Forcer les gens à parler d'eux était l'un de mes jeux favoris, même si en règle général, j'étais souvent le seul à rire. Je lui adressais un sourire cordial, masquant toute tentative de drague. Une nouvelle cigarette à la main, je portais la tige à ma bouche pour savourer encore deux ou trois minutes de répit avant de laisser la demoiselle retourner sagement vaquer à ses occupations. Je me laissais croire que discuter tranquillement dehors était au moins un minimum plus passionnant que de nettoyer des verres... enfin, pour Kate, impossible de l'affirmer non plus.  



_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Mar 24 Avr - 7:27

5 Janvier 2050

Ethan lui proposait de s’entraîner ensemble. De toute évidence, il avait tout ce qu’il lui fallait à sa disposition, d’après ses dires. En même temps, elle partageait son point de vue concernant les endroits trop fréquentés. C’était ainsi qu’elle avait pris un cours individuel avec la coach Bradbury. L’entraîneuse prodiguait également des cours collectifs mais entre ses horaires et son envie de progresser rapidement, la brune avait opté pour un apprentissage en solo. Elle comprenait donc parfaitement de quoi parlait l’ex-soldat. Le monde pouvait être gênant tant en ralentissant l’entraînement qu’en empêchant de travailler certains domaines. Cependant, Kate ne pouvait se permettre d’accepter une telle proposition au premier abord. Elle ne connaissait pas les arrières pensées du jeune homme et encore moins, qui il était dans le fond.

Effectivement je préfère m’entraîner en nombre restreint.

En effet, la barmaid avait totalement esquivé le fait qu’il avait proposé un entraînement commun. En même temps, le jeune trader n’avait pas posé de question, elle pouvait donc s'abstenir de tout commentaire. Derrière, Ethan lui proposa une nouvelle cigarette en lui tendant son paquet ouvert. Jetant un regard par au-dessus son épaule, la brune ne semblait pas être attendue par un quelconque client. Il est vrai qu’à ce moment précis, elle aurait dû dire non. Mais son irrépressible envie de s’évader et d’arrêter, rien qu’un instant, de penser aux derniers évènements lui firent accepter cette clope de trop. Kate n’était pas du genre à regretter une simple cigarette. Mais ses regrets allaient porter sur la suite de la conversation. La citation qu’énonça le garçon était vraie même si la jeune femme préférait de loin “Il ne faut pas juger un livre sur sa couverture”. Malheureusement, dans le monde actuel, et depuis toujours à ses yeux, les apparences prenaient très facilement le pas sur la réalité, trop même.

Il est vrai qu’être présentable dans votre métier doit aider à être reconnu.

Pour autant, une chose était logique : celui qui avait le costard le plus cher n’allait pas pour autant être le plus compétent. Tirant sur sa cigarette, la barmaid se détendait un peu. La compagnie d’Ethan n’avait jamais été mauvaise mais elle n’avait pas spécialement été agréable les fois précédentes du fait de son taux d’alcoolémie plutôt élevé. Le jeune homme reprit la parole commençant à donner à cette conversation une tournure qui plaisait guère à la jeune femme. La fin de sa phrase lui donna envie de rire mais Kate garda ça pour elle. Après tout, ses derniers mots laissaient clairement penser qu’il savait qu’elle allait se braquer et pour autant, il avait tout de même posé la question fatidique. Prenant à nouveau une taffe sur sa cigarette, elle essayait de réfléchir à toute vitesse. Son sourire semblait à la fois confiant et moqueur. La brune n’arrivait pas clairement à discerner s’il cherchait simplement à s’amuser ou si, comme il venait de le faire remarquer, il faisait partie de ces guignoles qui viennent lui tenir la grappe. Un petit sourire se dessina à son tour sur les lèvres de la barmaid. Elle repensa à la réponse que Henry avait donné à cet énergumène quelques mois auparavant.

Malheureusement non, je n’ai pas encore trouvé une chère et tendre pour profiter de la vie à deux. Et vous, partagez-vous votre vie avec une heureuse élue ?

Tirant à nouveau sur sa cigarette, elle continua de fixer le beau brun. s’il voulait aborder les questions personnelles et gênantes, elle ne serait pas la seule à y répondre et à devoir y faire face. Kate hésita à relancer la conversation de plus belle en lançant une remarque désagréable. Mais la barmaid se ravisa jugeant que l’ex-militaire avait déjà probablement bien assez payé ses erreurs. Elle se retourna un instant pour observer l’intérieur de la salle. Personne n’avait bougé, il n’y avait pas de bruit, de toute évidence aucun client ne la réclamait pour le moment. Reportant son attention sur Ethan, elle finit par ajouter en toute franchise :

Je serais curieuse de savoir à quoi vous jouez. Malheureusement, je ne suis pas certaine d’avoir assez de temps devant moi pour le découvrir.

Il est vrai que son attitude était des plus surprenantes. Cela faisait plusieurs mois qu’elle n’avait pas vu le beau brun dans les parages. Auparavant, l’ex-soldat venait plusieurs fois par semaine boire jusqu’à l’ivresse à son bar puis il n’y avait plus rien. Aujourd’hui, il se présentait à elle dans un tout nouvel acabit tout en cherchant à converser avec elle bien plus que les autres fois. La barmaid avait accepté de discuter avec lui cherchant à comprendre son évolution et ce retournement de situation. Mais si elle devait le ranger du côté des clients un peu lourds, elle le ferait. Il n’y avait nul doute là-dessus.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Jeu 26 Avr - 10:14


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
Ma surprise fut grande : Kate était lesbienne ? Sa réponse eut l’effet d’une bonne douche froide à six heures du matin, de quoi remettre mes idées en place en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Encore que, imaginer deux femmes ensemble, cela restait plaisant. Chassant ces images de ma tête pour ne pas me faire plus de mal, je me résignais une bonne fois pour toute. Sans grand étonnement, Kate vint à son tour à s’immiscer dans ma vie. J’adorais faire parler les gens d’eux, en revanche, l’inverse n’était pas vrai. J’avais passé les ¾ de ma vie seul, aucune véritable histoire d’amour. Simplement une seule nuit de folie, m’offrant l’opportunité d’être papa et de laisser derrière moi une héritière de mes gênes. Même si ce n’était pas un cadeau pour la petite. Toutefois, je ne vivais plus seul, par la force des choses je rendais service à un ami, un client, je ne savais pas trop comment qualifier le père d’Agrat.

« J’ai une très bonne amie à vous présenter dans ce cas, une très belle femme qui travaille non loin d’ici. Pour ma part, je n’ai personne dans ma vie. La guerre ne favorise pas les rencontres et j’y ai consacré dix années de ma vie… par la force des choses, je suis voué à finir seul j’imagine. Enfin, je n’habite plus seul, c’est déjà ça ! Un genre de … colocation »

Une petite voix intérieure me criait souvent de la fermer, mais, je préférais masquer les détails plus que de ne rien dire pour ne pas m’embourber dans des mensonges sans fin. Plus j’allais mentir et plus les risques de me tromper un jour, par manque d’attention devenait grand. Avec la double vie que je menais, l’erreur pouvait-être fatale ! Et même si la jolie brunette semblait inoffensive au premier abord, elle semblait aussi plus intelligente que bon nombre de femmes… et une femme intelligente devenait fatalement une femme dangereuse à mes yeux. Je restais donc sur mes gardes.

« Je ne joue pas. Pas cette fois en tout cas. Disons que… j’essaye de me racheter une image d’une manière générale. Je n’ai pas envie que le nom d’Ethan Becker raisonne dans les esprits comme l’ivrogne du coin. J’ai fait des erreurs, des choix regrettables, j’ai terminé dans de sales états que vous connaissez que trop bien, mais…. Les gens changent. Et je ne vais pas te mentir, voir mes anciens potes alcooliques toujours à la même table dans le même état me fait un bien fou ! Le malheur des uns fait le bonheur des autres, c’est égoïste, mais c’est vrai. »

En réalité, les gens ne changeaient jamais complétement. J’étais plus riche, plus propre, j’étais excité en permanence comme une puce grâce à ce mélange de fierté et d’adrénaline lorsque j’entrais dans la peau de Balkhog aux côtés de Sasha. La peur de me faire chopper était constante, mais ne m’empêchait pas de dormir bien au contraire. Je prenais un plaisir fou à manigancer tout cela et ma conscience était déjà six pieds sous terre, alors, rien ne pouvait m’arrêter à présent. Cette face cachée du personnage, je n’allais évidemment pas la dévoiler à Kate… je préférais jouer la carte de l’homme sympathique qui essaye de se prouver à lui-même qu’il a évolué dans le bon sens.

« J’imagine que tu dois retourner travailler à présent ? » dis-je en voyant la jeune femme arriver prêt du filtre de sa cigarette.

Je pouvais déjà m’estimer heureux d’avoir réussi à écarter la demoiselle quelques minutes de son poste de barmaid, elle qui en temps normal ne quittait pas son comptoir et ne s’octroyait pas de répit. Ce rendez-vous était une petite fierté personnelle !

_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Ven 27 Avr - 7:39

5 Janvier 2050

Les deux jeunes gens poursuivaient leur conversation. Jetant un œil à l'intérieur, la barmaid constata que tout était calme et que absolument personne ne la sollicitait. Elle se mit à regarder de nouveau l'ex militaire qui poursuivait la conversation sur l'homosexualité de la brune. Un doux sourire se dévoila petit à petit sur le visage de la jeune femme. Il lui proposait de rencontrer une amie à lui qui travaillait dans le coin. Kate eut une pensée pour Riley. Cette femme qu’elle avait connu par le biais de Citseko correspondait à peu près à tout ce qu’Ethan venait de dire. Qui sait, c’était une ancienne militaire elle aussi, peut-être parlait-il d’elle et qu’ils s’étaient connus sur le champ de bataille ? Il parla alors du fait qu’il ne vivait plus seul depuis peu ayant adopté un genre de colocation. Comment pouvait-on avoir un “genre” de colocation ? Ce point attisa la curiosité de la barmaid.

Un genre de colocation ? Quelle différence avec une colocation classique ?

Elle se demandait quelle différence le jeune homme faisait entre une colocation et son “genre de colocation”. Cela faisait un peu penser à ce truc qu’on trouvait dans certains films et certaines séries, des amitiés améliorées. Toute sa vie, Kate avait couché avec des hommes sans le moindre sentiment. Pour autant, elle n’en voyait vraiment pas l’intérêt. Cela faisait six années qu’elle avait été sorti de ce bordel sans nom par sa mère. Depuis cet instant, plus un seul homme ne l’avait touché, même pas pour échanger un simple baiser. Étrangement, penser à cela attira son esprit vers cette soirée avec Henry et cette proximité qu’elle n’avait plus eu depuis longtemps. Elle avait dansé avec le beau brun, du jamais vu pour elle. La brune chassa rapidement ses pensées de son esprit. Elle s’interrogeait beaucoup trop sur ce souvenir ces derniers temps. Ethan était en train de lui dire qu’il ne jouait pas contrairement à ses habitudes. Kate avait l’impression qu’il était sincère ce qui l’étonna franchement. La dernière partie de ses paroles lui plurent beaucoup moins. Elle ne voyait pas l’intérêt de se comparer aux autres et encore moins de jouir du malheur d’autrui. Bon nombre s’était réjouit de la voir si misérable et si soumise. Ca n’était plus le cas aujourd’hui, mais sa seule envie n’était pas d’apprécier que les autres soient toujours dans une situation délicate mais de trouver un moyen de les aider. La barmaid décida d’ignorer la fin de ses paroles tout simplement.

Je peux comprendre que vous souhaitiez vous reconstruire. Pour autant, je ne vois pas l’intérêt réel de se racheter dans un bar. Techniquement, votre revirement nous fait simplement perdre de l’argent.

La brune avait prononcé la dernière phrase un petit sourire malin aux lèvres signifiant “Je préfère évidemment que cela soit ainsi”. Voir le garçon en pleine forme, sûr de lui, un job honnête en poche faisait vraiment plaisir. Mais contrairement à son interlocuteur, elle espérait que ses anciens potes alcooliques en fassent de même un jour. Kate savait pertinemment qu’elle ne pourrait pas les aider, les simples remarques qu’ils lui glissaient de temps en temps seraient bien plus importantes si elle leur montrait de l’intérêt afin de les aider. Fallon lui avait déjà dit qu’elle ne pourrait pas sauver tout le monde et c’était vrai. Mais elle pouvait essayer d’en aider le plus grand nombre. Malgré le fait qu’il semblait sincère, Kate ne pensait pas en faire autant. Depuis qu’elle s’était laissée aller avec Henry, elle se méfiait. Même le concernant, elle devrait se méfier à l’avenir. La jeune femme ne connaissait pas ni la vie ni les intentions du beau brun après tout ni d’Ethan.

Je vais effectivement devoir reprendre mon service sous peu. Encore merci pour les cigarettes.

Finissant sa cigarette, elle l’écrasa au fond du cendrier. La barmaid allait devoir reprendre du service et cette pause, bien qu’agréable, avait probablement trop duré.


Dernière édition par Kate Ward le Sam 5 Mai - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
Messages : 230
Célébrité : Andre Hamann
Alias : Balkhog
Métier officiel/officieux : Officiel Trader - Officieux, offre ses services financiers de manière illégal

Dossier Central
Equipe: Balkhog
Points de Baston: 7
Points de Marave: 0
Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Ven 27 Avr - 11:49


" Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais."
Rencontre avec une barmaid...
Ft Kate Ward
La venue d'Agrat à Europolis n'avait rien d'un secret. Seul le lien que j'entretenais avec le père de la demoiselle l'était, mais Kate n'allait probablement pas se mêler de ce genre de choses. Un mafieux et un trader amis, ça ne faisait pas vraiment bonne pub. Je décidais donc de ne pas dévoiler leurs noms et de conserver l’anonymat de mon invité, par simple précaution.

« Disons que... je n'ai pas eu vraiment le choix. Je rends service à un ami en hebergeant un membre de sa famille quelques temps. C'est toujours difficile de s'adapter à la vie à deux lorsque l'on a passé toute la sienne en solo. Mais bon... aider un vieil ami, ça ne se refuse pas. »

La réalité était différente, mais n'avait pas d'importance dans cette conversation. L'intervention suivante de la jeune femme me fit beaucoup rire. Elle avait le sens du commerce et dans le fond, elle avait raison. D'un point de vue rentabilité, entre un petit café et des dizaines de whisky dans une soirée le calcule était vite fait et l'affaire peu rentable pour le bar. Je compris toutefois dans l’intonation de Kate qu'elle se fichait bien du nombre de billets que je déposais sur la table et elle semblait plutôt contente pour moi de cette nouvelle situation et de ce nouveau style vestimentaire que j'arborais si fièrement. Mon intuition était la bonne, nous avions bavardé un bon moment et la petite pause initialement prévue le temps d'une cigarette s'était éternisée dans le temps. Bien que le moment eut été très sympathique, je n'allais pas la retenir plus pour ne pas lui causer d'ennuis lorsque son patron arriverai. Comme tout bon trader qui se respecte, j'avais toujours un petit calepin et un stylo dans la poche de ma veste, que je tenais dans mes mains. Je m'empressais donc de griffonner mon téléphone sur le morceau de papier avant que la jolie brune ne se sauve.

«  C'était sympa de te voir...plus sobre. Je te laisse mon téléphone au cas ou tu sois prise d'une folle envie de nicotine – dis-je en rigolant- ou … si tu as besoin de quoi que ce soit. Appel moi.»

Pour une fois, aucune tentative de drague. J'étais sincère et serais ravi de recevoir un appel de la jeune femme pour une future pause en cachette du big boss de l'établissement. Bavarder de tout et de rien, elle était de bonne compagnie et sa simplicité faisait du bien. Dans le monde des affaires nous étions plus habitué à faire des grandes courbettes focus autour de repas hors de prix, alors, se reconnecter à la vraie vie avec des gens simples et généreux, ça faisait beaucoup de bien.

« Bon courage pour le travail Kate ! A une prochaine ! »


A mon tour, j'écrasais la cigarette dans le cendrier prévu à cet effet et je détournais les talons pour contourner le bâtiment et rejoindre la rue principale, ni vu, ni connu. Les affaires reprenaient, j'avais un rendez-vous important avec de gros enjeux et rien qu'en y pensant, je regrettais déjà le moment passé aux côtés de la barmaid...

_________________

Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 1496
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    Dim 29 Avr - 16:45

5 Janvier 2050

Ethan lui expliqua qu'il rendait service à un ami en hébergeant quelqu'un de sa famille. C'était un geste honorable. La cohabitation avec une autre personne n'avait jamais été un problème pour Kate. En même temps, la seule personne à qui elle avait dû s'habituer était Fallon. Elles n'avaient eu aucun mal à apprendre à vivre ensemble étant donné que la barmaid avait totalement calqué la tueuse à gage. Dans son esprit, il était hors de question qu'elle soit un poids pour l'africaine qui l'avait sauvé et lui avait offert une seconde chance, une seconde vie. Plus le temps passait et plus la brune avait pris ses nouvelles habitudes en fonction de sa sauveuse tout simplement. Même si avec le temps, Kate avait appris à parler voir à contredire sa mère adoptive, au plus grand désespoir de celle-ci. La réaction du grand brun concernant sa nouvelle colocataire lui faisait penser aux réactions de Fallon lorsqu'elle agissait à l'encontre de ce qu'elle aurait aimé.

C'est gentil de ta part de rendre service à ton ami. Ce n'est pas un petit service que d'accueillir une personne qui t'es étrangère chez toi.

Ethan poursuivit en sortant un carnet et un stylo. La brune n'aimait pas ce geste. Souvent les hommes qui le faisaient devant elle étaient des idiots complets. Le beau brun marqua rapidement quelque chose dessus et lui remit le papier en la remerciant pour ce moment passé ensemble. Avait-il compris que son aveu d’homosexualité était un mensonge ? Elle ne comprenait pas vraiment les intentions du trader aussi restait-elle sur la défense. La barmaid lui adressa un petit sourire sympathique. Le garçon poursuivit en lui disant au revoir, tout simplement.

Bon courage à vous également et bonne fin de journée !

Kate pivota et pénétra dans l'établissement afin de reprendre son travail. Il fallait reconnaître que cette pause lui avait permis de penser un peu à autre chose. Bien que le jeune homme avait été de bonne compagnie, cela n'avait rien eu à voir avec les instants qu'elle avait passé en présence du jeune écrivain. Cette pensée lui procura un léger frisson dans le bas du dos. Elle se remua rapidement afin de revenir à l'instant présent. Récupérant les verres laissés par les clients partis et prenant les nouvelles commandes pour satisfaire ceux encore présents ou nouvellement arrivés, Kate se laissa entraîner par le rythme intense de son job. Son patron n'était pas là et aucune autre personne ne lui fit de remarques concernant sa faible absence. La soirée s'annonçait cependant assez longue et ennuyeuse. La brune espérait au moins qu'aucun homme ne l’importunerait une fois de plus avec des phrases toutes faites et vides de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] Ce qui est fait est fait, le passé ne revient plus jamais.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les démons de minuit [Livre 1 - Terminé]
» Mission Chapitre un : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» Fais moi rentrer... S'il te plait. [Livre I - Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Il fallait bien qu'on en parle [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: