Tumblr  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
 [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Mar 27 Fév - 19:41

Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race


LaurenChristopher


La voiture de patrouille voguait à travers la brume comme les vaisseaux hollandais d’antan, glissant silencieusement sur la chaussée et les yeux grands ouverts. Plus le véhicule se rapprochait des docks, plus ses phares se montraient impuissants à percer le voile quasi mystique de cette zone froide et humide. Il était plus de minuit, mais pas une étoile en vue. Coal District n’avait guère besoin de leur lumière lointaine : il avait des tas de produits magiques pour en voir un paquet, des étoiles, et les clients étaient rarement déçus du voyage.

Christopher détestait cet endroit, pourtant il s’était porté volontaire pour cette patrouille nocturne à travers les docks et les entrepôts d’Europolis. Une habitude que le lieutenant de police avait prise durant l’été 2046. L’année où Lauren était morte, mitraillée comme un ruskoff du jeu de tir Russian Apocalypse VI avec le patch amateur MoreBloodForYourEyesMotherFuckers (dont l’auteur était sponsorisé par une marque emblématique de Ketchup). Le salopard de merde qui avait ôté la vie de la policière avait jeté son corps dans les eaux portuaires noires de pollution. « Le cadavre a dû couler directement au fond. », avait froidement expliqué la police scientifique.
Chris les aurait bien jetés à la flotte, eux aussi. Vivants. Avec une vieille batterie de voiture solidement ancrée autour des chevilles. Un traitement qu’il avait infligé à Skinny Billy, un informateur trop louche pour être honnête, dans sa recherche sanglante des personnes impliquées. Le veuf de cœur s’était même senti le furieux désir d’abattre les centaines de pigeons qui avaient établi leur habitat sur les docks, pour non-assistance à personne en danger.

Six mois d’investigations qu’il mena avec la frénésie d’un chien de combat dans l’arène. Beaucoup d’os brisés (humérus, radius, cubitus, tous les noms en « us » y étaient passés, mais ses préférés étaient les phalanges des doigts : on pouvait en briser dix à la suite, avec un bruit de dés qui s’entrechoquent pas désagréable), des piles de chemises maculées de sang et des cadavres dans le placard.
Bilan de l’enquête : zéro résultat. Le compteur était même passé dans le négatif quand l’amoureux crédule avait appris la duplicité de sa darling, aussi honnête qu’une prostituée clamant à son porc de client qu’elle n’avait jamais vu pareil engin de toute sa vie.

Pour un lieutenant de police avec son expérience, il fallait être sacrément con pour n’avoir rien remarqué en quatre ans de vie commune. L’amour l’avait rendu aveugle comme une taupe frappée de sénescence, jusqu’à ce que Vampyr lui rende la vue grâce à ses révélations sur la corruption policière (accueillies avec le sentiment coupable de préférer la candide ignorance à la douloureuse vérité).

Le Britannique d’origine avait heureusement tourné la page et retrouvé une certaine sérénité. Son nouveau mode de vie monacal lui permettait de supporter les affres de sa profession, évacuant quand nécessaire le trop-plein de pression dans les arènes clandestines.

Christopher détestait les docks et ce qu’ils représentaient, pourtant il se sentait irréversiblement attiré par cet endroit. Comme un chien attaché à un poteau avec une laisse élastique, il pouvait s’en éloigner, mais une force de rappel le rappelait toujours à son point d’origine. La loi de l’attraction, avait expliqué le binoclard du soutien psychologique, car vous en êtes encore au premier stade du deuil : le choc et le déni. S’il n’y avait pas été obligé par sa hiérarchie, avec pour risque de perdre son badge, Chris aurait volontiers expliqué à ce connard la loi du poing attiré par une gueule qui l’ouvre trop. Quoique, cet automate du service psy aurait été capable de se réjouir, avec un stupide sourire dévoilant sa nouvelle dentition réduite, que son patient passe déjà à la troisième étape : la colère.

Aujourd’hui, le lieutenant de police quasi exemplaire remplissait toutes les cases du deuil accompli et ne voyait plus de médecin de l’esprit depuis longtemps. Quant au capitaine Jones, le vieux briscard ne trouvait rien à redire à ses escapades sur les docks. Après tout, les collègues ne se pressaient guère au portillon pour traîner dans ce nid de serpents. Pour les gangs armés jusqu’aux dents, le sigle EPD de la voiture de police ne se lisait pas Europolis-Police-Department, mais plutôt Easy-Prey-Dude.

Cette nuit, la Divine providence avait désigné deux anciens tourtereaux avec pas mal de plomb dans l’aile pour jouer à pan-pan-tue-tue.

* * *

— Centrale appelle Lieutenant Hart, centrale appelle Lieutenant Hart, répondez.

Malgré l’omniprésence des smartphones et le réseau nec plus ultra en fibre optique d’Europolis, aucune révolution n’était encore venue à bout de la bonne vieille radio des véhicules de patrouille.

Première différence notable avec les voitures d’antan, la puissante motorisation électrique permettait des accélérations fulgurantes sans pétarader dans un nuage de gaz toxique. Accessoirement, le progrès technologie avait fin aux suicides par asphyxie (qui consistait à boucher les voies d’évacuation du véhicule, puis à s’enfermer à l’intérieur en appuyant sur le champignon). Seule ombre au tableau : le nombre de cervelles explosées par son arme de service avait augmenté de manière symétrique. On ne peut pas gagner sur tous les fronts.

L’autre grande amélioration, en tout cas la plus appréciée des forces de police, était le porte-gobelet anti-secousses. Bien plus perfectionné que le cercle en plastique dur fixé au tableau de bord par une tige, leur matériau souple absorbait l’énergie des mouvements et l’attache mobile permettait au récipient de danser la salsa sur son reposoir. Les ingénieurs avaient mis le temps pour adapter les normes antisismiques au péché mignon des policiers, mais cette fois, ils avaient fait du sacré bon boulot. Le café ne coulait plus, ne se renversait plus, les sièges jadis constellés de taches marrons ne ressemblaient plus aux couches de bébé. L’argument-choc qui avait convaincu les autorités de mettre à jour la flotte de véhicules fut le regain de crédibilité. En intervenant avec des tenues propres, les policiers redeviendraient plus sérieux aux yeux de la population. Malheureusement, les scandales sur la corruption policière ajoutèrent de nouvelles taches plus difficiles à faire disparaître.
Quoi qu’il en soit, le seul chef de la police qui avait osé suggérer le bannissement des consommations à l’intérieur des véhicules s’était vu démissionné illico presto à coups de pied au derrière. Remettre en question certains acquis n’était jamais bon pour sa carrière.

— Lieutenant Hart à l’écoute, dit Chris après s’être emparé du micro. À vous.

Bagarre de rue ? Un groupe de junkies qui urinent sur les portes ? Cambriolage ? Chris passait mentalement en revue les cas les plus fréquents, comme si la Roue de la Fortune défilait devant ses yeux pour lui attribuer un cadeau.

— On nous signale l’activation d’une alarme dans un entrepôt de matériel high-tech non loin de votre position. Coordonnées transmises à votre GPS. Confirmez intervention. À vous.

Le policier jeta un œil sur le petit écran de son tableau de bord, où un point rouge clignotait à présent sur une carte numérique mise à jour en temps réel.

— Coordonnées reçues. J’y serai dans trois minutes. Terminé.

Chris replaça le micro sur son socle, vira sur la gauche et pressa la pédale de l’accélérateur.

Il était rare qu’une alarme se déclenche si près d’une voiture de patrouille. Les gangs avaient des guetteurs, ou des informateurs parmi la police, voire les deux pour les mieux organisés. À moins d’avoir un tuyau (le plus souvent d’un gang concurrent), prendre ces chapardeurs en flagrant délit tenait du miracle. La plupart du temps, les malfrats pouvaient dévaliser les entrepôts sans s’inquiéter des gens en uniforme.
Un coup de bol pareil, c’est sûrement un chat, se dit le policier. Il avait quand même espoir d’y trouver un voleur de téléphones indépendant, un amateur qui retournerait peut-être sur le droit chemin après un séjour dans une cellule miteuse.

La zone était immense, peuplée de hangars aux noms de code cryptique tel que HSM-4836-SXC. Sans le concours du GPS, on pouvait circuler des heures sans trouver le bon bâtiment. Cette nomenclature avait pour but d’endiguer les cambriolages, mais elle avait plutôt fait la fortune des hackeurs qui revendaient les informations sur le Dark Web. Vous cherchez un lot d’autocuiseurs pour le refourguer aux marchands d’électroménagers ? Connectez-vous sur eye-in-the-docks.europolis et misez un paquet d’eurodollars pour rafler l’information. FuckYaSystemLOL38 vous remerciera, le cul sur son fauteuil et les yeux brûlés par une exposition prolongée aux écrans. Si la brigade informatique ne le coince pas d’ici là, il pourra se payer une retraite au soleil ou une opération chez l’ophtalmologiste.

Christopher se préoccupait peu des FuckYaSystemLOL38 et autres génies du clavier, Europolis abritait des menaces bien plus redoutables dans ses entrailles.
Quand le patrouilleur aperçut le panache d’une fumée noire s’élever à l’approche de sa destination, il se dit qu’il avait peut-être affaire à l’une d’entre elles.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs


Dernière édition par Christopher Hart le Jeu 1 Mar - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Mer 28 Fév - 21:06

Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
Christopher ∞ Lauren
Devant l’entrepôt, je reste dans l'ombre afin de vérifier une dernière fois tout ce qu'il me faut comme matériel. Je ne suis pas là par hasard et tout doit être absolument précis. Ce n'est pas toujours moi qui m'occupe de chercher du matériel afin de créer de nouveaux armements, seulement cette fois il n'y avait personne sur le coup. C'est donc naturellement que j'ai décidé de prendre les choses en mains. Ce n'est pas la première fois que je fais cela et je sais que ce ne sera pas la dernière. Je regarde le plan du bâtiment, j'observe les coins où sont supposés être le matériel que je recherche. Du matériel de pointe qui me permettra notamment d'apporter plus de précision à un sniper, ou encore des puces et autres microprocesseurs afin d'essayer de mettre en place les hologrammes pour prendre la fuite. Les flics poursuivraient quelqu'un qui n'est pas, pendant que la personne prend la fuite. C'est ambitieux mais je suis certaine que je peux y arriver si j'ai ce matériel.
J'observe le plan, je repère l'alarme en sachant pertinemment que je ne pourrais pas la contourner. Ce que je sais aussi c'est que c'est prévu. J'ai absolument tout prévu au millimètre près et je ne peux pas me rater. Tout ce qu'il me manque, c'est le feu vert des personnes en patrouilles qui vérifient que les flics sont assez loin pour que j'ai le timing parfait. Mon oreillette grésille avant que finalement je reçoive le signal qui m'indique que je peux y aller. Quittant ma moto qui est placée à un endroit stratégique, je me rends vers une fenêtre qui ferme mal depuis près d'un mois et qui doit être réparée. Proche de la zone que je recherche, elle est l'endroit parfait pour me faire gagner une minute, ce qui est une véritable mine d'or. Je monte sur la poubelle juste en dessous, prend une impulsion alors que mes doigts s'accrochent au bas de la fenêtre. J'arrive à entrouvrir la fenêtre et je me soulève afin de m'installer sur le rebord de la fenêtre. Dès que je poserais un pied au sol, j'aurais dix minutes, pas une de plus. C'est amplement suffisant.
Je prends le temps de placer les lunettes de vision nocturne, je les active et l'intérieur du bâtiment apparaît plus clairement. Un dernier coup d’œil, une dernière inspiration et je me lance. A peine le pied posé, l'alarme commence à sonner. Je ne m'en occupe pas et marche d'un pas décidé au premier endroit.

Une minute.
Je suis devant les premières étagères qui m’intéresse et je suis heureuse de voir qu'elles sont rangées exactement comme mon document. J'avais peur que ces documents datant d'il y a trois semaines soit déjà obsolètes car c'est le genre d'entreprise qui est en constant mouvement, notamment pour nous tromper.

Deux minutes.
Je place les micro-puces dans mon sac avec soin pour être certaine de ne pas les abîmer et je regarde de nouveau le plan pour ne pas me perdre.

Trois minutes.
J'arrive en courant vers mon deuxième objectif, trouve des armes de pointes que je suis prête à améliorer afin de les sublimer. Je grogne en ne trouvant pas tout de suite le viseur qui m’intéresse, mais j'ai encore un peu de temps et je respire un grand coup avant de reprendre ma recherche.

Quatre minutes.
Je l'ai trouvé et souris grandement. Il me reste donc six minutes. Six minutes pour sortir du bâtiment, pour retrouver ma moto et partir au plus loin dans la nuit. C'est largement assez. Je prends même le temps de vérifier que mon sac est parfaitement fermé avant de prendre le chemin inverse. Je ne peux passer par la grande porte car depuis que l'alarme s'est déclenchée, celle-ci s'est fermée afin de me bloquer à l'intérieur. Celui qui n'a pas réparé sa fenêtre depuis plus d'un mois va s'en mordre les doigts.

Cinq minutes.
Je m'agrippe à la fenêtre, me redresse et me laisse retomber sur la poubelle. Je pense soudainement que je pourrais avoir besoin de cette fenêtre encore si jamais ils ne se rendent pas compte que c'est mon chemin. Ils ont certes des caméras, mais autant profiter de mon avantage tant que je le peux. Je m'agrippe d'une main et j'arrive finalement à la refermer plus ou moins bien. Parfait.

Six minutes.
Je commence à marcher d'un pas rapide jusqu'à ma moto quand soudainement le bruit d'un moteur me fait tourner la tête. Voulant clairement faire diversion, j'attrape dans ma poche un petit explosif que je lance au niveau de la poubelle afin de la faire brûler. Cela peut me permettre de fuir pendant que le policier se focalise sur le feu. Soudainement éblouis par la lumière, je retire mes lunettes et me sent pâlir quand je remarque que ce n'est pas n'importe quel véhicule, mais celui d'un flic. Je grogne et me mets à courir grandement, espérant qu'il ne m'a pas vu même si j'en doute clairement. Alors que ma moto était à un endroit stratégique à la base, je la trouve située bien trop loin maintenant. Je ne peux m'empêcher de proférer des insultes, surtout envers la personne qui m'a donné son feu vert sans se rendre compte qu'il y avait un flic aussi proche de moi. Je sais déjà que je vais le tuer, et je sais que Jean sera clairement de mon côté pour lui foutre un coup de poing après moi. J'arrive finalement, enfile mon casque afin de cacher mon visage et je démarre au quart de tour. Je dois fuir au plus vite et je me fiche des risques que je prends. J'accélère alors sans me retourner d'abord, j'entendrais assez tôt les sirènes s'il est dans mon dos et je dois absolument m'éloigner.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Jeu 1 Mar - 17:47

Les joues du policier s’empourprèrent d’excitation quand il arriva sur le lieu du délit.
Une véritable scène de théâtre, avec pour protagoniste une silhouette vêtue de noir qui traversait la lumière de ses phares sur la pointe des pieds. Et la miss au profil avantageux n’avait guère les mains vides.
Un coup d’œil sur la droite renseigna le patrouilleur sur l’origine de la fumée : un simple feu de poubelle, qui risquait néanmoins de se propager.
Le lieutenant Hart n’était pas pompier, mais lieutenant de police. Tant qu’il n’y avait personne à sauver des flammes (et l’unique personne sur les lieux courait dans la direction opposée), vider sa vessie sur un mégot incandescent était le maximum qu’il pouvait accomplir en tant que combattant du feu.
Sans ralentir, il actionna le bouton du gyrophare qui clignota quelques instants (avec le froid et l’humidité, le réveil était dur) avant de lancer ses rayons dans toutes les directions.

La voleuse atteint une moto garée un peu à l’écart, dont elle ouvrit le coffre de rangement pour y déposer son butin. Les gestes étaient vifs et précis. Ceux d’une professionnelle qui ne paniquait pas devant une voiture de police. Christopher eut tout juste le temps de voir une chevelure rousse disparaitre sous un casque du même noir que sa tenue diablement sexy.
De toute évidence, elle savait ce qu’elle faisait et n’avait pas l’intention de se rendre.

Quant à Christopher, il n’avait pas l’intention de la laisser filer.

Il empoigna le micro de la radio d’un geste vif.

— Lieutenant Hart à Centrale, répondez.

— Centrale à Lieutenant Hart, j’écoute.

Équipée de GPS, la flotte de voitures estampillées EPD était suivie en temps réel comme les aéronefs qui sillonnaient l’espace aérien. Grâce au code d’identification provenant de l’appel, l’opératrice visualisait en temps réel où se trouvait le patrouilleur.

— Signale vol et début d’incendie à mes coordonnées. Envoyez unité de pompier de toute urgence, risque de propagation.

Devant lui, la moto démarra en trombe.

— Poursuit suspect en fuite avec objets volés. Combinaison noire sur moto sport noire. Demande renforts pour coincer cette garce. À vous. Terminé.

— Je regarde et vous envoie les voitures disponibles à proximité, lieutenant Hart. Bonne chance. Terminé.

Christopher replaça le micro sans délicatesse et actionna la sirène. Un son strident déchira l’air et fit grincer des dents (à commencer par celles de Chris, qui abhorrait ce bruit).

Le bolide léger et puissant avait déjà plusieurs dizaines de mètres d’avance.

Avec un sourire carnassier aux lèvres qui semblait dire À nous deux ma cocotte, tu perds rien pour attendre, le conducteur se tortilla dans son siège afin de bien se positionner et appuya à fond sur l’accélérateur.
La poussée le plaqua un instant au fond du siège, bras presque tendus sur le volant. La motorisation électrique associée à l’ordinateur de bord accomplissait des merveilles. En effet, quelques secondes en ligne droite suffisaient au prédateur sur quatre roues pour atteindre les 100 km/h.

Il y avait peu de circulation en cette heure de la nuit. Christopher évalua que le risque de carambolage était faible, mais il ne souhaitait guère prendre de risque inutile. La protection de la population demeurait sa priorité, et la voleuse elle-même ne méritait pas le suprême châtiment pour du matériel high-tech dérobé. Mais elle devait en assumer le risque, comme toute personne contrevenant à la loi.

Après avoir calé sa vitesse sur la motarde, le lieutenant Hart dégaina son pistolet. Il gratifia aussitôt l’objet froid d’un baiser, dans un rituel quasi religieux qui évoquait le dévot se signant devant la sainte Croix.

Cette arme était le cadeau de Lauren pour le trentième anniversaire de son compagnon.
Il s’agissait d’un Beretta savamment modifié pour en augmenter la précision et la portée effective. Le revêtement absorbant de la crosse permettait une prise en main plus stable. La structure avait fait l’objet d’un remodelage et de rééquilibrages parfaitement adaptés à la main de Chris, par ailleurs gaucher.
L’amant crédule se rappelait encore la lueur pétillante qui dansait dans ses yeux alors que, jaloux, il s’était demandé si elle aimait ces objets de métal et de mort plus que lui. Avec le temps, il avait compris, accepté et même encouragé la passion singulière de son amante.
Il se savait aujourd’hui cocufié par la Pègre, mais n’avait jamais eu le courage de se débarrasser du cadeau, aussi fallacieux fût-il.

Le flingue d’une flic corrompue pour chasser une vilaine petite voleuse.
Un étrange revers du destin, aussi.

Le policier baissa la vitre de sa portière, s’exposant au froid mordant de la nuit. Une main gantée se glissa à travers l’ouverture, les doigts fermement repliés sur le Beretta customisé.
Une fois sa position stabilisée, le tireur attendit la bonne occasion, l’assurance d’un espace dégagé autour de la moto.

— Ne m’oblige pas à te trouer la peau, marmonna le policier en pressant la détente.

Chris ne visait guère la motarde, mais l’engin qu’elle pilotait.

Actions a écrit:
Chris : 6 Points de Baston avant que la voiture tombe en rade.
Lauren : 7 Points de Baston avant que la moto morde le bitume.
L’écart entre les véhicules est de 10 mètres.

Lancer 1 : pour chaque jet réussi, un véhicule de police viendra en renfort pendant la poursuite.
Lancer 2 : dégâts sur la moto si réussi (avec éraflure sur Lauren en cas de critique).

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs


Dernière édition par Christopher Hart le Jeu 1 Mar - 18:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Jeu 1 Mar - 17:47

Le membre 'Christopher Hart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Action' :


--------------------------------

#2 'A&P+Tir à Distance' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Ven 16 Mar - 18:30

Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
Christopher ∞ Lauren
La sirène retentit.

À cet instant, je frappe d'une main mon guidon et je maudis cette personne qui n'a pas su voir qu'un flic était dans les parages. Je jure de le tuer et je sais que Jean ne m'en empêchera pas. Je sais déjà quelle arme utiliser pour le faire pleurer avant de le frapper. Bon, je ne pourrais certainement pas le tuer mais je vais le faire regretter et il vérifiera à deux fois avant de me balancer dans la gueule du loup. Franchement ce n'est pourtant pas si difficile, surtout qu'il n'est même pas dans une voiture de civil ! Il était facilement repérable et j'espère que l'autre s'en mord les doigts. Je dois avouer que j'espère aussi qu'il a appelé des renforts et que des personnes vont venir me chercher au plus vite. Pourtant je doute qu'ils se déplacent, après tout si je me fais choper la police ne pourra donc pas remonter au Mad Foxes. Je comprends s'ils ne viennent pas et je n'en tiendrais même pas rigueur, mais je dois avouer que je ne dirais certainement pas non à un peu d'aide.

La sirène siffle et se rapproche de moi.

Je me permets de me retourner rapidement pour voir où en est le véhicule, même si le bruit me permets de savoir qu'il est légèrement sur ma gauche. J'accélère et me laisse glisser sur la route, maudissant presque le manque de circulation. Avec une moto j'aurais pu me faufiler facilement et les autres voitures lui auraient bloqué le passage. En cet instant c'est comme si nous étions les seuls dans la rue et cela est à son ventage, clairement. Je tourne légèrement à droite, un peu à gauche. En faisant cela, je souhaite trouver une issue qui ne semble pas vraiment vouloir s'offrir à moi. J'entends toujours la voiture derrière moi qui est bien trop proche de moi, pourtant je ne peux pas aller plus vite. Pourquoi ? Parce qu'à cet allure je risque déjà gros, si je me permets d'aller plus vite je n'aurais jamais le temps de tourner si je trouve enfin un chemin pour lui échapper, et je risque surtout d'y passer. Or, ce n'est clairement pas ce que je souhaite, et je pense que les Mad Foxes ne voudrait pas cela non plus.

Un premier coup de feu retentit.

Je tente de garder mon calme mais je sens clairement mon cœur battre plus vite. Cet homme est en train de me tirer dessus et, soit il vise mes roues, ce qui est bien compliqué, soit il me vise afin que je tombe. Bon sang, je suis vraiment dans la merde. Je dois accélérer. Quitte à crever autant que ce soit en voulant m'échapper que par les balles d'un pistolet de flic. Oui, j'ai été une flic avant mais j'ai été trahis et j'ai disparu de la circulation. Bon sang, comment ils réagiraient s'ils voyaient qu'en fait j'étais en vie durant tout ce temps. Et Christopher, il souffrirait de nouveau parce qu'il se rendrait compte qu'il m'a perdu pas seulement une fois, mais deux fois, et de façon définitive. Rien que de penser à Christopher mon cœur se serre. Non, non je ne peux pas crever, je dois absolument survivre, tuer tous ces enfoirés afin de retrouver l'homme que j'aime.

Un deuxième coup retentit.

Plus proche de moi, cela me fait grogner mais le son est caché par le vrombissement de ma moto. Un léger mouvement de poignet et voilà que j’accélère de nouveau. Soudainement, j'ai un semblant de plan qui s’immisce dans mon cerveau. Je vois le tunnel au loin et je me dis qu'en coupant la lumière je pourrais réussir à me cacher dans un coin, laissant la moto filer au loin jusqu'à exploser... Continuer à pied est un risque mais cela se présente mal de toute façon. Je tourne soudainement, manquant presque de tomber mais par chance je connais ma moto et je sais jusqu'où je peux la pousser. Pour que mon plan soit parfait, je dois absolument détruire ses feux avant. Je glisse ma main dans mon dos afin de sortir mon arme. Cela risque d'être difficile mais je peux y arriver, je dois y croire surtout que je suis dans une ligne droite. Je me tourne finalement, gardant ma main gauche sur le guidon alors que je pointe mon arme sur la voiture derrière moi. Je ne veux pas tuer la personne à l'intérieur, et si c'était un de mes anciens collègues...
Je dois absolument détruire ses lumières, ainsi j'aurai plus de chance de m'en sortir dans ce fichu tunnel...

Actions a écrit:
Lauren : 7 Points de Baston avant que la moto morde le bitume.
Chris : 6 Points de Baston avant que la voiture tombe en rade.
L’écart entre les véhicules est de 10 mètres.

Lancer 1 : pour le jet réussi, "l'autre" aura appelé des renforts pour venir aider Lauren dans sa course poursuite.
Lancer 2 : dégâts sur les lumières de la voiture de police (avec dégâts sur la voiture comme les pneus ou encore le pare-brise en cas de critique).
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Ven 16 Mar - 18:30

Le membre 'Lauren Anders' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Action' :


--------------------------------

#2 'H&V Tir à distance' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Sam 17 Mar - 19:55

Tirer ou conduire, certaines fois on ne pouvait pas choisir. L’exercice n’a rien de facile : quand on ne peut aligner l’axe de l’arme avec son champ de vision et les irrégularités de la route empêchent de garder une posture stable.
Malgré la dizaine de mètres qui séparaient le policier de la criminelle, la balle rata sa cible. Un coup de semonce qui alertait la motarde des risques encourus si elle persistait dans sa fuite.

Elle ne ralentit pas. Une décision qui serait peut-être la dernière.

— Tant pis pour toi, petite voleuse butée, tu l’auras cherché.

Le policier tira et manqua à nouveau sa cible, comme si l’arme refusait de porter préjudice à la criminelle qu’il chassait. Chris grogna et replia le bras pour faire circuler le sang. Malgré la veste et les gants, le froid associé à une vitesse élevée engourdissait les muscles et les articulations.

Le bruit d’une sirène attira alors son attention. Christopher esquissa un sourire carnassier.

— L’étau se resserre, petite souris. Tu ne nous échapperas pas longtemps.

Une autre voiture de patrouille arrivait de l’ouest, ajustant sa vitesse pour couper la route à la cambrioleuse.
Celle-ci avait bifurqué pour emprunter une grande ligne droite menant à un tunnel, telle une souris s’enfuyant dans un passage sombre et étroit pour échapper à ses prédateurs.

Mais la rongeuse avait d’autres ressources.

Bien installé derrière sa proie, Chris aperçut celle-ci tirer un flingue de son dos et orienter son bras à l’aide de ses rétros. Et bien sûr, un doigt pressa la détente comme une injure à son poursuivant.
Dans un geste instinctif, le policier baissa légèrement la tête quand le coup partit. Visait-elle un point particulier ? L’arme semblait de petit calibre, et le patrouilleur s’estimait en sécurité derrière le pare-brise renforcé de son véhicule.

— Saloperie de merde ! Cambriolage, fuite et maintenant tentative d’homicide sur un officier de police dans l’exercice de ses fonctions. Tu aggraves ton cas, la rouquine.

Le lieutenant n’avait aucune intention de se laisser tirer dessus sans réagir, d’autant qu’il fallait détourner son attention de la voiture qui s’apprêtait à lui couper la route.

Chris passa de nouveau le bras hors de la portière et fit cracher son 9 mm.

Actions a écrit:
Chris : 6 Points de Baston avant que la voiture tombe en rade.
Lauren : 7 Points de Baston avant que la moto morde le bitume.
L’écart entre les véhicules est de 10 mètres.

Lancer 1 : Dégâts sur la moto si réussi (avec éraflure sur Lauren en cas de critique).
Lancer 2 : Si réussi, un véhicule de police coupe la route de Lauren et la force à manœuvrer pour l’éviter (écart réduit de 3 mètres). Si échec, il déboule trop tôt ou tard et ralentit à peine la motarde (écart réduit de 1 mètre).

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Sam 17 Mar - 19:55

Le membre 'Christopher Hart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'A&P+Tir à Distance' :


--------------------------------

#2 'Action' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Dim 18 Mar - 21:50

Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
Christopher ∞ Lauren
Je tente de contrôler ma respiration, je dois absolument réussir si je ne veux pas que les choses se corsent. Seulement, lorsque je tire une première fois je suis déstabilisé par des sirènes au loin. Non seulement je galère à m'éloigner de ce flic, voilà que je vais avoir deux voitures à mes trousses. Deux voitures, j'ai encore une toute petite chance de m'en sortir... Si d'autres se rajoutent je dois avouer que je ne sais clairement pas comment je vais pouvoir faire. Pourtant, il va bien falloir que je trouve une solution car me faire attraper n'en fait clairement pas partie. Je me retourne pour regarder la route et sens ma respiration se faire plus rapide. Bon sang, je ne dois pas perdre mon sang froid sinon je suis foutue... Et si j'étais foutue de toute façon ? Non, non et non ! Je me refuse de penser ainsi. Je vais me battre, retourner chez mon frère et foutre la misère à l'autre enfoiré ! Surtout s'il n'a pas appelé de renforts pour venir m'aider. Je me tourne un peu et remarque que j'ai raté mon tir, alors je tire une nouvelle fois et rate à nouveau.

- PUTAIN DE MERDE ! , j'hurle dans mon casque.

Cette fois, quand je me retourne je vois bel et bien une voiture auprès de celle qui me poursuis depuis le début. J'ai envie de frapper mon guidon, mais vu mon état de stress cela risque de me faire tomber plus qu'autre chose. A la place, je crispe mes doigts et accélère encore alors que j'entre dans le tunnel. Celui-ci est sombre et m'aurait apporté plus de sérénité si je ne voyais pas les lumières parfaitement m'éclairer. Le bruit des sirènes des deux voitures est amplifié par les parois étroites qui nous entourent.
Un nouveau tir et cette fois il touche ma moto. Rien de grave, pour l'instant du moins. Car si le gars continue de viser ainsi j'ai bien peur que ma bécane ne tienne pas le coup. Et si je perds ma moto, je pense que courir ne me servira pas à grand chose. Bien sûr je le ferais, seulement ce sera plus ridicule qu'autre chose. Je grogne alors que je vois le bout du tunnel. J'ai presque envie de souffler en me disant que je vais peut-être avoir plus de marge pour les semer avec mon petit calibre comparé aux voitures. Seulement, lorsque je suis sur le point de franchir ce cap, une voiture de policier apparaît à ce moment-là. Je freine si brusquement que je manque de tomber. Les voitures s'approchent derrière moi et je contourne le plus rapidement possible la voiture avant de reprendre ma route. Oui je ne suis pas encore arrêtée seulement la distance s'est fortement réduite et cette fois la panique est plus que palpable. Je sais qu'il me reste une possibilité, autre que de m'enfuir toute seule car, si j'avais une chance avec une voiture, avec trois je suis foutue...
Par chance, je suis sur une ligne droite et je peux ainsi retirer mon casque rapidement afin de pouvoir activer mon oreillette. Je place celui-ci devant moi en espérant ne pas le perdre. Je panique quand je vois des zigzague remplacer la ligne droite. Je serre le casque contre moi et appuis sur mon oreillette juste avant de prendre les virages comme je peux alors que je fais tout pour ne rien perdre.

- Les gars... LES GARS ! Dîtes moi que vous pouvez m'entendre ! J'ai trois voitures de flics à mes trousses et j'ai besoin d'aide... Par pitié répondez parce que sinon je vous jure je vous botte le cul et je vous dénonce sans une once de répit, je grogne, priant pour que le réseau passe et que l'oreillette n'ait pas pris de choc.


Actions a écrit:
Lauren : 6 Points de Baston avant que la moto morde le bitume.
Chris : 6 Points de Baston avant que la voiture tombe en rade.
L’écart entre les véhicules est de 7 mètres.

Lancer 1 : pour le jet réussi, l'oreillette marche et Lauren arrive à contacter les Mad Foxes.
Lancer 2 : Pour le jet réussi, elle garde son casque auprès d'elle et pourra le replacer sur son visage. En cas d'échec, le casque tombe et elle risque de se faire reconnaître.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Dim 18 Mar - 21:50

Le membre 'Lauren Anders' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Action' :


--------------------------------

#2 'Action' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Lun 19 Mar - 9:26

Les sirènes des voitures de police hurlaient leur joie comme des hyènes prêtes à se disputer une proie. Les gyrophares crachaient leurs rayons électriques pour compléter cet étrange spectacle son et lumière.
La deuxième voiture de police venue renforcer la poursuite avait très bien manœuvré, ajustant sa vitesse et sa trajectoire pour intercepter la fuyarde au moment critique. La motarde faillit perdre le contrôle de son engin et chuter, mais elle réussit in extremis à contourner l’obstacle et remettre un coup d’accélérateur.

Christopher identifia d’un coup d’œil le numéro du véhicule, puis délaissa son arme afin de s’emparer du micro. Il avait besoin d’un as du volant pour mettre son plan à exécution.

— Voiture 1586, ici lieutenant Hart, initiateur de la poursuite. Jolie interception. À la moindre ouverture, appuyez sur le champignon et passez devant pour une manœuvre d’enfermement. Je serai juste derrière vous.

— Voiture 1586 à lieutenant Hart, s’exclama aussitôt une voix féminine, bien reçu ! On va la coincer, cette salope !

Christopher ne reconnut pas la voix, et la policière n’avait pas cru bon de s’identifier. En revanche, il avait clairement senti la détermination dans le ton de sa voix, pas seulement de l’enthousiasme. Cette volonté énergique était une des qualités que l’officier appréciait le plus, une de celles qui l’avaient fait craquer pour Lauren huit ans auparavant.

L’occasion se présenta rapidement, après que le trio de patrouilleurs se soit positionné pour le piège à venir.
1586 roulait sur la gauche, le pied sur la pédale d’accélérateur et les mains nouées sur le volant. Christopher se trouvait en position intermédiaire, légèrement décalé, prêt à s’engouffrer dans le sillage de la virtuose du volant. Le dernier agent de police, un jeune avec seulement quelques mois de service au compteur, restait en retrait et assumait le rôle de voiture-balai au cas où les choses tournaient mal. Ainsi, tous avaient une bonne visibilité sur la route, la motarde et les deux collègues.
1586 se cambra dès que la cambrioleuse ôta son casque, tel un cheval de course quittant son box pour se lancer dans une course effrénée. La policière savait que piloter une moto tête nue, à cette vitesse et par ce froid, entraverait fortement la conduite de sa proie. Un rictus mauvais apparut dans un coin de ses lèvres quand le casque rebondit sur le bitume, suivi comme un écho par une réaction semblable de ses collègues.

Les cheveux de la rouquine flottaient à l’horizontale, évoquant la flamme olympique qu’un coureur amenait à son creuset. La motarde était complètement couchée sur son engin, seule position où la minuscule visière située à l’avant de la moto pouvait l’abriter du vent. Sans cette protection, ses yeux ne tiendraient pas longtemps dans l’air froid, humide et pollué des docks. Ainsi juchée sur sa moto, elle perdait beaucoup en visibilité et en maniabilité dans un contexte urbain.

Le convoi quittait la vaste zone des entrepôts pour rejoindre des routes moins désertes à cette heure de la nuit. Une ville comme Europolis ne dormait jamais.

Actions a écrit:
Chris : 6 Points de Baston avant que la voiture tombe en rade.
Lauren : 6 Points de Baston avant que la moto morde le bitume.
L’écart entre les véhicules est de 7 mètres.

Lancer #1 :
Réussite : (Écart réduit à 2 mètres) Lauren se retrouve prise au piège entre la voiture 1586 (devant), celle de Chris (côté) et une derrière. Lauren reconnaît Chris dans son rétroviseur. Si Lauren ne réussit pas une action désespérée, sa moto sera neutralisée au prochain tour. Si elle tourne la tête vers Chris, celui-ci la reconnaîtra et qui peut dire sa réaction…
Échec : 1586 dérape dans un virage et se mange une rambarde. La poursuite se termine pour elle, voir Lancer #2 pour les autres.

Lancer #2 :
Réussite : (Écart réduit à 4 mètres) Chris évite la voiture 1586 accidentée, la manœuvre lui aura quand même permis de gagner du terrain. Lauren reconnaît Chris dans son rétroviseur, mais lui est encore trop mal situé pour voir le visage de Lauren.
Échec : (Écart augmenté à 10 mètres ; Chris perd 1 point de Baston) Chris heurte la voiture 1586 accidentée, un phare cassé et il perd du terrain sur Lauren.

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Lun 19 Mar - 9:26

Le membre 'Christopher Hart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Action' :


--------------------------------

#2 'Action' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Mer 28 Mar - 17:21

Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
Christopher ∞ Lauren
Je suis dans la merde, je suis dans la merde, je suis dans la merde.
C'est la seule chose qui me passe en tête en cet instant. Car je ne vois pas la cavalerie arriver, car l'oreillette ne fonctionne pas et que c'est elle que j'ai envie de jeter, mais non c'est mon casque qui décide de se faire la malle lors d'un virage un peu trop serré. Je suis foutu si les flics commencent à me reconnaître. La rumeur circulera vite que je suis en vie et qu'en plus je me sers de cela pour voler des trucs. Ils ne se rendent pas compte que si cela se colporte, je risque de mourir, et cette fois pour de bon. Parce que le gars qui devait me tuer, peu importe qui il est, il ne voudra pas que cela s'ébruite qu'il ait raté sa cible je pense. Rien qu'en y songeant j'en ai des frissons dans le dos.

Je continue de rouler, tout en proférant une série d'insultes dans ma tête. La vitesse que je prends me fait plisser les yeux sans mon casque et je ne peux m'empêcher de trouver que l'air glacial me fouette littéralement le visage. Plus les secondes avancent plus je me dis que je ne vais pas m'en sortir. Cependant, quand un grand bruit retentit je tourne à peine la tête pour repérer un véhicule accidenté. Bon sang, une voiture en moins et je n'ai rien eu à faire. Si ce n'est pas la chance qui est en train de tourner, je ne sais pas ce que c'est..
Mais je parle trop vite car en voulant me retourner j'ai freiné et l'une des voitures en a profité pour s'approcher encore plus de moi. Un regard furtif afin de vite détourner le visage avant qu'on me reconnaisse... Seulement moi, je l'ai reconnu. Je pense être devenu totalement pâle alors que je ne me concentre plus sur ma course. Bien sûr, l'homme qui me poursuit ne pouvait être un autre que Christopher.

Christopher... Mon Christopher

Mon cœur bat un peu plus vite dans ma poitrine, mais pour un sentiment différent cette fois. Mes doigts se crispent sur le guidon alors que j'ai presque envie de me faire arrêter soudainement. J'ai presque envie qu'il sache que je suis en vie et que je suis en train de me battre pour le retrouver. Parce qu'il ne le sait pas mais, mon Dieu ce que je me bas pour essayer de retrouver une vie normale. Les larmes commencent à me monter aux yeux, non seulement d'émotion mais surtout à cause du vent que je me reçois sur le visage (pas trop le temps d'être émotive en cet instant.) Car malgré toute cette volonté que j'ai de vouloir le retrouver, je n'ai pas fini mon combat. Il doit encore m'attendre un peu... M'a-t-il seulement attendu sans le savoir, ou vit-il avec une autre femme ? Le genre de question que je me pose presque chaque soir en allant me coucher. Est-il seul, ou avec une autre femme pendant que je croupis dans mon lit ?

Merde, je dois absolument arrêter de penser ainsi car il gagne encore un peu de terrain et il ne doit absolument pas me reconnaître. Je garde le visage parfaitement droit sur ma route, je ne dois plus me retourner ou je suis clairement foutu. Mais la chance semble à nouveau me sourire. Je ne sais pas si c'est une bonne idée dans le fond mais c'est la seule que j'ai en cet instant. Un pont est sur notre chemin et je dois absolument en tirer profit. Par chance, celui-ci n'est pas très haut et je sais que cela ne sera pas mortel, mais ce ne sera clairement pas agréable non. Ce qui me fait le plus chier, c'est de devoir y laisser ma moto. Concrètement, ils ne trouveront pas grand-chose dessus, j'ai l'habitude de nettoyer mes traces et je porte des gants, mais putain c'est ma moto. J'accélère pour prendre un peu de distance et freine soudainement, lâchant la moto et manquant de tomber. Celle-ci glisse dans un bruit d'enfer qui me déchire le cœur mais j'en profite pour courir. Une fois au bord du pont, je ne peux m'empêcher de me retourner et de croiser son regard. Je ne sais pas s'il me reconnaît mais bon sang, cela me donne envie de me battre encore plus vite. Sans une hésitation de plus, je saute du pont et me laisse tomber quelques secondes avant d’atterrir dans l'eau glaciale...

Actions a écrit:

Lancer 1 : pour le jet réussi, l'action se déroule sans encombre..
Pour jet raté, Christopher peut la reconnaître et donc savoir qu'elle est en vie (ou alors il commence à croire aux fantômes).
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Mer 28 Mar - 17:21

Le membre 'Lauren Anders' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Action' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
avatar
Protect & Retaliate
Messages : 1174
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Alias : Stubborn
Métier officiel/officieux : Lieutenant de police / Combattant clandestin

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 6
Points de Marave: 2
Protect & Retaliate
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Jeu 29 Mar - 13:32

— Bordel ! vociféra Christopher lorsque 1586 se mangea la rambarde en négociant un virage.

Le juron aurait été nettement plus long s’il n’avait pas dû jouer du volant pour éviter le véhicule accidenté. L’avant de la voiture de patrouille frôla le cul de sa partenaire (la voiture, pas la conductrice censée être une pro sur quatre roues), profitant néanmoins de la manœuvre d’enfermement ratée pour grappiller quelques mètres à la motarde.
Un coup d’œil dans le rétroviseur révéla que le jeune conducteur de la voiture-balai avait freiné, mais sans s’arrêter totalement. De toute évidence, il hésitait sur la conduite à tenir, entre suivre son supérieur et venir en aide à sa coéquipière.
Ces bleus, des couilles molles incapables de prendre des décisions sans consulter leur mère, maugréa intérieurement le lieutenant en saisissant le micro d’un geste brusque. Lui avait les couilles durcies par l’adrénaline, gonflées par trois longues années d’abstinence. Sa rage n’en était que plus forte.

— Hart à 5273, sécurisez le lieu de l’accident et appelez les secours. Tenez-moi informé de l’état de 1586. Terminé.

Christopher remit le micro en place dans un claquement sec. Pas le temps de se montrer prolixe avec l’empaffé qui lui servait de soutien. Pas l’envie de se le coltiner dans les pattes lorsqu’il mettrait la main au collet de cette salope. Surtout si 1586 avait pris cher.
Les bleus avaient cette manie agaçante d’invoquer les droits civiques et autres conneries de prise en charge humaine lorsqu’on traitait les criminels avec un peu trop de rudesse. On ne maîtrise pas un chien fou avec des caresses. Eux ne se gênaient pas pour molester d’honnêtes citoyens, ou pour mordre la main des flics dès que ceux-ci se montraient trop gentils.

La fin de partie se jouait à présent entre la cambrioleuse-allumeuse-de-feu-tentativeuse-de-meurtre-déliteuse-de-fuite et lui.
Juste elle et lui, comme au début de cette poursuite nocturne.
Lauren et Christopher, comme pendant leur histoire de couple trop belle pour être vraie.
Mais le policier resterait dans l’ignorance sur la survivance et les intentions de son ancienne amante, ce soir et les soirs qui succèderaient tandis qu’il regagnerait la froideur de son lit.

En attendant, l’officier têtu n’avait pas l’intention de lâcher l’arrière-train de cette femme, aussi déterminé qu’un molosse suivant une femelle en plein dégazage de phéromones.
Plus agressif que jamais, il faillit prendre trop large le dernier virage qui menait au pont. La motarde avait mieux négocié et reprit un peu d’avance. Curieusement, elle freina sa machine et la laissa glisser sur le bitume dans un crissement sourd.
Christopher enfonça la pédale de frein avec un léger décalage, la voiture de patrouille réalisant un tour complet sur elle-même avant de se stabiliser. Il repoussa violemment la portière et s’extirpa du véhicule avec le regard fou.
La rousse l’observait. Ses cheveux poussés par le vent oblitéraient son visage, si bien que le policier aurait été incapable de l’identifier. Il ressentit néanmoins une douloureuse sensation lui nouer les entrailles, comme si une main invisible l’avait saisi de l’intérieur pour lui signaler sa présence.

La femme sauta du pont comme tant d’êtres désespérés avant elle, des êtres qui se jetaient dans les bras osseux de la mort là où Lauren luttait pour sa vie, pour leur vie.
Un temps figé par cet échange de regards déstabilisant, le policier acharné accourut au bord du pont. Saisissant à nouveau le Beretta de Lauren qu’il portait à la ceinture, Christopher vida le reste de son chargeur dans l’eau noire et glacée où s’était jetée sa proie.

Trois ans et six mois après avoir fui un tueur à gages dans les eaux froides du port, pour elle l’histoire se répétait, cruelle et sadique.
Trois ans et six mois après avoir cru à la mort de Lauren, pour lui le mauvais sort et les faux-semblants persistaient à le maintenir dans l’ignorance.


Action a écrit:
Si critique, Lauren se prend une balle qu’elle devra faire extraire. Si touché simple, la balle ne fait que l’effleurer. (Mange ton cadeau de retrouvailles   )

_________________
ϟ La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique ϟ

“Death leaves a heartache no one can heal, love leaves a memory no one can steal.”
“All your troubles, struggles, pains and suffering is worth one good thing.”

FICHELIENSRPs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com/t166-christopher-hart-relati
avatar
Admin
Messages : 1410
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   Jeu 29 Mar - 13:32

Le membre 'Christopher Hart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'A&P+Tir à Distance' :

_________________
Ne pas contacter par mp s'il vous plaît Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-my-fate.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] Don’t run away from me, don’t pursue me, my love, it’s a death race
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ce n'est qu'un détail. [Livre I - Terminé]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: