AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Mar 20 Mar - 11:57

Un bar, une étudiante et un lieutenant


Christopher ϟ StubbornKate ϟ Venom


L’après-midi n’avait été qu’une succession d’imbroglios entrecoupés d’attentes. Pourtant, l’opération de police s’annonçait banale : une inspection de fond en comble dans un restaurant de Coal District, soupçonné de fraudes multiples. Fausses factures, blanchiment d’argent, travail au noir, hygiène douteuse, aliments frelatés, d’après les renseignements cet établissement bas de gamme cumulait les infractions. Divers services avaient été mobilisés pour ce sac d’embrouilles, mais il y avait eu confusion sur les dates et les intitulés des ordres de mission, comme si un diablotin (ou un flic bourré, à ce niveau de n’importe quoi la corruption était à exclure) s’était amusé à brouiller les cartes pour jouer un mauvais tour aux forces de l’ordre.
Ainsi, quand les gars de la police scientifique s’étaient amenés avec leurs kits de prélèvement d’empreintes pour contrôler la prolifération bactérienne, le lieutenant Hart comprit que la journée allait être longue. Après une série de coups de téléphone pour remettre l’inspection sur les rails, Christopher n’avait cependant plus rien d’autre à faire que se taper la discute avec les propriétaires, deux frères à l’haleine aussi fétide que leur supposée viande avariée.

La perspective de s’intoxiquer plus longtemps ne l’enchantait guère, pas plus que rester les bras croisés à surveiller les collègues faire leur boulot. Il avait donc informé l’équipe de son absence pour une bonne demi-heure (traduction : les gars, à dans une heure). En passant, il avait ramassé une dizaine de kits de prélèvement et un vaporisateur de Bluestar qu’il avait soigneusement rangés dans un sac opaque en bioplastique.

Cette affaire l’avait fait penser à Kate Ward, la jeune barmaid qui bossait le concours pour rejoindre la PTS (Police Technique et Scientifique, en jargon policier). Comme le bar où elle travaillait se situait à deux pâtés de maisons, il s’était dit qu’il pourrait passer la voir, boire un bon café (meilleur que le jus de chaussette des distributeurs automatiques) et prendre des nouvelles du quartier.
Sans être une indic ou une balance, l’étudiante occupait une place privilégiée parmi la communauté des soiffards-qui-parlent-beaucoup-après-quelques-verres, surtout quand la personne qui leur servait leur précieux breuvage était une jolie jeune femme. Un atout pour délier les langues et grossir les pourboires, mais plus que contrebalancé par les remarques et gestes salaces qu’elle subissait au quotidien. Il lui fallait du cran et une grande force de caractère, pour faire ce boulot.


Quand le policier franchit le seuil de l’établissement, laissant entrer une bourrasque d’air froid et humide (agrémenté d’un bon cocktail de particules cancérigènes), quelques paires d’yeux se tournèrent machinalement dans sa direction avec une vague curiosité. Christopher ne portait pas d’inscription « Police » sur le front, ni même d’attribut extérieur qui trahissait la nature de son métier. Néanmoins, son aspect propre sur lui et son manteau à 700 eurodollars tranchaient avec le délabrement de ce quartier aux allures de ghetto miséreux.
Les traits figés du trentenaire se détendirent dans un Ah ! de soulagement quand il aperçut Kate à son poste, affairée derrière le comptoir.

Du peu qu’il connaissait la barmaid, elle non plus n’était pas du genre à se tourner les pouces pendant les temps morts. La voir plongée dans des livres et des cahiers lui rappelait ses jeunes années estudiantines (treize ans, déjà). Sauf que le Londonien d’origine avait été formé dans l’environnement strict d’une école d’officiers, et n’avait pas eu à travailler en même temps dans un quartier malfamé. Cette volonté de s’en sortir, cette détermination à s’extraire d’une condition misérable pour exercer un métier utile à la société, Christopher la voyait rarement parmi la population civile.
Kate aurait pu se lancer dans une carrière plus lucrative, mais visiblement, s’afficher dans les magazines, animer une émission débile ou épouser un richard plus âgé de deux générations (on pouvait même cumuler les trois) ne figurait pas dans ses projets de vie. Elle y songerait sans doute plus tard, au cours de ces inévitables périodes de dépression que traversent tous les flics (chaque année, beaucoup échappait à ce mal endémique d’une balle tirée dans le caisson).

Quoi qu’il en soit, Christopher respectait cette personne volontaire et l’appuyait (modestement) dans sa démarche. Il approcha du comptoir avec un franc sourire, secouant malicieusement son sac en plastique l’air de dire Regarde les cadeaux que je t’apporte ! En ajoutant une barbe blanche et un bonnet pompon, on aurait pu le gratifier d’un « assez bien » pour son interprétation du Père Noël.

— Bonjour, Kate ! dit-il en posant le paquet sur le comptoir.

Christopher pencha la tête en avant, attendant que la jeune femme imite son geste pour chuchoter sur le ton de la confidence.

— Je vous apporte un peu de luminol et des kits de prélèvements pour le sang, la salive, les empreintes… de quoi bien vous exercer en prévision des épreuves pratiques. Et puis, ça aide aussi à intégrer la théorie.

Le lieutenant conclut avec un clin d’œil et un hochement de tête complice qui semblaient dire OK, maintenant il vaut mieux ranger le matos à l’abri des regards indiscrets.

Il s’installa ensuite sur une des chaises hautes disponibles, comme si rien ne s’était passé. Le trentenaire avait l’air d’un client lambda, heureux de partager un moment de convivialité.

— Un café, s’il vous plaît. Sans sucre, comme d’habitude.

Le lieutenant jeta un regard autour de lui, comme un lapin vérifiant l’absence de danger autour de son terrier. Soucieux de sa sécurité et de celle des autres, il renouvèlerait à plusieurs reprises ce geste instinctif.

— Comment se passe votre journée, Kate ? Aucun problème particulier ?

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Mer 21 Mar - 19:57

Une fois de plus, le programme de Kate pour cette nouvelle journée était bien rempli et c’était tant mieux. La veille au soir ne s’était pas franchement bien finie avec sa mère. Fallon avait fui et elle n’avait eu aucune nouvelle de la nuit. Elle le savait parce qu’elle avait tout juste somnolée s’inquiétant beaucoup trop pour l’africaine. Levée à 7h, soit relativement tôt pour quelqu’un qui rentrait du travail vers 2h du matin et qui n’avait pas franchement dormi, elle s’était activée pour faire les repas de la journée et boire un bon jus d’orange fraîchement pressé. Le café n’avait jamais été sa tasse de thé. La brune se prépara des tartines de beurre et un peu de jambon et fit infuser un thé vert avant de retourner dans sa chambre sur son bureau. A chaque instant elle espérait entendre la porte d’entrée signe que l’africaine serait rentrée. Elle devait continuer de travailler et avait pris l’habitude de manger en bossant son concours. De retour dans sa chambre, la jeune fille prit place sur sa chaise et reprit ses recherches de la veille.

Ces derniers temps, la brune avait orienté son apprentissage sur le droit pénal. Les travaux que réalisait la PTS étaient souvent utilisés comme preuve pour inculper un criminel. Aussi, il n’était pas rare de retrouver un membre de cette équipe à la barre pour expliquer devant le juge la procédure suivi pour obtenir la dite preuve et les résultats qui en avaient été obtenu. Il fallait donc mieux ne pas avoir peur du grand public, les grosses affaires étaient souvent ouvertes au public pour ne pas que les personnes ayant travaillé sur l’affaire soient harcelées par la presse à la suite du verdict. Le droit encadrait donc de façon très précise les procédures de la scientifique et la moindre erreur pouvait transformer une preuve irréfutable en une preuve irrecevable aux yeux de la loi. Bons nombres d’affaires avaient déjà été classé sans suite dans des cas comme celui-ci et la brune espérait au fond d’elle que cela ne lui arrive jamais. Remettre en liberté un criminel à cause d’une erreur dans la procédure était une chose horrible.

Plongée dans ses livres, Kate ne se rendit pas compte que l’heure tournait si vite. Elle avait à peine levé ses fesses de sa chaise pour aller chercher à nouveau un truc à manger vers 14h avant de se replonger dans ses études si bien qu’à 16h30, elle dût alors s’activer comme jamais. Elle prit rapidement une douche chaude du corps puis sauta dans les premières fringues qui lui passèrent sous la main. La brune se retrouva donc vêtue d’un slim bleu foncé, d’un débardeur noir avec un peu de dentelles et une petite veste noire. Elle attacha ses cheveux rapidement en un chignon coiffé-décoiffé, mit du fond de teint afin de dissimuler les traces de son cocard (chose totalement inhabituel chez elle) et attrapa son manteau noir avant de se diriger vers la sortie de leur appartement. Elle cria à Fallon qu’elle partait, par habitude, puis se stoppa net. Sa mère n’était pas là, elle pouvait donc crier tant qu’elle voulait cela ne changerait rien. Enfilant une petite paire de ballerines à talons, elle partit en courant à son travail après avoir fermé l’appartement à clé.

Aujourd’hui, jour de semaine, Kate allait être seule au bar de l’ouverture jusqu’à la fermeture. Les journées de ce style comportaient généralement peu de clients ce qui justifiait d’être seul pour gérer. D’un autre côté, malgré le peu de clientèle, le fait d’être seul dans le bar amenait beaucoup de tâches à faire et donc une journée bien remplie, sans aucune halte ou presque. Ce type de journée allait parfaitement lui convenir. Arrivée au bar, la jeune fille jeta sa veste dans l’arrière-boutique avant de s’activer. Elle devait mettre la salle en ordre pour l’ouverture qui devait arriver dans seulement quinze minutes. C’était un véritable challenge. Mais elle était habituée à cette activité soutenue. La jeune fille eut même le temps de commencer le cocktail du jour pour la soirée avant d’ouvrir. Elle eut également le temps d’avoir une pensée à sa mère à qui elle envoya un autre message.

Après avoir déverrouillé la porte et tourné le panneau sur « Ouvert », la brune s’activa derrière son bar. L’avantage de ce type de journée, c’est que les clients arrivaient seuls ou par deux. Elle pouvait donc prendre le temps avec chaque client pour discuter un peu ou revenir les voir pour demander s’ils avaient besoin d’autres choses. Il y avait cet habitué qui arriva peu de temps après l’ouverture alors que le bar était peu rempli. C’était un jeune homme brun qui devait avoir à peu près son âge. Il venait quasiment tous les jours aussi Kate se souvenait parfaitement de sa commande. A peine était-il entré qu’elle avait commencé à préparer son Cosmopolitan. Elle sortit de derrière son bar avec le verre sur un plateau se dirigeant vers cette même table qu’il occupait sans arrêt. La jeune femme le salua poliment tout en déposant le verre sur la table un petit sourire aux lèvres. Elle n’aurait jamais pensé que voir ce client si discret et gentil l’apaiserait un tant soit peu. Même s’il ne disait pas grand-chose, le beau brun était gentil, un des rares de sa tranche d’âge à traîner dans ce bar sans lui faire du rentre-dedans grossier. Elle se disait même que pour une fois, un homme ne s’intéressait pas à elle et ça lui faisait plaisir.

Quelques minutes après, c’est une autre connaissance qui franchit le pas de la porte : le lieutenant Hart. Cet homme semblait très sérieux dans son travail, très professionnel. La brune l’avait connu lors d’une enquête liée au braquage d’un autre bar du coin. Elle avait vu les hommes s’enfuir et avait donc fait une déposition auprès du policier. Une chose en entraînant une autre, elle s’était retrouvée à discuter de ses études et son intégration potentielle future au sein de la Police Scientifique. Le lieutenant avait porté un intérêt à son cursus, à l’avenir qu’elle souhaitait. Connaître quelqu’un n’allait peut-être pas l’avantager mais cela pouvait au moins la rassurer un peu. Une fois arrivé à la hauteur du bar, ce dernier agita un sac blanc sous son nez.

Bonjour Monsieur Hart !

Le voyant se pencher au-dessus du comptoir elle en fit de même. Ce qu’il avait à lui dire était la bonne nouvelle dont elle avait besoin. Obtenir ce type de matériel était introuvable pour un particulier. Un grand sourire aux lèvres elle se saisit du sac tout en adressant un merveilleux sourire au lieutenant.

C’est génial je vous remercie.puis, elle baissa le ton afin que personne ne puisse entendre, Cela ne va pas vous créer de problèmes j’espère ?

Puis elle lui adressa un clin d’œil en se dirigeant vers la machine à café pour lui préparer sa commande. Elle fut de retour très rapidement avec la tasse remplie de café noir pour Mr Hart.

Voici ce que vous avez demandé. Je dirais guère différente que les autres. Et vous, que faites-vous dans le coin ? J’espère que vous n’êtes pas venu exprès pour m’amener ses beaux cadeaux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Jeu 22 Mar - 21:50

Christopher était heureux de voir son modeste cadeau étirer les lèvres de Kate. Ça changeait des dents pourries que les suspects du jour exhibaient avec zèle (peut-être était-ce une tactique pour déstabiliser l’enquêteur). Dans la pétulance de son regard, il reconnaissait l’enthousiasme communicatif de la jeunesse.
Autour d’un de ses yeux, une épaisseur exagérée de fond de teint dissimulait les contours d’un œil au beurre noir, le genre de lunette que portent les ratons laveurs. Les policiers étaient malheureusement habitués à ce genre de maquillage, notamment dans les affaires de violence conjugale.
Polie, la barmaid demanda au chapardeur s’il ne risquait rien à soulager l’EPD de quelques kits.

— Tant que vous n’en faites pas étalage, il n’y aura pas de problèmes. En revanche, j’espère bien que cela contribuera à poser un tas énorme de problèmes aux criminels que vous réussirez à compromettre. Le genre de crapule qui distribue les beignes à tire-larigot.

Comme en miroir à la jeune femme, Christopher caressa autour de son œil la zone où transparaissait le coquart. S’il n’avait pas lancé de question directe, le lieutenant ne pouvait garder le silence devant cette marque de coup.

La barmaid revint bientôt avec la commande du policier, alors que son esprit commençait à divaguer du raton laveur au panda. Il se sentait plus fatigué qu’il ne l’aurait cru. Ou las, plutôt que fatigué. Un café suffirait à le requinquer.
Le breuvage coulait aussi rapidement qu’un distributeur automatique, mais la machine professionnelle broyait directement les grains du café au lieu d’employer une poudre lyophilisée d’origine douteuse. Oh, le café souffrait de la comparaison avec les boissons hors de prix des beaux quartiers, mais Christopher s’en contentait très bien.

— Merci, dit-il poliment quand la sous-tasse glissa jusque sous son nez.

La journée était ordinaire, selon Kate. Une nouvelle que le lieutenant digéra avec un mélange de satisfaction et de frustration. D’un côté, on pouvait se réjouir qu’aucun drame ne se soit produit ; de l’autre côté, le limier aimait bien avoir un os à ronger. En plus, il aurait une excuse pour retarder son retour à cette ennuyeuse inspection.

— J’ai une équipe qui perquisitionne actuellement le Chipsy King, un restaurant à deux pâtés de maisons (Chris étira un bras en direction de l’établissement). Je vous y emmènerais bien pour voir comment bossent les gars de la PTS, mais c’est déjà un peu le bazar et en plus, vous êtes seule à tenir la boutique cet après-midi.

Christopher soupira. Il avait envie de se changer un peu les idées. Puisqu’il avait une bonne demi-heure devant lui, autant la consacrer aux projets de Kate. Après tout, elle serait peut-être (sûrement) bientôt de la maison et il la connaissait en réalité très peu, la voyant uniquement lors de brefs passages dans le coin.
Il n’avait même pas consulté le dossier de la barmaid dans la base de données de l’EPD. Auquel cas, en fouillant plus en profondeur, il aurait pu découvrir les documents d’adoption et y voir la photo de la femme mystère rencontrée lors d’une soirée clandestine, laquelle n’était autre que la mère adoptive de Kate.

— À ce propos, est-ce que vous avez déjà songé à une spécialité ? La PTS regroupe un vaste panel de sciences et technologies. Entre l’analyse ADN et la ballistique, les compétences et le travail varient énormément. Vous pensez rester polyvalente ou certains domaines vous attirent plus que d’autres ?

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Ven 23 Mar - 19:31

Le lieutenant se montrait plutôt sympathique à son égard. Kate en était plutôt contente, elle ne serait pas totalement perdue dans la police avec ce visage familier. L’attitude de Christopher vis-à-vis d’elle semblait assez bienveillante. Elle espérait que cela se confirmerait dans le temps et qu’elle arriverait à se fier à lui au moins sur le plan professionnel. La brune était toutefois rassurée que son petit cadeau ne puisse lui apporter plus de problèmes que cela, elle s’en aurait voulu. Elle lui adressa un petit clin d’œil lorsque le représentant de l’ordre lui dit qu’il espérait que cela lui soit profitable pour coincer les criminels. Elle fit comme si de rien n’était concernant sa dernière remarque. La jeune femme espérait qu’il n’allait pas entrer dans le vif du sujet concernant son œil au beurre noir. Après tout, l’expérience qu’avait le lieutenant lui permettrait sûrement de comprendre que son excuse était un bon gros mensonge. La gestuelle de Christopher ne lui échappa, il faisait bien référence à sa propre marque. Elle allait devoir être prudente dans ses propos. Le lieutenant Hart lui expliqua qu’une perquisition avait lieu dans un restaurant non loin, le nom lui parlait vaguement. La brune fut déçue par les propos de son interlocuteur qui était fondé. Elle était seule cet après-midi, il était donc hors de question qu’elle abandonne le navire même si elle en mourrait d’envie.

J’aurais fort apprécié de voir des professionnels en action mais effectivement cela est impossible. Et puis je ne suis pas sûre que cela aurait été bon pour vous d’amener une civile non ?

De toute évidence le lieutenant Hart était venu pour la voir, le présent qu’il lui avait fait en était la preuve. Aussi, Kate espéra bien glaner quelques informations sur le fonctionnement de la police et en particulier celui de la police scientifique. Celui lui demanda alors si elle avait une préférence parmi les nombreux domaines que couvrait la PTS. La jeune femme y avait déjà songé mais elle n’était pas encore décidée. A vrai dire, l’analyse ADN l’intéressait bien sur le papier mais elle attendait d’être plus expérimentée pour cela. Tant que la pratique n’était pas ancrée, elle ne pensait pas être capable de dire que ce sujet l’attirait plus que les autres.

Je ne suis pas encore sûre de moi à ce niveau-là. Je ne sais pas à quel moment il me faudra me décider et n’ayant encore jamais pratiqué à titre professionnel, je me dis que les rares entraînements que j’ai pu faire ne sont pas forcément en corrélation avec la réalité.

Un homme attira son attention aussi la barmaid fit un signe de tête d’excuse au lieutenant avant de s’éloigner. Le client en question souhaitait une autre pression. La jeune femme s’activa et encaissa l’homme avant de revenir vers Mr Hart. Elle avait quelques questions qui lui trottaient dernièrement dans la tête et se demandait s’il ne pourrait pas lui donner certaines réponses.

Je me demandais : est-ce qu’un stage avant le concours est possible ? Je commence à tourner un peu en rond au niveau des révisions et de la partie théorie et je n’ai pas encore reçu le contenu complet du concours. Je dois d’ailleurs me rendre au service de police pour obtenir les dernières informations afin de terminer les formalités liées à mon inscription.

Si y a bien une chose dont Kate était certaine, c’était que la date limite était d’ici quinze jours c’est pourquoi elle voulait s’y rendre cette semaine à la base. Mais avec ce qui était arrivé la veille, la brune avait préféré éviter le poste de police avec le visage qu’elle avait. Elle espérait que les marques seraient parties d’ici quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Sam 24 Mar - 13:34

Le lieutenant s’amusa de l’inquiétude que nourrissait Kate à son égard, une inquiétude typique des bleues chez qui les règles imposaient des commandements incontournables. Dans la réalité, c’était un peu comme à l’école : un gosse de maternelle lève poliment la main pour demander à la maîtresse d’aller faire pipi, là où un étudiant quittera la salle de cours pour aller se dégourdir les jambes, jouer à qui-pisse-le-plus-fort dans l’urinoir et sniffer une ligne de coke pour stimuler les dix neurones ayant survécu à ses addictions. Dans toute profession, l’expérience et la réputation permettaient de s’arroger certains passe-droits, à condition de ne pas franchir les limites et d’en assumer les responsabilités.

— Vous savez, Kate, un officier avec quinze ans de service peut se permettre quelques largesses avec la procédure. J’imagine que même ici, dans un bar comme le vôtre, vous ne demandez pas systématiquement les papiers d’identité aux jeunes qui semblent à la limite d’âge pour consommer de l’alcool. Surtout en cas d’afflux de clients pressés, et pour malheureuse pression à 5°.
Le tout, c’est de savoir faire face aux conséquences en cas de problème. N’allez pas imaginer qu’on se moque du règlement, mais aucun texte ne pourra jamais prendre en compte toutes les situations. Personnellement, je trouve très formateur pour les aspirants de passer sur le terrain. La réalité n’est jamais comme dans les manuels. Ou plutôt, aucun manuel ne pourra jamais retranscrire une authentique opération, même avec leurs simulations en réalité virtuelle. Certaines expériences doivent se vivre, c’est tout.


Il avait commencé à parler avec un sourire amusé sur un coin de la bouche, mais son expression devint plus sérieuse en abordant la responsabilisation.
Kate répondit ensuite sur son choix de spécialité, ou plutôt son absence de choix à cette heure.

— Je vois. Je vous posais la question, car certains candidats désirent rejoindre la PTS pour mettre en pratique une véritable passion au service du bien commun. En tant que débutante, vous aurez sûrement l’occasion de naviguer entre les services au cours des premiers mois, selon les besoins en effectifs. Cela dit, plus tard vous demanderez une spécialité, moins vous aurez une chance de l’obtenir. Mais si vous vous montrez particulièrement brillante, vous pourrez sûrement toucher à tout. Il y a de vrais génies dans la police scientifique, c’est d’ailleurs dommage qu’on parle si peu de tous ces travailleurs de l’ombre.

La discussion fut ensuite interrompue par un client. Christopher en profita pour vider la tasse de café qui commençait à refroidir.
Il ne le mentionnerait guère à voix haute, mais si Kate rentrait dans la police scientifique et y faisait du bon travail, les journalistes trouveraient intérêt à l’interviewer. Sans entrer dans la caricature, les geeks de la TPS étaient rarement aussi photogéniques que la jeune barmaid. La presse se délecterait sans doute d’un tel profil (le genre qui gonfle les ventes), contribuant populariser le métier et le mérite de ces savants, ingénieurs et techniciens au service de la population. Un mal pour un bien.

À son retour, la barmaid l’interrogea sur les possibilités de stage.

— Les stages dans la PTS sont ouverts à tous. Enfin, à tous les citoyens de l’Union Européenne en situation régulière et sans casier, cela va de soi. En revanche, il y a peu de place pour énormément de demandes et les services sont limités. Vous vous doutez bien que les civils ne doivent pas avoir accès aux enquêtes en cours, même en signant un accord de non-divulgation. Si vous n’avez pas encore présenté de demande, vos chances d’obtenir une place avant le concours sont à peu près nulles. En revanche, je pourrais me demander à un ancien collègue de vous faire une petite visite guidée. Qu’en dites-vous ?

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Sam 24 Mar - 21:43

La brune avait l’impression qu’on se moquait d’elle. Gentiment évidemment mais de toute évidence, le lieutenant Hart n’avait pas d’inquiétudes vis-à-vis du matériel qu’il avait subtilisé. Cela la rassura quelque peu, elle n’aurait pas aimé mettre quelqu’un dans l’embarras parce qu’il lui avait rendu un service. Sa remarque concernant sa façon de gérer son propre travail la déconcerta. A vrai dire non, la jeune femme faisait consciencieusement son travail. Elle avait trop à perdre au vu de la carrière dans laquelle elle souhaitait se lancer. Déjà que la jeune femme ne savait pas comment cela se déroulerait si qui que ce soit apprenait son passé de catin.

Je ne pensais pas que vous étiez le genre d’homme à user de privilèges de la sorte.

Elle lui rendit son sourire amusé. Le lieutenant Hart donnait envie d’avoir une confiance presque aveugle. C’était dangereux comme appréhension. Kate n’avait pas envie de douter de ses bonnes intentions. Mais elle se devait de rester prudente. Il fallait qu’elle se méfie même de ses propres instincts. Il poursuivit sur les spécialisations dans la police scientifique. Naviguer entre les différents services était une idée qui lui plaisait bien. Pour autant, saurait-elle sa voie avant qu’il ne soit trop tard ? Les aveux de l’homme qui lui faisait face étaient comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Elle craignait de ne pas réussir sur ce point. Il est vrai que chaque spécialité était unique mais également passionnante et très utile dans les enquêtes. La brune avait cependant de gros doutes sur sa capacité à gérer tous les domaines. Les maîtriser tous étaient donc une chose impensable.

Je vous remercie de vos conseils. J’avoue que je me plais dans de nombreux domaines. J’espère que les passages dans chaque service sur le terrain m’aideront à faire un choix rapidement. Je ne pense pas pouvoir intégrer votre équipe de génie.

Elle agrandit son sourire en prononçant la dernière phrase. La jeune femme ne savait pas trop ce que pouvait penser le lieutenant d’elle. Après tout, ils se connaissaient peu. Elle n’imaginait pas le policier prendre de son temps afin d’enquêter sur elle uniquement parce qu’elle souhaitait rejoindre la PTS. Les réponses qu’elle obtint concernant les stages dans la police scientifique étaient celles qu’elle redoutait. Sa déception s’était-elle lue sur son visage pour que Christopher lui fasse cette proposition ? D’un côté, Kate était ravie de la proposition mais aussi gênée. Est-ce qu’on pouvait estimer que cette visite lui donnerait un avantage certain pour le concours ? Probablement pas mais la jeune femme avait cette crainte de se voir attribuer un poste et que tout le monde pense qu’elle ne le méritait pas.

C’est très gentil de votre part. Vous allez encore user de vos privilèges mais le pouvez-vous pour moi ? J’avoue être très intriguée par la réalité des choses que j’imagine bien différente de la théorie de mes bouquins.

La jeune femme espérait que sa remarque ne vexe pas le policier car là n’était pas le but. Elle avait un peu agrandit son sourire en parlant de ses privilèges afin de lui faire comprendre l’humour de sa remarque. Elle était toutefois mal à l’aise de profiter de la situation tandis que cela ne semblait pas gêner le moins du monde le lieutenant Hart. Dans l’idéal la brune aurait préféré refusé pour ne pas être avantagé par rapport à d’autres. D’un autre côté, un autre serait-il prêt à faire le même choix qu’elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Dim 25 Mar - 11:06

Derrière la légèreté qui teintait leur échange sur les privilèges, Christopher cachait des secrets bien plus lourds et inavouables. Pas de ceux qui le classeraient parmi les flics véreux, mais qu’une civile ordinaire n’apprécierait certainement pas. Une apprentie tueuse à gages, en revanche…

Quoi qu’il en soit, les policiers qui intervenaient à Coal District n’étaient pas des tendres (ceux-là se faisaient bouffer, ou rentrer chez leurs mamans la morve au nez). On arrête rarement des cinglés armés jusqu’aux dents avec de belles paroles. Certains flics franchissaient la ligne rouge et s’accordaient avec les gangs, par pragmatisme ou intérêt personnel. Dans tous les cas, Kate devait être au courant de ces pratiques en tant qu’habitante du quartier. Le sourire et le trait d’humour dissimulaient peut-être une basse opinion du lieutenant, avec une attitude avenante que les barmaids savent si bien feindre.

Si elle réussissait le concours, elle apprendrait vite la réalité une fois dans la police. Une réalité aussi contrastée que les colonnes des faits divers publiées par le Continental Globe.

— Un des avantages avec le métier de policier, c’est qu’on a la possibilité de servir Europolis et ses habitants. On en a même l’obligation, mais nos « privilèges » comportent une ribambelle de droits que les citoyens n’ont pas, écrits ou tacites. Le piège, c’est de se laisser entraîner sur une pente glissante et trahir notre serment initial. L’intégrité morale et le sens du devoir sont les deux garde-fous essentiels qui évitent pareille déviance. Et de votre côté, Kate, quelles sont vos aspirations ? Nous avons vaguement abordé le sujet lors de nos premières rencontres, mais maintenant que vous êtes engagée de longue date dans cette voie, qu’est-ce qui vous motive le plus à rejoindre la police scientifique ?

Les questions précédentes du policier avaient déjà montré que la passion pour les sciences n’était pas à l’origine de sa démarche. Christopher avait déjà son idée sur la question, mais celle-ci était peut-être erronée. À vrai dire, s’il interrogeait ainsi la barmaid, c’était davantage pour elle que pour lui. Se poser les bonnes questions, plonger dans les tréfonds de son être pour y saisir le cœur palpitant de ses aspirations premières, trop de personnes ignoraient cette phase d’introspection avant un choix de carrière. Et finissaient par s’en mordre les doigts.

Sur le sujet de la police scientifique et de ses spécialités, Kate donnait l’impression d’avancer dans le brouillard, sans prétention sur ses capacités. Réalisme ou manque d’ambition, Christopher était mal placé pour juger la jeune femme. À son âge, la majorité des étudiants se trouvait dans le même cas. Tout ce que le lieutenant pouvait faire, c’était souffler dans ses voiles tandis qu’elle tenait le gouvernail. Un policier bien intentionné n’avait pas les aptitudes d’un conseiller d’orientation, et il était loin de connaître la PTS sur le bout des doigts.

— Je ne le fais pas seulement pour vous, Kate, mais pour l’avenir d’Europolis. Une barmaid de Coal District qui intègre les forces de l’ordre, c’est un bel exemple pour le quartier, une source d’inspiration pour les petites filles, les familles dont l’horizon est couvert de sombres nuages. J’hésitais à vous en parler, car je ne voulais pas vous mettre ce genre de pression sur les épaules ni vous donner le sentiment de devoir vous lancer dans cette voie. Soyez néanmoins consciente que certains actes, certaines réussites, ont une portée bien plus grande que notre personne. Voyez ce que Vampyr a pu accomplir et inspirer dans cette ville, même si derrière l’icône se trouvait sans doute un groupe d’associés.

Le policier s’arrêta un instant pour tirer son téléphone de sa veste et pianoter un texto.

— Voilà, j’ai envoyé un message à mon ancien collègue. Il est à la retraite aujourd’hui, mais a passé toute sa carrière dans la police scientifique. Je vous recontacterai pour vous tenir au courant.
Pour en revenir à ce que je disais, ce n’est pas un traitement de faveur que je vous fais. Un traitement de faveur, du piston pour dire les choses telles qu’elles sont, ce serait d’aller voir les RH et essayer de négocier votre nom en tête des candidates stagiaires. Or je crois à l’égalité des chances et au mérite. Une petite visite guidée ne remplacera pas un stage pratique sur plusieurs semaines.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Dim 25 Mar - 13:28

Christopher se lança dans une explication très connue du métier de policier. Evidemment, elle était en accord avec ce que le lieutenant lui énonçait. Ce poste pouvait confier des avantages mais il impliquait également de grands devoirs et de grandes responsabilités. Kate en était bien consciente bien qu’au fond d’elle, elle se demandait à quel point elle pouvait encore se trouver loin de la réalité du quotidien des flics. Les questions qu’il lui posa la prirent de court. Etait-il possible de s’engager dans la police sans réellement le vouloir ? Il s’agissait d’un métier sérieux, demandant de un réel investissement, et faisant prendre des risques, surtout dans une ville aussi dangereuse que l’était Europolis. La brune aimait énormément les domaines de la science que ses études lui avaient faite abordées. Pour autant, elle s’était orientée dans cette voie pour la simple et bonne raison qu’elle voulait rendre justice et mettre les vilains en tôle.

Il est évident pour ma part que ce que je souhaite le plus est de mettre les criminels derrière les barreaux pour aider à ramener enfin un peu de calme et de paix dans cette ville. Et vous lieutenant, pourquoi avez-vous intégré la police au départ et pourquoi en faites-vous toujours parti ?

Son questionnement pouvait sembler dépasser mais elle n’avait fait que lui retourner la question. La brune était curieuse de savoir si Mr Hart avait changé d’objectifs en cours de route. Il n’était pas anormal de changer sa façon de penser, ses envies avec le temps. Mais il était toujours présent, fidèle au poste. Avait-il fait des concessions pour cela ? La jeune femme savait pertinemment qu’il existait des ripoux dans la police. Elle en avait connu du temps de l’organisation de Keaton. C’était l’une de ses plus grosses angoisses de mettre les pieds au commissariat et qu’un homme la reconnaisse pour ses activités passées. La réplique suivante du lieutenant la déstabilisa également. Comment pouvait-il la voir comme un modèle ? Il semblait avoir une grande confiance en elle pour penser cela et lui en parler. Il n’avait pourtant jamais échangé plus que cela.

Croyez-vous réellement qu’une personne comme moi puisse avoir un impact comme celui que Vampyr a eu ? Je ne suis qu’une simple jeune femme qui a fait ses études pour intégrer la Police Scientifique, rien de plus.

La brune n’eut pas le temps de réagir que Mr Hart avait saisi son téléphone à la vitesse de l’éclair comme s’il avait dégainé. En deux temps trois mouvements il avait tapé un message qu’il avait immédiatement envoyé. On aurait dit que le lieutenant avait lu dans les pensées de la barmaid. Mais ce qu’il disait était vraisemblablement réaliste et effectivement une visite ne compenserait pas un stage. Elle avait été idiote de ne pas s’y prendre avant. Entre les études, le boulot et l’entretien de l’appartement, ses journées étaient pleines à craquer et c’est sa mère qui lui avait dit qu’elle aurait dû s’occuper de cela plus tôt. Là n’était pas sa veine, si l’absence de stage lui faisait rater le concours, Kate était bonne pour attendre une année de plus avant de changer de boulot.

Je vous remercie de ce que vous faites pour moi. J’ose espérer que je saurais m’en montrer digne. Même si cela ne remplace pas un stage de plusieurs semaines comme vous dites, cela sera toujours mieux que rien du tout. Vous êtes en train de rattraper ma propre négligence.

Que le lieutenant Hart soit passé aujourd’hui à son bar était une véritable chance. La brune espérait seulement qu’elle ne se trompait pas sur son compte. Si elle réussissait à intégrer la PTS, elle serait amenée à travailler avec le lieutenant tôt ou tard. Si elle devait apprendre par la suite qui trempait dans des affaires pas nettes, la jeune femme serait déçue certes, mais elle ne lui ferait pas de cadeau. Elle comptait bien mettre ses connaissances à profit pour mettre toutes personnes ayant commis un crime derrière les barreaux. Enfin toutes, non évidemment, elle comptait tout faire pour conserver sa mère en dehors des enquêtes la concernant. C’était aussi une des raisons qui l’avait motivé à prendre cette voie.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Dim 25 Mar - 17:38

La réponse de Kate sur ses aspirations et motivations à rejoindre la police scientifique fut loin de satisfaire le policier. Elle semblait sortir tout droit du Comment passer un entretien d’embauche sans se planter, chapitre Forces de police, paragraphe Réponse que les examinateurs veulent entendre, sans vous mouiller. Soit la barmaid avait un profil d’idéaliste naïve, soit elle dissimulait des raisons plus profondes.
Christopher, quant à lui, avait appartenu aux deux catégories. Un père policier lâchement abattu lors d’un banal contrôle routier, quand on est gamin, ça marque. Et tant d’autres événements s’étaient déroulés depuis. La première moitié du XXIe siècle avait jeté un voile d’horreur et d’obscurité sur la planète, même un Européen sans carrière militaire comme Chris avait connu son lot de malheurs. Pourtant, il faisait partie des privilégiés dans ce monde qui ne tournait plus rond.

Le lieutenant n’avait aucune envie de se confier à une jeune barmaid qu’il connaissait à peine. S’il pouvait se montrer prolixe dans ses discussions, aborder sa vie privée avec une possible future collègue avait tendance à le fermer comme une huître. Il avait fallu plusieurs années de vie commune pour qu’il s’ouvre entièrement à Lauren ; la mort et la trahison de son aimée l’avaient (re)plongé dans le mutisme de la solitude.
Le ton restait néanmoins neutre. Christopher n’était pas du genre à envoyer quelqu’un sur les roses pour une question innocente.

— C’est une réponse qu’on attendrait davantage d’une postulante à la criminelle, pas à la police scientifique. Certes, vous contribuerez à faire avancer des enquêtes criminelles, mais vous serez beaucoup plus éloignée de l’action qu’un officier comme moi. Bien que, là encore, tout dépendra de vos choix et de vos compétences. En ce qui me concerne mes propres motivations, c’est une longue histoire, je vous la raconterai peut-être un jour.

Sans doute jamais, se garda-t-il d’ajouter.

Évoquer le nom de Vampyr sembla déstabiliser la jeune femme. Ce personnage unique avait chamboulé la vie de maints citoyens d’Europolis, y compris Christopher. Jamais il n’avait eu l’intention de comparer la barmaid à ce héros, mais son nom était le premier qui lui était venu à l’esprit pour illustrer ses propos.

— Bien sûr que non. Vampyr était unique, le contexte aussi était unique. J’essayais simplement de vous expliquer ma démarche, en vous faisant prendre conscience que nous ne vivons pas dans un monde fermé. Toutes nos actions, aussi futiles soient-elles, ont un impact sur les personnes qui nous entourent, parfois même sur des individus que nous ne connaîtrons jamais. C’est une grande source de motivation, mais aussi une grande responsabilité. Une barmaid de Coal District qui intègre la PTS, sans sortir directement d’une bonne école, ce n’est pas anodin. En tout cas, pour ma part, j’estime que c’est courageux et que c’est le genre d’impact positif dont le quartier a besoin.

Le lieutenant fixa sa tasse de café vide, qu’il faisait machinalement tourner entre ses mains.
Modestie ou inconscience, Kate ne semblait pas mesurer l’espoir qu’elle représentait. Pas celui de changer le monde, mais d’y contribuer modestement à l’échelle de son entourage. Elle comprendrait sûrement mieux le nez plongé dans la merde d’Europolis à longueur de journée, même si ce « privilège » était l’apanage des simples agents de police et des officiers sur le terrain.
Comment lui expliquer ce que ses yeux voyaient tous les jours  ?
Christopher releva la tête et plongea ses yeux océan dans ceux de la barmaid. Le regard et la voix du policier devenaient plus intenses lorsqu’il évoquait l’expérience concrète de sujets qui lui tenaient à cœur.

— Tous les jours, nos patrouilles croisent des gamines qui se prostituent pour payer leur came. Pour nous, ces filles ne sont pas une simple ligne de statistiques dans un rapport annuel, ou un bref reportage-choc sur Euronews qu’on oublie deux jours après. Arrêter ces filles, les salopards qui les fournissent et les enfoirés qui profitent sexuellement de leur misère, c’est bien beau, mais la répression n’est qu’une partie de la solution. Surtout que la majorité récidive une fois sortie de taule.
L’exemple d’une personne travailleuse comme vous, qui ne démarre pas avec toutes les cartes en main comme les jeunes des beaux quartiers, pourrait en inspirer quelques-unes et changer radicalement des vies. Pas seulement les leurs, mais aussi celles de leurs familles. C’est de ce genre d’effet boule de neige, dont je parlais tout à l’heure. C’est avec ce genre de motivation que, selon moi, vous trouverez la volonté de vous dépasser. En vivant et en travaillant ici, vous savez forcément de quoi je parle.


_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Dim 25 Mar - 19:40

Mr Hart ne semblait pas avoir accueilli le retour de question d’un bon œil. Il est vrai que cela pouvait être vite personnel comme question, ils se connaissaient peu. La jeune femme pouvait comprendre qu’il ne souhaitait pas répondre. Il resta cependant agréable en quelque sorte. Il ne lui avait fait aucun reproche. D’un autre côté, s’il faisait le lien, il pourrait se douter que sa réponse à elle était clairement incomplète. Ce n’est pas comme si elle allait avouer au lieutenant avant même d’avoir mis les pieds dans la police qu’elle souhaitait pouvoir garder un œil sur les enquêtes qui seraient en lien avec Vyper ou Venom. De plus, la brune ne risquait pas de lui dire que si l’on découvrait son passé, elle risquait de ne jamais pouvoir intégrer la police scientifique. C’était la raison pour laquelle elle s’était contentée de dire la vérité, en mode ultra allégé.

Je suis étonnée de votre réaction. Vous êtes bien placé pour savoir que de plus en plus d’affaires sont résolues grâce à la PTS ce qui permet de mettre les criminelles derrière les barreaux. Et puis regardez-moi, vous me verrez sur le terrain comme vous ?

Tout en prononçant la dernière phrase, la jeune femme s’était redressée et avait fait un pas en arrière tout en écartant les bras du genre « vous voulez que je fasse peur ou mal à qui au juste ? ». Elle se rapprocha de nouveau du bar pour s’y accouder tout en poursuivant sa conversation avec le lieutenant. Le fait de nommer Vampyr ne l’avait pas plus impressionné que ça. Elle savait qu’il avait inspiré Fallon dans sa démarche et que ses choix s’étaient légèrement modifiés pour la brune. L’idée d’être un exemple, un modèle, quelqu’un que l’on voudrait imiter et suivre la dérangeait clairement. Mais elle ne pouvait dire à Christopher qu’elle avait été serveuse dans un night-club puis lap-danseuse de luxe avec services complets durant sa jeunesse. Rien que d’avoir cette image en tête lui rappelait à quel point elle ne souhaitait sa vie à personne, même si elle s’en était sortie. Elle ne le souhaiterait pas tout simplement parce que tout le monde n’aurait pas la chance d’être sauvée comme elle l’avait été.

Je comprends votre raisonnement. Mais je pense qu’il sera plus sage de penser à l’impact que cela aura lorsque nous y serons. J’ai durement travaillé pour préparer le concours. Pour autant je n’ai aucune idée du niveau des autres candidats ni si mon travail portera ses fruits.

Mr Hart semblait plonger dans ses pensées. La barmaid appréhendait difficilement son comportement. Pourquoi portait-il autant d’espoir en elle ? Voyant sa tasse vide, elle le laissa réfléchir quelques secondes le temps de lui faire couler un nouveau café. Elle revint rapidement glissant la seconde tasse à côté de la première tout en s’accoudant de nouveau au bar face à lui. De toute évidence, le lieutenant était en pleine réflexion et la brune n’avait pas un seul indice sur l’objet de ses tourments. Lorsqu’il redressa la tête pour plonger ses beaux yeux bleus dans les siens, Kate fut saisit d’un frisson. Le sujet était-il si grave ? Son attitude entière reflétait le sérieux et l’importance de ses pensées. Ses paroles la saisirent au plus profond de ses tripes. La jeune femme avait du mouron à se faire. Comment pouvait-il taper aussi juste sans connaître son passé ? Suite à la première fois où elle lui avait avoué préparer le concours de la PTS, le lieutenant se serait-il permis d’enquêter sur elle, son entourage et son passé ? Le stress de la brune commençait sérieusement à monter.

Malheureusement oui je suis a minima au courant. Pensez-vous réellement que juste en intégrant la PTS je puisse rendre de l’espoir à ses personnes. Vu leur situation, j’ai des doutes sur le fait que ma vie est un aussi grand impact sur la leur.

Avouer qu’elle était une ancienne prostituée aiderait-il plus ? Kate chassa rapidement cette idée de son esprit. Il était impensable qu’elle fasse des aveux publics. Même si le policier avait probablement raison sur le fait que son histoire pourrait donner de l’espoir à celles qui n’en ont plus, cela ne serait probablement pas suffisant et elle pourrait dire adieu à sa vie tranquille. Plus de boulot, potentiellement des journalistes sur le dos, et tous ses regards qui l’épieraient à chaque coin de rue, sa vie n’aurait plus rien à voir avec celle qu’elle vivait actuellement. Elle rejoignait l’avis du lieutenant à ce sujet : chaque décision, chaque acte avait un impact sur leur vie et celles de leurs proches. Et par proches, elle ne songeait pas à des amis ou de la famille mais aux personnes qui étaient autour d’elle au quotidien, qu’elle les connaisse ou pas.

_________________

The Ward family

Vyper & Venom




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1167
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Lun 26 Mar - 19:42

Christopher ne pouvait donner tort à la jeune femme lorsqu’elle présenta l’argument de sa faible constitution. Malgré les progrès technologiques, l’utilisation banalisée d’armes et de protections, la police restait un univers très physique où les petites natures (femmes ou hommes) rencontraient certaines difficultés à s’imposer. Comme chez les animaux, la loi du plus fort s’appliquait encore dans les strates inférieures de la société humaine.

— Vous avez raison sur ce point. Toutefois, la criminalité s’applique aussi aux cols blancs avec leurs fraudes, détournements d’argent public ou privé, la corruption, les ententes commerciales, les trafics de toutes sortes et j’en passe. Les crapules usant de violence physique forment uniquement la partie visible de l’iceberg. On parle beaucoup moins de ces affaires, forcément moins compréhensibles pour le grand public. Pourtant leurs résolutions ont un impact considérable sur nos vies, bien qu’indirect. Quant à la PTS, c’est clairement le département informatique qui prend une importance de plus en plus grande. Entre les ordinateurs, les smartphones et les réseaux, les données en disent long sur nos vies, celles des criminels y comprises.

Le lieutenant se rendait bien compte que la barmaid n’avait pas le profil d’une agente de terrain, et son physique n’était certainement pas la cause première. Kate ne manquait pas de détermination (pour étudier ainsi dans sa condition, il en fallait une sacrée dose), mais cette force intérieure ne se traduisait en assurance, en cet esprit de domination indispensable pour représenter l’autorité.
Pas encore, du moins. Elle était encore jeune, et certaines personnes se révélaient une fois sur le terrain.
Toutefois, le policier la voyait bien mieux dans un labo ou sur une scène de crime, loin des suspects et du danger. Savoir répondre à un client entreprenant dans un bar était une chose, pointer un flingue (chargé et prêt à tirer) sur un être humain en était une autre.

Christopher remercia la serveuse quand elle lui glissa une nouvelle tasse de café, la drogue du policier par excellence (le tabac et l’adrénaline complétaient le podium).

Le discours de l’homme indigné sembla la toucher davantage que ses paroles précédentes, peut-être car il évoquait des faits concrets. Ou qu’il y avait mis plus de conviction.
Comme tous les flics, Chris vivait des périodes plus ou moins longues d’écœurement et de lassitude, durant lesquelles le policier avait l’impression de lutter contre des moulins à vent. Un terrible sentiment d’impuissance le plongeait alors dans la mélancolie, entrant dans une spirale vicieuse qui menait à la dépression. Il en était d’ailleurs à ce stade lorsqu’il avait rencontré Lauren, huit ans auparavant. Mais depuis deux ans, la volonté de combattre prédominait et le motivait chaque jour à faire son travail. Était-ce Stubborn qui lui donnait cette force ? Ou le gladiateur clandestin était-il l’expression de cette force intérieure ? Ou peut-être que les deux s’entretenaient mutuellement.

Le policier allait rajouter une couche sur l’importance de la prévention quand son téléphone sonna. Il crut tout d’abord à une réponse de son collègue retraité (celui à qui il avait demandé un petit service) et sortit l’objet de sa veste avec un sourire réjoui. Son front se plissa de plus en plus à mesure qu’il lisait le message fraîchement arrivé.
Christopher avala le contenu de sa tasse d’un trait, puis se leva de son siège tandis qu’il remettait son téléphone dans sa poche.

— Un problème au Chipsy King. Navré, Kate, mais je dois y aller. Je vous remercie pour les cafés, l’accueil aussi était au top. (Christopher adresse un clin d’œil à la barmaid, le sourire amical en prime.) Je vous tiens au courant pour la visite, bon courage pour vos études !

Le policier claqua une main sur le comptoir, autant pour conjurer le sort que signer sa sortie.
L’après-midi avait commencé avec un plat d’emmerdes, il allait remettre le couvert pour le dîner.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
Messages : 2214
Célébrité : Marie Avgeropoulos
Alias : Venom
Métier officiel/officieux : Barmaid/Apprentie tueuse à gage

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 7
Points de Marave: 1
La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie ...
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   Mer 28 Mar - 7:30

Kate continua d’écouter le lieutenant qui semblait en accord avec elle sur sa faible constitution physique. Grâce à sa mère, elle avait appris à utiliser la force de son adversaire à son avantage mais elle avait encore des progrès à faire. La jeune femme était accès d’accord sur le fait que les professionnels en informatique prenaient une place de choix au sein de la PTS. Les appareils électroniques étaient une mine d’or en termes d’informations. Mais pour elle, les plus rusés ne se faisaient pas avoir par ce biais et c’était les plus dangereux. C’était à ce moment-là qu’entrait en scène les analystes ADN et les experts en balistique. Ils jouaient sur des détails, de toutes petites erreurs, pour faire pencher la balance et ainsi obtenir des preuves irréfutables en faveur ou contre la personne ciblée.

Si la brune avait voulu aller sur le terrain à un moment donné, sa mère aurait tout fait pour l’en dissuader jugeant cela bien trop dangereux. Elle ne voulait pas qu’elle œuvre la nuit ce n’était pas pour combattre le crime au grand jour. Kate était persuadée qu’elle l’avait soutenu dans son projet d’étude parce qu’au fond elle espérait que la jeune femme resterait bien à l’abri au fond de son laboratoire à filer des preuves aux autres qui finiraient le travail. Cela allait être une possibilité à creuser : finir sur le terrain de façon officielle.

Alors qu’elle continuait d’écouter le lieutenant attentivement, ce dernier reçut un message qui sembla lui faire particulièrement plaisir, un peu comme un enfant sur le point de déballer un cadeau le jour de Noël. Mais la mine de Christopher se décomposa rapidement en une moue pleine de rides. L’homme qui lui faisait face semblait soucieux tout à coup. Il attrapa sa tasse pour finir son café avant de se lever. Il la salua devant retourner à ses devoirs de policier.

Au plaisir de vous revoir Mr Hart. Bon courage à vous et à bientôt j’espère, ici ou là-bas.

Elle lui rendit son sourire amical. Evidemment, la barmaid avait évité de parler de policiers, flics, lieutenant ou police tout simplement à voix haute. Certains clients pouvaient laisser traîner leurs oreilles et mal interpréter ses paroles. Elle pourrait vite être vue comme une informatrice auprès de la police. Kate ne souhaitait pas avoir d’ennuis avec sa clientèle ou n’importe qui d’autres pour des broutilles. Elle prit les deux tasses à café pour les installer dans une corbeille prévue à cet effet pour le lave-vaisselle. Le lieutenant était parti mais sa visite lui avait honnêtement fait un bien fou. Elle espérait le recroisait lors de la visite des locaux de la PTS afin de le remercier à nouveau pour cet échange agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] Un bar, une étudiante et un lieutenant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: